Informations pratiques sur l’exposition





télécharger 78.34 Kb.
titreInformations pratiques sur l’exposition
date de publication13.10.2016
taille78.34 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos

Dossier Pédagogique

Il étais une fois



Sommaire


Informations pratiques sur l’exposition 3

La Rotonde 3

Conception de l’exposition 5

Origine du projet 6

Objectifs  7

Synopsis  7

Il était une fois 8

Objectifs pédagogiques du monde 8

Idées d’ateliers à réaliser avec des livres 8

Les objets trouvés 8

Je me souviens 9

Jeu des dominos 10

La couverture truquée 11

Je classe 11

Pour aller plus loin 12

Bref historique de l’album pour la jeunesse 12

Qu’est-ce qu’un album pour la jeunesse ? 17

Médiation autour du livre 19

Lignes éditoriales des petites / moyennes maisons d’édition qui reviennent souvent dans la sélection. 21


Informations pratiques sur l’exposition

La Rotonde


Une cohérence de structure et de projets

« Mondo Minot » s’inscrit dans la lignée des projets que La Rotonde porte depuis maintenant 12 ans dans une totale cohérence. La présence de La Rotonde dans le dispositif « Main à la pâte » initié par Georges Charpak puis le projet Pollen et Fibonacci (projet d’éducation aux sciences au niveau européen) atteste de cet engagement volontariste de la structure pour le jeune public.

description : 030217ensm_1619.jpg

Un lieu connu et reconnu

La Rotonde est un laboratoire d’idées et d’innovations ouvert à tous les publics, qui œuvre depuis 12 ans au développement de la culture scientifique, technique et industrielle (csti).

Seul CCSTI (Centre de Culture Scientifique Technique et Industrielle) en France adossé à une grande école, l’École Nationale Supérieure des Mines de Saint-Etienne, La Rotonde propose un panel d’activités important et diversifié (expositions, animations, productions audio et vidéos, débats, conférences, spectacles …).

Une équipe de professionnels

La Rotonde, c'est une équipe de 9 personnes issues du monde scientifique et culturel. Leur diversité et leur volonté de travailler ensemble permettent une approche originale et performante de la culture scientifique, technique et industrielle.

L'équipe de concepteurs de « Mondo Minot » est riche de 7 personnes travaillant au sein de La Rotonde, 5 personnes issues d’un cabinet de scénographes, 4 personnes des CCSTI partenaires ; La Casemate à Grenoble et Altec à Bourg-en-Bresse, 8 élèves de première année du cycle ingénieur de l'Ecole des Mines qui travailleront sur la thématique de l'accessibilité et 8 autres élèves qui s’impliquent sur la mise en place d’un débat autour de la thématique “Caprices, colères…un moyen d‘expression ! ”.

Des thématiques ambitieuses et novatrices

La Rotonde s’est toujours positionnée sur des thématiques nouvelles et ambitieuses. Ainsi, elle a pu lancer en 2003 « Scènes de méninges », premier festival de théâtre et sciences. Elle a également été la première structure à animer une émission de télévision autour de la csti et une web radio.

Saint-Etienne est également, grâce à l’implication de La Rotonde, ville pilote du projet européen Fibonacci (suite de « La main à la pâte » et Pollen).

description : animation rotonde 5.jpg

Conception de l’exposition


Création

CCSTI La Rotonde – Ecole Nationale Supérieure des Mines de Saint-Etienne

Commissaire de l’exposition 

Guillaume Desbrosse

Comité de pilotage :

CCSTI La Rotonde : Julie Fortin, Clémentine Transetti, Christine Fayolle, Christine Berton, Emmanuel Baroux, Arnaud Zohou, Kévin Fauvre, Théo Drieu, Guillaume Desbrosse

Médiation scientifique et Coordination :

CCSTI La Rotonde

Conception muséographique : Studio J. Saladin

Scénographie : Isabelle Raymondo

Eclairage : Abraxas Concepts

Graphisme communication : Jean-Philippe Cabaroc

Remerciements :

Librairie Les Croquelinottes, Librairie Lune et L’autre, Inspection d’académie : Didier Bonnet, Thierry Bouchetal, Patricia Pichon, Jacques Favergeon, Services Généraux Ecole des Mines de Saint-Etienne, yourte.com, les élèves de l’Ecole des Mines de Saint-Etienne, Médiathèque Saint-Chamond, Ville de Saint-Chamond, cinéma Le Méliès, Familles Rurales, Olivier Houdé, Isabelle Mimoun, Médiathèque de Tarentaize, Anne Bisson, Pauline Amico, L’équipe Rotonde, Martin, Salomé, Lilian, Nolan, Niels, La Cité des Enfants, Yann Godart, Romain Blanc, atelier Ecole des Mines St-Etienne.



