Rapport de jury capeps ecrit 1 2004 s ujet : «Les enjeux éducatifs du sport scolaire et des associations sportives depuis le début des années soixante. Quelles évolutions, quelles perspectives ?»





télécharger 67.19 Kb.
titreRapport de jury capeps ecrit 1 2004 s ujet : «Les enjeux éducatifs du sport scolaire et des associations sportives depuis le début des années soixante. Quelles évolutions, quelles perspectives ?»
page1/3
date de publication14.05.2017
taille67.19 Kb.
typeRapport
h.20-bal.com > comptabilité > Rapport
  1   2   3
Rapport de jury CAPEPS Ecrit 1 2004

SUJET : « Les enjeux éducatifs du sport scolaire et des associations sportives depuis le début des années soixante. Quelles évolutions, quelles perspectives ? »
INTRODUCTION

Les compositions réalisées par les candidats de la session 2004 mettent en évidence une moyenne des notes qui ne subit pas l’influence de l’accroissement du nombre de candidats ayant composé. Elle atteint 06,44 / 20 contre 06,12 en 2003, 06,16 / 20 en 2002 et 05.75 / 20 lors de la session 2001. Les efforts entrepris par chacun, formateur ou candidat, semblent porter leurs fruits pour le plus grand nombre. Ils doivent être poursuivis, notamment en renouvelant le conseil de lecture méthodique des rapports successifs et en s’attachant à inscrire la composition dans le champ spécifique de cette première épreuve d’admissibilité.

Dans un souci de rendre transparentes les attentes du jury, le rapport 2004 propose au lecteur trois

champs de commentaire :

- les connaissances et les niveaux de traitement du sujet,

- les erreurs à éviter,

- les facteurs de réussite et les conseils de préparation.
Les éléments présentés ci-après ne tentent nullement de constituer un corrigé du sujet 2004, corrigé qui n’aurait aucune fonction préparatoire à la session 2005 ; ils témoignent à la fois des productions effectives des candidats et mettent en évidence les niveaux d’intégration des notions essentielles au service d’une composition portant sur l’éducation physique et sportive, son histoire et ses composantes culturelles. Les candidats malheureux de la session 2004 et les nouveaux candidats 2005, s’ils acceptent de devenir des lecteurs des rapports successifs, trouveront ici le témoignage de la permanence des procédures en usage, mais également la volonté affirmée de rendre compréhensible le cadre de classement des copies.
I/ LES CONNAISSANCES ET LES NIVEAUX DE TRAITEMENT DU SUJET

1. Connaissances et contenus en réponse au sujet

Le jury a retenu a minima quatre notions clés qui supposaient une analyse soutenue : le sport scolaire bien évidemment, l’Association Sportive et les enjeux éducatifs. Pour la quatrième, il revenait au candidat de ne point omettre le terme d’Education Physique et Sportive, « en creux » dans cet énoncé et pourtant central dans le libellé de l’épreuve.

Non seulement il était essentiel de définir les mots-clés, les uns présents dans l’énoncé et l’autre sous-jacent, pour effectivement les distinguer, les positionner, mais il convenait impérativement de les situer les uns par rapport aux autres, de les mettre réciproquement en perspective. En effet, en aucun cas le sujet ne se suffisait d’un traitement indépendant de chacun des termes clés ; au contraire, il incitait à faire ressortir les liens étroits qui se sont noués, dénoués et parfois renoués entre eux, permettant de rendre compte d’une partie non négligeable de l’histoire de notre discipline. Il convenait alors de faire émerger les différents niveaux d’enjeux grâce à une argumentation solide se référant :

- aux textes officiels jalonnant la construction de la discipline,

- aux lois utilisant le sport scolaire, l’AS, l’EPS comme éléments de culture,

- aux différents acteurs ayant oeuvré pour donner à la discipline sa spécificité,

- aux contextes et environnements de chaque période.

Du point de vue des connaissances, il apparaissait impératif de connaître les lois organiques fondant le sport scolaire (1945, 1950...), tout comme les textes officiels le réglementant (circulaire 1962, IO 1967, 1985, 1986, programmes 1996, 1998, loi Mazeaud 1975, loi E. Avice 1984, charte de l'UNSS ...), témoignant de l'évolution des enjeux éducatifs. Il fallait nécessairement prendre appui sur ces derniers pour construire le devoir.

