Résumé Cette recherche en didactique de nature descriptive a pour but d’analyser les pratiques effectives des enseignants d’eps, afin de rendre compte des différents objets de savoir qui sont réellement enseignés par les professeurs d’eps,





télécharger 71.33 Kb.
titreRésumé Cette recherche en didactique de nature descriptive a pour but d’analyser les pratiques effectives des enseignants d’eps, afin de rendre compte des différents objets de savoir qui sont réellement enseignés par les professeurs d’eps,
page1/3
date de publication26.10.2017
taille71.33 Kb.
typeRésumé
h.20-bal.com > documents > Résumé
  1   2   3
Analyse des pratiques d’enseignement du judo en EPS

Denis Loizon*, Eric Margnes** & André Terrisse***

* IUFM de Bourgogne. Équipe AP3E et LEMME (EA 3042), Université Paul Sabatier, Toulouse

**Université de Pau et des Pays de l'Adour - Département STAPS de Tarbes (LAPS) Chercheur associé LEMME (E.A. 3042 - Equipe AP3E) - Toulouse

***IUFM Midi-Pyrénées - Équipe AP3E, LEMME (EA 3042), Université Paul Sabatier, Toulouse

Résumé

Cette recherche en didactique de nature descriptive a pour but d’analyser les pratiques effectives des enseignants d’EPS, afin de rendre compte des différents objets de savoir qui sont réellement enseignés par les professeurs d’EPS, qui utilisent l’activité judo comme moyen d’enseignement. L’identification de certaines variables didactiques nous a permis de mettre en évidence l’enseignement de savoirs technique et stratégique ainsi que leur complémentarité. Grâce à l’analyse des pratiques effectives, nous avons également identifié d’autres objets de savoirs qui sont transmis par ces professeurs d’EPS comme les savoirs sécuritaire, réglementaire, culturel ou éthique. L’utilisation d’entretiens post-leçon a confirmé ces intentions didactiques pas toujours prévues dans les déclarations initiales des enseignants, confirmant en cela le décalage entre les intentions initiales et les prises de décision dans l’action. Mais ce qui fait l’originalité de notre travail, c’est avant tout la prise en compte du sujet et de son histoire personnelle, qui influence certaines prises de décisions didactiques. À partir d’extraits issus de trois de nos quatre études de cas, nous montrerons le rôle de l’expérience personnelle de judoka, qui agit en arrière–plan du fonctionnement didactique ; c’est elle qui permet une « repersonnalisation » des objets de savoir enseignés. Cet article reprend une partie de notre travail de thèse consacré à la recherche des objets de savoir transmis par les enseignants dans deux institutions différentes, le club et l’EPS (Loizon, 2004). Après avoir précisé le cadre général et les concepts centraux, nous présenterons les différentes étapes de cette recherche et la phase d’analyse des pratiques consacrée à l’enseignement du judo dans le cadre des cours d’EPS. Cette recherche, qui prend les pratiques d’enseignement comme objet d’analyse, s’inscrit dans les axes de recherche1 développés au LEMME en didactique des APS2 au sein d’un groupe qui tente de comprendre ce qui s’enseigne dans les sports de combat. La pratique que nous avons l’intention d’analyser est celle des professeurs d’EPS, qui prennent le judo comme moyen d’enseignement. Le but de cette recherche est de mieux comprendre ces pratiques dans une visée heuristique (Bru, 2002), puisqu’il s’agit ici de rendre compte de la façon dont le judo est enseigné dans le milieu scolaire. Nous souhaitons analyser plus particulièrement ce qui est mis en oeuvre par le professionnel pour transmettre le ou les savoirs du judo dans la leçon d’EPS.

1. Cadre théorique

Notre recherche s’inscrit dans le cadre général des études transpositives qui s’intéressent aux transformations que subit le savoir avant d’être appris par l’élève. Le professeur d’EPS organise son enseignement à partir d’un traitement didactique de l’activité physique. L’étude de ce traitement didactique est appelée transposition didactique, pour reprendre l’expression de Verret (1975) à l’origine de ce concept. Celui-ci est devenu un outil théorique indispensable (Terrisse, Léziart, 1997), dans la mesure où il permet de comprendre les différentes transformations que subit le savoir depuis son origine jusqu’à son acquisition par l’élève. Quel est donc le savoir enseigné dans ce cadre scolaire ? Quelles sont les transformations que subit ce savoir ? Comment peut-on expliquer ces transformations ? Autant de questions qui vont devenir centrales dans cette analyse des pratiques d’enseignement.

