Nous vous remercions vivement de vos vœux et vous souhaitons également à vous et à votre chère Famille une Bonne Année 2014 pleine de Joie, Bonheur & Santé





télécharger 238.78 Kb.
titreNous vous remercions vivement de vos vœux et vous souhaitons également à vous et à votre chère Famille une Bonne Année 2014 pleine de Joie, Bonheur & Santé
page1/4
date de publication22.10.2016
taille238.78 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > documents > Documentos
  1   2   3   4























MISE A JOUR JANVIER 2014
Chers Parents & Amis,

Nous vous remercions vivement de vos vœux et vous souhaitons également à vous et à votre chère Famille  une Bonne Année 2014 pleine de Joie, Bonheur & Santé.
Affectueusement.
Albert & Mireille Pardo


-o-o-o-o-o-o-o-o-
A l’attention des Lecteurs du Site:

Les Mises à Jour viennent s’ajouter au Site tous les 4 mois :

Janvier – Mai et Septembre.

Pour consulter le SITE depuis son établissement en Mai 2005, cliquer dans Google : Albert Pardo Souvenirs d’Egypte

Pour m’écrire : albpardo@club-internet.fr

-o-o-o-o-o-o-o-o-
LE COURRIER DES LECTEURS
JANVIER 2014
Reçu le 9 septembre 2013 de Madame Daisy MAYER :
Cher messieur Albert, merci pour votre message, nous avons eux quelques haut et bas 'mais a présent tout vas très bien. Je reprend le récit sur les juifs d Égypte.

Le mots Hies en arabe veux dire si je ne trompe pas "faire la fête" et bien en Égypte les parents allaient au consulat brésilien pour à voir le visa d entrer au Brésil. Ici au Brésil, mr' Samuel eshkinazi, qui était le frère de mère. Et qui était déjà au pays depuis 1946, a signé, plus de vingts fois pour préndre la responsabilité de quelques familles.

Un jour l embassadeur lui dit, hé bien combiens de familles encore, sur votre nom, et il lui a dit le maximum que je pourrais.

Le mohel du Caire,David Simhon sa femme Fortunée et cinq de ses enfants sont venues au Brésil. Mme fortunée était la sœur de ma mère. Ils ont été a Sao Paulo.

Voici encore d autres familles qui sont venue au Brésil'

Dichy, Jabes, Rousso, Hasson. Lisbonna, Zeitouni Perpignan, stambouly, Gabbai, Hamaoui, Hadad, Kanton, Misrahi, Eshkinazi, Molcho, Michhann, Cohen, Chehebar, Sidi, Simhon, Ambar, Rouchaux.et d autres encore.je vous enverrai de tempts en tempts des petits mots.

C est en ce moment si précieux pour nous les juifs, que je rend hommage à ces familles, et je voudrais vous dire shanah tov ah ou ticateivou. Bonne année et bon koupour.pour toute la famille.

Daisy Harari Mayer.

-o-o-o-o-o-o-o-o-

Reçu le 21 septembre 2013 de Monsieur Guy NAGGAR qui a eu la gentillesse de m’envoyer pour Solange et Marcello VAÏS une vidéo de la Synagogue Nébi Daniel dont ils voulaient prendre une photo à leur passage à Alexandrie et que la police leur a interdit:
Albert ahlan bik  

Tu m'as autorisé à te tutoyer….

Tu m'as envoyé du soleil à la maison … tu fais une mitsva à chacun qui reçoit ta mise à jour . 

Moi aussi je vais te faire plaisir  et faire plaisir à Solange et Marcel Vaïss   qui n'ont pas pu photographier la synagogue Nebi Daniel ….. Ce PPS  est pour toi  et pour eux  transfère leur de ma part . Si tu as la larmes à l'œil  c'est normal  tout les égyptiens y passent … tu cliques sur  " lecture seule "  ensuite  tu cliques à ton rythme pour  faire défiler les images   … enbassat  baa  ….et met le son  tab3an  …

Je te souhaite de bonnes fêtes  qui se terminent  ces jours ci  et une bonne Année et une bonne santé 

Khali balak 3aleik  oué cheid heilak  

Je t'embrasse 

Guy 

-o-o-o-o-o-o-o-o-
Reçu le 21 novembre de Monsieur Maurice Rossin :
Cher Monsieur,
Sam Mezrahi m'avait conté avec tendresse et humour son enfance en Egypte. J'ai vu qu'il avait écrit sur votre site un récit très touchant de ces années d'enfance d'insouciance et de bonheur en Égypte d'avant Suez.

