Sport et Education physique : une seule histoire ?





télécharger 73.41 Kb.
titreSport et Education physique : une seule histoire ?
date de publication11.10.2017
taille73.41 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos

Histoire Licence 3

Document de prise de notes

Chapitre 1

Sport et Education physique : une seule histoire ?




1-Les relations sport / EP ; Pourquoi ?






« l’EP dès lors qu’elle devient Sportive, est-elle une éducation sportive, une éducation physique par le sport, ou une éducation physique avec le sport ? »
« l’EP a-t-elle un rôle de démocratisation des sports ? Doit-elle la masse de laquelle sortira l’élite, la formation physique de base préalable à la spécialisation en club ? »
« le sport est-il éducatif ? Si oui, l’est-il en lui-même ou faut-il le traiter pédagogiquement ? »
« éduquer, enseigner, animer, entraîner : quelles ressemblances et quelles différences ? » 
« Si l’EPS n’a pas de spécificité par rapport au sport civil, a-t-elle une légitimité scolaire ? »
« Après avoir pris le sport en modèle, l’EPS devient-elle le modèle des clubs  sportifs ? »
« le milieu sportif, avec ses sélections, ses détections et entraînements précoces, est-il porteur de valeurs éducatives ? »

« pourquoi une formation commune en STAPS ? »







2-La naissance du sport ; une « discipline » scolaire ?

2.1-La naissance du sport en Angleterre, le rôle des publics-schools :






« Un jeune garçon apprend la discipline par l’athlétisme de deux façons. En premier lieu, parce qu’il est contraint de placer la cause commune avant son propre intérêt, parce qu’il doit absolument obéir aux ordres et qu’il doit agir en accord avec les autres membres de l’équipe à laquelle il appartient ; en second lieu parce qu’il est destiné à occuper un poste de commandement si jamais l’occasion devait s’en présenter. Dans ce cas, il doit savoir mesurer toute la gravité de sa tâche, la difficulté de prendre des décisions rapides et d’obtenir de l’obéissance »

(Directeur d’un collège anglais, fin 19ème, cité par S.Pivato, Les enjeux du sport, 1994)








2.2-L’introduction du sport en France, le rôle des lycéens :







-1880 : création par des élèves de l’école Alsacienne de « la société sans nom ».  

-1882 : des lycéens du Lycée Condorcet, de l’école Monge et du collège Rollin fondent le « Racing club ».

-1883 : des anciens élèves du lycée St Louis créent « le stade français ».

-1887, « Racing club » et « Stade français » se réunissent et fondent l’Union des Sociétés Françaises de Course à Pied (USFCP).

-1889 : l’USFCP devient l’Union des Sociétés Française de Sports Athlétiques (USFSA).











Histoire Licence 3

Document de prise de notes

Chapitre 2
Fin du 19ème siècle :

Sport et Education physique en opposition














1-Le sport fin 19ème, un nouveau modèle éducatif.
1.1-La promotion du sport par Pierre de Coubertin, une œuvre scolaire :





1888 : « l’éducation en Angleterre »

1889 : « l’éducation anglaise en France »

« L’éducation est encore aujourd’hui ce que l’empire, greffé sur l’ancien régime, l’a faite : l’enfant est un numéro, on écarte de lui tout ce qui pourrait exercer son initiative, on lui refuse toute responsabilité…Le sport, tout doucement et sans secousse, détruira tout cela »

(P. de Coubertin, L’éducation anglaise en France, 1889)








1.1.1-La création du Comité Jules Simon :





1er juin 1887 : création du Comité pour la propagation des exercices physiques (dit Comité Jules Simon)







1.1.2 -L’espoir déçu de l’USFSA :





« Le sport est considéré comme un rival de l’école. Il prend figure d’ennemi de la discipline et d’obstacles aux succès scolaires »

(J.Thibault, Sport et EP, 1870-1970, Vrin, 1979)









1.2-Paschal Grousset et les jeux de tradition française :





-A propos de la gymnastique française : « Le vice de cet enseignement a été d’implanter chez nous cette idée absurde, déplorable, pernicieuse à tous égards, que pour faire de la gymnastique il faut un gymnase.

