Propositions d’actions prioritaires à mettre en œuvre





télécharger 48.34 Kb.
titrePropositions d’actions prioritaires à mettre en œuvre
date de publication28.10.2017
taille48.34 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > documents > Documentos

Document de travail








Liste verte des aires protégées
Feuille de route 2015-2016

Propositions d’actions prioritaires à mettre en œuvre

Suite à la phase pilote mise en œuvre entre 2013 et le congrès mondial des parcs, la liste verte des aires protégées entre dans une phase de développement jusqu’au prochain congrès mondial de la nature qui se déroulera en septembre 2016 à Hawaï, au cours duquel l’initiative sera définitivement entérinée. Une réunion du comité de pilotage s’est tenue à Gland en février afin de fixer la feuille de route internationale jusqu’en 2018.
La présente note fournit des pistes de travail pour les deux prochaines années afin de préciser les contributions françaises au développement de la liste verte, en lien avec le plan d’action qui sera développé à l’échelle internationale pour la période mars 2015 - janvier 2018. Ces propositions seront amendées par l’analyse du retour d’expérience de la phase pilote et pourront donc évoluer au cours des prochaines semaines.
Développement de la liste verte des aires protégées (proposition de phasage)

Période

Etape

Activités

2013-2014 

Phase pilote

  • définition des composantes de l’initiative

  • définition des standards

  • test sur des sites pilotes

2015-2016

Phase de développement

  • consolidation de la phase pilote (retours d’expériences)

  • adaptation des standards

  • Réorganisation (groupes de référence)

  • Nouvelles candidatures et re-nominations

2017-

Phase de déploiement

  • Systématisation


Consolidation de la phase pilote
La France a participé à partir de 2013 à la phase pilote de la liste verte à travers le groupe de référence établi et administré par le Comité français de l’UICN. Il est présidé par Jean-Philippe Siblet (Directeur du Service du Patrimoine Naturel au Muséum National d’Histoire Naturel) et composé, au moment de la phase pilote, de 10 membres permanents (le Muséum national d’histoire naturelle, le Président de la Commission aires protégées du comité français de l’UICN, MedPan, FSC France, l’Agence française du développement, le Conseil de l’Europe et l’IFREMER), 36 membres associés (Ministère en charge de l’écologie et représentants des réseaux d’aires protégées) et 4 partenaires (la mairie de Marseille, Parcs nationaux de France, le conseil régional d’Ile-de-France, l’Agence des aires marines protégées). Les experts ont contribué au développement et à l’adaptation des standards, ainsi qu’à la définition du système de gouvernance de l’initiative. Cette première phase a abouti à l’inscription de cinq aires protégées sur la liste verte, faisant de la France le second pays en nombre de lauréats après la Chine. Ces inscriptions, qui ont fait l’objet d’une large médiatisation, ont généré un intérêt croissant pour l’initiative de la part des gestionnaires et de leurs réseaux représentatifs.
La France s’est engagée avec sept autres pays pilotes dans le développement de la liste verte des aires protégées de l’UICN, qui vise notamment à renforcer la qualité de gestion et de gouvernance des aires protégées à l’échelle mondiale. Un groupe de référence a été établi en septembre 2013 dans le cadre de la Commission aires protégées du Comité français de l’UICN pour organiser le processus à l’échelle nationale. Ce groupe compte aujourd’hui 10 membres permanents et 36 experts associés, représentant le Ministère de l’écologie ainsi que les principaux réseaux d’aires protégées.
Pendant cette phase pilote, le groupe de référence a contribué à la définition et à l’adaptation des standards ainsi qu’à leur application sur cinq aires protégées aujourd’hui inscrites sur la liste verte (parcs nationaux des Pyrénées et de Guadeloupe, Parc naturel marin d’Iroise, Réserve naturelle de Cerbère-Banyuls, Espace naturel sensible du marais d’Episy). Cette expérimentation a pris fin avec le congrès mondial des parcs qui s’est déroulé à Sydney du 12 au 19 novembre 2014, au cours duquel l’initiative a fait l’objet d’un lancement officiel, avec l’inscription des premiers sites lauréats.
La liste verte entre aujourd’hui dans une phase dite de développement qui vise à consolider les acquis de la précédente phase, à engager de nouveaux pays dans l’initiative, et à valider définitivement les standards et le système de gouvernance. Cette étape de maturation de l’initiative s’échelonnera jusqu’au prochain congrès mondial de la nature en septembre 2016, date à laquelle l’initiative sera systématisée et déployée à l’échelle mondiale.
Dans cette période de transition entre deux étapes clefs du développement de l’initiative, le Comité français de l’UICN engage un processus de consultation auprès des experts et des membres impliqués dans la phase pilote de la liste verte afin d’établir un premier bilan des bénéfices et des difficultés rencontrées et d’identifier des pistes d’amélioration.