Origine du projet


La Rotonde diffuse la culture scientifique et technique à Saint-Etienne, dans le département de la Loire et au-delà depuis maintenant plus de 12 ans avec la volonté affirmée de toucher tous les publics. Au fil des ans, La Rotonde a ouvert le champ des possibles et proposé de grands projets innovants et variés : théâtre de sciences, événements, web radio, magazine vidéo, sites ressources et dispositif européen d’éducation aux sciences. La rencontre avec le public et nos partenaires est riche et nourrit fortement l’équipe.

Cette année, La Rotonde a souhaité répondre à la fois à une attente et à un manque en créant une action de culture scientifique d’envergure pour les tout-petits.

description : aniùation rotonde 6.jpg

Tout est donc parti d’un double constat : il existe peu de propositions de culture scientifique innovantes et originales pour le très jeune public en province.

La Cité des Enfants (Paris), le Vaisseau (Strasbourg) et le Forum Départemental des Sciences (Villeneuve d’Ascq) sont des lieux qui se sont spécialisés dans l’accueil des enfants autour de la thématique “sciences”. Mais il existe peu d’expositions itinérantes d’envergure en région pour les tout-petits ; un public pourtant très demandeur d’activités, et sur lequel les opérations de sensibilisation ont un fort impact.

Autre constat : jusqu’à alors les expositions itinérantes s’adressent aux enfants à partir de 3 ans. Qu’en est-il des deux ans ? Avec Mondo Minot, La Rotonde s’adapte à leur âge.

Ainsi avons-nous souhaité faire découvrir les sciences et techniques aux tout petits à travers une exposition-ateliers itinérante.

Après plusieurs mois de réflexion et de travail, La Rotonde propose une création pour le très jeune public : “Mondo Minot”.

Cette exposition/ateliers interactive permet de voyager à la découverte de différents mondes où de nombreuses thématiques scientifiques sont abordées.

En partant du réel et en nourrissant son imaginaire l’enfant pourra s’approprier un monde où de multiples découvertes l’attendent, lieu de tous les possibles et lieu d’aventures !

Objectifs 


Les objectifs prioritaires de l’exposition sont les suivants :

  • Donner le goût des sciences

  • Développer l’esprit critique

  • Participer à l’éveil des plus petits

  • Développer l’imagination, la créativité et l’expression

  • Favoriser les échanges et la connaissance de l’autre

  • Découvrir son environnement et ses sens

  • et surtout…s’amuser !


Synopsis 


Mondo Minot, c’est 200m2 d’ateliers et d’aventures avec deux consignes essentielles :

- Apprendre en s’amusant, c’est bien mieux !

- Il est interdit de ne pas toucher !

« Regarde ! La chambre est éclairée, les jouets éparpillés, les livres grands ouverts… Mais…qu’y a-t-il dans l’armoire ? Un passage ?? Vers quoi mène-t-il ???

 

Une porte à pousser… et c’est tout le monde de l’enfance, celui de l’imagination et des perpétuelles découvertes qui t’attend !

Un monde, ou plutôt des mondes, autour d’une yourte où tu pourras écouter des contes ou lire des histoires. Et puis, partir à la découverte d’expériences scientifiques pour écouter, bricoler, regarder, tester, créer, partager, jouer, apprendre, comprendre, … et finalement grandir un peu ! »

Les expériences présentées dans ce guide peuvent éventuellement différée le jour de votre visite.

description : yourte.png

Il était une fois

Objectifs pédagogiques du monde


S’amuser avec les livres et se plonger dans une histoire avant de découvrir un autre monde imaginaire autour des sciences.

Objectif principal : éveiller et susciter le plaisir des enfants de découvrir des livres et d’écouter des histoires.