  1. 1. Contexte théorique

Pour mieux comprendre cette première étape de la transposition didactique, nous utilisons comme champ de référence du savoir ce que Martinand (1986) appelle « les pratiques sociales de référence » dans le sens où l’activité physique et sportive est porteuse d’un savoir de référence. Dans ce cas précis, il nous semble plus pertinent de parler de référence experte plutôt que référence savante. Il est alors possible de retrouver cette référence experte dans les documents réalisés par la fédération française de judo (FFJ). Cette mise en texte du savoir expert est visible dans les deux méthodes d’enseignement réalisées par la FFJ, l’une en 1967, et l’autre plus récente en 1990, avec le concours des plus hauts gradés. Deux savoirs spécifiques au judo sont ainsi présentés dans ces deux méthodes : d’un côté le savoir technique et de l’autre le savoir stratégique ; ils représentent ce que Terrisse (2000) appelle le savoir pour la pratique. Ces deux objets de savoirs relèvent selon nous, des savoirs fondamentaux qui caractérisent cette pratique sportive. Le savoir technique peut être défini comme l’ensemble des techniques qui relèvent de l’activité judo, techniques codifiées au fil du temps par les experts ; il correspond dans la méthode de 1967 (FFJDA, 1967) à une description formelle essentiellement temporelle (le déséquilibre, le placement du corps de l’attaquant et la projection). Ce savoir technique composé des techniques de projection (judo debout) et des techniques de contrôle au sol (immobilisations, étranglements et clés de bras) constitue la base du judo permettant de reconnaître et d’identifier ce sport parmi les différents sports de combat (Janicot, Pouillart, 1997). Pour ces experts, cette base technique représente « l’invariant technique » qui se retrouve, quels que soient les pays ou les professeurs. Le savoir stratégique peut être assimilé quant à lui, à un savoir procédural dans la mesure où il donne lieu à des énoncés de type « opératif » (Barbier, 1996). Nous pouvons alors concevoir ce savoir stratégique selon trois niveaux d’expression (Vergnaud, 1994) qui vont du niveau le plus personnel (savoir-faire personnel) au niveau le plus généralisable :

* Le niveau technico-tactique qui se concrétise par le système d’attaque et de défense. Ce système d’attaque très personnel organisé autour d’une technique préférentielle (le spécial) permet au judoka d’envisager différentes solutions face aux problèmes (actions ou réactions) posés par l’adversaire (Loizon, 2000).

* Le niveau des règles d’action car les énoncés possèdent un certain degré de généralisation (Gréhaigne et coll., 1993).

* Le troisième niveau correspond à l’énoncé de principes décrits sous des formes particulières qui vont des principes tactiques (Janicot, Pouillart, 1997) aux principes opérationnels (Cadière, Trilles, 1998).

1 Les axes de recherche sont les suivants : modélisation du savoir et transposition didactique, conceptions des apprenants et rapport au savoir, interactions didactiques.

