Origines du mot comptabilité





télécharger 228.34 Kb.
titreOrigines du mot comptabilité
page1/4
date de publication09.10.2017
taille228.34 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > comptabilité > Documentos
  1   2   3   4
Origines du mot comptabilité

(article en préparation)
(Jacques Richard Professeur à l’Université Paris Dauphine)
Au-delà des simples allusions à la question que l’on peut trouver dans un grand nombre de livres et d’articles l’étude spécifique des mots qui désignent la comptabilité dans différentes langues et de leur étymologie est relativement récente et fragmentée ; ainsi , Baladouni publie, semble t-il le premier, en 1984, un article dans « The Accounting Historians Journal »(Vol 11,Number2,p 101-109) spécifiquement dédié à l’étymologie de certains termes comptables de la langue anglaise en s’appuyant sur l’illustre « Oxford dictionary of English etymology » de Onions(1966) . On peut sans doute trouver de telles études pour les mots utilisés dans d’autres langues, ou, à défaut, consulter directement leurs dictionnaires étymologiques respectifs comme le « Duden » pour l’Allemagne, le « Fasmer » pour la Russie, le « Dubois,Mitterand et Dauzat », pour la France etc. Reste que toutes ces sources isolées ne permettent pas d’avoir une vue d’ensemble de la question. L’objectif de cet article est d’entreprendre une étude comparative systématique à l’échelle mondiale et de répondre à cinq questions principales.

Première question : quels sont aujourd’hui les vocables effectivement utilisés pour désigner la comptabilité dans les différentes nations qui existent sur le globe terrestre ?

Deuxième question : peut on classer ces vocables en grandes familles et, si oui, ces familles correspondent t-elles aux familles de langues que proposent traditionnellement les linguistes ? Par exemple les mots utilisés en Israël et dans les pays de langue arabe sont ils « proches » du fait que ces pays utilisent des langues apparentées à la famille de langue dite sémitique?

Troisième question : quelles sont les familles de mots (coïncidant ou non aux familles linguistiques) les plus parlées au monde ? Par exemple le radical « count » qui appartient au mot « accounting » est-il un radical  dominant  à l’échelle mondiale du fait de l’emprise actuelle des pays dits « anglo-saxons »dans la formulation des règles comptables internationales ? Autrement dit il y a t-il une correspondance entre la « popularité » d’un mot (entendue comme le nombre de gens qui le parlent) et la domination politique et économique d’une nation ou d’un groupe de nations à l’échelle mondiale?

Quatrième question:quelles sont les racines des mots (ou familles de mots) actuellement utilisés et quels sont leurs sens ? Cette plongée dans l’histoire des mots et cette recherche de leur sens est une tâche classique de la linguistique traditionnelle qui s’efforce notamment de montrer que les mots ont une fonction essentielle de représentation des objets ; mais cette fonction est niée par certaines écoles de linguistes qui attribuent une fonction symbolique pure aux mots et qui donc relativisent ou même nient l’importance de l’étymologie.

Cinquième question, à supposer qu’on puisse attribuer une signification aux différentes racines des mots « comptabilité », cette signification (ou ces significations en cas de pluralité) apportent t-elles un éclairage unique ou des éclairages différents sur la nature de la « science comptable » ?

Au terme de cette étude on tentera de revenir avec Foucault (1966) sur le problème de la relation entre les mots et les choses et, avec Kant (1787), sur la question de l’objectivité de la comptabilité.
Première partie:les mots utilisés dans le monde pour désigner la comptabilité
Plutôt que de partir dans l’inconnu et d’aborder cette question sans ordre préétabli, nous prendrons pour référence une classification des langues établie par des linguistes et nous examinerons, pour chacune des familles de langues proposées et chaque langue de cette famille, les noms utilisés pour le concept de comptabilité ; le problème est qu’il existe de nombreuses classifications des langues ce qui nous conduit à exposer d’abord ce problème avant de faire la sélection d’une classification et de pouvoir repérer les mots recherchés.
11 La diversité des classifications des langues et le choix proposé
Comme tout ensemble d’objets les langues peuvent être classées selon divers critères notamment d’ordre généalogique, typologique et aréal (Peyraube, (2003, p.7). L’approche la plus ancienne est l’approche généalogique dite aussi de l’arbre (Stammbaum) initiée par Lottner (1858) et Schleicher (1861) ; les familles de langues sont organisées hiérarchiquement en langues mères, filles et sœurs sur la base d’une statistique lexicale qui compare le vocabulaire de base et les radicaux des mots composant ce vocabulaire:les langues apparentées sont celles qui ont un grand nombre de vocables communs et dérivent de la même mère. L’approche typologique, fondée dès le début du XIXème siècle par les travaux de grammairiens comme Schlegel (1808), Bopp(1816), Rask(1818) et Grimm(1819),puis améliorée par les néogrammairiens découvreurs des lois de la phonétique tels que Saussure (1878) et Brugmann (1886) veut montrer qu’au-delà de la diversité généalogique on peut rapprocher les langues par l’observation de structures linguistiques communes en faisant apparaître, notamment, des langues agglutinantes (constituées de radicaux et d’affixes comme le turc),les langues flexionnelles (avec des déclinaisons et des conjugaisons comme le russe) et les langues isolantes ( avec des combinaisons de monosyllabes comme le chinois). Enfin, l’approche aréale donne la priorité à des considérations d’ordre géographique en observant que l’homologie des langues peut résulter, non d’une origine commune, mais de relations entre elles (comme le soutenait dès 1872 Johannes Schmidt avec sa théorie des ondes –Wellen-Theorie-). Mais, selon Peyraube (2003, p.7), « quand on parle de classification des langues, on entend généralement une classification généalogique ou historique. C’est là le point de vue orthodoxe ».Nous nous plierons ici à cette orthodoxie en prenant comme base de notre étude une classification généalogique bien connue, la classification Freelang (2009), tout en nous réservant de faire ultérieurement un commentaire sur les problèmes posés par ce choix.
Selon Freelang on peut distinguer 23 familles de langues qui regroupent l’essentiel des langues connues parlées actuellement ou anciennement dans le monde ; ce sont les familles indo-européennes,basque, dravidienne, ouralienne, caucasienne, altaïque,japonaise, aïnu, coréenne, sino-tibétaine, austro-asiatique, afro-asiatique,nilo-saharienne, nigéro-kordofanienne, khoisienne, austronésienne, indo-pacifique, australienne, créole et pidgin, amérindienne, na -done, eskimo-alouétienne, paléo-sibérienne.

Dans notre étude nous exclurons, malgré leur intérêt intrinsèque, certaines familles de langues parlées en Afrique comme les familles  nilo-saharienne, nigero-kordofanienne et khoisienne  car ces langues sont dominées dans l’activité quotidienne par d’autres langues et infiltrées (par exemple en wolof on se sert du mot français).