  1. Finalisation des candidatures


Les premières inscriptions ont été validées pour une durée de deux années et doivent être ré-examinées en 2016 une fois révisés les standards et la gouvernance de l’initiative.
L’année 2015 sera l’occasion d’établir un premier bilan de la phase pilote et de préparer le ré-examen des dossiers :

  • finalisation des rapports narratifs (mise en page)

  • célébration des lauréats - réunion avec les représentants des cinq aires protégées françaises inscrites sur la liste verte (manifestation d’intérêt pour un ré-engagement)

  • rencontre avec le Ministère de l’écologie pour engager de manière plus systématique les réseaux d’aires protégées dans l’initiative




  1. Recueil de retours d’expériences


La phase de développement vise à consolider l’initiative à partir des retours d’expériences du comité de pilotage internationale et des groupes de référence. En France, l’analyse de ces données permettra d’identifier les actions prioritaires à mettre en œuvre au cours des deux prochaines années :

  • consultation des membres du groupe de référence et de l’équipe support technique pour analyser les problèmes rencontrés et proposer des évolutions

  • consultation des gestionnaires des sites lauréats impliqués dans le processus de candidature pour organiser le calendrier de réévaluation

  • rédaction d’une note de retour d’expériences et validation en groupe de travail


Mise en œuvre de la phase de développement


  1. Adaptation nationale des indicateurs


Les standards de la liste verte ont été validés à l’échelle internationale et ne pourront être révisés, toutefois les pays pilotes de l’initiative vont poursuivre l’adaptation des indicateurs et la description détaillée des moyens de vérification. La France a en effet adopté les indicateurs génériques définis à l‘échelle internationale, toutefois certaines adaptations devront être envisagées pour permettre d’appliquer les critères de la liste verte à l’ensemble des statuts d’aires protégées. Ce travail vise en premier lieu à décrire plus finement les moyens de vérification de chaque standard dans le contexte national et à réduire le nombre des indicateurs, souvent redondants et difficiles à renseigner de manière systématique. Un panel d’experts, membres ou associés au groupe de référence, sera constitué afin de mener à bien cet objectif.


  • révision de la liste des indicateurs sur la base du travail réalisé avec le groupe de référence national en début d’année 2014 et en lien avec l’Espagne et l’Italie, précisant leur applicabilité en fonction des différents statuts

  • Réalisation d’un guide de lecture / de lignes directrices pour faciliter l’application de la liste verte (description des indicateurs, des moyens de vérification adaptés au contexte français)




  1. Consultation des parties prenantes


En raison d’un calendrier de réalisation très contraint et de limites techniques et financières, la phase pilote n’a pas envisagé la possibilité de consulter les parties prenantes au sein de chaque site candidat. La phase de développement doit permettre de préciser les modalités pratiques de cette consultation et de la mettre en œuvre pour les candidatures qui seront présentées en 2016 :

  • Appui ou réalisation de l’analyse des porteurs d’enjeux  locaux menée à l’initiative du comité de pilotage international

  • Définition et test d’une procédure de consultation (grille d’entretiens, enquête, …)




  1. Procédure : système d’assurance qualité / certification


Les principes de fonctionnement, c’est-à-dire la procédure de la liste verte a été définie dans un document de cadrage intitulé « Assurances », disponible uniquement en anglais, et qui nécessite d’être simplifié pour faciliter sa mise en œuvre. Pour cela, il est proposé de rédiger plusieurs documents en français :

  • synthèse des principes déontologiques issus des assurances

  • synthèse des principales règles de fonctionnement décrites dans les assurances à destination des membres du groupe de référence (termes de référence pour chaque acteur intervenant dans le processus)

  • mémo décrivant le processus de candidature (étapes, intervenants, méthodologie de consultation des parties prenantes)

  • à terme, envisager la traduction complète du document d’Assurances, annexes incluses.