(P.Grousset (sous le nom de P.Daryl) La renaissance physique, 1888)
-14 octobre 1888 : création de la Ligue Nationale d’EP

-1889 : premiers « lendits » à Paris








1.3-La campagne des hygiénistes :













1.4-Le sport, objet de recherches scientifiques :














1.4.1-Le Dr Lagrange, pionnier de la physiologie du sport :





-« Toutes les pratiques de l’entraînement ont pour objectif un double but : 1° développer l’énergie musculaire du sujet ; 2° augmenter sa résistance à la fatigue. Ces deux résultats sont atteints à l’aide de moyens appliqués empiriquement et dont on a constaté par l’expérience les excellents effets, sans les expliquer, jusqu’à présent, d’une manière satisfaisante »
« Il y a dans l’essoufflement, pendant la course, quelque chose qui devrait nous surprendre : quand on court, ce sont les jambes qui travaillent, et c’est le poumon qui se fatigue »

« On ne trouve nulle part l’exposé méthodique et l’explication rationnelle de l’essoufflement. Cette forme de fatigue n’a été jusqu’à présent l’objet d’aucune monographie ; elle n’est décrite dans aucun des grands dictionnaires de médecine, dans aucun traité de physiologie »
« l’essoufflement (…) est l’effet de la totalité du travail exécuté par l’ensemble des muscles qui concourent à un exercice. La fatigue musculaire, au contraire, est un effet local. Elle est proportionnée à la part de travail qui revient individuellement à chaque muscle dans l’exécution d’un exercice »

« Quand on veut obtenir de l’exercice musculaire ses effets généraux, il faut rechercher les exercices qui essoufflent, et ne pas s’en tenir à ceux qui fatiguent »
-« Dans les mouvements réglés et prescrits, dans la gymnastique avec appareils, et dans les escrimes de tout genre, les facultés intellectuelles sont obligées d’entrer en jeu, et le cerveau doit travailler autant que les muscles.

« Trop de travail nerveux et trop peu de travail musculaire ! Voilà le reproche qu’on peut faire à la plupart des exercices qui nécessitent un apprentissage prolongé et sont actuellement le plus en vogue dans tous les établissements d’éducation »

(Dr F.Lagrange, physiologie des exercices du corps, 1888)








1.4.2-G.Demeny et E.J.Marey, pères de la biomécanique :





1882 : mise en place de la station physiologique du parc des princes
« On doit faire des chronophotographie des sujets les plus doués et les plus forts, de champions de gymnastique par exemple. Ces sujets d’élite trahiront alors le secret de leur succès, peut-être inconsciemment acquis, et qu’ils seraient sans aucun doute incapables de découvrir eux-mêmes. »

(G.Demeny, Le mouvement, 1884)









1.4.3-L’opposition Sport / Gymnastique :

Les valeurs…

De la gymnastique

Du Sport

-soumission

-sérieux

-mesure

-entraide

-se fondre dans la masse

-contraintes, dirigisme

-initiative

-plaisir

-excès

-compétition

-individualisme

-liberté

Telles qu’on se les représente fin 19ème.


« C’est une véritable révolution éducative que proposent les défenseurs des sports modernes. Ils proposent donc, sans ambiguïté, une révolution culturelle et morale de la société française afin de la faire entrer de plein pied et sans retard dans le système de concurrence internationale que le capitalisme naissant impose ».

(Y.Léziart, Sport et dynamiques sociales, Paris, Actio, 1989)













2-Un contexte politique et culturel favorable à la gymnastique :





-Septembre 1870 : défaite française contre la Prusse à Sedan.

-4 septembre 1870 : déclaration de la 3è république par L.Gambetta.