2 Activités Physiques et Sportives.

1. 2. Les concepts centraux de la recherche

Le concept central de notre travail est le concept de variable didactique. C’est en utilisant ce concept de la didactique des mathématiques (Brousseau, 1998) que nous avons tenté de mettre en évidence les objets de savoir enseignés. Pour cela, nous avons avancé la thèse suivante : le savoir enseigné peut être identifié en analysant les variables didactiques utilisées dans les situations d’apprentissage. En effet, nous pensons avec Brousseau (1998) que la situation d’apprentissage conçue par le professeur, contient un ou des objets de savoir repérables au travers des consignes qui définissent cette situation ; ces consignes agissent comme un ensemble de contraintes à l’intérieur desquelles l’élève est libre d’exercer sa rationalité (Margolinas, 1993). Ces contraintes caractérisent les variables didactiques qui fournissent le cadre dans lequel l’élève va travailler à la recherche des solutions d’un problème (Brousseau, 1986). L’enseignant peut alors jouer sur les consignes, c’est-à-dire les valeurs de ces variables, pour favoriser un nouvel apprentissage (Astolfi, Develay, 1989 ; Brousseau, 1986 ; Laborde, Vergnaud, 1994). Nous proposons une définition de ce concept : « les variables didactiques sont des éléments constitutifs des situations d’apprentissage identifiables sous formes de contraintes sur lesquelles l’enseignant peut agir en fixant les valeurs afin de conduire l’élève vers un apprentissage donné » (Loizon, 2004). Chaque situation d’apprentissage est donc porteuse d’un ou plusieurs objets de savoir que l’on peut identifier à partir des différentes variables didactiques présentes dans la situation sous forme de consignes données par l’enseignant. Notre analyse des pratiques d’enseignement du judo en EPS va donc porter sur les situations d’apprentissage mises en oeuvre par les professeurs d’EPS, et plus particulièrement sur les variables didactiques repérables dans ces situations à partir du discours de l’enseignant. Quelles sont alors les variables didactiques qu’il est possible d’associer aux deux savoirs spécifiques du judo que nous avons définis précédemment ? Une revue des ouvrages consacrés au judo3 nous a permis de mettre en évidence le savoir technique que chaque judoka doit démontrer à l’occasion des passages de grades. On y retrouve pour chacune des techniques, la présentation de la technique proprement dite ou forme de corps, associée à la description d’un placement ou déplacement de l’adversaire (uke) ainsi que le placement de celui qui attaque (tori). Ce savoir que nous avons qualifié de technique peut donc être associé à trois variables particulières qui sont communément admises dans l’enseignement traditionnel du judo, c’est-à-dire :

* Le Déplacement-placement de l’adversaire ;

* Le Tsukuri ou placement-déplacement de l’attaquant ;

3 Cette revue de la littérature judo comprenait une quarantaine d’ouvrages et une vingtaine d’articles issus de la revue EPS.

* La Technique proprement dite avec son nom codifié.

Pour identifier le savoir stratégique, nous avons également recherché ce qui pouvait prendre le statut de variable didactique dans cette littérature très spécifique car ce concept n’est pas toujours explicité ; on le retrouve sous des appellations très diverses : variables, variantes, évolutions, prolongements, variables de différenciation. Ce sont majoritairement les ouvrages ou les articles rédigés par des professeurs d’EPS qui nous ont permis de catégoriser (Bardin, 1998) les variables associées au savoir stratégique en trois grandes catégories4 :

* La posture (latéralité, saisie, position).

* Les actions (attaque, défense, direction, signal).

* Le rapport d’opposition (tonicité, vitesse, score). Le professeur peut donc aménager l’opposition à l’aide de ces trois catégories de variables comme le préconise Terrisse (1991) pour déséquilibrer le rapport de force à des fins d’apprentissage. Nous appelons cet ensemble de variables, les variables stratégiques car elles sont spécifiques de l’activité judo, à la différence d’autres variables que l’on peut rencontrer dans d’autres APS. Elles caractérisent ce que nous avons appelé le savoir stratégique par opposition au savoir technique. En effet, ces variables permettent à l’enseignant de construire des situations d’enseignement plus ou moins saturées en incertitude afin de faire apprendre aux élèves autre chose qu’un savoir technique formel et décontextualisé. L’ensemble des variables stratégiques et techniques constitue donc les variables spécifiques de l’activité judo. Pour identifier les objets de savoir enseignés aux élèves, nous avons donc utilisé une grille d’analyse composée de ces trois variables techniques et de ces trois variables stratégiques avec des critères différenciateurs pour chacune des variables. Cette grille a également été utilisée pour analyser le savoir de référence dans la première étape de nos travaux ainsi que dans la seconde étape à propos des pratiques déclarées.

1. 3. Les étapes de la recherche

1. 3. 1. Le savoir de référence

Dans le premier temps de notre phase exploratoire, nous nous sommes d’abord intéressés à ce qui pouvait constituer le savoir de référence pour les professeurs de judo qui enseignent en club. Il s’agissait d’envisager le point de départ de la transposition

4 Dans le cadre de cet article, nous ne détaillerons pas chacune de ces variables, ni les critères différenciateurs qui leur sont associés.

