Emmanuel Hoog, Président Directeur Général de l’ina





télécharger 87.45 Kb.
titreEmmanuel Hoog, Président Directeur Général de l’ina
date de publication13.10.2016
taille87.45 Kb.
typeManuel
h.20-bal.com > documents > Manuel

REGISTRE  MEMOIRE DU MONDE 


L’Appel du 18 juin 1940

REF N° 2004-24

PARTIE A – INFORMATIONS ESSENTIELLES

  1. RESUME



Le dossier proposé à l’inscription au Registre « Mémoire du Monde » est consacré à l’Appel du 18 juin 1940. Il comporte quatre documents considérés comme les témoignages clés de l’événement : le manuscrit du texte de l’Appel radiodiffusé du 18 juin, l’enregistrement radiophonique de l’Appel du 22 juin, le manuscrit de l’affiche du 3 août et l’affiche elle-même.
L’Appel du 18 juin est l’une des plus fortes expressions de l’histoire de la radio. La radiodiffusion n’est plus seulement un outil de divertissement ou de propagande à la disposition du pouvoir en place, c’est désormais un moyen technique qui permet à un homme isolé de lancer au-delà des frontières un grand mouvement de résistance, d’appeler ses concitoyens à refuser la domination, l’asservissement , et à lutter pour la restauration des libertés. La puissance et l’universalité du médium sont par là reconnues.

L’appel du 18 juin a contribué à donner à la radio ses lettres de noblesse. Moins de vingt ans après sa création, l’outil radio a non seulement permis de donner corps à une initiative de lutte contre l’oppression, mais aussi de secréter une archive historique. Au regard de l’histoire, ce document sonore est d’une portée aussi puissante que les moyens traditionnels de diffusion et d’expression de la pensée humaine, que sont l’imprimé ou la presse.

  1. INFORMATIONS SUR L'AUTEUR DE LA PROPOSITION




    1. Nom (personne physique ou morale)


La proposition est soumise conjointement par l’Institut National de l’Audiovisuel (INA) et la British Broadcasting Corporation (BBC).

    1. Relation avec l'élément du patrimoine documentaire proposé


L’INA et la BBC sont co-propriétaires de l’enregistrement radio de l’Appel du 22 juin dont ils détiennent chacun une copie. L’Appel a en effet été lancé depuis le micro de la BBC à Londres, dans le cadre du temps d’antenne mis à la disposition de l’équipe française de la BBC.
L’INA s’est par ailleurs associé avec les détenteurs des deux manuscrits du général de Gaulle pour présenter ce dossier : l’Amiral Philippe de Gaulle pour le manuscrit de l’appel du 18 juin et le Musée de l’Ordre de la Libération pour le manuscrit de l’affiche et l’affiche elle même.


    1. Personne(s) à contacter


Pour l’INA :

Emmanuel Hoog, Président Directeur Général de l’INA

Yves Builly, Responsable des collections radio de l’INA

Dominique Saintville, Chargée de mission, Direction des Archives de l’INA
Pour la BBC :

Simon Rooks, Responsable des archives radio de la BBC


    1. Coordonnées complètes (adresse, téléphone, fax, adresse électronique)


Institut national de l’audiovisuel

4 avenue de l’Europe

94366 Bry-sur-Marne Cedex

Tél. : + 33 (0)1 49 83 28 45

Fax : + 33 (0)1 49 83 33 50

Adresses électroniques : ehoog@ina.fr ; ybuilly@ina.fr ; dsaintville@ina.fr
BBC Sound Archives

211 Henry Wood House

3-6 Langham Place

London W1B 3DF

Tél. : + 44 (0) 207 765 42 30

Fax : + 44 (0) 207 765 25 99

Adresse électronique : simon.rooks@bbc.co.uk

  1. IDENTITE ET DESCRIPTION DU PATRIMOINE DOCUMENTAIRE


« L’Appel du 18 juin 1940 » recouvre l’ensemble des initiatives prises par le général de Gaulle pour lutter contre le défaitisme de la population et pour s’opposer aux conditions de l’armistice négocié entre les Allemands et le gouvernement français.
Inlassablement, le général de Gaulle s’adresse aux soldats, aux officiers, aux ingénieurs et ouvriers de l’armement, et les exhorte à le rejoindre en Angleterre pour y continuer la lutte. Le premier appel (18 juin) est écrit, puis prononcé au micro de la BBC, redonné à plusieurs reprises pendant 24 heures. Le texte est relayé le lendemain par la presse. Quelques jours plus tard, le 22 juin, à l’annonce des conditions de l’armistice, le général de Gaulle lance un nouvel appel à la radio. Le 3 août est placardée sur les murs de Londres la fameuse affiche « La France a perdu une bataille, mais la France n’a pas perdu la guerre ».
Ces documents, constitutifs du dossier « L’Appel du 18 juin 1940 », sont décrits ci-après.