Pour les mêmes raisons nous exclurons certaines familles de langues parlées en Amérique, en Sibérie ou dans le Pacifique comme les familles australienne, créole et pidgin, aïnu, amérindienne, nadone, eskimo-aléoutienne et paléo-sibérienne. La famille indopacifique et les langues néo-mélanésiennes, parlées en Papouasie –Nouvelle –Guinée, seront exclues en raison de leur nombre et du fait qu’elles sont mal connues même des linguistes (Encyclopédie Bordas, ci-après Bordas, 1994, p.3136): une étude sérieuse de ces langues relèverait d’un travail spécifique.

Nous concentrerons donc notre attention sur les 11 premières familles de la classification Freelang et la famille austronésienne (groupe indonésien) ; ces familles regroupent à elles seules la quasi- totalité des langues qui jouent ou ont joué un rôle effectif dans l’histoire ancienne et moderne de la comptabilité. Elles regroupent aussi plus de 90% de la population mondiale actuelle.

Pour analyser ces familles nous ne suivrons pas forcément l’ordre de la classification retenue par Freelang, ceci notamment pour pouvoir placer en premier des langues qui ont eu une influence sur d’autres langues (dans le contexte particulier de l’étude du mot comptabilité).

Nous nous poserons dans un premier temps deux questions principales :

-première question : est ce que le radical du mot comptabilité utilisé par les langues de chacune des familles et des sous familles linguistique considérées par Freelang est commun? Cette première condition devrait être observée pour que, dans le cadre étroit de notre étude sur la comptabilité, on puisse parler d’une famille ou tout au moins d’un groupe ou d’une branche de langues ;

-deuxième question, est que le radical du mot comptabilité est un vocable qui fait partie des radicaux de la famille linguistique à laquelle est rattachée la langue considérée dans la classification Freelang? Si cette condition est réunie, ainsi que la première (question précédente) alors on pourra dire que la langue considérée, répond, du point de vue du mot comptabilité, aux critères de la classification Freelang ; si ce n’est pas le cas alors on aura affaire à un emprunt à une autre famille linguistique qui pourrait dénoter une intrusion due à des influences externes économiques ou sociales.

Pour effectuer cette étude nos sources seront variables: utilisation de dictionnaires certes, mais en sachant qu’ils ne sont pas toujours au courant des évolutions des mots techniques ; d’où le recours aussi à des organismes de comptabilité (comme la CNCC), à des questionnements directs de traducteurs d’ambassades et à la lecture d’ouvrages de comptabilité des différents pays quand notre connaissance des langues concernées nous y autorise.
12 Etude des mots utilisés pour désigner la comptabilité par les différentes familles de langues de la classification Freelang
121La famille afro-asiatique

Cette famille comprend essentiellement le groupe des langues sémitiques:l’arabe, parlé dans de nombreux pays du Maghreb et du Proche-Orient, l’hébreu, parlé en Israël et l’amharique, parlé en Ethiopie ; nous n’étudierons pas les groupes de langues berbère, omotique et tchadique (haoussa) car ces langues, dans les pays concernés, sont dominées par d’autres langues (par exemple les langues berbères du Maghreb sont dominées par la langue arabe).

La présence de peuples parlant des langues sémitiques au moyen –orient remonte au moins à 3000 ans AC avec les Akkadiens qui voisinaient avec les Sumériens en Mésopotamie (Bordas p.113) ; par la suite d’environ 2000 à l’époque du Christ d’autres peuples développèrent des civilisations et des langues sémitiques particulières comme les Araméens (dont le Christ parlait la langue), les Cananéens, les Sabéens ( EncyclopédieWikipédia –désignée ci-après par Wikipédia-, 2009, Article « Semitic »).

Parmi les Cananéens figuraient les Phéniciens et les Hébreux : ces derniers empruntèrent d’ailleurs aux premiers (par le truchement des araméens), leur alphabet pour développer l’écriture hébraïque ; les Sabéens, eux, connus par le fameux royaume de Saba, développèrent ,avec d’autres tribus arabes situées plus au nord (comme les Nabatéens de Pétra), la langue arabe, qui finit aussi par emprunter aux phéniciens leur alphabet, mais dans une variante beaucoup moins proche que celle des hébreux (Wikipédia,2009, article « History of the Alphabet ») ; mais cela n’empêche pas les linguistes d’affirmer la parenté de l’hébreu et de l’arabe,parenté dont nous allons vérifier l’existence en ce qui concerne le mot comptabilité .

En arabe classique moderne comptabilité se dit « mouhasabat » ( Mounged ,1970 p.73) ;ce nom est dérivé du verbe « hasaba » qui comporte une racine trilitère HSB et dont l’un des sens principaux est compter ( Reiz,2008,p.1262)

En hébreu moderne le mot comptabilité se dit « hèshbonnout » (Cohn, 2009, p.152) ; en dépit des apparences ce mot est totalement apparenté au mot arabe correspondant ; en effet on peut reconnaître en début de mot les trois consonnes H,SH, B qui correspondent au trio HSB de la langue arabe (le SH étant mis pour le S) ; le fait que la langue arabe utilise généralement un préfixe « mou » pour indiquer des fonctions dérivées de verbes ne doit pas masquer la parenté des deux langues ; la quasi identité des deux langues apparaît mieux lorsqu’on précise qu’en hébreu compter se dit « hishiv »(Cohn,Larousse, 2009, p.153) très proche de l’arabe hasaba au « v » et aux voyelles près ; comme les voyelles ne jouent qu’un rôle secondaire dans les langues sémitiques(elles ne sont même pas indiquées dans les journaux) et comme le v(eit) final hébreu est interchangeable avec le b(eit) hébreu et le b(a) arabe (-ces consonnes dérivent toutes de l’alphabet araméen qui les écrivait de la même façon-) nous considèrerons par la suite que nous avons affaire à une seule et même racine trilitère HSB. Cette racine trilitère HSB est très ancienne : on la trouve aussi bien dans la Torah (Genesis, XV, 6) que dans le Coran (sourate « Sad » XXXVIII versets 16-25 et 53 et sourate « Khafir » XL verset 40) avec le sens de compter.

En langue amharique c’est également la racine HSB qui est de mise, le mot comptabilité « « hisabmazeguebayayaz » (ambassade d’Ethiopie à Paris, 2009) étant basé sur le mot « hisab »:compte. En conclusion on peut dire que les « langues comptables » arabe,hébraïque et amharique forment un groupe homogène, en conformité avec la classification des groupes de langues sémitiques  ; on verra que cette situation est loin d’être le cas pour ce qui est des autres langues, notamment les langues indo-européennes.


122 La famille indo-européenne.

Cette famille comprend 9 groupes (sous familles) : indo-iranien, grec, italique/roman, celtique, germanique, balte, slave, arménien, et albanais ; comme les langues celtiques sont dominées par d’autres langues nous ne les étudierons pas.

