Souvenir Français-Collège Jean Boucheron-Castillonnès





télécharger 40.96 Kb.
titreSouvenir Français-Collège Jean Boucheron-Castillonnès
date de publication10.10.2017
taille40.96 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > documents > Documentos
Voyage pédagogique à Verdun (18-22 avril 2016)
Souvenir Français-Collège Jean Boucheron-Castillonnès

10 élèves de 3ème du projet « les élèves de la mémoire »-projet labellisé Mission du Centenaire
Organisation du voyage et des visites des sites

18 avril : aller Castillonnès-Verdun par Limoges et Orléans
RDV à 5h30 sur la place du cinéma de Castillonnès.

Professeurs accompagnateurs: Catherine Mouly et Bruno Philippe
Départ à 6h.Car de grand tourisme.
Petit déjeuner à Limoges.
Repas de midi à la gare d'Orléans (cafetéria du centre Leclerc)

Changement de chauffeur
*Arrêt sur la Voie Sacrée à 50 kilomètres de Verdun

Explications de Monsieur Lafaye.
Arrivée à l'hôtel Ibis Budget de Verdun (banlieue sud) vers 18h30 (installation dans les chambres)
Chambres de 3 pour les filles.

Chambres de 2 pour les garçons

Chambres individuelles pour les accompagnateurs
Repas-cafetéria du centre Leclerc-Verdun sud.

Soirée à l'hôtel.
19 avril 
9 h : Village détruit de Fleury : un lieu de souvenir inhabité
Situé au cœur du Champ de Bataille de Verdun, le village détruit de Fleury devant Douaumont fait partie des 9 villages à avoir été détruits pendant cette terrible bataille.

ème

Théâtre d’intenses combats au cours des mois de juin et juillet 1916, il sera pris et repris à 16 reprises par les troupes allemandes et françaises.

Il n'a pas été reconstruit.


10 h : Fort de Vaux
Le Fort de Vaux est le symbole de l’héroïsme français, de l’épopée du commandant Raynal et de son dernier pigeon voyageur (=les élèves ont réalisé une petite étude sur le rôle des pigeons voyageurs pendant la guerre 14-18 à travers les extraits du film « les fragments d'Antonin »).

La visite permet de comprendre l’organisation d’un fort et de mieux appréhender la vie des combattants au quotidien.
11 h : Fort de Douaumont (un fort d'arrêt)
Le Fort de Douaumont était considéré à l’époque comme l’ouvrage militaire le plus armé et le plus défensif.Les élèves effectueront une visite guidée des 3 niveaux des galeries et casemates, observatoires et tourelles de mitrailleuses et de canons de 75 et 155.

Celle-ci permet de comprendre l’organisation d’un fort, la vie dans un fort et l’ensemble du système Séré de Rivières.

Le système Séré de Rivières est un ensemble de fortifications bâti à partir de 1874 le long des frontières et des côtes françaises, en métropole ainsi que dans quelques colonies. Ce système défensif remplace les fortifications bastionnées mises en place notamment par Vauban. Il doit son nom à son concepteur et promoteur, le général Raymond Adolphe Séré de Rivières.
Le système est fondé sur la construction de plusieurs forts polygonaux enterrés (qualifiés de « forts Séré de Rivières »), formant soit une ceinture fortifiée autour de certaines villes, soit un rideau défensif entre deux de ses places, soit des forts isolés.

Les forts Séré de Rivières subirent l'épreuve du feu lors de la Première Guerre mondiale, soit quarante ans après le début de leur construction : ils démontrèrent par leurs résistances l’intérêt de la fortification (Douaumont, Moulainville, Vaux, etc.). La grande majorité d'entre eux sont déclassés pendant l'entre-deux-guerres, leur rôle étant repris par les ouvrages de la ligne Maginot. Les forts, rendus aux communes, sont maintenant le plus souvent laissés à l'abandon.
12 h 30 - 14 h : Repas
14 h 30 : Ossuaire de Douaumont + projection du film « Des hommes de boue » 

(20 mn de projection) + montée à la tour
Inauguré en 1932, l’Ossuaire est un haut-lieu du souvenir, symbole du champ de Bataille.

L’Ossuaire abrite les restes de 130 000 soldats, morts pendant la bataille de Verdun. Longue de 137 mètres, la crypte du monument est surmontée d’une tour de 46 mètres. En plus de la projection du film-documentaire « Verdun, des hommes de boue » les élèves visiteront le cloître et la nécropole nationale.
L’ossuaire garde en son sein les restes des soldats morts sur le champ de bataille afin de préserver leur souvenir.Symbole du champ de bataille de Verdun, l’Ossuaire de Douaumont est une oeuvre privée, fondée par l'évêque de Verdun Monseigneur Ginisty avec l'aide du Général Valantin et Madame de Polignac, veuve de guerre pour donner une sépulture aux soldats non identifiés tombés sur le champ de bataille.
Commencé en 1920, le monument fut inauguré en 1932. Sur la façade, des écussons rappellent les dons de villes ayant aidées à la construction de l'Ossuaire de Douaumont.

