Bulletin hebdomadaire n° 1120 du lundi 8 janvier 2007





télécharger 64.98 Kb.
titreBulletin hebdomadaire n° 1120 du lundi 8 janvier 2007
date de publication06.11.2017
taille64.98 Kb.
typeBulletin
h.20-bal.com > loi > Bulletin





Bulletin hebdomadaire n° 1120 du lundi 8 janvier 2007

SOMMAIRE
L'evenement - 1

Toujours le logement

par Serge Plenier
L'evenement 2

L’année de la droite

par Jean-Gabriel Delacour
Magazine

Huit chrétiens menacés de mort en Iran

par Denis Lensel
Idées

Comprendre les familles politiques

par Jean Étèvenaux
Religion

L'Église polonaise à l’épreuve

par Gérard Leclerc
Humeur

"Bravitude", dit-elle

par Erwan Violin
Ruralia

L’appel des « sans »

par Christiane Papineau
Livres

par Catherine Pauchet
D’un jour a l’autre

____________________________________________
Evènement – 1

par Serge Plenier


Toujours le logement
Les « Enfants de Don Quichotte » ont réussi leur opération. Avec l’annonce par Jacques Chirac d’un texte sur le « droit au logement opposable » et le plan anti-exclusion annoncé par le gouvernement, le 8 janvier dernier, ils ont obtenu gain de cause. Les initiateurs du campement du canal Saint-Martin ont pu replier les tentes installées depuis le 16 décembre à Paris, mais aussi en d’autres villes françaises.

On a pu s’agacer de cette opération hautement médiatique. Certains ont dénoncé ce qu’ils considéraient comme une manipulation utilisant les vieilles ficelles de l’agitation gauchiste. D’autres ont critiqué l’aspect « bobo » et l’appel à une compassion un peu facile. Ces critiques ne sont pas totalement infondées, même si elles manquent partiellement leur cible. Même si certains aspects de l’action des « Enfants de Don Quichotte » peuvent irriter, on doit leur reconnaître le mérite d’avoir porté l’attention sur un vrai problème.

Car la question du logement ne se limite pas à un problème d’emploi ou de ressources financières. Les SDF ne sont pas tous des chômeurs, loin de là. Parmi les campeurs du canal Saint-Martin ou d’ailleurs, 30 % ont un vrai travail. Quant aux autres, l’impossibilité de se loger, d’avoir un vrai domicile privatif, constitue l’un des plus gros obstacles à l’obtention d’un emploi. Il y a aujourd’hui des employés de la ville de Paris qui ne peuvent pas trouver de logement dans la capitale.

A l’origine de cette situation, on peut relever plusieurs facteurs, et tout d’abord la flambée de l’immobilier à Paris et dans les principales métropoles régionales où les loyers sont devenus inabordables, y compris pour les revenus moyens. A cela s’ajoute une offre locative privée insuffisante et surtout entravée par une fiscalité sur le patrimoine (ISF et droits de successions) qui décourage l’investissement immobilier. Enfin, le parc HLM n’est plus aujourd’hui à même de remplir sa vocation première qui était d’accueillir les plus démunis.

Les centres d’accueil pour sans-logis, quelle que soit leur forme, sont nécessaires, mais ils ne peuvent constituer qu’une solution provisoire.

Reste que les mesures proposées par le gouvernement, avec notamment l’ouverture de 27 100 places supplémentaires pour l’hébergement « pérenne », ont du moins le mérite d’exister, tout comme la promesse de construire 1 000 logements HLM par an. Mais une vraie réflexion sur l’application réelle et réaliste du "droit de logement opposable" est encore à mener, sans dogmatisme.

____________________________________________

Evènement – 2

par Jean-Gabriel Delacour
L’année de la droite

2007 sera l’année de la droite. Ce n’est enlever aucun mérite à Ségolène Royal que d’affirmer que, si elle passe, elle le devra en grande partie aux divisions de la droite. On ne peut en effet qu’être frappé, en ce début d’année, par la différence qui va s’accentuant entre la candidate socialiste officielle et celui qui est intronisé par l’UMP le dimanche 14. Alors que la première rassemble tout son camp, qu’elle a déjà élargi aux chevènementistes et aux radicaux de gauche, le second reste loin de jouir du soutien plein et entier de l’ensemble de la majorité présidentielle — pour ne rien dire du positionnement de François Bayrou, dont on n’a toujours pas compris qui il considérait comme son adversaire principal.

