Comment penser les relations entre le cinéma et la photographie ?





télécharger 348.56 Kb.
titreComment penser les relations entre le cinéma et la photographie ?
page5/5
date de publication28.10.2016
taille348.56 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > comptabilité > Documentos
1   2   3   4   5
Memento





elle fait douter de la réalité) et devient un lieu où se jouent des questions de vérité, mensonge,


falsification, etc.


4. Filmer l’acte photographique : figures de photographes au cinéma.


Exposé


Blow Up.


!Comment le cinéma met-il en scène la figure, le regard du photographe ? Que dit-il, par ce


moyen, de ce qu’est la pratique photographique ? du point de vue de sa sensibilité mais aussi de


son rôle social. (Différence d’intention sur ce sujet entre fiction et documentaire.)


!David CAMPANY, de


Picture Snatcher


, de Lloyd Bacon (1933), à


Pecker


, de Roger Waters


(1998), remarque que les photographes sont souvent dépeint comme des marginaux, inadaptés


et/ou solitaires, ayant un rapport particulier au monde (il le voit différemment de la masse, y est


plus sensible, mais en même temps s’en éloigne, le met à distance, par le biais de l’appareil


photo). Effectivement, la photo propose un substitut dangereux à la vraie intimité et à une


implication vivante dans le monde : c’est autant une barrière qu’un canal d’échange social. Le


photographe est pris dans une tension, à la fois voyant et voyeur. Le cinéma met en scène une


pratique photographique sur des jeux de regard (celui du photographe mais aussi des


photographiés > enjeu photographique) : qui possède la capacité de voir et qui est la personne


regardée ?


Blow Up


, M. ANTONIONI (1967)_


Le photographe incarne la figure masculine, le spectateur étant pris dans sa masculinité. Les


femmes photographiées sont les objets (du regard), ce sont des « femmes-images ». Thomas joue


avec le pouvoir de la représentation photographique. Dans le parc, il devient voyeur. Pouvoir de


celui qui regarde, mais également impuissance de celui qui cherche toujours quelque chose (qui


erre) sans jamais vraiment le trouver. L’action de photographier ne fonctionne que si le


photographe se laisse pénétrer par les actions des autres.


Fenêtre sur cour


, A. HITCHCOCK (1954)_


Tout le film est construit autour de la figure d’un photographe forcé à rester chez lui, pas à travers


ses images mais à travers la manière dont il incarne un agencement de regards. Avant même qu’il


parle, la situation narrative est présentée par le long plan-séquence sur les images


photographiques, l’appareil photo, mais surtout le vis-à-vis sur les appartements de l’autre côté de


la cour. Le regard du photographe s’impose dans le film, en tant que figure masculine machiste.


!Laura MULVEY écrit « Visual pleasure and narrative cinema », l’un des premiers textes qui


se propose d’analyser la structure inconsciente par l’autorité patriarcale du cinéma classique


hollywoodien. Elle aborde l’analyse en s’appuyant sur la théorie psychanalytique (Freud). Pour


elle, la figure féminine est d’abord pensée pour satisfaire le plaisir visuel du mâle et lui donner


sujet à fantasme. L’homme créerait du sens alors que la femme serait un réceptacle passif,


porteuse


de sens. « La femme comme image, l’homme comme vecteur du regard. » Pour elle, les


figures féminines sont pensées « to be looked at less » : la femme serait une image, un objet du


regard. Le photographe est un voyeur socialement accepté (puisqu’il est photographe) qui


regarde, et peut agir paradoxalement par le regard, tout en étant hors de portée de ceux qu’il


observe.



War Photographer


, C. FREI & J. NACHTWEY (2001)_ Début du film_


Le film problématise la question du photographe voyeur dans une démarche documentaire :


comment peut-on, par le cinéma, saisir la démarche du photographe dans sa complexité ? Quel


dispositif cinématographique permet de montrer une manière de regarder ? Tentative de


documenter la photographie comme un processus, la temporalité de fabrication d’une image.


Le personnage du photographe est mis en scène mais n’est pas inventé : il apparait


progressivement par son regard (caméra subjective au-dessus de l’appareil photo). Il est


documenté, en action, par plusieurs points de vue lorsque le cinéma rejoue la situation


photographique, violente, intrusive. On est alors nous-même mis en position de voyeur, le film


nous impose une forme de violence. La photographie est un évènement qui engage photographe,


photographiés, et les gens qui, de manière générale, sont autour de l’appareil. Elle est le résultat


d’une interaction humaine, documentée ici par le cinéma (chorégraphie des corps, enjeu humain et


politique).


!!!!!!!!Fin du film_


Le filme insiste sur le pouvoir du photographe avant de passer au rapport humain, l’empathie, la


compassion, qui va de paire avec le métier de photographe de guerre. Pendant le temps où il est


sur place, il partage un moment avec les photographiés, partage leur mode de vie


momentanément.

1   2   3   4   5

similaire:

Comment penser les relations entre le cinéma et la photographie ? iconLe Web entre aux archives
«Internet est un média qui change les relations entre les personnes, ou entre les institutions et les personnes. C’est une image...

Comment penser les relations entre le cinéma et la photographie ? iconARt’reseau 2008 «Composer avec l’histoire»
«Quelle histoire la photographie», dans Les cahiers de la photographie, N°3, 1981

Comment penser les relations entre le cinéma et la photographie ? iconUne petite histoire du cinéma
«boude» le cinématographe et le public est composé d'enfants, de femmes, de vieillards et d'ouvriers. Les frères Lumière arrêtent...

Comment penser les relations entre le cinéma et la photographie ? iconEnjeux de la rencontre entre dessin anime et cinema en prise de vues...
...

Comment penser les relations entre le cinéma et la photographie ? icon1. Quelles relations entre jeu et apprentissages à l’école ?

Comment penser les relations entre le cinéma et la photographie ? iconBulletin de reinformation du lundi 18 novembre 2013
«Les relations commerciales entre nos deux pays sont indignes de la qualité de la relation politique»

Comment penser les relations entre le cinéma et la photographie ? iconLes actualités pendant le conflit : les contraintes de la propagande
«couverture» par le cinéma. Aussi, voici quelques repères pour mieux comprendre comment la première guerre mondiale a été représentée...

Comment penser les relations entre le cinéma et la photographie ? iconComment engager une classe dans un film ?
«gag» : recherche sur le sens du mot, d’exemples (théâtre ou cinéma). Pourquoi rit-on ?

Comment penser les relations entre le cinéma et la photographie ? iconDescriptif ateliers festijeunes
...

Comment penser les relations entre le cinéma et la photographie ? iconLes relations patronales franco-allemandes dans l’empire au cours...
«La sous-série vi-6, relations commerciales bilatérales» à laquelle renvoyait le commentaire écrit de M. Cottarel et plusieurs autres...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com