1221Le cas du groupe indo-iranien

Ce groupe, comme son nom l’indique, comprend les deux branches indo-arienne et iranienne

Dans les langues iraniennes (essentiellement le persan farsi parlé en Iran et l’afghan pashtou parlé en Afghanistan et au Pakistan) le mot comptabilité, contrairement à toute attente, n’est pas un mot de souche persane mais est dérivé de l’arabe : c’est le mot « hasabadaria» (CNCC, 2009) qui contient les mêmes consonnes de base HSB que son homologue « mouhasabe » usité dans les pays de langue arabe. Ceci vient du fait que le territoire correspondant à l’Iran , initialement contrôlé (dès 2000 avant JC) de peuples Aryens (Mèdes et Perses) , a fini par être conquis en 637 par les arabes ce qui entraîna « une fusion des éléments arabes et persans » (Bordas, p.2582) qui perdurera lors des dominations ultérieures turque (1055) et mongole (1405) ; quant à l’Afghanistan « terre d’invasion depuis les migrations indo-européennes du 3ème millénaire »(Bordas p.59),il fut conquis par les turcs et les arabes au 10ème siècle avant de tomber sous le joug des turco-mongols Gengis Khan (1220) et Tamerlan (fin du 14ème), puis des Perses (1507).

Les langues de la branche indo-arienne contiennent principalement l’ourdou, l’hindi et le bengali, mais également d’autres langues qui leurs sont proches ; l’ hindi est la langue officielle et nationale de l’Inde ; l’ourdou est la langue nationale du Pakistan et le bengali celle du Bengladesh. Toutes ces langues ont pour point commun de dériver du sanskrit : selon Bordas (p.5364) « l’hindi et l’ourdou sont en fait les deux versants d’une même langue » qui « ne différent que par l’écriture (caractères nagari pour l’un et arabes pour l’autre),par certains éléments lexicaux (notamment religieux) et par l’identification à une culture ou à une religion (hindouisme pour l’un, islam pour l’autre) voire à un Etat »(Bordas, p.2363) ;le bengali lui, qui était le langage de Buddha,est fortement influencé par le sanskrit et s’écrit comme l’hindi en écriture nagari ( Wikipédia,2009,article bengali).

Le cas le plus simple est celui de l’ourdou. Comme dans le cas du persan, le mot comptabilité, en ourdou n’est pas un terme dérivé d’une racine indo-européenne mais de l’arabe ; en effet comptabilité se dit « mouhasaba », le comptable étant le « muhasib, (Dictionnaire Babylon Anglais-Ourdou en ligne).Ceci n’est pas étonnant quand on sait que le Pakistan est un pays de religion islamique fortement marqué par la culture arabo-turque.

En langue bengali le mot comptabilité est aussi basé sur le mot arabe « hisab » (ambassade du Bengladesh à Paris 2009)

Le cas du hindi est beaucoup plus complexe. En effet cette langue recourre à deux vocables très différents pour désigner la comptabilité. 

Il y a d’une part un mot d’origine sanskrite, le mot « lekha-karma » (Balbir et Balbir, 1992, p.859) ; et il y a, d’autre part, un mot « hisab » ou « hisab-karma » (Balbir et Balbir, 1992, p.1043) qui correspond clairement à la racine arabe « hasaba ». . Le fait qu’il y ait deux mots pour un seul concept est classique en hindi : Bakaya et Montaut (1994, p.X), montrent qu’il est fréquent d’utiliser un doublet pour désigner le même référent,  « l’un  d’origine sanscrite, l’autre d’origine arabo-persane ».

L’ insertion d’un mot d’origine arabe dans cette langue héritière du sanskrit s’explique par des facteurs socio-politiques; après la civilisation des Gupta (vers 300 à 750) où la littérature sanscrite atteignit son apogée et une période médiévale (750-1200) de résistance aux envahisseurs musulmans, la péninsule indienne finit par tomber sous la domination des sultans turcs (prise de Delhi en 1192 par Mahmoud de Ghazni) jusqu’en 1526 ; or les turcs utilisaient le mot arabe « hisab » pour désigner les comptes (voir infra) ; ils ont donc été le vecteur de l’introduction de ce mot en Inde ; par la suite, les souverains afghans d’origine mongole Moghols (1526-1707) et les Marathes (1707-1818) ,tous musulmans, favorisèrent à nouveau l’utilisation de termes d’origine arabe qui se maintenus ensuite jusqu’à nos jours

En conclusion, le mot comptabilité dans les langues nationales du Bengladesh, de l’Inde et du Pakistan, une des régions les plus peuplées au monde, ne peut pas être strictement rattaché à la branche des langues indo-ariennes : c’est un élément complexe « dissonant ». Par contre au Sri-lanka la langue singhalaise utilise un mot « ganakathi karanaya » d’origine purement sanskrite (ganana veut dire calculer en sanskrit).

Soulignons qu’à ce niveau d’étude nous n’avons pas tenu compte de l’existence de l’anglais et d’autres langues utilisées dans cette région nous réservant d’aborder ce problème ultérieurement.

1222 Le cas du groupe grec

Ce groupe concerne une langue parlée en Grèce, en Crète et à Chypre .Des peuples indo-européens (Hellènes ou Achéens) se sont établis dans le Péloponèse au 3ème millénaire AC et ont donné naissance à une langue dont est issu le minoen littéraire B, l’ancêtre du grec moderne qui remonte au moins au 2ème millénaire AC. Selon Bordas (p.2213), « le grec moderne perpétue le grec ancien de façon beaucoup plus fidèle qu’aucune des langues romanes ne prolonge le latin » ;cette affirmation est pleinement justifiée en ce qui concerne notre étude : en grec moderne comptabilité se dit « logistike »(Rosgovas,p.140) ; et ce mot vient du grec ancien «logistikos » adjectif qui référence tout ce qui a trait à la science pratique du calcul ,par opposition à l’arithmétikos » qui concerne la science théorique du calcul (Bailly,1929,p.1199) ;l’adjectif dérive lui-même de l’ancien verbe « logidzomai » dont le premier sens est calculer ou compter ou porter en compte (Bailly,1929,p.1198) ;tous ces mots ou verbes viennent du même radical « log »,propre à la langue grecque ; dans le cas du grec nous avons donc , contrairement aux vocables étudiés précédemment une situation conforme à la « logique  familiale linguistique »
1223 Le cas du groupe italique/langues romanes
Ce groupe de langues regroupe essentiellement 7 langues selon la classification Freelang : portugais, espagnol, catalan, occitan, français, italien, et roumain ; ces langues couvrent un champ géographique considérable puisqu’elles concernent tous les pays de l’Amérique du sud et centrale et une grande partie des pays d’Afrique où elles sont considérées comme des langues de travail officielles ou tacites et même, très souvent, comme des langues nationales.

Ce groupe de langues, en ce qui concerne notre étude, est marqué par deux caractéristiques majeures :

-la première est son homogénéité quasi-totale : en effet pour désigner le mot comptabilité toutes ces langues utilisent actuellement un mot de radical « cont » ou « compt ».

Le radical « cont » est utilisé dans les pays de langue portugaise, espagnole, italienne et roumaine pour former le mot « contabilitad » ou « contabilidade » ou « contabilita »ou encore « contabilitate » en associant au radical « cont » un suffixe « abilidad » ou abilidade » ou « abilita » ou « abilitate » qui vient d’un mot signifiant habileté ; en un mot, dans ces pays la comptabilité est la discipline de ceux qui ont la capacité (habileté) de manier les comptes ;

On trouve au nombre des pays qui utilisent le radical « cont », associé au suffixe abilidad (contraction de « habilidad »), les pays de langue espagnole comme l’Espagne (Cuyas,1967, p.89) et tous les pays d’Amérique latine à l’exception de ceux qui pratiquent la langue portuguaise.

