Cours pour enfants La Philosophie des Justes





télécharger 46.02 Kb.
titreCours pour enfants La Philosophie des Justes
date de publication27.10.2017
taille46.02 Kb.
typeCours
h.20-bal.com > documents > Cours
EAEA : HISTOIRE de BOUSSAC / CRIAEAU / BOUSSAC’s Story during WW2 : Transit & Righteous

Adéquation critique actualisée : linéarité propositive écriture recontextuelle « cours pour enfants ».

. La Philosophie des Justes parmi les nations et des survivants des camps d’extermination a déjà été factualisée depuis aussi Yad Vashem dans une vraie déclaration officielle1 où un ensemble représentatif de survivants et de Justes ont émis le désir, le souhait et le vœux, de donc voir enseigner les Témoignages telle une garantie pour les futures générations d’à tout le moins ne pas oublier les faits historiques mais surtout encore , et par l’étude, tant d’empêcher toutes formes de récidives de crimes contre l’Humanité qu’encore , et bien, factualiser les progrès Humain, des éducations aux réflexions philosophiques pour qu’à tout le moins encore, les enfants des futures générations vivent davantage épanouis et en Qualité.

De cette déclaration officielle aux mises en Educations réelles, concrétisées, la réalité de l’Enseignement des Témoignages de Justes parmi les nations du Limousin et de Boussac en particulier, précise donc encore, en cette factualité du CRIAEAU, la réalité actualisée de nos Savoirs et donc de leurs transmissions.

Ainsi, si de réflexions philosophiques en actualisations des savoirs, nous avons désiré mettre en ligne ces Témoignages, c’est aussi donc pour ouvrir aux actualisations des Savoirs.

Ceux-ci, entre la réflexion première et fondatrice, de chacun et chacune en son propre libre-arbitre quand à la compréhension des Témoignages de Justes en ce début de 21ème siècle, et donc la réalité aussi des Savoirs scientifiques actualisés normativement, émanent en cette présentation telle tout simplement la factualité de documents historiques, de photos d’époques, de mises en récits accessibles, de faits officiels, où donc encore, l’histoire des commémorations et éducations actualise les matériaux : jusqu’à accéder aux vidéos et cours effectifs , actualisés encore , en ce que cette fois des professeurs agréés* sont à même de proposer.

Des Témoignages de Justes parmi les Nations de Boussac, à l’Histoire très spécifique de Boussac « durant la Shoah », la métonymie, l’exemple pour ainsi dire de Boussac, révèle une particularité très intéressante.

1 : l’Histoire du camp de transit : on trouve avec cette histoire de la criminogénie, une métonymie du processus d’extermination dans la description du processus de déportation

  • Boussac, situé en zone libre, néanmoins « proche de Vichy » , représenta très spécifiquement pour l’exécution des rafles en zones libre décidées en 1942, le lieu aussi ferroviaire qui, entre la déportation des Juifs de Creuse, et l’organigramme criminel vychiste-nazi, situait ainsi « en la zone libre » « mais » proche des collaborants, la « possibilité » de , en fait, nier la zone libre et factualiser donc la déportation des Juifs de Creuse : là, alors que donc déjà, la mise en sauvetage des maisons de l’OSE à l’organisation de la Résistance situait la Creuse et donc aussi Boussac, complètement à l’opposé de la continuation de l’occupation et des prolongements du processus d’extermination par le processus de déportation, l’arrestation de 91 personnes en Creuse fut encore propice à faire de Boussac un « Camp de transit » dans la terminologie des criminels, tel Nexon et Drancy, pour tenter justement de légitimer la pseudo-normalité de cette criminogénie.

  • Pour le dire autrement, Boussac fut « assigné » « camp de transit » et devait donc factualiser le prolongement des déportations : c’est ce que au 21ème siècle, de la stèle au Square des Justes, stipule le processus cette fois reconnu de Commémorations pour honorer la Mémoire des personnes , individus et familles déportés, pour ne jamais oublier que cela fut un Crime contre l’Humanité entière : ainsi , la Commémoration marque le souvenir de l’indéniable des criminogénies tout en inscrivant dans la pierre et dans la terre, la réalité AUSSI de notre Mémoire : l’Hommage aux morts et disparus se factualisant encore dans l’Hommage aux survivants et donc jusques aussi aux Justes qui, factuellement lors de cette rafle du 26 aout 1942, sauvèrent quand même des personnes qui devaient être déportés.

