De Henri IV jusqu’à la fin de l’Empire ottoman, deux politiques françaises coexistent vis-à-vis de l’Empire ottoman : l’une officielle, dictée par la raison





télécharger 39.61 Kb.
titreDe Henri IV jusqu’à la fin de l’Empire ottoman, deux politiques françaises coexistent vis-à-vis de l’Empire ottoman : l’une officielle, dictée par la raison
date de publication07.10.2017
taille39.61 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos

De Henri IV jusqu’à la fin de l’Empire ottoman, deux politiques françaises coexistent vis-à-vis de l’Empire ottoman : l’une officielle, dictée par la « raison d’État », l’autre plus ou moins secrète, cachée, exprimée ça et là par des personnalités diplomatiques, militaires ou religieuses à peine « autorisées ». Ces politiques contradictoires s’expriment au XVIIe siècle d’un côté, par des professions de foi amicales, de l’autre par la participation plus ou moins clandestine des contingents français aux côtés des puissances en guerre avec l’Empire ottoman.

Ces idéologies qui reflètent quelque peu le paysage politique français d’aujourd’hui, s’expriment aussi à travers ouvrages, journaux, pamphlets, poèmes, mais aussi projets de croisade ou de guerre sainte. Les mythes messianiques judéo-chrétiens sont remis au goût du jour, de nouvelles généalogies sont élaborées, des études et publications byzantines connaissent un regain d’activités sans précédent. Polémistes, religieux, juristes et intellectuels ne cessent de découvrir dans les ancien et nouveau testaments des prophéties désignant le roi de France comme le « dernier roi sauveur », tandis que d’autres établissent des arbres généalogiques, montrant des « liens directs » entre les rois de France et les empereurs byzantins.
À défaut de pouvoir accéder à l’héritage de Charlemagne en Europe, Louis XIV cultive l’idée de « rétablir » l’Empire français d’Orient. Diplomates, voyageurs, religieux, érudits, militaires, ingénieurs se mettent à la tache pour forger l’idée de légitimité juridique de cette dignité impériale. De à Savary de Brèves, ambassadeur à Constantinople, en passant par le moine politique le Père Joseph ou encore le philosophe Leibniz, tous élaborent donc des projets de partage de l’Empire ottoman, visant directement ou indirectement la conquête de la capitale, Istanbul.

Schématiquement, certains de ces projets proposent d’organiser une puissante flotte qui franchirait les Dardanelles pour venir bombarder et brûler la capitale ottomane, alors qu’une armée de terre viendrait y faire la jonction par les Balkans ; d’autres veulent commencer la conquête par l’Égypte pour affamer ainsi Istanbul et l’obliger à se rendre. Toutes sortes de fins funestes sont prévues pour les Turcs : les plus tolérants leur réservent une conversion générale au christianisme les autres l’exil dans les « déserts » et leur dispersion à travers le monde, enfin les derniers, les moins cléments une élimination totale en les passant par les armes.
Après le second échec turc devant Vienne en 1683, ces projets deviennent de plus en plus concrets et pressants. La France est conduite à repenser la configuration de l’Europe orientale et du Moyen-Orient. Elle participe en quelque sorte au partage de l’Empire ottoman en bombardant les ports maghrébins ottomans et même en prenant pied sur le continent africain.

À partir de 1685, les missions d’exploration maritimes, cartographiques, politiques et militaires dans tous les points importants de l’Empire se sont donc multipliées, afin de « faire des descentes » à Istanbul à travers le détroit des Dardanelles, mais aussi dans d’autres parties névralgiques de l’Empire, de la Grèce, en Égypte, en passant par les côtes libanaises, syriennes, palestiniennes et Chypriotes. etc.

Il n’est pas nécessaire de tirer de cette études des leçons pour l’histoire présente. On peut par contre y déceler quelques éléments idéologiques ayant des racines profondes dans l’histoire et quelques réflexions sur celle-ci. Il est possible d’y découvrir quelques thèmes relatifs au choc de civilisations, aux concepts de l’Orient et de l’Occident, du bien et du mal.

L’ouvrage se divise en quatre parties. La première est un tableau rapide des relations franco-turques sous Louis XIV, mettant surtout l’accent sur les contradictions, les hésitations et la concurrence pour l’hégémonie en Méditerranée.

La seconde partie est réservée aux ambitions impériales de la France et à ses différents projets ou rêves de partage de l’Empire ottoman pour le rétablissement mythique d’un empire français d’Orient.

Dans la troisième partie, est suivi pas à pas la manière dont fut élaborée le projet de conquête de l’empire ottomane par le roi soleil dans une période assez délicate pour l’Empire ottoman.