-18 mars-27 mai 1871 : Commune de Paris

-Octobre 1879 : victoire des républicains (L.Gambetta, J.Ferry) aux élections législatives








2.1-Créer la nation Française :





-Lois J.Ferry :

-Gratuité de l’école jusqu’à 13 ans : 16 juin 1881

-Laïcité et obligation jusqu’à 13 ans : 28 mars 1882
L’école doit « insuffler un point de vue national dans des consciences régionales » (E.Weber, Le fin des terroirs, la modernisation de la France rurale, Paris, Fayard, 1983)








2.2-Le poids de la gymnastique en France :





« Après la défaite de 1870, la gymnastique faite pour la mobilisation des collectifs, pour les mouvements d’ensemble, les exercices de force aux barres fixes, portiques ou espaliers, est l’objet d’un brusque développement en France »

(G.Vigarello, Passion sport, histoire d’une culture, Paris, Textuel, 2000)
1871 : 34 sociétés de gymnastiques en France

1873 : création de l’Union des Sociétés de Gymnastiques de France (USGF) par E.Paz

1900 : 809 sociétés à l’USGF contre environ 300 associations à l’USFSA.
1885 : création de l’Union des Sociétés de Préparation Militaire de France (USPMF)





3-La naissance de l’EP scolaire, ou la scolarisation de la gymnastique militaire :





« L’Etat, après une première phase qui marque l’installation définitive du régime républicain, fait sentir plus nettement sa volonté de diriger et de contrôler ce que l’initiative privée avait lancée »

(M.Spivak, Exercices physiques et grandeur de la nation, quelques aspects d’une politique oubliée (de 1871 à 1914), in Travaux de recherches en EPS n°6, Paris, INSEP, 1980)







3.1-L’instituteur aux côtés du militaire, du gymnaste :




« Il faut mettre partout, à côté de l’instituteur, le gymnaste et le militaire, afin que nos enfants, nos soldats, nos concitoyens, soient tous aptes à tenir une épée, à manier un fusil, à faire de longues marches, à passer les nuits à la belle étoile, à supporter vaillamment toutes les épreuves pour la patrie »

(L.Gambetta, discours à Bordeaux le 26 juin 1871, cité par P.Arnaud, Les athlètes de la république, Toulouse, Privat, 1987)
27 janvier 1880 : Loi Georges (EP obligatoire pour les garçons dans l’enseignement primaire et secondaire)
« Si la gymnastique devient obligatoire pour tous les garçons en 1880 c’est principalement parce que la défaite nationale est devenue l’affaire de tous les citoyens mâles et non parce que la République est devenue humaniste et pense démocratiquement »

(G.Andrieu, La loi du 27 janvier 1880, in revue Spirales n°13-14, 1998)








3.2.-Les finalités assignées à l’EP :

3.2.1-Préparer au rôle social attendu par la société :





-Pour les garçons « former l’ouvrier, le soldat »

-Pour les filles : « préparer au soin du ménage et aux ouvrages de femmes »

(Instructions Officielles pour l’enseignement primaire, 1887)









3.2.2-Forger l’identité nationale :







« La gymnastique est aux jeux traditionnels ce que la langue française est aux patois » (P.Arnaud, Le militaire, l’écolier, le gymnaste, PUF, 1986)








3.2.3-Finalités hygiéniques :





« Dix huit livres perdues en une journée ! Aucune maladie même la plus rapidement mortelle n’est capable de produire, en aussi peu de temps, une aussi formidable déchéance organique ».

(Dr G.Bell, Figaro du 5 juin 1893)








3.3-La méthode officielle :

3.3.1-de 1880 à 1891 ; le manuel de gymnastique et d’instruction militaire :





1880 : Manuel de gymnastique et d’instruction militaire
« Les mouvements élémentaires sont à la gymnastique ce que l’art d’épeler est à la lecture » (F.Amoros, Manuel d’EP, Paris, 1830)








3.3.2-Les bataillons scolaires :




« Le régime militaire appliqué aux écoles s’impose de nos jours. Paris a donné l’exemple. Bientôt tous les lycées et écoles de France marcheront militairement »

(L’événement, 8 juillet 1881)
-6 juillet 1882 : décret étendant les bataillons scolaire à toute la France
Vers l’Est…vers le Rhin allemand,

Leurs clairons lancent fièrement

De hautains défis dans l’espace…

Ton sol sacré tremble à leurs pas…

Allons, debout et chapeau bas !

Voici la revanche qui passe !








3.4-La commission Marey-Demeny, l’occasion manquée du sport :





-Octobre 1887 : mise en place d’une commission de réforme de l’EP, présidée par G.Demeny et E.J.Marey








3.4.1-de 1891 à 1923 ; les débuts de l’éclectisme en EP :





« La vérité comme bien souvent se trouve entre les deux systèmes, et la solution du problème consiste à emprunter à chacun d’eux ce qu’ils ont de meilleur, à les combiner en les débarrassant de ce qu’ils ont d’excessif ou d’arbitraire ».

