Histoire – Licence 3





télécharger 53.88 Kb.
titreHistoire – Licence 3
date de publication09.11.2017
taille53.88 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos

Histoire – Licence 3


Chapitre 4

Document de prise de notes

Le sport et l’EP du Front populaire à Vichy :

Rupture ou continuité ?




1-Le Front-populaire, la prise en compte du sport :

1.1-Le gouvernement de Front populaire :


-1934 : réunion de la Fédération Sportive du Travail (FST) communiste, avec l’Union des Sociétés Sportives et Gymniques du Travail (USSGT) socialiste, en Fédérations Sportive et Gymnique du Travail (FSGT)
-4 juin 1936 : premier gouvernement L.Blum (PC, SFIO, radicaux-socialistes)





1.1.1-Réorganisation de l’EP et des sports :


-4 juin 1936 : création de deux sous secrétariat d’état :

-Le sous secrétariat à l’organisation des loisirs et des sports (Léo Lagrange).

-Le sous secrétariat de l’EP, (Dr P.Dézarnauld).
-Juin 1937 : réunion en un sous secrétariat d’état aux sports, aux loisirs et à l’EP (Léo Lagrange)






1.2-L’action dans le domaine sportif :

1.2.1-La situation peu reluisante du sport français face aux modèles étrangers :

« Les résultats obtenus par la France n’ont pas été aussi médiocre que la presse l’a laissée entendre parfois. Un très grand peuple, l’initiateur de la pratique sportive dans le monde, le peuple britannique, a été classé après notre pays (…)
« L’effort que nous accomplissons, nous voulons l’orienter dans une direction différente de celle que connaissent d’autres peuples. Nous ne nous proposons pas d’apprendre à notre jeunesse à marcher au pas cadencé »

(Dr Dézarnauld, 1936, cité in J.P.Callède, Les politiques sportives en France, éléments de sociologie historique, Economica, 2000)





1.2.2-Le choix du sport de masse :


« Dans le sport, nous devons choisir entre deux conceptions :

-la première se résume dans le sport spectacle et la pratique restreinte à un nombre relativement petit de privilégiés.

-Selon la seconde conception, tout en ne négligeant pas le côté spectacle et la création du champion, c’est du côté des grandes masses qu’il faut porter le plus grand effort »

«  Nous voulons que l’ouvrier, le paysan et le chômeur trouvent dans le loisir la joie de vivre et le sens de leur dignité ».

(Léo Lagrange, discours du 10 juin 1936)
« Notre souci est moins de créer des champions et de conduire sur le stade 22 acteurs devant 40.000 ou 100.000 spectateurs, que d’incliner la jeunesse de notre pays a aller régulièrement sur le stade, sur le terrain de jeux, à la piscine »

(Léo Lagrange, discussion du budget à la chambre des députés, 1937, cité par J.P.Callède, ibid)
« Pour la première fois dans l’histoire de la république, un gouvernement met en œuvre une véritable politique culturelle »

(J.P.Callède, ibid)





1.2.2.a-Deux décisions importantes :


« Partout où existe une école, doit exister un terrain de jeu ».

(Député G.Barthélémy, rapport sur le sport et l’EP, 1938)
-10 mars 1937 : création du Brevet Sportif Populaire (BSP)

« En créant le Brevet sportif populaire, c’est à un effort national de rénovation physique que nous entendons convier tous ceux qui ont la charge de la jeunesse française et le souci de l’avenir de notre pays »

(décret du 10 mars 1937)
« Le sport trouve enfin une reconnaissance institutionnelle »

(M.Amar, Sport, éducation et redressement national, in Sport et EP, 1920-1980, AFRAPS, 1989)




1.2.3-Le sport à la veille de la guerre, prise en compte ou prise en main ?

1.3-l’organisation de l’EP, plus de sport dans la complémentarité ?

1.3.1-Vers une EP plus sportive ?


1.3.1.a-La ½ journée de plein-air :

1.3.1.b-Les IO de 1938 :


« L’enseignement proprement dit doit se trouver allégé de six heures, dont trois consacrées à des exercices de sport et trois réservées à des modes d’éducation plus libre ».

« Nous voulons inspirer aux enfants le goût de la culture corporelle et de la vie au plein-air ».

(IO de 1938)






1.3.2-La place réelle du sport :

« Du point de vue moral et intellectuel, la pratique du sport de compétition à l’école primaire présenterait de tels dangers que les instituteurs qui viennent d’accueillir enfin l’EP sur un pied d’égalité avec l’éducation intellectuelle se refuseraient catégoriquement à laisser germer en leurs élèves cette fièvre sportive que l’école ne saurait admettre »

(Eugène Evêque, in l’EP, Bourrelier, 1938)

« la méthode naturelle devient l’essentiel de la méthode française »

(in Le populaire du 4 nov 1937)
« Le plus souvent, le programme de travail se résume en ceci : culture physique analytique ou mécanique d’une part, spécialité sportive d’autre part ».

