Le Moyen-Orient dans la Première Guerre mondiale





télécharger 34.43 Kb.
titreLe Moyen-Orient dans la Première Guerre mondiale
date de publication01.11.2017
taille34.43 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > documents > Documentos
Le Moyen-Orient dans la Première Guerre mondiale

Introduction

Le Moyen-Orient est une région où les puissances européennes ont depuis longtemps des intérêts stratégiques, économiques et culturels majeurs. Le début du conflit mondial va précipiter la région dans la rivalité franco-britannique pour le contrôle territorial. Pour envisager la place du Moyen-Orient dans la Première Guerre mondiale, il est impossible de restreindre cette dernière à ses dates admises (1914-1918). Il faut en donner une conception élargie, qui s’étendrait jusqu’en au début des années 1920. Les tractations diplomatiques entamées dès le début de la guerre par les puissances se prolongent en effet jusque-là. Dans la Première Guerre mondiale, le Moyen-Orient semble se situer du côté des victimes plutôt que de celui des acteurs. Comment les rivalités européennes influent-elles directement sur son sort à la fin de la guerre ? En 1914, le Moyen-Orient est un enjeu majeur, aux yeux des puissances européennes d’abord, mais aussi parce le nationalisme turc attise les revendications arabes (I.) ; durant les années 1915-1916, la Grande-Bretagne joue un double jeu, entre les promesses faites aux Arabes et les accords conclus avec la France (II.) ; enfin, de 1917 à 1921, le Moyen-Orient ne peut plus repousser sa défaite face au jeu diplomatique des puissances, qui se déroule à son insu (III.).

Conclusion

A la fin du conflit, la carte du Moyen-Orient a été grandement modifiée. Les grands vainqueurs du partage sont clairement la France et la Grande-Bretagne : grâce aux Mandats de la SDN, les deux puissances conservent un important droit de regard sur la gestion des pays. De plus, les territoires qu’ils en retirent sont riches en pétrole, quand la guerre a montré toute l’importance qu’a désormais cette matière première. Après des années de domination ottomane placées sous le signe des revendications autonomistes, le Moyen-Orient se trouve désormais sous une domination européenne tacite, parce que camouflée sous le statut d’administration indirecte. L’Empire ottoman démembré se réduit désormais à la grande Turquie anatolienne, et se voit imposer des conditions humiliantes (démilitarisation, internationalisation de sa propre capitale), qui contribuent à attiser le nouveau nationalisme kémaliste dès le milieu des années 1920.

I. Les enjeux du Moyen-Orient en 1914
L’Egypte

L’inauguration du canal de Suez (1869) a consacré l’Egypte comme étape majeure des routes commerciales internationales. Mais sa dette extérieure l’a forcée à vendre ses parts du canal à la Grande Bretagne à très bas prix. En 1882, l’Angleterre a envoyé des troupes en Egypte, officiellement pour stabiliser les finances du pays. En réalité, elle a plus tard utilisé les conflits au Soudan comme prétexte pour s’installer durablement, et asseoir son contrôle sur le canal et ses opportunités commerciales : cet évènement a marqué la substitution de l’Empire ottoman par l’Angleterre en tant que tuteur de l’Egypte. Le pays est administré par des fonctionnaires britanniques attachés aux ministères locaux sous l’autorité du consul général. En 1914, lorsque l’Empire ottoman se joint aux puissances centrales, la loi martiale et la censure sont imposées dans le pays ; l’Egypte devient protectorat britannique, ce qui officialise la situation. Le canal de Suez va être un enjeu majeur de la guerre, et sa protection l’un des objectifs premiers de la Grande-Bretagne.
Le pétrole

En 1914, l’attention portée au pétrole est croissante, mais pas nouvelle. Au début du siècle, la flotte britannique a changé de carburant en passant du charbon au pétrole. En 1901, le Foreign Office et une partie de l’Amirauté ont apporté à l’investisseur William Knox d’Arcy leur soutien financier, pour l’aider à rentabiliser sa concession de 60 ans en Perse, afin d’éviter que la France, la Russie ou l’Allemagne lancée dans la Weltpolitik ne s’y implantent. C’est à cette date que la question du pétrole est devenue un enjeu politique. L’objectif est de devancer les autres puissances dans la course au pétrole. En juin 1914, suite à la détermination de Churchill, qui y voit la condition même de la puissance, l’Etat achète la majorité du capital de l’Anglo-Persian Oil Company de d’Arcy, une entreprise privée, et s’assure ainsi un contrat d’approvisionnement pour son Amirauté. Le pétrole et son contrôle sont désormais politiques.
Les ambitions anglaises : la commission Bunsen

