La France du xixe siècle Francis Démier Points Histoire L'avenement d'une france liberale





télécharger 109.25 Kb.
titreLa France du xixe siècle Francis Démier Points Histoire L'avenement d'une france liberale
page1/8
date de publication13.10.2016
taille109.25 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8

La France du XIXe siècle



Francis Démier



Points Histoire

L'AVENEMENT D'UNE FRANCE LIBERALE



L'héritage de l'épisode révolutionnaire

Une nation une et indivisible



Désormais raison prime sur tradition, séparation des pouvoirs sur absolutisme, principe électif sur vénalité des charges, décentralisation du pouvoir sur tutelle de l'Etat monarchique, égalité et méritocratie sur ordres, société laïcisée sur société sacrée. Mais par peur de perdre ces acquis de 1789, il y a eu des retours en arrière (centralisation sous Convention jacobine, Consulat et Empire ; l'Etat nomme aux différents postes  élections). En 1814, le pouvoir est autoritaire, mais égalité civile règne + qu'ailleurs.

L'unification du territoire
La monarchie en 1814 encadre des Français aimant la Nation (grâce à la centralisation absolutiste, aux conquêtes, à la langue française = langue d'Etat depuis François Ier). La nation s'est dessinée dans le combat contre l'ennemi intérieur et les monarchies coalisées ; la nation est associée à la liberté, aux droits de l'homme. France reçoit mission de transmettre aux autres peuple ; c'est la "grande nation".

Les guerres jusqu'à l'Empire ont apporté la fin des enclaves (Avignon, comtat Venaissin en 1791, Montbéliard en 1793, Mulhouse en 1798), mais les "frontières naturelles" de Danton ne sont guère atteintes (Belgique, évêché de Bâle, rive gauche du Rhin, Savoie et Comté de Nice, perdus en 1815). Depuis 1791, le territoire est "un et indivisible" fédéralisme américain inenvisageable. 83 départements d'un grand tout national : de Paris vers le bas (préfet, sous-préfet, maire nommés par gouvernement depuis 1800). Le ministère de l'Intérieur domine cette forte centralisation.

Le code de jurisprudence commun a été fixé le 20 avril 1810 (juge de paix du cantontribunal de 1ère instance du chef-lieu d'arrondissementcour d'assises du départementtribunaux d'appel et Cour de cassation. Le système d'impôts également très variable sous l'AR est remplacé par système de contributions uniforme.

Les esprits sous la tutelle de l'Etat

La loi du 10 mai 1806 et le décret du 17 mars 1808 imposent le monopole d'Etat sur l'instruction, car les élites restaient dans institutions privées. La France est divisée en académies, 3 niveaux : primaire, secondaire, supérieur. Protestations de l'Eglise ; les établissements persistent, les ecclésiastiques investissent l'enseignement (surtout primaire). Projet depuis Révolution : franciser les masses  patois, car en 1794 ¼ ne parle pas du tout Français (problèmes Bretagne, Est, sud Massif Central).

Le Concordat : un compromis entre la France révolutionnaire et l'Eglise

Le retour au culte semble acquis avant monarchie ( constitution civile du clergé, fermeture des églises, tentatives d'éradication des religions). Pie VII est présent au sacre du 2 décembre 1804. 1801 : Concordat entre Rome et Napoléon = libre exercice du culte catholique + disparition de l'église constitutionnelle, mais protestants et israélites sont aussi reconnus et protégés, catholicismereligion d'Etat, l'Eglise perd ses biens, le chef d'Etat nomme évêques, ecclésiastiques reçoivent traitement, édifices entretenus par Etat, le catéchisme loue Dieu et Empereur. En 1814, l'Eglise n'a pas puissance de 1789, plus privilèges, biens (10% territoire), mais place dans assistance et enseignement.


La liberté organisée



La dynamique libérale

Le legs éco et social Révolution et Empire est le libéralisme (- de règlements, libertés individuelles) individualisme (Benjamin Constant, Alexis de Tocqueville), décomposition des liens sociaux. La restauration veut unir et rassembler les citoyens d'après Pierre Rosanvallon. L'Etat doit établir harmonie entre intérêts particuliers et intérêt général qui n'est pas spontanée par lois, règlements, institutions, actions sur le marché.

Une nouvelle idée de l'éco nationale

Libre-échange repoussé (peur de l'Angleterre ; traité de LE de 1786) ; industrialisation pour rattraper retard sur elle. Protectionnisme renforcé pendant révolution, blocus, 1808 prohibition des produits textiles étrangers, mais grande liberté et concurrence au sein de la France = Chaptal, ministre de l'Intérieur De l'industrie française (1819)  libéral Dupont de Nemours.