Le texte de Graviers d’Ortières, cheville ouvrière de ce projet, qui est publié en quatrième partie est l’ultime expression de ces projets. Il a des aspects informatifs très intéressants sur la capitale ottomane, sans être un guide de voyageur. Ses descriptions de la Sainte-Sophie, de certains monuments antiques, du grand bazar, des viaducs et ses informations démographiques sont d’un grand intérêt. La position et la beauté de la capitale ottomane, la magnificence de certains bâtiments publics, l’ordre et la sécurité qui y règnent, l’excellence, mais aussi l’absence de certains métiers y sont développées. Mais ce qui est encore plus intéressant, c’est l’analyse de la situation de l‘Empire ottoman, les intérêts des différentes puissances à prendre part dans un partage de cet empire. Ce texte est une partie seulement de l’entreprise envisagée par Louis XIV. D’autres textes et de nombreux documents iconographiques (cartes, plans, vues, élévations, coupes) inédits accompagnent ce projet. Près d’une cinquantaine de ces documents iconographiques sont publiés dans ce livre ; ils concernent les pays actuels: la Turquie, la Grèce, Chypre, le Liban, la Syrie, Israël, et l’Egypte. D’autres sont consacrés à des monuments de Constantinople, dont certains, comme celui de Sainte-Sophie sont exceptionnels.

Faruk Bilici (kucuk bir resim ?)
Historien, spécialiste d'histoire ottomane et de la Turquie contemporaine, Faruk Bilici ancien chercheur à l’Institut français d’études anatoliennes d’Istanbul/Georges Dumézil, et maître de conférences à l’Université de Marmara (Istanbul) en détachement. Il est aujourd'hui maître de conférences habilité, qualifié professeur des universités à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco) où il enseigne les langues et l’histoires ottomanes et turques. Ses recherches portent essentiellement sur le monde musulman, ottoman des XVIe-XXe siècles et sur les relations franco-ottomanes.

Imprimé en juin 2004

ISBN 975-16-1701-4

Relié, 31x22 cm.

74 illustrations couleur, et noir et blanc, dont 8 grand format

Türk Tarih Kurumu (Publication de la Société d'Histoire turque), Ankara Série XI, n° 11
Souscription auprès de :

Maisonneuve et Larose

15, rue Victor-Cousin, 75005 Paris/ France

tél : 01 44 41 49 37 -

fax : 01 43 25 77 41

mail : servedit1@wanadoo.fr


TABLE DES MATIERES
Introduction
I - Mariage de raison
Esquisse des relations franco-turques sous Louis XIV : doutes et hésitations
La concurence franco-turque en Méditerranée
- Mazarin et l'union chrétienne contre les Turcs
- Les relations franco-turques lors de la conquête définitive de la Crête par l'Empire ottoman
Les relations franco-turques en Europe centrale
II - Rêves d'empire d'Orient
Les ambitions impériales des rois de France
La couronne d'Istanbul : lot de consolation
Partager un empire au XVIIe siècle
- L'exil ou la conversion des Turcs : Au christianisme l'Union européenne de Sully
- Le Père Joseph et Charles de Nevers : la croisade du « Bien contre le Mal »
- Le projet d'un diplomate : Savary de Brèves
- L'Égypte : conquérir la mère nourricière d'Istanbul
. Leibniz : une nouvelle carte mondiale
. Historique du projet de Leibniz
. Contenu et moyens de réalisation du projet
. Jean Coppin : ancien militaire et diplomate, nouveau prêtre
. Moment décisif de l'histoire
. Conquête de l'Égypte avant Istanbul
- De La Croix : Brûler Istanbul !
III - Louis XIV et le projet de conquête d'Istanbul
Tentations françaises après l'échec turc devant Vienne
Mission d'exploration pour une action spectaculaire
La double mission de Gravier d'Ortières : Inspecter et espionner
- Un fidèle commis de l'État
- La mission commerciale de Gravier d'Ortières dans l'Empire ottoman
- Tester et forcer la défense de l'Empire ottoman
. Maître mot : secret
. Une documentation exceptionnelle à défaut de conquête
Le verrou d'Istanbul : le détroit des Dardanelles
- Kumkale (La forteresse neuve en Asie)
- Sedd'ül-Bahir (Le château neuf du côté européen)
- Çanak-Kalesi (Le château vieux en Asie ou Bidos)
- Kilid'ül-Bahir (Sestos ou Dardanelles)
IV - L'apocalypse pour les Turcs
L'empire d'Orient de Gravier de'Ortières
Description d'Istanbul et l'influence de Grelot
La fascination pour la « capitale de la terre
Éléments politiques et militaires : « Il faut tuer faudroit tous tailler en pièce »
Quelques principes de publication du texte et des cartes de Gravier d'Ortières
L'Empire ottoman et sa partition
La ville de Constantinople
- Beauté et avantages de la situation de cette ville
- Fortifications de la ville
- Le palais du sultan et ses fortifications
- Le château de Sept-Tours
- Descente et attaque de la ville
- Description de la ville intra-muros
– Colonne Blanche
- Colonne brûlée
- Obélisques sur la place de l'hypodrome
. L'obélisque dit Théodose
. La pyramide de Constantin
. La colome Serpentine
- Bazars, marchés et caravansérails
. Le grand bazar
. Le marché aux esclaves
. Les bains
- Des mosquées
. Sainte-Sophie
. Ouvrages faits par les Turcs à Sainte-Sophie
. Comparaison de Sainte-Sophie avec Saint-Pierre
. La mosquée Süleymaniye
. La mosquée Sultan Ahmed
. La mosquée de la Sultane Validé
- Le port et l'arsenal de Constantinople
- Faubourgs de Constantinople
. Kasimpas¸a et Séraïl des Miroirs
. Galata
. Péra
. Tophane
. Findikli
. Tour de Leandre (Kizkulesi)
. Üsküdar
. Canal de la mer Noire (le Bosphore)
. Aqueduc de Belgrade
Forces maritimes du sultan et défauts de construction des vaisseaux et des galères ottomans
La politique ottomane et ses maximes
Des forces nécéssaires pour brusler Constantinople, suivant les instructions de sa majesté
Des moyens de retirer l'ambassadeur et les autres français en cas de guerre
Projet de paix avec la Porte après l'expédition de Constantinople
Rétablir l'empire français d'Orient à Istanbul
Conclusion
Sources et bibliographie
Table des illustrations
Index