D'une longueur de 137 mètres, le cloître de l'Ossuaire renferme des tombeaux en granit rose. Ils contiennent les ossements recueillis dans les 36 secteurs du champ de bataille.

Haute de 46 mètres, la tour symbolise la poignée d'une épée fichée dans le sol jusqu'à la garde, représentée par les deux ailes du monument, en signe de paix éternelle.
*Tranchée des Baïonnettes

*Monument Maginot
16 h : Mémorial de Verdun – Visite du Musée (1 h 30)
Le parcours du nouveau Mémorial place au cœur de la visite la figure du combattant de Verdun, qu’il soit français ou allemand. 2000 objets de collections, une multitude de photos souvent inédites, des témoignages français et allemand, et des dispositifs audiovisuels exceptionnels se mêlent pour évoquer l’expérience combattante de ces hommes venus de toutes parts.

Le parcours se déploie sur 3 niveaux et offre une découverte pleine de pédagogie et d’émotion.
*Les élèves profiteront d'une nouvelle scénographie mise en place en février 2016.
Ils situeront la bataille de Verdun dans le temps et l’histoire, puis à mettront leurs pas dans ceux d’un soldat qui part vers les premières lignes. Au cœur de la visite, un spectacle audiovisuel de 100m2 évoquera l’expérience combattante dramatique de ces hommes sur un champ de bataille dévasté, tandis qu’une crypte permettra d’entrer dans l’intimité fragile d’un soldat exposé au feu des canons.
Ils découvriront aussi au second niveau les aviateurs, artilleurs, états-majors qui ont pris part à la bataille ainsi que la vie en Meuse aux arrières immédiats du front où les médecins travaillaient sans répit. Le quotidien en France et en Allemagne est également mis en scène au travers du regard des soldats en permission tandis qu’un film raconte la construction de la mémoire de la bataille de Verdun.

Au dernier espace de visite, entièrement ajouté en 2015, les murs du Mémorial s’ouvrent sur le paysage environnant. Le champ de bataille se contemple et s’apprivoise à l’aide de bornes interactives, aux côtés d’un espace d’exposition temporaire, d’un centre de documentation, d’un lieu de détente et d’une salle pédagogique.

18 h : Réception à la mairie de Verdun en présence de monsieur Pierre Sicaud, maire de Castillonnès.

Remise de la médaille de la ville de Verdun.
19 h :
Repas à la cafeteria du centre Leclerc de Verdun sud et soirée à l'hôtel.
20 avril 
9 h : Citadelle Souterraine de Verdun : un circuit unique pour découvrir la vie des Poilus
Base logistique ultra perfectionnée, point de départ redouté et lieu de réconfort fortement apprécié des soldats, la citadelle souterraine est un lieu de mémoire incontournable de la Première Guerre Mondiale.
La Citadelle Souterraine a joué un rôle logistique dans la bataille de Verdun. Le circuit de visite qui s’effectue en nacelles audio-guidées, offre une reconstitution de la vie des soldats au sein des galeries souterraines.Les élèves découvriront 15 scènes marquantes de la vie des Poilus : tranchées, infirmerie, boulangerie, état-major et l’histoire fascinante du choix du Soldat Inconnu…

Dans une des casemates, ils assisteront à la cérémonie du 10 novembre 1920, lors de laquelle fut choisi le Soldat Inconnu, témoignage suprême de toute une nation pour un lieu désormais symbolique.
Tout au long de la visite, archives et documents audiovisuels retracent l'entrée en guerre de la France en 1914 et les grandes lignes du conflit.

Un zoom sur l'année 1916 permet de resituer la bataille de Verdun dans le contexte international (cf chronologie interactive de la bataille réalisée par les élèves à partir des documents d'archives audiovisuels).
12 h : Repas
14 h : Ville devant Chaumont

Occupé par les troupes allemandes pendant la Première Guerre Mondiale, le village est détruit. Seule la mairie et quelques maisons du 19ème siècle sont épargnées. Parsemé d’arbres, ce cimetière militaire allemand est installé sur le flanc d’une colline.Le village a été reconstruit après la guerre.

15 h : Le cimetière militaire du Faubourg Pavé
*Le cimetière militaire du Faubourg Pavé est une des 10 nécropoles nationales de la Bataille de Verdun. 3 ou 4 soldats Castillonnésiens y reposent.

Le cimetière du Faubourg Pavé est une des 19 nécropoles nationales de la bataille de Verdun. 5 095 corps y sont inhumés.

A proximité de l'entrée, on trouve le Monument aux Déportés et Fusillés devant lequel est inhumé un résistant inconnu fusillé quelques jours avant la libération de Verdun en 1944 par la GESTAPO à Tavannes.

Ce cimetière possède également « le carré des 7 Inconnus » rappelant ainsi la cérémonie du choix du Soldat Inconnu du 10 novembre 1920.
Dépôt de gerbes et de roses et lecture de textes par les élèves.

Hommage aux enfants et aux soldats de Castillonnès.

Marseillaise chantée par les élèves et cérémonie au drapeau.

