Qu'est-ce qu'Internet?





télécharger 161.28 Kb.
titreQu'est-ce qu'Internet?
page1/7
date de publication10.10.2017
taille161.28 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > documents > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7

Qu'est-ce qu'Internet?


Internet est un réseau global à haut débit de réseaux informatiques de toutes les tailles, reliés entre eux par une même façon de communiquer «devenant en quelque sorte une bibliothèque et un bureau de poste virtuels.» Il représente la convergence de technologies de l’information et des communications.

Il permet le développement d'outils, appelés services Internet, qui permettent de chercher, d’échanger, de traiter l’information et de bâtir des connaissances. Ces services Internet sont de plus en plus faciles à utiliser.

En termes simples, qu'est-ce que cela veut dire?

Internet est composé de nombreux ordinateurs serveurs qui hébergent des fichiers d'information. Ces fichiers leur sont envoyés par des ordinateurs clients connectés par modem (appareil qui utilise une ligne téléphonique pour transmettre de l'information électronique) ou câble.

L’ampleur d’Internet


Grâce à Internet, on peut échanger des informations rapidement aux quatre coins de la planète. Les distances disparaissent, les continents et leurs différences s’amenuisent. En quelques secondes et simultanément, on peut se «connecter» à des ressources disséminées partout dans le monde.

Ainsi, les bibliothèques du monde entier sont à la portée du clavier. Des informations circulent, des projets se réalisent, des collaborations s’effectuent, avec des partenaires, des individus, des groupes situés à des milliers de kilomètres.

En 1997, le nombre d’ordinateurs hôtes (serveurs) atteignait les 16 millions, soit une croissance de 94% par rapport à la même période l’année précédente. Visitez le site UIT (Union internationale des télécommunications) pour en savoir plus.

Le nombre d'internautes, utilisateurs d'Internet, est estimé à 60 millions.

Des analyses (Source : Simba Info 26 août 96) prévoyaient que le nombre d’abonnés non américains à des services télématiques ou d’accès à Internet allait plus que doubler pour atteindre 21 millions d’ici l’an 2000.

Un phénomène de société


Plusieurs utilisateurs et spécialistes comparent l’essor et l’impact d’Internet sur le monde moderne à des événements qui ont marqué et changé l’histoire. L’Internet, comme phénomène, serait aussi important que l’invention de l’imprimerie par Gutenberg, ou que l’arrivée du téléphone et de la télévision comme moyens de communication, c’est un nouveau «Bit bang».

La création de communautés nouvelles


L’Internet induit aussi la mobilisation de nouveaux réseaux humains, de nouvelles formes de communication, c’est l’espoir d’un échange d’informations placé sous le signe de l’égalité de l’accès au savoir.

Une nouvelle façon de faire des affaires
Les façons de faire et de procéder changent avec l’Internet : les institutions et les entreprises s’affichent et se font connaître sur la toile mondiale, le W3. Elles y établissent de nouveaux canaux de communication avec leurs publics et leurs clients.

L'évolution d'Internet

La connaissance de la logique de développement du réseau Internet facilite la compréhension de sa structure actuelle.

1960-1970

Le 4 octobre 1957

L’URSS lance le premier satellite artificiel. En réaction à cette avancée soviétique, les USA mettront sur pied le projet ARPA.

À la fin des années 60

En pleine guerre froide entre les puissances de l’Est et de l’Ouest, le département américain de la Défense met en place un réseau informatique expérimental qui se veut à l’épreuve des effets d’une guerre nucléaire. Ce réseau, appelé ARPAnet (Advanced Research Projects Agency Network), doit permettre aux fournisseurs et aux chercheurs de l’armée américaine de s’échanger rapidement informations, documents et plans nécessaires à leurs activités et ce, de façon sécuritaire.

Sous l’égide de la DCA (Defense Communication Agency), le gouvernement américain commande alors une étude sur les systèmes d’interconnexion d’ordinateurs par réseaux afin de doter la défense américaine d’un outil performant et sécuritaire. Cette étude énonce les principes et les avantages d’un réseau décentralisé à structure maillée, soit :

  • un fonctionnement du réseau, même en cas de destruction partielle de celui-ci. Un réseau capable de s'auto-configurer advenant la destruction d’un des maillons;

  • une absence d’un lieu centralisé, évitant ainsi la paralysie en cas de destruction d’un point du réseau;

  • la connexion de chaque noeud ou ordinateur à plusieurs autres; 

  • la circulation de l’information par différents chemins, de façon sécuritaire.