L'Etat, avant-garde de l'effort de modernisation

Depuis l'Etat napoléonien, les hauts-fonctionnaires sont issus des grandes écoles (X créée en 1794), le Conseil d'Etat joue un grand rôle (rédaction du code, organisation judiciaire). 1810 création d'un Conseil général des manufactures = lien avec les affaires, les grands manufacturiers conseillent protectionnisme, an XI Conseil général du commerce (idem négociants), 1809 tribunaux de commerce, 1810 conseils des prud'hommes, effort de diffusion des progrès scientifiques et techniques. 1808 code du commerce. Code pénal maintient concurrence. C'est le patron qui gère ses ouvriers, non des règles corporatives.

Un ordre monétaire et financier rétabli

Révolution connut hyper-inflation puis déflation. L'inflation désendetté particuliers et Etats = fin crise financière. B a favorisé la naissance d'1 nouvelle banque d'escompte et d'émission = Banque de France (13 février 1800), encadrée par l'Etat qui peut obtenir avances (restreintes par peur inflation), en 1806 elle fixe le taux directeur d'escompte.

Impôt égal depuis 1791 : foncier (revenus terre et maisons), mobilier (fortune calculée), patente (commerce et industrie), depuis 1798 contribution sur portes et fenêtres. Augmentation des impôts indirects sous Napoléon. Charge fiscale restreinte. Dépenses : guerre, marine, souveraineté, service de la dette. Fort recours de l'Etat à banques privées.


Une croissance enrayée, des structures éco modernisées


La croissance de la France a connu un fort recul de 1792-96 à cause guerre, récupération 1800-10 (commerce extérieur, maîtrise de l'inflation). 1810-14, la croissance recule. Niveau 1814=1789. Puis redémarrage rapide et brillant.

Rebond des industries nouvelles, difficultés des industries traditionnelles

1800 produit industriel –40% par rapport 1790-92, mais 1805-1810 +30% par rapport 1789. Sur révolution-empire, croissance moyenne élevée (3%). Empire construit routes et ponts. +Nord, -Ouest et Midi, modernisation très inégale. Textile progresse (50% production industrielle), 1er pays d'Europe continentale, - qu'Angleterre. Nom : Richard, Lenoir, Oberkampf. Développement du coton. Essor de l'industrie chimique (Chaptal, Darcet) en avance sur l'Europe (colorants, soude artificielle de Leblanc). Déclin du charbon.

L'effondrement du commerce colonial et des circuits d'exportation traditionnels

En 1814, la France a perdu beaucoup de colonies (Saint-Domingue refus de donner citoyenneté), sources de richesses intérieures et équilibres. De + Angleterre domine mers. Perte commerce du sucre, du bois, coton, café, cacao, thé. Evincée par Angleterre et EU des principales routes commerciales. Perte des exportations vers colonies (contre esclaves). Fin de l'équilibre balance commerciale (MP). Désormais, France se tourne vers espace intérieur et Europe continentale. Mais X en déclin.

Le progrès sans rupture de la France agricole

80% population rurale. Augmentation des subsistances (seigle, pomme de terre). Extension des surfaces cultivées  nouvelles techniques. L stimulé par accès à la propriété et hausse des prix et salaires agricoles. Production de vin +1/4 depuis 1789, augmentation du cheptel ovin (toisons des moutons mérinos). Pas d'innovation, paysans pauvres.

Une France déclassée ou prête pour un nouveau départ?

La France pense bientôt retrouver sa prospérité. Le retard sur l'Angleterre dans tous les domaines (commerce maritime, agriculture, industrie, brevets, utilisation de machine à vapeur) = retard technologique de 15 ans. Le Nord de la France s'impose face au Midi et côte atlantique. Paris, ville de consommation, devient ville de production (coton, mécanique, chimie, crédit, redistribution des marchandises). Pôles industriels : Lyon, Mulhouse, Lille.


La société française ancrée dans la propriété du sol



Vitalité démographique et déclin des villes

Perte de 1,3 millions individus sur révolution-empire ; -400 000 1793-95, sinon croissance. Globalement +0,25%. Rythme AR retrouvé sous Restauration. Nuptialité progresse, natalité recule (progrès contrôle des naissances, - poids religion, loi sur le divorce), baisse mortalité infantile. 1720-39 : 6,15 enfants/couples, 1790/1819 : 4,88. 1801-1821 : +0,5%/an (27 350 00030 462 000). Recul mortalité (meilleure alimentation). Poids des villes recule (20,5%19), notamment grandes villes (-20%) dans Midi et Ouest (Nord-Est). Population Paris 1811=1789.

