Cours de kinesitherapie objectifs du cours





télécharger 302.95 Kb.
titreCours de kinesitherapie objectifs du cours
page5/8
date de publication21.10.2016
taille302.95 Kb.
typeCours
h.20-bal.com > documents > Cours
1   2   3   4   5   6   7   8

Infections aigue ostéo-articulaire

  • ostéomyélite aigue vers 6 ans

  • arthrite → 6 ans

  • ostéite chronique, ostéo-arthrite de la hanche

    • Nécrose aseptique de la T. fémorale

    • Le Rachitisme

    Le rachitisme qui est une ostéomalacie survenant sur un squelette en croissance, est principalement dû à une carence absolue en vitamine D dont l’apport alimentaire reste insuffisant chez le nourrisson.

    • Les troubles orthopédiques du squelette

    • Le pied bot congénital

    • Les pieds plats valgus

    • Le pied équin

    • Le valgum et varum osseux et articulaire

    • Le coxa varra et coxa valga

    • Le flexum des genoux et des hanches

    • Les lateroversions, antéversions, rétroversions du bassin

    • Les scolioses et cyphoses vertébrales

    • Les omoplates ailées

      1. LES TROUBLES P.M


    L’appréciation du D.P.M est une étape essentielle de l’examen pédiatrique en particulier du petit enfant. Cela se résume dans les NEM de la Métayer pour ce développement moteur tiré des I.T.E.M

    Parmi ces troubles on notera :

      1. Le R.P.M ; les apraxies, instabilité P.M, tics

      2. Le troubles de la communication et langagière.

      3. Les perfectionnements des acquisitions psychomotrices (P.M.)

      4. Les troubles du S.C

      5. Les troubles dans l’activité mentale

      6. Les troubles de latéralité pour la main, pied et ail (3-4 ans)

    Signes d’alarmes T.P.M

    • Développement anormal du P.C (en plus ou en moins)

    • Tête ballante après 5 mois

    • Persistance des réflexes archaïques après 6 mois

    • Hypertonie des membres après 7 mois

    • Ne pas jouer avec ses mains après 8 mois

    • Absence de l’assis à 10 mois

    • Jouer à taper, à jeter après 15 mois

    • Absence de distinction contenant/contenu après 18 mois

    • Absence de la marche après 20 mois

    CAT

    • R.P.M (rééducation psychomotrice)

    • Education P.M

    • Ergothérapie

    • Ludothérapie

    • I.M.P.P

    1. URGENCES PEDIATRIQUES

    • Méningites de l’enfant

    • Hydrocéphalie (méningite néonatale)

    Traitement kinésithérapique

    R/ Positionnement et posture

    R/ P.M

    R/ Ergo

    R/ Ludothérapie

    R/ Appareillage

    R/ Enseignement spécial

    • L’encéphalite

    Traitement kiné :

    • Aspiration si désencombrement

    • Kiné respiratoire

    • Kinésithérapie de réhabilitation (neuro développement traitement neuro facilitation, éducation thérapeutique, ergothérapie ludothérapie, appareillage).

    • Tétanos

    • Le neuropaludisme

    Les séquelles neurologiques feront l’objet de la prescription de la kinésithérapie car responsable d’une régression Psychomoteur.

    CAT

    R/ Kinésithérapie respiratoire s’adaptant au tableau de l’enfant.

    R/ Psychomotricité ;

    R/ Techniques de neurofacilitation par la proprioception (bobath, kabat, vojta)

    R/ Mobilisation

    R/ Education thérapeutique

    R/ Posture

    R/ Appareillage en fonction de la gravité des déformations.

    • Brûlures

    Est l’effet d’une agression sur la peau et les tissus sous-jacent,

    Classées en 4 degrés suivant leur gravité :

    • 1er degré : superficielle rosâtre. Atteinte de la cornée pas de cicatrice

    • 2ème degré : rose et blanchâtre guérison plus lente et cicatrices hypertrophique + chéloïdes nécessite d’un greffe.

    • 3ème degré : Ischémique (Blanc) calciné brun, noir, rouge, greffe : cicatrice.

    • 4ème degré carbonisation (os, tendons, peau) très sec, aspect cartonné, rigide. Atteinte peu – Muscles Nerf os. Insensibilité et séquelles neurologiques, nécessite une greffe.

    Traitement kinésithérapique

    Le degré de gravité détermine en partie la nécessité de la rééducation. Elle intervient immédiatement après la pose des greffes. (A partir du 5e jour qui suit la pose des greffes). La rééducation précède le pansement d’où nécessité d’une collaboration infirmier – Kinésithérapeute.

