Métier crée en 1973





télécharger 22.45 Kb.
titreMétier crée en 1973
date de publication11.10.2017
taille22.45 Kb.
typeLeçon
h.20-bal.com > documents > Leçon

Origine et évolution de la profession d’EJE



Métier crée en 1973.

Il descend d’une autre profession : jardinière d’enfant.

Frédéric Froebel ( 1782/1852 ) fondateur des jardins d’enfant, le premier fondé en 1957.

Au 19ème siècle il y a une effervescence au niveau pédagogique, qui se concrétise à travers différentes expériences.

Le jardin d’enfant est le lieu privilégié d’exercice de la profession de jardinière d’enfant, pour l’accueil des enfants de 3 à 6 ans. Avant cet âge, les mère sont les éducatrices de leurs propres enfants.

Dans le but d’appliquer les méthodes de Froebel dans les jardins d’enfants et dans les asiles ( ancêtre de la maternelle ( créée en 1825 ).

On a créé des écoles pour former les jardinières d’enfants. Il n’y avait pas de diplôme d’état.

Marie Gahéry fonde en 1899, « l’union familiale de Charonne », en 1902 elle ouvre un jardin d’enfant.

Il y avait quatre principes qui sous-tendaient la création de l’union :

  • Amélioration des conditions de vie ouvrières.

  • Prévention sociale.

  • Tolérance et désintéressement.

  • Rapprochement des classes sociales.

Ces principes passent par l’éducation des enfants.

Marie Gahery était une fervente des méthodes actives, elle a étudié la pédagogie de Froebel en Allemagne, elle va appliquer cette méthode dans son jardin d’enfant.

  • Leçon de gymnastique.

  • Bibliothèque.

  • Jardin ouvrier cultivé par les enfants.

1907, création d’une école de jardinière d’enfant ( études sur deux années ), plus une année « maîtresse aux soins ménager ».

Formation : étude du caractère de l’enfant, faculté du jeune enfant, histoire du jeune enfant, science naturelle, jardinage, travaux ménagers, travaux manuel, éducation sensorielle, musique, chant.

Madame Marenhaltz développera la pédagogie de Froebel en france. Promotion du cercle d’éducation familiale, réunion avec les parents.

Pédagogie Montessori : après les années 1920 va s’imposer dans les jardins d’enfants. Elle va détrôner la pédagogie de Froebel.

Dans les années 20, il y a trois types de jardins d’enfants : rattaché à un lycée, à des écoles privées, à des oeuvres populaires.

Les deux premiers types sont plutôt fréquenter par des enfants de famille aisées. Le troisième type par des enfants de famille populaire. Les conceptions éducatives prônent une distance affective, l’éveil de l’enfant, l’obéissance, éducation pour le futur. Le travaille des jardinières est un travail de pré-scolarisation.

Au milieu des années 20 l’enseignement public va renoncer à employer les jardinières d’enfant dans les asiles. A cette époque il y a une légitimité éducative des jardins d’enfants par rapport aux crèches collectives dans lesquelles on trouve un personnel sans qualification ( berceuse, gardienne).

En 1956, à Sèvre, cycle d’étude européen sur les garderies et les jardins d’enfants. La crèche va être définie dans une fonction sanitaire et sociale. Les enfants admis dans les crèches sont assimilés à des cas sociaux.

Tandis que les jardins d’enfants sont définis par une fonction éducative.

Le métier de jardinière d’enfant va mettre longtemps à se professionnaliser. Au début la jardinière d’enfant est issue de milieu bourgeois, pour elle ce n’est pas une profession. Elle est jardinière jusqu’à ce qu’elle se marie et ait des enfants.
Décret 73-73 du 11 janvier 1973 : institut le diplôme d’état d’éducateur de jeunes enfants qui remplace le diplôme de jardinière d’enfant. Officialisation du métier, reconnaissance et organisation professionnelle, uniformisation de la profession.

Jardinière d’enfant disparaît du vocabulaire, la référence à la pédagogie de Froebel disparaît, d’où élargissement des références pédagogiques.

Elargissement de l’évolution de leur mission, qui s’ouvre sur une dimension plus largement éducative, mais aussi sociale.

En 1975, le personnel des crèches collectives n’avait pas de véritables qualifications. Apparition des éducatrices de jeunes enfants dans les crèches collectives.
1993 : réforme du diplôme d’état, allongement des études, ouvertures sur les pratiques de créativité.

Histoire et sociologie de la crèche collective



19ème siècle :

Travail des femmes.

Travail des enfants.

Mortalité infantile.

Développement des salles d’asiles.

Paupérisation.

Nouvel intérêt pour l’éducation de l’enfant.

Lutte des classes, syndicat ouvrier.
20ème siècle :

Education, psychologie, pédagogie.

Mode de garde.

Travail de la femme.

Politique européenne.

Politique locale et politique de l’Etat : sociale et familiale.
Contexte de la création des premières crèches.

Le 19ème siècle est une période mouvementé sur le plan politique.

La première crèche est créée par Firmin Marbeau en 1844.

Le climat social est assez chargé : crise économique, exode rurale, paupérisation.

La pratique de garde est différente selon les milieux sociaux.

Pour l’ouvrière :

  • Envoyer leurs enfants en nourrice à la campagne.

  • Garde à la journée chez des gardeuses, sevreuse ( le bouge ).

