De l’amour et de l’ambiguïtÉ





télécharger 215.81 Kb.
titreDe l’amour et de l’ambiguïtÉ
page3/3
date de publication22.10.2016
taille215.81 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > comptabilité > Documentos
1   2   3
(lilt ddxul). Dans l’ancienne Kasbah d’Alger, un orchestre joue un air accompagnant l’entrée dite épisode de la pénétration : qsit ddxul. Il y a un jeu de mot évident entre la défloration (ddxul) et l’entrée de la mariée dans sa nouvelle vie. Dans les campagnes, en particulier en Kabylie, on dit faire « entrer » une mariée et faire « sortir » un mort. Cette distinction dans le langage renvoie aussi aux rapports entre les demandeurs de femmes et les donneurs : les parents de la jeune fille font entrer la mariée, les autres la font sortir (de la maison). Ce qui ne va pas sans analogie avec ce qui a été dit précédemment : la femme meurt symboliquement à son groupe d’origine pour renaître dans le groupe de sa belle-famille.

34. Cf. Freud, S., Éléments de la vie sexuelle, Paris, PUF , 1969, p. 71.

35. Il est bien évident que, lorsque les jeunes gens ont des problèmes d’impuissance, on dit qu’ils sont des linges (chiffons). Autrement dit, la jeune femme passe pour ainsi dire celle qui a ravi à l’homme sa puissance, d’où la culpabilité vécue par les femmes qui se croient en effet responsables de cette déficience. Comme on peut le constater dans l’exemple de cette jeune femme qui raconte son rêve. Sans doute culpabilisée, désire-t-elle (pour son compagnon) une puissance extraordinaire : une verge-tuyau pour arroser la nature (les jardins publics).

36. Freud, S., Eléments de la vie sexuelle, op. cit., p. 71.

37. Certains patients, affirment les médecins, parlent de ®®ebt (l’action de nouer, lier) lorsqu’il s’agit d’une impuissance « temporaire » (sous-entendu : causée par l’action maléfique des femmes) et de &a®, lorsqu’il s’agit d’une impuissance définitive. Le terme &a®, dans ce contexte précis, renvoie à la honte, à l’opprobre, il est utilisé communément pour désigner l’adultère ou la naissance d’un enfant illégitime. Ce sont les femmes qui (dans l’imaginaire social) sont vouées à porter ou subir (ou à produire) l&a®.

38. Les termes restés en usage pour évoquer le vagin sont : la vase, la caverne, le trou béant, les chiffons (haillons)...

39. Il est d’usage de comparer le vagin au miel ou à la soie.

40. Il n’est pas rare de trouver ce thème abordé par les médias. Le film de Allouache, Omar Getlato rrejla (litt. « Omar tué par la virilité »), décrit cette dissymétrie entre la représentation masculine et la réalité.

41. Dans d’autres lieux — en particulier dans certaines villes de l’Est algérien et en Tunisie (Tabarka, Mahdia) — c’est le barbier qui a pour fonction d’initier le jeune marié. Les membres du groupe lui délèguent aussi un jeune déjà initié, dit wzir (vizir), pour l’accompagner chez le coiffeur, au bain maure et jusqu’au seuil de la chambre nuptiale, après avoir franchi la haie des femmes qui ont pour charge de rester avec la jeune mariée. En Kabylie, le barbier est aussi celui qui pratique la circoncision (comme dans certains groupes du Maroc, dans la région d’Asfi) car, dit-on, il détient des armes affûtées. Cette catégorie professionnelle est dite ssane& (litt. l’homme de métier). Il est supposé donner forme à une matière à l’orgine informe. Couper les cheveux revient à séparer le petit garçon du monde féminin (dans certaines régions du Haut Atlas, c’est le fqih qui est chargé de l’opération), de même faire subir la circoncision. Dans le langage amoureux, l’homme qui a une sen&a est celui qui est connu et reconnu comme maître en la matière. En Kabylie, il est commun de dire des homosexuels qu’ils ont une mauvaise habitude (litt. métier). Majid (originaire de la région de Tabarka) affirme que certains gestes du coiffeur sont éminemment sexuels, par exemple le va-et-vient de son instrument de travail : le rasoir. Les salons de coiffure (comme les hammams) sont réputés pour être des lieux de rencontre pour homosexuels.

42. À la fin de la période coloniale, une Algérienne, sage femme à Béni Saf, assistant un médecin français, rencontrait souvent des malades qui, pour dire leur impuissance ou ce qu’ils croyaient tel, employaient l’expression : « Je suis mort ». La médication proposée consistait en « fortifiants » administrés par voie orale ou par injection, ces dernières ayant la préférence des patients. Un homme âgé ayant épousé une jeune fille se plaint de sa « faiblesse », il est « mourant ». Le docteur prescrit une série de piqûres. Et notre homme de solliciter l’infirmière : « Peux-tu m’en faire deux ? »

43. Il est d’usage de dire que le « centre » de la vie se trouve au niveau des testicules (ou derrière l’oreille). Ce sont des parties du corps où la portée des coups peut être mortelle.

44. Yacine, T., L’Izli ou l’amour chanté en kabyle, op. cit., poème 16, p. 91.

45. La dot était, du reste, très élevée : un moyen pour les hommes de faire montre de leurs divers capitaux.

46. Beaucoup d’hommes, par peur d’affronter les femmes, parlent plus volontiers au téléphone ou préfèrent écrire à la femme « aimée » plutôt que de la rencontrer.