    1. L’enregistrement sonore du 22 juin 1940

L’appel a été diffusé à la BBC le 22 juin 1940 dans le cadre du temps d’antenne mis à la disposition de l’équipe française de la BBC. Il a été enregistré sur disque.
Le disque porte le titre : « General Charles de Gaulle : Call to Resistance, 22.6.1940 »
L’enregistrement est conservé à la Phonothèque de l’Institut national de l’audiovisuel ainsi qu’aux Archives sonores de la BBC.
L’enregistrement, d’une durée de 6 minutes 20 secondes, est gravé sur les deux faces d’un disque « pressé » 78 tours, considéré comme original, la matrice ayant servi à presser le disque n’ayant pas été conservée. Le disque porte en son centre une étiquette de la BBC avec la double cote 2509 C (cote attribuée par la BBC) et AN 3334 BBC (cote attribuée par la Phonothèque). Le disque est en bon état de conservation. Il existe des copies de l’enregistrement sur différents formats – disque, bande 6,25mm et CD audio.
L’enregistrement fait partie du fonds de l’équipe française de la BBC qui comporte quelques centaines de documents. Le fonds a été transféré à Paris peu après la création de la Phonothèque de la RDF (Radiodiffusion Française, 1944).
Le document est référencé dans les répertoires bibliographiques ci-après :
Le catalogue de guerre : janvier 1940 – décembre 1944 (INA, 1960) :

22 juin 1940 / AN 3334 (BBC) : Général de Gaulle : Les conditions de l’armistice entre la France et l’Allemagne
BBC Sound Archives (BBC, 1988) :

22 June 1940 / n° 2509 : General de Gaulle (French) – Terms of the French armistice

Il s’agit d’une copie identique à celle conservée par l’INA

La base de données documentaires de la Phonothèque de l’INA

Notice : PHD86064726

Titre propre : De Gaulle refuse l'armistice avec l'Allemagne

Date enregistrement : 22.06.1940

Identifiant matériel : RS00037;AN03334;LO02930;KO00217BIS;MO00128;LB16572;

KB06592;KB06596;EC00297;EC01685
Documentation visuelle :

Photo du disque et de sa pochette


    1. Le manuscrit de l’appel du 18 juin

Il s’agit du texte manuscrit de l’appel diffusé sur les ondes de la BBC, le 18 juin 1940.
L’authenticité est attestée par une mention manuscrite et autographe du général de Gaulle en marge du verso du 2e feuillet « Manuscrit authentique de mon appel du 18 juin 1940. C. de Gaulle » ainsi que par une carte de visite manuscrite de Madame de Gaulle, recto-verso : « Manuscrit de l’appel du 18 juin (qui est à la B. de F. à Chaumont). Ce manuscrit m’a été remis par le Général, à Londres, le 19 juin 1940. Il m’a dit ‘Conservez précieusement ces manuscrits. Si je réussis, ils feront partie du patrimoine de nos enfants’. Le Général écrivait alors avec un porte plume, mais par la suite, à ma demande, il a authentifié le manuscrit en écrivant avec son porte plume réservoir. »
Le manuscrit et la carte de visite ont été remis à l’amiral Philippe de Gaulle par sa mère en septembre 1978.
Description du document :

Deux feuillets manuscrits recto-verso à l’encre noire sur papier de dimensions anglaises. Nombreux repentirs. Mention d’authenticité et autographe postérieurs (s.d.) du général de Gaulle en marge du verso du 2e feuillet.
Propriétaire du document :

L’amiral Philippe de Gaulle
Documentation visuelle :

Fac-similé du manuscrit


    1. Le manuscrit de l’affiche et l’affiche imprimée

Dans le courant du mois de juillet 1940, le général de Gaulle rédige un texte à l'intention des Français qui se trouvent en Angleterre, les exhortant à se joindre à lui pour reprendre le combat. Ce texte, appelé parfois "Appel aux armes", est imprimé sous la forme d'une affiche "A tous les Français" placardée dans la province anglaise fin juillet puis dans les rues de Londres à partir du 3 août 1940.

Reprenant tous les thèmes évoqués dans son appel radiodiffusé du 18 juin, le général de Gaulle épure son style, résume son analyse, proclame sa résolution.
Le texte du manuscrit diffère sensiblement de celui de l'affiche :

  • Il est plus long (206 mots pour le manuscrit et 139 pour l'affiche)

  • Deux phrases ("L'ennemi a gagné la première manche" et "C'est le devoir ! Il passe avant tout !") ainsi qu'un paragraphe ("Voilà pourquoi j'appelle aux armes tous les Français qui peuvent les prendre, afin de continuer à combattre aux côtés de nos alliés. Voilà pourquoi j'invite ceux qui se trouvent sous le joug de l'ennemi à lui résister passivement jusqu'à ce qu'ils puissent se joindre à moi.") ont été supprimés sur l'affiche.

