C1 : Soka gakkai ja2 20H, 22/07/1988





télécharger 113.18 Kb.
titreC1 : Soka gakkai ja2 20H, 22/07/1988
page3/4
date de publication29.10.2017
taille113.18 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4


Ce commentaire ne fait qu’accentuer les énoncées précédemment présentées, et le fait de faire venir Monsieur le maire témoigner dans le reportage permet au journaliste d’obtenir une crédibilité auprès des téléspectateurs et de renforcer sa thèse.


C3 : Soka Gakai Suite (IT1 20H 19/06/1991)7





Présentateur :

« Suite maintenant de l’enquête sur la Sokka Gakkai, Vous savez, cette église bouddhique japonaise compte de très nombreux adhérents. En France, elle semble étendue dans le domaine considérable, domaine disons aussi sensible comme qu’une nucléaire. Jusqu’à présent ses responsables ont refusé de nous répondre. Mais un ancien membre, qui a quitté en 1982, nous a éclairci sur la stratégie et les méthodes. »


Le JT,sous le chapitre « affaire » énonce tout de suite le ton de la criminalité du sujet qui va être présenté. Nous verrons que les commentaires en voix-off et les images d’archives choisies pour raconter les nouvelles aux téléspectateurs ont été rassemblés pour soutenir la thèse « la Sokka Gakkai est une organisation criminelle ».
Pour introduire le témoin principal du reportage, la séquence d’un homme marchant vers la caméra a été choisie. Le commentaire en voix-off accompagnant cette séquence énonce l’identité et la relation avec la Sokka Gakkai.





« Cet homme est membre de la Sokka Gakkai en France. Daniel Léonard-Blanc a été, entre 68 et 73, ce qu’on appelle le conseiller de l’ombre près du grand maître de l’organisation en l’Europe. »



Un commentaire en voix-off décrit la cause du départ de cet homme. Ce commentaire accompagne une séquence des images d’archives datés de 1976 : un plan d’une camionnette inspectée par la police, un plan zoom sur la phrase « OSAWA8, chef de Centre Fasciste » et celui montrant trois passants regardant les mots de protestation accrochés sur la camionnette.

Commentaire en voix-off : « Ecarté pour déviationnisme, après une manifestation critique devant le siège du mouvement. Il témoigne de l’état d’esprit du responsable japonais. »
La suite de reportage est une interview de Daniel Léonard-Blanc qui dévoile la stratégie de l’organisation.




Daniel Léonard-Blanc :

« Je dis très simplement, il s’agissait dans les trois ans d’avoir 50 députés au Parlement et de finir par faire que le Bouddhisme soit la religion d’Etat. La stratégie est nous avons 50 ans devant nous. Dans 50 ans, nous avons un pourcentage de la population et surtout de certains milieux qui seront acquis à notre état d’esprit, à notre démarche. Il viendrait que ce soit avec le Japon, dans un monde de turbulent, tout est possible, il y aurait une véritable résistance psychologique qui se ferrait. »



Un commentaire en voix-off décrit que ce témoin a répertorié les membres influents de Sokka Gakkai France sur les cartons comprenant des noms d’académiciens, de diplomates, présidents d’université et un certain nombre de scientifiques dans le domaine de nucléaire. Et la suite du reportage, le JT donne à nouveau la parole à ce témoin.





Daniel Léonard-Blanc :

« La démarche consiste à évacuer toutes les pratiques d’esprit critique, à avoir le moins de petits groupes, si une personne dit « je ne suis pas de cet avis pour une telle ou telle raison », il y a aussitôt une pression de type psychologique affective à son égard pour qu’elle ne puisse pas recommencer ce gendre de comportement. »