Les candidats ne pouvaient omettre de rappeler que derrière l'évolution des fédérations sportives scolaires, le plus souvent réduite à un simple passage de l'OSSU à l'ASSU, puis de l'ASSU à l'UNSS et la FNSU (avec mise en place de la "formule masse"), se cachent en réalité : des débats d’idées, des conflits de personnes, des enjeux d’orientation et de niveau de contrôle. Les enjeux pouvaient alors prendre une autre dimension, changer de nature.

Enfin, les membres du jury rappellent que le sport scolaire devait être envisagé en différenciant l'organisation institutionnelle, fédérale (avec l'OSSU-ASSU-UNSS) de l'organisation locale représentée par les associations sportives scolaires (AS). Il faut en effet distinguer la place et les rôles spécifiques dévolus à ces structures formant le sport scolaire. Les AS scolaires disposent ainsi d'une marge d'autonomie par rapport à la fédération scolaire multisports. A la différence de la fédération poursuivant une politique sportive à l'échelon national, les A.S scolaires et leurs missions s'inscrivent dans la logique de l'établissement, dans une logique locale.

Pour la majorité des correcteurs, ces connaissances essentielles devaient être complétées par celles ayant trait à l'EPS, à l'évolution du système scolaire, sans oublier celles relatives à l'histoire sociale, politique et culturelle de la France de 1945 à jours. Le jury était en attente d’une véritable étude des enjeux éducatifs du sport scolaire et des A.S, qui ne se limite pas au cadre de l'EPS et de l'école, mais soit également resituée dans une perspective plus générale, celle de l'histoire de France dans ses dimensions politique, économique, culturelle et sociale.

Le jury fait le constat de connaissances présentées par les candidats se limitant le plus souvent au seul cas de l'EPS. Celles qui concernent le sport scolaire tout comme celles relatives aux contextes, politique, social, culturel de la France, sont globalement insuffisantes. Rares ont été les

candidats capables d’évoquer la Charte de l'UNSS et le Rapport Leblanc, de mettre en perspective le sujet avec l'évolution du phénomène sportif, tout comme rares ont été ceux faisant référence aux travaux d'historiens relatifs au sport scolaire.

De plus, il est patent d'observer que dans leur grande majorité, les candidats ont très peu de connaissances concernant la période allant de 1985 à nos jours. Celles concernant l'épisode des C.A.S et des S.A.S avec les politiques sportives préférentielles menées par les ministres et secrétaires d’état tel Comiti, Mazeaud et Soisson, demeurent superficielles.

Le manque de connaissances se traduit également dans les définitions le plus souvent insuffisantes de sport scolaire (cela sera détaillé lors du point suivant), d'enjeux éducatifs et de perspectives. Ainsi, les correcteurs observent dans la grande majorité des copies l'absence de définition, de réflexion et de propositions concernant les perspectives. Plusieurs candidats ont également assimilé, confondu perspectives et enjeux, alors que la formulation du libellé impliquait au contraire de les distinguer. Les perspectives, quand elles ont été évoquées le sont le plus souvent lors de la conclusion du devoir. Quand elles existent donc (pour un très faible pourcentage de candidats), elles consistent le plus souvent en une simple présentation de tendances à l'oeuvre actuellement, sans justification, sans référence aux analyses historiques menées (identification de "tendances lourdes"), sans réflexion. Elles relèvent ainsi de la banalité (ex. : les pratiques sportives enseignées au sein de l'AS vont se diversifier).

Le jury déplore également une conception des enjeux éducatifs se limitant aux enjeux de l'EPS (et très rarement du sport scolaire : ce qui est dû notamment à une définition du sport scolaire restreinte à l'EPS) et tout particulièrement aux enjeux identitaires (ce qu'il y a à perdre ou à gagner pour l'EPS). La réflexion portant sur ce qu'implique l’adjonction du qualificatif "éducatif" aux enjeux est insuffisante, bien trop négligée. Si « éduquer, c’est proposer des modèles » comme l’a écrit G.Snyders, de quels modèles s’agit-il ?

Il s’agit bien d’enjeux, certes ; éducatifs, soit ; mais pour qui ? pour quoi ? pour combien ? Autant

de questions et d’entrées que les candidats ont eu un très grand mal à aborder.

