Résumé L’objectif de la recherche est d’étudier le déploiement des capacités dynamiques dans une approche dynamique afin d’identifier les mécanismes à l’origine





télécharger 186.88 Kb.
titreRésumé L’objectif de la recherche est d’étudier le déploiement des capacités dynamiques dans une approche dynamique afin d’identifier les mécanismes à l’origine
page1/5
date de publication20.10.2016
taille186.88 Kb.
typeRésumé
h.20-bal.com > loi > Résumé
  1   2   3   4   5
L’articulation des Capacités Dynamiques comme source de maintien de l’avantage concurrentiel :

Le cas de Voyageurs du Monde
Gulsun Altintas

IAE de Lille

104, Avenue du Peuple Belge 59043 Lille Cedex

gulsun.altintas@iae.univ-lille1.fr
Résumé
L’objectif de la recherche est d’étudier le déploiement des capacités dynamiques dans une approche dynamique afin d’identifier les mécanismes à l’origine de la modification récurrente des ressources qui constitue la condition indispensable pour maintenir un avantage concurrentiel.

Nous avons mené une démarche globale consistant à étudier l’ensemble des capacités dynamiques d’un tour-opérateur à travers une étude qualitative longitudinale rétrospective incluant la formation puis les mises en œuvre successives des capacités dynamiques.

Nos analyses permettent d’identifier une capacité dynamique de niveau supérieur et cinq capacités dynamiques de niveau inférieur. La capacité dynamique de niveau supérieur est à l’origine de la formation des capacités dynamiques de niveau inférieur. Ces dernières ont un impact direct sur la base de ressources de l’entreprise soit en créant des ressources de nature différente soit en créant des ressources de même nature.

La modification récurrente des ressources s’explique par la formation puis le déploiement des capacités dynamiques de niveau inférieur. La formation de ces capacités dynamiques se caractérise par l’expérimentation d’un processus de réponse à une situation nouvelle. La réussite de l’expérimentation favorise la nouvelle mise en œuvre des capacités dynamiques c'est-à-dire leur déploiement qui se caractérise donc par la routinisation d’une expérimentation réussie. La formation et le déploiement des capacités dynamiques de niveau inférieur sont soutenus par la capacité dynamique de niveau supérieur composée d’un recueil d’information, d’une analyse stratégique et de l’application de principes directeurs. La capacité dynamique de niveau supérieur est enrichie par les capacités dynamiques de niveau inférieur. Au total, la modification récurrente des ressources s’explique par l’articulation des deux niveaux de capacités dynamiques.
Mots Clés : Capacités Dynamiques, Expérimentation, Routinisation, Ressources.
L’articulation des Capacités Dynamiques comme source de maintien de l’avantage concurrentiel :

Le cas de Voyageurs du Monde

Introduction
Le fait de détenir un avantage concurrentiel ne suffit plus pour garantir la prospérité d’une entreprise. Dans un contexte d’hyper compétition (D’Aveni, 1994), de forte turbulence (Hamel et Välikangas, 2003) et de globalisation (Teece, 2007a), l’enjeu pour les entreprises est de savoir maintenir cet avantage. Des cas d’entreprises n’ayant pas pu conserver leur avantage concurrentiel en raison de l’évolution du contexte environnemental sont nombreux. On peut citer le cas de Polaroid (Tripsas et Gavetti, 2000) ou encore Nokia qui n’ont pas su s’adapter aux évolutions des marchés, ce qui leur a valu la perte de leur avantage concurrentiel.
L’avantage concurrentiel durable est nécessaire pour assurer le maintien des bénéfices et constitue de ce fait, une préoccupation majeure des entreprises et des managers. L’approche basée sur les capacités dynamiques a été développée pour fournir des recommandations managériales favorables au maintien de l’avantage concurrentiel (Teece et al., 1997). Les auteurs s’accordent pour indiquer que le maintien d’un avantage concurrentiel requiert la modification récurrente des ressources et compétences de l’entreprise. Toutefois, une revue de la littérature nous amène à identifier que les travaux de l’approche basée sur les capacités dynamiques sont insuffisants pour comprendre les mécanismes à l’origine de la modification récurrente des ressources. En effet, les travaux qui ont adopté une approche contenu ont cherché à expliquer les facteurs qui facilitent la modification des ressources, les travaux menés dans une approche processus ont quant à eux cherché à décrire les étapes qui induisent la modification des ressources. Les travaux des deux approches n’ont pas abordé la modification des ressources dans une approche dynamique. On peut alors se demander comment s’explique la modification récurrente des ressources ?

