Bibliographie introduction





télécharger 249.16 Kb.
titreBibliographie introduction
page3/11
date de publication30.10.2017
taille249.16 Kb.
typeBibliographie
h.20-bal.com > documents > Bibliographie
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

2L’erreur humaine- Facteurs de risque

2.1Le stress : bruit, privation de sommeil.



Les conséquences du stress sont nombreuses, avec augmentation du risque d'erreur humaine

par différents biais :

o risque d’actions précipitées et « oubli » des procédures habituelles

o conduites d’évitement

o dégradation des relations au sein de l'équipe

o démotivation, perte de confiance, de performance et de vigilance

o troubles du sommeil, avec risque de compensation par prise de psychotropes

o au maximum alcoolisme, toxicomanie ou suicide.
Le bruit constitue un facteur de stress important. Une salle d’opération est un environnement particulièrement bruyant [11]. L’intensité moyenne des sons est beaucoup plus élevée que dans la plupart des bureaux (instruments entrechoqués, aspirations, alarmes des moniteurs, conversations…). Or, le bruit dégrade la performance : cet effet a été mesuré chez des résidents d’anesthésies par une dégradation de réponses à des tests psychométriques réalisés en bloc opératoire [12].

La privation de sommeil constitue un facteur évident de baisse de performance [13]. Il est cependant difficile de définir des seuils de privation de sommeil qui influenceraient la performance. La tolérance à la privation de sommeil varie d’un individu à l’autre d’une part en raison de différences individuelles sur les besoins en sommeil d’autre part sur l’accumulation d’une « dette de sommeil » pré existante. Le travail nocturne constitue donc une phase de risque majoré d’erreur humaine.

2.2Le travail en équipe



L’aviation civile reconnaît depuis longtemps l’importance d’une bonne appréhension du travail en équipe et tout pilote de ligne doit posséder le certificat de travail en équipage. Cet enseignement est particulièrement orienté sur la répartition des rôles et la communication. Le C.R.M. = « Cockpit Resource Management » de l’aéronautique est largement transposable en un « Crew Resource Management » pour l’anesthésie. Idéalement une équipe doit être synergique et adaptative face aux situations. Les communications sont capitales à sa coordination. Il existe trois modes de coordination :

o la redondance : il y a stricte duplication des actions et la communication les coordonne (par exemple médecin senior vérifiant systématiquement les actions effectuées par un

jeune interne)

o la coopération : les actions sont partagées et synchronisées autour d’une représentation commune de l’action vérifiée par la communication (exemple : médecin anesthésiste et infirmier anesthésiste ou équipe d’anesthésie plus étoffée, en cas de crise, autour d’un leader)

o la co-action : action simultanée mais sans représentation commune de la situation

(exemple : anesthésiste et chirurgien)

Le simulateur réaliste d’anesthésie permet l’entraînement d’une équipe à la gestion de crise avec amélioration de la communication, qu’elle soit verbale ou non-verbale. Certaines équipes utilisent la simulation uniquement dans cette optique d'amélioration de la communication entre tous les intervenants [14].

2.3La prise de risque inutile


Dans le cas d’une tâche complexe, toute prise de décision est soumise à différentes contraintes dont la première est la pression temporelle : la situation à gérer est dynamique, toute décision est un engagement, car elle est au moins partiellement irréversible et la rapidité possible dans l’aggravation de la situation entraîne la notion de « dates-butoir » successives, chaque décision devant être prise rapidement.

Les psychologues de l’aviation civile ont individualisé des comportements dangereux lors d’une prise de décision, de par leur déni de la gravité de la situation ou au contraire de par leur résignation devant l’adversité.

Les comportements d'invulnérabilité sont particulièrement dangereux en anesthésie où ils peuvent correspondre à la pression du rendement faite pour traiter le plus de patients en un minimum de temps. La simulation en permettant de laisser évoluer la situation jusqu'à la catastrophe permet une prise de conscience des conséquences de cette attitude [13].

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

similaire:

Bibliographie introduction iconBibliographie p Introduction Indications pour la rédaction de l’introduction...

Bibliographie introduction iconBibliographie Introduction

Bibliographie introduction iconBibliographie introduction

Bibliographie introduction iconBibliographie Introduction

Bibliographie introduction iconUne introduction à sa bibliographie

Bibliographie introduction iconBibliographie 48 Introduction «La commune est le berceau de la démocratie»

Bibliographie introduction iconBibliographie p. 21 Introduction Nous avons élaboré ce dossier à...

Bibliographie introduction iconIntroduction (ou insérer dans les chapitres géogr et rédiger une introduction commune)

Bibliographie introduction iconBibliographie 48 Introduction Selon John Kay, auteur de l’ouvrage...
«permettre à ses clients de communiquer leurs émotions où et quand ils le souhaitent dans les meilleures conditions possibles.»

Bibliographie introduction iconBibliographie 10 Sujets de dissertation 10 Introduction «Rien de nouveau sous le soleil»
«les peuples heureux n’ont pas d’histoire»; et permanence, pour que l’histoire ait malgré tout un sens qui la rende intelligible






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com