Nicolas Sarkozy doit donc toujours compter avec trois personnages susceptibles d’écorner sérieusement son image de candidat unique de l’UMP. Certes, Michèle Alliot-Marie a indiqué que, si elle se présentait, ce serait en dehors du parti. Mais il s’agit beaucoup plus d’un artifice formel, surtout que le ministre de la Défense a été la dernière secrétaire générale du RPR : difficile, dans ces conditions, de jouer au simple électron libre, d’autant qu’elle demeure à l’UMP et qu’elle a même participé à des débats internes très médiatisés.

Deuxième cactus pour le ministre de l’Intérieur : le chef du gouvernement. Dominique de Villepin semble ne jamais manquer l’occasion soit de se démarquer de lui, soit de le court-circuiter, soit carrément de le contrecarrer. Nicolas Sarkozy a ainsi appris que le Premier Ministre ferait certes une apparition à la réunion du Bourget qui le consacrera comme candidat, mais qu’il ne voterait pas, tout comme le président de l’Assemblée Nationale, Jean-Louis Debré, autre chiraquien notoire.

Leur attitude — tout comme celle des rares chiraquiens non encore ralliés — n’a en effet qu’une seule explication, la position du chef de l’État. Ce dernier s’est arrangé, la première semaine de janvier, pour occuper le plus possible de terrain. Se gardant systématiquement de toute référence au ministre de l’Intérieur, il a même laissé se développer l’idée qu’il pourrait bien encore faire acte de candidature et, donc, solliciter un troisième mandat présidentiel. Or, contrairement à ce que l’on pourrait croire, cette éventualité ne peut être complètement écartée. Voilà qui explique le comportement du dernier carré de la chiraquie : rester en place pour le cas où…

En face, alors que Laurent Fabius et Dominique Strauss-Kahn ne font entendre aucune voix discordante, on ne peut qu’être rempli d’admiration devant l’adéquation parfaite que cultive Jack Lang à l’égard de celle qu’il contestait ; il en a été jusqu’à avaliser, lors du voyage en Chine de la candidate, son néologisme « bravitude » et à préférer aux traditionnels « droits de l’homme » les « droits humains » qu’elle a manifestement été chercher dans le vocabulaire de l’Église. Ce n’est évidemment pas à droite qu’on manifesterait une telle concordance…


____________________________________________
Magazine

par Denis Lensel

Huit chrétiens menacés de mort en Iran
Huit chrétiens iraniens de confession protestante, dont six pasteurs, arrêtés le mois dernier un matin à l’aube à leur domicile dans plusieurs villes du pays, sont menacés d’une exécution capitale.

Organisé exclusivement par des citoyens iraniens, leur groupe chrétien était persécuté depuis des années. Certains de ces croyants avaient perdu leur emploi, et leurs habitations perquisitionnées par les services secrets. Une religieuse avait passé une nuit dans un cachot sinistre après avoir été arrêtée à la sortie d’une soirée à l’ambassade de Côte d’Ivoire. En revanche, un pasteur arrêté et emprisonné quelques semaines a été libéré début décembre.

Plus récemment, un autre protestant, Issa Motamadi, a été incarcéré plusieurs semaines parce qu’il avait donné un prénom chrétien à son fils… L’attribution d’un nom chrétien à un enfant est considérée en Iran comme un cas d’apostasie par rapport à l’Islam qui peut entraîner à lui seul la peine de mort. Malgré des requêtes répétées, les autorités iraniennes refusent d’accorder un statut légal aux chrétiens et imposent une éducation islamique à tous les enfants.

Face à cette situation totalement opposée à toute liberté religieuse, les chrétiens vivant en Iran cherchent à préserver leur unité et à éviter toute controverse théologique intempestive au sein de leur communauté : « A l’heure où c’est le Corps du Christ qui est attaqué, c’est l’heure de l’unité, et non pas le moment de débats théoriques », disent leurs représentants.