J'ai travaillé avec Sam il y a bien longtemps sur le café en Côte d’Ivoire et nous avions des relations amicales très suivies et mutuellement enrichissantes.

Les hasards de la vie m'ont conduit loin de la France - Amérique du Sud, Europe de l'Est, Russie, Asie.... Je retrouve maintenant Paris et son ciel gris.

J'aimerais reprendre contact avec Sam.

Sauriez vous où je peux le retrouver. Je vous en serais très reconnaissant.

Avec mes remerciements anticipés et je vous présente toutes mes excuses pour entreprendre cette démarche si particulière!

Maurice ROSSIN
ET MA REPONSE
Cher Monsieur,

Je suis toujours très heureux de faire connaissance avec un compatriote et je suis également heureux d'avoir mis en rapport plus d'une centaine de personnes originaires d'Egypte ayant perdu la trace d'un ami ou d'un parent.

Je vais donc adresser une copie de votre missive à Monsieur Sam Mezrahi en y ajoutant l'adresse de votre mail.

Voulez vous avoir l'obligeance de m'informer du résultat de cette opération?

Je vous remercie et vous prie d'agréer mes sincères salutations.

Albert Pardo.

-o-o-o-o-o-o-o-o-
Reçu le 23 novembre 2013 de Monsieur Joseph Levi :
Cher Monsieur

 

C'est par hasard que j'ai découvert votre site. et j'ai reconnu GISELE MENAHEM KLEIMAN. c'est moi d'ailleurs qui avais présenté WILLI KLEIMAN à Gisèle

mon épouse GATTEGNO CLAUDETTE connait toute la famille et est de la famille.

Pouvez vous nous mettre en contact? J'ai suivi des cours de soir à l'école AUBERT et j'ai obtenu mon diplômes des HAUTES ETUDES COMMECIALES  au college de la salle

je m'appelle JOSEPH LEVI et mon épouse CLAUDETTE GATTEGNO

Nous habitons 6 MOIS à TEL AVIV et 6 MOIS en FRANCE

Atuellement nous sommes à TEL AVIV

 

MERCI

ET MA REPONSE

Cher Monsieur,

J’adresse copie de votre mail à Madame et Monsieur KLEIMAN ainsi que votre adresse mail et ils vous contacteront.
Voulez-vous avoir l’obligeance de m’informer du résultat de cette opération ?

Je vous remercie et vous prie d’agréer mes sincères salutations.

Albert Pardo
Reçu le 27 novembre 2013 de Monsieur Joseph LEVI :
Cher Monsieur.

Encore merci pour votre intervention. Ce matin nous avons parlé au téléphone avec GISÈLE avec beaucoup d'émotion de part et d'autre, nous alllons nous rencontré très bientôt et surtout nous allons passer Shabat chez eux. Joyeux Hannouca, et à très bientôt

 

CORDIALEMENT

JOSEPH LEVI

Reçu le 1er décembre de Madame Gisèle KLEIMAN :
CHER MR PARDO

MILLE MERCI DE M'AVOIR CONTACTE AVEC jOSEPH ET cLAUDETTE, NOUS NOUS SOMMES DEJA RENCONTRES ET CELA NOUS A BEAUCOUP EMOTIONNES ET FAIT PLAISR...NOUS AVONS RACONTER NOTRE PASSE ET NOUS SERONS A L'AVENIR EN CONTACT..
JE VOUS SOUHAITE UNE BONNE SEMAINE ET JOYEUX HANOUCCA
SINCEREMENT
GISELE


-o-o-o-o-o-o-o-o-
LES ENVOIS DES LECTEURS

JANVIER 2014
Reçu le 6 octobre 2013 de Monsieur Jacques SÜSSMANN :
MY FAMILY, by Jacques Süssmann    (This is an uncompleted draft - last amended: 12/1/2002)