Au Portugal et dans les pays d’Amérique latine qui parlent la langue portugaise (notamment au Brésil) le radical « cont » est associé au suffixe « abilidade »( forme contractée de « habilidade »qui signifie aussi habileté ) pour donner le mot « contabilidade ».

En Italie le radical « cont » est associé au suffixe « abilità –habileté (Balmas, 2003, p.78)..

Enfin en Roumanie (Ciucur,Toiu,Ristea,Vilsan,1980 ; Feleaga et Ionascu ,1993)) « cont » est associé au suffixe « abilitate » qui reprend directement le mot « abilitate » (habileté) ,très proche de abilidade avec une simple substitution des dentales t et d, pour former le mot « contabilitate ».On notera qu’en moldave le terme « contabilita » est associé à celui de « evidenta » (ambassade de Moldavie à Paris 2009) : nous reviendrons sur cette originalité.

Le radical « compt » est utilisé dans tous les pays d’expression francophone, notamment en Belgique, au Luxembourg et en Suisse ; il est également utilisé au Canada dans la province du Québec ainsi que dans tous les pays africains qui utilisent la langue française comme vocable officiel pour la vie culturelle, économique et politique.

Ce radical « compt » est dérivé de « cont » par adjonction d’une lettre p entre le n et le t et palatalisation en m de la lettre n ; par adjonction du suffixe « er » qui indique une action on obtient le verbe « compter » qui signifie, en première approximation, calculer tout comme « contar » en espagnol et en portuguais, « contare » en italien et « conta » en roumain. En fait en français ancien « compter » se disait « conter » (Grandsaignes d’Hauterive, 1994 p.216) et l’adjonction du p ne s’est faite que relativement récemment dans des circonstances que nous étudierons lors du point suivant;

-la deuxième caractéristique est la « pureté » linguistique ; comme l’indique son appellation de langues « romanes » ce groupe de langues devrait trouver ses racines directes dans la langue romaine ; le terme moderne employé pour désigner la comptabilité ne déroge pas à cette revendication : le radical « cont » et sa variante « compt » viennent effectivement du verbe latin computare (Bouffartigue et Delrieu,1981, p216 ; Grandsaignes d’Hauterive,1948, p.168) ;en latin le premier sens de « computare » est calculer (Gaffiot,1934,p.367) .

On peut noter que le radical français moderne « compt » -compter » est plus proche du mot latin que les radicaux italien, espagnol et portuguais « cont » -contar(e) » ; Bouffartigue et Delrieu (ibid p.216) indiquent qu’en français « le verbe conter, qui a d’abord voulu dire énumérer les chiffres, a vite signifié énumérer les faits et les événements, raconter. C’est pour établir une distinction entre les deux emplois qu’on a refait un savant « compter », avec une orthographe conforme à l’étymologie » ; cette différentiation n’existe pas pour ce qui est du « contar(e) » des autres langues de la famille.

En résumé le groupe des langues romanes, tout comme son homologue grec, répond parfaitement aux critères de la classification Freelang.

.
1224 Le cas du groupe germanique
Ce cas est beaucoup plus compliqué ; selon la classification Freelang le groupe germanique comprend une branche occidentale et une branche nordique/scandinave

La branche occidentale regroupe, pour l’essentiel, les langues anglaise, néerlandaise et allemande.

La branche nordique/scandinave contient les langues islandaise, norvégienne, danoise et suédoise.

La constitution de ce groupe germanique s’explique par les tribulations des Germains. « Une partie des tribus germaniques, peut être chassée de la Scandinavie par une vague de froid, déferla massivement sur la côte germano-polonaise dès le 6ème siècle avant JC, puis en Silésie, et atteignit l’Allemagne du centre au 3ème siècle avant JC en repoussant les Celtes » (Bordas p.2149). Ces péripéties permettent d’expliquer la parenté entre les langues nordiques et l’allemand ; la parenté avec l’anglais relève d’évènements ultérieurs survenus au 5ème siècle après JC : « les Germains subirent alors l’invasion des Huns et déferlèrent sur l’empire Romain et en Bretagne (Angleterre) » (Bordas p.2149).Les langues anglaise, néerlandaise allemande et nordiques ont donc des racines communes que l’on devrait retrouver dans le vocable comptabilité.

En fait ce n’est pas du tout le cas. Contrairement aux attentes la langue anglaise utilise un mot d’origine latine alors que les autres langues germaniques usent de mots non dérivés du latin.

La langue anglaise utilise actuellement un mot de radical « count » parent du radical « cont » utilisé par les langues romanes; le mot comptabilité est « accounting », mot formé à partir de la base « count » par adjonction d’un préfixe « ac » et d’un suffixe « ing » ; le suffixe « ing » indique le fait de faire une action : sous cet angle la comptabilité est le fait de construire des comptes. Ce vocable est utilisé dans tous les pays dits anglo-saxons, notamment en Grande Bretagne, aux Etats -Unis, au Canada (anglophone), en Australie, en Nouvelle-Zélande ainsi que dans tous les pays d’Afrique d’expression anglophone. En conclusion, si l’on s’en tient au mot comptabilité la langue anglaise et les pays qui l’utilisent ne devraient pas être rattachés au groupe germanique mais au groupe italo-roman : le mot « accounting » est un intrus culturel dans la langue anglaise. Le cas du mot comptabilité n’est pas particulier ; comme le dit Watkins (2000,p.IX) “although English is a member of the Germanic branch of Indo-European, it has an exceptionally mixed lexicon”  and “it has borrowed extensively and systematically from its Romance neighbors”