Concernant toujours les enjeux éducatifs, nombre de candidats évoquent « des valeurs à transmettre » sans pour autant les identifier précisément ou s'interroger d'une façon plus générale, sur la conception de l'individu à former qui s'y rattache. Trop rares ont été ceux capables d’appréhender la problématique identitaire de l'EPS en la reliant de façon opérationnelle avec la conception de l'homme à former et des objectifs et finalités qui en résultent, tant pour le sport scolaire que pour l'EPS. Les correcteurs regrettent également l'absence de mise en perspective des

enjeux éducatifs du sport scolaire avec ceux poursuivis au même moment à travers le sport fédéral et les instances sur lesquelles il s'appuie. On pouvait difficilement échapper à la démonstration que le sport scolaire participe plus ou moins à la poursuite des enjeux éducatifs des institutions qui l'accueillent (école, EPS, sport fédéral), et ce, quelle que soit la période dégagée. Mais sous quelles formes ? Dans quelles limites ?

Il revenait également aux candidats d’appréhender les catalyses des mouvements de dépendance entre les champs (Ecole, EPS, Sport scolaire, sport civil) : qui impulse et provoque ? qui s’approprie ? qui phagocyte et transforme ? Et pourquoi tout cela ?
Le jury dans son ensemble souligne que le traitement chronologique du sujet en trois parties a été choisi par une majorité des candidats. Il regrette cependant l'usage d'une périodisation classique, passe-partout, simpliste, beaucoup plus fondée sur l'évolution de l'EPS que sur celle des enjeux éducatifs du sport scolaire.

D'une façon générale on trouve le découpage suivant dans les copies se situant vers la moyenne et au-dessus :

1ère période Années 1960 : Les enjeux éducatifs poursuivis consistent à former les sportifs de haut niveau et donc à former un individu capable de se dépasser, de s'inscrire dans modernité.

2e période Années 1970 : Cette période voit la remise en cause des enjeux éducatifs poursuivis par le sport scolaire comme par l'EPS. On observe ainsi une mobilisation pour élaborer de nouveaux enjeux éducatifs et un sport capable de les atteindre.

3e période 1981-à nos jours : Cette période est marquée pour le sport scolaire, par la reprise à son

compte des grands enjeux éducatifs poursuivis par l'école et l'EPS.

Le jury note les difficultés rencontrées par les candidats pour répondre au niveau de réflexion du sujet posé, réflexion qui nécessitait d'envisager et d'articuler les différents "étages" de l'action éducative : l’AS et le sport scolaire ; le sport scolaire et l’EPS ; l’EPS, le sport scolaire et le système éducatif ; le sport scolaire, l’EPS et le phénomène sportif.
2. Les productions effectives à travers les cinq registres observés de traitement du sujet

Issus d’une analyse d’un échantillon de plusieurs dizaines de copies, un répertoire de registres de production est établi. A l’issue de cette phase, sont mis en évidence les analyseurs, permettant de réaliser le classement. Cinq analyseurs permettent de hiérarchiser les copies. Les deux premiers servent à positionner la copie dans un registre de production ; il s’agit du niveau de maîtrise des notions clés du sujet et du niveau de traitement du sujet. Le troisième, la capacité du candidat à mobiliser les connaissances à bon escient, contribue à classer la copie à l’intérieur du registre. Enfin, les deux derniers pondèrent les prestations au regard d’une part de la capacité de réponse à la question des perspectives, d’autre part de la qualité de l’expression. Cette vigilance relative à la maîtrise de la langue a conduit le jury à considérer, cette année encore, que toute insuffisance constatée sur la lisibilité, la syntaxe, l’orthographe, devait entraîner la pénalisation de la production.

L’analyse des copies a permis de constituer une trame de cinq registres de production, outil de classement des copies dont les éléments principaux sont présentés ci-après.
Premier registre de production

Les compositions se caractérisent par une absence ou une évocation confuse de la notion essentielle de « sport scolaire », l’assimilant sans la moindre précaution, ni annonce de glissement, à « sport à l’école », puis à « sport en EPS ». D’une manière générale on assiste à une assimilation aveugle de l’EPS et du sport scolaire, ne distinguant ni l’association sportive ni l’Union nationale du sport scolaire .

Les copies présentent également trois types d’insuffisance :

- structurelle, lorsque le devoir n’est pas achevé,

- sémantique, lorsque le devoir est hors sujet, le plus souvent en dehors du champ de l’épreuve et du programme,

- fonctionnelle, lorsque l’absence de problématique ne donne pas au lecteur une réelle trame d’écriture visant à montrer ou démontrer une quelconque prise de position.

