Un ouvrier venu du passé observe les transformations des anciens terrains Renault (photomontage) (photographie réalisée par un élève de 1ère es en 2011 et qui a remporté le concours photo organisé par le lycée en 2011) Doc 2





télécharger 37.77 Kb.
titreUn ouvrier venu du passé observe les transformations des anciens terrains Renault (photomontage) (photographie réalisée par un élève de 1ère es en 2011 et qui a remporté le concours photo organisé par le lycée en 2011) Doc 2
date de publication05.11.2017
taille37.77 Kb.
typeCours
h.20-bal.com > documents > Cours
Les territoires de proximité, classe de Première

Une étude de documents
L’étude est fondée sur l’analyse d’une évaluation proposée en classe de Première à des élèves sur le thème des territoires de proximité (ch1) : « quels sont les enjeux de l’aménagement des anciens terrains Renault à Boulogne, entre passé, présent et futur ». Après avoir présenté le sujet, je propose d’analyser les résultats obtenus par les élèves avec la transcription d’une  « bonne copie » (18/20), puis ma propre correction.

I/ Le sujet
La consigne :

A partir de deux documents, une photo des anciens terrains Renault d’une part, une publicité pour un promoteur immobilier vendant des résidences dans le quartier du Trapèze, il fallait répondre à la question suivante : « A l’aide des deux documents ci-dessous, montrez quels sont les enjeux de l’aménagement des anciens terrains Renault, entre passé, présent et futur. N’oubliez pas que c’est une étude de documents : utilisez les documents !! »
Les documents

Doc 1  Un ouvrier venu du passé observe les transformations des anciens terrains Renault (photomontage) (photographie réalisée par un élève de 1ère ES en 2011 et qui a remporté le concours photo organisé par le lycée en 2011)




Doc 2 Publicité du promoteur Bowfounds immobilier pour la mise en vente d’appartements dans le quartier du Trapèze, lancement de l’opération le 14 octobre (capture d’écran)




Les objectifs : il s’agit, en début de Première, d’entraîner les élèves à une épreuve type baccalauréat, l’étude de documents. Cette épreuve est complexe, car les élèves ne sont pas guidés par des questions, comme c’était le cas dans les épreuves précédentes. Par ailleurs, le sujet est difficile, car il demande de mobiliser des notions géographiques (aménagement) qui ne sont pas nécessairement bien identifiées. Ce premier contrôle avait donc pour objectif d’élucider avec les élèves les attentes d’une étude de documents, et l’importance des notions étudiées. Il avait été précédé d’une étude « classique », en classe, sur les territoires de proximité, avec une étude de cas sur LE territoire de proximité du lycée : « les anciens terrains Renault ». Nous avions à cette occasion mobilisé les notions d’aménagement, de développement durable, de mémoire, de friche industrielle, et réalisé un croquis de synthèse (ci-joint). L’étude en classe avait été suivie par une étude de terrain, au terme de laquelle les élèves ont été invités à réaliser une photographie accompagnée d’une légende, qui a ensuite fait l’objet d’un « concours photo » inter-lycée. Un des documents à analyser était précisément la photo qui avait remporté le concours l’année précédente.
II/ Les résultats obtenus par les élèves


  1. Trois groupes d’élèves

  • Près de la moitié des élèves n’a pas utilisé les documents. Parmi ces élèves, les deux tiers avaient pourtant bien appris leur cours. Ils ont donc été bloqués par un problème de méthode, et de leur difficulté à comprendre les attendus de la discipline.

  • L’autre moitié de la classe a utilisé les documents, ce qui lui permet généralement d’atteindre la moyenne. Cependant, cette analyse arrive trop souvent en conclusion de partie, alors qu’elle devrait guider la réflexion.

  • Seule un élève, dont la copie est retranscrite ci-dessous, a proposé une étude de docs correspondant au niveau de complexité attendu, et a mis en relation les informations apportées par les docs avec des notions géographiques. Nous proposons la retranscription de sa copie ci-dessous.




  1. Exemple d’une bonne copie (18/20) 



En orange : utilisation de notions géographiques

En bleu : utilisation des documents

En violet : utilisation de connecteurs logiques



Le plan

La copie

Introduction

  • Amorce

  • Localisation

  • Contexte

  • Enjeux du sujet




Au XXème s, le quartier du Trapèze était occupé par les usines Renault. Aujourd’hui en reconstruction, les enjeux que représente son aménagement ont longtemps suscité de vifs débats. L’enjeu majeur du projet est le respect du développement durable, pour que les aménagements mis en place soient durables et viables à long terme, tout en respectant la mémoire industrielle du lieu.

