Vendredi 30 janvier bernard Droz, enseigner la décolonisation : une question sensible





télécharger 32.93 Kb.
titreVendredi 30 janvier bernard Droz, enseigner la décolonisation : une question sensible
date de publication29.10.2017
taille32.93 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > documents > Documentos

VENDREDI 30 JANVIER

Bernard Droz, enseigner la décolonisation : une question sensible




Professeur honoraire de première supérieure au lycée Louis-le-Grand. Il fut maître de conférences à l'Institut d'études politiques de Paris, actuellement rédacteur en chef de la revue Outre-mer.

Bernard Droz explique, en guise de préambule, qu’il ne fera, pendant son allocution, aucun survol historiographique et ni pédagogie.


Introduction – Le cadrage historique



Le mot colonisation a connu une évolution dans le temps, il est fort peu utilisé au départ. Dans les années 1830-1840, il est employé par les anti-colonialistes, avec la « Décolonisation d’Alger » en 1836 ce qui veut dire, à l’époque, «  retirons-nous d’Algérie ».

Le terme disparaît au cours du 19e siècle, puis réapparaît vers 1920 pendant l’âge d’or du colonialisme :

- avec le mouvement de l’International pour signifier le retrait partiel au profit des bourgeoisies internationales, soit une forme de néo-colonialisme.

- avec H. Labouret dans son ouvrage, « Colonisation, colonialisme, décolonisation ». Ce 3e terme correspond pour lui au moment des décolonisations et à la 1955, à la conférence de Bandoung, qui insiste sur la décolonisation.

→ Mais la classe politique hésite, le mot sulfureux. Il est prononcé par le général de Gaulle, pour la première fois dans un discours officiel, 11 avril 1961 « La décolonisation est notre intérêt ».
-Ce terme renvoie à transfert d’autorité de la métropole vers la colonie, à une propriété foncière qui n’appartient plus aux colonisateurs et à un métissage.


  1. Les colonisations dans l’histoire



A l’âge moderne, à partir du 16e siècle commence la colonisation, c’est un temps long contrairement à la décolonisation qui lieu dans un temps très bref, entre 1945-1975 (avant cette date, seuls quelques cas de dominions accèdent à l’indépendance ainsi que quelques «confettis d’empire » dont l’indépendance passe inaperçue.
→ La décolonisation s’est faite dès 1945 par la combinaison de 3 facteurs qui correspondent à l’apogée des contradictions coloniales. Le point d’équilibre colonisateurs-colonisés est alors renversé, on voit apparaître la contradiction d’un système qui atteint son point de rupture…
Les tendances lourdes qui permettent de voir les prémices d’un reflux sont

  • La pacification de ces pays qui ont connu des cas de guerres endémiques. Ce cadre est nécessaire et favorable à l’éclosion d’une identité nationale : spatialement et historiquement défini, il permet d’accéder à une identité.

  • La révolution sanitaire est réelle avec la médecine « pastorielle » mais elle a pour conséquence une explosion démographique qui place le colonat en situation minoritaire… De plus, la politique coloniale ne permet pas d’y faire face, cette explosion démographique aboutit à une paupérisation des masses indigènes, d’où la dénonciation de la colonisation.

  • La promotion d’une élite cultivée est possible grâce à la mise en place d’un cursus scolaire des écoles primaires jusqu’aux universités pour une élite acculturée (avec l’aide des missions catholiques et protestantes). Pour Bernard Droz, ce système de promotion permet de dire qu’en Inde, par exemple, un paysan n’aura jamais l’occasion de voir des fonctionnaires anglais mais toujours un fonctionnaire indien. En France, l’administration directe a d’autres conséquences, elle affaiblit les chefferies locales véritables pivots du système local et ainsi, apporte une autre alternative à l’administration française.


Le rôle capital est ce lui de la 2nde guerre mondiale : elle rôle fondateur de la décolonisation, contrairement à la 1ère guerre mondiale qui n’a pas entamée le prestige des métropoles qui a laissé une place importante à la « force » des colonisés.

La seconde guerre mondiale aboutit :

- à une perte de prestige des métropoles, conséquence de l’armistice de 1940

Capitulation des Pays-Bas, des Belges, la chute de Singapour 15/02/1942 est coup terrible en Indonésie, par exemple, car Singapour était imprenable, autre conséquence en Inde « Quit India ».