GIACOMO (Yaakov) SÜSSMANN - my paternal grandfather

b.: 7/4/1848 - d.: 8/5/1922
My paternal grandfather: Giacomo was born either in Koslov, Ukraine or in Sebastopol, Crimea on the 7th of April 1848.  His place of birth is still being researched by myself, as I have conflicting information from my father Albert (deceased), and my aunt Alice (also deceased). He was named Yaakov (Jacob).  I know very little of his background and have a very sketchy knowledge of his early life.  I believe his immediate family was a victim of the pogroms that were raging in Russia in those days, that his father (Beer) could have been a "shohet " (Jewish ritual butcher), his mother's name was Lea. He had many older siblings (I recall that one of his sisters was called Marimitte and lived in Rumania), and that he was orphaned when he was 5 years old.  His brothers and sisters could have emigrated to Rumania, although I believe that there is a connection to the town of Koslov in Russia, as they changed their surname from Süssmann to Koslover.  My grandfather was reputedly fostered to a Jewish / Italian family, who Italianated his name to Giacomo, but he retained his original surname: Süssmann (of which he was fiercely proud, and always bemoaned the fact that his siblings chose to change theirs to Koslover).  We, somehow find his new family in Constantinople (now Istanbul, Turkey), where my grandfather grew up to the age of 16.
The young Giacomo had heard that Egypt (which was then part of the Ottoman empire) had become a beehive of activity, as the Suez Canal was being built by the French.  Trade, professional and business people started to arrive from all parts of Europe and the Middle East, in order to take advantage of the economic explosion and the opportunities deriving from it.  Egypt was now at the crossroads of the spice and silk trade.  Before the canal was built, ships had to round the Cape of Good Hope at the southern tip of Africa in order to get to India and the Far East, a trip that wasted weeks.  My grandfather also knew that ophthalmic disease was rife in Egypt and that a large proportion of the native population needed eyesight correction.  The enterprising young man went from Turkey to Italy, where with his meagre savings,  purchased a small quantity of corrective eyeglasses of various magnifications, and with his small stock, arrived in Cairo in 1864. He set up business in the streets of Cairo, by displaying his wares on a wooden tray strapped to his neck with a leather strap.  Lady Luck smiled on the budding tycoon who very soon made a substantial profit, and having run out of stock, returned to Italy to replenish it. He shuttled back and forth a few times between the two countries, and by 1865 had accumulated sufficient funds to open up his first shop.
Cairo, Alexandria, Port-Saïd, and to a lesser extent, some other smaller cities in Egypt were a melting pot of ethnic groups. These began to dominate the commercial and professional life of that country, so much so that those cities began to acquire a European look (in particular: French). In fact, the then ruler (King Farouk's grand-father): Ibrahim Pasha (Turkish Vice Roy), was a Francophile, and was responsible for according the contract for the building of the Suez Canal, to: "La Compagnie du canal de Suez", a French company and the French engineer: Ferdinand de Lesseps. The canal was completed and inaugurated in 1869. Ibrahim Pasha even commissioned Verdi to compose an opera (Aïda), and had the Cairo Opera House, specially built to coincide with the occasion. The European influx was accelerated.  More and more Europeans (and others), flocked to Egypt, attracted as they were by the economic boom... French, British, Greeks, Italians, Maltese, Armenians, Turks, Hungarians Rumanians, Germans, Russians, Poles, Belgians, just to name a few, and many other ethnic groups were represented there. French being the official international language of the time, it was adopted by all the expatriates as the lingua franca of everyday communication.  However, they spoke mostly the language of their respective origins with their families, and compatriots. My grandfather was very much at home in this "Tower of Babel", as he spoke no less than thirteen languages.  Those were: Russian, Polish, Yiddish, German, French, Italian, Spanish, Romanian, English, Turkish, Greek, Armenian and Arabic. This may seem extraordinary for the average person, and it is indeed quite an achievement, but one must not forget, that there are some people in Turkey who can speak seventeen, eighteen and even twenty-three languages.