Le reportage se termine par une séquence montrant le Gohonzon9, que ce témoin a reçu quand il était membre de l’organisation.
4.2. Analyse comparative avec JT A2 Ashram (JA2 20H, 15/08/1982)
Les deux JT A2 Asham et C2 Secte traitent de la communauté de l’Aumisme avec 9 ans d’intervalle. Et Ils ont été construits avec deux trames de narration qui ne relèvent pas de la simple présentation de l’organisation proprement dite. Ce sont les thèmes Vacances pour le JT A2 et Secte pour C2 qui dominent les discours. Cela donne, par conséquent, deux images différentes de cette communauté.
Avant d’aborder une analyse comparative de ces deux JT, il est nécessaire de résumer le discours entendu dans chaque JT.
Le JT A2 Ashram dure quatre minutes et cinq secondes. Le thème du tourisme se présente au début et à la fin du reportage. Pour le début, les techniques utilisées pour conduire les téléspectateurs dans ce registre sont le mot du chapitre, « Vacances » et la phrase introductive du présentateur « Aller pour les jolies vacances en Haute Provence avec le Chevalier de Lotus d’or… ». Pour la fin, c’est une séquence sur la visite des touristes sur le site avec le commentaire voix-off : « Ces touristes découvrent ce Disneyland religieux…..Un message qui se marie avec ce paysage déjà grandiose…. »
Pourtant, le corps du reportage présente assez objectivement tous les aspects de l’organisation et les paroles sont donnée à divers témoins. Par exemple, le chef explique le principe de son mouvement (polysémitisme). Il existe également d’autres informations concernant les fidèles (éducation, profession), le fonctionnement du mouvement, la structure juridique (association), le financement (don, vente des produits dérivés, visites commentées). La vie quotidienne (prière, travail, méditation et étude) est également décrite par un pratiquant. Grâce à l’interview et à la séquence d’un sympathisant, un médecin juif soignant un blessé, deux messages de l’universalisme et de l’humanisme sont transmis dans ce reportage. Enfin, le message de l’humanisme est soutenu à nouveau à travers une interview d’une femme sympathisante qui a trouvé « l’Homme » au sein du mouvement.
Quant au JT C2 Secte, il dure deux minutes. Le reportage concerne la cérémonie du couronnement du chef du mouvement. Mais cette information et la signification de la cérémonie n’ont pas été décrites explicitement dans le reportage, à l’exception d’une séquence montrant le chef couronné.
Le reportage est dominé par l’ambiance sportive en raison de l’actualité du tournoi de Roland Garros. La formule du Jeu « Question-Réponse » a été choisie pour introduire le sujet. Le présentateur ne donne pas une information sur l’objectif de l’événement. Il le réduit en une simple « fête du Bouddhisme » et termine son introduction par une phrase « …voyage autour d’une secte ordinaire… ». Une façon d’indiquer qu’il considère plus ou moins que le Bouddhisme est une secte.
La durée du reportage est de moitié plus courte que celle du JT A2 Ashram. Ainsi, nous entendons moins de témoignages directs. La plupart des informations sont réduites à une synthèse conclue et commentée par la voix-off. Néanmoins, le JT C2 Secte donne l’occasion au chef de parler du principe de son mouvement, qui est bien différent du discours énoncé dans l’autre JT. Le message de l’A2 Ashram se situe plus dans la réconciliation des diverses croyances, l’Universalisme, l’amitié entre les membres. Par contre, dans C2 Secte, le ton est plus sentencieux avec des formules comme « il est le seul qui peut sauver le monde ».
A la différence de l’A2 Ashram, un discours sur le mécontentement du voisinage est développé dans le C2 Secte. Les causes principales sont liées aux constructions des grandes sculptures qui nuisent à la beauté du paysage et de nombreuses acquisitions de terrains aux alentours du site. Deux témoins ont été appelés.

L’un est une dame qui dans l’interview accuse directement le mouvement: « On n’aime pas les sectes. Ils ont voulu envahir le village. Ils ont pas mal acheté de terrains, pas mal de magasins…». Le mot secte, laissé expressément par l’équipe du montage, renforce l’idée principale du reportage. Un autre témoin important, le maire du village, a été introduit avec un témoignage dans le même sens.
La représentation de la communauté de l’Aumisme, dans les deux JT, a été traitée de façon caricaturale et avec le non-respect de la communauté. Deux phrases phares résument ces deux reportages : le JT A2 Ashram, c’est le Disneyland religieux et le JT C2 Secte, c’est «…voyage autour d’une secte ordinaire… ».