En avril 1915, le Premier ministre britannique, Asquith, nomme la commission Bunsen. Elle a pour but d’envisager les règlements territoriaux pour l’après-guerre, de manière à servir les intérêts britanniques. La commission met en avant la nécessité de renforcer les liens avec le Golfe et l’Arabie. Tout doit être fait pour sauvegarder les intérêts liés au commerce et au pétrole, d’où la nécessité pour l’Angleterre d’assurer une liaison avec la Méditerranée orientale par l’établissement d’un port (Haïfa). En ce qui concerne la gestion des territoires, la commission donne sa faveur à l’instauration d’un Empire fortement décentralisé. Les défaites anglaises de 1915 vont également mettre en avant la nécessité de former des alliances pour protéger le canal de Suez. La commission Bunsen est donc une base théorique qui résume et annonce les visées anglaises dans la guerre : le sort de l’Empire, le pétrole mésopotamien, la protection du canal de Suez.
La turquisation

La déposition du sultan ottoman en 1909 a consacré l’arrivée au pouvoir des Jeunes-Turcs. En janvier 1913, Enver Pacha, l’un des chefs du mouvement, se fait octroyer les pleins pouvoirs au sein d’un triumvirat. Cet évènement marque la défaite définitive de la frange libérale des Jeunes-Turcs. Le pouvoir est désormais aux mains des unionistes, opposants aux revendications nationalistes dans l’Empire et défenseurs d’un panturquisme autoritaire. Celui-ci s’annonce comme une alternative à l’ottomanisme et à l’islamisme, mais aussi le moyen idéal pour se tourner vers l’Asie centrale après la perte des territoires européens. Les Jeunes-Turcs pratiquent une politique autoritaire et dissolvent les sociétés secrètes et les comités politiques qui tentent de contrer le panturquisme.

A la suite du Congrès général arabe, qui se déroule à Paris en juin 1913, les nationalistes sont persécutés. Lorsqu’éclate le conflit mondial, le gouvernement nationaliste Jeunes-Turcs ne tolère plus d'opposition : toute manifestation en faveur de l’arabisme est passible de mort. Devant la répression (ottomane) placée sous le signe du nationalisme (turc), les autonomistes arabes doivent en appeler à l’aide des puissances européennes. Kitchener est contacté par un des fils d’Hussein, souverain du Hedjaz, mais se contente d’affirmer son soutien moral à la cause arabe.
II. 1915-1916 : La promesse du grand Etat arabe.
Attentes arabes et promesses anglaises

La correspondance Hussein-Macmahon

Le djihad lancé par la Porte dès son entrée en guerre inquiète les Alliés, qui croient l’influence de l’Empire sur les musulmans très importante. L’objectif pour l’Angleterre devient alors l’établissement d’un contre-pouvoir face à l’autorité religieuse de la Porte. Elle choisit de rechercher une alliance avec les Arabes, en tentant d’obtenir l’appui du Chérif Hussein de la Mecque. Celui-ci est le seul capable d’entraîner les Arabes dans une révolte contre les Turcs : il bénéficie en effet d’une légitimité traditionnelle, en tant que descendant du Prophète et gardien des Lieux saints. A MacMahon, Hussein réclame, en contrepartie d’un soulèvement, la création d’un grand « Etat arabe » indépendant, mais qui resterait en contacts privilégiés avec la puissance britannique. Devant l’insistance d’Hussein, MacMahon définit les limites des territoires qui seront attribués aux Arabes, et en exclue la Mésopotamie, riche en pétrole, et l’ouest syrien : l’Angleterre doit en effet prendre en compte les revendications de la France, qui joue depuis longtemps un rôle important en Syrie. En février 1916, la dernière lettre de MacMahon confirme les termes de l’accord.
La révolte Arabe

Rassuré quant aux intentions de la Grande-Bretagne, Hussein remplit sa part du marché. Le 6 juin, la Révolte arabe commence. Elle s’annonce comme une revanche des Arabes sur la turquisation forcée. L’avancée arabe est rapide. Le 2 novembre, Hussein, proclamé « roi des Arabes », demande aux puissances Alliées de reconnaître l’Etat arabe promis, ce qu’elles font, car elles ont toujours besoin de son aide pour défaire la menace turque sur l’Egypte. Fayçal, l’un des fils d’Hussein, mène l’offensive, influencé par T.E. Lawrence, dit Lawrence d’Arabie, qui s’assure que la révolte sert les intérêts britanniques. Les Arabes cherchent à gagner Damas les premiers, pour installer l’Etat et mettre les Anglais devant le fait accompli. Le 30 septembre 1916, Fayçal entre dans Damas, et proclame l’indépendance de l’Etat arabe au nom du roi Hussein.
Les accords Sykes-Picot