Les autres membres de la famille utilisent au contraire des mots qui font typiquement partie du patrimoine littéraire germanique. Nombre d’entre eux se servent de variantes «rech »,  « rek », « reg » ou « rach » (issues d’une racine commune) pour désigner le mot comptabilité.
En Allemagne (Baetge,1976 ;Schneider,1997),en Autriche (Lukas,1995,p.1022) et en Suisse allemande (Bertschinger,2001,p.2457 ) le mot comptabilité se dit actuellement le plus souvent « Rechnungslegung » ou « Rechnungswesen » ; ce vocable se compose de deux termes :  « Rechnung » et « Legung ou Wesen» ; le mot « Rechnung »,qui signifie en première approximation calcul, vient du verbe « rechnen » (radical « rech » et terminaison « en » propre aux verbes réguliers) qui veut dire calculer  ; le mot « Legung » vient du verbe « legen » ,que l’on retrouve en gotique (lagjan),en anglais (lay),en suèdois (lägga) et signifie poser ; quant au mot « Wesen » il signifie être ; en d’autres terme selon cette terminologie la comptabilité est l’action de poser les calculs ou de consister en calculs (comptes) ; quant au vieux terme de la tenue de livres (Buchführung) qui dominait avant 1900 il semble de plus en plus limité à des ouvrages à connotation technique (Bechtel, 1989).
Aux Pays –Bas le mot utilisé est « Rekening » ou , encore plus souvent, « Jaarrekening »  (Beckman ,1987, p.7) ; le mot rekening (calcul) vient du verbe « rekenen », de la racine « rek » qui veut dire calculer et qui est parent de l’allemand « rechnen » (en ce sens Duden,1963 p.554) ; quant à « Jaar » ce mot signifie année (cf l’anglais « year » , l’allemand Jahr ,le suédois ar qui tous dérivent du grec Horos année) ; donc en langue néerlandaise récente la comptabilité est le calcul annuel. On peut noter que le cette expression hollandaise ne paraît pas avoir laissé de trace en Afrique du sud en dépit du fait que l’afrikaans est une langue officielle à parité avec l’anglais : les communications des organismes de comptabilité de ce pays ne relatent que le mot « accounting » (CNCC, 2009).
On trouve une variante « reg » en Norvège et au Danemark. En Norvège le mot comptabilités’exprime par  «  regnkapsforing » (Johnsen and Eilifsen,1995,p.1168) ;regn vient du verbe regne (calculer) ,parent de l’allemand rechnen ; « kap », de la même racine que « Schaft » en allemand ,anglais shaft, suédois skaft, le tout apparenté au grec skeptron (d’après Duden 1963,p.593) indique l’idée d’une branche (de savoir) ; quant à « foring » (parent de l’allemand Führung, de l’anglais fare et du suédois föra) il signifie conduire ; donc en norvégien , le sens apparent de comptabilité est la conduite de la discipline du calcul. On notera que les norvégiens utilisent parfois également le mot bokforing qui est similaire à l’allemand Buchführung, tenue de livre (voir sur ce point les développements ci-après). La situation est similaire au Danemark : la plupart des livres utilisent le vocable « regnkabsvoesen » pour désigner la comptabilité (kabs et voesen renvoyant à l’allemand shaft et wesen), mais le vieux mot « bogforing » subsiste, notamment pour désigner les lois comptables (Hansen, 2001, pp.647 et 717)
La Suède se singularise en recourrant à une autre radical germanique : le radical « vis ».Dans ce pays le mot comptabilité est actuellement « redovisning »(Rundfelt,2001,p.2351 ;) ; l’élément principal est le mot « visning » ; ce mot vient du verbe « visa » (qui veut dire montrer) verbe parent de l’allemand weisen (Duden,p.759); quant à « redo » c’est un mot emprunté au latin reddere ou reddare qui signifie redonner ; en clair ici la comptabilité est l’action de redonner une vision ( implicitement de la réalité) :nous reviendrons sur cette originalité.

Avant de quitter le groupe germanique on peut conclure que le vieux mot de tenue de livres (bookkeeping en anglais, Buchhaltung ou Buchführung en allemand, Bokforing en suèdois, boekhouding en hollandais, ont largement disparu du paysage, bien qu’il apparaissent encore quelquefois, comme si les comptables avaient honte de tenir des livres originellement en écorce de hêtre (die Buche en allemand est le hêtre).
1225 Le groupe slave
Les slaves sont des peuples indo-européens « venus du nord des Carpates qui s’étendirent jusqu’au Péloponèse et à la mer Noire, sous la menace des Huns » (Bordas,p.4799) ;leurs langues sont « moins fortement différenciées entre elles que ne le sont les langues romanes et germaniques » (Bordas,p.4799).En fait cette assertion ne vaut pas pour le mot comptabilité :certaines langues slaves utilisent un mot de base du vocabulaire slave alors que d’autres empruntent un mot de la langue germanique.

Les langues slaves qui emploient un vocable indigène sont les langues russe, bulgare, tchèque slovaque et macédonienne : elles recourent essentiellement à un mot dont la composante principale présente trois variantes apparentées : « chët,  « chet », « chtov ».

En Russie et en Biélorussie ( Makarov, 1966 ; Mazdorov 1972 ;; Sokolov 1991, Kyter 2004 ,Sokolov i Sokolov, 2006 ;) le mot comptabilité, d’abord majoritairement « chëtovodstvo » ou « chëtovedene » et souvent simplement « bukhgalteria » (tenue de livres),   est ,depuis les années 1930, officiellement, « bukhgalterskiy uchët ».Cette dernière appellation ,qui a survécu après la Perestroika, se compose de deux parties « uchët » et « bukhgalterskiy » ; le premier terme « uchët » est lui-même composé de « u  qui exprime l’idée de sortie (résultat)et de « chët » ; l’élément principal « chët » veut dire compte ou calcul et dérive du verbe slave (u) chest qui signifie au premier abord calculer (Tcherba et al,1993 p.696) ; quant à « bukhgalterskiy » c’est un adjectif dérivé de l’allemand Buchhalter qui veut dire teneur (Halter) de livre (Buch) ; dans ces conditions la traduction mot à mot du vocable russe pour comptabilité est calcul du teneur de livre. On peut souligner que ce vocable mêle deux influences linguistiques : une influence allemande avec « bukhgalterskiy », qui reflète le poids qu’ont eu les spécialistes allemands à la cour des rois et reines de Russie du 18ème au 20ème siècles avant 1918 et une influence slave avec le terme « uchët ».

En Bulgarie la comptabilité est appelée « chëtovodctvoto » (Zakon za chëtovodstvoto, 1991) ; on retrouve le terme slave «  chët » (calcul) accompagné du suffixe « vodstvo » qui veut dire conduite (du verbe vodit) ; ici on a affaire à un terme strictement slave:la composante allemande n’est pas présente ;on peut noter par ailleurs que la langue bulgare fait aussi allusion à une racine « smet »,que nous analyserons ultérieurement, quand il s’agit de parler du plan comptable (Zakon ,ibid).

En Tchéquie (Zakon o uchetnistve) on utilise le terme uchetnistva qui est fondamentalement composé de l’adjectif « chetni » (relatif aux calculs) et de « stva » qui vient du verbe « vest » (mener) de la même racine que le « vodit » en russe ; en Slovaquie le terme « uchtovnistvo » est identique sauf une inversion du t et du e ainsi qu’une modification des voyelles en o.
Pour terminer avec ce groupe « slave » il faut toutefois mentionner que deux langues se distinguent ; en ukrainien comptabilité se dit « bukhgaltersky oblik » (portail de la CNCC, 2009) tandis qu’en macédonien elle se dit « smetkovodstvo » (Ambassade de Macédoine à Paris, 2009).Nous reviendrons sur ces deux cas très particuliers.