    • Là des témoignages du Maire de l’époque2(Gibard), de la secrétaire de Mairie3, alors que la rafle devait restée «  secrète », sont formels et permettent de valider avec le témoignage d’Henri Wolf4 , l’indéniable aussi de ce que les Justes permirent d’ACTER : puisque sur les 91 personnes qui devaient être déportées, la moitié furent déjà sauvées à Boussac par l’intervention du Maire ( seul contre les vychistes collaborants) quand encore , sur les 53 personnes déportés, 20 réussirent soit à s’échapper entre Boussac et Nexon et /ou furent sauver par les maquis et résistants ( témoignages de M. Planchat5 et enquêtes encore en précisions)

    • Maintenant entre ce « Boussac-Camp de Transit » et cette rafle du 26 aout 1942, la réalité contextuelle de Boussac avec cette intervention des Justes et résistants lors de la rafle DOIT SE COMPRENDRE en cette « autre Histoire de Boussac durant la Shoah » qui forme tant notre second point qu’AUSSI la réalité première en fait de l’Histoire de Boussac

. 2 : L’Histoire des JUSTES : Boussac , un des premiers villages situé aussitôt le passage en zone libre fut donc, dans l’histoire de cet « exode » dès 1940-1941 fuite devant les occupants nazis, aussi un des premiers points très concrets où, arrivés en zone libre, très souvent éreintés et normalement apeurés, beaucoup de familles juives et non juives, trouvaient là d’abord, la REALITE factuelle de la zone libre : ainsi, si la population de Boussac était à l’époque d’environ 800 personnes, celle-ci TRIPLA très concrètement6 avec l’arrivée des réfugiés : quand donc, en la normalité légale de l’accueil des réfugiés en ce village de la zone libre( avec tickets de rationnement)et l’organisation des accueils, logements et organisations concrètes pour les familles et enfants surtout, Boussac ne fit que « répondre » aussi légalement que tout naturellement donc à cette factualité «  de la guerre », c’est DONC ENCORE LA que se mit en praxis la REALITE reconnue aujourd’hui des JUSTES : puisque entre la « normativisation » de l’accueil des réfugiés, juifs et non juifs, et ce qui faisait aussi la REALITE de cacher et sauver des familles juives, des familles de Boussac jusqu’en « l’administration même locale », les « gens » cachèrent au Château, dans les maisons, dans les fermes et jusqu’aux alentours de Boussac en le canton, nombres de familles individus et enfants juifs et aussi non-Juifs : C’EST CE QUE AUSSI le Square des JUSTES HONNORE de l’Histoire de Boussac « durant la Shoah » , depuis 1940-1941 , bien avant la rafle du 26 aout 1942 : là encore , il est NECESSAIRE DONC, de bien comprendre ce qui s’est passé au moment de la rafle :

  • Puisque si l’on parle de « Boussac –Camp de Transit » , la factualité historique réelle, démontrée et prouvée relève de l’Histoire d’un village qui alors, ce 26 aout 1942 , non seulement cachait et sauvait DEJA des , en fait, dizaines voire centaines de familles et individus, quand donc, NON INFORME de la rafle départementale, c’est lors de cette nuit du 26 aout, que les criminels ( ne connaissant pas non plus la réalité des personnes cachées) se retrouvaient « au cœur d’un village de Justes , de sauveteurs » à factualiser un camp de transit : la figure du Quiproquo en Théâtre (Ecrire si tu peux une Pièce de Théâtre «  des tragédies grecques aux ARTS 21 »), permet de bien comprendre la situation en ce 26 aout, quand AUSSI, cette factualité réelle historiquement décrit la SINGULARITE de l’Histoire de Boussac (mettre en conclusion synthèse cette singularité telle aussi le rapport tém. Guingouin / apprendre Judaïsme-apprendre Pierre Leroux : échanges discussions et factualités d’action)

