Comment penser les relations entre le cinéma et la photographie ?





télécharger 348.56 Kb.
titreComment penser les relations entre le cinéma et la photographie ?
page3/5
date de publication28.10.2016
taille348.56 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > comptabilité > Documentos
1   2   3   4   5
Ulysse


, A. VARDA (1982)_


Agnès Varda, cinéaste, photographe et plasticienne, réalise ce court-métrage à partir d’une


photographie (sur laquelle elle mène une enquête). Son questionnement l’amène à remonter le


temps et va à la rencontre de ceux faisant partie de ce moment de photographie. Le présupposé


de l’enquête est que la photo témoigne d’un évènement passé auquel on peut essayer de revenir


(cf. Barthes,


La Chambre Claire


: « Ce qui définit la photographie, c’est un rapport particulier de


l’image à son référent. Il n’est pas le même que celui des autres systèmes de représentation : ce



n’est pas la chose facultativement réelle, mais celle nécessairement réelle qui a été placée devant


l’objectif et sans laquelle il n’y aurait pas de photographie. (...) Le nom d’une


noème


(l’essence


même) de la photographie sera donc ça-a-été. »). La photographie est un certificat de présence


mais n’a peut-être pas grand chose à dire en elle-même, Varda va ainsi entreprendre de la faire


parler.


Si j’avais quatre dromadaires


, C. MARKER (1966)_


Chris Marker hybride les formes et les registres de discours, il y a continuité d’un médium à l’autre.


Ici, il agence ses images avec des sons et des voix. Les personnages ne voient pas la même


chose. Dans


Rhétorique de l’image


, Barthès analyse les différents types de rapports possibles


entre un texte et une image : associer un texte à une image, c’est en fixer le sens. Il distingue deux


types de rapports : l’ancrage et le relais. Marker propose des commentaires à la fonction


d’ancrage, mais parce que texte et image s’entrechoquent, on sort de l’attitude passive, pris dans


un faisceau de commentaires contradictoires. On devient une sorte de spectateur penseur. Dans


ce film, comme dans


Ulysse


, le réalisateur aborde la photo par ce qu’elle manque.


La Jetée


, C. MARKER (1962)_


Cette oeuvre se situe véritablement entre la photo et le cinéma puisqu’elle possède la fixité de la


photographie mais le temps et le montage du cinéma. Elle remet en cause les spécificités des


médiums dans un « entre-images ». Les photos sont d’abords des documents, dont l’auteur


investit la force pour les faire parler. Plutôt que de partir de la photo, celle-ci est déjà prise dans


une histoire au moment où elle est créée. Il la fait sortir de son


évidence muette


. Il joue avec notre


rapport affectif à la photographie, avec sa valeur documentaire : on a le sentiment de « ça a été »


alors qu’elle est en fait un moteur de fiction, au service d’une histoire. Dans


L’Entre-Images


,


Bellour dit de


La Jetée


que « Même si le film est de fiction, la photo possède une dimension


documentaire inéluctable. Elle ne double pas le temps comme le fait le film, elle le suspend, le


fracture, le gèle et en celà, le documente. » Philippe DUBOIS propose de définir cette image


comme cinématogramme. Ici, Marker ne disserte pas sur la nature des deux médiums (pas


d’approche théorique comme Agnès Varda), il l’interroge par la fiction. Le voyage dans le temps du


protagoniste, c’est un voyage à travers l’image (son passé, sa forme), sa lutte pour pouvoir circuler


entre les temps est celle de la circulation entre les différents médiums.


Dès le début de


La Jetée


, les deux temporalités viennent s’entrechoquer : sur le premier plan, il


nous faut un certain temps pour nous apercevoir qu’on a une image fixe. Le mouvement de la


caméra n’est pas un travelling aérien mais un travelling sur image, la sonorisation diégétisante


(dixit P. Dubois) vient masquer pendant un moment la nature muette de la photographie. La photo


est ainsi problématisée. Les séquences sont construites selon un style et une structure


cinématographique (fondus enchainés, au noir, etc.) qui donne une fluidité à la séquence


photographique. Un découpage vient agencer différentes échelles de plan et différents angles de


vue. Le cinématographique n’est pas ici identifié au mouvement par rapport à la fixité puisqu’elle


ne vient pas le menacer, la continuité de l’espace-temps diégétique est assuré par le montage.


C. Metz : « La photographie, comme la mort, est un enlèvement instantané d’un objet du monde


pour le placer dans une autre sorte de temps, à la différence du cinéma qui, après l’acte


d’appropriation, replace l’objet dans un temps qui se déroule de manière similaire à celui de la vie.


» Le cinéma reproduit la vitalité du présent alors que la photographie est une représentation du


passé. En hybridant les conventions des deux médiums dans une même oeuvre, le film remet en


cause l’opposition binaire entre le cinéma et la photographie, leurs rapports à la vie et la mort, au


présent et au passé.


