L’évolution des pratiques culturelles du milieu du xixe siècle au début du xxe siècle





télécharger 21.35 Kb.
titreL’évolution des pratiques culturelles du milieu du xixe siècle au début du xxe siècle
date de publication06.03.2017
taille21.35 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
L’évolution des pratiques culturelles du milieu du XIXe siècle au début du XXe siècle.
On entend par culture ici, l’ensemble des productions matérielles ou pas, intellectuelles ou artistiques caractéristiques d’une société. Par extension, le terme peut également désigner les moyen de diffusion de cette culture comme la presse ou le cinéma par exemple. Pour terminer la culture peut désigner les modes de vies , les croyances et les savoirs d’une population. On peut faire figurer parmi les pratiques culturelles, les loisirs, les pratiques cultuelles, les différentes formes d’expression artistiques, les sports.
Nous avons observé qu’à l’âge industriel , les sociétés connaissaient de profondes mutations, on peut donc se demander si dans ce contexte les pratiques cultuelles changent, si se développe une ou de nouvelles cultures ?
I La naissance d’une culture de masse.

a) L’amorce d’une culture de masse et ses manifestations.

Culture de masse : une culture de masse est une culture produite massivement pour une diffusion massive, indifférente aux origines des destinataires.

« Entendons (...) la culture de masse comme une culture produite en fonction de sa diffusion massive et tendant à s’adresser à une masse humaine, c’est-à-dire à un agglomérat d’individus considérés en dehors de leur appartenance professionnelle ou sociale »(Morin E., Sociologie, Paris, Fayard, 1984, pp. 378)
Cette culture de masse se manifeste par le développement des pratiques culturelles concernant un grand nombre de personnes. C’est le cas notamment dans le domaine des loisirs. La pêche se démocratise. On assiste au développement du sport. Beaucoup de Français ont un vélo pour se déplacer . certains ont parlé de « Ferraille égalitaire ». Le premier tour de France en 1903 est organisé par le journal l’Auto. Celui-ci tire à 130 000 exemplaires. C’est aussi le temps des grandes manifestations sportives. Les jeux Olympiques sont rétablis par Pierre de Coubertin en 1896. La première coupe du monde de football n’a lieu qu’en 1930.
La lecture de masse fait aussi son apparition avec une presse qui tire à de nombreux exemplaires. Au moment de l’affaire Dreyfus, le Petit Journal tire à 1 500 000 exemplaires. Ces journaux publient aussi souvent en feuilleton les romans populaires de l’époque. (1904, Arsène Lupin de Maurice Leblanc ; 1911 , Fantomas de Souvestre et Allain). Les premières bandes dessinées apparaissent également (Bécassine)
b) Les facteurs favorables au développement d’une culture de masse.

On assiste à la combinaison de nombreux facteurs dans le contexte de l’industrialisation.

Ce phénomène s’explique d’abord par les progrès de l’instruction. En France, avant 1880, il y avait déjà 5 800 000 élèves dans les écoles primaires et maternelles. En 1900 on en compte 6 300 000. Dans notre pays, l’école a également pour effet de favoriser une certaine uniformisation culturelle en développant l’usage du Français.

Le développement des transports favorise les échanges et la diffusion de nouvelles pratiques culturelles. Le réseau de chemin de fer se densifie notamment à partir de 1848 ce qui permet d’accéder plus facilement aux lieux de villégiature.

Dans le domaine de la presse et de l’imprimerie, la mise au point de nouvelles machines (rotatives Marinoni) permet d’abaisser les coûts unitaires de production et de multiplier les tirages. En 1855, Michel Lévy édite une collection de livres à 1 franc.

En ce qui concerne le cinéma, le procédé est mis au point en 1895 ( première projection au Grand café à Paris) par les frères Lumières et dès 1907 apparaissent les premières actualités cinématographiques (Le Pathé Journal). Avant 1914 de grandes compagnies comme Gaumont en France Warner Brothers aux EU sont constituées. En 1927 , le cinéma devient parlant.