Objectifs secondaires :

  • Faire découvrir aux enfants des histoires diverses et variées en lien avec le monde de l’enfance et les différents thèmes de l’exposition Mondo Minot

  • S’amuser autour des livres avec la mise en place d’animations

  • Réconcilier certains enfants avec le livre

  • Faire découvrir les différents genres et formats de livres : album jeunesse, conte, documentaire, imagier, livre sonore, livre objet, etc.

  • Partager un temps de lecture avec les enfants

Dans cette espace, en fonction du temps qu’auront les animateurs, ils raconteront des histoires aux enfants et pourront proposer un temps d’animation.

Idées d’ateliers à réaliser avec des livres

Les objets trouvés


Objectif

Faire rechercher des objets aux enfants dans les livres ou sur les couvertures

Préparation

  • Faire une sélection de livres (entre 8 et 10 livres)

  • Identifier une liste d’objets dans les livres (pour les tout-petits, se limiter à la page couverture)

  • Rechercher les images qui représentent les objets, les imprimer, les découper.



Animation

  • Former des équipes

  • Donner un objet à retrouver dans les livres à chaque équipe

  • Leur demander de rechercher un même type d’objets dans la sélection de livres

  • Ils doivent montrer l’objet trouvé dans le livre pour validation

  • Après validation, leur donner un autre objet


Je me souviens


Objectif

Développer le sens de l’observation et la mémoire des enfants

Préparation

  • Faire une sélection de livres (entre 8 et 10 livres)

  • Identifier des éléments spécifiques aux illustrations ou textes de chaque page couverture



Animation

  • Former des équipes

  • Laisser les enfants prendre le temps de regarder chaque couverture des livres

  • Faire assoir les enfants par terre en demi-cercle

  • Poser ensuite les livres au centre et en masquer la couverture

  • Leur poser des devinettes sur les éléments des pages de couverture.


Jeu des dominos


(Les livres étant les dominos) : quel est ou quels sont les points communs de cette sélection de livres ?

Objectif

Développer le sens de l’observation et de déduction des enfants

Préparation

Prévoir 1 livre par enfant et 1 pour vous

Animation

  • Laisser les enfants choisir leur livre

  • Expliquer aux enfants que le livre est comme un domino

  • Le livre restant sera le livre de départ du jeu des dominos. Le livre de départ pourra être celui sélectionné et lu par l’animateur à la fin de l’animation.

  • Demander aux enfants de poser leur livre (domino) à la suite ou à côté d’un autre livre

  • Attention !!! Il doit y avoir un lien (un point en commun) entre les 2 pages de couverture des livres (un titre, un thème, un objet…)


La couverture truquée


Objectif

Développer le sens de l’observation des enfants

Préparation

  • Faire une sélection de livres (entre 8 et 10 livres)

  • Photocopier en couleur les pages de couverture des livres

  • Créer une page de couverture à partir de deux pages de couvertures



Animation

  • Former des équipes

  • Donner une page de couverture truquée à chaque équipe

  • Leur demander de trouver avec quels livres a été réalisée la page couverture truquée


Je classe




Objectif

Développer le sens de l’observation et la logique des enfants

Préparation

  • Faire une sélection de livres (entre 8 et 10 livres)

  • Trouver des idées de classement des livres à partir des informations que donnent les pages de couverture :

    • Du plus petit au plus grand

    • Animaux

    • Jeu

    • Formes

    • Couleurs

    • Maison, école, bâtiment

    • Forêt, jardin, potager

    • Personnages (enfants, parents,…)

    • Moyens de transport



Animation

  • Former des équipes

  • Lancer le défi de classer les livres en fonction de catégories préalablement déterminées


Pour aller plus loin

Bref historique de l’album pour la jeunesse


La gravure sur bois a été la première technique employée pour réaliser les premiers livres pour enfants, et ce jusqu’à la fin du XVIIème siècle. Cette technique a permis d’associer des images à des textes comme le démontre l’exemple ci-dessous.




Orbis sensualium de Johann Amos Cormenius


À la fin du XVIIIème siècle et le début du XIVème siècle, Senefelder invente la technique de lithographie qui donne la possibilité aux illustrateurs d’exécuter directement leur dessin (crayons, pinceaux, plume) sur une pierre permettant ainsi la reproduction du dessin sur un nombre illimité de feuilles.


