Emmanuel Maugard





télécharger 95.64 Kb.
titreEmmanuel Maugard
page4/5
date de publication03.11.2017
taille95.64 Kb.
typeManuel
h.20-bal.com > documents > Manuel
1   2   3   4   5

Les huit catégories d’enseignants


On a pu répartir les enseignants en huit catégories en fonction de leurs usages du cahier de textes numérique : ces catégories ont été croisées avec les activités d’apprentissage (voir tableau 4 ci-dessous et figure 2).

Sur les enseignants classés dans l’usage 8, 90 utilisent seulement le CTN pour donner du travail à faire (38 ne l’utilisent pas du tout). Grâce aux questions ouvertes, on sait que 15 enseignants n’ont pas encore de CTN, 4 disent refuser de l’utiliser et une personne y a renoncé. L’idée est de voir déjà si les enseignants qui utilisent des schèmes d’utilisation plus complets du CTN (usage 7, voire les usages 4, 5 et 6) ont des prescriptions d’activités d’apprentissage différentes hors de la classe, donc s’il y a instrumentation et instrumentalisation de l’artefact. La majorité des enseignants utilisent donc l’une des nouvelles possibilités offertes par le cahier de textes. 25 enseignants sur les 317 interrogés disent avoir les trois types d’utilisation supplémentaires du cahier de textes.

Tableau 4 : catégorisation des enseignants en fonction de leurs usages du cahier de textes numérique

Usage 1

transmettre la trace écrite

Usage 2

fournir des compléments aux cours

Usage 3

donner des liens pour faire réaliser des activités en ligne

Usage 4

transmettre la trace écrite et fournir des compléments aux cours

Usage 5

transmettre la trace écrite et donner des liens pour faire réaliser des activités en ligne

Usage 6

fournir des compléments aux cours et donner des liens pour faire réaliser des activités en ligne

Usage 7

transmettre la trace écrite, fournir des compléments aux cours et donner des liens pour faire réaliser des activités en ligne

Usage 8

aucune de ces trois utilisations


Figure  : Les usages du cahier de textes numérique des enseignants




L’impact de l’usage du cahier de textes numérique sur les prescriptions d’activités sans artefacts TICE


Si on entre dans la comparaison des enseignants classés selon leur usage du CTN pour les prescriptions d’activités d’apprentissage sans artefacts TICE, on peut s’apercevoir que seuls ceux qui ont l’usage 5 et 3 du CTN se différencient des autres. Ceux de l’usage 5 demandent un peu moins aux élèves d’apprendre leur cours ou de réviser (75 %). Mais l’effectif très faible de ceux qui ont cet usage fausse la comparaison (quatre enseignants). Pour les prescriptions de faire des recherches, les pourcentages sont élevés également, même si les enseignants de l’usage 5 ont encore un pourcentage plus faible que les autres. Pour les prescriptions sur les études de documents (présenter, décrire et tirer des informations), il en est de même pour les enseignants de l’usage 3.

Pour les activités d’écriture, il faut différencier celles du paragraphe argumenté et du récit. La première est plus complexe car c’est seulement à partir de la quatrième que les enseignants d’histoire-géographie vont demander « d’introduire dans le récit des continuités, des ruptures, et des interactions » (MENJVA/DGESCO, 2011). Cette demande fait que le récit peut alors être classé dans le cinquième niveau de la taxonomie de Bloom ou de celle revisitée, voire le sixième pour la première taxonomie. Pourtant les prescriptions d’écriture de paragraphe argumenté sont demandées à plus de 83 % par les enseignants qui ont les usages 1, 4 et 7, voire plus de 90 % pour les usages 2 et 7, et 100 % pour les usages 5 et 6. Seuls les enseignants de l’usage 3 se démarquent, avec seulement 66,7 % de prescripteurs de cette activité, mais comme ils sont seulement trois, l’analyse est très peu significative.

Pour les prescriptions d’écriture de récit, les demandes sont moins importantes. Elles représentent quand même plus de 83 % des enseignants pratiquant l’usage 1 et 4, voire plus de 91 % pour ceux des usages 2, 6 et 7. En revanche, il faut souligner que les enseignants utilisant moins les possibilités du CTN (usage 8) sont ceux qui le prescrivent le moins, même si cette demande reste élevée (78,1 %). Là, le test de CHI2 met en valeur une relation significative. Ce pourcentage est inférieur à celui de l’effectif global, qui est de 84,5 %. Seuls les enseignants de l’usage 3, avec les limites déjà indiquées, sont 33,3 % à demander cette activité.

