La République installée (1879-1889) La France de Marianne





télécharger 150.38 Kb.
titreLa République installée (1879-1889) La France de Marianne
page4/5
date de publication09.11.2017
taille150.38 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5

L'élargissement de l'assise républicaine




L'Eglise et la République : le ralliement


Monarchistes ont subi échec avec B, radicaux affaiblis, divisés. Blanquistes ont soutenu B, socialistes broussistes le gouvernement = division gauche socialiste. Opportunistes n'ont plus de majorité réelle depuis 1885, alliance avec radicaux n'est envisageable. Mais République modérée trouve souffle dans ralliement catholiques, opportunistes "progressistes" peuvent gouverner jusqu'à fin du siècle. Catholiques soutenaient d'abord restauration, avait peur temps funestes révolutionnaires et anticléricalisme, ont soutenu B qu'ils pensaient lutter contre laïcité. Français républicains se rendent tout de même à église pour dates importantes compromis. Mais parti clérical reste opposé à république. 1878, élection Léon XIII succédant au contre-révolutionnaire Pie IX. Léon XVIII pensez que pour se défendre, catholiques doivent changer de comportement : "Rerum novarum" (15 mai 1891) : s'écarter du conservatisme, œuvrer pour juste salaire, organiser syndicats chrétiens pour contrer athéisme marxiste ; "Inter sollicitudines" (16 février 1892) invite à ne pas confondre catholicisme et monarchie. Catholiques doivent lutter pour leur liberté, non contre régime. Cardinal Lavigerie invite au 'ralliement". Des catholiques et évêques français sont contre, ne diffuse ou ne commentent pas, beaucoup se rallient. Albert du Mun (ancien officier légitimiste) et La Tour du Pin (industriel paternaliste) ne veulent rechristianiser au sein d'une république. La Tour du Pin veut parti chrétien social, entente dans cercles entre ouvriers et patrons = paternalisme. Une démocratie chrétienne veut s'attaquer au social : abbé Lemire, polytechnicien Marc Sangnier (Le Sillon). Ralliement des assomptionnistes conservateurs (La Croix) voulant parti catholique de droite. Plupart catholiques veulent se rallier directement aux opportunistes pour défendre république conservatricesocialistes.

Le réveil de l'Eglise


Eglise a perdu enseignement, crucifix retirés, cimetières laïcisés, divorce=provocations, mais reste influente dans Etat, corps officier. Bastion de l'Ouest, Flandres, Pays basque, sud du Massif central. Front social : personnel hospitalier, sociétés charités paroissiales. Curés s'investissent dans vie laïque (encadrement, syndicat). Ecoles privées. Pèlerinages de masse depuis 1870 grâce au chemin de fer (Paray-le-Monial, Pontmain, La Salette, Lourdes, Mont-Saint-Michel), attachement au culte d la Vierge ou du Sacré Cœur.

Des opportunistes au progressistes


Législatives 1893, ralliés élus peu nombreux (30), catholiques votent directement opportuniste (300). Radicaux 100, droite 56 (:2 par ralliement). L'axe de république se déplace à droite. Percée socialiste : 600 000 voix et extrême-droite. Affaire de Panama où députés achetés (Clemenceau, Rouvier) réassocie politique au monde de l'argent démission du gouvernement nouveaux hommes : Poincaré, Leygues, Barthou, Delcassé).

Une politique conservatrice




La nouvelle peur sociale


La République progressiste est gonflée de voix conservatrices et catholiques qui veulent désormais mener leur combat au sein république. République de Sadi Carnot, Casimir-Perier, Félix Faure : bourgeois contre radicalisme. Défense non plus de la république, mais de l'ordre social, endiguer poussée socialiste et radicale. Chef de gouvernement Méline établit "tarif Méline" pour protection agriculture, veut soutien paysans, Méline fait apologie du petit paysan, (Le Retour à la terre)=fort conservatisme.

Menace anarchiste et raidissement politique


Lutte contre anarchistes, ennemis de république. Grèves réprimées par armée : 9 morts 1er mai 1891 à Fourmies dans Nord. 1892-94 : vague d'attentats anarchistes contre personnel républicain vu trop bourgeois. Décembre 1893, Auguste Vaillant lance bombe dans hémicycle Palais Bourbon. Emile Henri exécuté après plusieurs attentats meurtriers. Sadi Carnot assassiné 24 juin 1894 par Caserio pour ne pas avoir gracié Vaillant et Ravachol. Décembre 1893, loi punit de prison provocation au vol, meurtre ou incendie. Malgré pression radicale, majorité refuse impôt sur revenu. Rapprochement des progressistes vers catholiques, appliquent mollement lois laïques (congrégations).

Dès 1888, pour sortir isolement, rapprochement avec la Russie : diplomatie et capitaux (Russie voulant industrialiser). Entente officielle en juillet 1891 à Cronstadt. Tsar autocratique, mais appui contre Allemagne. Progressistes restent cadres, ne parviennent à avoir assise électorale solide. 1897, tentative de mouvement politique autour de Paul Deschanel, R Poincaré, Waldeck-Rousseau, André Siegfried échec. Idem Cercle républicain de Waldeck-Rousseau en 1898. Députés progressistes continuent à se faire élire sur thèmes traditionnels républicains. Expérience Méline considéré comme retour en arrière.


1   2   3   4   5

similaire:

La République installée (1879-1889) La France de Marianne iconProblématique: Qu'entend-t-on par le terme République? Quelles sont...
«figure de la liberté», c'est à dire une femme avec un bonnet phrygien. Ainsi, à l'heure de sa fondation, la République née en 1792,...

La République installée (1879-1889) La France de Marianne iconSéquence Les Français et la République : chap1 la republique, trois republiques
«l’histoire de la République à travers les yeux de Marianne»,Les créations du pélican,2003

La République installée (1879-1889) La France de Marianne iconLes lois constitutionnelles de 1875
«qu’il n’y a qu’une France et qu’une République». Le peuple est souverain, la République installée et IL n’est plus possible de revenir...

La République installée (1879-1889) La France de Marianne icon1848 1879 La République hésitante
«corps législatifs» n’a aucun pouvoir : IL n’a pas d’initiative et ne peut faire que des amendements aux projets de loi du Conseil...

La République installée (1879-1889) La France de Marianne iconSymboles et caricatures en perspective
«Marianne-Liberté», qui a troqué l’épée de justice, l’épée des Droits de l’homme, pour le marteau de la reconstruction. Tête baissée,...

La République installée (1879-1889) La France de Marianne iconC’est une photo de la tour Eiffel. La France est célèbre pour la...

La République installée (1879-1889) La France de Marianne iconLa France depuis 1945 : fin de la ivème République, Ve République, politique et société
«régime néfaste des partis». Le scrutin était à la proportionnelle et IL y avait ainsi de nombreux petits partis, occasionnant un...

La République installée (1879-1889) La France de Marianne iconLes portraits officiels des présidents de la Ve République
«incollable» sur les institutions de la Ve République et l’histoire de la République (voir cours d’Education civique) …

La République installée (1879-1889) La France de Marianne iconLes emblÈmes de la RÉpublique
«France profonde», ainsi que les nôtres propres le cas échéant, nous cherchons à faire connaître ou redécouvrir l’enracinement progressif...

La République installée (1879-1889) La France de Marianne iconCours 2 La République, les religions et la laïcité en France depuis les années 1880
«raison» et l’ «obscurantisme» religieux. L’expérience de la Ière République (1792), qui instaure une «liberté de conscience» et...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com