  • Ainsi, entre la Vie de Boussac depuis 1940-1941, qui s’était bien organisée pour le sauvetage avec ces Justes ( qui donc actaient tout normalement pour eux ) et ce que cette rafle factualisa aussi du processus réel d’extermination et de déportation A BOUSSAC, là encore la forme de « superposition des deux histoires, criminelles et de sauvetage, doit se comprendre sans syncrétismes :

    • OUI, un camp de transit exista à Boussac, sans que la population ( Justes et familles cachées) ne le surent

    • OUI , alors que Boussac cachaient des centaines de familles ( ce que les criminels ne savaient pas non plus), AUSSI le Maire en son action raconte le lien à savoir et comprendre entre ces deux histoires , celle des criminels et celle des Justes :

      • Le Témoignage de Mme Mathely ( pris en 2008-2009, aujourd’hui décédée) fait état de l’obligation du Maire, mitraillette des vychistes sur la poitrine, d’aller factualiser la déportation ( de nuit) au lieu dit « La Cartoucherie », quand donc, SEUL, celui-ci exigea que la moitié ( en forme de deal avec les criminels) ne soit pas déportés et puissent rester à Boussac

      • Là, cet ACTE « héroïque » - mature -, (absolument pas valorisé jusques aujourd’hui dans l’Histoire de Boussac ), fut néanmoins et factuellement aussi raconté par Henri Wolf, avec les précisions en ce qui concerna les préjudices des vychistes –nazis portés contre les personnes déportées et surtout les enfants.

Ainsi (conclusion), entre l’Histoire du processus d’extermination et de déportation, et l’Histoire des Justes de Boussac, à tout le moins le récit de cette double factualité, qu’il est intéressant maintenant de proposer ainsi pour les Educations Universelles :

  • OUI, l’Histoire de BOUSSAC est celle de JUSTES, d’une population « paysanne » mais pas seulement, qui sauva « tout naturellement » des familles juives : telle qu’au Danemark, à Chambon sur Lignon et/ou Dieulefit et tant d’autres villages

  • OUI, le processus de déportation se comprend par le camp de transit de Boussac en ce que fut, depuis l’arrestation des citoyens « juifs » assignés en résidence, les premiers lieux de regroupements pour encore aller des « lieux célèbres » tel Nexon et Drancy, jusqu’à la réalité indéniable des camps de concentration et camps d’extermination , tel Auschwitz

  • OUI, des ENFANTS et des ADULTES furent déportés par le camp de transit de Boussac, jusqu’à Auschwitz, et y furent assassinés, (torturés, affamés, battus, mis à mort, exécutés et ou gazés) et il y eut aussi des Survivants tel que le TEMOIGNAGE d’HENRI WOLF, alors âgé de 16 ans, qui a permit de RECONSTRUIRE de l’Histoire des Faits et de la Mémoire Collective, à Boussac , dès 1991 pour l’inauguration d’un stèle à « La Cartoucherie »

  • OUI, l’Histoire du sauvetage et de la résistance en partie connue et racontée dans les familles, mis quelquefois en partie en récit « après la guerre », fut approfondie jusqu’à la RECONNAISSANCE en 2012 par Yad Vashem, l’état juif indépendant d’Israël, l’armée Israélienne, les communautés juives du Limousin et de France, les associations de Résistants de 43 JUSTES (savoir en mettant à plat) et l’édification du Square des Justes de Boussac

  • OUI l’Education à l’Histoire de la Shoah doit aussi se comprendre donc en ce que, du processus de Commémoration à justement la reconnaissance des Justes, nous factualisons de l’EDUCATION UNIVERSELLE pour les générations du 21ème siècle

  • OUI, de nombreux JUSTES ont préféré « rester anonymes », bien que leurs ACTES historiques soient aujourd’hui reconnus et valorisé telle la plus grande distinction accordée « aux non Juifs » par l’Etat d’Israël, comme par aussi ce que représente ce Savoir et cette Philosophie actée alors, pour tous les Humains aujourd’hui.

