Résumé : L’université de Toulouse, reconstituée en 1896, était la seule avec celle de Paris à comporter les cinq facultés grâce au rattachement de la faculté de théologie protestante de Montauban.





télécharger 152.13 Kb.
titreRésumé : L’université de Toulouse, reconstituée en 1896, était la seule avec celle de Paris à comporter les cinq facultés grâce au rattachement de la faculté de théologie protestante de Montauban.
page1/10
date de publication27.10.2017
taille152.13 Kb.
typeRésumé
h.20-bal.com > loi > Résumé
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10
La loi de 1905 et l’université de Toulouse

ou la

La laïcité au bon sens du terme
Communication au colloque Iesr – Toulouse décembre 2006

Alain Alcouffe*, alain.alcouffe@univ-tlse1.fr



Le long rectorat de Claude Henri Perroud et la reconstitution de l’université 3

Benjamin Baillaud, l’Observatoire et la faculté des sciences 5

Baillaud, savant et catholique 6

De l’observatoire de Toulouse à l’observatoire de Paris 8

Paul Sabatier, un cas d’ostracisme anticatholique 9

L’université et les hospices civils de Toulouse 11

La laïcisation des hospices civils de Toulouse 12

Jean Jaurès et la laïcisation des hospices 13

La faculté de théologie de Montauban 14

L’intégration de la faculté de théologie dans l’université 15

La vaine défense du caractère universitaire de la faculté de théologie par ses doyens. 16

La bibliothèque universitaire 18

Conclusion 19


Résumé : L’université de Toulouse, reconstituée en 1896, était la seule avec celle de Paris à comporter les cinq facultés grâce au rattachement de la faculté de théologie protestante de Montauban. Cette reconstitution avait nécessité une union sacrée toulousaine impliquant une grosse implication de la ville de Toulouse pour l’érection de la faculté de médecine et son rapprochement avec les hospices liés par un traité aux sœurs de Saint Vincent de Paul. Alors que les progrès de la science étaient invoqués par les anticléricaux dans leur lutte contre l’Église catholique, les deux figures de proue de la faculté des sciences de Toulouse durant cette période, Benjamin Baillaud et Paul Sabatier, étaient notoirement catholiques. L’article montre comment la conception de la neutralité de l’état vis à vis des religions qu’avait le recteur Perroud comme l’attitude de Jaurès, adjoint à l’instruction publique à la mairie de Toulouse ont permis l’élaboration d’un « compromis toulousain » permettant un apaisement des relations avec l’Église.

Mots clés - : université de Toulouse, laïcité, science et religion, carrières académiques, Claude Henri Perroud, Benjamin Baillaud, Paul Sabatier, Jean-Baptiste Senderens.

Summary: The University of Toulouse which has been reformed in 1896 was the only one with the Sorbonne to include the five faculties as the protestant faculty of theology at Montauban has been rallied to it. The “union sacrée” has been necessary in order to get this resurrection as well as a strong commitment of the city of Toulouse in order to obtain the transformation of the school of medicine into the faculty of medicine. For the training of students, the latter used the hospitals which a “treaty” tied to the congregation of Saint Vincent of Paul. As scientific developments were used by anticlericalism against the Catholic church, the two prominent scholars at the faculty of sciences, Benjamin Baillaud and Paul Sabatier, were notoriously catholic. The article shows that the idea of neutrality of state implemented by the rector Perroud as well as Jaures’ behaviour, when he was in charge of education at the city council, led to a “compromise” appeasing the relationship with the Church.

Keyword : university of Toulouse, ‘laïcité’, science and religion, academic careers, Claude Henri Perroud, Benjamin Baillaud, Paul Sabatier, Jean-Baptiste Senderens


Le fait religieux occupe une place importante dans l’histoire de l’université de Toulouse dont l’acte de naissance officielle est le traité du 12 avril 1229 qui mettait fin à la croisade des Albigeois et dans lequel le comte de Toulouse se voyait imposer le traitement d’un certain nombre de professeurs dont 4 maîtres en théologie. Naturellement le haut enseignement préexistait à ce traité mais les conditions particulières de cette fondation officielle ont marqué l’histoire de l’université et on en trouve un écho dans l’embarras ou les polémiques qui entourent les célébrations de cette naissance1. Lors des commémorations du 700 anniversaire en 1929, le livre officiel insiste sur « la création nationale et séculière » en s’appuyant sur des sources … de l’institut catholiquee qui n’est pas autrement mentionné dans l’ouvrage. Au contraire l’ouvrage commémoratif du 750 anniversaire porte un titre plus neutre « Toulouse universitaire » et inclut l’institut catholique dans sa présentation des différents établissements d’enseignement supérieur toulousainse.

