Biographie





télécharger 255.98 Kb.
titreBiographie
page1/7
date de publication22.10.2016
taille255.98 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > droit > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7


PIERRE HUGUENIN








BIOGRAPHIE


Par

Patrice HUGUENIN

Avec la participation de Catherine et Louis Nédey

PRÉFACE

La biographie de Pierre Huguenin que nous offre mon père Patrice Huguenin est un recueil de ce qui, toute sa vie, il a privilégié ; la garde des archives dont il eut la responsabilité après la disparition de son père en 1948. Non seulement les archives de sa famille mais de ce qui représentait pour lui l´histoire de France mais surtout celle de l´humanité ou plus exactement de l´humanisme. Et je suis aujourd´hui troublé par la constance, au crépuscule de sa vie, des recherches qu´il entreprend encore aujourd´hui et de la curiosité qu´il garde pour toujours être en perpétuelle évolution. De Jean Jaurès á Hitler, son assiduité á chercher, en ces hommes, pourtant si loin de lui idéologiquement parlé, quelque chose qui pourrait atténuer un jugement trop attife. Ses excès de colère qui m´ont fait trembler de peur et par sa voix résonnant au plus profond de mon corps, aujourd´hui je peux les concevoir tant d´injustices auxquelles il n´a pu se résoudre ont parsemées le chemin de sa vie, n´ont pas suffit á lui faire abandonner ce travail qu´il a entrepris avec sagesse et conscience de laisser á toute une génération, non pas des règles autoritaires d´éducation bourgeoise mais des voies originales et spirituelles, dans le senti, l´intuition, la perception et la sensibilité que ces femmes et ces hommes de la famille manipulaient aussi bien dans leurs devoirs professionnelles et familiales que dans leurs expressions artistiques.

Né á Beyrouth où son père Gérard fut muté, chargé de la responsabilité du Mandat français au Liban après la défaite de l´Allemagne et donc des Turcs en 1918, mon père parlait l´Arabe et servait de traducteur á son père dans les virées au Liban dont ma Bonne Maman gardait un souvenir constant notamment en Syrie oú j´eus la chance d´aller en l´an 2000. La grande Palestine, la terre Saint où vivaient déjà des membres de la famille Baldensperger. Ce que j´appris par internet*. Et comme je lui disais parfois « Est arabe celui qui parle arabe » chose que j´avais lu dans un tout petit recueil au Musée du monde arabe á Jussieu, un endroit délicieux où il est doux de se languir pour prendre un thé et déguster une douceur au miel et aux amandes. La migration de mes parents fut difficile d´appréhender entre les tonnes de livres d´histoire de France et de Navarre que nous devions déplacer régulièrement et le manque d´information sur qui, au Vietnam, fut une colonie, au Liban un Mandat. Le déracinement perpétuel des gens nés á « l´ étranger » a sans doute troublé la construction identitaire de leurs enfants nés en France que mon père a voulu éviter en nous laissant les marques de ce que vivait sa famille en Bourgogne, en Franche Comté, dans les villages et dans les villes. Les préceptes d´une bourgeoisie bien pensante, sans pour autant fléchir devant la tentation de s´enrichir, nous inculquaient le désintéressement, le refus de l´opportunisme pour toujours rester fidèle á soi-même. Pourtant la responsabilité qui nous incombe, en tant qu´européen aujourd´hui, reste présente au jour le jour pour chercher les chemins propice á l´entente des peuples. Et si je ne suis pas très catholique, c´est aussi pour le respect de ceux protestant, musulman, juif, animiste ou septique sur toute sorte de dogmatisme que l´on voudrait nous obligeait sans compter sur l´Homme, un être pensant par lui-même. J´en suis d´autant plus fière en apprenant, par la lecture de la biographie de Pierre Huguenin, qu´il s´agit juste d´un atavisme. Mais surtout celui de ma tante Denise Baldensperger qui pour protester, écrivait au Pape et lui signifier son point de vue.

Il est pourtant une chose sur laquelle nous sommes tombés d´accord mon père et moi, sans même le besoin d´en parler, reste le message d´amour que véhiculait Jésus pour penser qu´il fut bien l´enfant de la Vierge Marie.

Carolien Huguenin

PIERRE HUGUENIN ET SA FAMILLE

Comme je l’ai fait pour Louis NEDEY, mon grand-père maternel dont j’ai établi la biographie, voici celle de Pierre HUGUENIN, mon grand-père paternel qui mérite aussi que soient évoqués sa forte personnalité et ses talents littéraires.

