A messieurs Henry de Lesquen Michel Leroy Jean-Antoine Giansily





télécharger 302.74 Kb.
titreA messieurs Henry de Lesquen Michel Leroy Jean-Antoine Giansily
page1/29
date de publication22.10.2016
taille302.74 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   29


Jules MONNEROT

Désintox,
Au secours de la France décérébrée

A Messieurs


Henry de Lesquen

Michel Leroy

Jean-Antoine Giansily


Didier Maupas

Jean-Yves Le Gallou

Yvan Blot
et à leurs amis du «Club de l’Horloge» sans qui ce livre n'existerait pas.

Comprends ou tu es dévoré.
Le Sphinx

La Constitution du mythe « fascisme » en France et l'utilisation politique de ce mythe




Fascisme : un mot chargé




Je ne vais pas traiter du fascisme, je vais traiter du mythe du fascisme.

En France, depuis la Seconde Guerre mondiale, il n'y a pas de carrière politique ou administrative possible, pour un "fasciste". Je mets le mot entre guillemets. Il est extrêmement frappant que cet état de choses n'ait pas subi, ne subisse pas de changement comme on eût pu s'y attendre au fur et à mesure que, le temps s'écoulant, nous nous éloignons de l'époque 1944-1945, où il y a eu effectivement des "fascistes". Il vaut de faire la lumière sur cette anomalie. Un tel phénomène est-il purement spontané, purement produit par une sorte de fermentation dans la mémoire collective, ou bien cette mémoire, cette imagination collective, ont-elles été puissamment "travaillées" au moyen de répétitions systématiquement dirigées, qui relèvent de l'application d'une technique psychagogique (ce mot se forme comme démagogique) ? Bref, la persistance et l'efficacité de l'imputation de fascisme, qui n'ont pas diminué avec l'éloignement des temps, et qui peuvent arrêter net une carrière politique presque aussi bien en 1983 qu'en 1946, témoignent de la réussite d'une opération de grande psychagogie, et c'est de quoi je vais vous parler.

Un coup d'oeil psychologique en profondeur permet de voir qu'une telle réussite perd tout mystère si l'on en examine les tenants et aboutissants. Il s'agit de la mise en action de techniques psychologiques que je vais caractériser très sommairement en étant, je l'espère, aussi simple qu'on peut l'être sans devenir inexact.

A la fin de la Seconde Guerre mondiale en France, les opérateurs (passez-moi cette expression), les opérateurs qu'on trouve derrière la prodigieuse réussite en question, avaient le meilleur des champs.

Grâce à une organisation déjà rôdée, et à une expérience certaine de la subversion, les opérateurs en question ont mis la main sur ces futurs haut-parleurs à qui ils doivent tant en France, les "intellectuels de gauche", ceux qui ont mis en forme les passions collectives, et déguisé les cris de guerre et les clameurs de haine en raisonnements et en analyses. Dès 1943-44, ayant des organisations de résistance à eux, et s'infiltrant dans les autres, les léninistes et assimilés, ne se donnant pas pour ce qu'ils étaient, abusant une foule de gens, ont disposé d'une incomparable plate-forme pour lancer l'opération renouvellement des significations.

Si l'on analyse le contenu du discours politique français dans la deuxième moitié du XXe siècle, on y trouvera - et c'est une nouveauté par rapport à la période précédente - des éléments qui proviennent de ce que les Allemands nommaient le "vulgär-Marxismus", en sorte que beaucoup de Français qui sont consciemment aux antipodes du léninisme et de ses avatars sont trahis par leurs propres mots.

L'infamie contagieuse



En grec ancien, le sens originaire du mot mythe, c'est parole. Dans l'histoire de la deuxième moitié du XXe siècle, la destinée du mot "fascisme", et la destinée du mythe "fascisme", s'éclairent chacune par l'autre. L'épithète seule de fasciste, dont se servent d'abord les communistes, les socialistes et ce qui s'appelle en France "la gauche" - il serait moins inexact de dire les gauches - l'épithète seule de fasciste est déjà le produit d'une opération. Tout se passe comme si on avait contracté et amalgamé par la mémoire sélective et l'imagination fabulatrice toutes les phases des deux fascismes, l'italien et l'allemand, qu'on n'en avait retenu que les caractéristiques les plus odieuses, et surtout, qu'on n'en avait retenu que la dernière phase, résumable en deux traits énormes :

- le fascisme est monstrueux;

- le fascisme est vaincu.