La charge que les autorités islamiques iraniennes opposent à cette communauté est son souhait d’annoncer l’Evangile, et non pas telle ou telle position ponctuelle. Environ 100.000 Iraniens ont été baptisés ces dernières années. Un phénomène qui, s’il reste numériquement limité dans ce pays de près de 70 millions d’habitants, n’en mécontente pas moins le régime en place à Téhéran.
___________________________________
Idées

par Jean Étèvenaux


Comprendre les familles politiques

Alors que s’approchent les consultations générales d’où sortiront des orientations politiques décisives pour les années suivantes, il importe de comprendre non seulement le fonctionnement du système dans lequel nous vivons, mais aussi la genèse des forces déterminant notre environnement. La Veme République, la droite et la gauche constituent en effet des réalités complexes, fruits de l’histoire française, sur lesquelles se sont penchés un certain nombre de spécialistes, dont les analyses méritent d’être connues.

Au niveau des généralités, on appréciera de pouvoir disposer d’approches dont la consultation s’avérera fructueuse. D’abord, le très général 100 dates et 100 personnages clefs (De Vecchi, Paris, 2006, 238 pages) donne à Philippe Valode l’occasion de fournir une centaine de pages sur le XXe siècle et le début du XXIe. D’une manière plus précise mais étendue au monde entier, Christian Hocq donne un très utile Dictionnaire d’histoire politique du XXe siècle (Ellipses, Paris, 2005, 1056 pages). Le collectif 21 historiens expliquent la France contemporaine (La Documentation française, Paris, 2006, 376 pages) présente divers thèmes de façon transversale.

On entre ensuite dans le système actuel. Jean Catsiapis propose Le guide de la Veme République (Ellipses, Paris, 2004, 256 pages), Jean-Claude Zarka Le président de la Veme République (Ellipses, Paris, 2006, 192 pages) et Pascal Jan Les assemblées parlementaires françaises (La Documentation française, Paris, 2005, 160 pages). Pierre Bréchon, lui, a rassemblé une équipe pour la nouvelle édition des Partis politiques français (La Documentation française, Paris, 2005, 216 pages).

Allant au-delà des clivages politiques mais les éclairant, Antoine Compagnon s’efforce de faire comprendre Les antimodernes. De Joseph de Maistre à Roland Barthes (Gallimard, Paris, 2005, 480 pages). Démarche très semblable chez Zeev Sternhell avec Les anti-Lumières. Du XVIIIeme siècle à la guerre froide (Fayard, Paris, 2006, 592 pages). De son côté, François Huguenin dissèque le même sujet, mais élargi, dans Le conservatisme impossible. Libéraux et réactionnaires en France depuis 1789 (La Table ronde, Paris, 2006, 398 pages). En portant son intérêt à un groupe aujourd’hui bien réduit, Jean Charbonnel restitue Les légitimistes. De Chateaubriand à de Gaulle (La Table ronde, Paris, 2006, 336 pages). Serge Berstein nous plonge dans Le gaullisme. Un courant politique à l’épreuve de l’Histoire (Dossier n° 8050 de la Documentation photographique, La Documentation française, Paris, 2006, 64 pages). Quant au grand spécialiste de la question, René Rémond, il a voulu donner une suite à son classique La droite en France, paru il y a plus d’un demi-siècle, avec un ouvrage très nuancé : Les droites aujourd’hui (Audibert, Paris, 2005, 272 pages). C’est d’ailleurs une partie de cette problématique, mais portée au niveau continental, qu’aborde Gilles Ivaldi dans ses Droites populistes et extrêmes en Europe occidentale (La Documentation française, Paris, 2004, 144 pages) — on attend que cette réflexion soit poussée sur l’ensemble du vieux continent.