  • La première phrase a été modifiée : "La France a perdu la bataille" devenant "La France a perdu une bataille".


La version dactylographiée (propriété du Musée de l'Ordre de la Libération) remise à l'imprimeur est conforme au texte définitif à l'exception de la première phrase (voir ci-dessus).
3.3.1. Le manuscrit de l'affiche

Description :

1 feuillet recto-verso signé, sd

N° inventaire : FL / N 39
Documentation visuelle :

Fac-similé du manuscrit de l’affiche
3.3.2. L'affiche imprimée

Description :

Format : 53 x 78 cm

Le premier tirage de l'affiche est dû à un artisan imprimeur londonien, Achille Olivier Fallek, 24 Seawell Road. Tirée à 1 000 exemplaires, l'affiche fait une apparition d'abord discrète puis massive fin juillet sur les murs de Grande-Bretagne et à Londres début août 1940. Le quotidien britannique The Times en reproduira le texte.

Dans une lettre du 12 août 1940, Charles de Gaulle écrivait à son ami Jacques de Sieyès à New York : "Parmi les documents que je vous fais envoyer pour alimenter votre propagande, vous trouverez une affiche du 30 juillet où je dis en particulier "la France a perdu une bataille, mais la France n'a pas perdu la guerre". Cette affiche a été apposée dans toutes les villes et les villages d'Angleterre, reproduite dans tous les journaux, et a eu du succès."

Le deuxième tirage est dû à l’imprimeur J. Weiner Ltd, London WCI. Tirée cette fois à 10 000 exemplaires, elle comporte exactement les mêmes caractéristiques typographiques que la première affiche de Fallek.

  • le d de "servitude" est remplacé par un p renversé

  • le d de "servitude" est décalé en hauteur

  • le e de "péril" ne porte pas d’accent

  • l’encadrement est de type anglais (bleu extérieur – rouge intérieur)


Le troisième tirage porte la mention "imprimé en Grande Bretagne par Harrison et Sons Ltd". Ces trois tirages portent, en bas à gauche, un encadré avec la traduction en anglais.
 Il existe de nombreuses autres versions de la plus célèbre affiche de la France libre (tirages d’Afrique, d’Amérique du Sud, de France). La plus connue de toutes est celle, imprimée à partir de septembre 1944 en Angleterre et en France, qui ne comporte que le texte en français avec, en bas à gauche, la date "18 juin 1940". Pour cette raison, le texte de l'affiche est généralement confondu avec celui du 18 juin 1940. De ce modèle, le tirage "anglais" du bureau des FFI de Londres porte les couleurs anglaises (bleu extérieur – rouge intérieur) alors que le tirage français a le rouge extérieur et le bleu intérieur.

Pour le cinquantième anniversaire une plaque commémorative reproduisant l'Affiche a été apposée dans toutes les mairies de France.
Documentation visuelle :

Fac-similé de l’affiche imprimée


    1. Eléments de bibliographie et de filmographie

Ouvrages :


Maurice Schumann, Un certain 18 juin, Paris, Plon, 1980

Jean-Louis Crémieux-Brilhac, La France Libre, Paris, Gallimard, 1996

François Delpla, L’appel du 18 juin 1940, Paris, Grasset, 2000



Sites web :

Fondation Charles de Gaulle : www.charles-de-gaulle.org/

Musée de l’Ordre de la Libération : www.ordredelaliberation.fr

Films de télévision :


Charles de Gaulle : le verbe et l’image / Pierre Lefranc, Pierre-André Boutang . – INA et TF1, 1981

De Gaulle ou l’éternel défi / Jean Lacouture, Jean Labib. – TF1, Kuiv Productions, Transatlantic video, Sygma TV, INA, 1987. Film en six parties. Première partie : Le rebelle.

