Questionnaire à l’attention de Tjenbé Rèd





télécharger 20.75 Kb.
titreQuestionnaire à l’attention de Tjenbé Rèd
date de publication27.10.2017
taille20.75 Kb.
typeQuestionnaire
h.20-bal.com > comptabilité > Questionnaire
Questionnaire

à l’attention de Tjenbé Rèd,
par Gabriell Galli

(étudiante en mastère de sociologie)
* * *
1°) À quand remonte la création de Tjenbé Rèd ? Qui en est le créateur / la créatrice et quelles furent les motivations ?
L’association dénommée «Tjenbé Rèd Pa Moli ! Mouvement civique pour l’action & la réflexion sur les questions noires, métisses & LGBT (lesbiennes, gaies, bi & trans) en France ultramarine & hexagonale» (ou Tjenbé Rèd) s’est vue fondée le 1er mai 2007, au terme d’une assemblée générale de l’association dénommée «An Nou Allé ! Centre gai & lesbien Antilles-Guyane & Outre-Mer | Association des NoirEs lesbiennes, gais, bi & trans et de leurs amiEs en France» (ou An Nou Allé).
Les créateurs en furent quatre militants investis à des degrés divers contre les racismes, les homophobies & le sida, notamment David Auerbach Chiffrin, fondateur et secrétaire général d’An Nou Allé.
Les motivations de cette création sont exposées comme suit dans le procès-verbal de l’assemblée générale constitutive :
«Réunis en assemblée constitutive à Paris, le mardi 1er mai 2007 à 18h45, les participants constatent qu’ils mènent depuis plusieurs années de nombreuses réflexions, démarches et actions autour des questions noires, métisses & ultramarines, autour des questions lesbiennes, gaies, bi & trans (LGBT), autour de la question VIH/sida. Les participants évoquent notamment leurs engagements au CGL Paris, à la Fédération française des Centres LGBT, à l’ILGA, à An Nou Allé, au CRAN, à l’Inter-LGBT, à JHSplus. Les participants rappellent la situation singulière des personnes noires et métisses LGBT, davantage exposées à l’homophobie, à la transphobie, à la sérophobie, aux infections sexuellement transmissibles ou au risque suicidaire en raison du poids particulier de discours religieux rétrogrades fondés sur une lecture littérale des passages les plus violents de la Bible ou du Coran ; de discours politiques assimilant les orientations sexuelles et les identités de genre minoritaires à des perversions introduites par l’ancien colon ou esclavagiste ; de la pression morale voire physique exercée par les familles élargies au nom de l’honneur et de la tradition ; de tabous relatifs à la seule évocation de la sexualité. Les participants estiment que cette situation singulière ne changera pas d’elle-même : ces discours, pressions et tabous persisteront s’ils ne sont combattus et déconstruits. Considérant que l’inaction, la passivité ou la résignation ne sont pas des options, les participants s’engagent à mener les actions et réflexions nécessaires à ce combat, à cette déconstruction.»
1er mai 2007 - Procès-verbal de l’assemblée constitutive de l’association Tjenbé Rèd - Document n°TR07AG01

