Un article censuré peut en cacher un autre





télécharger 176.92 Kb.
titreUn article censuré peut en cacher un autre
page1/7
date de publication13.10.2016
taille176.92 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7

Un article censuré peut en cacher un autre


Le propre des dirigeants totalitaires est d'annoncer à l'avance la couleur de leurs intentions, soit par des discours, soit par l'écriture d'un livre qui devient leur "bible", leur programme d'action. Lénine et Hitler n'ont pas failli à la règle.

S'agissant de ce dernier, après le putsch manqué de 1923, condamné à quelques mois de prison, il rédige "Mein Kampf" durant sa détention. Il y explique les grandes lignes de sa politique future : le rejet de la démocratie, la doctrine de la race supérieure qui doit asservir les peuples esclaves, etc. Même si le livre n'a eu que peu d'écho au départ, tout y était contenu, il suffisait de lire pour comprendre.

 

S'agissant de l'Etat islamique ou Daesh, nous assistons à la même propagande diffusée surtout à l'égard des populations musulmanes des territoires de la mécréance afin de les amener à rejoindre l'EI et à reconnaître l'islam décrété comme seul véritable (l'islam sunnite orthodoxe des origines).

 

Depuis 2014, les djihadistes diffusent diverses publications en anglais ou en français : on peut citer le magazine anglais Inspire, publié par Al-Qaïda et incitant à viser des cibles en France. Mais nous mettrons surtout en avant le magazine Dar al-Islam en langue française.

Si vous consultez internet, vous pourrez avoir un aperçu de la teneur des 3 premiers numéros du magazine : Dar al-Islam.

Vous ne direz pas que vous n'êtes pas informés de ce qui se trame. Vous voilà prévenus. Vous avez tellement chanté les suprêmes qualités de l'Autre, de cet Etranger, ce condensé d'humanité qu'il est normal que cet Autre vienne maintenant à vous. Vous l'avez cherché, il vient et en nombre, comme l'avait déjà prédit il y plusieurs décennies Jean Raspail dans Le Camp des saints. Et l'étranger n'a pas le couteau entre les dents comme l'ogre communiste, mais bien empoigné au creux de la main pour sectionner votre gorge d'infidèle. Mais peut-être le méritez-vous, car vous avez été inconscients et lâches. Vous avez porté au pouvoir des dirigeants peu clairvoyants qui haïssaient votre culture, qui voulaient vous remplacer par d'autres populations électoralement plus malléables. Vous avez choisi des pleutres, des cyniques et des traîtres, des Chamberlain-Chirac-Hollande alors que vous aviez besoin d'un Churchill ou d'un de Gaulle.
 

On vous a fait haïr votre patrie et son héritage millénaire, on vous a culpabilisés et forcés à vous repentir pour des crimes que vous n'aviez pas commis et maintenant l'ennemi est à vos portes et il cherche à vous exterminer. Il est bien plus redoutable que les nazis, parce que plus difficilement identifiable, ce peut être votre voisin de palier, un inconnu dans la rue. Il lui suffit d'un couteau, d'une pierre ou d'une automobile pour vous exterminer. Une main pour vous étrangler, un couteau pour vous décapiter.
 

Vous risquez de perdre la bataille, car vous hésitez à mettre votre vie dans la balance, au contraire de vos adversaires qui recherchent le martyre comme victoire ultime. Et sur ce point,  la religion est bien supérieure aux idéologies communiste et nazie. En outre, vous avez oublié de faire des gosses, laissant le soin de combler ce vide démographique à ceux qui veulent votre peau, comme vous y invitait une Europe décervelée, décérébrée, sans âme et sans avenir. Vous avez regardé les poussettes dans la rue, elles portent ceux qui, le moment venu, fabriqueront vos cercueils. Vous succomberez par la démographie, c'est mathématique.

 

Et quand vous aurez perdu la grande bataille, vous serez réduits, vous, vos femmes et vos enfants, en esclavage, contraints de vous convertir ou de mourir comme des chiens dans un désert syrien comme le furent les Arméniens il y a un siècle.

