Historique





télécharger 48.86 Kb.
titreHistorique
date de publication09.10.2017
taille48.86 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > documents > Documentos









Aménagements de la RN10

Des outils pour une plus grande sécurité

22 juin 2010





SOMMAIRE

  1. Aménagements de la RN10




  1. Les équipements radars sur la RN10




  1. Actions de sécurisation de la RN10 par la Gendarmerie




  1. Cartographie



1 – Aménagements de sécurité réalisés en juin 2010

Analyse de l’accidentologie



Avec une fréquentation de 28 000 véhicules jour dont plus de 8 000 poids-lourds, la RN10 constitue en axe majeur qui a fait l’objet de nombreux aménagements.
7 accidents mortels se sont produits en 2009 dans la partie landaise de la RN10 entre juin et octobre, la route étant en effet particulièrement empruntée en période estivale.
Comme le montrent les contrôles pratiqués par les forces de gendarmerie, la vitesse ne semble pas être en cause, le défaut de vigilance, la fatigue paraissent en revanche être la source d’un grand nombre de ces accidents. Sur les 7 accidents mortels en 2009, 3 se sont produits la nuit, 4 en plein jour. Les conducteurs impliqués ont souvent effectué plusieurs heures de voyage et ne sont pas originaires des Landes.


Des facteurs accidentogènes



Des facteurs accidentogènes sont identifiés : route monotone, vigilance défaillante, trafic important de poids-lourds (30% du trafic), circulation abondante, obstacles latéraux. Pour cette raison, le Préfet des Landes, la direction interdépartementale des routes Atlantiques (DIRA) et la gendarmerie ont décidé d’aménager la 2x2 voies dans sa partie landaise et de renforcer les dispositifs de sécurité sur l’ensemble du parcours avec comme priorité la lutte contre l’endormissement au volant.


Dispositif de sécurité déployé sur la RN10 en 2010


  • barrettes sonores sur les bandes de rive,

  • bandes d’éveil au centre de la chaussée,

  • dispositif d’alerte lumineux en cas de dépassement de la vitesse limite autorisée,

  • protection des obstacles par des glissières métalliques,


Ces travaux d’aménagement de la RN10 ont débuté au début du mois de mai.







2– Les radars fixes


Historique



Avec la loi n° 2003-495 du 12 juin 2003 renforçant la lutte contre la violence routière, la France a pris un ensemble de mesures destinées à réduire l’insécurité routière. Ainsi par arrêté interministériel du 27 octobre 2003, le gouvernement a validé la mise en place des dispositifs de contrôle sanctions automatisé. Le Comité interministériel de la sécurité routière du 13 février 2008 a décidé de poursuivre cette politique et a fixé comme objectif de passer en-dessous de la barre des 3 000 morts en 2012. Il a été en particulier décidé le renforcement des contrôles et des sanctions pour lutter contre la vitesse avec le déploiement de 500 nouveaux radars par an pendant 5 ans.

Les radars fixes actuels dans le département
Entre fin 2003 et avril 2009, 14 radars fixes ont ainsi été mis en service sur les routes landaises dont 6 sur la RN10 2X2 voies. En 2009, le nombre d’infractions relevées par les radars automatiques dans les Landes a augmenté de 5,3% par rapport à 2008 avec près de 217 000 infractions.



Les sites programmés en 2008 et toujours en cours d’étude
Deux sites complémentaires sont toujours en cours d’étude pour des raisons techniques :


  • 1 radar sur l’A63

  • 1 radar sur la RD652 en limite des communes de Sanguinet et Biscarrosse.


Les sites proposés en 2010


Ils sont au nombre de 9 pour le département des Landes :
2 sur la RD824 à Saint Paul les Dax ,

1 sur la RD933 à Lacquy,

2 sur la RD834 à Trensacq,

1 sur la RD817 à Biaudos,

2 sur la RD824 à Meilhan,

1 sur la RD934 à Hontanx.


