Programmes 2008 et socle commun de référence





télécharger 41.67 Kb.
titreProgrammes 2008 et socle commun de référence
date de publication05.10.2017
taille41.67 Kb.
typeProgramme
h.20-bal.com > économie > Programme


La carte




Apprendre à lire une carte



Compétences abordées
(programmes 2008 et socle commun de référence)

Programmes 2008 

« L’histoire et la géographie donnent des repères communs, temporels et spatiaux, pour commencer à comprendre l’unité et la complexité du monde. Elles développent chez les élèves curiosité, sens de l’observation et esprit critique. »

« Le programme de géographie a pour objectifs de décrire et de comprendre comment les hommes vivent et aménagent leurs territoires. Les sujets étudiés se situent d’abord à l’échelle locale et nationale : Ils visent à identifier, et connaître les principales caractéristiques de la géographie de la France dans un cadre européen
et mondial. La fréquentation régulière du globe, de cartes, de paysages est nécessaire »

Socle commun, palier 2 :
Culture humaniste : «  En donnant des repères communs pour comprendre, la culture humaniste participe à
la construction du sentiment d’appartenance à la communauté des citoyens, aide à la formation d’opinions raisonnées, prépare chacun à la construction de sa propre culture et conditionne son ouverture au monde. »


« Palier 2, compétences attendues à la fin du CM2 :

  • identifier sur une carte et connaître quelques caractères principaux des grands ensembles physiques
    et humains de l’échelle locale à celle du monde.


  • lire et utiliser différents langages : cartes, croquis, graphiques, chronologies, iconographies. »


Les élèves apprennent à

  • Se familiariser avec différentes représentations de la terre et les comprendre (globe terrestre, planisphère et les cartes)

  • Reconnaître les formes des océans, des continents et des pays etc…

  • Trouver des informations concernant la densité de la population, les caractéristiques physiques
    d’un pays, d’un continent, les différents climats etc…..

  • Comparer les cartes pour mettre en lien les informations qui y figurent (toutes les dimensions de
    la géographie ne peuvent pas figurer sur une seule carte) : relief, climat, économie, démographie.

  • Mettre en lien le paysage, le croquis et la carte

  • Commencer à comprendre la notion d’échelle (cette notion sera aussi travaillée au collège)


Il s’agit de différencier les outils suivants : globe terrestre, planisphère, cartes.

Le « va et vient »  entre ces trois outils est indispensable pour une meilleure compréhension de chacun,
la comparaison permettant aussi la mise en valeur des spécificités de chacun et leurs « limites » dans la fidélité de la représentation d’un espace géographique.


Définitions


Le globe terrestre : il aide les élèves à se représenter notre planète, à remarquer la prédominance des océans,
à localiser les espaces étudiés à l’échelle planétaire. Il permet aussi de stimuler la rotation de la terre. Par contre le globe ne permet pas d’observer toute la terre à la fois.

Le planisphère : il présente l’ensemble des régions du globe, il permet de toujours situer les espaces étudiés à l’échelle du monde.

Le plan, la carte : par convention on nomme plan une carte à très grande échelle (espace local dans lequel on peut se déplacer à pied, en transport en commun, en voiture). Plan de métro, de tramways et de bus, d’une ville etc.….. C’est ce qui est le plus familier à l’élève.
La carte représente un espace plus vaste : carte de France, d’une région, d’un département, d’un continent.

Démarche 

Pour lire une carte il est indispensable de prendre en compte les éléments suivants, dans leur totalité :
Le titre, l’échelle, l’orientation (les points cardinaux), la légende.

Le titre : avec les élèves, travailler sur l’utilité du titre.
A partir de cartes sans titre, leur demander d’en proposer un.
A quoi sert le titre de la carte ?

L’orientation (les points cardinaux) : placer systématiquement les points cardinaux sera un moyen sûr de faire prendre conscience aux élèves de la constance des modalités d’orientation quelque soit la carte. Un lieu se situe toujours par rapport à un autre. ex : Paris est à l’Ouest de Strasbourg.

L’échelle : il conviendra aussi de travailler sur l’échelle de la carte (mesure sur la carte, calcul de la taille dans
la réalité). Demander aux élèves ce que c’est 110 km par exemple en terme de déplacement et avec quel moyen de transport on les parcourt ? Attention, il sera fondamental de faire remarquer aux élèves aussi souvent que cela sera nécessaire que contrairement à la logique mathématique une carte à « grande échelle » représente l’espace le plus petit. Exemple : Le planisphère est une carte à petite échelle. Expliquer et faire reformuler par les élèves que, par exemple, l’échelle 1/10 000 signifie que « 1cm sur la carte représente 100m sur le terrain ». Compléter un tableau d’équivalence pour comprendre les différentes échelles.