(G.Demeny, Manuel de gymnastique et de jeux scolaire, 1891)
« Le vent en faveur de l’éducation libérale vient de tomber…et il ne soufflera plus de si tôt »

(G.Andrieu, La gymnastique au 19ème siècle, Paris, Actio, 1999)








3.4.2-Jusqu’à la Grande guerre, le sport oublié :





« Orthopédique et militaire à ses origines, elle restera orientée vers la formation du citoyen soldat jusqu’à la grande guerre »

(G.Andrieu, La gymnastique au 19ème siècle, ibid)








3.4.3-1913, début d’un nouvel élan : Vers une méthode sportive d’EP :





« le sport en France est considéré comme un passe-temps, comme un « délassement », les entraîneurs ne sont que des bénévoles, des autodidactes »
« L’eau de vie permet de réparer, aux dépens du corps, la force qui nous manque »
-Premier principe : « savoir respirer »

« les mensurations thoraciques n’ont aucune valeur…le mètre pour les muscles, le spiromètre pour le poumon »

« l’articulation du genou joue un rôle respiratoire important »

-Principe essentiel : « ne jamais pousser à l’entraînement »

(Dr Bellin du Côteau, Le sportsman, 1913)
-1913, publication par le Dr Bellin du Côteau d’un article sur le « VARF »
« Raisonnablement pratiqués les sports athlétiques sont capables, par un entraînement convenablement dosé, d’arriver au but que visent toutes les méthodes actuelles ».

(Dr M.Bellin du Coteau, lors du congrès international d’EP de Paris, 1913)








4-Conclusion :












-Pour en savoir plus :

-J.Thibault, Sport et EP, 1870-1970, Paris, Vrin, 1979.

-P.Arnaud, Le militaire, l’écolier, le gymnaste, Lyon, PUL, 1986.

-P.Arnaud (ss la dir), Les athlètes de la république, Paris, L’Harmattan, 1997.

-G.Andrieu, La gymnastique au 19è s, Paris, Actio, 1999.

-P.Arnaud, Concurrence et spécificité, in P.Arnaud, J.P.Clément, M.Herr (dir), EP et sport en France 1920-1980, Paris, AFRAPS, 1989.

-P.Arnaud, Les relations du sport et de l’EP depuis la fin du 19è siècle en France, in, AFRAPS, 1989.










similaire:

Sport et Education physique : une seule histoire ? iconHistoire de l’éducation physique et du sport de 1887 – 1918 I. Pour une réforme de l’éducation

Sport et Education physique : une seule histoire ? iconHistoire de l’éducation physique et du sport de 1918 – 1945

Sport et Education physique : une seule histoire ? icon1- pourquoi définir le sport ?
«Est défini comme «sport», la seule pratique compétitive, licenciée, c’est à dire engagée dans l’institution qui fixe les règles...

Sport et Education physique : une seule histoire ? icon2 1904 Saint-Louis. Petite boite anglaise à pilules (ronde), avec...
«Guide-boussole de L'Exposition de Paris en 1900», 164 p, avec toutes les cartes. A la fois le Michelin, et le gps de l'expo (page...

Sport et Education physique : une seule histoire ? iconL’Histoire du badminton est souvent l’affaire de mythes et de légendes....

Sport et Education physique : une seule histoire ? iconLe programme de physique chimie en terminale stl, spcl, est composé...

Sport et Education physique : une seule histoire ? iconHistoire du sport I l'histoire en général, par rapport aux staps

Sport et Education physique : une seule histoire ? iconLes footballeurs eriges en statues, un phenomene recent ?
«Le Sport dans l’Antiquité» décrit le phénomène de kyrielle de statues «le visiteur avait de quoi se perdre dans la forêt d’éternelles...

Sport et Education physique : une seule histoire ? icon«Berlin pauvre mais sexy»
«à elle seule un raccourci de l’histoire du siècle passé et un témoin actif de celle qui s’ébauche.»

Sport et Education physique : une seule histoire ? iconLes ressources essentielles en histoire, géographie, éducation civique Histoire






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com