Une certaine idée de la France / Michel Cazenave. – INA, FR3, ECPA, 1990

Film en deux parties


    1. Experts


Catherine TROUILLER, Archiviste en chef, Institut et Fondation Charles de Gaulle

Agnès CALLU, Conservateur du Patrimoine responsable des papiers du Général de Gaulle, au Centre historique des Archives nationales, Section du XXème siècle

Aurélie LUNEAU-GALY, historienne auteur de « La BBC et les Français : de l’écoute à l’action, 1940-1944 », et productrice-déléguée de l’émission « La fabrique de l’Histoire » (France Culture)

Vladimir TROUPLIN, Conservateur du Musée de l’Ordre de la Libération

  1. MOTIVATIONS DE L'INSCRIPTION SUR LE REGISTRE/ EVALUATION
    SUR LA BASE DES CRITERES DE SELECTION




    1. L'authenticité

Enregistrement radio : l’authenticité de l’enregistrement original est attestée par les mentions portées sur l’étiquette du disque, son référencement dans le catalogue des archives sonores de la BBC, le texte, identique à celui cité par le Général de Gaulle dans ses discours et messages, le timbre de la voix aisément reconnaissable. Il subsiste à notre connaissance deux « copies originales » de l’enregistrement. L’une est à l’INA, l’autre copie est conservée aux archives de la BBC.
Manuscrit de l’appel du 18 juin : l’authenticité est attestée par la mention portée par le Général de Gaulle « Manuscrit authentique de mon appel du 18 juin 1940 », le témoignage de son épouse à qui le manuscrit avait été confié à Londres le 19 juin, par le témoignage de l’Amiral Philippe de Gaulle qui détient actuellement le manuscrit dans son ouvrage De Gaulle, mon père
Manuscrit de l’affiche : L'authenticité est attestée par son référencement dans le Catalogue du Musée de l'Ordre de la Libération. Cinquantenaire de l'Ordre. 1990 (page 593)


    1. L'intérêt universel et le caractère unique et irremplaçable

L’événement auquel se rapportent ces trois documents a eu une portée considérable sur le développement de la seconde guerre mondiale, non seulement pour la France mais aussi pour toutes les puissances engagées.

L’appel du 18 juin est l’une des plus fortes expressions de l’histoire de la radio. La radiodiffusion n’est plus seulement un outil de divertissement ou de propagande à la disposition du pouvoir en place, c’est désormais un moyen technique qui permet à un homme isolé, peu connu, de lancer au-delà des frontières un grand mouvement de résistance. La puissance et l’universalité du médium sont par là reconnues. Par delà les mers, la radio a offert à un homme de se dresser contre les forces nazies et d’appeler ses concitoyens à refuser la domination, l’asservissement, et à lutter pour la restauration des libertés.

L’appel du 18 juin a contribué à donner à la radio ses lettres de noblesse. Moins de vingt ans après sa création, l’outil radio a non seulement permis de donner corps à une initiative de lutte contre l’oppression, mais aussi de secréter une archive historique. Au regard de l’histoire, ce document sonore est d’une portée aussi puissante que les moyens traditionnels de diffusion et d’expression de la pensée humaine, que sont l’imprimé ou la presse.



    1. Critères (a) de l'époque, (b) du lieu, (c) des personnes, (d) du sujet et du thème, (e) de la forme et du style

L’époque : ces documents sont doublement emblématiques de leur époque : ils s’incrivent au cœur du conflit qui se développe et contribuent à l’infléchir ; le recours à la radio pour transmettre l’appel traduit bien la maturité acquise par le medium en 1940.
Les personnes : le général de Gaulle est bien l’une des figures majeures de la période. L’appel du 18 juin marque son entrée dans la vie politique et dans l’histoire. C’est aussi l’un des premiers hommes politiques à avoir su utiliser à son profit les nouveaux moyens de communication de masse.
Le sujet : L’esprit de résistance est un thème universel qui transcende les frontières et les époques
La forme et le style : L’expression radiophonique constitue une nouvelle forme de rhétorique politique, même si le phrasé de l’appel du 22 juin reste encore très proche de celui d’une lecture.


    1. Questions de rareté, d'intégrité, de menace et de gestion

Outre les raisons invoquées ci-dessus, l’inscription d’un enregistrement radio au Registre Mémoire du Monde se justifie parce que le patrimoine radio est un patrimoine fragile. Ce patrimoine colossal, évalué à plusieurs dizaines de millions d’heures, qui porte une partie essentielle de la mémoire de l’humanité des soixante dernières années, risque de disparaître. Il ne peut survivre que s’il est conservé dans des conditions climatiques adaptées, s’il est répertorié, s’il est transféré sur des supports modernes propres à garantir sa pérennité.
L’enregistrement de l’appel du 22 juin est bien conservé et sa survie est assurée.
Cependant l’inscription au Registre Mémoire du Monde de l’une des pièces majeures du patrimoine radiophonique symboliserait la reconnaissance par la communauté internationale de la valeur des archives radio et l’urgence qu’il y a à consacrer à leur conservation les ressources nécessaires.
Les deux manuscrits du Général de Gaulle sont des pièces uniques dont la conservation est bien assurée.