  1. Renforcement du groupe de référence


La gouvernance du groupe de référence sera renforcée à travers les actions suivantes :

  • intégration de nouveaux experts de façon à réunir les compétences nécessaires en matière de gestion et de gouvernance des aires protégées (priorités thématiques et disciplinaires : sciences humaines et sociales, géographes, experts outre-mer)

  • mise à jour des documents relatifs au groupe de référence (termes de référence, curriculum vitae)

  • organisation d’une formation sur la mise en œuvre de la liste verte en lien avec l’UICN international

  • procédure de ré-engagement des membres du groupe sur la base de documents révisés (termes de référence, …)

  • organisation d’un atelier de formation en lien avec le comité de pilotage international de la liste verte




  1. Processus de candidature


L’augmentation du nombre de pays impliqués dans l’initiative et l’intérêt croissant pour la liste verte vont se traduire par un plus grand nombre de candidatures, qui vont nécessiter un renforcement voire une réorganisation du processus de sélection. En ce qui concerne les aires protégées inscrites à la liste verte et les prochaines candidatures à venir, les actions suivantes seront mises en œuvre :

  • définition d’une stratégie de candidature sur la base de critères de représentativité biogéographique et tenant compte de la diversité des outils

  • mise en place d’une liste indicative et d’un processus d’accompagnement des sites en phase de candidature




  1. Simplification du processus d’évaluation


En l’état actuel du dispositif, l’évaluation d’une aire protégée au regard des critères de la liste verte mobilise des moyens humains et financiers loin d’être négligeables, qui limitent le développement de la démarche à long terme et la possibilité de la systématiser à un grand nombre de sites. Par ailleurs, la phase pilote a mis en évidence la difficulté de recueillir l’information suffisante et la nécessité d’une plus grande implication des gestionnaires de sites pour renseigner les formulaires qui servent de base aux évaluations. Certains réseaux d’aires protégées ont également fait valoir leur intérêt pour utiliser les standards de la liste verte comme un outil d’évaluation et pour faciliter l’harmonisation de leurs plans de gestion. Pour répondre à l’ensemble de ces objectifs, il est proposé de réfléchir à une procédure simplifiée qui permettra de réaliser des pré-diagnostics rapides, afin d’identifier de nouvelles candidatures et d’évaluer la qualité de gestion et de gouvernance de réseaux d’aires protégées à grande échelle :

- réalisation d’un formulaire simplifié et disponible en ligne de type « liste de vérification » (check-list) pour la procédure d’enregistrement et évaluer rapidement la faisabilité des candidatures (pré-évaluation)

- test sur des sites témoins

- application à un territoire /réseau pour appliquer ce modèle (AMP Caraïbes / Marseille, RBI/RBD) ;

- réunions avec les réseaux d’aires protégées pour améliorer l’intégration des critères de la liste verte dans les dispositifs existants de suivi-évaluation de la gestion et de la gouvernance (une première discussion a été engagée avec l’ATEN pour le cahier technique et l’idée semble les intéresser / l’agence des aires marines protégées souligne également une plus-value avec les tableaux de bord).


  1. Processus d’amélioration continue


L’une des plus-values de la liste verte pour les gestionnaires repose sur la mise en place d’un système de partage d’expériences en matière de gestion et de gouvernance, et sur l’accompagnement technique de l’UICN pour atteindre et/ou maintenir les standards de qualité de la liste verte. Si le principe de ce mécanisme a été validé par les instances internationales, en revanche son développement n’a pas encore été engagé. Le groupe de référence français peut mener à titre expérimental un travail qui contribuera à l’organisation de ce processus d’accompagnement technique :

- partenariat avec l’atelier des espaces naturels (Aten) et Temeum pour définir un système d’amélioration continue et d’échange d’expériences entre gestionnaires

- test de l’outil sur un panel de sites pilotes

- bilan et propositions en lien avec les autres pays pilotes et l’UICN international



  1. Coopération euro-méditerranéenne


La France est engagée dans une action de coopération régionale avec l’Italie et l’Espagne pour adapter les standards de la liste verte à l’échelle méditerranéenne, appliquer la liste verte au réseau Natura 2000 et à des aires transfrontalières, et faciliter les partages d’expériences, en lien avec d’autres initiatives européennes (réseau des ASPIM, Europarcs/Eurosites, diplôme européen). Ces travaux se poursuivront au cours des deux prochaines années, avec l’organisation d’une réunion de coordination dès 2015 à l’initiative du groupe de référence italien.