Echelle

1 cm correspond à …… sur le terrain

Espace possible correspondant, représenté sur une page A4

Cf Atlas Bordas pour l’école

1 : 160 000 000

1600 km

Mappemonde

La France dans le monde (Tom-Dom)

1 : 100 000 000

1000 km

Mappemonde

1 : 80 000 000

800 km (sur l’équateur)

Mappemonde

1 : 40 000 000

400 km

Arctique - Antarctique

1 : 25 000 000

250 km

Amérique du Nord

1 : 12 500 000

125 km

Inde

1 : 10 000 000

100 km

Carte routière européenne

1 : 7 500 000

75 km

Carte routière européenne

1 : 5 000 000

50 km

France ou Europe (Ouest et Centre) ou Espagne

1 : 3 500 000

35 km




1 : 2 500 000

25 km

France – Suisse / moitié Nord de la France

1 : 1 500 000

15 km

Belgique- Pays Bas

1 : 1 150 000

11,5km

Carte routière de France

1 : 125 000

1250 m ou 1,25 km

Carte routière départementale

1 : 50 000

500 m

Carte de randonnées pédestres

1 : 25 000

250 m

Carte de randonnées pédestres

1 : 20 000

200 m

Cadastre : description graphique des biens et identification précise

1 : 12 500

125 m

Plan de ville

1 : 10 000

100 m

Cadastre : description graphique des biens et identification précise

Google Earth est un logiciel, particulièrement pertinent pour appréhender la notion d’échelle.

Le travail sur la notion d’échelle sera aussi un moyen de comprendre que l’échelle de la carte détermine
le degré de généralisation et la densité des éléments à représenter.

Proposer aux élèves de repérer un même lieu sur plusieurs cartes à différentes échelles.

La légende

Comment travailler la lecture d’une carte avec les élèves ? Quelle méthodologie mettre en place avec les élèves

A travers des questions ouvertes il s’agira d’aider les élèves à comprendre comment lire une carte, méthodologie qui leur permettra de s’approprier les informations d’une carte de manière autonome.
Questions possibles à poser aux élèves pour les inciter à repérer les « éléments » d’une carte, à en comprendre le sens pour ensuite en tirer des informations :
- Que voyez-vous ? (couleurs, relief), mots, tracés de différentes couleurs (fleuves, frontières), symboles divers (carré plus ou moins grand en fonction de la taille des villes, triangle pour le point culminent des massifs montagneux)…
- Comment faire pour savoir à quoi correspondent les couleurs, les symboles : regarder la légende, quel lien avec les couleurs de la carte ?
- Le travail sur la compréhension de la légende, sur l’obligation à s’y référer pour comprendre une carte doit être un apprentissage en soi, ceci avec de nombreuses cartes afin que son utilisation devienne une démarche systématique de la part des élèves.

Situations pédagogiques pour comprendre une légende avec des cartes ou un atlas
(cf «  Atlas pour l’école » éditions Bordas)

  • Lire une carte avec légende.

  • Fabriquer une légende à partir d’une carte.

  • Donner une carte sans légende à comprendre et attendre les commentaires des élèves.

  • Proposer des phrases affirmatives qui nécessitent la lecture de la carte pour savoir si cette affirmation est vraie ou fausse.

Exemples : (cf p12 et 13 Atlas pour l’école - éditions Bordas)

▪ Bruxelles est la capitale de la Belgique : V - F

▪ Zürich est la capitale de la Suisse : V – F

▪ Paris est à l’Est de Rouen : V - F

  • Demander aux élèves de formuler eux mêmes des affirmations vraies ou fausses à partir de la lecture d’une carte, c’est leurs pairs qui vérifieront ces affirmations , avec retour sur la carte.

  • Faire des hypothèses puis vérifier avec la légende.

Ainsi les élèves apprennent à décrypter la légende, en s’y référant de manière systématique, et à s’approprier
le code conventionnel (signes les plus couramment utilisés pour représenter les fleuves, les villes, les capitales…

Quelles recherches géographiques à partir d’une ou de plusieurs cartes ?

Cela peut être un point d’appui pour essayer de répondre aux 3 grandes questions géographiques :
- pourquoi est-ce là et pas ailleurs ?
- pourquoi est-ce comme ça et pas autrement ?
- travailler sur la mise en relation des éléments les plus caractéristiques.