didactique. Cette question du savoir de référence dans le cadre d’une activité physique et sportive comme le judo, a donc été abordée sous l’angle du savoir des experts (Johsua, 1996) à travers les différentes publications qui concernent l’enseignement du judo, avec une centration particulière sur les savoirs technique et stratégique. Pour évaluer le « poids » du savoir technique par rapport au savoir stratégique, nous avons analysé différents documents spécifiques au judo, soit 43 ouvrages qui portent tous uniquement sur le judo. Tous ces livres ont été écrits par des personnes considérées comme des experts de l’activité judo. Deux questions ont présidé à l’analyse de ces ouvrages : quel est le public visé par l’auteur ? Quelles sont les variables spécifiques présentes dans le document ? Concernant la première question, nous pensions que le public visé par l’auteur pouvait avoir des répercussions sur la nature des objets de savoir proposés dans l’ouvrage car certains livres s’adressent davantage à des professeurs de judo comme les ouvrages fédéraux, alors que d’autres sont plutôt rédigés pour un public très large qui va du néophyte au judoka ceinture noire. Pour cela, nous avons élaboré trois catégories de public visé : le “tout public”, qui peut s’étendre du débutant jusqu’au pratiquant ceinture noire, la catégorie “professeurs de judo” avec les documents produits par la FFJ, et la catégorie “professeurs d’EPS”. Différentes sources d’information nous ont permis de retrouver les destinataires, soit dans le texte, soit par l’appartenance de l’auteur à un milieu donné, soit par l’éditeur. Pour repérer les différentes variables spécifiques présentes dans les documents, nous avons eu recours à des critères différenciateurs (Bardin, 1998) pour chacune de nos variables techniques ou stratégiques. Pour le recueil des données, nous avons utilisé un codage binaire (Van Der Maren, 1996) qui nous a permis de relever la présence ou à l’absence de chacune des variables dans les documents étudiés. L’analyse de ce corpus de référence contrasté autour de ces deux savoirs a montré que le savoir technique était prédominant dans les ouvrages et qu’il faisait l’objet d’une présentation longue et minutieuse chez une majorité d’experts. Toutefois, nous avons observé une différence concernant les ouvrages destinés aux professeurs d’EPS qui présentent quant à eux, un savoir stratégique (80%) plus important que le savoir technique (59%). Ainsi, la mise en mots d’une activité physique comme le judo fait déjà apparaître une présentation du savoir différente selon les auteurs. Les ouvrages écrits par des professeurs d’EPS insistent davantage sur le savoir stratégique dans cette activité alors que les ouvrages fédéraux semblent accorder autant d’importance à chacun des deux savoirs stratégique et technique.

1. 3. 2. Les pratiques déclarées.

Le second temps de la phase exploratoire a porté sur le recueil d’un certain nombre d’informations à l’aide d’un questionnaire (Loizon et coll., 2004). L’objectif était de rendre compte des « pratiques d’enseignement déclarées » par les professeurs de judo à partir d’une analyse des variables didactiques qu’ils déclaraient utiliser dans leur enseignement. Nous avons identifié les objets de savoir qu’ils déclaraient transmettre à leurs élèves, à travers le croisement d’un certain nombre de réponses à des questions relatives à leurs conceptions de l’enseignement du judo, à leurs références (textes officiels, lectures, vidéos), à leurs moyens de formation continue ainsi qu’aux variables utilisées en cours. Les résultats font apparaître le rôle prépondérant des stages comme moyen de formation continue des enseignants de judo. Cette formation continue des professeurs de judo se fait essentiellement dans des stages sous forme de transmission orale à l’aide de nombreuses démonstrations réalisées par les experts de la Fédération Française de Judo. C’est à l’occasion de ces stages que s’effectue la transmission des savoirs techniques par les formateurs nationaux qui constituent la référence experte. La quête d’un nouveau savoir technique, dans ces stages de formation en judo, pourrait s’expliquer par la volonté chez les professeurs de judo de renouveler le savoir qui subit l’usure du temps. Enfin, les réponses au questionnaire nous ont permis de mettre en évidence un autre savoir qui n’avait pas retenu notre attention au départ de cette étude, ce que nous avons appelé le savoir éthique car il incorpore les différentes valeurs mises en exergue par le Code Moral du judo. Toujours dans ce questionnaire, les professeurs de judo déclarent à notre grande surprise que ce savoir éthique serait le savoir le plus important qu’ils veulent transmettre, bien avant le savoir technique et loin devant le savoir stratégique. Il s’agit là d’intentions exprimées dans les réponses à un questionnaire, mais qu’en est-il dans la réalité ?