Sur ces propositions, les 3 premières ont été retenues par la DPICA (2 radars à St-Paul-lès-Dax et 1 radar à Lacquy), les 6 autres sites feront l’objet d’un nouvel examen, en fin d’année en fonction des crédits disponibles.
En tout état de cause, la mise en service de ces radars n’interviendra pas avant le 3ème trimestre 2010.
Nouvelle signalisation des radars vitesses fixes :


La mesure n°5 décidée par le comité interministériel de la sécurité routière (CISR), du 18 février 2010 intitulée : des zones « contrôles radar fréquents » prévoit la mise en place d’une nouvelle signalisation des radars vitesse fixes indiquant « contrôles radar fréquents » en lieu et place de «contrôles automatiques », qui devra être implantée entre 1 et 2 kilomètres en amont du dispositif de contrôle :

  • D’une part, pour l’ensemble des nouveaux dispositifs fixes installés à partir de cette année,

  • D’autre part, pour les dispositifs installés depuis 2003, qui sont situés dans des zones particulièrement accidentogènes. Trois sites ont été proposés dans les Landes : RN10 à Saugnacq et Muret dans les 2 sens de circulation, et RD 810 à Labenne


Les systèmes de détection automatique de franchissement de feux rouges :
Trois sites ont été équipés dans les Landes : à Mont de Marsan RD30 route du Houga/rue des Couturelles et Avenue Mendes-France / Rue du Péglé et à Dax RD6 route de Tercis/Avenue Nungesser et Coli.
Chaque mois, le nombre d’infractions relevé sur la totalité des 3 sites représente près de 280 franchissements au feu rouge.
L’objectif de ces implantations est de réduire le nombre d’accidents aux carrefours et en agglomérations et d’assurer une meilleure protections des piétons et des usagers vulnérables (cyclistes, deux roues).

Les systèmes de détection automatique de franchissement de feux rouges




Les infractions relevées au mois d’avril 2010


Lieu

Carrefour

Nombre
d'infractions


dont Etrangers
(Immatriculation
hors FR)


DAX

RD6-Route de Tercis-route du Château d'Eau-Avenue Nungesser et Coli

57

0

MONT DE MARSAN

Avenue Mendez France/rue du Péglé

16

0

MONT DE MARSAN

RD30-Avenue du Houga-rue du Chemin Vert-rue des Couturelles

209

1

TOTAL

 

282

1


Le produit des amendes de police
Dans les Landes, pour l’ensemble de l’année 2009, le montant des amendes forfaitaires de police s’est monté à 1 437 672 €.

Le montant des amendes des radars automatiques s’élève lui à 331 518 €.

Le montant des amendes concernant poids-lourds français et étrangers (85% du trafic poids-lourds) s’élève à plus de 300 000 €.
Ces sommes perçues par l’Etat sont principalement rétrocédées aux collectivités locales. Les communes et groupements de plus de 10 000 habitants reçoivent directement les enveloppes qui leur son dues au prorata des amendes émises sur leur territoire. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, les montants sont versés au conseil général qui répartit les attributions.

Si les enveloppes affectées ne sont pas totalement utilisées, les reliquats se reportent les années suivantes.

Le produit des amendes liées aux infractions de sécurité routière doit être utilisé pour l’aménagement des axes de circulation au profit d’une plus grande sécurité, au financement d’opérations visant à améliorer les plans de circulation, le stationnement, les carrefours…
La dotation 2009 pour les communes de moins de 10 000 habitants s'élevait à 643 387 €. Cette enveloppe permettra de sécuriser les cheminements piétonniers, l'aménagement d'arrêts de bus ou d'aires de stationnement et de s’engager dans des projets de plus grande ampleur, comme les aménagements de traverse, la restructuration de centres bourg avec une modification des plans de déplacement et la prise en compte des modes doux de déplacement. Les communes de plus de 10 000 habitants ont, elles, perçu un montant de 623 747 €.