En face, manquent encore les études. Heureusement, le PCF demeure source d’interrogations et de commentaires ; Marc Lazar décrit Le communisme une passion française (Perrin, Paris, 2005, 256 pages) et Yves Santamaria s’interroge : Le parti de l’ennemi ? Le parti communiste français dans la lutte pour la paix (1947-1958) (Armand Colin, Paris, 2006, 376 pages). De ses lisières, Isabelle Saporta a rapporté cinq ans d’enquêtes, soit Un si joli petit monde. Dans l’arrière-boutique de l’autre gauche et des altermondialistes (La Table ronde, Paris, 2006, 174 pages).
___________________________________

Religion

par Gérard Leclerc
L'Église polonaise à l’épreuve
La démission de Mgr Stanislas Wielgus, nouvel archevêque de Varsovie et successeur du cardinal Glemp, juste avant la messe de son installation, constitue un événement douloureux pour l'église de Pologne et indique combien est difficile la période qui succède à la disparition de celui qui fut pour elle un maître incomparable. Jean-Paul II, en effet, disposait de tout le prestige possible auprès de ses compatriotes pour mener à bien la délicate transition du totalitarisme à la liberté. Comment éviter les écueils contraires du relativisme éthique lié d’un côté à la mutation consumériste et de l’autre à un extrémisme politico-religieux prompt aux repliements idéologiques et à la désignation de boucs émissaires ? Par ailleurs, tous les pays délivrés du communisme ont eu à gérer leur passé proche, en cherchant souvent à éviter l’épuration brutale qui aurait ravivé blessures et rancœurs. L’ancien président tchèque Vaclav Havel ne s’était-il pas lui-même montré d’une extrême prudence à l’égard de ses anciens persécuteurs, sachant que le régime policier qui était tombé en 1989 avait fait de ses concitoyens à la fois “des victimes et des coupables” ?

L’ouverture des archives, de Moscou à Berlin, en passant par Varsovie, a non seulement rappelé que la surveillance policière structurait toute la vie sociale des régimes anciens, mais aussi que la règle d’un tel système supposait la complicité la plus vaste possible d’individus dévolus, contre leur gré, à un rôle d’indicateurs. Que l'Église polonaise ait été victime de telles pratiques et que son clergé ait été particulièrement utilisé à de telles fins ne saurait étonner. Ce jeu avait d’ailleurs des subtilités qui pouvaient se retourner contre le régime. Dans quelle mesure Mgr Wielgus fut-il victime et coupable ? Peu de gens sauraient vraiment le dire, à un moment où l’utilisation du passé permet les règlements de comptes anciens et des coups justifiés par l’anticléricalisme d’un nouveau genre qui sévit à Varsovie, avec l’appui de quelques publicistes parisiens, peu soucieux de se mettre au net avec leur propre passé totalitaire.

La décision prise par l’éphémère successeur du cardinal Glemp, et aussitôt ratifiée par Benoît XVI, est dictée par la sagesse. L’avenir du catholicisme dans la patrie de Stefan Wyszynski et de Karol Wojtyla ne doit pas être grevé par l’apurement indéfini du passé. Il doit largement s’ouvrir à des perspectives créatrices, à des projets missionnaires proportionnés aux enjeux d’un âge qui bouleverse toutes les données. Il faut sortir des pièges où on voudrait enfoncer le christianisme de ce début de millénaire, pour lui permettre, conformément à sa vocation, de féconder un avenir à visage humano-divin.
____________________________________________

Humeur

par Erwan Violin
"Bravitude", dit-elle
Ségolène a donc conquis sa "bravitude" en visitant la Muraille de Chine. L’auteur de ces lignes en est ravi pour elle… et pour lui puisqu’il a lui même rendu visite à ce prestigieux monument.

Sa "bravitude", Ségolène l’a sans doute d’abord conquise en traversant la foule de touristes qui se pressent aux pieds du monument. A moins qu’elle ne l’ait conquise en empruntant le téléphérique qui mène sur la crête où fut édifiée la célèbre fortification. Enfin, une fois sa visite terminée, peut-être l’a-t-elle gagnée en redescendant le flanc de la montagne sur cette espèce de toboggan d’aluminium qui permet de retourner en bas de la façon la plus divertissante qui soit, au moyen d’une sorte de petit bobsleigh, pour la plus grande joie des touristes et de leur progéniture.

Mais ne soyons pas malveillants. C’est vrai que le site de la grande muraille, à une cinquantaine de kilomètres de Pékin, est absolument superbe et que c’eût été, pour la candidate socialiste, un crime de s’en passer. Si vous avez la chance d’aller un jour là-bas (ce n’est pas si cher et Pékin est très agréable), la visite de la Grande Muraille est aussi incontournable que la Cité Interdite ou le Palais d’été (entre autres).