Enfin, l’augmentation du temps libre permet d’accéder aux loisirs. En 1919, un peu partout en Europe , la journée de travail passe à 8 heures.

Transition : On a donc démontré que commençait à apparaître une culture de masse par le développement de pratiques culturelles. Assiste-t-on dans le même temps à un processus d’uniformisation culturelle ?
II Le maintien d’une diversité culturelle.

a) La culture des élites.

Culture des élites : faisceau de croyances, de connaissances et de pratiques qui ne toucheraient qu’une partie instruite et aisée de la population.
Alors que se développe une culture de masse, l’élite tend à se démarquer des pratiques culturelles qu’elle considère comme populaire. Elle préfère par exemple la pêche sportive à la pêche populaire. Les élites abandonnent la bicyclette au profit de l’automobile.
La culture des élites est souvent une culture de l’avant-garde .Cela concerne la peinture ( Voir leçon précédente), la littérature, la musique. C’est ce que traduit par exemple , l’expérience du Ballet Russe de Serge Diaghilev ( 1872-1929) a l’ambition d’associer différentes formes d’expression ( Musique, danse, peinture ). Il commande donc au compositeur Russe, Igor Stravinsky ( 1882-1971)un ballet , l’Oiseau de feu dont la première eu lieu à Paris en 1910.
b) Une culture urbaine.

Dans les villes se développe une culture populaire.

Culture populaire : faisceau de croyances, de connaissances et de pratiques qui ne serait réservé qu’au peuple. Se définit en opposition à une culture élitiste.
C’est en effet, la grande heure du café-concert, du music-hall( 250 à Londres en 1900), du cabaret avec des chanteurs comme Dranem, Mayol ( Vient Poupoule). C’est aussi une période faste pour le cirque ( Le Clown Chocolat , Raphaël Padilla( 1868-1917), et des spectacles de magie ( jean Eugène- Robert Houdin).
c) La culture rurale et la diffusion de la culture urbaine.

Dans les campagne se maintient une culture rurale. Il s’agit d’une culture le plus souvent traditionnelle basée sur certains rites ( rites religieux , fêtes des saints locaux) et sur l’oralité. Les langues régionales encore appelées patois sont utilisées. Certains intellectuelles les étudient et les promeuvent ( Mouvement de Félibriges de Frédéric Mistral).

Cependant cette culture est remise en cause. L’école de la troisième république interdit l’usage des langues régionales.

Les modes de vie urbains se diffusent dans les campagnes notamment avec le développement de la vente par correspondance. On voit des danses des villes s’imposer dans les campagnes. Polka, Fox Trot.
Conclusion : même si on observe une tendance à l’uniformisation culturelle, une certaine diversité demeure dans ce domaine.

III L’évolution des pratiques cultuelles


Peut-on parler de déchristianisation ?

a) La sécularisation.

Place importante des églises dans les sociétés 1833 la loi Guizot autorise l’ouverture d’écoles privées. Elle oblige également les communes à se doter d’une école primaire pour garçons. Certaines pour recruter du personnelle se tournent vers les religieux.. En France par exemple, m^me si depuis 1830 ,

Sécularisation : processus par lequel l’église est moins présente dans la société et dans les institutions.

On assiste en effet à un processus par lequel une religion anciennement dominante a moins de poids dans la société. Par exemple, au Royaume-Uni on assiste au désétablissement de l’église. Cela signifie qu’on accepte l’établissement d’autres religions. C’est une manifestation de la liberté de conscience. Dans le domaine privé, chaque religion est respectée.

En France, la tendance est même à la laïcisation de la société.

Laïcisation : processus par lequel le pouvoir politique et administratif et le pouvoir religieux se séparent.

En 1879, l’enseignement est interdit aux membres de congrégatins non autorisées.