Deux chercheurs, Vinton Cerfet et Robert E. Kahn, sont les responsables du projet.

En juillet 1969

Pour la première fois, deux ordinateurs éloignés de 500 milles sont reliés avec succès.

1970-1980

Dès 1970

Treize sites sont reliés. Très vite, les chercheurs s'aperçoivent qu’ils peuvent non seulement échanger des programmes et des données informatiques, mais aussi communiquer entre eux sur les sujets les plus divers. Les forums (groupes de discussion ou newsgroups) sont nés.

D’autres réseaux apparaissent rapidement.
Ainsi, en Californie, des chercheurs ayant besoin d’effectuer des calculs complexes décident de partager l'utilisation d'ordinateurs ultra-puissants en se servant d'un réseau télématique. Les chercheurs peuvent ainsi, à distance, effectuer en quelques minutes des opérations sur un ordinateur spécialisé situé à des centaines de kilomètres. Ces opérations auraient pris des heures, voire des jours, sur les ordinateurs locaux de leur centre de recherche.

De fil en aiguille, une multitude de petits réseaux régionaux, spécialisés ou non et utilisant le même protocole, s'interrelient, formant ce qu'on appelle Internet. Des pratiques de collaboration et des règles d’échange se sont mises en place entre des utilisateurs disseminés à travers la planète.

D’une vocation purement militaire, à l'origine, ces réseaux deviennent un outil de partage, de collaboration et d’échange d’informations.

En 1972

Le premier protocole d’envoi et de réception de courrier électronique est mis en route avec succès aux USA.

En 1973

Le protocole File Transfert Protocol (FTP) permet l’échange de fichiers importants. Une première connexion internationale entre deux collèges militaires (Angleterre et Norvège) est effectuée.

En 1974

Les premiers protocoles TCP/IP font leur apparition, ce qui harmonisera la communication entre les réseaux.

En 1979

La création du réseau NSFnet (National Science Foundation NETwork) et son intégration au réseau Arpanet sont à l’origine de la première définition d'Internet, soit la mise en liens d’un réseau de réseaux.

Par la suite, le nombre d’ordinateurs reliés au réseau se multiplie à une vitesse vertigineuse principalement en Amérique :

  • 213 en 1981;

  • 1 024 en 1884;

  • 5 089 en 1986;

  • 28 000 en 1987;

  • 130 000 en 1989;

  • 535 000 en 1991.

1980-1990

En 1986

La NSFnet instaure la première architecture de réseau nationale d’interconnexion (réseau fédérateur) offrant ainsi un meilleur partage des super-ordinateurs. Des actions de la NSFnet naîtra le réseau actuel : Internet. La CNF encourage la création de réseaux régionaux et intermédiaires qui sont reliés entre eux et utilisent le protocole TCP/IP. En utilisant un protocole unique, il devint ainsi possible de contourner les différentes contraintes de logiciels, d’espace et de réseaux.

En 1987

La NSFnet signe un premier accord coopératif entre IBM, l’Université du Michigan et Merit, un des organismes de développement des outils de l’Internet.

Les réseaux se multiplient entre le Danemark, la France, l’Islande, la Norvège et la Suède.

En 1989

Les premiers échanges commerciaux sont effectués sur le Net.

 

La commercialisation


Le gouvernement américain a été le premier bailleur de fonds du réseau puisque le projet est né de l’armée américaine. Celui-ci a continué, malgré l’expansion du réseau à des fins non militaires, à subventionner Internet par le biais du réseau du National Science Foundation (NSFnet). Peu à peu NSFnet est devenu la colonne vertébrale d’Internet aux États-Unis.

Au cours de cette période nous pouvons constater l’évolution suivante :

Jusqu’en 1990

La gestion du réseau est dirigée par des organismes dans lesquels on retrouve les réseaux universitaires. Les université et les centres de recherche demeurent les principaux fournisseurs d’accès et d’utilisateurs des services.