  1. DONNEES JURIDIQUES





Enregistrement radio Appel du 22 juin

Manuscrit
Appel du 18 juin

Manuscrit de l’affiche et affiche imprimée

Propriétaire du patrimoine documentaire (noms et coordonnées complètes)

Institut National de l’Audiovisuel
4 avenue de l’Europe
94366 Bry-sur-Marne
France

BBC
Henry Wood House
3-6 Langham Place
W1B 3DF London
Royaume Uni

Amiral Philippe de Gaulle
Sénat
15 rue de Vaugirard
75006 Paris

Musée de l’Ordre de la Libération
51 bis boulevard de la Tour Maubourg
75700 Paris SP 07

Dépositaire du patrimoine documentaire (noms et coordonnées complètes, si le dépositaire n'est pas le propriétaire)

Institut National de l’Audiovisuel

BBC

Amiral Philippe de Gaulle

Musée de l’Ordre de la Libération


Statut juridique :

Régime de propriété

Document appartenant à l’INA (Cf. loi du 7 Juillet 1974 portant création de l’INA)

Propriété privée de l’Amiral Philippe de Gaulle

Collections du Musée de l'Ordre de la libération

Accessibilité


Consultable sans restriction

Consultable sous forme de fac-similé dans l’ouvrage que l’Amiral Philippe de Gaulle a consacré à son père : De Gaulle mon père. – Plon, 2003,Tome 1, pp. 126 à 128.

Consultable au Musée en permanence sous forme de fac-similé

Droit d'auteur

Les « appels » du Général de Gaulle, tout comme ses discours, ont vocation à être considérés comme des « œuvres », auquel cas la succession du Général de Gaulle est titulaire du droit d’auteur sur ces oeuvres.

Administration responsable

Institut National de l’Audiovisuel

BBC




Musée de l’Ordre de la Libération



  1. PLAN DE GESTION


6.1 La conservation de l’enregistrement de l’appel du 22 juin 1940, ne pose pas de problème particulier, s’agissant d’un enregistrement dont la valeur a depuis longtemps été reconnue. Le disque original est conservé dans un magasin climatisé de la Phonothèque. Il n’est communiqué qu’à titre exceptionnel.
Sa conservation s’inscrit dans un plan plus large de sauvegarde et de numérisation qui concerne l’ensemble des archives de la radio et de la télévision conservés par l’INA. Ce plan engagé en 1999 a déjà permis de transférer 40.000 heures de programmes radio et 150.000 heures de programmes télévision.
Un intérêt particulier doit être porté à la restauration du fonds disque de la Phonothèque, soit 276.000 disques 78 tours, correspondant à 23.000 heures de programmes enregistrés entre 1933 et 1955. La sauvegarde des disques est en effet une opération particulièrement onéreuse, compte-tenu de la fragmentation des enregistrements (chaque face du disque porte un enregistrement de 3 minutes, et une émission est généralement enregistrée sur plusieurs disques), de la fragilité du matériau (craquellement du vernis), et du travail artisanal que la restauration des sons exige.
Le manuscrit de l’Appel du 18 juin est conservé par la famille de Gaulle dans le coffre fort de leur banque.
Le manuscrit de l’affiche est en cours de restauration par l’atelier Quillet. A son retour de restauration, il sera placé dans le coffre fort de la banque du Musée de l’Ordre de la Libération avec les autres manuscrits du Général de Gaulle que conserve le Musée. Seul le fac-similé du manuscrit est exposé.
Les deux affiches imprimées issues du second tirage sont en bon état de conservation. Elles sont encadrées et exposées, l’une dans la salle d’honneur du Musée, l’autre dans le bureau du Chancelier.

  1. CONSULTATION


7.1 On a consulté les personnes suivantes qui ont adhéré à notre initiative :


  • Mr Simon Rooks, Responsable des Archives sonores de la BBC. La BBC est en effet propriétaire, tout comme l’INA, d’un exemplaire de l’enregistrement de l’appel radiodiffusé du 22 juin

  • L’Amiral Philippe de Gaulle, propriétaire et dépositaire du manuscrit de l’Appel du 18 juin

  • Mr Vladimir Trouplin, Conservateur du Musée de l’Ordre de la Libération, propriétaire et dépositaire du manuscrit de l’affiche et de deux exemplaires de l’affiche imprimée


Par ailleur le Comité National français pour le programme Mémoire du Monde a été consulté. Il a accepté de soutenir la proposition d’inscription faite par l’INA.


