La France depuis 1945 : fin de la ivème République, Ve République, politique et société





télécharger 258.08 Kb.
titreLa France depuis 1945 : fin de la ivème République, Ve République, politique et société
page1/6
date de publication04.11.2017
taille258.08 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > économie > Documentos
  1   2   3   4   5   6
La France depuis 1945 : fin de la IVème République, Ve République, politique et société.

 Introduction

En 1945, la France sort de la guerre. La démocratie est rapidement rétablie, mais la IVème République se heurte à de nouvelles difficultés : le régime politique est instable et doit faire face à la décolonisation. En1958, le général De Gaulle, revenu au pouvoir, fait adopter la Ve République.

Dans le même temps, la société française connaît une profonde mutation favorisée par la croissance économique. Depuis 1974, la croissance est ralentie mais l’intégration dans l’Europe, commencée dans les années 1950, se poursuit.

 

Quelques petits rappels avant d’aborder la Ve République :

La France des « Trente Glorieuses »

A partir de 1945, alors que la population s’accroît rapidement sous l’effet du baby-boom, la vie des Français se transforme. La population déserte les campagnes pour la ville ; une France industrielle et tertiaire, modernisée, prend le pas sur l’ancienne société rurale ; la consommation de masse se répand. Ces mutations sont le résultat d’une forte expansion favorisée par l’action de l’Etat et la croissance économique mondiale.

De nouvelles bases pour la France

Après la victoire, il apparaît rapidement qu’il faut transformer la société. En avril 1944, un décret de l’Assemblée consultative accorde le droit de vote et, donc, l’égalité politique aux femmes (dans la théorie). Au cours des années suivantes, c’est la mise en place de l’Etat-Providence ( intervention de l’Etat pour garantir la protection sociale). En octobre 1945, la création de la Sécurité sociale donne aux travailleurs la protection financière. Les droits du travail progressent avec la mise en place des comités d’entreprise dans les entreprises de plus de 50 salariés.

Cependant, le rationnement dure jusqu’en 1948. De 1944 à 1948, les nationalisations concernent les secteurs vitaux de l’économie : l’énergie (Charbonnage de France, EDF, GDF), les transports (Air France, transports parisiens), les banques, le crédit et les assurances. En 1947, un plan de modernisation et d’équipement est mis en œuvre pour encourager la production et les exportations.

Les Français rejettent le rétablissement de la IIIème République. Les partis majoritaires à l’Assemblée constituante (PCF, SFIO, MRP), rédigent un premier projet de constitution, mais il est rejeté par le référendum en mai 1946. Le second projet est adopté en octobre 1946. La Ive République est un régime parlementaire : l’Assemblée nationale détient le pouvoir législatif et contrôle le gouvernement. En désaccord avec ces projets, le général De Gaulle démissionne le 20 janvier 1946 et propose en juin 1946 un régime ou le pouvoir exécutif détenu par le président de la République l’emporte sur le Parlement. Il devient alors un opposant déterminé à la IV République.

 

La IVe République

1/ L’instabilité politique

En 1946, la IVe République est dominée par le tripartisme, coalition de 3 grands partis issus de la résistance : le PCF, la SFIO (Section Française de l’Internationale Ouvrière) et le MRP ( Mouvement des Républicains Populaires). Mais les communistes, critiques sur la politique coloniale, la politique sociale et l’alliance avec les Etats-Unis, sont exclus du gouvernement en mai 1947. Une nouvelle coalition qui va des socialistes à la droite modérée se constitue : c’est la troisième force. Cette alliance est également attaquée par le RPF (Rassemblement du Peuple Français, créé par De Gaulle en 1947). Il s’ensuit une grande instabilité car les gouvernements de coalition sont fragiles. En effet, le président du conseil pouvait être déchu, ce qui est souvent arrivé car il n’y avait jamais majorité absolue. Ce régime fut appelé par de Gaulle le « régime néfaste des partis ». Le scrutin était à la proportionnelle et il y avait ainsi de nombreux petits partis, occasionnant un émiettement des voix.

2/La modernisation de la France

La double action de l’Etat et du plan Marshall permet une rapide reconstruction. Elle est suivie d’une période de forte croissance économique et surtout de modernisation des équipements du pays : électrification des chemins de fer, construction de barrages hydroélectriques, etc. Le plein emploi, le développement du crédit et la hausse des salaires stimulent la consommation. Le grand changement vient du rôle moteur joué par la France dans la construction européenne. En 1951, elle entre dans la Communauté du Charbon et de l’Acier (CECA). En 1957, elle signe le traité de Rome qui met en place la Communauté Economique Européenne (CEE). Mais, en 1954, elle fait abandonner la Communauté Européenne de Défense (CED) intégrant la RFA, à cause de l’opposition des gaullistes et des communistes.