    1°. degré : souvent aucun problème nécessitant la rééducation

    2°. degré superficiel : peu de problème nécessitant la rééducation

    2e degré profond, 3e et 4e degré

    La rééducation est indispensable, les ennuis provenant :

    • De la rétraction de la peau (coudes, creux axillaire et poplité, face palmaire des doigts, cou, commissure des lèvres.

    • De l’atteinte ou de la disparition éventuelle (totale ou partielle) de muscles, tendons, nerfs

    Pronostic fonctionnel

    • Guérison spontanée en moins de 2 semaines : bon pronostic

    • Greffe effectuée avant le 1er jour : bon pronostic

    • Guérison spontanée après 3 semaines : mauvais pronostic

    • Greffe effectué après le 14e jour : pronostic encore plus mauvais

    • Greffe du 4e degré : pronostic toujours très mauvais (nécessité plusieurs reconstructions successives)

    Kinésithérapie

    Le but de la kinésithérapie est la prévention des déformations et la rétraction et raideur, anatomiques et la restauration d’une fonction optimale. Kinésithérapie respiratoire inhalation de la fumée. Il est important de :

    Surélever les extrémités des MS au dessus de l’oreille

    Positionner la tête du lit à 30° maximum

    Effectuer de la mobilisation active (si l’état du patient le permet)

    Dès le début adopter le positionnement anti-contracture en fonction de la localisation de la brûlure.

    Attelles thermoformant sans comprimer les œdèmes pour positionner les mains.

    Principes :

    • Localisation de la brûlure

    • Tendance à la contracture

    • Positionnement anti-contracture et/ou utilisation des attelles

    • Mobilisation des articulations éloignées, passives ou actives (si ce patient est conscient)

    • Cicatrisation = ± 3 semaines

    • Guérison ou maturation (évolution de la cicatrice) = 1 – 24 mois

    Le but de la Kinésithérapie est :

    Lutter contre l’hypertrophie, la rétraction les adhérences – kinésithérapie cicatricielle. Une kinésithérapeute responsable ne peut pas se limiter à utiliser une posture articulaire pour récupérer un crédit de longueur cicatriciel. Si une cicatrice est fonctionnelle, l’articulation sous – jacente le sera aussi mais l’inverse n’est pas vrai. On veillera à ne pas agresser le tissu cicatriciel extrêmement susceptible. En effet, l’étirement d’une greffe favorise sa rétraction naturelle, l’inflammation et l’hypertrophie. Port des vêtements élastiques compressifs jusqu’à la maturation du tissu cicatriciel (18 – 24 mois).

    Traitement respiratoire

    L’inhalation de fumée est une des causes les plus fréquentes de mortalité chez les brûlés

    Toilette pulmonaire « agressive » en combinant l’aérosolthérapie la ventilation, le drainage autogène.

    • Hydrothérapie

    • Ergothérapie

    • Psychothérapie

    N.B. dans les brulures le rôle du kinésithérapeute c’est d’accompagner la cicatrisation jusqu’à la maturation tissulaire qui dure 18 à 24 mois.
    3.1.2. LA KINESITHERAPIE EN Gynéco-Obstétrique
    LA FEMME ENCEINTE

    En débit des croyances et des préjugés transmis par les générations sur l’accouchement, la kinésithérapie apporte aussi sa contribution dans le domaine de la femme enceinte.

    Il s’agit de lutter contre les troubles de la statique, des douleurs lombaires et les troubles circulatoires qui se rencontrent souvent chez la femme enceinte, ainsi que la préparation directe de la femme a l’accouchement en veillant a sa relaxation et à sa respiration par la suppression de la crainte et les préjuges transmises par les générations.

    La préparation kinésithérapique à l’accouchement commence vers le 5ème et 6ème mois de la grossesse.

    Il comprend :

    • la préparation musculo articulaire ;

    • la relaxation ;

    • la rééducation de la respiration.

    La kinésithérapie doit être introduite dans le programme des consultations pré et post natales.

    La préparation musculo-articulaire

    Cette préparation vise les buts suivants :

          1. Assouplir certaines articulations : Hanche, Colonne vertébrale surtout la colonne lombaire ;

          2. Lutter contre les algies lombaires ;

          3. Lutter contre les problèmes de circulation des M.I.

          4. Lutter contre la lordose (bascule du bassin)

    Remarque :

    • En prénatal, il faut veiller au relâchement des adducteurs ; par conséquent les genoux et les cuisses ne seront jamais collés les uns aux autres.