Aloys Senefelder


La découverte de cette technique fait naître l’apparition des premières presses en France. C’est en 1860, que paraissent les premiers albums français conçus pour les enfants, édités par Pierre-Jules Hetzel, connu sous le nom de plume P.-J. Stahl. C’est aussi Hetzel qui publiera les premiers romans de Jules Verne. Il crée également une collection littéraire pour la jeunesse “La bibliothèque d’éducation et de récréation”.




Les contes de Perrault. Gustave Doré (1861)

Les aventures de Tom Pouce. P.-J. Stahl (1861)


Parallèlement, Louis Hachette créé aussi une collection dédiée aux enfants “La bibliothèque rose




Diloy le chemineau. Comtesse de Ségur (1868)


À cette époque, le mot album signifiait collection d’images rassemblées dans un livre (Christian Poslaniec, revue Québec Français, N°150, été 2008). Petit à petit, les images évoluent vers de la narration (exemple, collection “Les albums de mademoiselle Lili” aux éditions Hetzel) et elles se dissocient du texte donnant naissance à l’album moderne.

L’album moderne s’impose au milieu du XIXème siècle grâce à la collection “Les albums du Père Castor” créée en 1931 par Paul Faucher. Jeune libraire passionné de pédagogie, son travail marque un tournant décisif dans l'évolution du livre pour enfants en France. Sa maison d’édition se développe ce qui lui permet d’ouvrir le Centre de recherche bibliopédagogique de l'Atelier du Père Castor et de fonder, en 1947, l'École du Père Castor, une école expérimentale née du mouvement de l'Éducation nouvelle.




Je fais mes masques. Nathalie Parain (1931)


L’album contemporain sera quant à lui caractérisé par le changement de statut de l’image dans le livre. Des éditeurs tels que Robert Delpire valorisent des créations artistiques qui mettent en valeur l’image. Le livre devient en quelque sorte un objet d’art et d’expression artistique.




Les larmes de crocodile. André François (1956)


Dans les années 80, la création de la collection “Enfantimages” aux éditions Harlin Quist, permet de faire connaître de jeunes illustrateurs et de confronter leurs créations artistiques aux textes littéraires de grands auteurs.




Chut ! Patrick Couratin


À cette époque Pierre Marchand fonde le secteur jeunesse aux Éditions Gallimard (1972). Son apport pour l’album jeunesse est lié aux innovations techniques qui permettent à nouveau une mise valeur de l’image et du livre en tant qu’objet culturel (utilisation de transparence, par exemple).

Jean Favre et Arthur Hubschmid apportent également leur lot de révolution à l’album jeunesse en créant les Éditions de l’École de Loisirs en 1965. Ils encouragent l'épanouissement d'œuvres d’auteurs français et internationaux comme Tomi Ungerer, Philippe Corentin, Grégoire Soletaroff, Claude Ponti... Ils ont su prendre des risques en proposant des albums photographiques (Le ballon rouge. Albert Lamorise. 1976), sans texte (Les aventures d’une petite bulle rouge. Lela Mari. 1967), avec des images abstraites (Petit-Bleu et Petit-Jaune. Léo Lionni. 1970), des livres d'artistes (Alphabet. Sonia Delauney. 1972)...

Enfin, les années 70 à 2000 ont été marquées par la création de petites et moyennes maisons d’édition soucieuses d’explorer de nouveaux horizons, d’expérimenter, de rechercher de nouveaux talents, d’adopter une ligne éditoriale particulière... Rouergue, Thierry Magnier, Grandir, Mémo, Les Trois Ourses, L’Atelier du Poisson Soluble, Être, Rue du Monde, Passage Piéton, etc. À leur façon, elles ont participé à l’évolution de l’album jeunesse contemporain !

L’album fait partie de l’univers des enfants depuis la fin du XVIIIème siècle. Il propose des histoires imaginaires, réalistes, fantastiques, historiques... qui, il faut le souhaiter, leur permettent de rêver, de s’évader et leur donneront envie de lire des livres toute leur vie.

Qu’est-ce qu’un album pour la jeunesse ?