similaire:

De Henri IV jusqu’à la fin de l’Empire ottoman, deux politiques françaises coexistent vis-à-vis de l’Empire ottoman : l’une officielle, dictée par la raison iconL’empire ottoman

De Henri IV jusqu’à la fin de l’Empire ottoman, deux politiques françaises coexistent vis-à-vis de l’Empire ottoman : l’une officielle, dictée par la raison iconAu xvième siècle, la Tunisie subit l’occupation de l’Empire ottoman....

De Henri IV jusqu’à la fin de l’Empire ottoman, deux politiques françaises coexistent vis-à-vis de l’Empire ottoman : l’une officielle, dictée par la raison iconLivre de bord
«Croates» et sont officiellement reconnus comme tels dès la période austro-hongroise, les orthodoxes qui se définissent comme «Serbes»...

De Henri IV jusqu’à la fin de l’Empire ottoman, deux politiques françaises coexistent vis-à-vis de l’Empire ottoman : l’une officielle, dictée par la raison iconLa sportivisation de l’EP
«grandeur nationale». IL veut rendre à la France sa pleine souveraineté sur la scène internationale. L’état est dans une situation...

De Henri IV jusqu’à la fin de l’Empire ottoman, deux politiques françaises coexistent vis-à-vis de l’Empire ottoman : l’une officielle, dictée par la raison iconNuit et brouillard
«télescopage» des mémoires Déportés politiques / déportés raciaux; volonté d’oubli des survivants d’une expérience douloureuse et...

De Henri IV jusqu’à la fin de l’Empire ottoman, deux politiques françaises coexistent vis-à-vis de l’Empire ottoman : l’une officielle, dictée par la raison iconExamen final
«Les provinces arabes (XVI è siècle – XVIII è siècle)», Histoire de l’Empire ottoman, Paris, Fayard, 1989, p. 343-418

De Henri IV jusqu’à la fin de l’Empire ottoman, deux politiques françaises coexistent vis-à-vis de l’Empire ottoman : l’une officielle, dictée par la raison iconLa Première Guerre mondiale (1914-1919) : l’expérience combattante dans une guerre totale
«Triple Entente» entre la France, la Russie et la Grande-Bretagne opposée à la «Triple Alliance» de l’Empire ottoman, le iie

De Henri IV jusqu’à la fin de l’Empire ottoman, deux politiques françaises coexistent vis-à-vis de l’Empire ottoman : l’une officielle, dictée par la raison iconVis-à-vis Corrigé du Cahier, Chapitre 9

De Henri IV jusqu’à la fin de l’Empire ottoman, deux politiques françaises coexistent vis-à-vis de l’Empire ottoman : l’une officielle, dictée par la raison iconVis-à-vis Corrigé du Cahier, Chapitre 2

De Henri IV jusqu’à la fin de l’Empire ottoman, deux politiques françaises coexistent vis-à-vis de l’Empire ottoman : l’une officielle, dictée par la raison iconEntraîneur. Les joueurs savent ce que j’attends d’eux. Ça commence...
«Les joueurs savent ce que j’attends d’eux. Ça commence déjà au sein du club, par le respect vis-à-vis des dirigeants, des bénévoles....






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com