Parallèlement aux promesses faites à Hussein, la Grande Bretagne cherche à statuer avec la France sur l’avenir de ces régions. Les accords Sykes-Picot font office de compromis entre les prétentions des deux puissances. Sykes a pour cadre de réflexion le rapport de la commission Bunsen. Picot suit les revendications des partisans de la Grande Syrie (Syrie, Liban, Palestine), en ajoutant notamment aux exigences les champs pétrolifères de Mossoul ; la France avance son rôle de protecteur des Levantins pour s’assurer la conservation de sa zone d’influence. L’Angleterre, qui tient à maintenir la possibilité d’une alliance avec Hussein, doit prendre en compte ses exigences et réduire la présence française à proximité du canal de Suez. En janvier 1916, les deux puissances s’engagent à reconnaître une « confédération d’Etats arabes » ; mais elles accaparent des territoires d’administration directe et indirecte. En Palestine, les Anglais obtiennent le Sud, qui leur servira de zone tampon pour protéger le canal, et le port d’Haïfa, ouverture vers le pétrole mésopotamien ; la France, le Nord ; le reste du territoire doit être internationalisé. Après accord de la Russie, les accords Sykes-Picot sont formalisés par un échange de lettres entre Cambon, ambassadeur de France à Londres, et Grey, ministre britannique des affaires étrangères, le 16 mai.
Le génocide arménien

Le génocide arménien est la conséquence du nationalisme Jeune-Turc, qui cherche à fédérer les peuples turcs dans un grand Etat-nation, le Touran, du Bosphore à la Chine. Après avoir coopéré avec les arméniens face à l’influence ottomane, les Jeunes-Turcs les considèrent désormais comme un obstacle à leur projet nationaliste, en fait une « barrière » compacte entre Turcs ottomans et Tatares du Caucase. L’avancée des troupes russes en Anatolie, qui fait craindre un ralliement arménien aux Alliés, et la résistance des Arméniens de Van face aux massacres, présentée comme une insurrection, offrent le prétexte attendu pour débuter le génocide. Celui-ci commence en avril 1915, avec l’exécution des élites de Constantinople. Vient ensuite la déportation forcée des populations, que le gouvernement nomme « relocalisation » et justifie par le besoin d’éloigner les Arméniens des zones de front. Les populations sont déplacées à pied vers des camps : soumise à des conditions lamentables, voire attaquée par les convoyeurs (l’Organisation spéciale), la plupart meurt en chemin.

Fin 1916, les seuls survivants sont des îlots épargnés et les populations qui ont suivi les russes lors de leur retraite. On estime généralement le nombre de morts arméniens à 1,2 millions de personnes. A la fin de la guerre, les tribunaux reconnaissent le caractère planifié des massacres, et condamnent à mort par contumace les responsables.

III. 1917-1921 : Une défaite tardive
Le Partage du Moyen-Orient

Les suites des accords Sykes-Picot

Après la révolution de 1917, Londres déclenche une offensive contre la Palestine. La défection russe a rendu les accords Sykes-Picot caducs, et la Grande-Bretagne est libre de s’imposer sur le terrain pour remettre en cause le statut international prévu. Elle en profite pour accaparer les champs pétrolifères de Mésopotamie en occupant Mossoul, zone promise aux Français, en novembre 18. Elle s’empresse également de renouveler ses promesses auprès d’Hussein, à qui le nouveau gouvernement russe a transmis les traités signés par le tsar en 1916. Le 15 septembre 1919, durant un entretien informel, la France et la Grande-Bretagne concluent un traité visant l’application des accords Sykes-Picot. Lloyd Georges obtient le contrôle de la Palestine et la zone de Mossoul. Paris en retire le Liban et la petite Syrie, en plus d’une participation à l’exploitation du pétrole de Mossoul. Les accords Sykes-Picot sont donc modifiés par le rapport de force dans la région. C’est désormais avec la France que Fayçal doit s’entendre pour le traitement de la Syrie. Mais il se heurte au radicalisme des nationalistes du Congrès syrien, hostiles à l’influence française. L’accord du 6 janvier, qui prévoyait l’indépendance de la Syrie et la reconnaissance d’un protectorat français sur un Liban à définir, n’entre pas en vigueur.
Les conférences