http://www.tjenbered.fr/2007/20070501-00.html
* * *
2°) Tjenbé Red se définit-elle comme association «noire», «caribéenne», «africaine», «afro-caribéenne» ou autres ? Et quelles en sont les raisons ?
Avant de répondre à cette question, il convient de préciser que l’association précitée, «Tjenbé Rèd Pa Moli ! Mouvement civique pour l’action & la réflexion sur les questions noires, métisses & LGBT en France ultramarine & hexagonale», n’existe plus sous cette dénomination depuis son assemblée générale extraordinaire du 20 décembre 2010. Elle se trouvait composée de quatre commissions dévolues aux affaires culturelles et sociales ; sanitaires ; politiques ; internationales. Elle a, sous le nom de «Tjenbé Rèd Prévention - Association de prévention des racismes, des homophobies & du sida issue des communautés afro-caribéennes» (ou Tjenbé Rèd Prévention), conservé les attributions relevant des deux premières ; celles relevant des deux dernières sont désormais transférées à une autre association dénommée «Total Respect - Tjenbé Rèd Fédération - Fédération de lutte contre les racismes, les homophobies & le sida issue des communautés afro-caribéennes» (avec effet rétroactif au 1er janvier 2010).
Tjenbé Rèd se définissait en ses débuts, comme l’indiquait son titre complet, comme un mouvement civique pour l’action & la réflexion sur les questions noires, métisses & LGBT en France ultramarine & hexagonale. Pas comme une association noire ou caribéenne ou africaine ou afro-caribéenne. Il s’agissait de se définir non par rapport à l’origine ou à la couleur ou à la race mais par rapport à la volonté : celle d’agir et de réfléchir, en qualité de citoyen/ne/s, interpellant donc à ce titre la communauté nationale ainsi que ses représentant/e/s, au sujet des discriminations subies par les personnes noires, métisses & LGBT sur le territoire national.
Sa dénomination officieuse, utilisée par exemple dans ses communications, a peu à peu évolué pour deux types de raison : d’abord des raisons de simplicité («Tjenbé Rèd Pa Moli ! Mouvement civique pour l’action & la réflexion sur les questions noires, métisses & LGBT en France ultramarine & hexagonale», c’est bien long), ensuite pour des raisons identitaires, pour ainsi dire. Il s’est rapidement agit d’être mieux compris des populations que nous ambitionnions de représenter et l’intitulé précité comporte plusieurs termes qui nécessitent une longue pédagogie, utile certes éventuellement à long terme mais parfaitement parasite à court terme.
Nous avons ainsi utilisé les dénominations «association noire & métisse LGBT» (assumant une identité raciale d’autant plus large que le terme de métissage englobe de nombreuses situations identitaires, ayant refusé l’appellation d’«association noire» qui nous semblait précisément trop restrictive voire raciste), puis «association afro-caribéenne LGBT» ou plus rarement «afro-antillaise», centrée cette fois sur une origine géographique (une pluralité d’origines géographiques, en réalité) et non plus raciale. Cette dernière évolution (du racial vers le géographique) était due à l’implantation antillaise marquée de nos adhérent/e/s et de nos partenaires : progressivement, nous avons compris que l’appellation «noire & métisse» n’était pas en phase avec leur vision car, insistant sur la dimension noire donc africaine, elle paraissait minorer les autres origines raciales que l’on trouve aux populations antillaises : indiennes, amérindiennes, hispaniques, européennes, chinoises... La dimension métisse pourtant présente dans cette appellation aurait dû, en théorie, inclure ces autres origines ; il se trouve que cela n’était pas perçu de cette façon. De plus, les origines sont importantes mais ne sont pas toujours perçues comme étant l’essentiel de l’identité antillaise, certains courants idéologiques souhaitant davantage la voir en ses dimensions présentes et futures.
Enfin, comme on l’a vu, Tjenbé Rèd Prévention est désormais une «association de prévention des racismes, des homophobies & du sida issue des communautés afro-caribéennes». Fin de l’histoire ?
* * *
3°) Quels sont les rapports de Tjenbé Rèd avec les autres associations LGBT ? Quels sont les rapports de Tjenbé Rèd avec les associations antiracistes ? Est-ce plus compliqué de communiquer avec les sphères militantes blanches LGBT qu’avec les sphères militantes noires hétérosexuelles ou inversement ?
Il est difficile de faire une réponse courte à cette question, alors que le temps manque pour y faire une réponse exhaustive.
Les rapports de Tjenbé Rèd Prévention avec les autres associations LGBT sont délicats et nous devons noter que notre candidature à l’Inter-LGBT et au Centre LGBT Paris-Île-de-France a été rejetée sans motivation. Nous sommes cependant membres du Ravad (Réseau d’aide aux victimes d’agressions et de discriminations) ou de la Fédération LGBT (anciennement Inter Centres LGBT) mais cette dernière a violemment rejeté notre demande de création d’une commission fédérale consacrée aux minorités visibles, alors même qu’elle créait par exemple une commission consacrée aux personnes trans. Cependant, nous cosignons régulièrement des communications avec diverses associations LGBT et nous avons des relations de travail avec des associations comme le Refuge ou l’Ardhis (Association pour la reconnaissance des droits des personnes homosexuelles et transsexuelles à l’immigration et au séjour).
Les rapports de Tjenbé Rèd Prévention avec les autres associations antiracistes sont un peu meilleurs mais le premier problème est dans ce cas, plus que la tension, l’indifférence. Il faut dire que nous comptons bien peu d’adhérent/e/s (entre 30 et 40) et que ce critère est très observé. La difficulté des personnes noires & métisses ou afro-caribéennes LGBT à se mobiliser de façon visible est ainsi un effet en même temps qu’une cause des discriminations qui les frappent.
Il faudrait aussi évoquer les relations avec les autres organisations LGBT antiracistes qui sont troublées par d’obscures mais violentes compétitions idéologiques, égotiques ou financières. Le mot de De Gaulle sur «les petits partis qui cuisent leur petite soupe au coin de leur petit feu» trouve ainsi à s’appliquer à plein, ici comme ailleurs il est vrai. Ne dit-on pas «deux trotskystes, un parti ; trois trotskystes, une scission» ?
* * *
4°) Quelle place a Tjenbé Rèd dans la lutte antisida ? Cette lutte est-elle plus importante à Tjenbé Rèd que dans les mouvements LGBT blancs ?
Tjenbé Rèd Prévention est membre du Raac-sida (Réseau des associations africaines et caribéennes agissant en France dans la lutte contre le sida) et anime diverses réflexions : elle fut ainsi la seule à évoquer le sida au cours des États généraux de l’outre-mer en 2009.
Il est bien difficile d’affirmer que la lutte contre le sida est plus importante à Tjenbé Rèd Prévention que dans les mouvements LGBT «blancs» (cette seule dénomination supposerait d’ailleurs elle-même des investigations poussées) car cela supposerait une étude comparative de type universitaire que nous sommes difficilement en mesure de réaliser. Nous constatons régulièrement, en revanche, qu’il est difficile de parler de sida au sein de la communauté associative LGBT et qu’aucune Gay Pride en France n’a jamais pris un mot d’ordre relatif au sida. N’est-ce pas tout dire ?
* * *
5°) Tjenbé Rèd milite-t-elle hors de Paris ? Hors de l’Hexagone ?
Tjenbé Rèd Prévention compte une antenne en Normandie et une autre aux Antilles et en Guyane. Cependant, 80% environ de nos actions se déroule à Paris.
* * *
6°) Il y a-t-il des femmes à Tjenbé Rèd et le groupe Zami est-il toujours actif ?
Tjenbé Rèd Prévention compte douze adhérentes soit environ un tiers de nos effectifs. Cependant, une seule de ces adhérentes est bénévole, même s’il s’agit de notre présidente nationale. Le groupe Zami est en sommeil depuis longtemps suite à une prise de bec qui n’a jamais été expliquée, malgré nos efforts et malgré une assemblée générale extraordinaire consacrée à ce problème.


