Le plâtre est un matériau de construction ignifuge. IL est utilisé sous forme de pâte constituée d'un mélange de poudre et d'eau, ou préparé sous forme de plaques





télécharger 36.59 Kb.
titreLe plâtre est un matériau de construction ignifuge. IL est utilisé sous forme de pâte constituée d'un mélange de poudre et d'eau, ou préparé sous forme de plaques
date de publication31.10.2017
taille36.59 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos
Plâtre

Le plâtre est un matériau de construction ignifuge. Il est utilisé sous forme de pâte constituée d'un mélange de poudre et d'eau, ou préparé sous forme de plaques.

Catégories :

Composé du calcium sulfate de calcium hémihydraté

Apparence

poudre blanche hygroscopique

Propriétés chimiques

Formule brute

CaSO4 • 0.5H2O

Masse molaire

145, 149371 gmol-1
H 0, 69%, Ca 27, 61%, O 49, 6%, S 22, 09%,

Propriétés physiques

T° fusion

Devient anhydre à 163 °C;
Devient insoluble dans l'eau >700 °C

Solubilité

0, 23 g/100mL dans l'eau à 20 °C

Masse volumique

2, 79 à 20 °C

Pression de vapeur saturante

négligeable


Histoire du plâtre

Le gypse s'est constitué il y a à peu près trente-huit millions d'années par sédimentation au cours de l'évaporation de lagunes d'eau de mer.

Déjà à la préhistoire, l'homme s'est aperçu que les pierres blanches constituant le foyer du feu s'effritaient à cause de la chaleur.

En Égypte, l'homme se servait du plâtre pour assembler les pierres des édifices et pour réaliser des enduits (Vallée des Rois).

Dès l'époque gallo-romaine, les habitants de la région parisienne ont su transformer le gypse en plâtre pour construire leurs maisons. Ils trouvaient le gypse à proximité, dans de petites carrières, presque à fleur de sol. Les Romains, eux, se servaient du plâtre pour les enduits et les sculptures. (voir'histoire naturelle'de Pline l'Ancien).

Au Moyen Âge, l'homme s'aperçoit que le plâtre résiste mieux au feu que le bois, car c'est un produit ignifuge. Par conséquent il l'utilise comme enduit de protection (anti-feu). Au Moyen Âge, puis sous l'Ancien Régime, les petites carrières et plâtrières furent nombreuses mais elles fonctionnaient de manière intermittente. L'habitat local fît beaucoup appel au plâtre.

Au XVIIIe siècle, Paris devient la ville du plâtre grâce à ses gisements souterrains et un édit de Louis XIV en 1667 rendra même le matériau ignifuge obligatoire comme enduit intérieur et extérieur, pour éviter les propagations d'incendies afin d'éviter à Paris le sort funeste de Londres lors du Grand Incendie de 1666. Au XIXe siècle vient l'invention du four à plâtre industriel, ce qui permet d'augmenter la production.
Aujourd'hui, le plâtre fait partie de notre vie.

En 1788, Gœthe, dans sa description du Carnaval de Rome, décrit la fabrication du confetti, tel qu'il existait à l'époque. Il était fait de billes de plâtre, réalisées avec un entonnoir. C'est uniquement à partir de 1891, que ce confetti commença à être remplacé par sa variante moderne, en papier, que nous connaissons.

Le plâtre est beaucoup exploité dans la moitié nord de de la région parisienne. Le «plâtre de Paris» prend sa renommée.

Parmi ces nombreuses exploitations, celle de Cormeilles-en-Parisis. En 1832, une carrière à plâtre est créée par Pierre Étienne Lambert à Cormeilles. À partir de 1882, Jules-Hilaire Lambert industrialise la production. Dans les années 1930, avec les Frères Lambert, le cycle d'exploitation de la carrière de Cormeilles est complet. Cette carrière est alors l'unique en France à alimenter à la fois la fabrication du plâtre, de briques, de chaux hydraulique, et de ciment artificiel par l'emploi des matières de «découvertes» : argiles, calcaires, marnes. De 1930 à 1980, la carrière Lambert est la plus grande carrière d'Europe à ciel ouvert (Plâtres Lambert). Actuellement la carrière et la plâtrière de Cormeilles-en-Parisis sont exploitées par la société Placoplatre.

BM Lithographie, vers 1860 : Le père Soubise. Ami de Maître Jacques, Fondateur des Compagnons passants Charpentiers du Devoir, des Couvreurs et des Plâtriers.