Les prescriptions de construction de croquis sont un peu moins importantes. Les raisons en ont déjà été indiquées plus haut. Cependant, ce qui est surprenant, c’est que les croquis de synthèse sont demandés par 82,7 % des enseignants en tenant compte de la totalité des effectifs ayant répondu. Ce pourcentage est légèrement supérieur aux prescriptions de construction de croquis (80,8%). Ces derniers sont pourtant plus simples à construire, mais ils sont plus facilement réalisés en cours et plus rapidement. Pour la construction de croquis, les usages 1, 4, 7 sont compris entre 80 et 84 %, l’usage 2 est proche, à 76,4 %. L’usage 6 atteint 91,4 %, donc est plus élevé. Seuls les usages 3 et 5 se démarquent par des pourcentages de demandes moins importants : 50 % pour l’usage 5 et même 33,3 % pour l’usage 3, mais comme il a été déjà dit les enseignants pratiquant ces deux usages sont très peu nombreux. La répartition est quasiment la même pour le croquis de synthèse ou de paysage.

Pour les prescriptions de passer d’une forme d’expression à une autre, le pourcentage général baisse légèrement pour s’élever à 74,1 %. Ceux des usages 1, 2 et surtout 6 et 7 sont légèrement plus élevés et les 2 et 4 un peu plus faibles. L’usage 3 se démarque encore en n’étant que de 33,3 %. Pour les demandes d’analyse critique de documents, le pourcentage général est de 77 %. Les usages 1, 6, 7 et 8 sont un peu supérieurs et 4 et 5 très légèrement inférieurs. Le pourcentage de l’usage 2 est un peu plus faible, 67,3 %, par contre celui de l’usage 3 est toujours à 33,3 %.

Les différences sont beaucoup plus grandes pour la prescription s’autoévaluer. L’usage 7 est largement supérieur (88 %) au pourcentage général (61,8 %). Les enseignants qui utilisent le plus les différentes possibilités du CTN sont les plus demandeurs de cette activité complexe. Les usages 2, 3 et 4 sont très proches du pourcentage moyen. L’usage 6 est déjà plus élevé (74,3 %). Pour l’usage 5, seulement 50 % des enseignants concernés prescrivent l’autoévaluation. Pour les demandes de validations des capacités du B2I, les différents usages sont proches et varient entre 40 et 52 %. L’usage 6 se démarque très légèrement avec des prescriptions s’élevant à 62,9 %. L’usage 3 est encore un cas à part avec ses 0 %.

Pour les activités prescrites sans faire appel à des artefacts TICE, l’impact de l’usage du cahier de textes n’est donc pas très significatif. Il va falloir déterminer maintenant si c’est le cas pour les prescriptions d’activités avec des artefacts TICE.
Figure : Les activités demandées aux élèves sans artefacts TICE et usage du CTN

1   2   3   4   5

similaire:

Emmanuel Maugard iconEmmanuel Desouhant, Professeur des universités ucbl emmanuel desouhant@univ-‐lyon1....

Emmanuel Maugard iconEmmanuel Terray

Emmanuel Maugard iconEmmanuel Corse

Emmanuel Maugard iconEmmanuel kant (1784)

Emmanuel Maugard iconEmmanuel (enthousiaste) : le choléra
«qui ont aidé, à la suite de générations d’historiens à tirer au clair les événements2»

Emmanuel Maugard iconEmmanuel Macron
«à niveau et sexe identiques, un jeune actif possédant le permis de conduire a deux fois plus de chances de trouver un travail.»

Emmanuel Maugard iconRonan prigent dit Emmanuel tugny
«Les Confidents cornéliens», sous la Direction du Professeur Jacques morel, Université Paris III

Emmanuel Maugard iconLittérature et Exemplarité, Emmanuel Bouju, Alexandre Gefen, Guiomar...

Emmanuel Maugard iconEmmanuel Parraud
...

Emmanuel Maugard iconSommaire
«Le champagne doit continuer à faire rêver», Pierre-Emmanuel Taittinger, Président de la Mission Coteaux, Maisons et Caves de Champagne...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com