Définitions

Christian Poslaniec, chercheur à l’INRP, définit l’album jeunesse ainsi : « l’album c’est un livre où une même histoire est racontée par deux narrateurs qui, d’une certaine façon, dialoguent : un narrateur textuel et un narrateur imagier ». Selon lui, « ce qui est intéressant, c’est que le dialogue entre les deux narrateurs peut être discret et complémentaire, ou carrément conflictuel quand images et textes sont en contradiction ». (Revue Québec français, N°150, été 2008)

Le dictionnaire Robert ne rattache pas l’album au livre, car il le définit comme un « cahier ou classeur personnel destiné à recevoir des dessins, des photos, des autographes, des collections diverses ».

Quant à Sophie Van der Linden, spécialiste française de la littérature pour la jeunesse, elle le présente comme un « ouvrage dans lequel l’image se trouve spatialement prépondérante par rapport au texte, qui peut d’ailleurs en être absent. La narration se réalise de manière articulée entre textes et images ». Elle distingue de l’album les livres animés (pop-up), livres-objets qui se situent entre le livre et le jouet, livres d’activités (livres d’auto-collants, coloriages, constructions, découpages) et les imagiers qui visent l’acquisition du langage par la reconnaissance d’images référentielles. (Lire l’album, éditions L’Atelier du Poisson Soluble, 2007).

Formats

  • À la française

La hauteur du livre est plus importante que la largeur. Ce format est assez courant et les images sont surtout à la verticale (portrait).

  • À l’italienne ou oblong

Le livre est plus large que haut. Les images sont plutôt présentées à l'horizontale (paysage)

  • Carré

On attribue le format carré à la maison d’éditions du Rouergue, créée en 93 par Olivier Douzou. Ce format était peu courant ; depuis il est régulièrement utilisé. Sur ce type de format, les illustrateurs ont tendance à exploiter la double page pour la mise en scène des images accentuant ainsi la perspective panoramique.

  • En découpe

Le livre est découpé selon une forme spécifique, livre rond, en forme de lapin (Hin ! Arno et Soledad. Éditions Mila, 1999), en forme de bocal de poisson (Le bocal de Sushi. Bénédicte Guettier. Éditions Casterman, 1996).

  • Accordéon

Dans ce format le livre est présenté sous forme de pliages horizontaux qui permettent une suite et une continuité des images ou des textes d’une page à l’autre (Leprello. Philippe Barbeau et Pascal Tétrel. Éditions L’atelier du Poisson soluble, 1999).

Illustrations

Les techniques d’illustrations continuent de se diversifier...

  • Dessin

L’une des techniques les plus courantes est la combinaison d’un tracé (avec plume, crayon, rotring “feutre”) et d’une mise en couleur à l’aquarelle, l’encre ou aux crayons de couleurs.

  • Peinture

Il est surtout d’usage d’utiliser de la peinture diluée à l’eau : acrylique, aquarelle, gouache. La peinture à l’huile est moins utilisée en raison de la longueur de son temps de séchage.

  • Collage

Technique où l’illustrateur utilise des papiers déchirés.

  • Assemblage

Cette technique permet à l’illustrateur d’effectuer des compositions en trois dimensions. Il travaille avec des objets de récupération qu’il met en scène. Il utilise tout type de matériaux : vis, trombone, ficelle, végétaux, etc.

  • Photographie

Technique qui s’est généralisée dans les années 80. Elle est souvent utilisée dans les albums non narratifs.

  • Mixte

La technique mixte est de plus en plus employée dans l’album contemporain. L’illustrateur combine deux ou plusieurs techniques (dessins, collage, photo...).

  • Infographisme

La technique la plus récente est associée au développement de logiciels de dessin numérique. Les progrès dans ce domaine permettent aujourd’hui l’élargissement de larges palettes de couleurs et de multiples possibilités dans la création de formes.

___________

Livre de référence utilisé pour la réalisation de cette partie : Lire l’album. Sophie Van der Linden. Éditions L’Atelier du poisson soluble, mai 2006, 168 p.