Les langues slaves qui recourent à un vocable germanique sont le polonais, le serbe, le croate, le slovène, le monténégrin et le bosniaque

En bosniaque, en croate, en serbe, en monténégrin et en slovène comptabilité se dit en général « rachunovodstvo » (Turk, Tepsic, Petrovic ,1980 ; ambassades à Paris des pays concernés 2009) tandis qu’en polonais on utilise le mot « rachunkowosc » (Ustawa o rachunkowosci, 1994 ; Gmytrasiewicz, Peche, Swiderska,1980) ;ces deux mots ,qui sont très proches, sont principalement composés du préfixe rachun qui vient des verbes rachunati en serbo-croate et rachowac en polonais :rachunati et rachowac viennent de l’allemand «rechnen »,calculer ; les suffixes wosc /wac (polonais) ou vodstvo (serbo-croate) signifient action de mener (du latin vedere) ; en clair la comptabilité dans ces langues est l’action de mener des calculs ; on notera que ces langues n’utilisent pas de mot slaves bien qu’il existe aussi un verbe calculer de racine slave ; ainsi en polonais il existe les verbes liczyc (calculer pour soi) et czysc (compter) qui ne trouvent pas ici d’emploi. Un dictionnaire étymologique de la langue polonaise donne une explication ce cette situation à propos du verbe rachowac : « rachowac a remplacé le polonais liczyc et également czysc par l’allemand rechnen (avec une modification du e en a) et ceci tardivement aux 16ème  et 17ème siècles » (Brückner, 1996 p.451) ; il est vraisemblable que cette situation a été due à l’influence grandissante des marchands et des comptables allemands à cette époque. Toujours est –il que cette influence est restée dans ces cinq langues slaves alors que dans les autres langues slaves elle n’a pas laissé de trace ou du moins pas de trace totale.

On remarque que cette partition du groupe slave ne recoupe pas la division traditionnelle des langues slaves en branches occidentale (polonais, tchèque, slovaque), méridionale (serbe, croate, bulgare,), orientale (russe, ukrainien, biélorusse).On note que le vieux mot « tenue de livres »,knjigovodstva en serbo-croate, était encore utilisé récemment en Yougoslavie (Jezdimirovic,1974 ; Vujic 1979) et le reste partiellement en Bosnie aujourd’hui en étant accouplé à celui de rachunovodstvo.
1226 Le cas du groupe balte

Les langues baltes sont le letton parlé en Lettonie et le Lituanien parlé en Lituanie ; il est reconnu que ces langues ont une forte similitude aux anciens vocables indo-européens ; « le lituanien présente des traits remarquablement archaïques, qui évoquent le sanscrit védique et le grec homérique » (Bordas ,p.2886). Cette assertion semble vérifiée, en ce qui concerne le mot comptabilité, mais paradoxalement plus pour la Lettonie que la Lituanie.

En Lettonie comptabilité se dit « gramatvediba »( CNCC ,2009) ; ce mot est d’abord composé de « gramat » mot qui dérive de l’ancien grec « gramata » qui signifie caractères d’écriture, puis texte écrit, et tout particulièrement, tel que le suggère Démocrite, livre de comptes (Bailly, 1939, p.416) ; si l’on ajoute que vediba signifie action de mener on perçoit que la comptabilité est le métier du scribe (qui se disait « grammateus » en ancien grec).

En Lituanie (CNCC, 2009) le vocable comptabilité apparaît sous les traits de « buhalteriné apskaita »; le premier terme est de type allemand (tenue de livre) et le deuxième une variante de uchët (calcul en langue slave), le «ap »correspondant au «  u et le « skaita » à « schët » : comme en Russie la comptabilité est un calcul sur la base de la tenue des livres.
1227 Le cas des groupes arménien et albanais

En arménien comptabilité se dit « haschaba » (ambassade d’Arménie à paris 2009) ; on reconnaît ici, la marque de la racine arabe « hasaba ». L’explication vient du fait que la grande Arménie a subi le joug des turcs pendant plus de cinq siècles (Bordas, p.348).La langue albanaise, elle, utilise le mot  « kontabilitet » (CNCC, 2009) reflétant ainsi l’influence de la culture italienne.

Avec ces deux derniers petits groupes nous terminons la famille des langues indo-européennes:on peut constater que dans un grand nombre de cas les familles du mot comptabilité ne se recoupent pas avec les familles linguistiques.
123 La famille ouralienne.

Cette famille comprend essentiellement le finnois, l’estonien et le hongrois

Des parentés génétiques ont été constatées entre le finno-ougrien, le lapon et le samoyède (Bordas, p.3647) ; « les finnois se sont installés dans l’actuelle Finlande au 1er siècle de notre ère .Venus d’Estonie ils repoussèrent les Lapons vers le nord » (Bordas,p.1914).Les Estes ,eux,sont venus de l’Oural (Bordas,p.1735) tout comme le peuple Magyar qui s’établit vers 895 ou peut être dès le 7ème siècle dans la haute vallée de la Tisza qui traverse l’actuelle Hongrie (Bordas ,p.2402).

En ce qui concerne le mot comptabilité la parenté des trois langues est difficile à établir : ce mot se dit « Raamatupidamisteenused » en estonien ( CNCC,2009), « Kirjanpito » en Finlandais (Näsi et Kankaanpää,1995,p.1069) et « könyvvitel ou könyvelés » en Hongrois (dictionnaire en ligne Confucius) ; le mot estonien comprend trois parties à savoir « Raamatu » qui signifie livres , « pidamis » ,qui signifie maison et « teenused » qui signifie service : mot à mot la comptabilité en Estonie est le service des livres de maison ; on observe une construction similaire pour le mot finnois qui comprend seulement deux parties :  « kirjan » signifie livre et pito tenue (entretien) ; idem pour le mot hongrois :  « köniv » signifie livre et « vitel » tenir ; on peut en conclure que dans ces trois cas de figure la comptabilité est la tenue de livres comme la Buchführung allemand ,les mots communs étant pito, pida et vitel qui indiquent une tenue (de livres).
124 La famille caucasienne

Cette famille est essentiellement composée des langues géorgienne, abkhaze, avare, tcherkesse, et tchétchène -ingouche. Les Tcherkesses  nom turc des Circassiens, peuple composé de deux groupes, les Adygéens et les Kabardins, habitent depuis l’Antiquité le nord du Caucase et ont été islamisés au 16ème siècle par les ottomans avant d’être soumis aux Russes après la défaite turque de 1859 (Bordas, p.5058) ; il en va de même pour les Tchétchénes et les Ingouches (Bordas, p.5060).

Les Avars sont un peuple proto-turc qui vivait avant 552 dans l’Altaï ; ceux qui subsistent dans le Caucase (au Daghestan) sont pour l’essentiel musulmans.

Par contre les Géorgiens et les Abkhazes sont restés majoritairement orthodoxes (Bordas, p.2146)

En géorgien le mot comptabilité se dit « Bugalteria » (ambassade de Géorgie à Paris 2009) ; ce mot vient de l’allemand (Buchhaltung) et correspond au vocable en usage en Russie avant la révolution. A s’en tenir au dictionnaire les langues tchétchène et ingouche utiliseraient à la fois le mot russe bukhgalterskiy uchët et un mot arabe composé du terme principal « hisap » (Matsiev et Ozdoev, 1966, p.519). Dans le Caucase le clivage religieux semble donc déterminer la nature du vocabulaire.
125 La famille altaïque

Cette famille, dont le nom tire son origine de la localisation dans les montagnes de l’Altaï de tribus turques et mongoles qui ont ensuite émigré vers l’Europe (turcs) et l’Extrême Orient (mongols) compte essentiellement deux groupes : turc et mongol ; le groupe turc contient les langues turque (essentiellement parlée en Turquie), azérie (parlée en Azerbaïdjan),kazakhe (parlée au Kazakhstan), ouzbek (en Ouzbékistan),turkmène (au Turkmènistan),Kirghize (au Kirghizstan) ,tatare (en Tatarie),ouïghour (au Xinjiang) ; le groupe mongol comprend le mongol(khalkha) parlé en Mongolie et le Kalmouk,parlé en république de Kalmoukie (Russie). Compte tenu de l’expansionnisme turco-mongol notamment au et 13ème siècles (mongols) ce groupe de peuples couvrent encore un très vaste espace de l’Asie centrale, de la Turquie au Xinjiang. Mais cette domination ethnique ne se retrouve pas au niveau de la langue, tout particulièrement pour ce qui est du mot comptabilité actuellement pratiqué. On peut à cet égard distinguer trois cas : celui de la langue turque de Turquie, celui des langues altaïques dont les populations ont été dominées par l’Union Soviétique et celui des langues altaïques des peuples vivant en Chine communiste.