Question

Quels sont exactement ces enjeux ?

Présentation des documents

Pour y répondre nous disposons de deux documents. Le premier est un photomontage réalisé en 2011 et le second une publicité d’un promoteur immobilier pour de nouveaux immeubles dans le Trapèze.

Annonce du plan

Tout d’abord nous nous pencherons sur les enjeux sociaux de la reconversion, puis nous poursuivrons par les enjeux environnementaux et nous finirons par les enjeux économiques.

I/ Un enjeu social
= tenir compte du poids du passé (la mémoire industrielle)

= réduire les fractures sociales et spatiales

Tout d’abord, l’aménagement du quartier présente des enjeux sociaux. A l’époque des usines Renault, le Trapèze était peuplé par ses ouvriers. La mémoire industrielle du lieu ne doit donc pas être lésée. Comme pour l’ouvrier de Renault qu’on voit sur le photomontage, la trace de Renault est encore très présente dans les esprits. Ces usines ont fait partie intégrante de la ville pendant près d’un siècle. Ensuite, les enjeux sociaux d’aujourd’hui sont aussi ceux de demain. En effet, pour éviter le « quartier dortoir », une mixité fonctionnelle du lieu est indispensable. Mais il faudra aussi veiller à une mixité sociale, pour ne pas reproduire l’effet « ghetto » du Pont de Sèvres. C’est la raison pour laquelle les promoteurs immobiliers tentent d’attirer aussi bien les cadres que les étudiants comme on le remarque dans le doc 2, en proposant aussi bien des studios que des maisons de ville. Les promoteurs doivent construire en pensant aux générations futures et à la durabilité de leurs construction tout en s’efforçant de s’adapter aux envies des générations actuelles.

II/Un enjeu environnemental
= répondre à une préoccupation environnementale ; les villes consomment des ressources mais n’en produisent pas. Il faut éviter de creuser ce déséquilibre

Le second grand enjeu de ces aménagements est le respect de l’environnement. En effet, on remarque dans la publicité que le promoteur met en avant la présence de la nature dans ses constructions immobilières par des accroches comme « portez un nouveau regard sur la nature ». Dans le passé, la nature n’était pas aussi importante qu’aujourd’hui, on le remarque bien dans le photomontage où l’ouvrier semble perdu au milieu du parc, face aux immeubles. L’enjeu environnemental est important aussi bien aujourd’hui, pour attirer les acheteurs que dans l’optique du développement durable. C'est-à-dire en veillant à ce que les constructions soient bien aux normes HQE, réalisées avec des matériaux renouvelables, près des transports en commun et des pistes cyclables. De plus, les promoteurs ont saisi l’atout que la nature représente aujourd’hui pour les potentiels acheteurs.

III/ Un enjeu économique
= le quartier doit être attractif

Pour finir, l’enjeu économique est aussi majeur dans l’aménagement du Trapèze. Il est important pour la ville de Boulogne et son image d’attirer les sièges sociaux des grandes entreprises et se placer comme vitrine de la modernité. Dans la publicité, les promoteurs s’appuient sur le design et l’architecture des nouveaux immeubles pour être surs d’attirer des acheteurs.

Conclusion

Les enjeux que représente la reconversion du quartier du Trapèze aussi bien sociaux qu’environnementaux et économiques, sont tous liés au développement durable. Les aménagements doivent respecter le passé industriel du lieu, tout en s’adaptant aux besoins actuels des générations futures sans entacher la vie des générations futures dans le quartier.


III/ La correction du devoir avec les élèves

La correction a fait l’objet d’une séance d’une heure. Après avoir explicité ce que j’attendais du devoir, j’ai distribué aux élèves la transcription du devoir de leur camarade (transcription anonymée). Ils ont eu comme consigne de repérer le plan, les mots clés, l’usage du document et les connecteurs logiques. Nous avons ensuite corrigé, et avons abouti au résultat qui est proposé ci-dessus (II/). Je leur ai ensuite demandé de faire le même exercice à la maison avec ma proposition de correction … en leur précisant que c’est en quelque sorte « un horizon d’attente », un texte réalisé par un professeur sans temps imparti.