- Le Japonais, est pendant la 2e guerre mondiale, un ennemi dur, cruel, qui pille les ressources, mais il opère aussi une déconsidération du colonialisme et de l’homme blanc. Il met en place promotion des élites indigènes et va parfois jusqu’à proclamer une indépendance en 1945, dans certaines colonies.

- L’occupation américaine en Afrique du Nord montre l’opulence de cette « 1ère colonie indépendante », à l’origine de la charte atlantique qui proclame la liberté des peuples. Les américains proposent aussi une aide discrète comme en Algérie auprès de F. Ahbat, ou auprès du sultan marocain. Dans ce contexte, il faut aussi ajouter le travail de sape des anglais contre la France, comme en Libye.

L’effort de guerre vient de l’Afrique de l’Ouest, comme la Gold Coast, indispensable pour l’approvisionnement …. Ce pivot central de la guerre donne ainsi le signal des indépendances africaines. Parallèlement, on assiste à radicalisation des revendications, droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.
Dans ce contexte international, plusieurs organisations professent l’anti-impérialisme :

* Les deux grandes puissances, qui ont un message différent dans les faits mais toujours anti-colonial :

  • pour l’URSS, il s’agit de lutter contre l’impérialisme colonial.

  • Pour les EU, colonie précocement décolonisé, il s’agit de gommer les entraves au mouvement commercial, au mouvement des capitaux, bref au monopole colonial… surtout s’il n’y pas de danger communiste !

La décolonisation n’est pas un facteur de guerre froide, l’exemple du canal de suez montre un point de collusion entre Eu et URSS.

* Les grandes résolutions de l’ONU,

qui est « la tribune » pour les pays frères en faveur de la décolonisation et un lieu de rencontres (couloirs de l’ONU) avec le comité de décolonisation, qui est à l’époque un organe de dénonciation.

La France a été, à partir de 1951-52, en mauvaise posture devant l’ONU tout comme devant la ligue arabe, qui a un rôle d’orchestration dans les organisations du Maghreb et lutte contre l’apartheid

* Les églises, surtout protestantes, qui sont très présentes dans les colonies, car elles possèdent des prêtres, évêques…. Issus des colonies (hiérarchie indienne, indonésienne) et parce que le pape multiplie les encycliques qui préparent la décolonisation sauf en Indochine.

II La décolonisation : une comparaison Grande-Bretagne/France



On a souvent opposé le modèle de la Grande- Bretagne contre le modèle Français car leur décolonisation a été assumée, pacifique, pragmatique.

Ex. En 1945, l’Inde n’est pas utile à la reconstruction du pays, à la différence de l’Afrique, qui, par ses métaux et produits agricoles est très utile à la France.
-La France a eu une décolonisation difficile, elle a connu une crispation colonialiste à contre-courant de l’atmosphère politique internationale à cause de sa conception jacobine :les colonies sont inséparables d’une idée de grandeur, la France est « une et indivisible », d’où la mobilisation des forces de la Nation pour maintenir l’Empire.
-Les Pays-Bas ont connu des épreuves de force et des négociations.
→ L’opposition décolonisation française/décolonisation anglaise est trop schématique

La Grande-Bretagne a connu une guerre en Malaisie pendant 6 ans. Au Kenya, elle a eu lieu au début des années 1950, Chypre est l’exemple d’une situation un peu particulière. Le départ de l’Inde montre une évacuation précipitée dans un contexte civil très difficile.

De plus, la France a parfois aménager la décolonisation en procédant par étapes avec des mandats, des protectorats… Certaines situations ont été particulière :

-en Indochine, la décolonisation est une combinaison communisme et confucianisme ;

-en Algérie, la particularité réside dans l’importante communauté française.
En Grande-Bretagne, le premier ministre Mac Millan et tout comme de Gaulle ont saisi le vent du changement. Mac Millan, aidé de Mac Léod, est un grand décolonisateur grâce au cadre du Commonwealth, qui a facilité les transitions anglaises.
Pour la France, plusieurs épreuves de force ont été majeures : à Madagascar, lors de la déposition du sultan marocain….

