1749, l’Empire russe avait ouvert une représentation consulaire à Nice. En 1770





télécharger 14.91 Kb.
titre1749, l’Empire russe avait ouvert une représentation consulaire à Nice. En 1770
date de publication11.10.2017
taille14.91 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos
LES RUSSES A NICE AU XIX° S.
Dès 1749, l’Empire russe avait ouvert une représentation consulaire à Nice.

En 1770, commandée par l’amiral Alexis Orlov, la flotte impériale voguait vers la Turquie et fit escale en rade de Villefranche : l’amiral voulait rendre visite à son ami Jean-Michel Auda, conseiller de commerce en Russie pour promouvoir les échanges avec les Etats Sardes.

Plus tard, en 1847, le prince Gagarine, diplomate et grand amateur d’art, rencontra lors d’un séjour à Nice le peintre Joseph Fricero qu’il invita à la cour de Saint Petersbourg afin d’initier au dessin les trois filles de Nicolas 1er et Joséphine Koberwein, fille naturelle du tsar. Le peintre tomba amoureux de Joséphine et leur mariage, le 18 décembre 1848, marquait le début de la longue histoire d’amour de l’amitié russo-niçoise. C’est ainsi que tout commença !
MECENES ET GENEREUX DONATEURS
Les résidents russes se succédèrent à Nice, réalisant les magnifiques édifices qui constituent aujourd’hui encore un prestigieux patrimoine. La Grande Duchesse Olga, fille de Nicolas 1er, fonda l’hôpital militaire russe et de nombreuses œuvres caritatives pour soulager la détresse des familles de paysans et de pêcheurs. Dès 1900, le prénom d’Olga était omniprésent dans les foyers niçois.

Le baron Von Derwies, magnat des chemins de fer, fit construire dans un parc magnifique sa « folie gothique » : le Château de Valrose, aujourd’hui siège de l’Université de Nice.

L’épouse du marguillier de la cathédrale de la rue Longchamp, princesse Elizabeth Kotschoubey aménagea sur la colline de Fabron une superbe résidence, aujourd’hui musée des Beaux-Arts Chéret.

Sur l’oppidum de Cimiez, la baronne Manteuffeld, fille du comte Apraxine et de la princesse Troubetzkoï, fit bâtir une splendide villa de style néo-classique italien. Devenue école maternelle, son parc a été transformé en jardin public souvent malmené par des hordes de barbares en culottes courtes.

En 1885, l’architecte russe Adam Detloff aménageait le Château des Ollières, sur la colline des Beaumettes, pour le prince Lobanov-Rostowsky, proche du tsar Alexandre II. En 1889, il construisit le gigantesque Grand Hôtel pour la famille impériale et sa suite. Au cœur de ce quartier, où l’on parlait russe dans les rues, les commerces se mirent au goût du jour et leur objet s’inscrivait en russe ! Pendant longtemps, à l’angle du boulevard Tsarévitch et de l’avenue du Parc Impérial, exista un célèbre bureau de tabacs : la « Civette russe ».

Une autre grande figure de l’aristocratie russe, Katia Dolgorouki, épouse morganatique d’Alexandre II, assassiné par les nihilistes, vécut recluse dans la luxueuse villa Georges, boulevard Dubouchage. Celle que le tsar avait surnommée son « démon bleu » y mourut le 15 février 1922.

Le dernier empereur, Nicolas II entamait en 1894 l’ultime règne des Romanoff. A Nice, comme d’ailleurs à Paris, on dansait sur un volcan et on s’étourdissait dans l’éblouissement du faste des grands ducs et de leurs fêtes somptueuses ! Les signes avant coureurs de la Révolution, le climat d’émeutes et de guerre civile décidèrent nombre d’aristocrates russes à émigrer vers la France et la Côte d’Azur, avant même l’abdication de Nicolas II, le 15 mars 1917, suite aux émeutes de février.

Nombre d’entre eux ont raconté avec émotion leur enfance à Nice, dans un quartier où l’intégration leur fut douce : on parlait russe dans la rue !

L’évocation de l’abnégation et de l’extraordinaire générosité des familles russes établies à Nice, qui dépensèrent des fortunes pour accueillir les émigrés, rappelle que si les Russes firent beaucoup pour Nice, et participèrent sans réserve aux œuvres de la ville avant la Révolution, les Niçois solidaires et reconnaissants s’en étaient souvenus pour accueillir les exilés.
Au cours de leur longue présence, les Russes ne formèrent jamais la colonie d’hivernants la plus importante du séjour à Nice au XIX° siècle, mais ils constituèrent la société étrangère la plus généreuse, la plus extravagante, la plus fastueuse et la plus éblouissante.