Voici la consigne et la proposition de correction :


  1. Souligner le texte de trois couleurs différentes :




Utilisation de notions géographiques




Utilisation des docs




Utilisation de connecteurs logiques




  1. Indiquez le plan (parties / sous parties)




Plan

Proposition de correction




« Aménagement du territoire » : le géographe R.Brunet le définit comme « l’action d’une collectivité sur son territoire ». Dans le quartier du Trapèze, compris au sens large comme regroupant l’ensemble des anciens terrains Renault, il s’agit d’un véritable défi : sur cette friche industrielle de 70ha, dans une agglomération saturée, l’aménagement consiste en effet à « fabriquer de la ville ». Les réponses ont varié dans le temps, comme nous le montrent les deux documents : la photographie (doc 1) qui offre une vue d’ensemble des anciens terrains Renault, et la publicité (doc 2) qui traite plus spécifiquement du nouveau quartier du Trapèze, nous permettent de dresser un état des lieux de ces différents aménagements, passé, en cours ou à venir (1ère partie), mais aussi des logiques qui les sous-tendent, logiques patrimoniales, environnementale, mais aussi économiques (2ème partie).
Les deux documents nous permettent tout d’abord d’observer les aménagements réalisés ou en cours de réalisation sur ce territoire. Ainsi la photographie (doc 1), composée de trois plans, permet de distinguer trois quartiers, aménagés à trois moments différents (cf schéma ci-dessous).

A l’arrière-plan à gauche, le quartier du Pont-de-Sèvres, formé de tours construites dans les années 1970, lorsque prédominait l’urbanisme de dalle. Ce quartier a été le premier vendu par les usines Renault à la ville de Boulogne Billancourt, qui y a construit des logements sociaux, à une époque marquée par la pénurie de logements.

A l’arrière-plan à droite, on distingue la Tour Jean Nouvel, qui caractérise l’urbanisme de ce nouveau quartier, abandonné par les usines Renault en 1992 après près d’un siècle d’occupation, et désigné sous le nom de « quartier du Trapèze ». Ce quartier est en cours d’aménagement, depuis le début des années 2000. La fin des travaux est prévue en 2017. Le deuxième document, une publicité du promoteur Bowfounds, témoigne de l’avancée des travaux, puisque les appartements proposés ont été mis en vente très récemment le 14 octobre.

Enfin, le premier plan de la photographie (doc 1) fait apparaître un territoire encore en friche, celui de l’île Seguin, objet de nombreux débats depuis le départ de Renault. Représentant une importante réserve d’espace au cœur d’une agglomération saturée, elle est au cœur d’enjeux à différentes échelles, locale mais aussi nationale.
Schéma : les anciens terrains Renault juxtaposent trois quartiers dont l’aménagement se fait selon des temporalités différentes






Les anciens terrains Renault, abandonnés en 1992 après près d’un siècle d’occupation.

Le quartier du Pont de Sèvres, vendu par Renault dans les années 70 à la ville, qui y a construit des logements sociaux, en réponse à la pénurie de logements. Urbanisme de dalle.

Le quartier du Trapèze, un écoquartier construit depuis le début des années 2000, fin du chantier prévu en 2017

L’Ile Seguin, un terrain encore en friche, et dont l’aménagement fait l’objet de débats depuis 20 ans, à l’échelle locale et nationale.