(G.Hébert, l’EP virile, morale par la méthode naturelle, Vuibert, 1936)




1.3.3-Vers la fin de l’ère médicale :


-G.Hébert parle de « l’ogre médecin » dans Médecins, Halte là !, in revue l’EP, 1927.
« Après l’âge militaire et après l’âge médical de l’EP doit venir l’âge pédagogique »

(E.Loisel, Les bases psychologiques de l’EP, 1935)





1.4-Conclusion, le Front populaire dans les années 30, rupture ou continuité ?


« Nul, avant J.Zay et L.Lagrange, n’avaient osé s’attaquer aussi résolument à la question sans cesse éludée du sport et de l’EP »

(J.L.Gay-Lescot, Sport et éducation sous Vichy, PUL, 1991)




2-Sport et EP sous Vichy, la prise en main :

2.1-De la 3ème république à la « révolution nationale » :


-1er septembre 1939 : mobilisation générale

-3 septembre : déclaration de guerre contre l’Allemagne

-début Juin 1940 : Entrée des Allemands en France en passant la « ligne Maginot ».

-16 juin 1940 : le président de la république, A.Lebrun appelle le Maréchal Pétain.

-17 juin 1940 : Le maréchal Pétain déclare à la radio « Je fais don à la France de ma personne pour atténuer son malheur »

-25 juin 1940 : Armistice.

-10 juillet 1940 : le parlement vote les pleins pouvoirs à Pétain.

« Depuis la victoire [1918], l’esprit de jouissance l’a emporté sur l’esprit de sacrifice. On a revendiqué plus qu’on a servi. On a voulu épargner l’effort ; on rencontre aujourd’hui le malheur »

(Maréchal Pétain, message radiodiffusé du 20 juin 1940)





2.2-1940-1942, de l’EP à l’EGS :


-7 août 1940 : création du Commissariat Général à l’Education Générale et Sportive, (J.Borotra)
« Le maréchal Pétain m’a confié la mission de faire une jeunesse robuste à l’âme bien trempée et à reclasser notre pays au rang des grandes nations sportives. Il faut que la foule des spectateurs passifs descende des gradins où elle assiste chaque dimanche aux ébats des vedettes et vienne prendre part aux jeux du stade »

« Auprès de chaque école, un terrain de jeu ; dans chaque école, un éducateur »

(J.Borotra, discours d’investiture, in avant propose de Le sport, ta joie, ta santé, Charles Tardieu, 1940)




2.2.1-La prise en main du mouvement sportif :

2.2.1.a-La charte des sports :


-20 décembre 1940 : Charte des sports.
« Entre l’Etat et l’ensemble des associations se met en place, selon la Charte, une structure pyramidale, rigide, dont la seule finalité demeure la dépendance et l’obéissance au pouvoir politique »

(J.L.Gay-Lescot, Sport et éducation sous Vichy, PUL, 1991)




2.2.1.b-Sport et « révolution nationale » :


« Je tiens (…) à ce que chacun des futurs professionnels éventuels ait un métier, non fictif, et de façon à ne pas risquer d’être un exemple détestable – comme cela a été trop souvent le cas jusqu’ici – pour des centaines de milliers de jeunes participants pour lesquels les vedettes sportives deviennent naturellement des modèles »

(Lettre de J.Borotra au président de la FFF, 1940)
« Je promet sur l’honneur de pratiquer le sport avec désintéressement, discipline et loyauté pour devenir meilleur et mieux servir ma patrie »

(Serment de l’athlète)





2.2.2-l’EGS, la reconnaissance du sport en EP ?


« Le sport présente pour la jeunesse moderne un tel attrait que vraiment nous serions coupables si nous n’utilisions pour des fins nationales et humaines une activité dotée d’un tel dynamisme. (…) Le sport bien dirigé, c’est de la morale en action »

(Rapport de E.Loisel à J.Borotra, 15 octobre 1940)





2.2.2.a-Les IO du 1er juin 1941 :


« Dans un passé récent, l’éducation donnée aux jeunes français consistait presque exclusivement en une formation des esprits au moyen des disciplines intellectuelles »

(IO de 1941)
« faire vivre à l’enfant une vie plus conforme à l’existence naturelle »

(IO 1941)
-l’EGS, « c’est un appel par réaction délibérée, contre un intellectualisme excessif, aux disciplines d’actions, aux activités de groupes pour une formation plus complète, plus équilibrée de la jeunesse ».