1. 3. 3. Les pratiques réelles

Après cette première phase exploratoire qui portait sur des déclarations, nous sommes allés observer les « pratiques réelles d’enseignement » chez quatre professeurs de judo (Loizon, 2005) et chez quatre professeurs d’EPS pour identifier ce qu’ils enseignaient réellement. D’un point de vue didactique, analyser les pratiques effectives d’enseignement d’une activité physique ou d’une discipline, c’est s’intéresser à la question du savoir qui constitue l’enjeu de la relation entre un professeur et des élèves dans un enseignement ordinaire. C’est aussi tenter de comprendre ce qui se joue dans cette relation. Nous allons présenter maintenant la phase d’analyse des pratiques d’enseignement du judo en EPS.
  1   2   3

similaire:

Résumé Cette recherche en didactique de nature descriptive a pour but d’analyser les pratiques effectives des enseignants d’eps, afin de rendre compte des différents objets de savoir qui sont réellement enseignés par les professeurs d’eps, iconRésumé : Les didactiques des disciplines sont souvent des didactiques...
...

Résumé Cette recherche en didactique de nature descriptive a pour but d’analyser les pratiques effectives des enseignants d’eps, afin de rendre compte des différents objets de savoir qui sont réellement enseignés par les professeurs d’eps, iconA noter que le
«handisport et eps», une proposition a été faite par le «groupe ressource eps adaptée» de profiter de la Journée nationale du handicap...

Résumé Cette recherche en didactique de nature descriptive a pour but d’analyser les pratiques effectives des enseignants d’eps, afin de rendre compte des différents objets de savoir qui sont réellement enseignés par les professeurs d’eps, iconL’eps face aux menaces de déscolarisation
«Les professeurs d’éducation physique sont-ils périmés ?». (A quoi sert-ils ?)

Résumé Cette recherche en didactique de nature descriptive a pour but d’analyser les pratiques effectives des enseignants d’eps, afin de rendre compte des différents objets de savoir qui sont réellement enseignés par les professeurs d’eps, iconMise en place d’un espace documentaire partagé «wiki» sur Spiral...
«Mieux vaut un qui sait que dix qui cherchent». Cette perspective pose en effet le problème du savoir et de la clé du savoir. La...

Résumé Cette recherche en didactique de nature descriptive a pour but d’analyser les pratiques effectives des enseignants d’eps, afin de rendre compte des différents objets de savoir qui sont réellement enseignés par les professeurs d’eps, iconLa petite casserole d’Anatole d’Eric Montchaud
«stop motion». Les objets sont disposés, filmés, déplacés, re-filmés, etc… Afin d’obtenir l’illusion d’un mouvement fluide, 24 images...

Résumé Cette recherche en didactique de nature descriptive a pour but d’analyser les pratiques effectives des enseignants d’eps, afin de rendre compte des différents objets de savoir qui sont réellement enseignés par les professeurs d’eps, iconAfin de rendre accessible aux enfants l’Histoire des Capétiens, je...
...

Résumé Cette recherche en didactique de nature descriptive a pour but d’analyser les pratiques effectives des enseignants d’eps, afin de rendre compte des différents objets de savoir qui sont réellement enseignés par les professeurs d’eps, iconStudies in Communication Sciences
«Les opinions auxquelles nous tenons le plus sont celles dont nous pourrions le plus malaisément rendre compte, et les raisons mêmes...

Résumé Cette recherche en didactique de nature descriptive a pour but d’analyser les pratiques effectives des enseignants d’eps, afin de rendre compte des différents objets de savoir qui sont réellement enseignés par les professeurs d’eps, iconJe n’avais pas entendu que de bons échos sur le dernier album des...
«Templars fanatics», pour les autres, ce n’est pas cet album qui les convaincra

Résumé Cette recherche en didactique de nature descriptive a pour but d’analyser les pratiques effectives des enseignants d’eps, afin de rendre compte des différents objets de savoir qui sont réellement enseignés par les professeurs d’eps, iconDéfinition du terme «patrimoine», historique…
«l’ensemble des biens dont l’existence, la production et la reproduction sont le résultat de l’activité de la nature, même si les...

Résumé Cette recherche en didactique de nature descriptive a pour but d’analyser les pratiques effectives des enseignants d’eps, afin de rendre compte des différents objets de savoir qui sont réellement enseignés par les professeurs d’eps, iconNote et appreciations du correcteur
«théoriques» générales. IL faut au contraire montrer en quoi les concepts et les théories sont des instruments qui permettent de...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com