Sophie Van der Linden est une spécialiste française de la littérature pour la jeunesse. Elle est auteur d’ouvrage de références dans ce domaine et rédactrice en chef de la revue Hors-cadre(s), revue de critiques en littérature jeunesse. Elle a également contribué à l’écriture d’articles et d’actes de colloque et enseigné la littérature pour la jeunesse à l’université (Universités du Maine, Paris X, Paris XIII). Enfin, entre 2004 et 2008, elle a dirigé l’Institut International Charles Perrault, où elle a créé la première université d’été de l’image pour la jeunesse et où elle fut membre de la Commission Jeunesse du Centre National du Livre.

_____________

Médiation autour du livre


Mettre en scène vos coups de coeur dans votre salle de cours ou d’animations.

Vous pouvez par exemple :

  • Suspendre des livres à l’aide de grandes pinces à linge

  • Proposer des duos, 2 livres attachés ensemble avec une jolie corde ou un joli ruban

  • Livres surprises : sélectionner des livres et les ranger dans une pochette surprise

A quoi servent les albums ?

Selon Christian Poslaniec (chercheur à l’IRNP), l’album utilisé pour une activité culturelle « permet à l’enfant d’appréhender à la fois le monde réel où il vive et les mondes fictionnels que les illustrateurs et auteurs inventent ». Ce chercheur défend l’idée que les albums ne doivent pas être utilisés pour une activité pédagogique de type scolaire : apprentissage de la langue, lecture… Il reconnaît que leur utilisation aide à la maîtrise de la langue parce que « à force de réentendre les histoires […], les enfants s’imprègnent des tournures langagières, non parce qu’on en profite pour faire une leçon sur le participe passé. S’ils aident à l’apprentissage de la lecture, c’est parce qu’ils motivent les enfants à continuer à lire, à savoir la suite […] ». (Revue Québec français, N°150, été 2008).

Selon Anne Velay animatrice socioculturelle à la Fédération Familles Rurales Loire, le livre permet à l’enfant de : (Guide de médiation Des livres ! Pourquoi ? Anne Velay, Familles Rurales Loire 2010)

  • Construire son imaginaire,

  • Vivre des situations inconnues,

  • Comprendre comment agissent les autres,

  • Entrer dans la pensée d’un autre,

  • Apprendre sur lui-même.

Pour elle, lire des albums à des enfants, c’est leur faire un cadeau, leur offrir un moment de plaisir [...]. « Gardons-nous, d’interpréter, de questionner… »

Partager une lecture avec les enfants

(Guide de médiation Des livres ! Pourquoi ? Anne Velay, Familles Rurales Loire 2010)

Lire un livre aux enfants demande une préparation. Se pose la question du choix de l’album. Quel que soit le thème, il faut bien connaître le livre que vous présentez.

Avant de faire la lecture, il faut prendre le temps de s’imprégner du texte et se préparer, lire le texte à voix haute pour trouver le ton que vous voulez donner à la narration et aux dialogues, et pour identifier les temps de respiration.

Conseils de lecture auprès des enfants…

  • S’assurer que les enfants sont installés confortablement,

  • Tourner le livre vers les enfants,

  • Ouvrir toutes les pages, y compris les pages de garde au début et à la fin du livre,

  • Prendre en compte les reflets de la lumière afin que les enfants puissent bien voir les illustrations,

  • Respecter le rythme du texte et ne pas expliquer les mots difficiles en cours de lecture,

  • Ne pas commenter l’histoire en cours de route,

  • Regarder les enfants de temps en temps,

  • Respecter un temps de latence pour les enfants après la lecture.



Si l’histoire suscite un questionnement et amène une discussion avec les enfants, faire attention aux explications orientées, restrictives. Laisser les enfants s’emparer de l’histoire qu’ils viennent de recevoir. Ne pas hésiter à relire les histoires que les enfants connaissent déjà, car ils aiment souvent les réentendre.

Enfin, comme Anne Velay le dit si bien, « la magie d’une histoire passe principalement par le fait de lire le livre ».


Lignes éditoriales des petites / moyennes maisons d’édition qui reviennent souvent dans la sélection.


Autrement Jeunesse

L’objectif de la maison d’éditions « Autrement Jeunesse » est de toucher, intriguer, enthousiasmer aussi bien les enfants que les adultes. Leurs albums sont ceux des auteurs et des illustrateurs qu’ils aiment et qu’ils veulent soutenir. Elle publie des livres qui, selon elle, sont drôles, étonnants, étranges et qui suscitent toutes sortes d’émotions et de sentiments.