4.3. Synthèse de chapitre :
Dans l’ensemble, le sujet sur le Bouddhisme lui-même n’a pas été traité directement dans ces trois JT. L’adhésion au thème « Bouddhisme » se fait de deux façons. Premièrement, par les images sur le Bouddha dans plusieurs plans (dans le cas de C2) et sur la pratique de la prière (C1), par l’introduction du présentateur (C3).
Au niveau du montage, les JT C1 et C3 utilisent certaines séquences d’archives, ayant une valeur d’icônes, ils reconstituent un contexte historique. Plusieurs très gros plans ont été utilisés pour la constitution de la scène de la prière, particulièrement dans le C1. Ces plans peuvent être interprétés de plusieurs façons. Sans les autres informations précédemment présentées, ces plans peuvent être vus comme une intention de la part du monteur pour montrer la concentration des témoins. Toutefois, tout au long du reportage, le JT crée une connotation de « Secte », très péjorative dans la conscience collective. Ces plans ouvrent probablement à l’imaginaire du téléspectateur : la bizarrerie de la pratique, ils incitent à la peur.
Les JT C1 et C3 traitent du même sujet sur la Soka Gakkai, mais de différentes façons. D’abord, la durée du C1 est de dix minutes et C3, de deux minutes. Même si ces deux JT veulent passer le message « Sokka Gakkai est une secte dangereuse », ils n’ont pas utilisé la même technique.
L’argument dans le C1 est plus développé. Ce JT montre les informations sur le profil socio-professionnel des fidèles, leur mode de vie, leur pratique individuel (la prière) et celle en collectivité. De plus, les témoins ont la parole pour expliquer leurs points de vue sur les principes de l’organisation, malgré la thèse, évoquée par le journaliste, de la surveillance du responsable de l’organisation pendant l’entretien. Un autre témoin extérieur à l’organisation, qui a passé cinq ans pour étudier la Sokka Gakkai est également présenté. La suite du reportage montre le mécanisme de la présence de l’organisation dans l’espace publique, à travers les musées. Après l’ordre des séquences, cette explication pourra être le fruit d’informations obtenues après dudit témoin. Le journaliste continue son enquête et interviewe le porte-parole de l’organisation. Cette séquence est un jeu entre l’accusateur (le journaliste) et la défense (le porte parole) à travers une mise en scène de l’interview. La suite du reportage est faite pour discréditer l’organisation : la séquence montrant l’antenne du centre d’étude nucléaire (vérification sur place) qui est très visible. Cela est pour montrer que la bonne foi de la part de la Sokka Gakkai pour l’acquisition du terrain n’est pas crédible. Dans la même intention, le journaliste cherche à obtenir plus d’information pour discréditer le porte-parole de l’organisation par une mise en scène de l’appel téléphonique à un autre membre. Incontestablement, l’information obtenue le contredit. Ce JT continue à développer son accusation envers l’organisation, en utilisant les images d’archives montrant le scandale de l’organisation au Japon. Enfin, le commentaire en voix-off tranche l’affaire : les fidèles français sont les sincères adeptes du Bouddhisme, mais c’est l’organisation mère japonaise qui déploie la stratégie de l’expansion d’une idéologie autre que le Bouddhisme.
Pour le JT C3, le présentateur introduit le sujet avec l’appellation « Cette église bouddhique ». Le message reflète immédiatement la compréhension du journaliste par rapport à la culture bouddhique. En effet, nous entendons souvent cette appellation pour le mouvement bouddhique, particulièrement, au Vietnam, par exemple, l’Eglise Bouddhique Unifiée, reconnue par la communauté bouddhique. Pourtant, la Sokka Gakkai ne l’est. L’utilisation de ce thème par le présentateur, même non intentionnelle peut alors causer de la confusion chez les téléspectateurs.
A la différence du JT C1, le déroulement du JT C3 repose principalement sur le témoignage de l’ancien membre de l’organisation à travers le commentaire voix-off ainsi qu’utilisation des images d’archives. Le discours porte sur l’objectif à atteindre, (l’augmentation du nombre des fidèles), la pression psychologique que le témoin a subie. Pour prouver qu’il est le vrai ancien membre, le JT montre une séquence sur les fichiers recensant les noms des membres et le Gohonzon, attribué exclusivement aux membres de l’organisation.


1 Littéralement, la Sōka Gakkai , veut dire la « Société pour la création de valeur ». Jusqu’en 1991, elle était liée à la Nichiren Shoshu, une branche du Bouddhisme de Nichiren.

