Rareté et éditions limitées = «marketing de la rareté», encore appelé «marketing de manque» ou «marketing de la pénurie»





télécharger 18.79 Kb.
titreRareté et éditions limitées = «marketing de la rareté», encore appelé «marketing de manque» ou «marketing de la pénurie»
date de publication10.05.2017
taille18.79 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > comptabilité > Documentos
Fiche stratégie


Nom de la stratégie :

Rareté et éditions limitées = « marketing de la rareté », encore appelé « marketing de manque » ou « marketing de la pénurie ».

Objectifs auxquels elle répond :

Nouvelle technique pour différencier leur offre de biens et services et ainsi s’adapter à l’évolution du comportement des consommateurs.
Les objectifs sont assez différents. Pour la plupart des entreprises, il s’agit de différencier leur offre sur des marchés saturés pour relancer les ventes, d’offrir de la valeur au produit pour séduire le consommateur, d’activer la peur du manque du consommateur pour le pousser à l’achat. Pour certaines, l’objectif du marketing de la rareté est de créer du trafic sur le point de vente (le « Mois historique » de Carrefour), pour d’autres, d’entretenir leur image de marque.

Evènements qui annulent l’impact :

On peut tout simplement rater son lancement si trop de consommateurs insatisfaits se rabattent sur une autre marque ou un autre produit. L’image de l’entreprise peut être entachée, la fiabilité de la marque, mise en cause.

Bilan : des consommateurs finaux déçus, du chiffre d’affaires perdu, des revendeurs frustrés et un risque de contrefaçons, comme ce fut le cas, avec le maillot de l’équipe de France de football au moment de la Coupe du Monde.

Cela consiste en … :

Définition : Le « marketing de la rareté » est en fait un ensemble de techniques utilisées en promotion des ventes visant à promouvoir le produit en le restreignant. « Imposer des restrictions à la promotion (notamment donner des indications sur la rareté et le nombre limité) constitue une information que l’individu va éventuellement utiliser pour déterminer la valeur de l’offre promotionnelle » (Desmet, 2002).



Techniques :

Une première technique courante consiste à vendre en quantité limitée des produits à des prix très attractifs. Dans ce cas de figure, la rareté n’est pas objective, mais plutôt le résultat du discours du distributeur qui suggère au consommateur un sentiment de pression temporelle. Ce sont les grandes opérations promotionnelles du « mois historique » chez Carrefour par exemple. Pour cette enseigne, l’attractivité de l’offre repose sur un produit différent chaque jour à un prix très bas avec des quantités limitées affichées. Le message est explicite : « Demain, il n’y en aura peut-être plus ! ». Même si, dans l’absolu, les quantités affichées ne correspondent à aucune restriction de ventes par rapport à une opération promotionnelle habituelle, le distributeur veut susciter par la mise de scènes orchestrées autour des quantités limitées un sentiment d’ « effet d’aubaine » (Desmet, 2002). Ce terme décrit une promotion par réduction du prix avec un caractère évènementiel et temporaire. Le consommateur doit se hâter afin de ne pas manquer l’opportunité rare.
Une autre méthode appartenant au « marketing de la rareté » consiste à organiser sciemment la pénurie de l’offre afin de doper les ventes. L’exemple le plus connu est celui du lancement de la Playstation 2 le 24 Novembre 2000 à 0 heure. La restriction des quantités est annoncée de façon évènementielle, des mois à l’avance. Le jour du lancement, les files d’attente formées avant même l’ouverture des magasins sont témoin du phénomène de pression temporelle suscité par cette rareté. Les consommateurs veulent être les premiers à posséder l’objet rare !
Enfin, la dernière technique connue est celle des séries limitées qui, comme leur nom l’indique, sont produites en quantité restreinte. Deux variantes de cette technique sont pratiquées. Il peut s’agir d’un produit courant au prix habituel sur lequel on modifie un élément du design pour dynamiser l’offre ou créer un effet collection (la bouteille d’Evian pour Noël, la Twingo Kenzo…). Une stratégie beaucoup plus élitiste consiste à produire un produit rare, plus cher, d’une meilleure qualité. Les consommateurs visés ont l’impression d’échapper au marketing de masse. Dans les deux cas, la contrainte quantitative a pour vocation de susciter une motivation supplémentaire de posséder le produit hors du commun.

Avantages /inconvénients :

Ce « astucieux » marketing de la rareté s’étend à de plus en plus de secteurs. Certes, cette stratégie aboutit dans certains cas à un succès. Mais il existe des limites à son utilisation : à long terme, cette stratégie ternit l’image de l’entreprise. Elle n’est pas applicable à tous les secteurs. Risque de lasser les consommateurs, de moins en moins dupes face aux stratégies des entreprises ?
Dans toutes ces approches pratiques, la rareté est organisée de façon évènementielle.

Ces produits rares le sont par rapport à une demande abondante dopée par une communication centrée sur cette rareté, ou par rapport à un état antérieur différent, plus abondant. Cette insuffisance est évènementielle ou ponctuelle. Le produit est rare « par rapport à » un autre état, imaginable, possible ou passé. Il s’agit donc d’une rareté toute relative, souvent artificielle, imaginée de toute pièce par les producteurs.

Comment ? : (Méthodologie, modalités, coût etc. ...)