3/ Les difficultés de la décolonisation

De 1946 à 1954, la France s’enlise dans un conflit coûteux en Indochine. La défaite française à Diên Biên Phu, en mai 1954, pousse le président du Conseil, Pierre Mendès-France, à signer les accords de Genève (21 juillet 1954) qui accordent l’indépendance du Viêt-nam. Quand, en novembre 1954, éclate l’insurrection algérienne, la France attachée à cette colonie de peuplement refuse toute négociation et se lance dans une nouvelle guerre. Impuissant à résoudre la crise, le régime est discrédité quand éclate le soulèvement d’Alger le 13 mai 1958. Pfimlin était alors le président du conseil, et ce lui-ci était prêt à ne plus soutenir les militaires en Algérie. C’est pourquoi, les mêmes personnes qui avaient placé Pfimlin au pouvoir l’en chassèrent 17 jours plus tard pour y installer de Gaulle. Ancien militaire, il était plus à même de défendre la France coloniale et ramener l’Algérie vers son Empire.

 

De Gaulle et la Ve République

1/ De nouvelles institutions

Nommé président du Conseil, de Gaulle obtient les pleins pouvoirs constitutionnels le 1er juin 1958. Après le référendum du 28 septembre 1958, la Ve République est proclamée le 4 octobre. La nouvelle constitution renforce le pouvoir du président de la République : il détient les pouvoirs traditionnels de la fonction (chef de l’Etat, droit de dissolution…) ; il nomme le Premier ministre, peut consulter le peuple par référendum (ce qui est craint par les opposants comme Mitterrand car ils gardent de mauvais souvenirs de l’usage qu’en a fait Napoléon III) et gouverner par ordonnances en cas de situation grave. Le Parlement voit son pouvoir plus strictement limité à un rôle législatif. Ainsi, l’élection des députés a changé, elle devient uninomale à 2 tours, dégageant ainsi des majorités. Ce système favorise alors les grands partis et les majorités absolues.

2/ La personnalisation du pouvoir

En 1962, le général de Gaulle, au sommet de sa popularité après le règlement de la question algérienne, fait adopter par référendum le projet d’élection du président de la République au suffrage universel direct. Ainsi, il gagne la légitimité auprès du peuple et la majorité absolue est souvent de son parti. De Gaulle utilise également tous les moyens à sa disposition pour rechercher le contact direct avec le peuple : voyages en provinces, discours et conférences de presse, utilisation de la télévision alors contrôlée par l’Etat. Les partis politiques de gauche dénoncent ces pratiques, mais ils restent divisés dans l’opposition.

3/ Une majorité assurée

En 1958 de Gaulle bénéficie d’une majorité parlementaire solide dominée par les gaullistes. Ceci permet le retour à la stabilité gouvernementale : Georges Pompidou est Premier ministre de 1962 à 1968. Toutefois, l’usure du pouvoir se fait sentir. En décembre 1965, de Gaulle est mis en ballottage ( situation électorale dans laquelle aucun candidat n’obtient la majorité absolue au premier tour d’un scrutin) par François Mitterrand, candidat de la gauche, lors des premières élections du président au suffrage universel direct. En mai 1968, un mouvement de protestation étudiante et une crise sociale généralisée fragilisent le pouvoir. Mal remis de ces évènements, il perd le référendum sur la régionalisation en avril 1969 et démissionne. Son successeur, Georges Pompidou, s’appuie sur la même majorité, mais il décède en 1974.

 

La Ve République entre 1958 et 1974

1/ L’achèvement de la décolonisation

Le général de Gaulle fait du règlement de la guerre d’Algérie une priorité, mais il faudra pourtant encore 4 ans pour résoudre le conflit. Il mène d’abord une politique d’intervention militaire, puis il propose, en 1959, le droit à l’autodétermination pour l’Algérie malgré l’opposition des défenseurs de l’Algérie française. Les négociations avec le FLN aboutissent au cessez-le-feu par la signature des accords d’Evian le 19 mars 1962 et à l’indépendance de l’Algérie en juillet. Parallèlement, de Gaulle accepte l’indépendance de l’Afrique noire en 1960. Il entame alors une politique de coopération entre la métropole et ses anciennes colonies qui préserve une partie des intérêts de la France en Afrique (toutes les anciennes colonies n’acceptent pas cette politique comme Madagascar).