(J.Borotra, cite in Gay-Lescot, ibid)
« être fort pour mieux servir »

(IO 1941)

« On veillera à ce que les enfants et surtout les adolescents (période pubertaire et prépubertaire) ne se livrent pas à des efforts susceptibles d’engendrer une fatigue exagérée et de les conduire rapidement au surmenage »

(IO 1941)
« le sport n’intervient qu’après l’âge de 16 ans, c’est à dire après la fin de l’obligation scolaire »

(J.Y.Nérin, Les IO et l’EPS au 20ème siècle, dossier EPS n°44, 1999)
« En octobre 1941, ne subsiste plus de l’EGS que la partie EP par la méthode naturelle »

(J.L.Gay Lescot, ibid)
-26 mars 1941 : épreuve d’EGS facultative au bac.





2.3-1942-1944 : l’EGS et la politique « Vichyste » du colonel J.Pascot :


-11 novembre 1942 : invasion de la zone non occupée.
-18 avril 1942 : limogeage de J.Borotra, remplacé par le colonel J.Pascot.

-22 novembre 1942 : J.Borotra est arrêté par les Allemands.

« [le CGEGS] se présente désormais comme un rouage parmi les autres d’un régime liberticide »

(J.L.Gay-Lescot, ibid)
« Notre principe est de saisir l’individu partout. Au primaire, nous le tenons. Plus haut il tend à s’échapper. Nous nous efforçons de le rattraper à tous les tournants. J’ai obtenu que cette discipline de l’EG soit imposée aux étudiants (…). Nous prévoyons des sanctions en cas de désertion »

(Colonel J.Pascot, allocution du 27 juin 1942)
-31 décembre 1943 : création du CAPEPS.
« En moins d’un an, le second commissariat a perdu toute crédibilité auprès de ceux qui se font une idée noble de l’éducation sportive »

(J.P.Callède, Les politiques sportives en France, éléments de sociologie historique, Economica, 2000)




2.4-La bonne santé du sport sous Vichy :




1938

1943

Football

188.644

294.183

Athlétisme

31.952

46.402

Basket ball

23.158

60.150

Sport scolaire

OSSU : 17194

USSU : 47017




« Depuis l’armistice, en raison surtout de la suppression des bals, les jeunes gens, pour « occuper leur dimanche », se sont tournés vers le sport »

(Rapport du préfet du Cher, 1941)






3-Conclusion, Vichy/front populaire : rupture ou continuité ?


« De sa prison, J.Zay se gaussera des prétendues inventions de Vichy »

(J.L.Gay-lescot, ibid)
« De tous les propos recueillis des acteurs du temps, il ressort l’amertume de la simultanéité de mesures prises en faveur des activités physiques et de la jeunesse, souhaitées depuis des années, et leur mise en chantier par un régime qui gêne les consciences »

(J.L.Gay-Lescot, ibid)






-Pour en savoir plus :

-J.L.Gay-Lescot, Sport et éducation sous Vichy, PUL, 1991.

-J.P.Callède, Les politiques sportives en France, éléments de sociologie historique, Economica, 2000.

-Fabrice Auger, Sport, culture physique et fascisme, pour en finir avec le mythe du front populaire, Quasimodo, 1997.

-P.Arnaud (dir), Le sport et les français pendant l’occupation, actes du 9ème carrefour d’histoire du sport des 2, 3 et 4 nov 2000, Paris, l’Harmattan, 2003.







similaire:

Histoire – Licence 3 iconLicence 1 (Mineure Histoire)

Histoire – Licence 3 iconDepartement histoire emplois du temps de licence annéE 2012-2013

Histoire – Licence 3 iconUniversité paris 8 année 2007-2008 département d’Histoire, ufr 4 Licence Histoire 2007-2008

Histoire – Licence 3 iconCours magistraux et Travaux dirigés en licence d’histoire (L1, L2...
«Très Honorable avec félicitations du jury à l’unanimité» (Jury composé de François Lebrun, Philippe Loupès, Jacques Marcadé, Jacques...

Histoire – Licence 3 iconLicence professionnelle

Histoire – Licence 3 iconProgramme Licence 2 Archéologie

Histoire – Licence 3 iconDes modalités d’admission différentes selon les types de licence
«sensibles» Ex : droit, économie-gestion, staps, sciences de la vie, psychologie, sociologie, aes, lea anglais-espagnol; arts du...

Histoire – Licence 3 iconCours de la licence mention sociologie

Histoire – Licence 3 iconHistoire – cm de G. Veziers Licence 3 Chapitre n°6 Document de prise...
«américain» de l’expansion économique. La croissance de la production, la rentabilité, l’investissement, la productivité, la compétitivité...

Histoire – Licence 3 iconUniversité de Paris-x licence professionnelle Métiers du Livre Spécialisation Bibliothèque






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com