Dans l'imagination ainsi orientée, cette phase dernière de l'histoire du fascisme schématisée contamine les phases précédentes. Le résultat final ? A peu près ceci : fasciste égale un monstre à face humaine et fatalement vaincu.
Il est temps d'analyser l'opération elle-même. La manipulation psychologique au moyen de mots rendus inducteurs, de mots "chargés", et d'un jeu d'exécutants quadrillant en fait le territoire national, doit atteindre un objectif. Quel objectif ? Expédier les "fascistes", les personnes qu'on fait passer pour fascistes, à l'intérieur de la couleur, ou si l'on préfère, de la bande du spectre politique et moral qui correspond à l'infamie publique. Et cette infamie étant contagieuse, le vide social doit se creuser devant l'infâme.

Le mot fasciste n'est que l'un de ces mots chargés, et en cours d'opération on peut lui ajouter ou lui substituer d'autres mots : "d'extrême droite", "de droite", "raciste", et on ne s'en fera pas faute. Mais le mot fasciste présente un cas de figure exemplaire parce qu'il est complet et complexe.

Grâce aux agitateurs-propagandistes conscients, et aux bénévoles, plus ou moins conscients, qui les imitent et qu'ils mettent en mouvement, notre pays puisqu'il ne s'agit ici que de lui, est quadrillé. Les haut-parleurs sont bien placés, nombreux et mobiles. Si vous êtes désigné comme fasciste, vous êtes magiquement, puisqu'ici nous sommes dans l'irrationnel du comportement humain, vous êtes magiquement identifié à ce qu'évoque toute la chaîne. Fasciste égale hitlérien, hitlérien égale tortionnaire de camp de concentration. Le personnage ainsi traité de fasciste, si l'opération est réussie, peut voir son image propre pour ainsi dire incorporée à une image publique préexistante. Les traits singuliers, la perception réelle de cet homme politique ne sont plus clairement perçus par les esprits manipulés. Les traits singuliers d'une figure personnelle ne sont plus assez distincts pour lutter contre l'image publique du fasciste, qui incorpore l'image particulière de l'homme politique en question à titre de variante de peu de signification. Peu importent les faits réels. Par exemple, que vous n'avez absolument rien de commun avec les nazis et les fascistes.

  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   29

similaire:

A messieurs Henry de Lesquen Michel Leroy Jean-Antoine Giansily iconVidal sarah (procuration à bezombes martine), labadens lucie (procuration...
«circulation, stationnement, accessibilité sécurité» dont Monsieur Bruno berardi était membre

A messieurs Henry de Lesquen Michel Leroy Jean-Antoine Giansily iconBibliographie de Michel Henry 14

A messieurs Henry de Lesquen Michel Leroy Jean-Antoine Giansily iconPÉdagogie et didactique : de l'art a la manière jean-Michel delaplace...

A messieurs Henry de Lesquen Michel Leroy Jean-Antoine Giansily iconL’association «Chorale marc-antoine-charpentier» a été constituée le 3 juin
«Société des Concerts du Conservatoire» devenue depuis «Orchestre de Paris» et des mélodies (par Jean Martin et Simone Hemmerdinger)....

A messieurs Henry de Lesquen Michel Leroy Jean-Antoine Giansily iconRencontre avec Lewis carroll et Christophe leroy
...

A messieurs Henry de Lesquen Michel Leroy Jean-Antoine Giansily iconApproches historiques des sexualités, xixe-xxe siècles
«Gustave Courbet : L’Ori-gyne du monde, image ob-scène ?» et Jean-Michel Devésa, «Exaltation de la sexualité, des femmes, et de l'érotisme...

A messieurs Henry de Lesquen Michel Leroy Jean-Antoine Giansily iconMesdames, mesdemoiselles et Messieurs

A messieurs Henry de Lesquen Michel Leroy Jean-Antoine Giansily iconBonjour Mesdames & Messieurs de la presse

A messieurs Henry de Lesquen Michel Leroy Jean-Antoine Giansily iconSaint Michel à Castres (27 septembre 2012)
«Voici vraiment un homme sans détours, un homme qui ne sait pas mentir.» (Evangile de la messe de saint Michel)

A messieurs Henry de Lesquen Michel Leroy Jean-Antoine Giansily iconValentine Zuber
«La laïcité est la possibilité de l’expression responsable de nos libertés», in Jean-Michel Ducomte et Pierre Tournemire (ed.), La...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com