Enfin, le plus souvent en dehors du cas du devoir non terminé, les productions se situant à ce niveau, présentent des connaissances insuffisantes, parfois inadaptées, quelque fois erronées.
Deuxième registre de production

Les productions classées à ce niveau s’écartent des caractéristiques présentées ci-dessus ; les devoirs sont structurés et terminés, plus ou moins bien problématisés, mais fondés sur une tentative de définition des mots-clés. Malgré tout, le niveau de réflexion sur les notions clés reste encore modeste. En quelque sorte le candidat pressent quelque chose mais ne dispose ni de références ni de définitions personnelles servant à classer, discriminer, distinguer clairement.

La réflexion sur les enjeux reste allusive, omettant bien évidement d’atteindre la dimension éducative. Quelques enjeux sont donnés ainsi au lecteur, auquel il est offert ensuite une modeste mise en relation entre le sport scolaire et l’A.S ou l’EPS.

Des bases sont ainsi jetées, insuffisantes pour favoriser l’édification d’une démonstration. Deux types de traitement du sujet apparaissent alors :

  • la présentation d’une fresque historique du sport scolaire, dépourvue de véritable mise en relation avec les autres termes du sujet,

  • une problématique passe-partout qui ne permet ni au candidat de montrer quelque chose, ni au lecteur de suivre une prise de position personnelle.

Les qualificatifs qui reviennent le plus souvent chez les correcteurs sont ceux de « superficiel » « insuffisant » et « fade ».

Enfin, les connaissances que mobilisent les candidats apparaissent le plus souvent comme recevables, même si elles sont encore peu référencées et le plus souvent incomplètes.
Troisième registre de production

A ce niveau, les copies se distinguent des précédentes tant du point de vue du niveau de réflexion sur les notions clés que du traitement du sujet. A propos des notions clés, les candidats sont non seulement parvenus à distinguer les sport scolaire et l’EPS mais ils ont été capables de les mettre en relation, en tension pour être très précis, terme à interpréter au sens propre comme au figuré. De ce fait, les enjeux éducatifs apparaissent plus nettement, fruits logiques de la réflexion conduite sur la base de définitions claires et d’un cadre de discussion plus approfondi. Les autres mots-clés ne sont pas discutés au même niveau, limitant le contenu à ce troisième niveau de production.

Le traitement du devoir est caractérisé dans la majorité des cas par une problématique posée, qui oriente réellement le devoir. Par contre, le traitement reste encore descriptif, ne parvenant pas à expliquer. Cette faiblesse qui confère au devoir un caractère encore un peu superficiel, s’explique le plus souvent par une mobilisation de connaissances certes recevables mais insuffisamment référencées, diversifiées, et surtout mises en contexte, traduites en arguments.
Quatrième registre de production

Les copies classées à ce niveau sont manifestement repérables. Elles sont enrichies et développées tant sur le plan du niveau de réflexion que du traitement du sujet.

Ici, non seulement les relations entre le sport scolaire et l’EPS sont présentées et discutées mais elles sont mises en perspective avec au moins un déterminant supplémentaire, soit les associations sportives civiles (ou le sport civil), soit le système éducatif.

A cet effort de mise en relation s’ajoute à propos du traitement du sujet une argumentation soignée de la problématique. En effet, la démonstration s’appuie le plus souvent sur des facteurs explicatifs pertinents, garantissant alors la fonction démonstratrice. Les connaissances mobilisées sont le plus souvent référencées et précises tant à propos du sport scolaire que des autres déterminants.
Cinquième registre de production

Les copies classées dans ce registre abordent avec distanciation l’énoncé du sujet. Derrière les mots clés se multiplient les éléments d’affinement de l’analyse. A propos du niveau de réflexion sur les notions clés, les copies intègrent le registre de production précédent mais elles développent une discussion supplémentaire relativement à l’AS. En effet, les candidats ont discriminé ici les enjeux, distincts, complémentaires et parfois contradictoires, entre le niveau local de l’établissement (l’AS de l’établissement) et le niveau national (le sport scolaire fédéré au sein de l’UNSS). Politique locale et politique nationale deviennent des champs de débat, éducatif, professionnel, politique, idéologique, qui témoignent d’une réelle intégration des connaissances au service d’une réflexion non seulement sur la situation actuelle mais sur les perspectives.