La France a alors mis en place une décolonisation accompagnée de démarches répressives : arrestations, exils , c’est une « décolonisation à reculons »,. La France est alors en retard d’une réforme, les tentatives du dialogue n’ont pas duré…
Il y a eu des « chemins de la décolonisation », mais ces derniers se sont heurtés :

  • au poids des lobbys coloniaux, au parti radical et au RPF, aux grands journaux comme l’Aurore qui appartient au groupe Boussac (cotonnades)

et à une presse spécialisée, un peu oubliée avec une vision de la colonisation très flatteuse. Il ne faut oublier le groupe de pression liant un ambassadeur aux industriels de Marseille.


  • A un assainissement des mœurs et à un renouvellement des fonctionnaires qui n’a pas eu lieu dans les colonies françaises. Ce sont les mêmes fonctionnaires que sous la 3e république, élevés dans le culte des colonies, dans l’idée que la grandeur de l’Empire est la grandeur de la France. Ils perpétuent une vision politique hérités des précédents fonctionnaires.

  • De plus, il faut réparer la défaite de 1940, il faut trouver sur le terrain colonial une réparation aux défaites et aux humiliations, en Indochine par exemple.




  • Le système institutionnel de la 4e république est structurellement faible, instable, fondé sur des coalitions. La 3e force c’est-à-dire le MRP et radicaux sont d’accord pour l’Etat Providence en contrepartie du raidissement colonialiste. Ce contexte politique français est compliqué par une surenchère des gaullistes et du PCF.

D’où le miracle de l’émancipation marocaine !


  • Enfin, le cas de l’armée, qui dans son serment du 13 mai, promet de ne pas abandonner l’Algérie, a conditionné son attitude. En 1959, de Gaulle est convaincu de l’émancipation algérienne mais il doit faire face à la rébellion de l’Armée et de la population française d’ Algérie.


III La décolonisation à la Française : une question sensible 



- une question sensible, car il n’y a pas d’échappatoire sur le passé, dans le cadre de la mémoire, la confrontation se réactive avec la gestion du passé colonial.

-ex. Il n’y a pas de débat sous Salazar au Portugal,

-en Belgique c’est trop rapide…
-Mais en France, le débat national a dévié vers une guerre civile variée car la population française avait vécu le 6 février 1934, la montée du fascisme, l’occupation et maintenant la guerre d’Algérie.

→ Il y a un empoisonnement de l’espace public avec le « cancer algérien ».

Le cas indochinois a moins mobilisé les passions à part l’association France-Maghreb grâce à l’action de François Mauriac qui a fait parlé de lui, des ses avis sur la question….

Mais rien n’atteint le niveau de la décolonisation algérienne qui conduit la France a un état d’extrême tension interne :

  • à cause de l’envoi du contingent, de l’implication de la jeunesse française au corps défendant d’une grande majorité du pays : « pourquoi nos enfants sont partis pour 27 mois ? »

  • à cause de la durée de la guerre, de son coût qui génère des impôts, une inflation

  • et puis, à cause de la torture, des menaces de l’armée avec l’OAS qui aboutit à un drame national avec affrontements de rue, affrontements de « l’écrit ». Le cas algérien est une menace de la sociabilité car la France se divise.


L’historiographie a été marquée par la décolonisation

  • alignée sur le conformisme officiel, elle a fait l’apologie de la colonisation (à laquelle est très liée la géographie).

Ex= chaire de la colonisation au collège de France

L’histoire, à cette époque, est communiste ou journalistique car elle reconstitue des dialogues entre les personnages « ex. dossiers secrets de la colonisation de Claude Pailhat ».

→ C’est une histoire peu crédible

  • L’histoire est aussi tributaire de l’amnésie officielle avec une rétention d’archives, elle a beaucoup tardé à mettre en place des centres de recherches et d’archives pour faciliter les consultations. L’amélioration ne date que des années 1990, sous le gouvernement Jospin.

Dans les années 1970, une génération d’historiens, dépassionnés revisitent l’histoire sur la base de sources et d’un traitement plus scientifique..

Ex. Charles Robert Ageron, Daniel Rivet….

Cette histoire reprend ses lettres de noblesse grâce à l’éloignement dans le temps, au décloisonnement entre les différents intervenants.


  • une question sensible, pour le professeur ?