  • Garde par la mère sur son lieu de travail.

Pour les femmes bourgeoises :

  • Nourrice qui vient de province et allaite l’enfant.


Mortalité infantile


Expansion des pratiques de mise en nourrice avec l’industrialisation. Sur-mortalité des enfants dus aux conditions de vie et d’hygiène dans lesquelles, sont tenus ces enfants. Les enfants sont victimes des conditions de vies de leurs parents.
1830 / 1838 18% de mortalité infantile.

1840 / 1845 15.6%

1870 / 1871 21.7%
Le taux de mortalité des enfants placés en nourrice est de 7% dans leur première année.

La mortalité infantile rejoint le problème démographique qui est pris en compte par le politique.

A la fin du 19ème le problème du peuplement de la France est un problème national. Il y a une évolution des représentations de l’enfant, grâce aux progrès de l’hygiène et de la médecine. En 1874, Théophile Roussel organise la protection des enfants placés en nourrice.
Avant la crèche collective
Il y a différente expérience.

1770 – Oberlin – création de crèche, salle d’asile, projet de type communautaire.

1800 – Madame de Pastoret – « chambre de dépôt destinée aux enfants pauvres à la mamelle ».

1772 / 1937 – Charles Fourier – utopie sociale. Les enfants sont éduqués dans des petites unités sociales autonomes. Coopérative, sans séparation des sexes.

1825 – Denis Cochin – création des sales d’asiles.
Crèches et sales d’asiles ( ancêtre de la maternelle ) sont deux institutions différentes, mais les deux ont pour finalité la garde des jeunes enfants.

La légitimité du travail féminin entraîne la légitimité de la crèche.

Décalage des pratiques de mise en nourrice et le statut, la représentation de la femme dans la société.

Firmin Marbeau ( catholicisme social ), pour lui ce n’est pas une aumône, mais une organisation de l’aide aux nécessiteux. Analogie avec la crèche de Bethlehem qui a accueilli Jésus. La crèche collective accueil les enfants de 0 à 2 ans.

Derrière la simple garde de l’enfant, il envisage de réconcilier les classes sociales, de moraliser les classe pauvre. La religion est présente quotidiennement dans la crèche. Il propose une vue universelle des bienfaits de la crèche.

Au fur et à mesure que les crèches se développent, se greffent des enjeux autour de ces institutions.

Le statut de la femme : moralisation, favorisation de l’allaitement maternel. Progressivement la crèche devient un lieu d’éducation pour devenir une meilleure mère. La crèche est un moyen de contrôle sur les classes populaires.

La crèche va être contestée pour des problèmes sanitaires, de santé. Les attaques provoquent une amélioration des pratiques d’hygiènes. Disparition du discours religieux au profit du médical.

Le contenu pédagogique : controverse sur la gestion catholique de la crèche.

1848 / 50 les idées laïques progressent. Le caractère confessionnel des crèches va leur être reproché, politique de laïcisation.

Création de nouvelle crèche parallèlement aux crèche religieuse.

1896 : œuvre des crèches parisiennes. Apparition du discours médical dans les crèches, lutte contre la mortalité infantile ( taylorisation du travail ). Période hygiénique ( organisation de l’espace, spécialisation des professionnels ). Les dames patronnesses vont être évincées des crèches. La crèche va copier le milieu hospitalier. La mortalité infantile, les épidémies vont régresser.

Après la seconde guerre mondiale apparaît une nouvelle forme de critique par rapport à la crèche : carence des enfants qui sont privé de milieu familial.

similaire:

Métier crée en 1973 iconQuestions sur le metier de conteuse classe de ce1 severine gaugin
«contes» avec les gsb et cpe. Lamia Chahed, célèbre conteuse tunisienne en langue française est venue leur narrer plusieurs contes...

Métier crée en 1973 iconInstructions Officielles pour l’enseignement de la gymnastique à l’école primaire, 1887
«Il y a un principe bon qui a créé l’ordre, la lumière et l’homme; et un principe mauvais qui a créé le chaos, les ténèbres et la...

Métier crée en 1973 iconGabriel, ou le meilleur d’après Candide ou l’optimisme
«Buenos Aires Buenos Tangos» créé à Léognan et joué à Bordeaux, La Rochelle, Eysines… De «Coplas» adapté librement de Couplets à...

Métier crée en 1973 iconLettre d’Etienne Gilson à Henri Gouhier, 2 mai 1973, (Revue thomiste)

Métier crée en 1973 iconBilan de l’opération «Les sciences au cœur du métier» 4 avril 2013

Métier crée en 1973 iconLe mardi 26 mardi 2013, les élèves de 5°1, dans le cadre de l’action...
«Lire & Choisir» ont rencontré J. C. Tixier pour échanger sur son roman Sept ans plus tard et sur le métier d’écrivain

Métier crée en 1973 iconCours histoire ts 2 Economie, société et culture en France I la France...

Métier crée en 1973 iconLicence Lettres, Langues et Arts
«Le métier d’animateur» Editions La Découverte- collection : Alternatives sociales édition 2005

Métier crée en 1973 iconDéfinition des compétences à acquérir par les professeurs, documentalistes...

Métier crée en 1973 iconDossier de Radio France, 30 janvier 2006
«stagiaires» vont passer du statut d’étudiant à celui d’enseignant. Sont-ils prêts à affronter la réalité du métier ?






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com