La terre et les paysans

4 août 1789 : abolition des droits féodaux rendant impossible propriété, 17 juillet 1793 : suppression sans rachat ou indemnités + suppression dîme et champart meilleure condition du paysan. Vente biens nationaux : 10-20% terres, peu aux paysans, que les aisés, pauvres qu'à partir de 1793 avec petits lots, surtout grande et moyenne bourgeoisie. Tout de même changement social. Grâce à l'inflation, la paysannerie s'est désendettée, salariés agricoles ont vu salaires augmenter, car beaucoup partis à la guerre (rareté). Les transformations capitalistes, les concentrations et l'exode rurale ont été freiné (retard sur Angleterre).
La noblesse encore peu atteinte

Consulat et Empire ont permis à la noblesse de s'établir à nouveau dans la haute société ; seule une minorité a souffert d'une grave perte de richesse. Beaucoup avait racheté leurs terres via des prête-noms et en ont racheté d'autres (Beauce). ¼ territoire à la noblesse, groupe social le + riche. En 1808, N a créé une noblesse d'Empire (3263 titrés) : grands propriétaires, riches spéculateurs, prestigieux officiers. Certains rêvent de revanche, d'autres se sont accommodés.

Une bourgeoisie plus forte mais faiblement renouvelée

Les bourgeois se sont enrichis pendant la Révolution (spéculateurs, fournisseurs), mais celle qui possédait des offices a souffert de l'inflation, celle du négoce a beaucoup pâti de la forte baisse du trafic. Dans les grandes villes, certaines élites (banquier) ont été tuées. La plupart des familles ont gardé leur patrimoine, mais fort renouvellement dans nouvelles industries (coton). Achat des biens nationaux (=investissements de sécurité). Le manufacturier joue un rôle central (emploi). Surtout propriétés de sol pour bourgeois.

Le peuple des villes : une stabilité retrouvée

Après suppression des corporations, beaucoup de compagnons se sont mis à leur compte. Les maîtres doivent assumer augmentations de salaires (de 20 à 25% depuis 1789). L'existence populaire s'est améliorée (crises de subsistances). Les pauvres souffrent des changements de l'assistance traditionnelle. L'Empire cherche à encadrer les travailleurs, discipline usinière renforcée, règles … Les conseils des prud'hommes créés le 12 mars 1806 sont à dominante patronale.


L'héritage politique du bouleversement révolutionnaire



La mémoire de la Révolution

Les Français sont la "nation révolutionnaire", on pense à un processus cyclique, noblesse et clergé seront très longtemps soupçonnés. Les 60 000 victimes des terreurs, massacres de septembre, guerre de Vendée ou terreur blanche (dès 1815 contre responsables révolutionnaires) déchirent ; la Commune de Paris renouera avec le massacre. On pense que seul le soulèvement populaire peut sortir la société d'impasses. Les conservateurs (Thiers) restent hantés par la "vile multitude". La droite (Bonald, Maurras) associe la révolution, à la vue de la déchristianisation, à une œuvre impie, conspiration protestante et franc-maçonne, voire satanique.

La liberté individuelle

Le principe de la liberté individuelle n'a jamais été altéré ; la suppression des privilèges, l'égalité civile, des chances dans l'accès aux emplois sont irréversibles. 3 février 1794, la Convention vote l'abolition de l'esclavage (Saint-Domingue), rapportée en 1802 car critiquée. La constitution de 1791 reconnaît la liberté de culte, en 1795 définitif après phase d'intolérance. Le code civil du 21 mars 1804 reconnaît liberté des individus, des consciences, des contrats, du L, mais avec sécurité biens et personnes, autorité au mari et père, peines privatrices de liberté (mort, travaux forcés, réclusion, emprisonnement).

Le régime représentatif

Toute la souveraineté réside dans la nation (Sieyès). Certes, pendant la Révolution, le système est censitaire (bourgeois), mais large tout de même. Le pouvoir napoléonien fut despotique, le retour d'un Bourbon est perçu comme liberté. En 1814, la forme de gouvernement n'est toujours pas trouvée. Certains se tournent vers modèle anglais (2 chambres + monarques héréditaires), mais le régime représentatif domine.

Une voie française vers le libéralisme

Benjamin Constant (aussi Mme de Staël) incarne le nouveau libéralisme : Réflexions sur les constitutions. Les institutions doivent accorder des garanties aux particuliers, l'individu doit être libre, jouir de sa vie privée. La France doit être protégée du despotisme d'un homme ou assemblée s'appuyant sur une "souveraineté nationale" ; il penche pour une monarchie constitutionnelle censitaire avec séparation et équilibre des pouvoirs = libéralisme bourgeois et éclairé défendu par l'idéologue Destutt de Tracy, Georges Cabanis, Constantin Volney, Pierre Daunou, Jean-Baptiste Say (tous : La Décade philosophique) ; ils veulent diffuser les Lumières par l'instruction publique. Ils défendent à l'Institut une "raison raisonnable" (contre excès). Pour une république fondée sur petits et moyens propriétaires protégés par gouvernement représentatif. Importance de l'activité privée. Jean-Baptiste Say insiste sur le côté éco : liberté éco, contre l'autoritarisme napoléonien (prohibitions, cadres réglementaires), les bienfaits doivent aussi bénéficier au "peuple", pour DT, entreprise individuelle (idée de l'échange libre et égal, "loi des débouchés" : l'offre crée sa propre demande, la formation d'un produit offre débouchés à d'autres = la monnaie ne peut être désirée pour elle-même (thésaurisation)).