This diversity of nationalities required the establishment of a special judicial system, in order to administer the workings of this particular society with a modicum of impartiality. The "Sublime Porte" (Turkish government) established "Les Tribunaux Mixtes" or Mixed Tribunals in 1826, where all pleas were made and recorded in French. Foreign nationals were protected by law under the system named "capitulations", under which they were subject to the laws of their country of origin, and their disputes or grievances, arbitrated by those Courts of Law.  We now must remember that most foreigners in Egypt, who arrived prior to World War I, came with no passports, as they were not needed at that stage for moving from country to country. It became evident very quickly, that in order to take advantage of the "capitulations" system, one had to establish a foreign identity. Everyone flocked to consulates or embassies (for whom this was a wonderful new source of income), in order to acquire passports. My grandfather did what everyone else was doing, and applied first to the Russian consulate, and when he found the cost too high, started shopping around for the cheapest passport. He found that Greece was giving them away for L.E. 5 (5 Egyptian Pounds). A bargain! The Russian Jew was now Greek, and all his descendants with him.
Business was booming for the young optometrist, and he decided to get married. I have no details of the date of the wedding, but his bride's name was Anna Goldstein. She gave him four children: Rachel, David, Simon and Ida, before dying in 1882 and leaving him a widower. By that time my grandfather's business had been expanding rapidly, and he had added jewellery and watchmaking to his thriving business. He was appointed sole purveyor of jewellery, watches and optometry to the Khedive (Vice-Roy), and was often invited to play backgammon (tric-trac) with the latter. He had 3 outlets in Cairo, and was employing goldsmiths and silversmiths in his workshops, as well as qualified watchmakers. He travelled frequently to Europe on buying trips, and in particular to Switzerland, where he obtained the exclusive agencies for "International Watch Company"-Schaffhausen, "Omega", "Movado", "Tavannes" and "Longines" watches. He also imported "grandfather", and "grand-mother" wall clocks, and "Cuckoo" clocks from the "Schwartzwald" (Black Forest, in Germany).  I was always in awe at the wonderfully hand carved "Hunters" clocks, hanging on the walls of my father's shop. In 1886 or 1887, on one of his trips to Vienna, my grandfather met the lady who was to become his second wife. It was love at first sight. Her name was Emma Bloch, born on the 4th of August 1860 to a very well to-do Viennese family. She was 26 or 27, and 12 years his junior. She was destined to become my grandmother. They married on the 25th March 1888, and one year later (on the 19th January 1889) my father: Albert was born. They had six children after that, in quick succession: Paul, Malchi, Richard, Grety, Olga and Alice.
I have always mourned the fact that I have never known my grandfather, as he died 4 years before I was born. He was (from stories told me by my father and others), a man larger than life, a self-made man, strong as an ox, an inspiration to all his descendants. He had a very strong sense of "family". All meals had to be attended by all members of his family (his wife, himself and all of his eleven children), and all had to be on time. An autocrat, he would not allow anyone (including himself or my grandmother) to start partaking of the meal, until all were properly seated and suitably attired.  Conversation was not allowed at the table, unless permission to speak was first granted by him (with the exception of his wife). He was a patriarch who was well liked and respected by all who came in contact with him. He became President of the Ashkenazi Jewish Community. When the children of his first marriage were old enough, he put his two sons: David and Simon, in charge of the family business, and decided to take an extended vacation in Europe with his younger family... It turned out to be a mistake. The boys started living it up, and neglected remitting sufficient funds to support my grandfather and his dependants. There remained only one thing to do: Return to Cairo. The boys did not like losing the reins of the business, and a bitter legal battle ensued. It was eventually settled by dividing the business, but the rift was permanent. My grandfather took my father (who was then 16), into the principal outlet, and groomed him to take over when the time came. My father learned the trade very well, as he had the best teacher for that purpose. He became an assessor of jewellery, a gemmologist, and the best designer of jewellery I have ever seen.
Giacomo Süssmann died, aged 74 on the 8th March 1922, as a result of complications following a prostate operation.  He was buried in the family vault in the Jewish cemetery at Bassatine (old Cairo). He was survived by his wife Emma and his eleven children. Although I have never met him, I feel I know him well, and he is ever present in my thoughts.