Réponses par David Auerbach Chiffrin,

porte-parole de Tjenbé Rèd Prévention

Paris, vendredi 19 août 2011


Réf. : 11693.doc | Page sur

similaire:

Questionnaire à l’attention de Tjenbé Rèd iconAnglais Par Christine Reymond a la Une : Red Nose Day
«My love is like a red red rose» de Robert Burns : the history of the poem, the lyrics and a link to a video (although I'm not sure...

Questionnaire à l’attention de Tjenbé Rèd iconFÉDÉration total respect | tjenbé RÈd toute vie est une vie : oui au mariage pour tou/TE/S !
«la discrimination & la violence rendent les personnes lgbt vulnérables à l’infection au vih (virus de l’immunodéficience humaine)...

Questionnaire à l’attention de Tjenbé Rèd iconQuestionnaire de L Questionnaire de la Division a Division
«Hôtel de la Marine». Les hautes autorités de la Mari­ne, sous des appellations variant au gré de l'organisation politique et militaire...

Questionnaire à l’attention de Tjenbé Rèd iconBibliographie 46 glossaire 48 Les annexes 49 Annexe 1 : 50 questionnaire...
«Activité de service de préparation de repas chauds ou froids, en dehors du cadre domestique, à consommer sur place ou ailleurs,...

Questionnaire à l’attention de Tjenbé Rèd iconDans le dernier numéro, Zatopek faisait le procès du Red Bull. Cette...

Questionnaire à l’attention de Tjenbé Rèd iconRed Bull boisson energetique ou énergisante?
«Mandarin» à Hong-Kong, IL a l'idée de créer une boisson inspirée de ce sirop asiatique en se basant sur la boisson thaï «Krating...

Questionnaire à l’attention de Tjenbé Rèd iconQuestionnaire de lecture

Questionnaire à l’attention de Tjenbé Rèd iconQuestionnaire de recherche

Questionnaire à l’attention de Tjenbé Rèd iconQuestionnaire Vide

Questionnaire à l’attention de Tjenbé Rèd iconUn questionnaire pour le cycle 2






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com