Dans la folle insouciance des années d’avant la Révolution d’Octobre, dans le faste de la maison impériale et le train somptueux des suites princières, tout autant que dans les affres de l’exil, ils furent associés à toutes les grandes heures de la ville de Nice, contribuant à son essor et à sa renommée.
LE SOUVENIR
Katia repose au cimetière russe de Caucade, en haut d’une allée pentue dominant les sépultures de toute la noblesse de son pays, comme une revanche sur le destin qui n’avait pas voulu qu’elle régnât sur eux quand ils étaient vivants. La chapelle qui abrite son tombeau a longtemps porté l’inscription « Catherine Dolgorouki, princesse Yourievsky, épouse morganatique de S.M. le tsar Alexandre II ».

La mention « morganatique » a été aujourd’hui supprimée.

Une chapelle néo-classique, érigée dans la partie haute de la nécropole, abrite les précieuses icônes de la chapelle du Château de Valrose. Elle domine la forêt de clochetons, de pinacles et de bulbes vernissés des sépultures affectant les formes des églises provinciales des territoires de la Volga.

Dans le silence de l’éternité, face à la mer, le temps passe, effaçant la douleur et les ressentiments.

Face au grand large, les sépultures sereines, bercées par le balancement des feuillages et la brise de mer, perpétuent le souvenir des grandes heures de la colonie russe à Nice et la mémoire de l’impossible rêve de Pierre le Grand : relier Saint-Petersbourg à la Méditerranée par l’ouverture de la voie d’eau Volga Baltique. Rêve que réalisa pourtant l’impératrice Alexandra !
Ainsi se sont écrites les pages d’une histoire qui a lié indéfectiblement Nice à la Russie.
Sources :

Le Sourgentin N° 123 - Octobre 1996.

Présence et implantation des Russes à Villefranche et à Nice – Igor Delanoë

Gérard Saccoccini 

Les Russes à Nice au XIX°s.


similaire:

1749, l’Empire russe avait ouvert une représentation consulaire à Nice. En 1770 iconNice et les russes
Независимая газета contient un article dans lequel l’auteur nous raconte de la plus russe ville en France. C’est bien sur, Nice

1749, l’Empire russe avait ouvert une représentation consulaire à Nice. En 1770 iconNice: The Muséum d'Histoire Naturelle de Nice; Herbarium Algues vertes...

1749, l’Empire russe avait ouvert une représentation consulaire à Nice. En 1770 iconLe mouvement physiocratique en france (1750 a 1770)
«secte» de Quesnay. Après 1770 les divergences entre les deux doctrines vont s’effaçant; jusque-là IL est facile de discerner la...

1749, l’Empire russe avait ouvert une représentation consulaire à Nice. En 1770 iconAndreï Alexandrovitch Ivanov
«simpliste» ou «primitive» pour ce qui est de la formulation de la question relative aux intérêts de l’État et intérêts nationaux...

1749, l’Empire russe avait ouvert une représentation consulaire à Nice. En 1770 iconL'Empire russe dans la Première Guerre mondiale à travers l'historiographie...
«usage de l'histoire politique et de la mémoire historique dans la politique contemporaine de la Pologne en Europe en vue d'une confrontation...

1749, l’Empire russe avait ouvert une représentation consulaire à Nice. En 1770 iconRésumé «La représentation vive»
«La représentation vive» au xviie siècle : entre peinture, rhétorique, théologie et poétique théâtrale

1749, l’Empire russe avait ouvert une représentation consulaire à Nice. En 1770 iconBmw motorrad France présente la r nineT custom "L'Echappée Belle" réalisée par ose
«R ninet custom Contest» : un concours ouvert à tous les préparateurs indépendants de France. A l’issue d’une sélection des meilleurs...

1749, l’Empire russe avait ouvert une représentation consulaire à Nice. En 1770 iconPeyrusse-le-roc, chef lieu de commune ne compte aujourd'hui qu'une...

1749, l’Empire russe avait ouvert une représentation consulaire à Nice. En 1770 iconLes extraits cités des passages étudiés ne prétendent pas s'y substituer;...
Ma nièce avait ouvert la porte et restait silencieuse. Elle avait rabattu la porte sur le mur, elle se tenait elle-même contre le...

1749, l’Empire russe avait ouvert une représentation consulaire à Nice. En 1770 iconLa bibliothèque russe et slave
«Religieux de Saint-Denis»1, c’est seulement au mois de juillet 1395 que fut apporté à Paris le récit de la bataille de Kosovo qui...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com