Jacques
Reçu le 30 octobre 2013 de Monsieur Victor TEBOUL :

Cher Monsieur Pardo,
Veuillez trouver ci-dessous un message que j’ai fait parvenir à des amis touchant ma dernière parution.

Je vous serais bien reconnaissant si vous pouviez transmettre à vos contacts l’information relative à la publication, information également ci-jointe en format PDF, ainsi que les hyperliens qui y sont indiquées.

En espérant que vous vous portez bien.
Bien cordialement,
Victor Teboul, Ph.D., Directeur, Tolerance.ca

www.tolerance.ca

www.victorteboul.com
----------------------
Montréal, le 30 octobre 2013
Chers amis, chères amies,
Je viens de publier un tout dernier livre numérique qui porte sur l’expérience que j’ai tirée des années de mon enfance à Alexandrie ainsi que de mon parcours au Québec. J’y évoque aussi mon rapport à la tolérance. Mon essai est écrit, cette fois-ci, en anglais, et répond à une vision du vivre ensemble très répandue dans le monde anglophone.

Je pense que ce livre vous intéressera alors qu’il est beaucoup question, ces temps-ci, de diversité et du rapport à l’Autre.

Vous pouvez le lire directement sur votre ordinateur, votre tablette (Kindle, Ipad) ou votre téléphone intelligent, pour la modique somme d’environ $ 4.00. Vous avez bien lu : quatre dollars, environ.

Si vous pensez que ce livre est susceptible d’intéresser d’autres lecteurs et lectrices, je vous serais reconnaissant de leur faire suivre le document PDF joint au présent courriel.
J’espère avoir le plaisir de connaître vos commentaires.
Amicalement,

Victor Teboul, Ph.D.
On trouvera plus d’informations sur ce livre en cliquant sur ce lien: http://www.victorteboul.com/Article.aspx?ID=145&L=fr
$4.00 environ

Voir aussi «La Tolérance selon Victor Teboul», l’émission diffusée à la télévision de Radio-Canada :

http://www.radio-canada.ca/emissions/second_regard/2012-2013/Reportage.asp?idDoc=286989

Autres livres en format numérique sur Amazon et sur Kobobooks.com
Victor Teboul, Ph.D., Directeur, Tolerance.ca

www.tolerance.ca

www.victorteboul.com
-o-o-o-o-o-o-o-o-


LE MOT DU REDACTEUR

JANVIER 2014

TRES IMPORTANT APPEL
http://albert.pardo.free.fr/souvenirs-egypte.htm

A TOUS NOS CORELIGIONNAIRES ET COMPATRIOTES ORIGINAIRES D’EGYPTE.

Il faut sauver de l’oubli qui les menace TOUS les souvenirs de la bienfaisante présence des Juifs d’Egypte et des Etrangers de toutes nationalités ou religions dans ce Pays durant des siècles. Si vous avez un ou des souvenirs, personnels ou généraux, de quelques lignes ou de plusieurs pages, un témoignage, un article, un poème, un proverbe, un conte, une recette de cuisine, une nokta, etc…envoyez-les moi à mon adresse mail :

albpardo@club-internet.fr

Ils seront publiés dans le Site ci-dessus sous votre nom.
-o-o-o-o-o-o-o-o-

LE CHEMIN DE LA SAGESSE ET DU BONHEUR

JANVIER 2014
EL DONIA ZAY EL MEZAN, YOM FEL AALI OUE YOM FEL OUATI.

Le monde est comme une balance : un jour en haut et un jour en bas.

Ce qui veut dire que le cours de la vie n’est jamais stable.
ABL MA TNASSEB … HHASSEB.

Avant de t’engager (mariage, association,etc.) fais attention.

Etudie bien la question pour ne pas subir de déboires.
ELL IDOU FEL MAYA MOUCHE ZAY ELL IDOU FEL NAR.

Celui dont la main est dans l’eau n’est pas comme celui qui a la main dans le feu.

Se dit de celui qui juge sans étudier le pour et le contre.
AASSFOUR FEL YAD AHHSSANE MENE AACHARRA AAL CHAGARRA.

Un oiseau dans la main vaut mieux que dix sur l’arbre.

Le premier est sûr, les autres pas.
YA RABBI EHHFAZNI MENN ASSDEKA’I AMMA AADA-I ANA

MEHHTARESS MENHOM.

Mon Dieu, protège moi de mes amis quant à mes ennemis je me méfie d’eux.

C’est un proverbe pessimiste mais, parfois, il faut être vigilant.

-o-o-o-o-o-o-o-o-

L’EGYPTE QUE J’AI CONNUE

JANVIER 2014


Pour en commander un ou plusieurs exemplaires, veuillez adresser votre demande à :

Monsieur André C O H E N

Secrétaire de l’ASPCJE

E. mail : leahel@free.fr

L’Association pour la Sauvegarde du Patrimoine

Culturel des Juifs d’Egypte

édite depuis de nombreuse années des ouvrages écrits essentiellement

sur l’Egypte d’avant et après l’Affaire de Suez.

Vous en trouverez tous les détails sur son excellent Site

nouvelle adresse : http://www.aspcje.fr

nouveau courriel : aspcje@gmail.com
-o-o-o-o-o-o-o-o-
LE COIN DE LA POESIE

JANVIER 2014

De Madame Beatrice MUCHMAN (auteur de « Never to be Forgotten ») pour le magnifique livre de poèmes du Docteur Elie MANGOUBI : Les Chemins de la Poésie.