En 1920, les conférences de Londres (février-mars 1920), San Remo (avril), et Sèvres (août) règlent le sort du Moyen-Orient. La distinction prévue en 1916 entre administrations directe et indirecte est abandonnée : la forme nouvelle du mandat est créée par le pacte de la SDN. Les territoires sont retirés à la souveraineté des puissances vaincues mais leurs populations, jugées inaptes à accéder à l’indépendance, sont placées sous la tutelle d’une puissance mandataire. Cette solution satisfait la France et la Grande-Bretagne, qui bénéficient ainsi d’un régime d’administration peu coûteux.

A San Remo, Londres et Paris s’entendent sur la répartition de leurs zones d’influences dans l’Orient arabe. La France reçoit officiellement la Syrie et le Liban, et la Grande-Bretagne, la Palestine et l’Irak. Le partage est inégal, car la zone attribuée à la Grande-Bretagne comporte l’essentiel des ressources pétrolières. Rendues publiques le 5 mai, les décisions ont un impact majeur dans le monde arabe, et les troubles reprennent en Palestine et en Irak.

La conférence de Sèvres règle le sort réservé à l’Empire ottoman vaincu, qui est partagé entre la Grèce, l’Italie, la France et la Grande-Bretagne. Istanbul et les Détroits sont démilitarisés, une commission internationale y bénéficiant d’un droit de police. Les Capitulations sont rétablies et les finances turques sont placées sous tutelle. Un Etat indépendant d’Arménie est crée en Anatolie centrale. L’Empire humilié se réduit désormais à la grande Turquie d’Anatolie.

La déclaration Balfour et la question palestinienne

La défection de la Russie remet en cause l’accord Sykes-Picot, qui prévoyait pour la Palestine un régime d’internationalisation. Le 2 novembre 1917, Arthur James Balfour, ministre des Affaires étrangères, publie, en accord avec Weizmann, président de la Fédération sioniste, une lettre adressée à Lord Rothschild, président de la branche britannique de la Fédération. Dans cette lettre ouverte, il affirme que le gouvernement « envisage favorablement l'établissement en Palestine d'un Foyer national pour le peuple juif ». Cette lettre est le fruit d’un travail de longue durée, et elle est donc intéressée : elle vise à obtenir le soutien financier des banques juives dans la guerre, autant qu’à assurer un territoire-tampon entre la Syrie française et le canal de Suez. Cette lettre s’oppose donc directement aux promesses faites à Hussein. Les Arabes de Palestine n’y sont mentionnés que comme « communautés non juives », ce qui exclut pour eux la possibilité de droits nationaux.

Les sionistes cherchent à contourner les réticences palestiniennes en rencontrant Fayçal. Lors de la conférence de la paix à Paris, celui-ci représente les Arabes. Il propose dans son mémorandum une confédération panarabe incluant la Syrie, l’Irak, la Palestine, le Hedjaz et le Yémen. Le 3 janvier 1919, il rencontre Weizmann pour satisfaire les Américains, dont il espère le soutien à propos de la Syrie ; il passe avec lui un accord où il accepte l’application de la déclaration Balfour, à condition que les revendications arabes soient d’abord satisfaites. Le 27 février cependant, Weizmann ne cache pas ses intentions : le « foyer » juif a vocation à devenir un Etat.

A la demande de Fayçal, la commission américaine King-Crane est envoyée sur place en juin pour entendre les désirs des populations syrienne et palestinienne. En août 1919, elle recommande le maintien de la Palestine dans la Syrie et la limitation du sionisme, mais le recul des Etats-Unis suite à la maladie de Wilson fait tomber ses conclusions dans l’oubli. Les revendications arabes n’étant pas respectées, l’accord passé avec Weizmann devient caduc, et Faysal revendique la Palestine au sein du royaume syrien. Le 8 mars 1920, le Congrès général syrien proclame l’indépendance et réaffirme l’appartenance de la Palestine et du Liban à la Grande Syrie : Fayçal est proclamé roi, et espère que son nouveau statut poussera les puissances à respecter leurs engagements. En juillet cependant, Gouraud exige la reconnaissance du mandat français sur la Syrie et le Liban : il lance l’offensive, et le 28, Fayçal doit quitter le pays. La Palestine revient à la Grande-Bretagne, en vertu des décisions de San Remo.