 

On récolte toujours ce que l'on sème et l'on goûte aujourd'hui les fruits plus qu'amers d'une immigration incontrôlée dont certains éléments sont les ennemis jurés de la civilisation occidentale. De Gaulle l'avait prédit dès 1959 : les populations d'origine musulmane, compte tenu de leurs cultures, de leurs traditions, ne peuvent s'acclimater sans dommage dans une société laïque et démocratique. L'obstacle réside tout simplement dans la religion qui est opposée à nos valeurs et libertés républicaines. Et contrairement à ce qu'affirme Valls, le pari est perdu d'avance.

 

Au final, demandez des comptes à Julien Dray ou Harlem Désir, à vos "potes" qui ont toujours méprisé votre couleur de peau. Car ce sont eux les véritables xénophobes et racistes.

 

La "cinquième colonne" ou "l'ennemi intérieur" est estimé actuellement à 2 800 personnes, sans compter les futurs "collaborateurs", une fois l'occupation terminée. Les Askolovitch, Plenel, Todd, etc, d'aujourd'hui, préfigurent les Doriot, Déat,Henriot, Brasillach, etc, d'hier. Avec cynisme, ils attendent que les barbares mettent à bas les derniers pans de cet héritage judéo-chrétien qu'ils haïssent. Ce que le communisme n'a pu faire, l'islamisme l'accomplira, murmurent les islamo-gauchistes.
 

C'est une bonne filiation totalitaire puisque Hitler voyait d'un oeil favorable la religion musulmane, dominatrice, intransigeante et cruelle.

CLAIRVAUX

En bonus : une citation de Khomeiny, 1942 :

"Ceux qui étudient le djihad comprendront que l’islam veut conquérir le monde entier. Tous les pays conquis par l’islam, ou qui le seront dans le futur, seront marqués du salut éternel. Car ils vivront selon [la loi d’Allah, la charia] (…). Ceux qui ne connaissent rien à l’islam prétendent que l’islam se prononce contre la guerre. Ceux [qui disent cela] ont perdu l’esprit. L’islam dit : tuez les infidèles exactement comme ils vous tueraient tous ! Cela voudrait-il dire que les musulmans devraient rester les bras croisés à attendre que [les infidèles] ne les détruisent ? L’islam dit : tuez les [les non-musulmans], soumettez les par l’épée et dispersez [leurs armées]. Cela-veut-il donc dire qu’il faut rester les bras croisés jusqu’à ce que [les non musulmans] nous dominent ? L’islam dit : tuez au nom d’Allah ceux qui veulent vous tuer ! Est-ce que cela veut-il dire qu’il faudrait que nous nous rendions [à l’ennemi] ? L’islam dit : tout ce qu’il peut y avoir de bon ici n’existe que grâce à l’épée, et à la menace de l’épée ! On ne peut forcer personne à obéir sans l’épée ! L’épée est la clé qui ouvre la porte du paradis, une porte qui ne peut s’ouvrir que pour les guerriers saints ! Il y a des centaines d’autres versets [du coran] et de hadiths [les dires du prophète] qui pressent les musulmans de tenir la guerre en estime, et de combattre. Est-ce que cela voudrait alors dire que l’islam est une religion qui défend aux hommes de mener la guerre ? Je crache sur les âmes folles qui affirment cela."

 téléchargeable en arabe ou en anglais sur plus de 15000 sites, le


Un livre de Hamid Zanaz

Avant-propos :

Notre confrère Momo, en visitant un de mes derniers billets sur le terrorisme islamique, m'a fait part de cet article rédigé par un blogueur nommé Olaf de Paris qui nous pond une critique approfondie, mêlée de ses propres impressions, d'un court ouvrage  de Hamid Zanaz, "L'islamisme vrai visage de l'islam".
 

En parcourant cet article que je propose à mes lecteurs, j'ai bien sûr retrouvé certaines de mes conclusions personnelles, désormais mieux affermies et étayées. Et j'ai complété ma culture "islamophobique", puisqu'en quelques pages bien argumentées, Olaf de Paris résume fort bien la thèse de Hamid Zanaz qui, en moins de 100 pages, nous livre un opuscule  synthétique sur les liens entre islam et islamisme.

 

Et j'ai compris maintenant pour quelles raisons occultes les musulmans de France répugnent à condamner - s'ils le font, c'est du bout des lèvres, de mauvaise grâce - les exactions barbares de leurs cousins les islamistes.