Mais un dernier doute nous envahit. Édifiée au troisième siècle avant Jésus-Christ, la Grande Muraille fut également le tombeau des centaines de milliers de malheureux qui participèrent à sa construction. Elle y a gagné le surnom de plus grand cimetière du monde. Est-ce le souvenir de ce terrifiant chantier qui aurait donné sa "bravitude" à la douce Ségolène ?
___________________________________
Ruralia

par Chistiane Papineau

L’appel des « sans »
Cet appel est destiné à tous les « sans » quelque chose de France et de Navarre.

Les Sans permis, de séjour bien sûr, mais aussi de conduire, de chasser ou de naviguer…

Les Sans travail, volontairement ou involontairement…

Les Sans voix, à savoir ce que l’on n’écoute jamais et qui comptent pour du beurre…

Allons-y, c’est le moment de revendiquer, de monter un collectif et de faire de l’agit’prop : la démagogie est dans l’air, la surenchère électorale est en marche. Comme d’habitude direz-vous, mais cette année, plus que jamais. C’est sûr, demain, on rasera gratis tant Villepin en veut à Sarko, Bayrou à tout le monde, et tant Ségo y croit ! Dans quelques jours le Président de la République va même, pour la X ième fois modifier la Constitution, sous des prétextes fallacieux, simplement pour adapter son propre statut pénal, alors franchement il ne faut pas hésiter. Les enfants de Don Quichotte ont montré le chemin pour une cause juste et ils ont gagné. Ils ont ouverts la voie à tous les enfants du Bon Dieu que les politiques prennent pour des canards sauvages.

___________________________________


Livres

par Catherine Pauchet


Politique économique

Existe-t-il une politique économique de droite et une autre de gauche ? Cette question est posée par le Cercle des économistes, un organisme qui regroupe des experts de toutes horizons. Un constat s’impose : malgré les pressions internationales, les conceptions idéologiques, du moins en France, ne convergent pas. C’est sur la fiscalité que l’écart est le plus marqué. La droite prône la défiscalisation du capital et du travail par un basculement de l’impôt sur le revenu sur la TVA, tandis que la gauche reste attachée à l’impôt sur le revenu et envisage sa fusion avec la CSG. Autres différences : la droite aime les entrepreneurs et accepte la concurrence avec les pays émergents ; la gauche se méfie des patrons et souhaite une Europe repliée sur ses intérêts. Mais, comme le font remarquer les auteurs, tout ceci est théorique : une fois en position de gouverner, les pratiques diffèrent quelque peu.

« Politique économique de droite, politique économique de gauche », le Cercle des économistes, Perrin, 250 p., 15, 80 euros.
____________________________________________

D’un jour à l’autre


France
Les "Enfants de Don Quichotte replient leurs tentes

L’association des "Enfants de Don Quichotte" a décidé de mettre fin à ses villages de tentes de mal logés à Paris (canal Saint Martin) et dans d’autres villes françaises. Cette décision est consécutive à l’adoption par le gouvernement d’un plan d’action "renforcé" contre l’exclusion prévoyant la création de 27 000 places destinées à loger les SDF de façon "pérenne".
Marathon des vœux pour Jacques Chirac

Après les Vœux au Français, où il avait évoqué le "droit au logement opposable", le président de la République a enchaîné les traditionnelles cérémonies de vœux, multipliant les annonces et les avertissements à l’actuelle majorité. A Tulle, en Corrèze, le chef de l’Etat s’est ainsi posé en défenseur du service public et proposé de nouveaux moyens pour le développement des territoires.
Nicolas Sarkozy prépare son intronisation

De son côté, Nicolas Sarkozy prépare son intronisation lors d’un grand congrès de l’UMP, à Paris. Si Jacques Chirac ne viendra pas à la manifestation, Jean-Louis Debré et Dominique de Villepin ont fait savoir qu’ils viendraient, mais s’abstiendraient lors du vote de désignation du candidat.
Ségolène Royal et la "bravitude"