  1. Stratégie de communication


La communication est une composante essentielle pour assurer la réussite de l’initiative de la liste verte, à la fois pour améliorer sa visibilité auprès des gestionnaires et pour valoriser les lauréats aux échelles nationale et internationale. Plusieurs outils seront développés pour atteindre cet objectif d’ici le prochain congrès mondial de la nature :

  • revue de presse de la liste verte (médias internationaux / nationaux / locaux)

  • brochure de présentation des sites lauréats avec une introduction sur la liste verte

  • brochure « questions/réponses » à destination des gestionnaires et de leurs réseaux représentatifs

  • lexique « terminologie de la liste verte » (déclinaison du glossaire international)

  • diaporama de présentation de la liste verte

  • site internet du groupe de référence (évolution de l’interface, mise à jour des contenus)


Proposition de chronogramme
La mise en œuvre de ces activités s’échelonne sur deux ans, avec pour terme le prochain congrès mondial de la nature prévu du 1er au 10 septembre 2016, au cours duquel l’initiative de la liste verte des aires protégées sera définitivement consolidée à l’échelle internationale et intégrée aux autres listes vertes (espèces, écosystèmes).





2015

2016




T2

T3

T4

T1

T2

T3

T4

Consolidation de la phase pilote






















Mise en œuvre de la phase de développement






















  1. Adaptation nationale des indicateurs






















  1. Déclinaison de la procédure






















  1. Processus de candidature






















  1. Simplification du processus d’évaluation






















  1. Processus d’amélioration continue






















  1. Coopération euro-méditerranéenne






















  1. Stratégie de communication























Messages clefs pour la France :

  • pas de limitation des candidatures (effets néfastes sur l’intérêt des gestionnaires, risque de vision élitiste)

  • rôle central des groupes de référence à la fois pour définir une stratégie de candidature à l’échelle nationale, accompagner sur le plan méthodologique les sites (accompagnateur), et pré-évaluer les candidatures

  • importance du mécanisme de partage de bonnes pratiques, qui constitue la plus value première du dispositif

similaire:

Propositions d’actions prioritaires à mettre en œuvre icon«La rémunération du travail : de la politique aux moyens à mettre en œuvre»
«salaire» a cédé progressivement sa place à celui de «rémunération», puis de «rémunération globale», voire même au sens élargi de...

Propositions d’actions prioritaires à mettre en œuvre iconPrésentation de l’accompagnement p5
«Ce qui me motive dans le projet, c’est la découverte d’autres cultures, dans le sens où, comme j’étudie l’interculturel en cours,...

Propositions d’actions prioritaires à mettre en œuvre iconR essources pour mettre en œuvre le programme de Sixième
«Ressources essentielles par thèmes» regroupe des ressources fondamentales classées par thèmes du programme et dans l’ordre suivant...

Propositions d’actions prioritaires à mettre en œuvre iconActions scolaires de la 9èmeedition des rendez-vous de l’histoire
«L’Argent, en avoir ou pas» propose aux classes de différents niveaux scolaires, de l’école primaire au lycée, une série d’actions...

Propositions d’actions prioritaires à mettre en œuvre iconRessources pour mettre en œuvre le programme de Sixième
«Ressources essentielles par thèmes» regroupe des ressources fondamentales classées par thèmes du programme et dans l’ordre suivant...

Propositions d’actions prioritaires à mettre en œuvre iconCampagne révélations-actions sur l’argent
«argent», nous nous sommes donné l’objectif de faire des révélations sur l’argent (ce fric qui dégouline de tous les pores de notre...

Propositions d’actions prioritaires à mettre en œuvre iconListe des lycées prioritaires
«eclair» en rouge) à la rentrée 2010 et qui ont tous été maintenus (sans ajout) à la rentrée 2011 dans Eclair

Propositions d’actions prioritaires à mettre en œuvre iconLe programme Propositions de séances

Propositions d’actions prioritaires à mettre en œuvre iconNote : certains prénoms ont été remplacés
«intentionnellement» prend ici une grande importance. On pourrait commencer à douter que ce n’est pas l’œuvre du hasard ou l’œuvre...

Propositions d’actions prioritaires à mettre en œuvre iconHistoire cycle 3 propositions de programmations






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com