Leçon I : «C’est quand qu’on va où»





télécharger 332.44 Kb.
titreLeçon I : «C’est quand qu’on va où»
page1/4
date de publication11.05.2017
taille332.44 Kb.
typeLeçon
h.20-bal.com > documents > Leçon
  1   2   3   4
Haute Ecole Roi Baudouin







Travail de fin d’étude Dequirez Deborah 3ème PP Année scolaire 2004 – 2005

Il chante mal comme ce n'est pas permis,

joue de la guitare comme un pied,

mais derrière les musiques approximatives

et les textes un peu légers de ce gavroche anarchiste

on sent quelque chose naître en marge des grands courants de la chanson d'aujourd'hui"

(19-25/06/1975 Politique Hebdo) .

Renaud est né, tin tin tin !
Plan

Plan

Remerciements 

I. Introduction 

A. Objectif général 

B. Renaud  et moi 

II. Partie théorique 

A. Qui est Renaud ? 

B. Le langage de Renaud. 

1. L’argot 

2. Le langage familier 

3. Le Verlan 

4. Le langage enfantin. 

5. La poésie 

6. Le jeu de mots 

7. Le patois. 

8. Conclusion 

C. La famille de Renaud. 

1. Brassens 

2. Coluche 

3. Vian 

4. Bénabar 

D. Renaud, le poète rebelle mais tendre … 

E. Renaud à l’école primaire ? 

III. Pratique 

Leçon I : « C’est quand qu’on va où » 

Leçon II : « 500 connards sur la ligne de départ » 

Leçon III : « Il pleut » 

Leçon IV : « Laisse béton » 

Leçon V : « Ma gonzesse » 

Conclusions 

IV. Conclusion générale 

Bibliographie. 


Remerciements

Je tiens à remercier sincèrement mon promoteur, Monsieur GAUDIER. L’intérêt qu’il a manifesté dès le début de mon travail m’a motivée. Il a su lever les doutes qui m’habitaient en mettant en avant toutes les possibilités pédagogiques qu’offrait l’exploitation des textes des chansons de RENAUD. Alors que je me montrais trop timorée dans le choix de certains textes, il m’a incitée à oser les exploiter. Il avait raison vu le succès remporté auprès des élèves de 5ème année.

J’aimerais aussi remercier Madame MURIEL, ma maîtresse de stage, qui a bien voulu rompre avec la routine en me permettant d’utiliser les textes de RENAUD au cours de français. Son enthousiasme s’est avéré communicatif et bénéfique pour les enfants. J’ai vu dans son attitude une belle leçon d’ouverture d’esprit que je n’oublierai pas lorsque, institutrice, je recevrai une stagiaire aux idées novatrices.




  1. Introduction

Renaud n’est-il que le chanteur provoquant ou révolté que l’on décrit ? Le contenu de ses chansons est-il exploitable à l’école ?

Malgré le temps qui passe, Renaud est toujours d’actualité. Son public est des plus variés et de tous âges. Lors de ses concerts on rencontre aussi bien le soixante-huitard chevelu et barbu que l’adolescent boutonneux, le cadre en costard et l’ouvrier en polo, la pimbêche en tailleur et la beurette en jeans.

Tous ces mondes que beaucoup de choses séparent, ont un point commun qui apparaît lorsqu’ils reprennent en cœur les tubes de Renaud.
Avec son air de vieux gosse, Renaud a su conquérir les enfants. Les textes de ses chansons leur plaisent. Ils sont faciles à retenir à l’image d’une histoire qu’on leur raconte avant de les coucher. Cet air canaille et rebelle qu’il arbore depuis plus de trente ans séduit ces mêmes enfants qui voient en lui le contestataire que nous sommes tous un peu au fond de nous-même.
Dans quelle mesure les enfants peuvent-ils prendre conscience que la chanson, ce n’est pas que de la musique, et des mots en anglais ? Renaud peut être l’outil par lequel on apprend à écouter les textes.
Des jeux sur les mots, des associations inattendues, un plaisir du langage qu’il s’est approprié, irrespectueux, familier voire argotique. A-t-il sa place en classe ? Bien sûr ! Ne devons-nous pas offrir le plus grand panel possible de textes en français, ne devons-nous pas amener les enfants à se forger des avis sur la société afin d’éviter d’en faire des moutons, ne devons-nous pas leur apprendre le plaisir des mots, … ?







J’ai choisi de parler de Renaud car d’aussi loin que je m’en souvienne, je l’ai toujours, non pas apprécié, mais adoré … Sans trop savoir pourquoi !