Au début des années 1990

Le contexte économique global favorisant la privatisation des télécommunications, le gouvernement américain abandonne le NSFnet et dissout le projet ARPANET. La NSFnet se consacre dorénavant à la recherche (INTERNIC). Elle veille à l’attribution des noms de domaines non militaires et offre des services spécifiques au Net : répertoires, banques de données.

En 1991

La création du CIX (Commercial Internet Exchange) initie les premiers marchés commerciaux sur Internet. D. Allan Bromley et Al Gore proposent la loi High Performance Computing Initiative Program.

 

La croissance actuelle du réseau et de ses utilisateurs


La fin des restrictions commerciales sur le réseau suite au désengagement de l’État américain a favorisé l’utilisation d’Internet par des compagnies privées. De plus, le développement d’interfaces graphiques (Mosaic, Netscape, IE, et de services (Web) conviviaux a accru son accessibilité.

En 1993, le Président Clinton annonce le lancement du projet «Information Super Highway», projet de 17 milliards de dollars pour la construction d’un réseau de fibres optiques. Cette situation a entrouvert la porte à des activités de nature commerciale sur Internet. On peut dès maintenant constater que celles-ci se développeront rapidement au cours des prochaines années.

  • les groupes informatiques tentent de généraliser l’utilisation de leurs produits auprès des usagers pour en faire des standards de facto en fournissant gratuitement plusieurs logiciels;

  • les entreprises de télécommunications se battent pour mettre en place des infrastructures nationales et acquérir ce marché lucratif;

  • les groupes médiatiques s’ingénient à concevoir des vitrines de choix pour promouvoir leurs contenus et leurs activités; la cyber-économie, c’est-à-dire la possibilité de faire des transactions commerciales en-ligne, se profile à l’horizon.

Les Américains ont été les premiers à mettre de l’avant la notion d’autoroute de l’information, avec leur initiative de développement d’une infrastructure nationale de l’information. Ce terme regroupe des notions très diverses selon les pays, puisqu’on entrevoit la création d’infrastructures communes où pourront circuler aussi bien les télécommunications traditionnelles ou informatisées que les nouvelles formes que prendront les services de télévision. Mais pour tous les gouvernements, le développement d’un réseau national et l’accès à Internet deviennent prioritaires.

«Lors du Conseil européen de Corfou en juin 1994, l’Union européenne a confirmé le caractère stratégique d’une transition harmonieuse vers la société de l’information. Par la suite, le sommet du G7, à Bruxelles, en février 1995, a souligné la nécessité pour tous les pays, y compris les pays en développement et les économies en transition, de s’intégrer dans ce mouvement d’ensemble.»

«Les résultats de cette conférence montrent que les partenaires du G7 sont soucieux de jouer un rôle d’entraînement dans le développement de la société planétaire. Les pays en transition et tous les pays en développement doivent pouvoir eux aussi participer pleinement à ce processus, car il ouvrira pour eux des possibilités de sauter des étapes dans leur développement technologique et de stimuler leur développement social et économique.»

Pour tous, ces infrastructures favoriseront le développement de leur économie et auront des répercussions importantes dans plusieurs domaines d’activité dont l’éducation, la santé, le commerce et l’emploi.
Les effets réels d’Internet sont encore loin d’être connus. Il peut avoir des effets qui seraient susceptibles de modifier ou d’influencer certaines façons de fonctionner en société.Le débat sur ces effets est de grande actualité et on rencontre autant d’arguments favorables que défavorables devant cette mondialisation de l’utilisation d’Internet.

Voici deux écoles de pensée que l’on a baptisées «École des sceptiques» et «École des fans» :

École des fans

École des sceptiques 

Chaque culture pourra s’affirmer davantage dans ses spécificités au contact d’autres cultures. C'est une technologie qui encourage la diversité puisque l’accessibilité aux informations est de plus en plus rapide et moins coûteuse.

Il y aura une perte de l’intégrité culturelle, des valeurs et de l’identité nationale. L’homogénéisation de l’humanité qu’on observe à travers la radio et les média ne fera qu’augmenter avec l’Internet.