Kaléidoscope

Créée en 1989, la maison d’éditions « Kaléidoscope » propose des albums aux enfants de 0 à 6 ans. Leur objectif est d’accompagner les enfants au gré de leurs émotions, de permettre aux tout-petits de s’identifier à des personnages et/ou de retrouver des situations familières.

École des loisirs

Jean Fabre a créé en 1965 les éditions de « L'École des Loisirs » avec Jean Delas et Arthur Hubschmid. Cette maison d’édition a constitué au cours des années un fonds d’albums pour la jeunesse reconnu internationalement par les professionnels du livre.

Mémo

Les éditions Mémo créées en 1993 par Christine Morault et Yves Mestrallet publient des livres d’artistes et d’écrivains pour la jeunesse. Leur objectif offrir aux enfants les œuvres d'artistes du livre d'hier et d'aujourd'hui, des rééditions pour savoir d'où l'on vient et des ouvrages très contemporains pour savoir où l'on va.

Bilboquet

Bilboquet est une maison d’édition jeunesse créée en 1994. Elle publie des albums pour les enfants à partir de 1 an. Cette maison d’éditions s’est donnée pour mission d’ouvrir l’esprit des plus jeunes à la différence, de les faire rêver mais aussi de revisiter les contes et le patrimoine collectif.

Thierry Magnier

Thierry Magnier est une maison d’édition indépendante créée en 1998 qui publie 90% de création. Leur objectif : entraîner des auteurs / illustrateurs / plasticiens de talents qui ne s’attendaient pas forcément à publier un livre dans l’édition jeunesse. Cette maison d’éditions aime prendre des risques et essayer de nouvelles choses. Selon Thierry Magnier, un bon livre pour enfant c’est un livre implicite avec des références variées, des non-dits. C’est aussi un livre qui s’adresse autant à un enfant qu’à un adulte. Enfin, selon lui, un livre n’est jamais fini.

Rue du monde

Créée en 1996 par Alain Serres, auteur jeunesse d'une cinquantaine d'ouvrages dont l’objectif est de titiller l'intelligence des enfants, leur esprit critique et leur sensibilité artistique. Rue du Monde est une maison d’éditions militante, qui agit, au-delà des livres. Elle milite en faveur du prêt gratuit des livres en bibliothèque, les droits de l'enfant et l’ouverture vers d’autres cultures.

La Rotonde – Guide pédagogique Mondo Minot | Informations pratiques sur l’exposition


similaire:

Informations pratiques sur l’exposition iconInformations pratiques sur l’exposition
«Main à la pâte» initié par Georges Charpak puis le projet Pollen et Fibonacci (projet d’éducation aux sciences au niveau européen)...

Informations pratiques sur l’exposition iconInformations pratiques sur l’exposition
«Main à la pâte» initié par Georges Charpak puis le projet Pollen et Fibonacci (projet d’éducation aux sciences au niveau européen)...

Informations pratiques sur l’exposition iconInformations pratiques sur l’exposition
«Main à la pâte» initié par Georges Charpak puis le projet Pollen et Fibonacci (projet d’éducation aux sciences au niveau européen)...

Informations pratiques sur l’exposition iconInformations pratiques sur l’exposition
«Main à la pâte» initié par Georges Charpak puis le projet Pollen et Fibonacci (projet d’éducation aux sciences au niveau européen)...

Informations pratiques sur l’exposition iconCalendrier universitaire 80 Services utiles 82 Informations pratiques...

Informations pratiques sur l’exposition iconCalendrier universitaire 75 Services utiles 77 Informations pratiques...

Informations pratiques sur l’exposition iconCalendrier universitaire 77 Services utiles 79 Informations pratiques...

Informations pratiques sur l’exposition iconCours : dates non définies : journées de formation sur les ancres...
«Les terrassiers de Clio», au musée archéologique de Saint- raphaël Contacts : Anne Joncheray et Lénaïc Riaudel

Informations pratiques sur l’exposition iconInformations complémentaires sur l’abbaye de Marmoutier et sur les...

Informations pratiques sur l’exposition iconExposition au Musée Fabre (28. 11. 2015 – 06. 03. 2016)
«Les conditions d’appropriation des objets de l’exposition par les Occidentaux»






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com