Reviews Written by 
Beatrice Muchman 










 




 

 







 

Les chemins de la poésie

by Elie Mangoubi
Edition: Paperback

Price: £19.79




 

 







 

5.0 out of 5 stars On the road to life capturing poetry., 26 Mar 2012

This review is from: Les chemins de la poésie (Paperback)

For those of us fortunate enough to understand the French language this book of poems is a "must read." Dr. Elie Mangoubi is a poet who captures life as it passes us by in its many touching ways. These poems, one and all, express those feelings that can only be described by a sensitive writer such as Elie Mangoubi.

I have read these poems again and again for they echo one's mood and take us to both sad and joyful places, all the while pondering their meaning as it applies to ourselves. The French is sufficiently direct for a beginner to capture the essence of most poems. You won't regret having this beautiful manuscript in your library.

-o-o-o-o-o-o-o-o-





Reçu de Madame Ada AHARONI (Andrée YADID) :

Je consacre le poème  suivant à la mémoire de mon cher père - Nessim Yadid Diday, du Caire et de Paris.

UNE SEMAINE VERTE

Semaine de menthe fraiche

semaine verte

jusqu’aux racines de l’être

semant son arome parfumée

Gomatek khadra, qu'elle soit toute verte,

ta semaine verte

annonçait triomphalement mon père

le samedi soir au Caire

En nous donnant

sa bonne bénédiction

de retour des Portes du Paradis,

la grande synagogue de la rue Adli.

Que ta semaine soit toute verte,

disait-il rayonnant en passant

la branche de menthe parfumée

au-dessus de nos têtes enthousiasmées

Et surtout -

n'oubliez pas de la retourner

toute en fleur -

au monde entier

Qui me donnera une semaine verte

maintenant qu’il n'est plus?

maintenant que les Portes du Paradis

sont fermées?

Seule la paix - seule la paix

De menthe fraiche.

Ada Aharoni

Mon nom en Egypte – Andrée Yadid

-o-o-o-o-o-o-o-o-

Reçu, par ordre d’arrivée, de Cesar & Clemy PINTO, de Rega MAHASSEN, de Nina & Sami COHENCA,  de Joe Piha, ce beau poème tout plein de nostalgie :

Alexandrie - Georges Moustaki

 
Je vous chante ma nostalgie
Ne riez pas si je rougis
Mes souvenirs n'ont pas vieilli
J'ai toujours le mal du pays

Ça fait pourtant vingt cinq années
Que je vis loin d'où je suis né
Vingt cinq hivers que je remue
Dans ma mémoire encore émue

Le parfum les odeurs les cris
De la cité d'Alexandrie
Le soleil qui brûlait les rues
Où mon enfance a disparu

Le chant la prière à cinq heures
La paix qui nous montait au coeur
L'oignon cru et le plat de fève
Nous semblaient un festin de rêve

La pipe à eau dans les cafés
Et le temps de philosopher
Avec les vieux les fous les sages
Et les étrangers de passage

Arabes Grecs Juifs Italiens
Tous bons Méditerranéens
Tous compagnons du même bord
L'amour et la folie d'abord

Je veux chanter pour tous ceux qui
Ne m'appelaient pas Moustaki
On m'appelait Jo ou Joseph
C'était plus doux c'était plus bref

Amis des rues ou du lycée
Amis du joli temps passé
Nos femmes étaient des gamines
Nos amours étaient clandestines
On apprenait à s'embrasser
On n'en savait jamais assez

 Ça fait presqu'une éternité
Que mon enfance m'a quitté
Elle revient comme un fantôme
Elle me ramène en son royaume
Comme si rien n'avait changé
Et que le temps s'était figé
Elle ramène mes seize ans
 Elle me les remet au présent

 Pardonnez-moi si je radote
Je n'ai pas trouvé l'antidote
Pour guérir de ma nostalgie

 Ne riez pas si je rougis
On me comprendra j'en suis sûr
Chacun de nous a sa blessure
 Son coin de paradis perdu
Son petit jardin défendu
Le mien s'appelle Alexandrie
Et c'est là-bas loin de Paris.
-o-o-o-o-o-o-o-o-
Les deux poèmes qui suivent sont du Docteur Elie MANGOUBI :
L’ETERNITE ET LE TEMPS
Le temps de ma jeunesse

Semble durer une éternité

Le temps de ma vieillesse

S'écoule avec rapidité.
Telle est la relativité

De l'espace et du temps

Qui nous ramène surement

Au silence de l'éternité.