Celui-ci connut un bouleversement durant la période révolutionnaire. Quand l’université en France fut réorganisée par Napoléon en 1808 deux facultés de théologie furent créées dans l’académie de Toulouse. C’est ainsi qu’exista au 19 siècle une faculté officielle de théologie catholique à Toulouse. Son corps enseignant comportait des professeurs de l’ancienne faculté, mais faute d’élèves cette faculté végéta et elle disparut de fait avec le dernier professeur en 1843, quoiqu’elle soit encore évoquée en 1854 par le recteur qui fait état des bonnes dispositions à cet égard de l’archevêché et, bien plus tard, par les doyens de la faculté de théologie protestante Monod (1891-1894) et Bruston (1894-1906) alors que l’existence de celle-ci était menacée. Elle avait été installée en 1810 à Montauban le 3/12/1810 en présence des délégués des différents consistoires tandis que l’inauguration administrative avait eu lieu la veille. Dès l’origine, le caractère mixte universitaire et ecclésial était ainsi établi, une situation qui devait perdurer presque un siècle et constituer un des éléments principaux de l’application à l’université de Toulouse de la loi de 1905 que nous allons étudier de 1891 à 1908. L’élargissement de la période tient au souci de mettre la loi de 1905 en perspective mais aussi aux vicissitudes de l’université durant les années précédant 1905. En effet en 1808, avait été créé une Université en France tandis que les liens entre les facultés d’un même site étaient quasiment inexistants. Ce n’est qu’en 1893 que le corps formé par la réunion de plusieurs facultés de l'État dans un même ressort académique se vit attribuer la personnalité civile et il fallut encore attendre 1896 pour que les corps de facultés prennent le nom d'Université. C’est donc de façon quelque peu abusive que nous parlerons de « l’université de Toulouse » avant 1896 et encore la réforme de 1896 n’avait elle dotée l’université celle-ci que de pouvoirs restreints. Les rapports annuels adressés au ministre permettent de suivre le corps enseignant, ses travaux ainsi que le cadre de l’enseignement supérieur à Toulouse. Les rapports changent de nom en 1896 mais la lecture de ces documents reflète le même état très subordonné de ces établissements. 1891 marque dans la vie universitaire toulousaine une date importante car c’est cette année-là que l’école préparatoire de médecine et de pharmacie devient la faculté grâce aux efforts du professeur Caubet (1844-1913), du recteur Perroud (1839-1919) et de l’adjoint au maire Jean Jaurès (1859-1914), trois figures qui ont joué un grand rôle essentiel dans l’application à Toulouse de la séparation de la religion et de l’enseignement supérieur.
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

similaire:

Résumé : L’université de Toulouse, reconstituée en 1896, était la seule avec celle de Paris à comporter les cinq facultés grâce au rattachement de la faculté de théologie protestante de Montauban. iconThéophile Delcassé (1852-1923) était un homme politique français....

Résumé : L’université de Toulouse, reconstituée en 1896, était la seule avec celle de Paris à comporter les cinq facultés grâce au rattachement de la faculté de théologie protestante de Montauban. iconProgramme Journée du jeudi 21 novembre 2013, Université de Paris-Est, Créteil
«Omar Bongo», Gabon; Faculté des lettres de l’Université de Craïova, Roumanie; Institut de Recherches Interculturelles et Philologiques...

Résumé : L’université de Toulouse, reconstituée en 1896, était la seule avec celle de Paris à comporter les cinq facultés grâce au rattachement de la faculté de théologie protestante de Montauban. iconUniversite rene descartes paris V faculté de Médecine Paris V année 2005 N° these

Résumé : L’université de Toulouse, reconstituée en 1896, était la seule avec celle de Paris à comporter les cinq facultés grâce au rattachement de la faculté de théologie protestante de Montauban. iconThèse de la Faculté des Lettres de l'Université de Paris. Éditions...
«Le goût chinois» à Trianon. — III. Les étoffes, les broderies et les fleurs de Chine. — IV. Les laques. — V. Les porcelaines

Résumé : L’université de Toulouse, reconstituée en 1896, était la seule avec celle de Paris à comporter les cinq facultés grâce au rattachement de la faculté de théologie protestante de Montauban. iconNé à Paris, le 22 novembre 1869, IL était issu, par son père d’une...

Résumé : L’université de Toulouse, reconstituée en 1896, était la seule avec celle de Paris à comporter les cinq facultés grâce au rattachement de la faculté de théologie protestante de Montauban. iconRésumé Identification
«De l’usage des correspondances en histoire de la sociologie», aislf, cr 11, Université Toulouse II, juin 2014

Résumé : L’université de Toulouse, reconstituée en 1896, était la seule avec celle de Paris à comporter les cinq facultés grâce au rattachement de la faculté de théologie protestante de Montauban. iconRésumé thèse Bertrand Larique
«à la marge» en la croisant soit avec celle des transports notamment celle des chemins de fer

Résumé : L’université de Toulouse, reconstituée en 1896, était la seule avec celle de Paris à comporter les cinq facultés grâce au rattachement de la faculté de théologie protestante de Montauban. iconL'ecole de medecine de toulouse
«La Faculté, composée de 5 professeurs et de tous les docteurs agrégés s' assemble le premier dimanche de chaque mois pour conférer...

Résumé : L’université de Toulouse, reconstituée en 1896, était la seule avec celle de Paris à comporter les cinq facultés grâce au rattachement de la faculté de théologie protestante de Montauban. iconUne des dix familles les plus anciennes du Bas-Poitou
«On ne trouve aujourd’hui quasiment plus de représentants, dans les sphères publiques, des familles nobles ou de propriétaires fonciers,...

Résumé : L’université de Toulouse, reconstituée en 1896, était la seule avec celle de Paris à comporter les cinq facultés grâce au rattachement de la faculté de théologie protestante de Montauban. iconJournal du Palais – 29 novembre 2004
«Polak» de la Cour du Mouton, à Dijon, a voulu entretenir le souvenir du pays de ses ancêtres en créant le groupe folklorique Warszawa....






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com