« Au fond, affirme N. (30 ans, prépare un doctorat en lettres, détachée à Paris), ils vivent tous la chose sur le mode imaginaire, parce qu’ils sont marqués par l’esprit de concurrence, par la course, comme des gamins, même chez les Français. Les intellectuels, n’en parlons pas… Ils sont encore plus paumés que les autres. Ici aussi l’honneur existe, ils ne l’avouent pas... Et puis les hommes n’arrivent même pas à comprendre qu’on puisse les aimer pour eux-mêmes, ce n’est ni pour le sexe, ni pour le statut... Ils ont toujours l’impression qu’on leur court après pour quelque chose... Comment peux-tu leur faire comprendre que c’est seulement pour quelque chose d’indicible, d’irrationnel, une amitié profonde, illimitée. Tu as raison, ajoute-elle, la vérité fait peur, et les échecs antérieurs inhibent. »

47. Yacine, T., L’Izli ou l’amour chanté en kabyle, op. cit., poème 16, p.91.

48. Cf. Rabinow, P., Un Éthnologue au Maroc, Paris, Hachette, 1988.

49. Le pluriel est ici mis à dessein car il arrive souvent que plusieurs femmes d’un même groupe se trouvent directement impliquées donc engagées dans le processus du dénouement (la jeune épouse, la mère du marié, la belle-mère, les sœurs et belles-sœurs, etc.).

50. Les femmes sont autorisées à sortir et surtout à consulter des voyants et des voyantes, ce qui est habituellement réprouvé dans le code.

51. Cf. héritier, F., Masculin/féminin, Paris, Odile Jacob, 1996, p. 260.

52. Au Maroc, le terme lqiwam (de la QWM) est encore plus significatif en ce qu’il renvoie à la fois à l’érection (au sens propre) mais aussi à la résurrection.

53. Le sable est mis pour le vagin. En revanche, le sperme est associé à l’urine.

54. Les épouses (de cette catégorie d’hommes) sont naturellement bien vues car elles incarnent le dévouement.

55. Il vaut mieux être une femme qu’un homme déchu, déshonoré.

56. Amrouche, T., L’Amant imaginaire, op. cit., pp. 341-342.

57. Cf. Bourdieu, P. ; Sayad, A., Le Déracinement, Paris, Minuit, 1964.

58. Les ânesses étant rares en Kabylie et en de nombreuses régions, cette pratique est vécue sous forme de phantasmes. On raconte souvent que les arabophones qui échangeaient le grain contre de l’huile d’olive louaient leurs ânesses aux jeunes garçons.

59. Nous avons pleinement conscience que c’est l’inverse que l’on rencontre le plus souvent, à savoir, l’intériorisation, par les dominés, des schèmes de l’école coloniale vécue comme une surpuissance. Certains intellectuels vivent leur réussite scolaire comme une véritable initiation. Ils parlent de diplômes (C.E.P., bac, brevet) magiques qui les ont « rendus invincibles ».

60. Depuis l’Indépendance, en particulier, ces pratiques sont laissées aux femmes.

61. Ce terme est indécent, en arabe parlé. Il désigne à la fois celui qui est trompé par sa femme et l’entremetteur, le moulin devant servir de lieu de rencontre. Mais n’est-ce pas là aussi la métaphore de la meule chez les Kabyles qui représente l’acte sexuel proprement dit.

62. Le rapport à la langue est aussi un facteur d’harmonie garantissant la cohésion du tissu social et des relations affectives et amoureuses, qui est bien souvent, lui aussi, négligé, voire ostensiblement ignoré. « La langue française n’est pas excitante, elle est froide. Il faut une langue de l’amour qui ne soit ni le berbère, ni l’arabe, ni le français », déclarent des jeunes « Beurs ». Voir également Soum Pouyalet, F., Femmes et marginalité au Maroc, le cas des Cheikhat, Thèse du doctorat d’État, EHESS, 2002.

63. Bien qu’il soit encore mal vu dans les campagnes de sortir avec sa future femme avant le mariage.

64. Ceux qui ont la possibilité de rencontrer des filles, ce sont les jeunes issus de milieux favorisés (appelés « tchi-tchi » et qui ont des appartements). Les bois (Baïnem, Bouchaoui, dans la région d’Alger) servent de relais pour ceux qui possèdent des voitures.

65. Bourdieu, P., « La domination masculine », art. cit.

1   2   3

similaire:

De l’amour et de l’ambiguïtÉ iconPremière édition du Festival littéraire amoureux "Ces pages d'amour"
«Ces pages d’amour» organisée par l’Association Book1 dans le cadre du programme «Strasbourg mon Amour», en partenariat avec l’Amicale...

De l’amour et de l’ambiguïtÉ iconParoles de guillaume de saint thierry
«L'art des arts est l'art de l'amour L'amour est suscité par le Créateur de la nature. L'amour est une force de l'âme, qui la conduit...

De l’amour et de l’ambiguïtÉ iconAmour et erotisme au cinema
...

De l’amour et de l’ambiguïtÉ iconVœux du personnel communal 2016
«La haine trouble la vie, l’amour la rend harmonieuse, la haine obscurcit la vie, l’amour la rend lumineuse»

De l’amour et de l’ambiguïtÉ iconL'Humour et l'Amour à notre Secours ?

De l’amour et de l’ambiguïtÉ iconQuelques mots d’amour (berger)

De l’amour et de l’ambiguïtÉ iconÀ demain sur la lune –alors amour

De l’amour et de l’ambiguïtÉ iconParcours : Une histoire d’amour à Paris…

De l’amour et de l’ambiguïtÉ iconPréface à la deuxième édition (1859) L’amour impossible, jugé par Barbey

De l’amour et de l’ambiguïtÉ iconParcours : une manif «Peace and Love» sous le signe de la bonne humeur et de l’amour






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com