PARTIE B – INFORMATIONS ACCESSOIRES




Consultation PAR LE PUBIC


L’enregistrement radio de l’Appel du 22 juin
Le document original est consultable à la Phonothèque de l’INA

L’enregistrement peut être écouté sur le site web de la Fondation Charles de Gaulle :

http://www.charles-de-gaulle.org/dossier/18juin/index.htm
L’enregistrement à été repris dans de nombreuses éditions sonores, parmi lesquelles :


  • Le 18 juin 1940…, Charles de Gaulle : les deux premières années de la guerre des ondes. – ADES et INA, 1988
    L’appel du 18 juin est lu par Pierre Dux (plage 5)

  • Anthologie des discours du Général de Gaulle, 1940-1969. – Frémeaux & Associés et INA
    22 juin 1940 (plage 1)

  • Général de Gaulle 1940-1945. Discours de la France Libre. – INA et Plon, 2002
    22 Juin 1940 : Naissance de la France Libre (Plage 1)

  • Echos de guerre : l’histoire vraie de la deuxième guerre mondiale, 1939-1941. – MC avec RTL
    Général de Gaulle : Londres, 22 juin 1940 (plage 40)



Le manuscrit de l’Appel du 18 juin


Le manuscrit original est consultable auprès de son propriétaire, l’Amiral Philippe de Gaulle

Le fac similé du manuscrit original a été publié dans l’ouvrage que l’Amiral Philippe de Gaulle a consacré à son père (pp. 126 à 128) : De Gaulle mon père. – Plon, 2003 (Tome 1)

Le manuscrit de l’Affiche et l’Affiche



Le manuscrit original de l’affiche n'est en principe pas consultable sauf dérogation exceptionnelle, seule sa reproduction en fac-similé est accessible à tous et présenté dans la salle d'Honneur du Musée de l'Ordre de la Libération. L’affiche imprimée est exposée dans le Musée.

PARTIE C – SOUMISSION



Cette proposition d'inscription est soumise par Emmanuel HOOG, Président Directeur Général de l’Institut National de l’Audiovisuel, le 21 juin 2004.



PROPOSITION D’INSCRIPTION

AU REGISTRE « MEMOIRE DU MONDE »



L’Appel du 18 juin 1940 : Annexes



Annexe 1 –

L’appel du 18 juin 1940 : les circonstances de l’événement
21 mai

A Savigny-sur-Ardres, de Gaulle, alors colonel commandant la 4ème division cuirassée, enregistre une allocution pour contrer le défaitisme de la population. L’émission fut diffusée dans le Quart d’heure du soldat.

Le texte présente de profondes analogies avec l’Appel du 18 juin et en constitue la préfiguration.
16 juin

Sous-secrétaire d’état à la Défense nationale et à la Guerre depuis le 5 juin 1940, le général de Gaulle décide, en apprenant la démission du Président du Conseil, Paul Reynaud, le 16 juin, de partir « dès le matin » pour l’Angleterre afin de poursuivre le combat.
17 juin

Le général de Gaulle, accompagné de son aide de camp, parvient à Londres dans la matinée du 17 juin 1940.
De Gaulle rend visite à Winston Churchill qui décide de mettre la BBC à sa disposition lorsque le gouvernement Pétain aurait demandé l’armistice
La nouvelle parvient à Londres que le maréchal Pétain vient d’annoncer aux Français sur les ondes nationales qu’il faut cesser le combat. Il a demandé l’armistice.
Le général décide de lancer un premier appel dès le lendemain.
18 juin

Installé au 7-8 Seymour Grove, de Gaulle rédige le texte de l’Appel.
Dans l’après-midi, le texte est soumis au cabinet britannique et à Churchill.
En fin d’après-midi, de Gaulle se rend à la BBC et lit son appel au micro de la BBC :

« Les chefs qui depuis de nombreuses années … »
Dans la précipitation, l’appel n’aurait pas été enregistré. On peut aussi penser que l’appel fut enregistré et rediffusé. Mais le support sur lequel il aurait été enregistré n’aurait pas été conservé. Il aurait été soit détruit, soit réutilisé. En effet, à cette époque, de Gaulle était un inconnu et son intervention a pu sembler peu importante.
Dans ses Mémoires de guerre le général expose les circonstances qui ont entouré l’Appel : « La première chose à faire était de hisser les couleurs. La radio s'offrait pour cela. Dès l'après-midi du 17 juin, j'exposai mes intentions à M. Winston Churchill. Naufragé de la désolation sur les rivages de l'Angleterre qu'aurais-je pu faire sans son concours ? Il me le donna tout de suite et mit, pour commencer, la BBC à ma disposition. Nous convînmes que je l'utiliserais lorsque le gouvernement Pétain aurait demandé l'armistice. Or, dans la soirée même, on apprit qu'il l'avait fait. Le lendemain, à 18 heures, je lus au micro le texte que l'on connaît. »
19 juin-27 juin

Par radio, télégrammes, lettres, le général de Gaulle essaie en vain de convaincre les principales autorités françaises des territoires de l’Empire de continuer la lutte.
L’appel du 18 juin inaugure une série d’appels lancés aux militaires dans un premier temps, puis au peuple de France, et engage une bataille de propagande dont le but ultime est de recueillir l’adhésion la plus large possible de la population française.
19 juin