A QUAND LA PAIX ET LA SERENITE ?
Pourquoi cette haine continuelle

Ce désir de vengeance perpétuel

Des hommes envers les hommes ?
Pourquoi les tueries, les souffrances

Les assassinats, les violences

De l'homme envers les hommes ?
Pourquoi les religions meurtrières

Ignorent-elles que la première

Leçon à ne pas oublier, est de ne pas tuer?
Pourquoi le sang des sacrifiés

Est-il continûment desséché

Au nom de quels Dieu ou logique ?
Pourquoi sacrifier la bonté

L'amour, la compassion, à la cruauté

Au nom de quels Dieu ou logique ?
Pourquoi les famines, les épidémies

L’indifférence, les guerres à l'infini

Qui écourtent maintes vies?
A quand la fin de l’intolérance

De l’esclavage, de la violence

Du racisme, dans ce monde déchiré ?
A quand l’amour, la sérénité

Dans un monde en soif de paix ?

Faut-il attendre l'éternité

Pour enfin la trouver ?


 

SI-BERTO M’ETAIT CONTE…

JANVIER 2014
MON CHAT M’A DIT …

Tranquillement assis dans mon fauteuil préféré, je savourai le livre que j’étais en train de lire. Quel calme après le tohu-bohu de l’après-midi !

Nous avions reçu à déjeuner notre groupe d’amis. C’était notre tour. Le train-train habituel : d’abord l’apéritif puis, déjeuner, dessert, café et liqueurs. Comme d’habitude, durant la dégustation du café, la conversation se déchaîna. Comme d’habitude, il y eut plusieurs sujets abordés en même temps. Qui parlait politique, qui parlait voyages, qui d’autre finances…Tous en même temps ! Le champagne à l’apéritif s’était laissé boire comme du petit lait, le ‘’trou normand’’ avait été servi dans une coupe au lieu du petit verre classique, les vins d’accompagnement étaient capiteux et les liqueurs avaient eu du succès. C’est dire combien les verbes étaient hauts et l’animation…très animée.

Puis le moment des parties de cartes sonna. Nous composâmes nos groupes habituels et nous nous mîmes à battre le carton. Bientôt, comme d’habitude également, il y eut à la table de Georges force discussions, interprétations contradictoires, véhémentes protestations. Georges sema la pagaille comme il le fait plus souvent qu’à son tour. Chaque fois que la discussion semblait se calmer il la relançait de plus belle par ses remontrances, risquant d’augmenter ainsi la mauvaise humeur générale et de faire tourner à l’aigre cette réunion si sympathique jusqu’à là.

J’ai essayé de le calmer gentiment mais ce fut peine perdue. Je n’ai donc pu me retenir de le brusquer un tout petit peu. Alors, il cessa et nous reprîmes sereinement le déroulement de nos parties respectives. Mais Georges s’était senti blessé. Il n’ouvrait plus la bouche et, au moment du départ, son ‘’au revoir’’ avait été des plus froids. Je n’étais pas content de ma remontrance à Georges mais je me disais qu'il n’y avait pas moyen de faire autrement car il était coutumier du fait.

Soudain, dans le silence de la nuit, j’ai entendu distinctement ceci : TU AS EU TORT !

Sur le coup, j’ai cru que c’était moi qui avais prononcé ces paroles mais ce n’était pas ma voix ! J’ai regardé partout pour voir s’il n’y avait pas QUELQU’UN avec moi dans la pièce mais il n’y avait PERSONNE ! Et, de nouveau, j’ai entendu clairement : Oui ! oui ! tu as eu tort ! Alors j’ai constaté, à ma grande surprise, que la voix sortait de la gueule de Robert, notre chat siamois ! Je n’ai pu m’empêcher de lui répondre :

- Et pourquoi donc ai-je eu tort ?

  • C’était ton invité, qu’il me dit et on ne rabroue pas un invité.

- Mais je ne l’ai pas rabroué ! J’ai essayé tout simplement de lui faire prendre conscience qu’il était en train de perturber notre gentille réunion amicale et de mettre tout le monde de mauvaise humeur.

  • Ce n’était pas une raison et puis, C’ETAIT TON INVITE !

Oubliant que je parlais à un chat, ce qui n’était pas du tout ordinaire, je continuais :

  • Alors, Monsieur Robert non seulement tu me critiques mais, encore, tu philosophes ? d’où tiens- tu donc toute cette sagesse ?