Là, la mise en cours actualisée ouvre tant sur la mise en base de données des Témoignages* que donc sur les reconstitutions historiques précisées de l’Histoire de la Shoah avec les savoirs du 21ème siècle : puisque donc si la rafle du 26 aout 1942 ne fut concrètement pratiquement pas connue de la population de Boussac ( puisque « de nuit » et qu’apparemment le Maire n’en fit même pas part à ses concitoyens) et si durant 50 années, ce fait fut quasiment oublié, non su, aujourd’hui, depuis 1991 et les témoignages des survivants d’Auschwitz, et encore davantage en 2012-2013 avec les recherches approfondies et actualisées, nous en savons davantage et POUVONS DONC ENSEIGNER en toute déontologie professionnelle.

Corroborant ainsi ce qu’entre la déclaration des survivants et Justes de Yad Vashem, en soi, pratiquement l’ensemble des témoignages , écrits et ou oraux, SIGNIFIENT : avec les indéniables des factualités historiques, très souvent le désir et le vœux qu’à tout le moins ces Témoignages servent aux Educations futures comme l’INTERDIT ABSOLU de récidive et surtout la Reconstruction concrète d’un Monde Libre pour l’espèce Humaine, sauvée de sa criminogénie suicidaire, industrielle contre surtout les Enfants, en ce que donc l’Intelligence Humaine connait et maitrise par ailleurs d’arrêts des criminels potentiels et de mise en effectivité des Droits Humains praxisés jusqu’aux épanouissements réels pour toutes et tous.

L’Histoire de Boussac se raconte encore autrement en Limousin au regard de l’Histoire de la Résistance et des sauvetages, tant pourtant telle cette Histoire régionale solidaire que donc aussi néanmoins en sa particularité

  • Pour exemple vis-à-vis du Masgelier, le cas dans l’ouest de la Creuse de l’organisation de la Résistance jusqu’à l’USINE DE SAUVETAGE que fut le Masgelier ( lien entre les Maisons de l’OSE et la PRAXIS réel du sauvetage des Enfants par les Résistants), tel que décrit dans le grand Témoignage de Mme Irène Marchessoux : puisque donc ce sauvetage de milliers d’Enfants – environ 5000 – fut le fait de Résistants organisés depuis le passage des familles en zone libre comme AUSSI, l’arrachage des enfants aux camps français du sud : Rivesaltes, les Milles, etc… : Or , bien autrement que l’accueil de familles en zone libre ( même si aussi en soi parmi ces Résistants l’on trouve tant des familles et individus juifs cachés qu’encore même des réfugiés depuis la Pologne, et parmi eux , de très grands scientifiques, éducateurs, voire Artistes), c’est l’effectif du sauvetage des ENFANTS très liés à l’Organisation de la Résistance qui marque la cas HEROIQUE du Masgelier et l’enseignement historique, éducationnelle, civique qui doit être fait de ces JUSTES, résistants et maquis aussi.

  • Or donc, Boussac en apparence moins actif en ce sauvetage DES ENFANTS organisé, apparemment moins actif en ce qui concerna les organisations de Résistance, transparait pourtant AUSSI entre ce que, depuis la simple « normalité d’un des premiers villages de la zone libre, et du sauvetage «  naturel » des Justes de Boussac, s’organisa donc bien sûr AUSSI de l’Histoire de la Résistance : là, si l’œuvre magistrale de Monsieur Parroteau a défriché et déjà synthétisé grandement l’Histoire de la Résistance jusques d’ailleurs l’Histoire spécifique des Femmes en cette Résistance ( voire pour Boussac l’Histoire de Laure Gatet), ce sont donc à Boussac aussi que de 1941 à 1943 vont aussi se former les Maquis depuis l’organisation de l’A.S , armée secrète, jusques aux Bataillons Anne : les « Maquis de Boussac » furent aussi réels qu’actifs, de Clugnat à Toulx et Pierres Jaumâtres , contre les attaques continues sur la RN 145 de ce qui faisaient les tentatives depuis Vichy-Montluçon d’aller détruire la Résistance Limousine et tout spécifiquement creusoise, quand donc encore, les PARACHUTAGES ALLIES – anglo-canado-américains- furent FACTUELLEMENT ACTIFS pour Boussac, en ses alentours de Toulx-Sainte Croix : si le Square des Justes en soi, ne raconte pas directement cette Histoire , celle-ci donc est AUSSI maintenant aussi connue qu’enseignée : quand donc encore, aux Pierres Jaumâtres, est accessible ce que fut un lieu de cachette des Maquis.