En 1881(06-81), l’école devient gratuite, puis en juillet elle devient obligatoire. Enfin en Mars 1882, elle devient obligatoire. Ce sont les lois dites Jusles Ferry.

En 1883, la loi Goblet donne cinq ans aux communes pour remplacer les écoles religieuses.

Enfin en 1905, est adoptée la loi de séparation de l’églit et de l’Etat. L’Etat ne reconnaît ni ne salarie aucun culte.

b) une déchristianisation inégale.

Avec l’exode rural, la concurrence du libéralisme et des doctrines sociales, et la remise en cause du positivisme, l’église perd de l’influence. Gerard Cholvy note cependant que cela concerne plus l’église catholique que les autres religions. Il note en particulier le dynamisme du protestantisme en Amérique notamment (différents mouvements du réveil). Les églises sont dans des situations plus favorables en Allemagne en Italie et au Royaume-Uni

En France même, la déchristianisation est inégale. La Bretagne, le Nord-est et le Massif Central restent des pays chrétiens. Paris et une partie du Languedoc deviennent pour l’église des terres de mission à reconquérir.

Enfin, l’église réagit. En encourageant le culte marial à partir de 1854, l’église a tenté de s’appuyer sur la dévotion féminine pour reconquérir le terrain perdu.

Enfin, finalement vers 1890, le Cardinal Lavigerie comme le pape Léon XIII, demande le ralliement des catholiques à la République. Il s’agit d’une forme de soumission de la religion à la règle civile au delà de la crise due à séparation.

Conclusion :

On assiste donc bien à l’émergence d’une culture de masse, à la diffusion de certaines pratiques culturelles. Cependant, se maintient une forte diversité culturelle. D’une part parce qu’il existe toujours des différences géographiques. D’autre part, parce que se distinguent une culture des élites et une culture populaire. Enfin, la religion perd de son influence dans les sociétés mais de façon inégale.

similaire:

L’évolution des pratiques culturelles du milieu du xixe siècle au début du xxe siècle icon«Questions pour comprendre le xxe siècle.»
«Croissance économique, mondialisation et mutations des sociétés depuis le milieu du xixe siècle.»

L’évolution des pratiques culturelles du milieu du xixe siècle au début du xxe siècle iconThème 2 – L’évolution du système de production et ses conséquences...
Quelles sont les transformations économiques et sociales provoquées par les mutations du système de production au xxe siècle ?

L’évolution des pratiques culturelles du milieu du xixe siècle au début du xxe siècle iconProgramme : Histoire : Le monde au xxe siècle et au début du xxie siècle

L’évolution des pratiques culturelles du milieu du xixe siècle au début du xxe siècle icon1 «L’espace monde» des Européens au milieu du xixe siècle

L’évolution des pratiques culturelles du milieu du xixe siècle au début du xxe siècle iconTHÈme I «Croissance économique, mondialisation et mutations des sociétés...
«Croissance économique, mondialisation et mutations des sociétés depuis le milieu du xixe siècle.»

L’évolution des pratiques culturelles du milieu du xixe siècle au début du xxe siècle iconCroissance économique, mondialisation et mutation des sociétés depuis...

L’évolution des pratiques culturelles du milieu du xixe siècle au début du xxe siècle iconHistoire et anthropologie des sociétés médiévales et modernes (VIe-Milieu...

L’évolution des pratiques culturelles du milieu du xixe siècle au début du xxe siècle iconI l'âge industriel et sa civilisation du milieu du xixe siècle à 1939 (15 heures)

L’évolution des pratiques culturelles du milieu du xixe siècle au début du xxe siècle iconI l’âge industriel en Europe et en Amérique du Nord du milieu du xixe siècle à 1939

L’évolution des pratiques culturelles du milieu du xixe siècle au début du xxe siècle iconI l'âge industriel en Europe et en Amérique du Nord du milieu du xixe siècle à 1939 (8 heures)






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com