L’intérêt de la recherche est d’accroître les connaissances sur les mécanismes favorisant la dynamique organisationnelle et donc la modification récurrente des ressources. L’identification de ces mécanismes doit nous permettre de formuler des recommandations managériales favorables au maintien d’un avantage concurrentiel. Pour ce faire, la première partie de ce papier est consacrée à l’explication du positionnement de la recherche, la présentation de la problématique et du cadre conceptuel. La démarche méthodologique est présentée dans la deuxième partie. Les résultats font l’objet de la troisième partie.


  1. L’approche basée sur les capacités dynamiques


Depuis le développement de l’approche basée sur les capacités dynamiques, de multiples définitions et critiques ont été avancées. Les critiques sont notamment dues au manque de clarté et aux frontières floues des capacités dynamiques. C’est pourquoi la première section est consacrée au positionnement de la recherche (1.1). Nous exposons ensuite la problématique relative à la modification récurrente des ressources (1.2) avant de présenter notre cadre conceptuel relatif au déploiement des capacités dynamiques (1.3).


    1. Positionnement de la recherche


Depuis la publication de l’article de Teece et Pisano (1994), la littérature a été très foisonnante marquée par une prolifération d’articles sur les capacités dynamiques. L’intérêt croissant des chercheurs en stratégie pour ce concept s’accompagne toutefois d’une prolifération de définitions. Les définitions du concept de capacités dynamiques englobent deux éléments : la nature des capacités dynamiques et leurs résultats (ou conséquences). Les travaux convergent concernant les résultats en avançant que les capacités dynamiques agissent sur les actifs organisationnels en induisant leur modification. En revanche, les opinions divergent quant à la nature des capacités dynamiques. Les capacités dynamiques sont ainsi associées au sous-ensemble des compétences et des capacités (Teece et Pisano, 1994), à une aptitude (Teece et al., 1997 ; Teece, 1998 ; Zahra et al., 2006 ; Augier et Teece , 2008), à une capacité (Helfat et al., 2007 ; Teece, 2007 a), à une compétence (Danneels, 2008), à des processus ou des routines (Eisenhardt et Martin, 2000), à un schéma appris et stable (Zollo et Winter, 2002), à une orientation comportementale (Wang et Ahmed, 2007) ou encore au potentiel de la firme (Barreto, 2010).
Nous proposons de considérer les capacités dynamiques comme des routines organisationnelles dans la mesure où la récurrence des capacités dynamiques est énoncée dans la littérature de manière explicite ou implicite. En effet, l’idée de récurrence est énoncée explicitement en associant les capacités dynamiques à des processus ou routines (Eisenhardt et Martin, 2000 ; Winter, 2003). La récurrence est présente implicitement en indiquant que les capacités dynamiques sont une réponse aux changements de l’environnement et elles interviennent dans un environnement dynamique (Teece et al., 1997 ; Teece, 2007a). Une capacité systématique de réponse à des changements dans un environnement dynamique conduit à la récurrence des capacités dynamiques.

Plus précisément, nous retenons la définition d’Eisenhardt et Martin (2000)1 qui considèrent les capacités dynamiques comme des routines organisationnelles. Cette définition est cohérente avec l’objectif de notre recherche qui consiste à étudier le déploiement des capacités dynamiques dans une approche dynamique afin d’identifier les mécanismes à l’origine de la modification récurrente des ressources.
Parallèlement aux multiples définitions, il existe également un manque de clarté des frontières des capacités dynamiques. Par conséquent, une distinction entre les différents types de capacité (résolution de problème ad hoc, capacité traditionnelle2 et capacité dynamique) s’avère fondamentale pour caractériser les capacités dynamiques (Kay, 2010). Dans cet objectif, nous avons comparé les trois types de capacité en se basant sur huit critères : (1) la composition des capacités, (2) l’aptitude à induire un changement, (3) la nature du changement induit, (4) l’aptitude à procurer un avantage concurrentiel, (5) l’aptitude à procurer un avantage concurrentiel durable, (6) processus structuré, (7) processus récurrent, (8) une idée de continuité entre les changements.