2/ La poursuite de l’expansion

A son arrivée au pouvoir, de Gaulle accorde la priorité au rétablissement financier du pays. Il met en œuvre une politique de rigueur (dévaluation, hausse des impôts) et créé le nouveau franc en 1959. De grands projets industriels, telle la construction du Concorde, sont lancés. L’agriculture est dynamisée par la mise en œuvre de la Politique agricole commune (PAC) en 1962. Mais au plan social, peu de mesures (rappel : congés payés en 1936) de modernisation sont prises et le mécontentement éclate comme lors de la grève des mineurs en 1963 et lors des évènements de mai 1968.

3/ « Le grand dessein »

L’objectif majeur du général de Gaulle est de redonner à la France un statut de grande puissance indépendante. L’alliance avec les Etats-Unis est maintenue, mais la France sort du commandement militaire de l’OTAN en 1966. Il entreprend une politique d’ouverture vers les pays communistes (reconnaissance de la Chine communiste, visite dans les pays de l’Est) et vers le tiers-monde. Pour garantir l’indépendance, de Gaulle fait également le choix de la stratégie de dissuasion nucléaire. En 1960, la France dispose de la bombe atomique. De Gaulle se résout à poursuivre la construction européenne, mais il privilégie les relations d’Etat à Etat (traité franco-allemand signé en 1963) et s’oppose à l’entrée dans la CEE du Royaume-Uni, jugé trop proche des Etats-Unis. Georges Pompidou l’acceptera finalement en 1973.

Le temps des contestations

Durant les « Trente Glorieuses », la France connaît une réelle prospérité mais les inégalités restent fortes. Dès le début des années 1960 des grèves éclatent et d’autres formes de contestation apparaissent. La guerre d’Algérie soulève de vives protestations. La jeunesse, qui s’ouvre à d’autres cultures, supporte mal une société figée qui ne semble pas prendre en compte ses aspirations. Les femmes, dont la place économique s’accroît, revendiquent l’égalité des droits. La rigidité du régime gaulliste et, après 1965, l’usure du pouvoir font également naître une contestation plus politique. En mai 1968, la conjonction des mécontentements provoque une crise majeure.

 

Les Français et Françaises depuis 1974

1/Les droits des personnes et de la famille

De nouvelles lois élargissent les droits des personnes. Après la légalisation de la contraception en 1967, la loi présentée par Simone Veil légalise l’avortement depuis 1975. L’âge de la majorité est abaissé à 18 ans (1974). Constatant la faible représentation politique des femmes, la loi de 1999-2000 « favorise l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et aux fonctions électives ». En 1981, les députés votent l’abolition de la peine de mort à une très large majorité (cf. Robert Badinter). L’augmentation du nombre des divorces et l’évolution des mentalités font s’accroître le nombre des couples non mariés, des familles monoparentales ou recomposées. Instauré en 1999, le PACS témoigne de cette évolution, non sans choquer les partisans de valeurs plus traditionnelles.

2/ La question du travail

En 1981-1982, une grande réforme sociale est entreprise en faveur des salariés et des classe moyennes : loi des 39 heures de travail hebdomadaires, cinquième semaine de congés payés, droits accrus des salariés dans l’entreprise, retraite à 60 ans ( plus d’actualité). Pour combattre le chômage, le gouvernement Jospin instaure la semaine des 35 heures en 2000. Les droits de la femme au travail sont mieux garantis. Depuis 1965, elles peuvent exercer un métier ou ouvrir un compte en banque sans l’autorisation du mari. Le principe du salaire égal pour un travail égal est affirmé en 1972, mais il continue de s’imposer lentement. En 1983, une loi interdit toute discrimination professionnelle en raison du sexe. Des mesures ont permis de mieux prendre en charge les exclus de la croissance, comme la création, en 1988, du Revenu Minimum d’Insertion (RMI). Depuis 1999, la Couverture maladie universelle (CMU) garantit à tous l’accès aux soins gratuits.

3/ Une culture élargie

Par les grands médias, radio, télévision, Internet, la culture à tendance à s’uniformiser. Elle se diversifie aussi en s’adressant à des publics variés, grâce à la libéralisation de la radio (1982) et la multiplication des chaînes de télévision. Cette évolution vers une société de loisirs n’exclut pas que l’Etat cherche à permettre l’accès de tous à la culture ; il finance de grands projets tels la Cité des sciences, le Grand Louvre ou la Bibliothèque nationale de France.