En langue turque moderne le mot comptabilité se dit « muhasebe » (Tekinalp,1995, p.1368 ;Peker,1987) ) : c’est le mot arabe calcul que nous avons rencontré lors de l’étude des langues du groupe indo-iranien ; le verbe proprement turc (d’origine altaïque) « say-mak » (compter), de racine « say », employé couramment dans la langue turque moderne(Halbout et Güzey, 1992,p.397) n’est donc pas utilisé pour former le nom comptabilité ,pas plus que pour former le mot compte qui se dit « hesap » (Halbout et alii,p.501) et où l’on retrouve les trois consonnes arabes HSB avec cependant une transformation classique de la labiale b en une autre labiale p. On sait qu’au 2ème millénaire avant JC des Turcs,sans doute très métissés avec des mongols, étaient installés sur le territoire de l’actuelle Mongolie (Bordas p.5320) et que le terme turc vient d’une tribu « Türküt » qui vivait au 6ème siècle après JC dans l’Altaï ;par la suite,du 6ème siècle au 11ème siècle, des tribus turques nomades se déplacèrent d’est en ouest et après la victoire , en 1071,de Alp Arslan sur les Byzantins finirent par s’établir en Anatolie ; au cours de ce long périple victorieux, les turcs certes « turquisèrent » les populations qu’elles soumettaient mais en retour se convertirent à l’islam notamment en rencontrant les iraniens déjà islamisés ( Bordas p.5320 et supra) ;cette rencontre avec l’islam et l’influence des medrese (Örten,2008) expliquent la présence d’un mot arabe pour ce qui est de la comptabilité .Par la suite, l’expansion territoriale des turcs ottomans, qui atteignit son apogée à l’époque de Soliman (1520-1566), servit la pénétration d’où le maintien du mot « mouhasebe » dans un grand nombre de régions notamment en Perse,en Azerbaïdjan, et dans le Caucase

Mais dans les régions turcophones qui tombèrent sous la domination de la Russie puis de l’Union soviétique et qui durent utiliser la langue russe, les mots d’origine arabe furent concurrencés par le mot russe « bukhgalterski uchët » ; en 2009 ,malgré la chute de l’empire soviétique et malgré la reconnaissance comme langues officielles des langues altaïques nationales le russe demeure la langue des affaires notamment en Azerbaïdjan, au Kazakhstan,au Kirghizstan,en Ouzbékistan ,au Turkménistan si bien que dans tous ces pays le mot russe « bukhgalterski uchët » est encore employé par des populations qui restent pratiquement bilingues. Cependant les langues nationales de ces pays utilisent aussi soit un mot uniquement basé sur la racine arabe « hasaba » comme « hesap » en turkméne, hisobot en ouzbek, « hesabat » ou « hesabdarhq » en azeri , soit un mot mixte arabo-russe comme « bukhgalterlik esep » en kazakh.(Ambassades des pays concernés,Paris 2009). Le cas de la Mongolie est un peu différent ; ce territoire a donné naissance à des guerriers qui conquirent le plus vaste empire du monde au 13ème siècle (Gengis Khan et ses successeurs); mais l’empire s’effondra au 14ème siècle et la Mongolie ne parvint à retrouver son autonomie que pendant une courte période de 1911 à 1919 avant de tomber sous la coupe des chinois (partie sud) et des soviétiques (partie nord) ; de nos jours dans cette dernière partie, qui est devenue indépendante, le mot comptabilité se dit en langue mongole « bërtgeltoostoo » (CNCC,2009). Il ne s’agit pas d’un mot de souche altaïque mais du mot russe « bugalterskij uchët » mongolisé.
La conclusion à tirer est qu’en ce qui concerne le mot comptabilité la langue altaïque n’existe pas à proprement parler, même en Turquie ; en dehors de la Turquie,dans tous les pays qui ont été islamisés, on constate même une double intrusion : le langage des affaires utilise des mots chinois (Xinjiang des Ouïgours ) ou des mots russes (autres pays) bien que la langue officielle autochtone utilise un mot arabe ;même dans la Tatarie Russe, la région de Kazan où vivent les descendants des fameuses tribus mongoles de la Horde d’Or, on peut découvrir « sous la langue russe » le vocable arabe: en langue tatare, alors qu’il existe un verbe compter de souche altaïque (« san » apparenté au turc « say »), comptabilité se dit en effet « hisap-tchi » (Safioullina,2007,p.378) ,curieux mélange du mot arabo-turc « hisap » et de la terminaison tchi qui rappelle le mot russe uchët !
126 La famille sino-tibétaine/ sino-thaï.

Cette famille comprend trois groupes principaux:le groupe chinois dont le mandarin est la langue la plus importante, le groupe tibéto-birman qui englobe pour l’essentiel les langues tibétaine et birmane et le groupe kadai /daïque qui contient essentiellement les langues thaï et lao.

En chinois (mandarin) moderne, comptabilité se dit « kuài ji » ( Chinese english dictionary FLP, 2007, p.914) ; ce mot est composé de deux éléments:l’élément kuài a pour premier sens « compte général » (dictionnaire concis chinois- français Larousse, 2000, p.313) tandis que l’élément « ji » (prononciation « ti ») signifie « compter ou calculer (Larousse, 2000, p.240) : en chinois, à première vue, la comptabilité est un calcul à l’aide de comptes généraux. Ce mot est très ancien :il apparaît pour la première fois dans le chapitre XIA (première dynastie chinoise de 2050 à 1600 avant JC) de l’ouvrage « Mémoires Historiques (Shi ji) » de SI MA Qian (145 -86 avant JC) :l’empereur organise une réunion au sommet de la montagne MIAO pour accueillir tous les feudataires et examine et vérifie leurs mérites ; cette action de vérification est appelée « kuài ji ».Ce terme a donc traversé toute l’histoire de la Chine sans aucun changement :exemple rare de longévité d’un terme technique qui au contraire a fortement varié en occident.

La particularité des langues birmane et thaï est qu’elles utilisent des alphabets dérivés des écritures indiennes pour noter des langues à tons parentes du chinois.

En birman comptabilité se dit « sayin kaing pynga » (ambassade de Myanmar à Paris 2009) ;  « sayin » signifie liste,  « kaing » compte et « pynga » connaissance ; on note que le mot compte (kaing) est très proche de son équivalent chinois (kuài).