    Il faut tenir compte que la femme enceinte est très vite fatiguée ; alors il faut intercaler un temps de repos entre les exercices. En fin de grossesse les articulations du bassin deviennent hyperlaxes, il y a donc lieu de supprimer tout mouvement asymétrique des M.I. sur le tronc de façon à éviter tout frottement au niveau de la symphyse pubienne.

    Eviter les sauts, le sautillement et les mouvements provoquant la lordose.
    Exercices d’assouplissement de la Colonne lombo-sacrée

    Les exercices facilitant la circulation de retour au M.I.

    Ces exercices sont donnés pour lutter contre les crampes et on fera un massage contre les varices.
    PROGRAMME DE LA PREPARATION PRENATALE

    On insistera plus sur les exercices respiratoires

          1. Exercice respiratoire :

    1. La respiration diaphragmatique abdominale

    2. La respiration thoracique

    3. La respiration thoracique rapide et superficielle

          1. Exercice des M.I.

          2. Exercices des abdominaux

          3. Exercices d’assouplissement des muscles de la H

          4. Exercices d’assouplissement des articulations

          5. Tonification des dorsaux et fixateurs des omoplateurs

          6. Relaxation : Méthode de Jacobson ; apprendre à la part. de prendre conscience qu’une partie de son corps pèse ; ensuite relâcher. Quand on lève une partie du corps on inspire et on expire quand on relâche. Enfin on fait le massage général des membres inferieur et dorsaux.


    L’intervention du kinésithérapeute élimine chez la femme et le fœtus les dangers des complications périnatales qui surviennent régulièrement chez les femmes enceintes qui ne sont pas suivies en kinésithérapie.

    3.1.3. LA KINESITHERAPIE EN MEDECINE INTERNE

    La kinésithérapie trouvera sa place dans la prise en charge des pathologies suivantes :

    • De l’appareil Cardio-vasculaire

    • De l’appareil respiratoire

    • Neurologiques

    • De l’appareil uro-génital

    • De l’appareil locomoteur (ostéo-articulaire et musculaire)

    • Rhumatismales

    • Les pathologies métaboliques (obésité, hypertension et diabète)

    • D’oto-rhino-laryngologie ORL

    • Appareil digestive

    3.1.4. La Kinésithérapie En Chirurgie, Réanimation Et Soins Intensifs

    • chirurgie générale

    • chirurgie traumatique et orthopédique,

    • chirurgie thoracique (cardiaque et pulmonaire),

    • chirurgie abdominale

    • neurochirurgie

    3.1.5. La Kinésithérapie dans le service de rééducation et réadaptation

    Prend en charge tous les séquelles y compris l’appareillage orthopédique, la réhabilitation fonctionnelle et la réinsertion socioprofessionnelle.

    3.1.4. La Kinésithérapie en milieu sportive

    Participe dans l’équipe technique du recrutement, évaluation, à la préparation et la prise en charge des traumatismes sportifs
    3.1.1. LA POLIMYELITE

    3.1.1.1. Définition et Causes

    C’est maladie infectieuse à caractère épidémique due à un virus filtrat intercellulaire neurotrope.

    Le virus atteint les cornes antérieures de la Moelle Epinière par les vaisseaux nourriciers : de ce fait les muscles sont flasques. Ces virus attaquent les nerfs du membre inférieur avec prédominance du coté droit.
    3.1.1.2. Traitement

    On distingue cinq périodes selon les cinq étapes d’évolution de la maladie
    3.1.2. LA PARAPLEGIE ET LA TETRAPLEGIE
    3.1.3. L’INFIRMITE MOTRICE CEREBRALE
    3.1.4. L’HEMIPLEGIE

    3.1.4.1. Définition

    Parmi les accidents vasculaires cérébraux (AVC), la rééducation et la réadaptation ne prennent en charge que les accidents constitués définis par la survenue rapide de symptômes persistant au-delà de la 24e heure. Ils réalisent des tableaux cliniques d’une grande diversité en fonction de leur mécanisme, de leur étiologie et de leur topographie. Deux catégories d’AVC constitués sont individualisées :

    • AVC ischémique par infarctus cérébral dans un territoire artériel : mécanisme le plus fréquent, représentant 80 % des cas.

    • L’origine thromboembolique est la plus habituelle ;

    • AVC hémorragique, moins fréquent, avec 20 % des cas, par hémorragie spontanée, conséquence de l’artériopathie ou de la rupture d’un anévrisme ou d’une malformation artério-veineuse.