  • Cette Histoire riche de Boussac, qui s’écrivit de 1939 jusqu’en 1944-1945 se doit encore de se comprendre par de multiples aspects :

    • Ainsi, l’Histoire du Circuit Boussaquin, l’épreuve cycliste se déroula « normalement » durant la guerre dans ce Boussac jamais occupé en soi et encore en zone libre : or là, cette forme « d’anachronisme » au milieu du sauvetage de familles juives et de la Résistance, raconte AUSSI ce qu’à travers cette normale continuation du Boussaquin, AUSSI s’ACTA :

      • Tant de l’organisation de la Résistance

      • Qu’aussi du sauvetage et ou cette fois « transit de sauvetage » des réfugiés et ou maquisards

      • Encore, en cette Creuse SANS VOITURES, les femmes parcourant le département à vélo nous racontent ce qu’encore l’ORGANISATION para-militaire, civile, ACTA entre des liens tel La Souterraine-Boussac, où Mme Guy témoigna récemment avant son décès de ce que par ailleurs nous ne connaissons pas encore assez même aujourd’hui.

    • Aussi, les témoignages de Résistants racontent les échappés aux quand même tentatives de vychistes et gendarmes de défaire les réseaux d’alors

    • Comme aussi, les témoignages d’enfants à l’école de Boussac font état de deux moments de « bouclage entier du village », « tel à Oradour », où l’évacuation des écoles fut immédiate pour se réfugier à la Sapinière

    • Là encore, entre les témoignages de Mme Masset et d’autres, les liens encore entre enfants réfugiés juifs et juives , et enfants de Boussac font part de cette normalité des Enfants à avoir vécu « cette guerre » ensemble, quand peu de témoignages font part , après la guerre, de quelconques tentatives de reprendre connaissance

    • En ce qui concerne donc tant les Justes que les Familles cachées, le Site du Criaeau désire honorer, en le respect des « anonymats » aussi ce qui fait néanmoins l’intérêt de questions importantes :

      • Combien de Justes « non juifs donc… » étaient aussi peut être des Marranes, des « judaïsants » ? qu’en savons-nous ?

      • Combien de familles cachées aimeraient peut-être retrouver témoignages et récits à propos de personnes disparues et aussi justement à propos des généalogies ?

      • Et maintenant : Comment COMPRENDRE encore davantage profondément cette Histoire de Boussac durant la Shoah sans connaitre justement l’Histoire de Boussac davantage en amont ?

        • Est-il une forme de précédent des Justes à Boussac ? Liens au Judaïsme et/ou histoire pouvant aussi expliquer davantage ?

        • Que fut donc en cet éclairage, en ces Lumières l’impact de l’Histoire de Pierre Leroux ? jusques l’accueil EVIDENT des réfugiés et communautés juives ?

        • La déclaration cette fois de la Seconde République en 1848 à Boussac, dans AUSSI la défense de la 3ème République par les Justes et résistants ne raconte-t-elle pas la continuité AUSSI des Droits Humains fondamentaux, sociaux et culturels, tant lors de l’Histoire de la Shoah qu’en la reconstruction de la 4ème et même 5ème République Universelle ?

        • Comment, connaissant le Témoignage de Georges Guingouin, prétendre ignorer les Connaissances des Justes de Boussac, tant vis-à-vis des liens aux organisations de Résistance que dans leurs propres conscience de Citoyens Responsables ? voire l’Histoire du Front populaire depuis 1934 à Boussac avec les ouvriers et paysans, jusqu’aux liens directs avec les réfugiés espagnols et italiens ?