3– L’action de sécurisation de la RN10

par la Gendarmerie

Opération de contrôle avec emploi de moyens aériens



L'escadron départemental de sécurité routière des Landes (EDSR40) dispose de deux unités motorisées placées directement sur la RN10 qui assurent la surveillance et l'intervention sur cette nationale et sur le réseau structurant attenant.

Le peloton d'autoroute de Labouheyre est fort de 17 gendarmes spécialisés dans la lutte contre les grandes vitesses et les conduites addictives (alcoolémie ou stupéfiants), mais également le contrôle des poids-lourds. Situé 44 kilomètres plus au sud, le peloton d'autoroute de Castets est composé de 18 personnes fortement mobilisés dans le contrôle des conditions de travail dans les transports et dans le respect de la réglementation sociale européenne relative aux temps de conduite et de repos.

L'ensemble de ces militaires oeuvrent pour sécuriser la RN10 en interceptant les conducteurs présentant un danger pour eux-mêmes ou pour les autres, notamment en faisant respecter les limitations de vitesse, les obligations de prudence et d'interdistances, les interdictions de dépasser, mais également en surveillant, de jour comme de nuit, le trafic routier, les aires de repos, les stations-service ainsi que le centre routier et en portant assistance aux usagers en difficulté. Enfin, chargés de constater les accidents sur la RN10, ils se sentent d'autant plus impliqués dans la lutte contre l'insécurité routière.
Par ailleurs, leur action quotidienne, discrète et pérenne, a permis non seulement de contenir les vols de fret constatés sur le département depuis quatre ans, mais également d'interpeller, à plusieurs reprises, des équipes en flagrant délit (notamment une équipe de quatre voleurs à Labouheyre en septembre 2008 et une seconde de sept malfrats le 30 septembre 2009 à Saubion)
Assurant quotidiennement plusieurs contrôles de vitesse avec deux CSA (radar embarqué-débarquable) de la RN10, les gendarmes recherchent 0également un dispositif moins ostentatoire de contrôle de la vitesse. En effet, placés sur les aires de repos, du haut de certains ponts ou en surveillance à partir de portails d'accès sur la RN10, ces contrôles discrets de la vitesse ont pour vocation de :
n'intervenir que sur les excès de vitesse importants (dépassements de la vitesse autorisée supérieurs à 30 km/h),

surveiller le trafic pour éventuellement sanctionner des infractions qui ne seraient pas observées par un dispositif trop démonstratif (dépassement par la droite, poussette, téléphone),

intervenir en sécurité ou renseigner sur des véhicules signalés (volés, sensibles, ou manifestement en train d'importer illégalement des marchandises).

Ainsi, en utilisant les jumelles (Eurolaser ou Ultralyte dont le grossissement optique et la portée permettent de mesurer aisément la vitesse d'un véhicule circulant à 800 mètres), les gendarmes du peloton d'autoroute de Labouheyre ont ainsi constaté sur la RN10, depuis le début de l'année 2010, 334 excès de vitesse dont 161 supérieurs à 40km/h entraînant une rétention immédiate du permis de conduire (ce qui signifie que la vitesse mesurée par le moyen de contrôle est de 158km/h, celle retenue suite à la minoration réglementaire des 5% est de 150 km/h pour 110 km/h autorisés).
Sur les 161 conducteurs qui ont fait l'objet d'une rétention pour excès de vitesse sur la RN10 en 2010, on distingue (plusieurs catégories possibles) :

61 % de Français ;

39 % d'étrangers, dont une part non négligeable réside pourtant en France ;

11 % de jeunes conducteurs (apprentis) ;

96 % d'hommes ;

2 % étaient également en état d'alcoolémie ;

3 % sous l'emprise de stupéfiants ;