Au regard du traitement du sujet, la différence avec les registres précédents repose avant tout sur le niveau d’engagement du candidat dans sa problématique. Il convient toutefois de préciser que ce niveau d’engagement n’est validé qu’à l’aune de la richesse de l’analyse critique et de l’argumentation. Les candidats qui se sont engagés dans une problématisation sans disposer des éléments mis en évidence ci-dessus ne peuvent espérer voir leur copie appartenir à ce registre de production.

Enfin, un élargissement des champs de connaissance est constaté du fait même de l’effort de

discrimination de l’analyse des mots-clés.
  1   2   3

similaire:

Rapport de jury capeps ecrit 1 2004 s ujet : «Les enjeux éducatifs du sport scolaire et des associations sportives depuis le début des années soixante. Quelles évolutions, quelles perspectives ?» iconObserver la société française actuelle en repérant quelle place y...
«religieux», quels processus ont amené à cette situation, quels en sont les enjeux et quelles perspectives s’y dessinent

Rapport de jury capeps ecrit 1 2004 s ujet : «Les enjeux éducatifs du sport scolaire et des associations sportives depuis le début des années soixante. Quelles évolutions, quelles perspectives ?» iconRapport de jury capeps ecrit 1 2005

Rapport de jury capeps ecrit 1 2004 s ujet : «Les enjeux éducatifs du sport scolaire et des associations sportives depuis le début des années soixante. Quelles évolutions, quelles perspectives ?» iconRapport de jury capeps ecrit 1 2008
«un jugement éclairé» doit demeurer l’une des qualités premières du futur professeur, au-delà de sa capacité (appréciée par les autres...

Rapport de jury capeps ecrit 1 2004 s ujet : «Les enjeux éducatifs du sport scolaire et des associations sportives depuis le début des années soixante. Quelles évolutions, quelles perspectives ?» iconRapport de jury capeps ecrit 1 2007
«Une finalité est une affirmation de principe à travers laquelle une société (ou un groupe social) identifie ou véhicule ses valeurs....

Rapport de jury capeps ecrit 1 2004 s ujet : «Les enjeux éducatifs du sport scolaire et des associations sportives depuis le début des années soixante. Quelles évolutions, quelles perspectives ?» icon«Notre Francophonie» : Quelles forces, quelles faiblesses ?
«Retrouvez tous les dossiers» puis taper le mot «Francophonie» dans la zone de recherche. Sélectionner l’émission : «Notre Francophonie...

Rapport de jury capeps ecrit 1 2004 s ujet : «Les enjeux éducatifs du sport scolaire et des associations sportives depuis le début des années soixante. Quelles évolutions, quelles perspectives ?» iconMutations territoriales et éducation : De la forme scolaire vers la forme éducative ?
«La jeunesse en Nord Pas-de-Calais : Quels enjeux ? Quelles ressources ?»

Rapport de jury capeps ecrit 1 2004 s ujet : «Les enjeux éducatifs du sport scolaire et des associations sportives depuis le début des années soixante. Quelles évolutions, quelles perspectives ?» iconLe modèle européen en 2003 caractéristiques et problèmes
«Euro» ? Quelles différences avec celles de l’ue ? A partir de l’analyse des pièces et des billets, quelles sont les valeurs qui...

Rapport de jury capeps ecrit 1 2004 s ujet : «Les enjeux éducatifs du sport scolaire et des associations sportives depuis le début des années soixante. Quelles évolutions, quelles perspectives ?» iconThème 2 – L’évolution du système de production et ses conséquences...
Quelles sont les transformations économiques et sociales provoquées par les mutations du système de production au xxe siècle ?

Rapport de jury capeps ecrit 1 2004 s ujet : «Les enjeux éducatifs du sport scolaire et des associations sportives depuis le début des années soixante. Quelles évolutions, quelles perspectives ?» iconProgramme-seminaire-national Atelier orienté «programmes : de stg à stmg, quelles évolutions ?»
«Il s’agit de mobiliser les concepts pour qualifier des situations, déterminer les règles applicables et proposer leur mise en œuvre...

Rapport de jury capeps ecrit 1 2004 s ujet : «Les enjeux éducatifs du sport scolaire et des associations sportives depuis le début des années soixante. Quelles évolutions, quelles perspectives ?» iconRapport d’activités de la Direction Technique Nationale (Hervé lallement)...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com