        • Et quand encore pour ACTUALISER, après la récidive de génocide au Rwanda, des petits enfants de Justes et de Résistants ACTENT de la reconnaissance de témoignages d’enfants survivants du génocide perpétré au Rwanda, à Boussac, que signifie donc de manière réciproque et Universelle , cette Histoire de nos jours actualisée et mise en Educations des Témoignages des Justes, de Creuse et aussi du Rwanda ?

        • Jusques donc, des commémorations aux Educations, encore les Recherches, publications et Œuvres d’’ARTS au 21ème siècle

Voici un ensemble de Question qui, tout en ouvrant d’abord à des réflexions, nous permettent tant d’approfondir nos savoirs que nos études : factuellement le Site CRIAEAU ouvre maintenant alors à un ensemble de documents historiques, de l’Histoire de Boussac depuis les Mégalithes des Pierres Jaumâtres, Toulx et le Château, la Révolution , Pierre Leroux et Georges Sand, jusques donc l’Histoire des Justes et l’actualisation Commémorative, Educative et encore ART au 21ème siècle.

Nous proposons encore d’inscrire cette Histoire de Boussac avec les liens officiels régionaux, de Guéret à Tulle, Eymoutiers, Limoges et Oradour-sur-Glane, jusques l’Université et donc le Mémorial de la Shoah , mais aussi avec les communes et municipalités de Cluny et Dieulefit qui, de l’Histoire de la Résistance en France ( Rhône Alpes et Drome) au sauvetage et Justes, ouvrent EGALEMENT aux études comparatives Shoah-Rwanda.

Des cours spécifiques issus de la publication intitulée VERS L’ETHIQUE APPLIQUEE (de Laurent Beaufils Seyam) comme une Cours de synthèse intitulé « Arménie –Shoah-Rwanda » , reprend depuis les Témoignages de Justes, résistants et survivants de Boussac, ce qu’encore SIGNIFIENT les TEMOIGNAGES d’ENFANTS, depuis l’Histoire de la Shoah et jusques encore l’Histoire actuelle au Rwanda.

En cette spécificité du CRIAEAU, nous assumons tant notre « devoir de Mémoire » que l’intérêt pour toutes et tous d’Enseigner les Témoignages pour aussi tant donner Vie à notre Square des Justes de Boussac, que donc pour les nouvelles générations, qu’aussi donc la REALITE des Educations Universelles normatives du 21ème siècle où, de l’usage des Témoignages d’Enfants aux Questions de Représentations de l’Histoire jusques en Arts, notre Site EDU-ARTS E-Learning est aussi ….pionnier au regard des professeurs chercheurs et Artistes qui ont acceptés de mettre leurs Cours en adéquation actualisée pour le CRIAEAU.

2ème modalité de récit : le camion et les voitures à Boussac

Des témoignages aux Questions de Représentations de l’Histoire : les différentes possibilités de « mises en récits » ne signifient pas des « versions différentes » de l’Histoire mais au contraire des possibilités de comprendre la RECONSTRUCTION HISTORIQUE par ses multiples approches possibles et aspects réels : ainsi de l’interdisciplinarité ( histoire du vélo, histoire des témoignages, histoire des déportations, histoire du Judaïsme, histoire des paysans, histoire des langages, histoire de Pierre Leroux, histoire du Droit, etc ..) à l’intertextualité ( témoignages d’enfants, de paysans, oral, écrit, de fonctionnaire, de spécialistes, de chercheurs, de linguistes, de sportifs, de réfugiés espagnols et/ou italiens…etc …), les modalités d’ENSEIGNEMENT de l’Histoire de Boussac durant la Shoah, actualisée des Savoirs au 21ème siècle, sont multiples et néanmoins aussi , forment donc UN PUZZLE où chaque pièce permet de reconstituer toute l’Histoire.