Par leurs conquêtes, les Romains vont beaucoup diffuser le plâtre dans tout l'Empire. Les murs des habitations sont enduits de plâtre et de chaux, les plafonds faits de bois et de plâtre. Il peut servir dans la maçonnerie pour unir les pierres les unes aux autres. Les artisans romains développent aussi son emploi comme revêtement extérieur : les tons chauds d'ocre rouge proviennent d'un mélange de briques finement broyées, de pouzzolane, de plâtre et d'eau. Le stuc, fait de plâtre et de poudre de marbre, est utilisé avec éclat pour l'ornementation des édifices.
L'invasion de la Gaule par Jules César donne au plâtre racine dans notre pays. Les Romains, inlassables bâtisseurs, apportent aux populations celtes de nouveaux procédés de construction en maçonnerie et en plâtre.

À Lutèce, sur les bords de la Seine, les huttes de la tribu des Parisii font place à des édifices plus solides. Le site est privilégié par la nature, car la colline de Montmartre regorge de gypse. Dalles, carreaux de plâtre, colonnes, sarcophages… plusieurs vestiges des IIe et IIIe siècle de notre ère témoignent d'un «premier âge du plâtre» à Paris.

Du gypse au plâtre

Le plâtre s'obtient par cuisson et broyage de la «pierre à plâtre», le gypse, sulfate de calcium à deux molécules d'eau (CaSO4 (H2O) 2). Au cours des temps géologiques, ce minéral s'est déposé dans les bassins sédimentaires en formant d'épaisses couches plus ou moins profondes. L'extraction du gypse se fait dans des carrières à ciel ouvert ou en galeries souterraines. Concassé, cuit dans des fours, il est enfin broyé finement pour obtenir le plâtre en poudre. Cette poudre blanche a la propriété de durcir particulièrement rapidement quand on la mélange à l'eau : c'est le phénomène de la prise.

La chute de l'Empire romain et les invasions barbares entraînent pour de longs siècles le déclin des constructions en pierre au profit de bâtiments en bois beaucoup utilisés par les peuples du Nord et de l'Est de l'Europe.

Si aux premiers temps de l'Occident médiéval le plâtre régresse, il connaît au Sud de la Méditerranée un remarquable épanouissement, favorisé par les conquêtes arabes. La civilisation musulmane a en effet abondamment utilisé le gypse et marqué probablement l'un des sommets de l'art du plâtre ; dans un univers où le bois est rare, ce dernier sert à multiplier les motifs décoratifs des mosquées, madrasas (écoles religieuses) et palais. Probablement trouve-t-on sa plus belle illustration dans l'Alhambra de Grenade où galeries, murs et plafonds s'ornent d'une profusion d'arabesques géométriques. Une exubérance particulièrement ciselée qu'on doit aux qualités plastiques du plâtre.

Au Moyen Âge, les grands bâtisseurs que sont les moines de Cluny et de Cîteaux remettent à l'honneur l'emploi du plâtre, dont l'usage se répand à nouveau.

La profession plâtrière s'organise et codifie son activité dans la capitale. Le Livre des métiers, commandé par Louis IX au prévôt de Paris, est le texte fondateur de nombre de corporations au XIIIe siècle. Le mot plâtrier sert à désigner alors celui qui exécute l'extraction et la cuisson du gypse, c'est-à-dire le fabricant.

Exploitation

Il est exploité de deux manières, selon la structure du gisement.

Quand ce dernier se trouve à un niveau trop profond, on privilégie une exploitation souterraine. Il s'agit d'extraire les couches inférieures en creusant des galeries, qui sont ensuite comblées par des matériaux inertes une fois l'exploitation terminée. Mais cette méthode permet uniquement d'exploiter un tiers du gypse, qui se déploie en plusieurs couches.

L'exploitation à ciel ouvert, dans les carrières, permet d'extraire ces différentes couches.

Quand un gisement est épuisé, la carrière est réhabilitée pour recréer un ensemble le plus proche envisageable de l'état d'origine du terrain.

Le plâtre artificiel provient de centrales thermiques. La désulfuration est l'élimination du dioxyde de soufre dans les rejets gazeux. Pour ce faire, on utilise de la chaux humide. Il en résulte la formation de cristaux de gypse qui serviront à la fabrication du plâtre synthétique dans la construction de bâtiments.

Fabrication du plâtre

Le plâtre est réalisé à partir du gypse, roche sédimentaire nommée pierre à plâtre qu'on retrouve sous forme d'albâtre ou de cristaux de sélénite. La pierre est le plus souvent extraite de mines ou de carrières souterraines puis cuite et ensuite cassée, broyée et moulue pour donner la poudre blanche du plâtre.

Sa fabrication nécessite plusieurs étapes.

  • Extraction du gypse avec explosifs, lorsqu'il s'agit de gisement à ciel ouvert : «des carrières».