Créée en 1930 au Japon comme mouvement pédagogique, la Sōka Gakkai s'est transformée après la 2e Guerre mondiale pour devenir un mouvement religieux laïc. L'organisation s'est développée à l'international et dispose aujourd'hui d'un réseau étendu à 190 pays qui revendique près de 12 millions de fidèles.
Son activité religieuse comporte notamment la pratique du gongyo matin et soir (récitation d'extraits du Sûtra du Lotus et de Nam Myoho Renge Kyo), l'étude de lettres et traités de Nichiren et d'encouragements de Daisaku Ikeda ou autres responsables, et de la foi en cette religion, dans le cadre ou non de réunions de discussion (zadankai).


2 « En juillet 1988, la Soka Gakkai fit pression sur la direction d'Antenne 2. L'émission "Edition spéciale", programmée pour le soir du 7 juillet et consacrée à l'emprise des sectes devait s'illustrer de trois reportages, traitant des mouvements Invitation à la vie (IVI), Ecoovie, et Soka Gakkai. IVI saisit la justice pour faire interdire la diffusion du sujet la concernant. Quant à la Soka Gakkai, mécontente elle aussi des images tournées par les journalistes, elle exigea que le reportage soit retiré, et le fit signifier par huissier au siège d'Antenne 2. Bien que sans valeur juridique, cette démarche suffit à faire plier M. Contamine, le patron de la chaîne française. "Edition spéciale", au soir de sa diffusion fit pâle figure, amputée de ses principaux reportages, comme nous l'expliquait à l'époque le "Canard enchaîné" sous la plume de Serge Richard : " Edition spéciale ne ressemblait plus à rien. Au moins les participants au débat en direct ont-ils tenté d'obtenir une explication de Contamine. En vain. Et ils ont alors jugé préférable de quitter le studio. Cependant que le présentateur de l'émission, Claude Sérillon, déplorait à l'antenne la façon dont le lobby des sectes peut faire la loi à la télévision… »

1   2   3   4

similaire:

C1 : Soka gakkai ja2 20H, 22/07/1988 iconThème 1 : La planète Terre, l’environnement et l’action humaine (Répartition prévue : 20h)

C1 : Soka gakkai ja2 20H, 22/07/1988 iconConfluences N° 1 Orthodoxie & Dissidence : 1988, prix : 10. 65 €

C1 : Soka gakkai ja2 20H, 22/07/1988 iconA obtenu en 1988 le Prix Gabriel Tarde de l’Association Française de Criminologie

C1 : Soka gakkai ja2 20H, 22/07/1988 iconCours de Pierre sauvêtre
«le secret de l'isoloir», Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 71-72, 1988

C1 : Soka gakkai ja2 20H, 22/07/1988 iconTranscription : Les jalons pour l’histoire du temps présent
«Lors de l'ouverture des débats sénatoriaux sur l'adoption de la loi sur l'ivg, Simone Veil, ministre de la santé du gouvernement...

C1 : Soka gakkai ja2 20H, 22/07/1988 iconUtiliser la ressource : Les jalons pour l’histoire du temps présent en lycée professionnel
«Lors de l'ouverture des débats sénatoriaux sur l'adoption de la loi sur l'ivg, Simone Veil, ministre de la santé du gouvernement...

C1 : Soka gakkai ja2 20H, 22/07/1988 iconEn France, l’arrivée des Bergers Australiens date de début 1988,...

C1 : Soka gakkai ja2 20H, 22/07/1988 iconSéquence 2 : Comment les artistes témoignent-ils de la guerre ?
«During the War» extrait de «Different trains» composé en 1988 par Steve Reich (né en 1936)

C1 : Soka gakkai ja2 20H, 22/07/1988 iconNote sur la «Chronica Pseudo-Isidoriana»
«Descriptio mappe mundi» de Hugues de Saint-Victor. Texte inédit avec introduction et commentaire, Paris, Études Augustiniennes,...

C1 : Soka gakkai ja2 20H, 22/07/1988 iconBibliographie (sélection) A. Livres a 1988 Lire Les Acharniens d'Aristophane....
«L'énoncé pictural — notes méthodologiques sur Malevitch», Degrés n°22, été, Bruxelles, g-g 16






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com