La résistance irakienne et Fayçal

En décembre 1918, la Grande-Bretagne a ignoré les résultats de la consultation des populations irakiennes. Alors que les notables chi’ites s’apprêtaient à se rendre à la conférence de la paix, pour demander la cessation de l’occupation britannique, elle a empêché toute délégation nationale de se rendre sur place. L’Irak doit donc se plier aux décisions prises pour lui par les puissances européennes. Cependant, tout juste débarrassés de la domination turque, les Irakiens ne sont pas prêts à accepter l’occupation des Britanniques. Le 8 mars 1920, un congrès national proclame l’indépendance et nomme Abdallah roi d’Irak. La situation s’aggrave, et les actions contre les Britanniques se multiplient. En mai, des célébrations communes entre sunnites et chiites servent de prétexte à des réunions de masse en faveur de l’indépendance ; début juin, devant la révolte générale, les Britanniques durcissent le ton : Percy Cox reçoit les pleins pouvoirs, et ramène l’ordre par des massacres de civils. A la fin de l’été, la révolte irakienne est maîtrisée.

Le retour à la normale ne se fait pas sans mal pour Londres, qui a dû engager des moyens (militaires et financiers) considérables pour se maintenir en Irak et aborder les négociations du traité de Sèvres en position de force. Pourtant, fin 1920, la révolte menace de reprendre. La Grande-Bretagne ne peut plus se permettre d’entretenir des troupes dans un pays qu’il semble impossible de soumettre. Londres décide alors de composer avec les Irakiens, tout en préservant ses intérêts dans le pays. En mars 1921, sur une idée de Churchill, Fayçal, tout juste chassé de Damas, se voit remettre l’autorité politique d’Irak. Leader de la révolte arabe, il s’avère un allié utile pour les Britanniques. Le 23 août, il est fait roi d’Irak, cependant que son frère se proclame roi de la Transjordanie nouvellement créée par Londres. Le pays conserve des liens commerciaux avec la Grande-Bretagne, et doit accéder à l’indépendance rapidement. Mais les Britanniques conservent en fait un contrôle étroit de l’administration et de l’armée du pays, tout en maintenant le caractère indirect de la gestion.

similaire:

Le Moyen-Orient dans la Première Guerre mondiale iconL’enjeu pétrolier dans la géopolitique du Moyen-Orient depuis la fin de la 1ère guerre mondiale

Le Moyen-Orient dans la Première Guerre mondiale iconLe programme (B. O. spécial n°8 du 13 octobre 2011) La question s’insère...
«Proche et Moyen-Orient contemporain» (rédigé par Nadine Picaudou et Aude Signoles), in Encyclopédie Universalis

Le Moyen-Orient dans la Première Guerre mondiale iconLe Moyen-Orient (1876-1980) dans l’histoire scolaire (lycée)
«Un foyer de conflits» est l’une des deux questions du thème 3 «Puissances et tensions dans le monde de la fin de la Première Guerre...

Le Moyen-Orient dans la Première Guerre mondiale icon«Regards historiques sur le monde actuel.»
«Un foyer de conflits : le Proche et le Moyen Orient depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale (1945).»

Le Moyen-Orient dans la Première Guerre mondiale iconQuestionnaire d’accompagnement
«tirailleurs sénégalais», en France et en Orient aux combats de la Première Guerre mondiale

Le Moyen-Orient dans la Première Guerre mondiale iconEt si France Info avait été là durant la première guerre mondiale...

Le Moyen-Orient dans la Première Guerre mondiale iconPermettre aux élèves de saisir l’importance qu’occupe en France,...
«Alors que disparaît le dernier combattant français de la Première Guerre mondiale, la Nation témoigne sa reconnaissance envers ceux...

Le Moyen-Orient dans la Première Guerre mondiale iconLa commémoration du centenaire de la première Guerre Mondiale
«le Soldat» de Florent Pagny et la Marseillaise pour rendre hommage aux soldats morts pour la France. Ils ont également lu des textes...

Le Moyen-Orient dans la Première Guerre mondiale iconUn document ‒ Exemple sur la première guerre mondiale
Étape essentielle dans la mutation de la guerre au XX s., le regard porté sur l’expérience combattante, significative d’un changement...

Le Moyen-Orient dans la Première Guerre mondiale iconL’ histoire du proche orient au xx° siècle A. Le Moyen-orient avant 1914






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com