Les élèves raviveront la flamme au cimetière Faubourg Pavé, comme à l’Arc de Triomphe.
18 h : Retour à l’hôtel Ibis

Repas à la cafetérie du centre Leclerc de Verdun-Sud et soirée à l'hôtel.
21 avril 
9 h : Butte de Vauquois
Le village de Vauquois fut anéanti dès février 1915 au cours d’ âpres combats qui bouleversèrent sa topographie. Jusqu’en 1917, les combattants français et allemands s’enterraient et creusaient des kilomètres de galeries pour infliger, à coups de tonnes d’explosifs, le plus de pertes possible au réseau ennemi.Au cours de la bataille de Vauquois, environ 14000 soldats ont perdu la vie.La guerre a fait rage autour de Vauquois. La butte était d’un grand intérêt stratégique pour l’observation, aussi bien pour les Allemands que pour les Français
Il a été recensé 519 explosions (199 Allemandes, 320 Françaises) à Vauquois. Les mines étaient placées de plus en plus profond, les charges étaient donc de plus en plus importantes au fur et à mesure de la bataille.

La butte de Vauquois est une gigantesque termitière : 17 km de galeries, 184 pièces constituent le casernement allemand. Environ 5 km de galeries et quelques postes de commandement sont creusés du côté français.
12 h : Repas
Après-midi libre.
*Visite de l’usine de dragées Braquier ou promenade dans le centre de Verdun (monument à la victoire, cathédrale Notre-Dame.....).

Dès 1871, Edouard Boivin, confiseur de père en fils depuis 1783, et Léon Braquier construisent une vaste usine sur le site du château du Coulmier. Ils développent ainsi, dans le respect de la tradition, le commerce de la dragée, lancé en 1220 par un apothicaire verdunois.


Complètement détruite en 1916, l'usine fut reconstruite et modernisée. En 1921, la société "La Dragée de Verdun" est définitivement constituée. Des amateurs prestigieux ont marqué la légende de l'entreprise parmi lesquels Napoléon Ier, le Prince de Galles et Charles de Gaulle.

*Visite du Centre mondial de la paix, des libertés et des droits de l'homme à Verdun avec les collégiens de Castillonnès
Le centre mondial de la Paix, des Libertés et des Droits de l'Homme, situé dans le palais épiscopal est un lieu d'exposition, de rencontre et de réflexion pour la promotion de la paix, des libertés et des droits de l'homme.Il est classé Monument historique depuis 1920.

Des expositions semi-permanentes et permanentes sont proposées aux élèves pour apporter un sens de réflexion à la fois sur la guerre et sur la paix (=module 1 du travail réalisé par les élèves dans l'atlas de Verdun).

*Lecture du texte sur la guerre et la paix écrit par les collégiens et leur professeur d'histoire pour la cérémonie du 11 novembre .

22 avril
Départ pour Castillonnès par Orléans et Limoges
Départ à 6 heures de Verdun.

Arrêt à Orléans vers midi – déjeuner et changement de chauffeur.

Arrêt goûter à Limoges.

Arrivée à Castillonnès, vers 18 h 00.

similaire:

Souvenir Français-Collège Jean Boucheron-Castillonnès iconInterview de Mr Delbauffe, ancien Contrôleur général des armées et...

Souvenir Français-Collège Jean Boucheron-Castillonnès iconLe souvenir des deux guerres mondiales au maroc sources, elements...

Souvenir Français-Collège Jean Boucheron-Castillonnès iconPermettre aux élèves de saisir l’importance qu’occupe en France,...
«Alors que disparaît le dernier combattant français de la Première Guerre mondiale, la Nation témoigne sa reconnaissance envers ceux...

Souvenir Français-Collège Jean Boucheron-Castillonnès iconDufays, Jean-Louis, Rosier, Jean-Maurice (sous la dir de), Récit...

Souvenir Français-Collège Jean Boucheron-Castillonnès iconUn Etablissement en Démarche de Développement Durable depuis 2007-2008:...

Souvenir Français-Collège Jean Boucheron-Castillonnès iconSéquence proposée par Fabien fraisse (collège Cassin, Noidans-lès-Vesoul)...

Souvenir Français-Collège Jean Boucheron-Castillonnès iconQuand le meilleur du cinéma français s’invite en Israël 13e édition du Festival du Film Français
«Un + une» met en scène Elsa Zylberstein et l’acteur oscarisé Jean Dujardin. Claude Lelouch et Elsa Zylberstein seront tous deux...

Souvenir Français-Collège Jean Boucheron-Castillonnès iconMaurice Agulhon, né le 20 décembre 1926 à Uzès (Gard), est un historien...

Souvenir Français-Collège Jean Boucheron-Castillonnès iconCours de deuxieme annee
«Trente Glorieuses» selon l’expression de l’économiste Français Jean Fourastié

Souvenir Français-Collège Jean Boucheron-Castillonnès icon2007 – 2010 college ennakhil-marrakech
Le Maroc, parce qu’il est sans doute à un tournant de son histoire, et que tous ceux qui veulent le voir progresser doivent l’aider,...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com