3 % motocyclistes.
Dans le même temps, les gendarmes du peloton d'autoroute de Castets ont constaté 2399 infractions routières depuis le début de l'année 2010, dont plus des deux tiers sont des contraventions relatives aux temps de conduite et de repos par des poids-lourds (env. 85 % des véhicules en infraction sur ce secteur sont immatriculés hors de France).
Par ailleurs, 240 « non-respects des interdistances de sécurité » ont été relevés, notamment à l'encontre de poids-lourds circulant sur la RN10 (fixée à 50 mètres, soit plus de deux lignes blanches de rive), ainsi que 344 « dépassements malgré une interdiction signalée » sur les deux tronçons de RN10 aux dépassements restreints par arrêté préfectoral.
Ces infractions, constatées par les gendarmes du peloton d'autoroute de Castets, ont majoritairement fait l'objet d'un règlement sur place (qui est toujours proposé pour les français et impératif pour les contrevenants ne résidant pas en France et qui se nomme quittance) et de consignations (forme de caution demandée en cas d'infractions faisant l'objet d'un jugement) qui se chiffrent à plus de 300 000 euros depuis le 1er janvier 2010.
Au cours des opérations de contrôle menées avec le concours de moyen aérien (une à deux par mois), le dispositif de contrôle est le suivant:
un élément de repérage comprenant un officier de police judiciaire chargé de la constatation des infractions à bord d'un hélicoptère « Écureuil » survolant la RN 10, cet outil permettant de suivre discrètement et simultanément plusieurs PL pendant des kilomètres, ce qui permet d'affirmer que l'infraction est caractérisée (et non le simple fait d'une erreur momentanée de conduite) ;

un élément d'interception, en liaison radio avec l'hélicoptère, composé de motocyclistes chargés d'intercepter puis d'accompagner vers le centre routier les contrevenants ;

un second élément d'interception dans l'autre sens chargé d'intercepter les automobilistes aux comportements dangereux ou en vitesse excessive ;

un élément de contrôle et de verbalisation basé sur le centre routier. Le gendarmes disposent, à bord des véhicules, d'ordinateurs et de lecteurs leur permettant de vérifier les données enregistrées sur les chronotachygraphes et sur les cartes à puce sécurisée des chauffeurs.
Au total, le dispositif comprend vingt-cinq gendarmes et permet, en moyenne, de constater une quarantaine d'infractions au cours de chaque opération.



4 – Cartographie

  • Aménagements RN10 : Glissières de sécurité

Zones d’éveil

Bandes sonores en rive

Panneaux lumineux « 110 »

  • Carte de l’implantation des radars dans le département des Landes


similaire:

Historique iconPrix du projet de documentaire historique des rendez-vous de l’histoire
«Prix du Projet de documentaire historique». Ils s’ajoutent aux trois autres grands prix décernés par le festival: le «Prix des Rendez-vous...

Historique iconContexte historique Historique du Tabac

Historique iconProgramme terminale s. T. G. Histoire ouvrages generaux : «Lexique historique du xxème siècle»
«Lexique historique du xxème siècle», Michel feuillebois, Ellipses, 2005, 464 p

Historique iconL'Empire russe dans la Première Guerre mondiale à travers l'historiographie...
«usage de l'histoire politique et de la mémoire historique dans la politique contemporaine de la Pologne en Europe en vue d'une confrontation...

Historique iconMémoires de la Société archéologique et historique d'Avesnes, t....
«Le château du Quesnoy», Mémoires de la Société archéologique et historique d'Avesnes, t. 27, 1980, 12 p

Historique iconLa Société Historique et Archéologique de Pontoise, du Val d'Oise et du Vexin
«La Société Historique et Archéologique de Pontoise, du Val d'Oise et du Vexin»3 de nous avoir autorisés la publication sur Internet...

Historique iconL’Égypte moderne qui a été le moins investi par la recherche historique....
«révolutionnaires» qui ont envahi l’espace public depuis 2011 en atteste. C’est aussi le versant de l’Égypte moderne qui a été le...

Historique iconCliché photographique d’une très grande postérité à l’échelle mondiale...
«v-j day», ou «Victory over Japan Day». La photographie du reste est devenue suite à la publication dans Life magazine l’icône, l’image...

Historique iconHistorique

Historique iconHistorique






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com