Le CRIAEAU s’évertue ainsi à rendre compte scientifiquement et pédagogiquement de ce REEL de notre Connaissance pour bien comprendre au 21ème siècle, ce que signifie pour nous cette SYNTHESE : jusques aux témoignages d’enfants survivants du génocide perpétré contre les Tutsi en 1994, de Bisesero au témoignage de Samuel Ufitimana Kinimba avec Standnow-France-Standnow-Rwanda, et la REALITE donc, pour les futures générations de ces Savoirs :

Là, notre Ethique appliquée actualisée, l’Ethique appliquée des Justes depuis l’Histoire de la Shoah et jusqu’au cas de récidive de génocide au Rwanda, s’écrit aujourd’hui aussi PAR cet Enseignement tel en soi ENCORE tant des « réflexions philosophiques pratiques et concrètes » que donc encore la prolongation de cette Ethique appliquée dans nos épanouissements jusques en ARTS.

Bibliographie : Parrotton et autres …

Liens directs avec autres documents, témoignages et Arts.

Traduction internationale : phénoménologie de Boussac pour l’Universel

Manitou - Masgelier sauvetage / Singularité Boussac Justes-Transit-Commémo : Rwanda

1 Déclaration des survivants à Yad Vashem du 11 avril 2002 / Extrait : « Les leçons de l’Histoire de la Shoah DOIVENT former le code Culturel pour l’EDUCATION des valeurs Humaines des Etats de Droits Humains : Tolérance, Patience, et opposition aux restes d’incitations à l’ethnisme et autres idéologies totalitaires ».


2 Témoignage de monsieur Gibard recueilli auprès de Mme Mathely en 2008

3 Témoignage de madame Delarbre recueilli en 2008 / Edité en le tome 10 de Vers l’Ethique appliquée

4 Témoignage de monsieur Henri Wolf reconnu à Boussac en 1991

5 Témoignage recueilli auprès de madame Prévost en 2012

6 Population de Boussac en 1940 : environ 800 habitants. Avec les réfugiés, la population serait passée à environ 2000 personnes. A vérifier le plus exactement possible.

similaire:

Cours pour enfants La Philosophie des Justes iconTitre : «Justes parmi les Nations»
«l'affaire des enfants de Vénissieux» (sauvetage de 108 enfants juifs arrachés par des membres de l'Amitié chrétienne et des organisations...

Cours pour enfants La Philosophie des Justes iconHistoire des Justes en France
«Juste parmi les nations» : plus de 3 500 Français ont reçu cette distinction décernée par l’institut israélien Yad Vashem qui récompense...

Cours pour enfants La Philosophie des Justes iconLe programme alterne cours théoriques (histoire des arts, philosophie...

Cours pour enfants La Philosophie des Justes iconAtelier de philosophie animé par alexandre schild saison 1 (2015-2016)...

Cours pour enfants La Philosophie des Justes iconDu risque d'utiliser des pseudonymes dans un ouvrage d'histoire
«J’ai accompli pour de justes causes des actes injustes, et de cela je me repens.» Maurice Druon, Les Rois maudits, tome 2, «La Reine...

Cours pour enfants La Philosophie des Justes iconNote sur l’architecture des formations préparant aux métiers de l’enseignement...
«Philosophie et philosophie du langage» r- cohabilitée avec Lyon 3 et l’ens de lyon

Cours pour enfants La Philosophie des Justes iconLa Semaine de la Solidarité Internationale Du 11 novembre au 2 décembre 2011 au Puy-en-Velay
«Réflexions et enseignement» : Des professeurs de philosophie proposeront aux lycéens de réfléchir au thème : «La solidarité sous...

Cours pour enfants La Philosophie des Justes iconSensibiliser les enfants au handicap livres pour enfants

Cours pour enfants La Philosophie des Justes iconCours philosophique sera L’art
«l’art» (dans le fascicule «Philosophie de la culture» rédigé par Yves Baudrin, pages 34 à 58)

Cours pour enfants La Philosophie des Justes iconPrésentation de l’accompagnement p5
«Ce qui me motive dans le projet, c’est la découverte d’autres cultures, dans le sens où, comme j’étudie l’interculturel en cours,...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com