  • Acheminement depuis la carrière avec camions : le gypse subit un concassage, pour diminuer la dimension de ses grains.

  • Le gypse est transporté avec un tapis vers le criblage. Cette opération consiste à ne sélectionner que les grains de diamètre inférieur à 40 mm.

  • Le gypse ainsi choisi est stocké en tas dans un local couvert avant d'être homogénéisé car le gypse extrait n'est pur qu'à 90 %. Aussi il sera mélangé avec une machine composée de râteaux qui va mélanger les couches de gypse.

  • Toujours avec tapis, le gypse est conduit dans un four où il sera positionné dans un moulin où, avec une vis sans fin, il est broyé et écrasé (comme dans un moulin à café).

  • Il sera cuit à 150 °C. Ce four sert à faire remonter le gypse cuit par le haut du four, alors que les impuretés plus lourdes, restent au fond.

  • Après refroidissement à 60 °C il devient du semi-hydrate (le gypse a perdu une molécule d'eau et demi).

Ouvrages utiles

  • "techniques et pratique du staff " de g. rondeau, s. rondeau, m. pons :Editions-Eyrolles. com

  • "techniques et pratique du plâtre" de j. festa :Editions-Eyrolles. com

  • "plâtre :murs, formes et volumes" de j. c bidaux :Editions-Eyrolles. com

  • "l'Encyclopédie des Métiers : la Plâtrerie, le Staff et le Stuc" : édition les Compagnons du Devoir, librairie-compagnons. com

  • Barthe (Georges) sous la dir., "Le plâtre, l'art et la matière" : colloque de Cergy-Pontoise, Groupe de recherche sur le plâtre dans l'art : éditions Créaphis, 2002, www. grpa. fr. st

  • Farion (Vincent), "Si la Carrière m'était contée. La plâtrière et les usines Lambert, le quartier et ses habitants à Cormeilles-en-Parisis (1832-2008) " : édition Musée du Plâtre, 2008, wwww. museeduplatre. org

similaire:

Le plâtre est un matériau de construction ignifuge. IL est utilisé sous forme de pâte constituée d\La décolonisation et la construction de nouveaux Etats : Inde, Algérie
«droit qu’a chaque peuple de choisir la forme de du gouvernement sous laquelle IL doit vivre» (14 août 1941)

Le plâtre est un matériau de construction ignifuge. IL est utilisé sous forme de pâte constituée d\Programme du séminaire du premier semestre
«Histoire des sociétés occidentales contemporaines» (hsoc) placé sous la direction de M. Pascal Ory. Les validations sont faites...

Le plâtre est un matériau de construction ignifuge. IL est utilisé sous forme de pâte constituée d\Recherches à faire (textes/iconographie) : Babel, Babylone, Sodome...
«Poches Classiques». Le reste du corpus est fourni sous forme de photocopies (13 textes X 2)

Le plâtre est un matériau de construction ignifuge. IL est utilisé sous forme de pâte constituée d\Résumé du cours de 3ème sous forme de fiches

Le plâtre est un matériau de construction ignifuge. IL est utilisé sous forme de pâte constituée d\Voici 3 activités concernant l’attaque de l’organisme par des agents pathogènes
«Mon travail consiste à faire fermenter les levures pour la fabrication de la bière. Je travaille dans une cave fermée sans aération....

Le plâtre est un matériau de construction ignifuge. IL est utilisé sous forme de pâte constituée d\Le timbre-poste, matériau idéal pour enseigner la construction européenne ?
«Timbre-poste» dans Dictionnaire mondial des images sous la direction de gervereau laurent, Nouveau monde éditions, 2007

Le plâtre est un matériau de construction ignifuge. IL est utilisé sous forme de pâte constituée d\Pourquoi écrire aujourd’hui ?
«transplanet», rédigé entre 2002 et 2005, et que j’aimerais adapter sous forme de bande dessinée, puis de film (éventuellement réalisé...

Le plâtre est un matériau de construction ignifuge. IL est utilisé sous forme de pâte constituée d\Projet didactique et pédagogique : Quelles compétences visées ? Sous...

Le plâtre est un matériau de construction ignifuge. IL est utilisé sous forme de pâte constituée d\La bibliothèque russe et slave
«Religieux de Saint-Denis»1, c’est seulement au mois de juillet 1395 que fut apporté à Paris le récit de la bataille de Kosovo qui...

Le plâtre est un matériau de construction ignifuge. IL est utilisé sous forme de pâte constituée d\L'improvisation libre à Berlin et en France
«improviser librement, c'est ne pas être aidé», abandonner une partie du matériau propre à l'écriture : la forme et le temps. Ne...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com