Cette comparaison fait ressortir des points communs entre les trois types de capacité : il s’agit de leur composition (elles sont toutes composées de ressources et de compétences) et de leur aptitude à induire des changements. On observe ensuite des points communs et des différences entre les capacités dynamiques et les capacités traditionnelles. Ces deux types de capacité s’apparentent à des processus structurés et récurrents, elles ont également l’aptitude à induire un avantage concurrentiel. En revanche, les capacités dynamiques se distinguent des capacités traditionnelles en ce qui concerne la nature des changements qu’elles peuvent induire. Les capacités dynamiques peuvent induire des changements de nature plus importante (Vergne et Durand, 2011). Aussi, les capacités dynamiques ont l’aptitude à maintenir un avantage concurrentiel (Teece et al., 1997). Enfin, les capacités dynamiques peuvent également maintenir un processus un mouvement en induisant des changements successifs liés entre eux (Pablo et al., 2007).

On note que la capacité ad hoc et les capacités dynamiques n’ont qu’un seul point commun relatif à leur aptitude à induire des changements. Pour tous les autres critères la capacité ad hoc est clairement différente des capacités dynamiques.

Au total, quatre critères permettent de caractériser les capacités dynamiques3 : leur aptitude à se répéter4, la similarité du processus qui caractérise la capacité dynamique (dans la mesure où nous les définissons comme des routines), leur aptitude à induire des changements plus importants, et leur aptitude à induire des changements successifs liés entre eux.

Après avoir exposé le positionnement de notre recherche, nous proposons de présenter la problématique de recherche.


    1. La problématique relative à la modification récurrente des ressources


Une revue de la littérature sur le déploiement des capacités dynamiques nous amène à identifier que les travaux ne permettent pas de comprendre les mécanismes qui sont à l’origine de la modification récurrente des ressources. En effet, bien que les travaux menés dans des approches contenu et processus soient complémentaires pour expliquer le déploiement des capacités dynamiques, ils ne permettent pas de comprendre la modification récurrente des ressources. Ceci s’explique par le fait que le déploiement des capacités dynamiques n’a pas été étudié dans une approche dynamique.
Les travaux de l’approche contenu ont cherché à expliquer les facteurs qui facilitent le déploiement des capacités dynamiques. Plusieurs facteurs sont énoncés dans la littérature parmi lesquels on note notamment le rôle des managers ainsi que les mécanismes de l’apprentissage. De nombreux auteurs s’accordent pour indiquer que les managers jouent un rôle important dans la formation ou le déploiement des capacités dynamiques (Rosenbloom, 2000 ; King et Tucci, 2002 ; Adner et Helfat, 2003 ; Teece, 2007a, b ; Augier et Teece, 2008). Le rôle des managers est assimilé à un rôle entrepreneurial (Teece, 2007a, b ; Augier et Teece, 2008). La fonction stratégique fondamentale des managers est la modification des ressources (Teece 2007a ; Augier et Teece, 2008).

L’apprentissage organisationnel tient également un rôle fondamental en ce qui concerne la formation des capacités dynamiques. Dans la littérature, l’apprentissage est souvent associé à la notion de connaissances (Bogner et Bansal, 2007). En effet, l’apprentissage induit un changement dans les connaissances organisationnelles à travers l’ajout, la modification ou la suppression de connaissances (Schulz, 2002). Par conséquent, les mécanismes d’apprentissage énoncés par Zollo et Winter (2002) à l’origine de la formation des capacités dynamiques sont (1) l’acquisition, (2) l’articulation (ou l’intégration) et la (3) codification de la connaissance. Ces trois mécanismes sont détaillés dans le cadre conceptuel.