Uriel ORLOW : « Dans


La Jetée


, la photo rappelle au cinéma que, comme elle, il ne peut


représenter le temps réel dont le flux ne peut jamais être stoppé ni divisé en parts égales. Le film


propose un autre type de temporalité qui ne repose pas seulement sur le mouvement qui combine


le « ça a été » et le « peut-être est-ce encore » de la photographie avec le « cela est » ou « cela


sera » du cinéma. » Fluidité entre passé, présent et futur. Dénaturalisation du temps


cinématographique. Le cinéma peut lui aussi inventer ses temps propres, produisant un effet de


distanciation renvoyant au spectateur pensif.



4. Arrêter, ralentir l’image.


!Le cinéma peut lui aussi inventer ses temps propres, produisant un effet de distanciation


renvoyant au spectateur pensif. D’après Bellour, l’arrêt sur image n’est pas une irruption violente


du photographique dans le film, mais « l’effet-photo » au cinéma : « cette façon qu’a le cinéma de


tordre le cou (tordre sa temporalité) pour se voir et de se transformer (arrêt) en intégrant les


données apparemment les plus contraires à sa nature de spectacle illusoire fondé sur la continuité


et la transparence du mouvement. » C’est aussi le signe que le réalisateur exerce un contrôle sur


son film et son public, il signale sa présence (c’est pourquoi l’arrêt sur image était, à ses débuts,


plus fréquent dans le cinéma d’auteur, période moderne). Remise en cause du mouvement au


cinéma. Deux types d’arrêt sur image : celui inhérent au film (choisi par l’auteur) et celui du


spectateur ou de l’analyste face au visionnage. Ce procédé relève d’un paradoxe : l’image est


arrêtée sans que le temps ne le soit (la pellicule continue à défiler).


Les 400 Coups


, F. TRUFFAUT (1959)_ Fin du film_


L’action se fige dans le regard-caméra. Dans


A propos de l’impression de réalité au cinéma


, Metz


s’interroge sur les rapports entre l’impression de réalité et la croyance du spectateur, sa


participation affective : « Le secret du cinéma, c’est injecter dans l’irréalité de l’image la réalité du


mouvement et réaliser l’imaginaire jusqu’à un point jamais atteint. » L’arrêt sur image, ajouté au


regard-caméra, nuit à l’effet de réel et figure l’impasse du héros et ce moment de sortie du film.


Mais ici, cette sortie du film permet de prolonger autrement notre expérience de spectateur, elle


provoque notre imaginaire. Le personnage reste figé dans un « ça a été » (c’est sa sortie de


l’enfance). L’arrêt permet ici d’ouvrir le film et le temps, grâce au pouvoir de la photographie, vers


un avenir. C’est également un trouble au niveau du son. Serge DANEY, pour sa part, considère


l’arrêt sur image comme une « pulsion de mort », un suicide du cinéma (puisqu’il perd alors de sa


puissance de vie).


Double Blind / No Sex last night


, S. CALLE (1992)_


Le montage alterne des séquences vidéos mobiles et des images prélevées de la bande vidéo.


Cette alternance participe à une écriture du temps qui vient rendre compte d’une expérience


subjective. Quand ils s’arrêtent, le mouvement et la fluidité s’arrêtent aussi, ils sont pris dans


l’image, figés. Frustration du spectateur qui se retrouve aussi arrêté dans sa perception. La


distorsion du temps filmique ne cherche pas ici à dénaturaliser l’image mais à lui donner un autre


aspect réaliste. Bellour pointe le changement de l’expérience vécue par le spectateur.


Dans


Le Texte Incitable


, il parle de l’analyse de film textuelle (qui apparait dans les années 70) : «


le film se déploie dans le temps et dans l’espace, l’analyste ne peut donc citer véritablement le


texte ; l’arrêt sur image n’est qu’un substitut à son impuissance. Sa fonction contradictoire est


d’ouvrir la textualité du film à l’analyste tout en l’interrompant. »


!Le ralenti remet lui aussi en question la temporalité du film (il consiste à augmenter le


nombre d’images par seconde lors de la prise de vue afin de pouvoir ensuite ralentir le


mouvement). C’est une dilatation du mouvement, alors que l’arrêt sur image est son immobilité.


Leur point commun est de remettre en cause le mode narratif classique de l’image animée.


In The Mood for Love


, W. KAR-WAI (2000)_ Le croisement dans l’escalier_


Moments de suspension, de grâce, dans l’histoire de ces deux personnages qui se croisent.


Ressort narratif et esthétisant. Distanciation onirique.