Plus qu’un concept marketing, la rareté est une technique managériale classique qui existe sous différentes variantes insistant sur l’insuffisance de l’offre ou la forte demande.

Qu’elle soit le fait de restrictions quantitatives ou temporelles, la rareté sciemment organisée veut susciter l’envie, accroître la motivation du consommateur.


Les outils pour y arriver se ressemblent : promotions, séries limitées et surtout un message commercial qui consiste à faire croire aux consommateurs qu’ « il n’y en aura pas pour tout le monde » ou à se vanter d’une production en quantité très limitée.
L’effet de manque ressenti par le consommateur est créé par une restriction de la promotion due à des indications sur le nombre limité.

Sources d’information :

Cours Marketing : http://coursdemarketing.blogspot.com

La rareté : définition et effets sur le comportement du consommateur : J. Lallemand (PDF)

http://www.actionco.fr/xml/Archives/Action-Commerciale/212/588/Quand-la-rarete-fait-vendre/

Le petit Robert et Wikipédia

http://www.actionco.fr/xml/Archives/Action-Commerciale/219/723/Marketing-de-la-rarete-une-arme-redoutable-iSpecial-20-ans-i-/Default.asp?iPage=2

http://www.chefdentreprise.com/ : Transformer la rareté en argument de vente

Exemples d’entreprises :

  1. La rareté issue de la promotion, ou la « rareté – effet d’aubaine »

CARREFOUR : les grandes opérations promotionnelles du « mois historique » chez Carrefour par exemple. Pour cette enseigne, l’attractivité de l’offre repose sur un produit différent chaque jour à un prix très bas avec des quantités limitées affichées. Le message est explicite : « Demain, il n’y en aura peut-être plus ! »


  1. la rareté temporelle organisée, ou pénurie volontaire

SONY : L’exemple le plus connu est celui du lancement de la Playstation 2 le 24 Novembre 2000 à 0 heure. La restriction des quantités est annoncée de façon évènementielle, des mois à l’avance. Le jour du lancement, les files d’attente formées avant même l’ouverture des magasins sont témoin du phénomène de pression temporelle suscité par cette rareté. Les consommateurs veulent être les premiers à posséder l’objet rare !



  1. les séries limitées, ou rareté quantitative.

GLENDFIDICH : le Whisky Glendfidich vend une production de 40 ans d’âge dont il ne reste que 250 caisses.

H&M : fin 2004, lance une série limitée de vêtements signés Karl Lagerfeld. C'est aussitôt l'émeute, les clientes s'arrachant, dans les magasins de la marque, les trente pièces dessinées par le célèbre couturier. En fait, la chaîne suédoise avait affiché la couleur durant sa campagne de promotion: il n'y aurait pas de réassort. Ce qui signifiait clairement qu'il n'y en aurait pas pour tout le monde.

Dans les deux cas, la contrainte quantitative a pour vocation de susciter une motivation supplémentaire de posséder le produit hors du commun.

similaire:

Rareté et éditions limitées = «marketing de la rareté», encore appelé «marketing de manque» ou «marketing de la pénurie» iconRésumé L’histoire du marketing s’inscrit dans une évolution aux facettes...
«les marketings sectoriels» (marketing b to B, marketing des services, marketing de la haute technologie, etc.); la pause du débat...

Rareté et éditions limitées = «marketing de la rareté», encore appelé «marketing de manque» ou «marketing de la pénurie» iconLe Marketing de la Résurrection – lalique

Rareté et éditions limitées = «marketing de la rareté», encore appelé «marketing de manque» ou «marketing de la pénurie» iconE poste recherché : Marketing/ Développement des Ventes

Rareté et éditions limitées = «marketing de la rareté», encore appelé «marketing de manque» ou «marketing de la pénurie» iconInterview d’Arnaud Bouthéon, directeur marketing du village gaulois (extraits)

Rareté et éditions limitées = «marketing de la rareté», encore appelé «marketing de manque» ou «marketing de la pénurie» iconManuels de programmation, fiches marketing, manuels utilisateurs, jeux vidéo etc

Rareté et éditions limitées = «marketing de la rareté», encore appelé «marketing de manque» ou «marketing de la pénurie» iconCommuniqué de Presse
«L'expertise et les références de Neolane et de Business & Decision en matière de marketing multicanal et de relation client ont...

Rareté et éditions limitées = «marketing de la rareté», encore appelé «marketing de manque» ou «marketing de la pénurie» iconCours de Benoît d’Aiguillon, «La publicité Audiovisuelle»
«zooms» sur un produit et un domaine particuliers pour analyser, grâce à des exemples précis, la portée du phénomène du «celebrity...

Rareté et éditions limitées = «marketing de la rareté», encore appelé «marketing de manque» ou «marketing de la pénurie» iconDéfinition précise Stratégie Marketing
...

Rareté et éditions limitées = «marketing de la rareté», encore appelé «marketing de manque» ou «marketing de la pénurie» iconPour mieux connaître le personnage, pour le caractériser
«Jolie perf !» (p. 9) – «C’est pas la place des femmes, encore moins des jeunes filles.» (p. 31) – «…remarquable qui réussit bien...

Rareté et éditions limitées = «marketing de la rareté», encore appelé «marketing de manque» ou «marketing de la pénurie» iconLes mutations de la société française depuis 1945
«spécifique sénior» effraie les services marketing, soucieux de conserver une image jeune à leur entreprise (…)






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com