 

Bonne lecture qui ne remplace pas évidemment celle du bouquin de Zanaz que je vais essayer de me procurer.

CLAIRVAUX

 

Réflexions autour de « L’islamisme vrai visage de l’islam », d’Hamid Zanaz

Olaf de Paris consacre cette chronique au dernier livre d'Hamid Zanaz.

Traducteur et journaliste indépendant, Hamid Zanaz collabore à différentes publications arabes et françaises. Contributeur permanent à la revue de la ligue des rationalistes arabes, Al Awan, il donne aussi des conférences sur l'islam.

Il est l'auteur de nombreux essais, tant en arabe qu'en français, sur différents problèmes sociétaux touchant à la religion, à la sexualité, à la politique ou à la science dans le monde islamique, et intervient régulièrement dans des media divers, dont Riposte Laïque.


______________________

Hamid Zanaz vient de publier aux Editions de Paris-Max Chaleil un court essai (79 pages), « L’islamisme, vrai visage de l’islam ».

Il s’y interroge dans un style clair et incisif, comme d’autres avant lui, sur la nature réelle du lien entre islam et islamisme, avec force argumentation et références. Il nous appelle à une très grande vigilance : l’islamisme n’est pas ce que le grand public en croit … Il n’est pas une déviation de l’islam, il ne relève pas d’une mauvaise compréhension de l’islam tel qu’il existe aujourd’hui, comme on nous le rabâche à longueur de temps. Il ne s’oppose pas au gentil islam de paix, censé être le vrai islam, que de vilains islamistes viendraient pervertir. Bien au contraire, l’islamisme participe de l’islam tel qu’il existe aujourd’hui, il lui est consubstantiel, et, sans cette dimension, l’islam n’aurait certainement pas pu se développer et ne saurait perdurer. Et même, il en constitue le vrai visage, pour reprendre le titre de son livre, ce qui doit nous appeler à la plus grande des circonspections dans notre façon de considérer l’islam.

Je vais tâcher au fil de cet article de vous faire découvrir la thèse d’Hamid Zanaz, comme il l’expose dans son essai. Je mêlerai certainement un peu de mes réflexions aux siennes, tant j’avoue bien les faire miennes, pour l’essentiel, comme vous le verrez.

Hamid Zanaz nous invite dès l’introduction de son essai à nous poser les vraies problématiques du fait musulman. A tous ses observateurs qui, prudemment, continuent de refuser l’association entre islamisme et islam, à ceux qui colportent et écrivent un peu partout que « le problème ce n’est pas l’islam, ce sont les islamistes », l’auteur oppose une pensée de simple bon sens pour les inciter à davantage de sens critique : l’intégrisme n’aurait pas pu séduire aussi vite tant de musulmans s’il n’avait pas une certaine familiarité avec le fond de l’islam. L’intégrisme n’est donc pas étranger à l’islam, et au-delà, l’observateur scrupuleux pourra même tirer les simples leçons suivantes de l’histoire du développement de l’islam :

  • L’extrémisme musulman est historiquement le moteur de l’expansion de l’islam. N’est ce pas à la pointe de l’épée qu’il s’est premièrement répandu dans le monde ?

  • L’extrémisme musulman contribue à souder la communauté, par la peur de sa violence notamment – et quand l’on sait que c’est notamment le fait communautaire, la cohésion voire la coercition du groupe sur l’individu, qui fait la force de l’islam, on réalise combien l’extrémisme participe de cette force.

  • L’extrémisme musulman continue de participer de l’expansion actuelle de l’islam car sa violence fait peur, voire très peur, et incite les non-musulmans à transiger, si ce n’est à se soumettre aux exigences de l’islam.

Ces trois éléments, objectifs, fondés, historiques suffisent déjà à nous montrer que le lien entre islam et islamisme est plus complexe que la sempiternelle rengaine vrai islam/méchants islamistes dévoyés ne nous le présente. Ils nous montrent que pour comprendre la dynamique intrinsèque de l’islam, ce qui le fait se développer, croitre, se répandre partout, il faut comprendre sa relation avec son extrémisme. Il faut étudier l’islam en profondeur, dans ses diverses facettes. C’est ce que nous nous proposons de faire avec Hamid Zanaz.