Je suis née en 1983, date à laquelle sort : « Dès que le vent soufflera » … A mon avis, j’ai dû l’entendre des centaines de fois sur les ondes et ça m’est resté en mémoire ! Et son petit côté rebelle n’y est sans doute pas pour rien.
Mais outre son aspect extérieur, ce sont ses chansons que j’aime. Mélange subtil d’humour, de tendresse et de simplicité… à son image !



Dans cette partie, je vous expliquerai qui est Renaud, quel est son langage, ses influences et les raisons pour lesquelles je crois qu’il peut très bien être étudié en primaire.

A. Qui est Renaud ?
Pour connaître Renaud, il suffit d’écouter ses albums. Il y écrit ses pensées, ses états d’âmes, ses bonheurs et ses désillusions. On a l’impression qu’il se livre nu, sans artifices, sans gêne. Mais pour savoir d’où viennent ses chansons, une petite biographie n’est pas superflue pour qui veut en parler avec ses élèves !

Renaud naît le 11/05/1952 à Paris, fils d’une mère nordiste ayant des ancêtres mineurs et d’un père sudiste aux ancêtres pasteurs, universitaires ou artistes. Mais, farceur dès la naissance, il surprend tout son mode en débarquant avec un frère ! Il est donc le cinquième enfant ex aequo de Monsieur et Madame Séchan.

Si Renaud héritera la simplicité de sa mère, il ne retiendra de son père que l’amour des mots. Ce dernier, professeur de son état, se désespérera du peu d’intérêt de Renaud pour ses études. Un frémissement de fierté parcourut cependant ce père inquiet quand son fils entra à la Sorbonne. Ce sentiment s’évanouit bien vite car Renaud n’était entré à la Sorbonne que pour la prendre de force en mai 68. Il y resta trois semaines et y écrivit sa première chanson « Crève Salope » qui devint un hymne étudiant et fit le tour de la capitale.
Renaud arrête l’école à 17 ans, travaille et s’achète une moto. A partir de ce moment, il fréquente les loubards d'Argenteuil, de République et de Bastille. Il risque à tout moment de basculer dans la délinquance mais, son amour des livres et des mots l’incite à suivre des cours d’art dramatique. Il rencontre Coluche et Miou-Miou (à l’époque tout aussi inconnus que lui). Il joue dans plusieurs cafés-théâtres et enregistre son premier album : « Amoureux de Paname » en 1975.
A partir de ce moment, tout s’emballe. Sa carrière démarre, il trouve la femme de sa vie : Dominique (compagne de Gérard Lanvin au moment de leur rencontre). Une fille naît de leur union : Lolita.
Les albums s’enchaînent dans lesquels il parle de son quotidien, de sa petite famille, il mêle les textes engagés et les histoires humoristiques.
En 1992, il obtient un des rôles principaux dans « Germinal », film adapté du roman d’Emile Zola, où il incarne Etienne Lantier, un mineur aux idées révolutionnaires. Il s’identifie parfaitement au personnage qui correspond à sa sensibilité et à ses opinions. Il ira même jusqu’à faire sa propre révolution durant le tournage en persuadant les figurants de faire grève car ils sont mal payés…
Après l’âge d’or de Renaud, les années noires s’annoncent.
Vers 1997, on n’entend plus parler de Renaud, il a sombré dans l’alcoolisme, sa femme le quitte ce qui l’enfonce encore plus. De cures en rechutes, Renaud parvient à remonter à la surface en 2002 avec son nouvel album : « Boucan d’enfer » dans lequel il évoque ses difficultés.

Quelques rechutes émaillent encore cette sortie de l’enfer mais, depuis son mariage avec une jeune chanteuse (Romane Serda) en septembre 2004, Renaud se métamorphose : aminci, les cheveux courts, les yeux pétillants, … C’est un nouveau Renaud qui nous revient !
Pour terminer la présentation de Renaud, je dirai qu’il est sensible, fragile, révolté, fidèle en amitié, attaché à Paris … comme le traduisent ses chansons.

____________________

http://www.sharedsite.com/hlm-de-renaud/

http://www.renaud-le-renard.com/

http://www.renaud-chanteur.com/

« Bouquin d’enfer », Thierry Séchan, Editions du Rocher, Monaco, 2002

« Renaud », Méziane Hammadi, Les Guides MusicBook, Paris, 2003

Crève salope

Je v'nais de manifester au Quartier
J'arrive chez moi, fatigué, épuisé,
Mon père me dit : bonsoir fiston, comment ça va ?
J'lui répond : ta gueule, sale con, ça t'regarde pas !