Cela permet des comparaisons, des mises en lien (densité de la population et nombres de villes, emplacement des villes et géographie physique etc...). La comparaison est aussi un moyen pour comprendre une carte. Il est alors pertinent de faire des photocopies couleurs des cartes sur transparents qui permettent la superposition des cartes en facilitant la visualisation des différences, des points communs et la mise en lien de différentes informations (par exemple : relief et densité de la population). La comparaison peut aussi se faire avec des cartes historiques pour identifier, par exemple, l’évolution de la démographie dans un espace déterminé.

Autres situations pédagogiques

  • Noter des informations et dire comment on les a trouvées (lecture de la légende).

  • Apprendre à les classer par domaine (densité de la population, relief, pôles économiques) ou par importance (zones de population plus ou moins denses).

  • Relever le sujet de la carte.

  • Situer les espaces représentées sur une carte sur la mappemonde ou sur le globe terrestre.

  • Observer si les informations figurant sur une carte peuvent être retrouvées sur une autre carte (dans un autre espace).

  • Compléter une carte avec des symboles inventés ou conventionnels, la présence de la légende prendra alors tout son sens.

  • Tracer des zones, les nommer et les colorier (en géographie on n’utilise que les crayons de couleurs, pas de feutres).

  • Placer les points cardinaux (un élément est toujours « à l’est » d’un autre).

  • Compléter, concevoir des cartes avec les couleurs conventionnelles de la cartographie.

  • Pour tout déplacement prévu utiliser le plan ou la carte routière, ou le carte IGN pour repérer l’itinéraire. En lisant la carte, formuler des hypothèses sur les spécificités du terrain et vérifier ces hypothèses sur le terrain lors du déplacement.

Les Atlas

Atlas Bordas Ecole + Cdrom – Ed. Bordas

Atlas du monde – Ed. Casterman – Ed. Hachette Education

Atlas Jeunesse des Dinosaures – Ed. Gallimard jeunesse – Ed. Atlas

Petit atlas des espèces menacées – Ed. Larousse

Petit atlas des climats – Ed. Larousse

Atlas des animaux – Ed. Fleurus

Mon maxi atlas des volcans – Ed. Glénat

Atlas junior les châteaux forts – Ed. Atlas

Mon premier atlas – Ed. Usborne

Atlas des merveilles de la nature – Ed. Casterman

Atlas des premiers hommes – Ed. Casterman

Mon grand atlas illustré – Ed. Sélection Du Reader's Digest

Mon atlas des explorations – Ed. Hatier

Mon premier Atlas Voyage autour du monde – Ed. Larousse

Atlas du 21ème siècle – Ed. Nathan

Pays et enfants du monde – Ed. Nathan

Mon premier tour d’Europe – Ed. Milan

La liste n’est pas exhaustive. Tous ces atlas permettent d’appréhender la lecture de cartes dans de nombreux domaines afin de pouvoir mettre en valeur les invariants pour concevoir une carte ou pour les lire.


Couleurs conventionnelles pour le codage des cartes géographiques


Marron

Relief  (plus le marron est foncé, plus l’altitude est élevée)

Vert

Plaine

Bleu

Cours d’eau, lacs, mers, océans

Rouge

Réseaux routiers

Point rouge ou noir

Ville (plus le point est gros, plus la population de la ville est importante)

Noir

Réseau ferroviaire

Violet entouré d’un tracé noir

Zones industrielles

Pour tout déplacement prévu utiliser le plan ou la carte routière, ou le carte IGN pour repérer l’itinéraire.

En lisant la carte formuler des hypothèses sur les spécificités du terrain et vérifie ces hypothèses sur le terrain lors du déplacement.



similaire:

Programmes 2008 et socle commun de référence iconCompétences du socle commun : Programmes de 2008

Programmes 2008 et socle commun de référence iconAcquisition du socle commun de connaissances et de compétences au palier 3 en arts plastiques
«pour soi»). L’oral et l’écrit portent sur la nature de la production, sur les modalités opératoires et sur la manière dont elle...

Programmes 2008 et socle commun de référence iconProgrammes de troisième de collège
«connaissances et capacités» du référentiel, qui intègre les exigences du socle commun. En histoire, les capacités sont

Programmes 2008 et socle commun de référence iconSocle commun

Programmes 2008 et socle commun de référence iconContribution au socle commun de compétences

Programmes 2008 et socle commun de référence iconInstructions et reglements I – Le socle commun

Programmes 2008 et socle commun de référence iconLa place de l’Europe dans le socle commun de connaissances et de compétences

Programmes 2008 et socle commun de référence iconVolet 2 : Contributions essentielles des différents enseignements au socle commun

Programmes 2008 et socle commun de référence iconProgramme du ce2, du cm1 et du cm2 deuxieme palier pour la maîtrise...

Programmes 2008 et socle commun de référence iconCompétences du socle commun des compétences et des connaissances






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com