La BBC lance une émission française d’un quart d’heure à une heure de grande écoute (20 :30 à 20 :45). Ici la France démarre le 19 juin avec Jean Masson, puis, après une brève interruption, se poursuit le 24 juin avec Pierre Bourdan.
22 juin

On connaît désormais les conditions de l’armistice
L’appel du 22 juin s’adresse aux forces françaises basées dans l’Empire : « Le gouvernement français après avoir demandé l’armistice connaît maintenant les conditions dictées par l’ennemi… »
L’appel du 22 juin a été enregistré
23 juin

L’armistice est signé entre le gouvernement Pétain et l’Allemagne
23 ou 24 juin

Le général de Gaulle réagit à la signature de l’armistice : « Ce soir je dirai simplement, parce qu’il faut que quelqu’un le dise, quelle honte, quelle révolte, se lèvent dans le cœur des bons Français …. Elle (la France) vaut mieux que la servitude acceptée par le gouvernement de Bordeaux …».
26 juin

Le général de Gaulle répond à Pétain qui dans un discours prononcé la veille essaie de justifier la capitulation : « Monsieur le Maréchal, par les ondes, au dessus de la mer, c’est un soldat français qui va vous parler … ».
Juillet

Le Général rédige une proclamation, connue sous le nom d'"Appel aux armes". Ce texte, dans la ligné directe de l'Appel du 18 juin, est destiné à informer, sous forme d'affiche, les Français se trouvant alors sur le territoire britannique de l’action du général de Gaulle.

Fin juillet, ce qui est devenu la célèbre affiche "A tous les Français" est apposé dans des communes anglaises puis sur les murs de Londres.
Annexe 2 –

Allocution du 21 mai 1940, enregistrée à Savigny-sur-Ardres
« C’est la guerre mécanique qui a commencé le 10 mai. En l’air et sur la terre l’engin mécanique - avion ou char - est l’élément principal de la force. L’ennemi a remporté sur nous un avantage initial ; pourquoi ? Uniquement parce qu’il a plus tôt et plus complètement que nous mis à profit cette vérité. Ses succès lui viennent de ses divisions blindées et de son aviation de bombardement, pas d’autre chose !

Eh bien ! nos succès de demain et notre victoire, oui !, notre Victoire, nous viendront un jour de nos divisions cuirassées et de notre aviation d’attaque. Il y a des signes précurseurs de cette victoire mécanique de la France. Le Chef qui vous parle a l’honneur de commander une division cuirassée française. Cette division vient de durement combattre ; eh bien! on peut dire très simplement, très gravement - sans nulle vantardise - que cette division a dominé le champ de bataille de la première à la dernière heure de combat.Tous ceux qui y servent, général aussi bien que le plus simple de ses troupiers, ont retiré de cette expérience une confiance absolue dans la puissance d’un tel instrument.

C’est cela qu’il nous faut pour vaincre,

Grâce à cela, nous avons déjà vaincu sur un point de la ligne,

Grâce à cela, un jour nous vaincrons sur toute la ligne » 1.
Annexe 3 –

Discours prononcé à la radio de Londres, le 18 juin 1940
Voir le fac-similé du manuscrit, et son décryptage.

Extrait du livre : Philippe de Gaulle, De Gaulle mon père, Plon, 2003 (Tome 1, pp. 126 à 128)
Annexe 4 -

Discours prononcé à la radio de Londres, le 22 juin 1940



Voir la photo du disque original
« Le Gouvernement français, après avoir demandé l'armistice, connaît maintenant les conditions dictées par l'ennemi.

Il résulte de ces conditions que les forces françaises de terre, de mer et de l'air seraient entièrement démobilisées, que nos armes seraient livrées, que le territoire français serait occupé et que le Gouvernement français tomberait sous la dépendance de l'Allemagne et de l'Italie.

On peut donc dire que cet armistice serait, non seulement une capitulation, mais encore un asservissement. Or, beaucoup de Français n'acceptent pas la capitulation ni la servitude, pour des raisons qui s'appellent : l'honneur, le bon sens, l'intérêt supérieur de la Patrie. Je dis l'honneur ! Car la France s'est engagée à ne déposer les armes que d'accord avec les Alliés. Tant que ses Alliés continuent la guerre, son gouvernement n'a pas le droit de se rendre à l'ennemi.
Le Gouvernement polonais, le Gouvernement norvégien, le Gouvernement hollandais, le Gouvernement belge, le Gouvernement luxembourgeois, quoique chassés de leur territoire, ont compris ainsi leur devoir. Je dis le bon sens ! Car il est absurde de considérer la lutte comme perdue. Oui, nous avons subi une grande défaite. Un système militaire mauvais, les fautes commises dans la conduite des opérations, l'esprit d'abandon du Gouvernement pendant ces derniers combats nous ont fait perdre la bataille de France.