Refrain : Et j'ui ai dit : crève salope !
Et j'ui ai dit : crève charogne !
Et j'ui ai dit : crève poubelle !
Vlan ! Une beigne !

Le lendemain, comme tous les jours, j'vais au lycée,
Je rencontre dans la cour mon prof d'anglais,
Elle me dit : bonjour jeune homme, comment ça va ?
J'ui réponds: ta gueule, sale conne, ça t'regarde pas !

Refrain

L'proviseur m'a convoqué le lendemain,
Dans son cabinet privé, pour un entretien,
Ym'dit : essuyez vos pieds avant d'entrer.
J'ui ai dit : écoute mon pote, tu m'laisses causer !

Et j'ui ai dit : crève salope !
Et j'ui ai dit : crève charogne !
Et j'ui ai dit : crève fumier !
Vlan ! Viré !

Je m'suis r'trouvé dans la rue, abandonné,
J'étais complèt'ment perdu, désespéré,
Un flic me voit et me dit : qu'est-c'tu fous ici ?
A l'heure qu'il est, tu devrais être au lycée,

Et j'ui ai dit : crève salope !
Et j'ui ai dit : crève charogne !
Et j'ui ai dit : crève fumier !
Vlan ! Bouclé !

Je m'suis r'trouvé enfermé à la Santé,
Puis j'ai été condamné à être guillotiné,
Le jour d'mon exécution, j'ai eu droit au cur'ton,
Y m'dit : repentez-vous mon frère, dans une dernière prière

Et j'ui ai dit : crève salope !
Et j'ui ai dit : crève charogne !
Et j'ui ai dit : crève fumier !
Vlan ! Y z'ont tranché !

Amoureux de Paname


Ecoutez-moi, vous les ringards,
écologistes du sam'di soir,
cette chanson-là vaut pas un clou
mais je la chante rien que pour vous.
Vous qui voulez du beau gazon,
des belles pelouses, des p'tits moutons,
des feuilles de vigne et des p'tites fleurs,
faudrait remettre vos montres à l'heure.

Moi j'suis amoureux de Paname,
du béton et du macadam,
sous les pavés ouais c'est la plage,
mais l'bitume c'est mon paysage,
le bitume c'est mon paysage.

Ecoutez-moi, vous les ringards,
écologistes des boul'vards,
vos beaux discours y'en a plein l'dos,
y a du soleil dans les ruisseaux.
La Tour Montparnasse elle est belle,
et moi j'adore la Tour Eiffel,
y a plein d'amour dans les ruelles
et d'poésie dans les gratt'ciel.

Moi j'suis amoureux de Paname,
du béton et du macadam,
sous les pavés ouais c'est la plage,
mais l'bitume c'est mon paysage,
le bitume c'est mon paysage.

Ecoutez-moi, vous les ringards,
écologistes du sam'di soir,
cette chanson-là vaut pas un clou,
mais je la chante rien que pour vous.
Vous qui voulez du beau gazon,
des belles pelouses, des p'tits moutons,
des feuilles de vigne et des p'tites fleurs,
faudrait remettre vos montres à l'heure.

Moi, j'suis amoureux de Paname,
du béton et du macadam,
sous les pavés, ouais c'est la plage,
mais l'bitume c'est mon paysage,
le bitume c'est mon paysage.

Ecoutez-moi, vous les ringards,
écologistes des boul'vards,
vos beaux discours y'en a plein l'dos,
y'a du soleil dans les ruisseaux.
La tour Montparnasse elle est belle,
et moi j'adore la tour Eiffel,
y'a plein d'amour dans les ruelles
et d'poésie dans les gratt'ciel.

Moi j'suis amoureux de Paname,
du béton et du macadam,
sous les pavés, ouais c'est la plage,
mais l'bitume c'est mon paysage,
le bitume c'est mon paysage.

Ecoutez-moi, vous les ringards,
écologistes des grands soirs,
la pollution n'est pas dans l'air,
elle est sur vos visages blêmes.
Moi j'aime encore les pissotières,
j'aime encore l'odeur des poubelles,
j'me parfume pas à l'oxygène,
l'gaz carbonique c'est mon hygiène.

Moi j'suis amoureux de Paname,
du béton et du macadam,
sous les pavés, ouais c'est la plage
mais l'bitume c'est mon paysage,
le bitume c'est mon paysage.