J’ai appris à le connaître par quelques souvenirs d’enfance mais surtout par ceux de la famille et de ses proches et aussi pour avoir lu ses lettres, ses poèmes et romans et autres documents émanant de la presse de l’époque.

Mon grand-père m’impressionnait beaucoup alors que j’étais très jeune enfant et j’ai, paraît-il, hérité de lui, à défaut de ses talents, une façon de hausser très fort la voix pour exprimer mon désaccord et ma contrariété.

Par ailleurs, il était indispensable d’évoquer les mémoires de sa famille: Madeleine née d’un premier mariage avec Renée CHABEUF décédée prématurément et Gérard, Christine, Pierre dit Peyot, Marie-Claude, Denise, Michel, Albert, Noël et Edith, ses neuf enfants nés de sa deuxième union avec Isabelle BERLAND ma grand-mère.

BIOGRAPHIE

Pierre Huguenin, né à Dijon le 24 août 1874, était le fils d’Anatole Huguenin agréé au tribunal de commerce de Dijon et déjà membre de l’académie des Arts, sciences et belles lettres et d’Aglaé GIRARD d’une famille beaunoise.

Il fit ses études à Dijon au collège St Ignace, institution de pères jésuites où il fut mis en pension dès l’âge de sept ans, étant né quinze ans après un frère et une sœur beaucoup plus âgés. Brillant élève, il acquit une solide érudition et reçu un premier prix de discours latin dans une institution renommée par la qualité de ses professeurs excellents pédagogues. Les pères jésuites étaient aussi connus pour leur rôle important, parfois jugés excessifs dans la formation religieuse et spirituelle des jeunes gens qui leur étaient confiés.

Pierre Huguenin, quant à lui, avait été jugé comme échappant à toutes influences. Cette remarque n’était sans doute pas un éloge de leur part. Cet ordre religieux qui étai la cible préférée de Monsieur de Voltaire, avait été d’ailleurs expulsé sous le règne de Louis XV jugeant leur influence néfaste au bon ordre du royaume. 

Pierre, disciple d’Anatole France dont il admirait le style, partageait avec lui un certain scepticisme.

Ses humanités accomplies, son père lui offrit en récompense cinq cent frs or, une somme alors importante, pour faire un voyage en Italie, parfaire sa culture et surtout découvrir Rome et ses riches trésors artistiques ainsi satisfaire son goût pour les œuvres d’Art anciennes.

Conseillé par son père, homme de droit, il avait entreprit des études dans cette discipline à la faculté de Dijon. Encore étudiant, il choisit, en raison de ses talents littéraires, de rédiger « un à propos » en vers récité par Gaston GERARD lors de la cérémonie des fêtes de l’inauguration de l’université de Dijon, tenue au grand théâtre le 17 janvier 1897. Ce texte figure en annexe. Gaston GERARD deviendra un avocat distingué, maire de Dijon et ministre.

Ses études terminées, Pierre Huguenin reprit celles d’Avoué à la Cour. Cet auxiliaire de justice suivait les dossiers judiciaires et les jugements ayant fait l’objet d’un recours devant la cour. Ce recours comprenait des éléments juridiques et, de fait, complémentaires permettant de convaincre les magistrats de réformer éventuellement les jugements des tribunaux de première instance.

En sa qualité de président de sa compagnie, il avait rédigé en 1936, l’invitation en vers, à la conférence des agréés de France tenue à Dijon. Cette charge d’Agréé faisait fonction d’avoué et d’avocat auprès des tribunaux de commerce, exercée par Anatole Huguenin alors qu’elle venait d’être créée.

SA FAMILLE

Je devais, pour compléter cette biographie, évoquer la mémoire des membres de sa famille proche et pour la plupart aujourd’hui disparus.

Pierre Huguenin épousa en première noce Renée CHABEUF dont le père Henri CHABEUF, historien régional de valeur, avait, entre autre, écrit un important ouvrage sur Dijon. Le bibliothécaire en chef de Dijon m’avait un jour indiqué que celui-ci avait été apprécié mais lui reprochait de ne pas avoir suffisamment annoté ses références qui s’avéraient, après examen, toujours exactes.

De cette union nait Madeleine dont on parlera après.