Les travaux de l’approche processus ont décrit les différentes étapes qui induisent la modification des ressources. Le processus de modification des ressources a notamment été étudié par Mitchell et al. (2007) et Zott (2003). Alors que Mitchell et al. (2007) s’intéressent plus particulièrement à la reconfiguration des ressources à travers des opérations d’acquisition, Zott (2003) se base sur la reconfiguration des ressources de manière plus générale. Une autre différence entre ces deux travaux attire notre attention. En effet, on remarque que Mitchell et al. (2007) n’envisagent pas la réplication du processus de modification des ressources, tandis que Zott (2003) quant à lui fait apparaître l’idée que le processus peut se répéter sans toutefois expliquer les mécanismes à l’origine de cette répétition. Outre la modification des ressources, d’autres auteurs ont étudié le processus de construction des compétences tels que Narayanan et al. (2003) ou encore Helfat et Peteraf (2003). Alors que les premiers énoncent un modèle linéaire, Helfat et Peteraf (2003) envisagent la répétition du processus. Toutefois, ces derniers auteurs ne précisent pas non plus les mécanismes favorables à la répétition du processus. Contrairement à ces travaux qui se focalisent soit sur la modification des ressources soit sur la modification des compétences, l’article de Sirmon et al. (2007) apporte une vision plus complète en s’intéressant à la modification à la fois des ressources et des compétences. Les auteurs proposent un processus qui se caractérise par trois phases : la structuration des ressources, la création de compétences et la mise en œuvre des compétences5.
Au total, les travaux menés jusqu’alors n’expliquent pas les facteurs qui favorisent la récurrence de la modification des ressources (notamment les travaux de l’approche contenu) ainsi que les facteurs qui favorisent la répétition du processus qui induit la modification des ressources (notamment les travaux de l’approche processus). Or, la modification récurrente des ressources est la condition indispensable pour maintenir un avantage concurrentiel. En d’autres termes, les travaux sur les capacités dynamiques ne permettent pas d’expliquer le phénomène pour lequel le concept a été développé. Cette problématique nous amène à formuler la question de recherche qui consiste à étudier « comment s’explique la modification récurrente des ressources ? ». Pour ce faire, nous étudions le déploiement des capacités dynamiques dans une approche dynamique. Le cadre relatif au déploiement des capacités dynamiques est présenté dans la section suivante.

  1   2   3   4   5

similaire:

Résumé L’objectif de la recherche est d’étudier le déploiement des capacités dynamiques dans une approche dynamique afin d’identifier les mécanismes à l’origine  iconL'approche par compétences associe des savoirs et des capacités
«capacités» des modes opératoires d'ordre intellectuel et/ou pratique qui permettent à un élève, guidé par son professeur ou en autonomie,...

Résumé L’objectif de la recherche est d’étudier le déploiement des capacités dynamiques dans une approche dynamique afin d’identifier les mécanismes à l’origine  iconRésumé Cet article répertorie différents types de Serious Games et...
«Stratégie de communication», «Education»… Les champs d’applications sont trop nombreux et trop subjectifs pour pouvoir construire...

Résumé L’objectif de la recherche est d’étudier le déploiement des capacités dynamiques dans une approche dynamique afin d’identifier les mécanismes à l’origine  iconRéflexions autour de l’ouvrage La représentation des hommes et des...
«de s’attacher à rendre conscients tous les acteurs concernés des mécanismes de l’inégalité à l’égard des femmes pour pouvoir les...

Résumé L’objectif de la recherche est d’étudier le déploiement des capacités dynamiques dans une approche dynamique afin d’identifier les mécanismes à l’origine  iconFille de modeleur sur bois, Annie Haquette quitte son activité professionnelle...
«Il y a dans son travail une énergie, une inspiration offensive que l’on sent ancrées dans la recherche d’une dynamique première...

Résumé L’objectif de la recherche est d’étudier le déploiement des capacités dynamiques dans une approche dynamique afin d’identifier les mécanismes à l’origine  iconRésumé Cet article se propose d’étudier les processus de socialisation...
...

Résumé L’objectif de la recherche est d’étudier le déploiement des capacités dynamiques dans une approche dynamique afin d’identifier les mécanismes à l’origine  iconRésumé Dans ce mémoire, j’ai souhaité répondre à la question «Dans...
...

Résumé L’objectif de la recherche est d’étudier le déploiement des capacités dynamiques dans une approche dynamique afin d’identifier les mécanismes à l’origine  iconRésumé Cette contribution traite des enjeux de la dynamique des clusters...
«tradi-clusters» aux «néo-clusters», premiers jalons pour une typologie des agglomérations d’entreprises en Thaïlande

Résumé L’objectif de la recherche est d’étudier le déploiement des capacités dynamiques dans une approche dynamique afin d’identifier les mécanismes à l’origine  iconFrance cadre et approche générale
«génocide» et «crimes contre l’humanité», de leur histoire au xxème siècle ainsi que des mécanismes qui leur sont propres

Résumé L’objectif de la recherche est d’étudier le déploiement des capacités dynamiques dans une approche dynamique afin d’identifier les mécanismes à l’origine  iconRésumé Cette recherche en didactique de nature descriptive a pour...

Résumé L’objectif de la recherche est d’étudier le déploiement des capacités dynamiques dans une approche dynamique afin d’identifier les mécanismes à l’origine  iconPatrice Salini La dynamique des systèmes, un essor modéré en France...
«solvables», même si depuis quelque temps, certains fabricants de logiciels2 de dynamique des systèmes tentent une percée en implantant...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com