Germaine Garnier (traductrice d'Adam Smith), Chaptal, Roederer, voyant le poids de la propriété foncière, penchent vers une néo-physiocratie voyant l'agriculture comme supérieure, conception élitiste et restrictive de la liberté.

Anticipation de la démocratie sociale et nostalgie tenace du passé

Ambition : régime dans lequel tous les citoyens sont appelés à intervenir dans la vie politique. Fédérations, fêtes civiques, clubs, organisations populaires démocratie moderne. Les inégalités doivent se réduire (=égalité réelle DDLC). Constitution 1793 : droit à l'assistance, lutte contre fortes inégalités, les décrets de ventôse organisant un système d'assistance (petits avantagés, protection des personnes âgées, des mères, des veuves et des orphelins par grand livre de la Bienfaisance nationale) ; projet a vite tourné court, mais reste influent. Les citoyens doivent pouvoir penser par eux-mêmes, avoir sentiments patriotiques et égalitaires importance de l'instruction publique pour la "formation d'un homme nouveau" (vertueux et civique).

Auguste Blanqui voit la Terreur jacobine comme un scénario qui reste toujours d'actualité. Louis Blanc la juge nécessaire à l'époque, mais + maintenant. Edgar Quintet, républicain libéral et Jules Michelet critiquent celle-ci. Les mouvements sociaux de la Révolution ont montré la haine du riche, du possédant qui devient idéal égalitaire =pensée socialisante antérieure au marxisme (Babeuf et la révolution sociale à caractère communiste). D'un communisme de répartition, on est passé à une organisation collective du L. A droite, des émigrés refusent Révolution (Joseph de Maistre), pour héritages de l'histoire, traditions, rupture avec Lumières.

Un paysage français esquissé

Ouest est contre-révolutionnaire (Vendée), Nord-Est pour modernisation, déchristianisation et jacobinisme dans Bassin parisien, sud de la Loire, Massif Central, Morvan, Quercy, Garonne, Sud-Est blanc, en 1814. La terre est la valeur sûre, formes de production artisanale et paysanne demeurent (Angleterre), société rurale. Les grands gagnants, les grands propriétaires vont être le point d'équilibre recherché par N entre AR et Révolution.


  1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

La France du xixe siècle Francis Démier Points Histoire L\Le texte officiel (bo n 2009) : Les mutations de l’Europe au xixe...

La France du xixe siècle Francis Démier Points Histoire L\Etranger – fremder en france et en allemagne du xixe siecle a nos jours

La France du xixe siècle Francis Démier Points Histoire L\Épreuve anticipée d’Histoire-Géographie
«pieds noirs» que la France nomme les Français de Souche Européenne (fse), composés de Français déportés puis transportés en Algérie...

La France du xixe siècle Francis Démier Points Histoire L\Bibliographie et outils de travail 16 Ressources internet 16 Histoire...
«Bouquins», 2 volumes, préface de Pierre Vidal-Naquet, édition par Hervé Duchêne, 2006

La France du xixe siècle Francis Démier Points Histoire L\Résumé : Cette chronologie retrace l'histoire de la radio en France...

La France du xixe siècle Francis Démier Points Histoire L\Capes histoire-géographie 2016
«Histoire de la France politique», 2003, rééd. Points-Seuil (poche). Excellente chronologie à lire et à relire

La France du xixe siècle Francis Démier Points Histoire L\Depuis la loi du 7 mars 2009, France Télévisions regroupe au sein...

La France du xixe siècle Francis Démier Points Histoire L\Revue de la Bibliothèque nationale de France
«Fétichistes érudits : le travail des éditeurs de curiosa de la seconde moitié du xixe siècle», no 7, 2001, dossier «Érotisme et...

La France du xixe siècle Francis Démier Points Histoire L\Rapport d’un indicateur de police au Préfet de Seine-et-Oise à propos...
«Libertés et nations en France et en Europe dans la première moitié du xixe siècle» (classe de Seconde) et «L’enracinement d’une...

La France du xixe siècle Francis Démier Points Histoire L\Littérature et politique Un titre plus exact serait «Littérature...
«Littérature et politique en France au xxème siècle». Ce cours se justifie en termes de science politique, c’est un complément aux...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com