 

VIOLENCE

La norme de l’islam, c’est son intégrisme

Tout d’abord, il faut bien comprendre qu’en islam, comme dans les autres religions, être intégriste, c’est être intègre avec sa foi, son corpus doctrinal, et y aller jusque au bout : dans ce sens, l’intégrisme musulman révèle donc la vraie nature de l’islam. Et cette constatation, aussi choquante qu’elle puisse être à l’observateur nourri au politiquement correct, est pourtant quasi unanimement partagée dans nos sociétés : si l’on parle bien de « musulmans modérés » pour signifier leur caractère non violent, ouvert, libéral, c’est donc que le « musulman normal », non modéré, serait violent, serait fermé, serait totalisant … Voilà bien le problème avec l’islam : sa norme, c’est l’intégrisme, un intégrisme qui va de soi, qui coule de source, pratiquement, et qui n’a pas à se justifier de son islamité, contrairement à « l’islam modéré » couramment pratiqué en Occident.

Mais d’une certaine manière, si cet intégrisme a pu par le passé poser certains problèmes à l’Occident - si l’on peut parler ainsi de siècles de guerres et d’affrontements … - ainsi qu’aux sociétés musulmanes elles-mêmes, c’est l’irruption de la modernité qui fait de l’intégrisme, par réaction à celle-ci, un phénomène explosif. Talleyrand expliquait en son temps « qu’en politique, ce qui est cru est plus important que ce qui est vrai ». Et ainsi, tant que la vérité des faits n’a pas démenti l’intégrisme musulman, la norme islamique de la charia, comprise à la fois comme voie à suivre par les croyants au sens large, voie de Dieu, et comprise aussi dans son restrictif de loi religieuse et civile, cette norme islamique, donc, a pu se déployer gentiment dans les sociétés musulmanes. Mais la modernité a été introduite de force dans le monde musulman, par le développement de l’Occident, par le colonialisme, et par la mondialisation. Ce fut un choc terrible, un choc qui se poursuit et s’amplifie, celui de la modernité, le « sadmat al-hadatha », et dont le constat suivant fut formulé au début du siècle dernier au sein même du monde musulman : les musulmans régressent alors que les autres avancent ! Et voici que la réalité dément les croyances des musulmans dans une charia vue comme la meilleure des voies à emprunter, dans une oumma vue comme la meilleure des communautés. La vérité des faits s’oppose aux dogmes religieux, mais comme l’avait formulé Talleyrand, c’est ce qui est cru qui compte, même si c’est incohérent voire en complète opposition avec le réel. Ne s’agit-il pas de la définition médicale même de la schizophrénie ?
  1   2   3   4   5   6   7

similaire:

Un article censuré peut en cacher un autre iconArticle 1 Qui peut être Ambassadeur ?

Un article censuré peut en cacher un autre iconArticle 3 de la Constitution de la France : "Aucune section du peuple...

Un article censuré peut en cacher un autre iconRésumé Le processus d’innovation produit peut être abordé sous différents...
«Honda City» et l’émergence du produit «Boulangerie domestique» de Matsushita

Un article censuré peut en cacher un autre iconA publié un premier article sur le sujet (1) et en novembre 1993,...

Un article censuré peut en cacher un autre iconDu surréalisme avant les surréalistes
«Ô Yaqtine, lequel d’entre vous est Abou Mouslim?». L’histoire ajoute qu’Abou Mouslim, habituellement si sérieux, si imposant, a...

Un article censuré peut en cacher un autre iconRésumé : Cet article s’intéresse aux impacts des open space en matière...

Un article censuré peut en cacher un autre iconProgramme d’enseignement de l’association fraternelle des instituteurs...
«il ne peut y avoir des professions libérales, d’un côté, et des professions serviles, de l’autre»3

Un article censuré peut en cacher un autre iconLiberté d’opinion et censure
«Je fais de mon argent ce que je veux» et c’est donc la naissance de la vie privée

Un article censuré peut en cacher un autre iconUne version actualisée de ce texte rédigé en janvier2006 est disponible à
«tout le monde peut lire, écrire ou modifier un article»; «les imperfections de cette encyclopédie sont amenées à se résorber d'elles-mêmes»....

Un article censuré peut en cacher un autre iconCensure à l'Agence France-Presse (Carte de presse, 20. 12. 05)






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com