Ségolène Royal s’est rendue en Chine. La candidate socialiste, lors d’une visite sur la Grande Muraille, a notamment évoqué la "bravitude" procurée par cette visite, avant de rencontrer des officiels chinois ainsi que la responsable d’une association de défense des femmes venue des milieux ruraux.
Le Pen se voit en rival de Ségolène Royal

Jean-Marie Le Pen estime qu’il pourrait gagner au deuxième tour face à Ségolène Royal. Le président du Front national, lors de ses vœux à la presse, a en outre dénoncé le traitement de faveur de Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy dans les médias et a parlé de "boycott de fait".
Jean-Paul Huchon devant les juges

Le procès de Jean-Paul Huchon a débuté devant le tribunal correctionnel de Paris. Le président socialiste du conseil régional d’Ile-de-France est accusé de prise illégale d’intérêts pour avoir accordé des marchés publics à des sociétés de communication employant sa propre épouse. Jean-Paul Huchon risque une peine de prison, une amende et dix ans d’inéligibilité.
Cannibalisme à la prison de Rouen

Un homme est accusé d’avoir tué l’un de ses co-détenus et dévoré une partie de son corps dont un morceau de poumon, à la prison de Rouen. Le prisonnier en question a été mis en examen pour homicide volontaire avec préméditation et "atteinte à l’intégrité d’un cadavre".
Samy Naceri en prison

L’acteur Samy Naceri a été placé en détention pour avoir menacé un vigile de boîte de nuit avec un couteau. Collectionnant les démêlés judiciaires, l’acteur vedette de "Taxi" restera détenu jusqu’à son jugement par le tribunal correctionnel d’Aix-en-Provence.
Un hélicoptère s’écrase dans un jardin

Un hélicoptère civil s’est écrasé dans le jardin d’un restaurant, près de Salin-de-Giraud, dans les Bouches-du-Rhône. Le crash a fait rois morts. On ignore la cause précise de l’accident, cependant, le sous-préfet d’Arles a dénoncé le non respect des consignes de sécurité.

Monde
Pas de nouvel archevêque pour Cracovie

Mgr Stanislaw Wielgus ne sera pas archevêque de Cracovie. A la suite de révélation sur sa collaboration avec l’ancienne police communiste, le prélat a dû donner sa démission, acceptée par le Vatican. Mgr Glemp, l’ancien archevêque a été chargé d’assurer l’intérim à la tête de l’archidiocèse. Selon les documents, Mgr Wielgus avait été recruté par la police secrète alors qu’il était encore étudiant.
Fin du dialogue avec l’ETA

José-Luis Zapatero a confirmé que le dialogue avec l’ETA avait pris fin après l’explosion d’une voiture piégée dans un parking de l’aéroport de Madrid-Barajas. Le même jour, la police espagnole, la police espagnole a retrouvé le corps de la deuxième victime équatorienne de l’attentat a été retrouvé par la police. Le premier ministre espagnol devrait s’expliquer sur ce dossier devant le Parlement dans les prochains jours.
Bush veut envoyer de nouvelles troupes en Irak

George W. Bush va prochainement annoncer l’envoi de renforts militaires en Irak. Le président américain, malgré de nombreux avis prônant un désengagement de l’Irak, entend renforcer la présence américaine. Il a également procédé à plusieurs changements à des postes clés de la diplomatie et de la défense.
Toujours Saddam

L’exécution de Saddam Hussein n’en finit pas d’alimenter les polémiques. Outre celles suscitées par une vidéo pirate montrant la mort de l’ancien dictateur, de nombreuses critiques ont été adressées au gouvernement irakien, tandis que l’exécution des autres condamnés à mort a été suspendue et que les attentats reprennent de plus belle. De son côté, George W. Bush a estimé que l’exécution de Saddam Hussein aurait dû être "plus digne".
Au Sri Lanka : après le tsunami, la guerre

Deux ans après le tsunami de décembre 2004, les victimes doivent faire face à la guerre entre les rebelles tamouls et l’armée skri-lankaise qui fait chaque jour de nouvelles victimes. 200 000 personnes ont dû être déplacées tandis que les organisations humanitaires ont dû redéployer leurs moyens.
Tensions à Mogadiscio

