Résumé : L’université de Toulouse, reconstituée en 1896, était la seule avec celle de Paris à comporter les cinq facultés grâce au rattachement de la faculté de théologie protestante de Montauban.





télécharger 152.13 Kb.
titreRésumé : L’université de Toulouse, reconstituée en 1896, était la seule avec celle de Paris à comporter les cinq facultés grâce au rattachement de la faculté de théologie protestante de Montauban.
page8/10
date de publication27.10.2017
taille152.13 Kb.
typeRésumé
h.20-bal.com > loi > Résumé
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

La faculté de théologie de Montauban


Quand Napoléon créa en 1808 une faculté de théologie protestante, à Montauban, il choisit une ville dans laquelle les protestants avaient créé un enseignement dès la fin du 16 siècle. L’établissement portait le nom d’Académie en hommage à la grande école protestante modèle créée par Calvin à Genève. De fait, Montauban avait été la première Académie réformée sur sol français créée par l’ensemble des églises réformées. Pour les protestants cette refondation de 1808 fut d’autant plus émouvante que les locaux dans lesquels fut installée la faculté avaient servi de prison à la suite de la révocation de l’édit de Nantes. La faculté fut inaugurée le 10/11/1810, et les discours célébrant l’empereur et les libertés acquises par les protestants depuis la révolution sont marqués par « l’admiration, l’amour presque fétichistes des protestants de 1810 pour le gouvernement » que Doumergue justifie par les trois siècles de persécutions que les protestants venaient de subir (Doumergue, p. 38). L’enseignement était organisé en deux divisions, l’une de philosophie où les étudiants restaient deux ans et l’autre de théologie où les étudiants restaient trois ans. Afin d'équiper le nouvel établissement d'une bibliothèque digne de ce nom, le doyen B.S. Frossard est autorisé par le ministre de l'Intérieur à se rendre à Paris afin de puiser dans la Bibliothèque du Tribunat ainsi que dans le dépôt du ministère pour en extraire tous les ouvrages qu'il jugera nécessaires à l'enseignement dispensé à Montauban. Ces deux bibliothèques avaient elles-mêmes été composées à partir des ouvrages confisqués lors de la Révolution aux nombreux établissements religieux parisiens ainsi qu'aux émigrés ou condamnés par le Tribunal Révolutionnaire. Le premier noyau de la bibliothèque de la Faculté de Montauban fut ensuite acheminé jusqu'à son nouvel abri au cours du mois d'avril 1810, grâce à un secours alloué par le préfet de Tarn-et-Garonne. Cette même année vinrent s'ajouter 600 volumes offerts par le baron Jean Bon Saint-André, ancien pasteur entré en politique pendant la Révolution. Enfin, et dans le but d'assurer des enrichissements réguliers, les fidèles et les églises furent mis à contribution : 100 F/an pour les églises de 1ère classe, 50 pour celles de 2ème classe, 20 francs pour celles de troisième classe. En 1821, le pasteur Rabaut-Pommier lui lègue une partie de sa bibliothèque, déposée à Nîmes, soit 1800 volumes sur les pages de titres desquels on retrouve le cachet de leur illustre propriétaire. (Bach & Chapuis). Quand l'instruction ministérielle du 4 mai 1878 et l'arrêté du 23 août 1879 conduisirent à l’unification des bibliothèques des différentes facultés pour créer une seule entité administrative, la Bibliothèque Universitaire, dont le responsable est placé directement sous l'autorité du Recteur, la bibliothèque de la faculté de Montauban devint une section de la bibliothèque universitaire de Toulouse tandis que son budget annuel était porté à à plus de 3000 francs.

L’intégration de la faculté de théologie dans l’université


Pendant les 27 ans qui suivirent, les comptes rendus annuels de l’activité de la faculté de théologie témoignent d’abord des bonnes relations avec les autres facultés et de la volonté d’intégration de la faculté dans « l’université ». Celle-ci n’allait pas de soi e le doyen Monod ne cachait pas en 1891/2 les difficultés rencontrées alors qu’il se félicitait que les sept chaires aient pu être pourvues.

« ces nominations n’ont pas été sans quelque agitation provenant du double caractère ecclésiastique et universitaire que possèdent nécessairement les facultés de théologie et de l’ardent intérêt qu'excite, dans l'Église protestante, tout ce qui les concerne. Ce sont les Églises [..] qui, par l'organe de leurs consistoires, présentent les candidats de leur choix à la ratification du gouvernement. Ce lien étroit avec elles, loin de nous être à charge, nous l'avons toujours considéré comme un privilège, une force et un honneur, à la condition que les domaines respectifs de l'Église et de l'École, quoique contigus, restent distincts : à l'Église, la question de confiance religieuse; à la Faculté, les questions d'enseignement. C'est en respectant les franchises de l'Église, qui sont la gloire du protestantisme, que nous continuerons à remplir loyalement nos obligations universitaires, aussi longtemps que les Facultés de théologie feront partie de l'Université française » Monod (pp 20/21)

En 1896, le rapport annuel du conseil de l’université (1/12/1896), le premier après le vote de la loi de 10 juillet 1896, fournit l’occasion au recteur Perroud de dresser un bilan des progrès réalisés depuis 15 ans et de saluer la nouvelle université. Pour présenter les travaux de l’année écoulée, il commence par la faculté de théologie protestante de Montauban et il la montre en exemple de l’esprit universitaire, dans des développements qui font écho à la conception jaurésienne développée 5 ans plus tôt lors de l ‘inauguration de la faculté de médecine:

« [..] il semble que nos collègues aient toujours su, grâce peut-être à une tradition universitaire mieux conservée, faire de leur Faculté, par leurs initiatives personnelles, un établissement correspondant de tout point à son objet : instruire, au sens latin du mot, leurs étudiants pour la mission qui les attend. Assurément, cette École est professionnelle; elle ne saurait ne pas l'être. Mais elle considère que la meilleure manière de faire des professionnels, c'est encore de tenir en éveil, chez eux, toutes les facultés de l'esprit et de leur apprendre qu'on n'est bien maitre d'un terrain que lorsqu'on a exploré ceux qui l'environnent; c’est ainsi qu'aux enseignements dogmatiques s’associent des cours d'allemand et d'anglais, de musique vocale et d'harmonium (la précision même de ces modestes détails a ici sa signification), donnés volontairement par les professeurs en dehors de leur tâche obligatoire; en même temps, un cours libre professé par un pasteur d'une ville voisine; des conférences diverses, sur les sujets les plus variés, par des amis du dehors, - à l'occasion, une excursion archéologique à Toulouse - d'une façon générale, une pénétration assidue des maîtres et des étudiants provoquent et soutiennent cette excitation de l'esprit, sans laquelle il n'y a vraiment pas d'études supérieures. » (Perroud, 1896)

En cette occasion et en réponse au discours de Perroud mais aussi en défense de la présence du fait religieux à l’université, le doyen Bruston devait exprimer le regret que la faculté de théologie catholique ait disparu à Toulouse, il ajoutait : « il est un domaine dans lequel les théologiens catholiques ont rendu de grandes services et pourraient en rendre de plus grands encore dans l’avenir : c’est le vaste, l’immense champ de l’histoire de l’Église, en particulier la patristique, l’histoire du culte, des institutions ecclésiastiques, des conciles et tant d’autres sujets du même genre dont les sources d’information sont plus aisément accessibles aux savants de l’église romaine qu’à ceux des Églises réformées. » Bruston, 1896, pp. 32/33.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

similaire:

Résumé : L’université de Toulouse, reconstituée en 1896, était la seule avec celle de Paris à comporter les cinq facultés grâce au rattachement de la faculté de théologie protestante de Montauban. iconThéophile Delcassé (1852-1923) était un homme politique français....

Résumé : L’université de Toulouse, reconstituée en 1896, était la seule avec celle de Paris à comporter les cinq facultés grâce au rattachement de la faculté de théologie protestante de Montauban. iconProgramme Journée du jeudi 21 novembre 2013, Université de Paris-Est, Créteil
«Omar Bongo», Gabon; Faculté des lettres de l’Université de Craïova, Roumanie; Institut de Recherches Interculturelles et Philologiques...

Résumé : L’université de Toulouse, reconstituée en 1896, était la seule avec celle de Paris à comporter les cinq facultés grâce au rattachement de la faculté de théologie protestante de Montauban. iconUniversite rene descartes paris V faculté de Médecine Paris V année 2005 N° these

Résumé : L’université de Toulouse, reconstituée en 1896, était la seule avec celle de Paris à comporter les cinq facultés grâce au rattachement de la faculté de théologie protestante de Montauban. iconThèse de la Faculté des Lettres de l'Université de Paris. Éditions...
«Le goût chinois» à Trianon. — III. Les étoffes, les broderies et les fleurs de Chine. — IV. Les laques. — V. Les porcelaines

Résumé : L’université de Toulouse, reconstituée en 1896, était la seule avec celle de Paris à comporter les cinq facultés grâce au rattachement de la faculté de théologie protestante de Montauban. iconNé à Paris, le 22 novembre 1869, IL était issu, par son père d’une...

Résumé : L’université de Toulouse, reconstituée en 1896, était la seule avec celle de Paris à comporter les cinq facultés grâce au rattachement de la faculté de théologie protestante de Montauban. iconRésumé Identification
«De l’usage des correspondances en histoire de la sociologie», aislf, cr 11, Université Toulouse II, juin 2014

Résumé : L’université de Toulouse, reconstituée en 1896, était la seule avec celle de Paris à comporter les cinq facultés grâce au rattachement de la faculté de théologie protestante de Montauban. iconRésumé thèse Bertrand Larique
«à la marge» en la croisant soit avec celle des transports notamment celle des chemins de fer

Résumé : L’université de Toulouse, reconstituée en 1896, était la seule avec celle de Paris à comporter les cinq facultés grâce au rattachement de la faculté de théologie protestante de Montauban. iconL'ecole de medecine de toulouse
«La Faculté, composée de 5 professeurs et de tous les docteurs agrégés s' assemble le premier dimanche de chaque mois pour conférer...

Résumé : L’université de Toulouse, reconstituée en 1896, était la seule avec celle de Paris à comporter les cinq facultés grâce au rattachement de la faculté de théologie protestante de Montauban. iconUne des dix familles les plus anciennes du Bas-Poitou
«On ne trouve aujourd’hui quasiment plus de représentants, dans les sphères publiques, des familles nobles ou de propriétaires fonciers,...

Résumé : L’université de Toulouse, reconstituée en 1896, était la seule avec celle de Paris à comporter les cinq facultés grâce au rattachement de la faculté de théologie protestante de Montauban. iconJournal du Palais – 29 novembre 2004
«Polak» de la Cour du Mouton, à Dijon, a voulu entretenir le souvenir du pays de ses ancêtres en créant le groupe folklorique Warszawa....






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com