    L’AVC est une cause majeure de décès et de dépendance. C’est la troisième cause de décès après les cancers et les affections cardiovasculaires dans les pays industrialisés et un tiers des survivants gardent des séquelles neurologiques majeures. En France, l’incidence se situe aux alentours de 145/100 000 habitants par an et augmente de façon exponentielle avec l’âge, pour passer de 238/100 000 entre 45 et 84 ans à 1 300/100 000 après 84 ans. Ces dernières années, on constate une diminution du nombre des AVC hémorragiques (certainement par une meilleure prise en charge de l’hypertension artérielle [HTA]) et une augmentation de celui des AVC ischémiques d’origine cardio-embolique chez l e s personnes de plus de 75 ans (probablement par une meilleure survie de celles atteintes de cardiopathie ischémique).

    Le taux de décès est de 20 à 30 % dans le premier mois.

    L’AVC génère les déficiences suivantes qui sont le motif de la prescription de la kinésithérapie dans la PEC de l’hémiplégie :

    • Déficiences motrices

    • Déficiences sensitives et visuelles

    • Déficiences cognitives

    • Déficiences de l’affect et de l’humeur : dépression post-AVC

    • Déficiences viscérales

    • Déficiences sphinctériens

    3.1.4.2. Directives de Traitement

    Méthodes de neurofacilitation (kabat, bobath, ergothérapie, appareillage) en tenant compte de la cause et les pathologies associés.
    3.1.5. LA MALADIE DE PARKINSON

    La paralysie agitante (paralysis agitans) décrite par James Parkinson en 1817 était définie par Vulpian et Charcot en 1862 comme « un tremblement rythmique, continu pendant la veille, à marche progressive et envahissante, auquel vient fréquemment s’adjoindre une tendance plus ou moins marquée à la propulsion ». La maladie de Parkinson (MP) est l’une des affections neurodégénératives les plus fréquentes.

    La maladie de Parkinson est une pathologie de la motricité de l’adulte. La rééducation prend en charge les symptômes moteurs liés à l’akinésie, à la rigidité, aux troubles posturaux ou aux troubles cognitifs qui accompagnent le mouvement.

    Mais la sémiologie décrit de nombreuses déficiences associées. Certaines font l’objet de soins de rééducation, d’autres y échappent et constituent ce que nous appelons les misères du patient.

    Devant la grande variété des symptômes, la description de la prise en charge rééducative suit l’évolution de la maladie. À chaque phase, des stratégies sont proposées devant les déficits spécifiques et devant les tâches quotidiennes perturbées.
  • 1   2   3   4   5   6   7   8

    similaire:

    Cours de kinesitherapie objectifs du cours iconObjectifs du cours

    Cours de kinesitherapie objectifs du cours iconCours document n°1 : Les grandes dates du circuit de Magny Cours,...

    Cours de kinesitherapie objectifs du cours iconLittérature et politique Un titre plus exact serait «Littérature...
    «Littérature et politique en France au xxème siècle». Ce cours se justifie en termes de science politique, c’est un complément aux...

    Cours de kinesitherapie objectifs du cours iconCours de mme tenenbaum
    «bis». IL n’y aura pas de résumé ou topo du cours présenté par le(a) chargé(e) de td au début de chaque séance. Le cours doit donc...

    Cours de kinesitherapie objectifs du cours iconTous les objectifs ne sont pas développés ici. Je vous propose simplement...

    Cours de kinesitherapie objectifs du cours iconC la question de la laicite
    «copier-coller», ceci explique pourquoi, elle ne donne pas lieu à grand développement dans mon cours en amphithéatre, ni donc à des...

    Cours de kinesitherapie objectifs du cours iconLe cours En terminale s option histoire (thème 2) fait en janvier sur 1 heure de cours
    «les attentats du 11 septembre 2001», France 3, 4’19’’, fiche 00219. On peut aussi avoir le même reportage plus complet (14’32’’)...

    Cours de kinesitherapie objectifs du cours iconCours de burdi intro Introduction générale au cours «Questions d’Orient, questions d’Occident»
    «Levant» : jusqu’en 1980, existence d’un bureau «d’Afrique du Nord Levant» au ministère des affaires étrangères

    Cours de kinesitherapie objectifs du cours iconObjectifs du cours : Démontrer l’importance d’une gestion réfléchie...
    «P» sera utilisé, parallèlement avec le positionnement choisi par le producteur et en interaction avec le autres «P», pour tenter...

    Cours de kinesitherapie objectifs du cours iconBibliographie sélective Table des matières introduction generale...
    «Santé publique» et est destiné aux étudiants en deuxième année de graduat en Sciences Infirmières pour toute les orientations






    Tous droits réservés. Copyright © 2016
    contacts
    h.20-bal.com