Le ralenti fait sentir d’une manière privilégiée ce qui se joue dans une scène d'un point de vue


esthétique, narratif, sensoriel, etc. C’est un moment de suspension des images pour peut-être


mieux nous faire entrer dans le temps, dans la profondeur du temps. C’est une manière d'ouvrir les


possibilités du cinéma : tout comme la photo, qui n'est pas instantanée, le cinéma peut ne pas


reproduire le mouvement empirique / un temps objectivé.



Du point de vue de la réception du spectateur, le ralenti est-il un procédé de distanciation ou peut-


on continuer d'y croire ? Selon les situations, on peut être de l'un ou de l'autre côté ; de l'ordre du


général il y a peut être toujours un effet d'implication qui peut être plus ouverte qui peuvent le sortir


du film ou l'amener d'une autre manière de s'impliquer.


!Un autre procédé technique de ralenti : le


time-slice


(tranche), procédé des 80's développé


par Tim MACMILLAN qui consiste à disposer plusieurs appareils photos autour d'un sujet en


mouvement et à tous les déclencher en même temps. La succession à l'écran de ces images


prises de différents points de vue ressemble à un regard qui se meut dans un espace figé. Ce


procédé est aussi appelé


bullet-time


. Le time-slice est assez proche de la chronophotographie de


Muybridge, car il repose sur un déclenchement successif mais très rapide qui donne cet


impression de ralentit plutôt que d'espace figé) : le corps est figé dans l'espace et le regard de la


caméra lui tourne autour. Une continuité des procédés photographiques influe sur les procédés


cinématographiques. Son utilisation la plus célèbre est certainement dans


Matrix


(1999) : en


sortant du temps réel du mouvement rapide, en l'étirant, on peut voir la précision des gestes ; c’est


une sorte de zoom dans le temps. Figure de sur-implication du spectateur qui ne sort pas du film


mais qui y entre justement encore plus vite.


!Le cinéma peut inventer ses temps propres, des temporalités qui ne cherchent pas à


reproduire les temporalités objectives de la vie. Il y a un temps propre à chaque film certes (grâce


au montage), mais le ralenti ou l'arrêt sur image crée une temporalité différente depuis l'intérieur


d'un plan. C’est-à-dire que l'hybridation avec un temps photographique, qui tend vers la fixité,


serait une manière de construire des temporalités singulières.


Que devient cette question de fixité et de mouvement si on s'intéresse à ce qui est mis en scène


devant la caméra ?


!Il y a différents types de performance physique : la différence entre photographie et cinéma


devient la différence entre ce qui est posé et ce qui est joué. Ces performances ne sont pas


inhérentes à la nature du médium. On pourrait jouer dans la photographie ou à l'inverse (exemple


de Warhol), la pose au cinéma serait une forme profilmique, un arrêt dans le mouvement. Cette


hybridation entre photographique et cinématographique peut jouer sur la distinction entre joué et


posé : tableaux vivants au théâtre, certains gros plans qui forment une pause au cinéma (portraits


photographiques ?), flou de mouvement en photographie ou utilisation de scènes narratives.


——————————


1   2   3   4   5

similaire:

Comment penser les relations entre le cinéma et la photographie ? iconLe Web entre aux archives
«Internet est un média qui change les relations entre les personnes, ou entre les institutions et les personnes. C’est une image...

Comment penser les relations entre le cinéma et la photographie ? iconARt’reseau 2008 «Composer avec l’histoire»
«Quelle histoire la photographie», dans Les cahiers de la photographie, N°3, 1981

Comment penser les relations entre le cinéma et la photographie ? iconUne petite histoire du cinéma
«boude» le cinématographe et le public est composé d'enfants, de femmes, de vieillards et d'ouvriers. Les frères Lumière arrêtent...

Comment penser les relations entre le cinéma et la photographie ? iconEnjeux de la rencontre entre dessin anime et cinema en prise de vues...
...

Comment penser les relations entre le cinéma et la photographie ? icon1. Quelles relations entre jeu et apprentissages à l’école ?

Comment penser les relations entre le cinéma et la photographie ? iconBulletin de reinformation du lundi 18 novembre 2013
«Les relations commerciales entre nos deux pays sont indignes de la qualité de la relation politique»

Comment penser les relations entre le cinéma et la photographie ? iconLes actualités pendant le conflit : les contraintes de la propagande
«couverture» par le cinéma. Aussi, voici quelques repères pour mieux comprendre comment la première guerre mondiale a été représentée...

Comment penser les relations entre le cinéma et la photographie ? iconComment engager une classe dans un film ?
«gag» : recherche sur le sens du mot, d’exemples (théâtre ou cinéma). Pourquoi rit-on ?

Comment penser les relations entre le cinéma et la photographie ? iconDescriptif ateliers festijeunes
...

Comment penser les relations entre le cinéma et la photographie ? iconLes relations patronales franco-allemandes dans l’empire au cours...
«La sous-série vi-6, relations commerciales bilatérales» à laquelle renvoyait le commentaire écrit de M. Cottarel et plusieurs autres...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com