Il y a un lien entre le flux et l’accessibilité de l’information d’une part et la démocratie d’autre part; par exemple, dans les efforts de décentralisation des gouvernements. Une civilisation ne sera sauvée que si elle fait du langage de l’image une provocation à la réflexion et non une invitation à l’hypnose.

L'accessibilité à l’information ne fera que distinguer deux catégories de citoyens : les producteurs et les consommateurs d’informations. Cette situation ne fera qu’agrandir le fossé entre les riches et les pauvres.

Internet augmentera l’efficacité et la productivité du travail.

Le télétravail entraînera une suppression des frontières entre le travail et les autres activités de la vie des travailleurs, créant ainsi des déséquilibres dans leur vie.

Internet, en facilitant les communications, contribuera à une plus grande solidarité entre les personnes.

Internet aura comme effet d’isoler les individus de leur milieu naturel de vie en les enfermant dans une sorte d’univers cybernétique.

 Quelques impacts positifs d’Internet

Nous devons nous rendre à l'évidence que l’utilisation d’Internet a déjà eu des effets fort positifs et très mesurables dans certains secteurs d’activités. En voici quelques-uns :

Secteur santé : accès à des connaissances de base sur la santé et les maladies et à de l’information internationale, par exemple auprès de l’Organisation mondiale de la santé (OMS); possibilité d’échanger des informations avec des médecins, épidémiologistes, etc., sur des problèmes urgents qui se posent; livraison immédiate et automatique d’alerte concernant la santé (épidémies, etc); participation à des sous-réseaux spécifiques à la santé, tel «Healthnet». Visitez http://www.who.int/inf-pr-1998/fr/

Secteur agriculture : accès à des bibliothèques spécialisées; accès à de l’information économique pour les marchés; accès à des sites d’information relative aux alertes précoces (région subsahélienne, par exemple) constamment mis à jour par observation satellite. Visitez, par exemple: http://www.fao.org/debut.htm

Secteur éducation: accès à des recherches partout dans le monde; facilitation de recherches conjointes, même à distance; échanges culturels entre étudiants de plusieurs pays; formation à distance; accès à du matériel pédagogique utilisable dans les cours; accès à des bibliothèques à travers le monde. Explorez le site http://www.infobourg.qc.ca/

Secteur économie : échanges de données à jour tant à l’intérieur du pays (bureaux régionaux) qu’à l’extérieur du pays (organismes internationaux) : cyber-économie. Explorez le site http://www.wto.org

Secteur aide internationale : travail plus rapide et efficace avec les agences internationales pour la formulation et l’approbation de projets d’aide; travail à distance avec experts internationaux, réduisant les coûts de ce type d’expertise; communication rapide entre experts nationaux et internationaux. Visitez le site Documentation-presse : Centre de documentation-presse sur l'ensemble des pays du Sud et de l'Est, ainsi que sur tous les thèmes liés à la coopération et au développement.

  1   2   3   4   5   6   7

similaire:

Qu\La France compte plus de 20 millions d'internautes et 10 millions...
«qu’il existe différentes formes d’addictions en fonction des modes d’utilisation d’Internet : l’addiction au téléchargement, à des...

Qu\Internet est devenu un outil indispensable pour le professeur d’histoire et de géographie

Qu\Manuel Castells 2 «Le Code (informatique) c’est la loi… et son architecture est politique»
«Plus la démocratisation d’Internet sera retardée, plus le Web se développera autour de valeurs qui ne sont pas celles de l’ensemble...

Qu\La Ville est partenaire de Suivez le Phil, une émission radio qui...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Qu\Entreprise française de conseil et d’ingénierie en sécurité des systèmes...

Qu\Internet est devenu un outil indispensable pour le professeur d’histoire et de géographie
«l'intérêt économique et politique à rester connecté est suffisamment fort pour que la structure commune de base ne soit pas remise...

Qu\Ce livre est né de L ‘imagination de quelques passionnés de Maserati....

Qu\Résumé La montée en puissance d’Internet comme outil de communication...

Qu\Notes de cours, de sites internet Conventions adoptées
«//») et les changements de page par «/p. Xx/», où XX est le numéro de la nouvelle page (par exemple : «/p. 25/»)

Qu\Le Web entre aux archives
«Internet est un média qui change les relations entre les personnes, ou entre les institutions et les personnes. C’est une image...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com