Des manifestations anti-éthiopiennes ont éclaté à Mogadiscio, empêchant le désarmement des clans et des milices après la victoire contre les islamistes. Ces manifestations rendent plus difficile la mise en place d’une force de paix africaine en Somalie.
Un ministre s’est évadé

L’ancien ministre colombien Fernando Araujo, prisonnier depuis 6 ans des Farc (guérilleros d’extrême-gauche) s’est évadé à l’occasion d’une attaque des forces armées gouvernementales. Il a pu être recueilli après une marche de 5 jours. C’est le premier des 58 otages détenus par les Farc a avoir pu s’évader. La famille d’Ingrid Bétancourt, toujours détenue, a fait part de son hostilité à l’égard d’autres opérations militaires du même type.
Le photographe libéré

Jaime Razuri, le photographe de l’AFP d’origine péruvienne enlevé à Gaza, a été libéré sept jours après son enlèvement. Selon les autorités palestiniennes, il aurait été détenu par un important clan familial.

Sports
Coupe de France : Lyon assure, Nantes redémarre

L’Olympique lyonnais s’est imposé facilement face à Bayonne par 2 à 1, lors des 32èmes de finale de la Coupe de France. De son côté, le PSG a battu Nîmes par 3 à 0. On attendait surtout les débuts de Barthez au FC Nantes. Le champion du monde n’a pas déçu le public qui a eu droit à une victoire de Nantes contre Guingamp par 1 à 0.
Sandra Laoura gravement blessée

Sandra Laoura, médaille de bronze de l’épreuve de ski de bosses à Turin en 2006, a été victime d’une chute lors d’un entraînement. Opérée à Montréal, elle risque d’être paralysée. Quarante-huit heures après son opération, elle n’avait toujours pas retrouvé la sensibilité de ses jambes.
____________________________________________



Fondateur: Jacques Jira+ - Directeur de la publication: Philippe Buron-Pilâtre – Rédacteur en chef : Serge Plenier

Comité de rédaction: Jean Etèvenaux,

Adrien M. Grandmesnil, Vincent Hervouët, Gérard Leclerc, Catherine Pauchet

Impression par nos soins – ISSN: 0789-2757

Rédaction: Tél: 06 86 44 78 16 - e-mail: acip.presse@club-internet.fr

Administration : acip.ad@orange.fr

_______________________

ACIP est une publication de l’ACIP, SARL de presse au capital de 5 000 Euros, RCS Paris B 477 806 830 (2004B13402)

SiÀge: 18, rue Cler, 75007 Paris

similaire:

Bulletin hebdomadaire n° 1120 du lundi 8 janvier 2007 iconBulletin hebdomadaire n° 1148 du lundi 23 juillet 2007

Bulletin hebdomadaire n° 1120 du lundi 8 janvier 2007 iconBulletin hebdomadaire n° 1131 du lundi 26 mars 2007

Bulletin hebdomadaire n° 1120 du lundi 8 janvier 2007 iconBulletin hebdomadaire n° 1134 du lundi 16 avril 2007

Bulletin hebdomadaire n° 1120 du lundi 8 janvier 2007 iconBulletin hebdomadaire n° 1007 du lundi 1

Bulletin hebdomadaire n° 1120 du lundi 8 janvier 2007 iconBulletin hebdomadaire n° 1074 du lundi 20 février 2006

Bulletin hebdomadaire n° 1120 du lundi 8 janvier 2007 iconBulletin hebdomadaire n° 1088 du lundi 29 mai 2006

Bulletin hebdomadaire n° 1120 du lundi 8 janvier 2007 iconBulletin hebdomadaire n° 1011 du lundi 29 Novembre 2004

Bulletin hebdomadaire n° 1120 du lundi 8 janvier 2007 iconBulletin hebdomadaire n° 1037 du lundi 30 mai 2005

Bulletin hebdomadaire n° 1120 du lundi 8 janvier 2007 iconBulletin des Amis d’
«Poésie du Point du Jour» 2007 avec la Fédération Française de Voile, le jeudi 24 janvier 2008 page 9

Bulletin hebdomadaire n° 1120 du lundi 8 janvier 2007 iconSejour à la montagne à meolans dans les Alpes de Haute Provence Du...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com