  • C’est que j’ai été élevé par mon père, lequel a été élevé par le sien et cela remonte jusqu’à un ancêtre qui était le chat de Blaise PASCAL…

A ce moment, l’énormité de la chose m’apparue : un chat qui P A R L E ? J’allais lui répliquer lorsque le livre que je lisais me tomba des mains et je me réveillais en sursaut. Vous l’avez compris, je m’étais endormi en lisant et cette conversation avec mon chat n’était que le fruit de mon imagination teintée, peut-être, d’un peu de remords envers Georges. Mon subconscient s’était manifesté à sa manière et je me promis que, à l’avenir, je m’efforcerais d’être plus patient.

Albert Pardo (PROPOS A TIRE-LARIGOT)
-o-o-o-o-o-o-o-o-

  1   2   3   4

similaire:

Nous vous remercions vivement de vos vœux et vous souhaitons également à vous et à votre chère Famille une Bonne Année 2014 pleine de Joie, Bonheur & Santé iconNation as-tu une âme ?
«Je vous salue Marie, pleine de grâce, le Seigneur soit avec vous, vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de...

Nous vous remercions vivement de vos vœux et vous souhaitons également à vous et à votre chère Famille une Bonne Année 2014 pleine de Joie, Bonheur & Santé icon1. Quelles sont les différences entre les enfants et les grandes...
«D» si vous êtes D’accord avec la phrase et «P» si vous n’êtes Pas d’accord. Puis, écrivez de l’évidence du texte pour appuyer votre...

Nous vous remercions vivement de vos vœux et vous souhaitons également à vous et à votre chère Famille une Bonne Année 2014 pleine de Joie, Bonheur & Santé iconRésumé La nouvelle loi de financement de la Sécurité sociale fait...
«vous gagnerez ce que vous produisez et vous dépenserez ce que vous aurez gagné»

Nous vous remercions vivement de vos vœux et vous souhaitons également à vous et à votre chère Famille une Bonne Année 2014 pleine de Joie, Bonheur & Santé iconChapitre premier jeunesse
«Je puis vous assurer monsieur de Lardimalie, lui écrit-il, que j’ai en estime vous et votre vertu, et que j’ai autant de contentement...

Nous vous remercions vivement de vos vœux et vous souhaitons également à vous et à votre chère Famille une Bonne Année 2014 pleine de Joie, Bonheur & Santé iconNous sommes également ravis de communiquer avec vous. Nous vous avons...

Nous vous remercions vivement de vos vœux et vous souhaitons également à vous et à votre chère Famille une Bonne Année 2014 pleine de Joie, Bonheur & Santé iconJeunes engagés volontaires de la section du lieutenant Copeaux, vous...
«classes» sans s’être dépassé, sans avoir affronté ses peurs et ses faiblesses, sans avoir recherché ce que tant d’autres ne veulent...

Nous vous remercions vivement de vos vœux et vous souhaitons également à vous et à votre chère Famille une Bonne Année 2014 pleine de Joie, Bonheur & Santé iconRÉponses appropriées aux questions des recruteurs
«Parlez-moi de vous», IL vous demande de vous présenter en tant que personne et non pas de lui citer simplement vos aptitudes

Nous vous remercions vivement de vos vœux et vous souhaitons également à vous et à votre chère Famille une Bonne Année 2014 pleine de Joie, Bonheur & Santé iconProjet d’un établissement de Trappistes en Amérique
«Eh bien, dit le Père Abbé, puisque vous le voulez, j’y consens et vous permets de prendre, tant dans cette maison-ci que dans les...

Nous vous remercions vivement de vos vœux et vous souhaitons également à vous et à votre chère Famille une Bonne Année 2014 pleine de Joie, Bonheur & Santé iconL’Ombre : Depuis Venise, nous nous étions perdus de vue. Mais que...
«polémos». En êtes-vous encore à croiser le fer avec l’esprit du temps, avec ces «Modernes» qui ne comprennent rien à vos propos...

Nous vous remercions vivement de vos vœux et vous souhaitons également à vous et à votre chère Famille une Bonne Année 2014 pleine de Joie, Bonheur & Santé iconIl y a tout à parier que ce jour restera marqué d’une croix blanche...
«Répliques»; vous que notre ami Milan Kundera définissait un jour comme «l’homme qui ne sait pas ne pas réagir», vous devriez, vous...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com