A priori non, car :

* les données ne sont plus réfutables, la documentation est solide avec de nouvelles thèses qui ont permis l’affinement des connaissances

ex. le million de morts algériens est réfuté, il s’agit en fait de 250 000 morts. Idem à Madagascar, ce n’est plus 100 000 mais 30 000 décédés.

* Les causes ne sont plus seulement les combats mais aussi les maladies, la sous nutrition…

* La torture est présentée comme un véritable système, une arme de mise en condition d’un peuple.
La réalité est alors très différente avec le retour en force de la mémoire, auquel l’Etat n’est pas étranger avec une inflation de lois, de journées, de monuments, de commémorations… Les héritiers des acteurs ont repris le « jeu » de la mémoire avec les appelés du contingent, descendants des pieds-noirs qui possèdent de nombreuses associations, les harkis… Ce retour en force est capté par l’émigration de ces 5 millions de résidents français, descendants des anciennes possessions coloniales. Il correspond à une crise de l’intégration, d’où certaines questions difficiles dans un mode agressif parfois…

Si certaines pratiques proches du servage, la torture, la place de la France en Algérie, le nombre de morts ont réellement existé, la négation n’est pas possible tout comme la repentance.

Il faut partir du contexte, montrer la torture dans les deux camps, relativiser en étayant par des chiffres, en parlant des zones floues. Ce rôle est celui du professeur qui doit se dégager des passions et rester dans l’explication.
Compte-rendu de la conférence de Bernard Droz, le 30 janvier 2009, Poitiers,

par Céline MELISSON, professeur d’histoire-géographie

au lycée Merleau-Ponty à Rochefort

similaire:

Vendredi 30 janvier bernard Droz, enseigner la décolonisation : une question sensible iconSejour à la montagne à meolans dans les Alpes de Haute Provence Du...

Vendredi 30 janvier bernard Droz, enseigner la décolonisation : une question sensible iconSejour à la montagne à meolans dans les Alpes de Haute Provence Du...

Vendredi 30 janvier bernard Droz, enseigner la décolonisation : une question sensible iconCalendrier prévisionnel : vendredi 29 janvier, vendredi 5 février,...
«Un récit national fracturé» : mémoires opposées de la seconde guerre mondiale aux États-Unis et Grande-Bretagne, majorité blanche...

Vendredi 30 janvier bernard Droz, enseigner la décolonisation : une question sensible iconIslamisme radical : les professeurs d’histoire-géographie en première...

Vendredi 30 janvier bernard Droz, enseigner la décolonisation : une question sensible iconInterview Bernard Vrancken bernard vrancken, le dessinateur, S’explique...
«I. R.$.», «Le Chemin de Gloria» donne à Bernard Vrancken l’occasion de faire évoluer le dessin de la série, vers un réalisme encore...

Vendredi 30 janvier bernard Droz, enseigner la décolonisation : une question sensible iconJeudi 9 et vendredi 10 janvier dernier, les 46 élèves et trois de...
«parcours historique», les élèves ont eu la chance de pouvoir découvrir, lors d’une visite privée, l’Hôtel de Talleyrand, siège de...

Vendredi 30 janvier bernard Droz, enseigner la décolonisation : une question sensible iconEnseigner l’œuvre républicaine de Jaurès et la contribution de cette...
«Jules Ferry»1 de Conflans Sainte-Honorine et du lycée «Les Pierre-Vives» de Carrières-sur-Seine

Vendredi 30 janvier bernard Droz, enseigner la décolonisation : une question sensible iconThèse sous la direction de Jean-Luc Mayaud. Présentation de la question
«A propos de la question d’histoire contemporaine du programme d’agrégation 2006 et 2007», dans Ruralia. Revue de l’Association des...

Vendredi 30 janvier bernard Droz, enseigner la décolonisation : une question sensible iconTd n° 2 la question de synthese
«in vitro» nous allons travailler sur le thème de la bioéthique, chaque groupe se penchera sur une question particulière qui devra...

Vendredi 30 janvier bernard Droz, enseigner la décolonisation : une question sensible iconLittérature presse linguistique p. 35
«Practiques» et «practiqueurs» : la vie politique à la fin du règne de Henri III, Genève, Librairie Droz, 2002, coll. Travaux d’Humanisme...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com