Mais il nous reste un vaste Empire, une flotte intacte, beaucoup d'or.

Il nous reste des alliés, dont les ressources sont immenses et qui dominent les mers.

Il nous reste les gigantesques possibilités de l'industrie américaine. Les mêmes conditions de la guerre qui nous ont fait battre par 5 000 avions et 6 000 chars peuvent donner, demain, la victoire par 20 000 chars et 20 000 avions.

Je dis l'intérêt supérieur de la Patrie ! Car cette guerre n'est pas une guerre franco-allemande qu'une bataille puisse décider. Cette guerre est une guerre mondiale. Nul ne peut prévoir si les peuples qui sont neutres aujourd'hui le resteront demain, ni si les alliés de l'Allemagne resteront toujours ses alliés. Si les forces de la liberté triomphaient finalement de celles de la servitude, quel serait le destin d'une France qui se serait soumise à l'ennemi ?

L'honneur, le bon sens, l'intérêt de la Patrie, commandent à tous les Français libres de continuer le combat, là où ils seront et comme ils pourront. Il est, par conséquent, nécessaire de grouper partout où cela se peut une force française aussi grande que possible. Tout ce qui peut être réuni, en fait d'éléments militaires français et de capacités françaises de production d'armement, doit être organisé partout où il y en a.

Moi, Général de Gaulle, j'entreprends ici, en Angleterre, cette tâche nationale.

J'invite tous les militaires français des armées de terre, de mer et de l'air, j'invite les ingénieurs et les ouvriers français spécialistes de l'armement qui se trouvent en territoire britannique ou qui pourraient y parvenir, à se réunir à moi.

J'invite les chefs, les soldats, les marins, les aviateurs des forces françaises de terre, de mer, de l'air, où qu'ils se trouvent actuellement, à se mettre en rapport avec moi.

J'invite tous les Français qui veulent rester libres à m'écouter et à me suivre.

Vive la France libre dans l'honneur et dans l'indépendance ! »


Charles de Gaulle
Annexe 5 –

Texte du manuscrit de l'Affiche à tous les Français

Voir le fac-similé du manuscrit de l’affiche
Annexe 6 –

Texte de l’Affiche

Voir le fac-similé de l’affiche (2ème tirage, Weiner)

1 Anne et Pierre Rouanet, L’inquiétude outre-mort du général de Gaulle, Paris, Grasset, 1985, 365 p., pp. 93-107.

21 juin 2004


similaire:

Emmanuel Hoog, Président Directeur Général de l’ina iconMembres du comité directeur Présents : Maurice glas, Président Pascal...

Emmanuel Hoog, Président Directeur Général de l’ina iconSommaire
«Le champagne doit continuer à faire rêver», Pierre-Emmanuel Taittinger, Président de la Mission Coteaux, Maisons et Caves de Champagne...

Emmanuel Hoog, Président Directeur Général de l’ina iconPréparation à l’agrégation de géographie 2015 – Représenter l’espace
«Directeur pour la recherche et l’enseignement du futur musée du quai Branly (le musée des «arts premiers»), Emmanuel Désveaux est...

Emmanuel Hoog, Président Directeur Général de l’ina iconAlain Heyraud est le nouveau Président Général de l’asptt montpellier

Emmanuel Hoog, Président Directeur Général de l’ina iconInterview de Mr Delbauffe, ancien Contrôleur général des armées et...

Emmanuel Hoog, Président Directeur Général de l’ina iconEmmanuel Desouhant, Professeur des universités ucbl emmanuel desouhant@univ-‐lyon1....

Emmanuel Hoog, Président Directeur Général de l’ina iconProgramme : Bulletin officiel spécial n°9 du 30 septembre 2010
«Entretien avec Alain Quinet, Directeur général délégué de rff, à propos de la signature du contrat de concession de la lgv – sea...

Emmanuel Hoog, Président Directeur Général de l’ina iconRapport d’evaluation interne 2013 sommaire
«Coste Baills» a été construite en 1975 et achevée en 1977. C’est un Etablissement public géré par son Directeur, soumis aux instances...

Emmanuel Hoog, Président Directeur Général de l’ina iconDans le cadre d’une double opération de recomposition de capital...

Emmanuel Hoog, Président Directeur Général de l’ina iconReglement du jeu-concours «Noël 2009»
«ubisoft», et est représentée en sa qualité de Directeur Général par Geoffroy Sardin, organise un Jeu-Concours gratuit et à l’occasion...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com