B. Le langage de Renaud.

Si les chansons de Renaud sont si riches et connues de tous, c’est parce qu’aucune ne ressemble à une autre. Un même thème pourra être abordé plusieurs fois, mais jamais on ne se dira qu’il a choisi la facilité en respectant le style d’une autre chanson au thème similaire. Pour ce faire, il utilise le langage dans sa totalité. Tout ce que le langage lui offre, Renaud le saisit et l’utilise pour nous sensibiliser, nous révolter ou nous faire marrer ! On retrouve donc dans ses chansons l’argot, le langage familier, le verlan, le langage enfantin, les jeux de mots,…
1. L’argot

La définition de l’argot que donne le Petit Larousse illustré est la suivante :

ARGOT.1. Vocabulaire particulier à un groupe social, à une profession

2. Spécial. Langage des malfaiteurs
Dans la quasi-totalité des chansons de Renaud, on retrouve de l’argot … des années septante. On passe du pote au fric, des grolles à la mandale et du futal au chichon.
L’argot a souvent la réputation d’être un langage de voyous et c’est pour cette raison qu’il est très peu exploité, voire inexistant à l’école. Mais il serait temps de dérider nos préjugés car les enfants utilisent l’argot tout le temps et s’ils ne le font pas en classe, ils l’utilisent dans la cour de récréation. Pour les enfants l’argot n’est pas un langage grossier mais fait bien partie intégrante du français tel qu’on le parle. « Ce passage de l’argot au français standard et qu’on appelle « emprunt » est un phénomène très courant dans l’évolution des langues. L’argot emprunte des mots d’une autre langue comme la langue française emprunte à l’argot »²  L’argot est donc une langue bien vivante, qui évolue sans cesse.

Il faut néanmoins préciser que l’argot est situé dans l’espace et dans le temps et donc, l’argot parlé par les enfants aujourd’hui est différent de celui pratiqué par Renaud à Paris entre 1971 et 1980. C’est dans ce sens qu’il faut travailler en classe : lire et faire lire des textes de Renaud, faire repérer les mots d’argot inconnus pour, ensuite, laisser les enfants s’amuser à décoder ce langage en se référant au français politiquement correct qu’on leur enseigne.

______________________
”Le petit Larousse” (2004)
  1   2   3   4

similaire:

Leçon I : «C’est quand qu’on va où» iconLeçon 9 10 mai 1972 Leçon 10 17 mai 1972 01 Juin 1972 Le savoir du...
«les internes des asiles», ce sont maintenant «des hôpitaux psychiatriques», sans compter le reste

Leçon I : «C’est quand qu’on va où» iconLeçon 1 18 novembre 1959 Leçon 2 25 novembre 1959
«Éthique», vous verrez pourquoi, ce n’est pas par plaisir d’utiliser un terme plus rare, plus savant

Leçon I : «C’est quand qu’on va où» iconLeçon sur les valeurs du présent (leçon distribuée le 14. 11 et mise...

Leçon I : «C’est quand qu’on va où» iconTranscription de la vidéo : depuis quand les filles «aiment»
«Tiens ! Et si on associait le rose aux filles ?». Et moi je me suis dit : «Mais depuis quand est-ce qu’on associe le rose aux filles...

Leçon I : «C’est quand qu’on va où» iconLeçon n°2
«Le Mur est le plus fort», 1961, le Chancelier ouest-allemand Adenauer est représenté habillé en militaire et abrité derrière l’aigle...

Leçon I : «C’est quand qu’on va où» iconQuel est l’âge de Louis XIV quand IL décide de gouverner tout seul...

Leçon I : «C’est quand qu’on va où» iconLeçon 14 21 Mai 1974 Leçon 15 11 Juin 1974 13 Novembre 1973 Table...
«la passe» : je croyais que c’était passé. Seulement voilà, cette créance : «je croyais que c’était passé» cette créance m’a donné...

Leçon I : «C’est quand qu’on va où» iconLeçon 1 15 novembre
«Ça fait», ça ne suffit pas. C’est essentiel, c’est au point central, c’est la vue poétique à proprement parler de la chose. La...

Leçon I : «C’est quand qu’on va où» iconLa Turquie est en Europe !
«les romains», ça veut dire «les flics» ! Cela a laissé une trace jusque dans notre vocabulaire colonial puisque, quand l’Afrique...

Leçon I : «C’est quand qu’on va où» iconKadogos, Christian Roux
«de ces gens qui rabâchent que «quand on veut on peut», mais qui préfèrent quand même mettre du fric dans la balance ( )»






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com