La République installée (1879-1889) La France de Marianne





télécharger 150.38 Kb.
titreLa République installée (1879-1889) La France de Marianne
page3/5
date de publication09.11.2017
taille150.38 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5

Le défi boulangiste à la République bourgeoise




L'usure précoce de la politique républicaine


L'unité républicaine fut courte, élections législatives de 1885 ne redonnent aux opportunistes leur majorité ; sévère concurrence des listes départementales radicales. Les droites se sont, elles, unies : 176 sièges au 1er tour. Union républicaine au 2e tour = majorité. Mais droite 201 (1881X2)383 (260 opportunistes, 150 radicaux). Union des droites : bonapartistes+royalistes, menée par baron de Mackau. 3 forces : droite, opportunistes et radicaux coalitions instables, mais l'appui de 40 radicaux permet aux opportunistes de ne pas négocier avec droite. L'instabilité agace, de +, il y a des "affaires". 1887, Jules Grévy doit démissionné après que son gendre ait été convaincu de trafic d'influence. Le peu charismatique Sadi Carno est élu le 3 décembre 1887. De +, difficultés des petites classes moyennes, des travailleurs au chômage, des ouvriers en grève et affichage bourgeois du gouvernement républicain. Radicaux ont gagné des voix en reprochant aux opportunistes mollesse lutte contre Eglise, monarchiste et dans épuration administration et justice. Radicaux et socialistes s'indignent du manque de réformes sociales, de l'influence des milieux d'affaires, d'un budget serré pour éviter impôts peuple s'éloigne de république de Ferry et G. République opportuniste usée. Peuple se réfugie vers socialistes peu importants, mais vers radicalisme naissance "boulangisme" qui se distingue par populisme et nationalisme.

Une vague de patriotisme contestataire

Gauche veut revanche. Paul Déroulède préside Ligue des patriotes depuis 1882, soutien de G. Mouvement s'oppose à mollesse opportuniste, lui reprochant ne savoir s'appuyer sur racines populaires. Janvier 1886, Boulanger (proche de Clemenceau) devient ministre de la Guerre, veut retour valeurs Révolution  à ce qui vient de faillir. Boulanger améliore conditions et matériel des soldats, réduit temps de service (3ans) et fini exemptions popularité. Boulanger belliqueux égard Allemagne qu'elle arrête commissaire français sur frontière. Crise suivie gouvernement Rouvier (30 mai 1887), droite neutre, mais inquiète des radicaux Boulanger doit démissionner popularité grandie que B veut canaliser contre gouvernement.

Le boulangisme contre la République parlementaire

Beaucoup s'écartent de B (socialistes, Clemenceau) des radicaux Georges Laguerre), anciens communards (Henri Rochefort), blanquistes (Ernest Roche) + assise populaire de la Ligue des patriotes de Déroulède. Programme : participation des travailleurs aux bénéfices, impôt progressif, caisses de retraite, nationalisation des chemins de fer, importance de l'armée et sa hiérarchie pour que France relève tête. Mêle socialisme et nationalisme, meneur Barrès (futur député boulangiste de Nancy). Il faut régénérer République, l'émanciper d'un régime parlementaire qui en compromet le redressement. Tout cela devient programme du parti national, mots d'ordre : "Dissolution, Constituante, Révision". Hommes de droite, rompant avec orléanisme parlementaire, rejoignent boulangisme, certains voient en lui possibilité d'une restauration. B contact avec baron de Mackau, Napoléon Jérôme, Albert de Mun. Duchesse d'Uzès et comte de Paris apportent soutien financier campagne à l'américaine.