Pierre épousa Isabelle BERLAND en deuxième noce avec qui il eut neuf enfants.

Elle était la fille de Claudien BERLAND magistrat et d’Adrienne CHAPUIS. Alors qu’il était juge d’instruction, les dossiers délicats lui donnaient des insomnies comme le rappeler souvent mon arrière grand-mère pour nous montrer l´homme compétent et consciencieux qu´était son mari. (((()))))

Isabelle BERLAND, ma grand-mère, avait fait de bonnes études et obtenu son brevet supérieur qui remplaçait le baccalauréat réservé aux hommes, il y a un siècle. Les temps ont bien changé et c’est tant mieux.

Isabelle était très Belle ainsi la prénommait son mari, et d’une grande distinction. N´ayant pas la belle voix de ses frères et sœurs, elle réservait ses goûts artistiques pour la peinture, réalisant de jolies aquarelles sous les conseils de Drouot, peintre connu.

A ce propos, je conserve le souvenir, alors que j’avais six ou sept ans, de l’installation de ma grand mère, sur la place des Halles à Gemeaux, avec mon grand-père, muni d’un chevalet, d’une boîte à peinture et d’un parapluie en guise d´ombrelle pour se protéger du soleil. J’étais mort de honte en voyant les passants nous regarder avec curiosité. Je joins quelques photos de ces aquarelles à la fin de cet ouvrage.

Bonne Maman était une idéaliste et sensible aux exploits de grandes aventures. Elle était très fière de son fils aîné, Gérard mon père, pilote militaire d’aviation, arme prestigieuse mais qui en étaient encore, á l´époque, á ses débuts d´expérimentation et somme toute assez dangereuse. Ses enfants avaient été surpris de la voir surgir en corset sur le perron pour voir passer mon père en rase motte au dessus de notre maison. A l’époque, les dames ne se montraient pas « en négligé » à moins d’évènements extraordinaires.

Bonne Maman en « bonne Berland », se flattait d’appartenir à une famille qui comptait un chancelier de France (Louis Boucherat). Pierre, son mari, plaisantait en disant : « Ma belle-famille est attaquée de noblesse ».

Celle-ci au demeurant était très simple et respectable et pensait plus à des devoirs qu’à des satisfactions d’amour propre. Ses nombreux enfants lui avaient sans doute imposé d’autres contraintes que de s’attarder à ces considérations. Elle était d’ailleurs également flattée d’être l’épouse d’un homme sensible et spirituel dans ses écrits littéraires et très admiré dans sa région par des gens qui le levait, malgré lui, á un niveau intellectuel supérieur á eux-mêmes.

La fin de sa vie fut assombrie par la mort de sa fille Denise âgée de vingt deux ans en 1936 et de Pierre Huguenin survenu en 1937. Mon père Gérard, après un long séjour au Liban, avait été affecté à la base de Metz et l’avait reçue chez nous pour atténuer son chagrin et la réconforter un peu.

J’étais alors élève au Collège du Sacré-Cœur, institution de jeunes filles « de bonne famille » mais qui réservait également à de jeunes garçons un bâtiment annexe pour les classes de 8ème et 9ème.

Alors que je devais faire ma communion privée, Bonne Maman rencontra la religieuse responsable pour l’aider à préparer cette cérémonie qui devait avoir lieu à Gemeaux. Celle-ci avait été célébrée à la messe de minuit dans notre vieille église romane, par l’abbé Demange, prêtre au demeurant très aimé par la population qui pourtant se situait plutôt du côté de ce qu’on appelait déjà  « la gauche ».

Ma grand-mère durant la nuit suivante fut prise d’un malaise cardiaque sans doute une « angine de poitrine » et devait mourir le lendemain. Ce fut pour moi, et bien entendu pour toute la famille, un très grand chagrin et depuis 70 ans je n’ai jamais cessé de penser á ma grand mère à cette époque de l’année.
  1   2   3   4   5   6   7

similaire:

Biographie iconNote d’intention et biographie Jean Claude Gallotta P. 8 : Le spectacle...

Biographie iconBiographie

Biographie iconNapoléon : biographie

Biographie iconBrève biographie de Saint Dominique

Biographie iconBiographie resumee de georges guingouin

Biographie iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres

Biographie iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres

Biographie iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres

Biographie iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres

Biographie iconJean Jaurès : biographie d’un personnage illustre






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com