En langue lao comptabilité est un mot dérivé du verbe  « khit lay » qui signifie compter (ambassade du Laos à Paris (2009) ; « khit » est à rapprocher du chinois « kuài ».

Enfin en thai comptabilité se dit « kaar ban chi » (ambassade de Thaïlande à Paris, 2009)  et en tibétain (« tshi ner ») sans rapport apparent avec le chinois.
127 La famille japonaise.

Cette famille est très simple puisqu’elle ne comprend pratiquement que la langue japonaise qui n’est parlée qu’au Japon ; par contre la langue japonaise est complexe car elle utilise, pour son écriture, simultanément des caractères chinois ,appelés kanji, et deux syllabaires ,l’un pour les mots japonais (hirigana) et l’autre pour les mots étrangers (katakana) ; la présence des caractères chinois s’explique par le fait que « l’influence de la Chine et la Corée ne cessa de s’affirmer du 6ème au 8ème siècle ,par l’intermédiaire d’immigrants et d’ambassadeurs ..,hommes souvent lettrés qui arrivaient avec une culture déjà ancienne,une écriture »(Bordas p.2658) ; cette influence a joué en ce qui concerne l’écriture du mot comptabilité ;en effet ce mot s’écrit exactement comme en Chinois :il est donc composé des deux caractères « kuài » et  « ji » ; comme en Chine cette orthographe n’a pas varié et se trouve utilisée de nos jours ( Fujii Hideki,2007) ; les remarques faite à propos de la Chine sur la signification des deux termes s’appliquent au cas japonais.
128 La famille coréenne

Le cas de la Corée est similaire à celui du Japon ; en coréen (dictionnaire en ligne Babel, 2009) comptabilité se dit « gyeong » (prononcer kyeong) venant du verbe « gyeo » qui veut dire compter (Fabre, 1999, p.433).La parenté avec le chinois « Kuài » semble évidente. Ce n’est pas pour surprendre : l’influence de la Chine, notamment sur le royaume Silla (57 av JC-935) a été considérable (Bordas, p.1259) ;
129 La famille austro-asiatique

Cette famille est essentiellement composée du groupe môn-khmer, qui comprend principalement les langues vietnamienne et khmère.

La civilisation vietnamienne, née dans le delta du fleuve rouge dès le milieu du 2ème millénaire avant JC, a subit profondément et durablement l’empreinte de son protecteur chinois depuis le 3ème siècle avant JC jusqu’au milieu du 10ème siècle après JC  (Bordas, p.5518) .A cette époque le langage écrit était celui de la classe dirigeante chinoise ; c’est la raison pour laquelle même aujourd’hui « un grande partie du lexique vietnamien qui a trait à la science et à la politique est dérivée du chinois » (Encyclopédie Wikipédia –Vietnamese language). Cette observation vaut pour la comptabilité ; en effet en vietnamien moderne le mot comptabilité se dit « kê toan » ( LE Nhu Tuyen ,2008,p.401 ) mot dérivé du chinois « kuai ji ». Certes, l’écriture vietnamienne n’utilise plus les caractères chinois par suite de l’influence française mais les mots chinois sont restés et ont été simplement romanisés.

Dans la langue parlée par les Khmers, dont l’écriture est empruntée au sanskrit, comptabilité se dit « kaknakneypheap » qui dérive du verbe « kaknaner » compter (ambassade du Cambodge à Paris 2009). L’influence chinoise ne paraît pas évidente bien qu’au début de leur histoire les khmers étaient établis dans le sud de la Chine..
130 La famille austronésienne.

Cette famille est essentiellement composée du groupe malayo-polynésien occidental qui comprend principalement l’indonésien et le javanais parlés en Indonésie, le tagalog parlé aux Philippines et le malais parlé en Malaisie.

En Indonésie comptabilité se dit en indonésien soit « Akuntansi » (CNCC, 2009), soit « Perakuntanan », soit « Pembukuan » (Soemargono,Arifin, 1991, p.194) ; aucun ce ces termes n’est de souche indonésienne ; les deux premiers ont pour base « count » et le troisième « book », ce qui témoigne de l’influence marquante de l’anglais. Mais d’après nos informations (Indonesian Institute of Accountants, 2009) il semblerait que la base « book » soit en perte de vitesse et cède la place à la base « count ».

Aux Philippines, en langue tagalog, comptabilité se dit « pagtatasa » (Ambassade des Philippines à Paris, 2009), mot totalement « autochtone ».

Par contre, en Malaisie, pays dont l’islam est une religion officielle, comptabilité se dit «ilmu  hisab » (Coope, 1988, p. 97), un mot d’origine arabe qui veut dire science (« ilmu ») des comptes (« hisab »).
La première partie de notre étude est terminée ; au-delà de la simple énumération des mots comptabilité elle nous permet de conclure que ces mots ne sont bien souvent pas en phase avec une classification linguistique de type généalogique ; pour expliquer l’utilisation de ces mots il faut tenir compte de facteurs socio-historiques (conquêtes notamment), géographiques (influence par proximité) et religieux (influence par les croyances) ; en tenant compte de l’ensemble de ces facteurs il est possible maintenant de proposer une classification spécifique pour les mots comptabilités avec des familles appropriées, ce qui nous mène à la deuxième partie.


  1   2   3   4

similaire:

Origines du mot comptabilité iconThèses soutenues en Comptabilité Contrôle Audit
«Présentation des thèses récentes en Comptabilité – Contrôle – Audit» (article de Pierre Gensse et Yves Dupuy)

Origines du mot comptabilité iconThèses soutenues en Comptabilité Contrôle Audit
«Présentation des thèses récentes en Comptabilité – Contrôle – Audit» (article de Pierre Gensse et Yves Dupuy)

Origines du mot comptabilité iconCnam comptabilité Financière – Séance 1

Origines du mot comptabilité iconRésolution d’erreurs sur un cahier de comptabilité

Origines du mot comptabilité iconL’immobilier est un mot qui a une consonance à la fois un peu magique,...

Origines du mot comptabilité iconLa période s’étendant de 1790 à 1914 correspond à l’âge des découvertes et des innovations
«romantisme» provient des caractéristiques de l’art gothique «roman». Ce mot existait déjà par la ville de Rome et a évolué sémantiquement...

Origines du mot comptabilité iconTensions et contradictions d’un théâtre peuple chez Victor Hugo
«populaire» et par la mobilité de l’expression «théâtre populaire» théâtre pour le peuple ? émanant du peuple ? représentant le peuple...

Origines du mot comptabilité iconDocument de travail Pistes pédagogiques école élémentaire cycle 3...
«Shouder Arms» (avec un point d’exclamation dans la seconde) ? IL s'agit mot à mot de " armes sur l'épaule", certainement en référence...

Origines du mot comptabilité iconL'absence du mot "démocratie" dans la Révolution Française selon...
«républicain» (à partir de 1792) qui reviennent le plus souvent. On peut aussi noter que le mot démocratie n’est pas prononcé une...

Origines du mot comptabilité iconLes origines de l’histoire






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com