L'ascension politique d'un général


B se présente à toutes élections législatives partielles ; multiples victoires, il rassemble radicaux, bonapartistes, voire ouvriers. Il lui faut victoire parisienne. 27 janvier 1889, il est opposé à Jacques, un radical modéré victoire avec appui quartiers populaires. Son implantation est instable, souvent abstention massive, parfois votes de gauche ou de droite. Clemenceau, distancé, réagit, crée Ligue des droits de l'homme et du citoyen pour lutter contre menace dictatoriale, les républicains se mobilisent, aussi franc-maçonnerie. Gouvernement Floquet rétablit scrutin d'arrondissement pour éviter coalitions hétérogènes favorables à B, interdit candidatures multiples pour enrayer publicité de B. 22 février 1889, gouvernement Tirard, ministre de l'intérieur Constans fait croire que B va être arrêté pour lui faire peur B prend maladroitement la fuite pour Belgique où est sa maîtresse. Dès mars 1889, unité artificielle boulangiste=rompue. B s'allie à la droite, mais écarte idée restauration monarchistes s'opposent. En construisant Tour Eiffel, République s'assimile à modernité technique contre forces du passé. Un banquet de 19 000 maires scelle République à province.

Echec du boulangisme, renouvellement des forces politiques


Législatives septembre-octobre 1889 : boulangistes et conservateurs divisés. Boulangistes non structurés nationalement sont dominés par l'Union conservatrice. Républicains 366 sièges, droite 168, boulangistes 42. Boulangisme éclate. B, qui ne voulait sortir de légalité, se suicide sur tombe de sa maîtresse en Belgique. Boulangisme a montré crise de République. A Paris, quartiers populaires ont voté B, chics républicains. Peuple ne se retrouve dans République (angle social et national). Pour les 1, étape vers socialisme, pour autres, vers droite populiste et nationaliste.
La République conservatrice contestée (1889-1899)


1   2   3   4   5

similaire:

La République installée (1879-1889) La France de Marianne iconProblématique: Qu'entend-t-on par le terme République? Quelles sont...
«figure de la liberté», c'est à dire une femme avec un bonnet phrygien. Ainsi, à l'heure de sa fondation, la République née en 1792,...

La République installée (1879-1889) La France de Marianne iconSéquence Les Français et la République : chap1 la republique, trois republiques
«l’histoire de la République à travers les yeux de Marianne»,Les créations du pélican,2003

La République installée (1879-1889) La France de Marianne iconLes lois constitutionnelles de 1875
«qu’il n’y a qu’une France et qu’une République». Le peuple est souverain, la République installée et IL n’est plus possible de revenir...

La République installée (1879-1889) La France de Marianne icon1848 1879 La République hésitante
«corps législatifs» n’a aucun pouvoir : IL n’a pas d’initiative et ne peut faire que des amendements aux projets de loi du Conseil...

La République installée (1879-1889) La France de Marianne iconSymboles et caricatures en perspective
«Marianne-Liberté», qui a troqué l’épée de justice, l’épée des Droits de l’homme, pour le marteau de la reconstruction. Tête baissée,...

La République installée (1879-1889) La France de Marianne iconC’est une photo de la tour Eiffel. La France est célèbre pour la...

La République installée (1879-1889) La France de Marianne iconLa France depuis 1945 : fin de la ivème République, Ve République, politique et société
«régime néfaste des partis». Le scrutin était à la proportionnelle et IL y avait ainsi de nombreux petits partis, occasionnant un...

La République installée (1879-1889) La France de Marianne iconLes portraits officiels des présidents de la Ve République
«incollable» sur les institutions de la Ve République et l’histoire de la République (voir cours d’Education civique) …

La République installée (1879-1889) La France de Marianne iconLes emblÈmes de la RÉpublique
«France profonde», ainsi que les nôtres propres le cas échéant, nous cherchons à faire connaître ou redécouvrir l’enracinement progressif...

La République installée (1879-1889) La France de Marianne iconCours 2 La République, les religions et la laïcité en France depuis les années 1880
«raison» et l’ «obscurantisme» religieux. L’expérience de la Ière République (1792), qui instaure une «liberté de conscience» et...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com