 

La Ve République depuis 1974

1/ Les alternances politiques

En 1974, Valérie Giscard d’Estaing est élu président de la République. Depuis 1958, pour la première fois, ce n’est pas un gaulliste qui dirige la France. En 1981, François Mitterrand, socialiste, lui succède : c’est la première alternance politique. Réélu en 1988, François Mitterrand est resté président pendant 14 ans, plus longtemps que le général de Gaulle. L’élection de Jacques Chirac en 1995 provoque une nouvelle alternance à droite. Il est réélu en 2002 pour 5 ans, suite à la réforme de la constitution. Il arrive que le président élu se trouve face à une Assemblée nationale d’opposition. Dans ce cas, il peut utiliser le droit de dissolution pour provoquer de nouvelles élections législatives. Cette mesure est prononcée en 1981 et 1988 par Mitterrand.

2/ La cohabitation

A 3 reprises, le président de la République et la majorité parlementaire sont issus de camps politiques différents. Ce sont les périodes de cohabitation (1986-1988, 1993-1995, 1997-2002) qui provoquent de brusques revirements politiques. Ainsi, en 1986, le gouvernement de droite mène une politique de privatisation à l’opposé de la politique de nationalisation menée par la gauche de 1981-1982. Une sorte de partage des pouvoirs s’organise : le gouvernement mène la politique du pays ; le président de la République conserve son rôle important dans la politique étrangère. La cohabitation n’a pas empêché de poursuivre la construction européenne autour du pôle franco-allemand ou l’adoption du traité de Maastricht en 1992.

3/ D’autres forces politiques

A l’extrême droite, le Front national est représenté par des députés européens ou nationaux depuis 1984 sur un programme nationaliste et xénophobe. En 2002, son candidat, Jean-Marie Le Pen, est présent au second tour de l’élection présidentielle. A gauche, de nouveaux mouvements se font entendre : les Verts placent l’écologie au centre de leur programme et l’extrême gauche communiste bénéficie du recul progressif du PCF.

 

Conclusion

Au tournant du XIXème siècle, les évolutions de la société française et du monde qui l’environne provoquent des débats qui mettent en jeu les valeurs de la République : égalité, laïcité, solidarité. Les citoyens paraissent délaisser les moyens traditionnels de participation à la vie de la cité ; à l’inverse, de nouveaux modes d’engagement se font jour. La société française est de plus en plus ouverte sur l’Europe et le monde. Elle est aussi confrontée à la demande de reconnaissance des identités culturelles minoritaires et régionales. Ces questions, qui suscitent parfois des tensions, font l’objet de débats et, à terme, de choix politiques.

Sources : manuels de collège et lycée pour la Troisième et la Terminale
  1   2   3   4   5   6

similaire:

La France depuis 1945 : fin de la ivème République, Ve République, politique et société iconForme de gouvernement où le pouvoir et la puissance ne sont pas détenus...
«la France» en histoire : politique avec l’étude des régimes depuis 1945 gprf, IV république et Ve République, mais aussi sociale...

La France depuis 1945 : fin de la ivème République, Ve République, politique et société iconIV. La vie politique en France, thème 4 : La Vème République à l'épreuve de la durée
«années Mitterrand», «années Chirac» dans le contexte d’absence de forte croissance depuis la fin des années 1970. Comprendre et...

La France depuis 1945 : fin de la ivème République, Ve République, politique et société iconLa vème RÉpublique depuis 1958, une république nouvelle à L'Épreuve du temps

La France depuis 1945 : fin de la ivème République, Ve République, politique et société iconLeçon : Etre ouvrier en France de 1830 à 1975
«La République et du fait religieux depuis 1880» et avant «Les femmes de la société française de la Belle époque à nos jours»

La France depuis 1945 : fin de la ivème République, Ve République, politique et société iconIi les grandes mutations sociales en France depuis 1945
«silencieuse» de l’agriculture avec mécanisation et remembrement, exode rural : 1 actif nourrit 5 personnes en 1945 et 30 en 1980....

La France depuis 1945 : fin de la ivème République, Ve République, politique et société iconCours 2 La République, les religions et la laïcité en France depuis les années 1880
«raison» et l’ «obscurantisme» religieux. L’expérience de la Ière République (1792), qui instaure une «liberté de conscience» et...

La France depuis 1945 : fin de la ivème République, Ve République, politique et société icon«La République, une nouvelle culture politique» ?
«La République, une nouvelle culture politique ?». Ihc. Umr cnrs 5605. Stage iufm 11/12 décembre 2003

La France depuis 1945 : fin de la ivème République, Ve République, politique et société iconEconomie et société en France depuis 1945

La France depuis 1945 : fin de la ivème République, Ve République, politique et société iconLa République en France est synonyme de démocratie. La République...

La France depuis 1945 : fin de la ivème République, Ve République, politique et société iconChapitre 6 : L’évolution politique de la France depuis 1945(4 heures)






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com