Au-delà de la différenciation spatiale et temporelle des anciens terrains Renault, la photographie (doc 1) met en évidence l’un des enjeux qui sous-tend l’aménagement de ce territoire, un enjeu patrimonial. En effet, la photographie, réalisée par deux élèves du lycée, est un photomontage mettant en scène un ouvrier qui, revenu du passé, observerait avec stupeur ce qu’est devenu son lieu de travail. On voudrait rassurer cet ouvrier, et lui dire qu’il reste des traces de son lieu de travail. C’est une des questions qui s’est posée aux aménageurs : faut-il faire table-rase du passé, et éliminer toute trace du passé industriel de la ville, profitant ainsi pleinement de la réserve d’espace rendue disponible par le départ des usines Renault, ou faut-il conserver la mémoire et protéger ce qu’on appelle depuis peu « le patrimoine industriel » ? Cette préoccupation est nouvelle ; on peut la faire remonter en France aux années 80, lorsqu’on décide de ne pas détruire la gare d’Orsay mais de la transformer en musée, là où quelques années auparavant on avait détruit sans état d’âme les Halles construites par Baltard. Elle se traduit à Boulogne par la conservation du pont Daydé, ou le porche d’entrée de l’usine, formes emblématiques du quartier, ont été conservés. La photographie présentée ici à l’analyse (doc 1) témoigne de cet intérêt porté à la reconversion d’un ancien terrain industriel : celle de ses auteurs, mais aussi celle du jury, qui lui permet de remporter le « concours photo » 2011. Il est d’ailleurs significatif que l’autre photo vainqueur ex-aequo du concours représente ce fameux pont bleu, à l’architecture métallique.
Une autre logique, environnementale, entre en jeu dans l’aménagement des anciens terrains Renault, comme le montre la publicité (doc 2). La préoccupation environnementale, qui émerge en 1992 (sommet de la Terre, Rio), est à l’origine d’un nouveau concept, celui de ville durable (Charte d’Aalborg, 1994). Une ville est « durable » si elle prend en compte conjointement des enjeux sociaux (mixité sociale), environnementaux (faible empreinte écologique) et économique (attractive pour les entreprises). La publicité témoigne de la préoccupation environnementale, par son slogan : « portez un nouveau regard sur la nature », « bien être et nature », « un nouvel art de vivre », mais aussi par le choix des photographies, qui insistent sur la présence de la végétation et par la charte graphique de la publicité, réalisée sur un fond vert. Pourtant, une lecture plus critique du document fait jaillir un doute sur la sincérité du promoteur immobilier  dans sa préoccupation de durabilité, qui entre en tension avec une logique économique. En effet, la publicité s’adresse à des cadres : « parquet en chêne dans toutes les pièces », « duplex en attique », « terrasses panoramiques », et l’argument environnemental devient alors une plus-value, permettant « une qualité de vie tellement nouvelle ». Quant à la ville, ne s’agit-il pas pour elle, en attirant des cadres au prétexte de mixité sociale, des sièges sociaux de grandes entreprises au prétexte de viabilité économique, de créer de la puissance sous couvert de durabilité ? L’écoquartier pérenniserait, au lieu de la résoudre, la fracture sociale et spatiale des anciens terrains Renault. Cependant, la réhabilitation en cours du quartier du Pont de Sèvres, et la construction de logements sociaux dans le quartier du Trapèze laisse espérer une véritable préoccupation sociale et environnementale.
Ainsi, le terrain de 70ha laissé par Renault place les aménageurs face à un véritable défi, auquel ils ont répondu différemment selon les époques (années 70, années 90, aujourd’hui) et selon les contextes. Aujourd’hui, logiques patrimoniales et environnementales se conjuguent. Cependant, la logique économique représente une force puissante, qui pourrait faire du quartier du Trapèze un quartier privilégié par les cadres aisés et les sièges sociaux, au détriment de la nécessaire mixité sociale et fonctionnelle, qui seule confère à la ville son urbanité. Les docs 1 et 2 illustrent ces multiples tensions auxquels doit faire face notre société, quant elle tente de fabriquer, ex nihilo, une ville « nouvelle ».


Ccl : ce travail méthodologique a permis de préciser les attendus de la discipline. Il s’agit, pour reprendre l’expression du didacticien D.Cariou qui a publié récemment un ouvrage sur l’écriture scolaire de l’histoire, de « vendre la mèche ».

similaire:

Un ouvrier venu du passé observe les transformations des anciens terrains Renault (photomontage) (photographie réalisée par un élève de 1ère es en 2011 et qui a remporté le concours photo organisé par le lycée en 2011) Doc 2 iconPrix du roman Fnac 2011, prix roman France Télévisions 2011, prix
«J’ai reussi à rester en vie», Joyce Carol Oates (1938 …), traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Claude Seban, éd. P. Rey, 2011

Un ouvrier venu du passé observe les transformations des anciens terrains Renault (photomontage) (photographie réalisée par un élève de 1ère es en 2011 et qui a remporté le concours photo organisé par le lycée en 2011) Doc 2 iconSynthèse des échanges réalisée par Zone Franche
«Cultures et migrations» : un débat à Babel Med organisé par le magazine La Scène

Un ouvrier venu du passé observe les transformations des anciens terrains Renault (photomontage) (photographie réalisée par un élève de 1ère es en 2011 et qui a remporté le concours photo organisé par le lycée en 2011) Doc 2 iconLe programme d’action du cnr, adopté le 15 mars 1944, a posé les...
«Pour que jamais on n’oublie» : 50e anniversaire du concours national de la Résistance et de la déportation (1961-2011), 2011

Un ouvrier venu du passé observe les transformations des anciens terrains Renault (photomontage) (photographie réalisée par un élève de 1ère es en 2011 et qui a remporté le concours photo organisé par le lycée en 2011) Doc 2 iconIdentifier et expliciter les valeurs éthiques et les principes civiques en jeu
«Chaque jour, deux Aylan» : Qui est Aylan ? Quelle question a soulevé la publication de sa photo ? Pourquoi publier de nouveau une...

Un ouvrier venu du passé observe les transformations des anciens terrains Renault (photomontage) (photographie réalisée par un élève de 1ère es en 2011 et qui a remporté le concours photo organisé par le lycée en 2011) Doc 2 iconBmw motorrad France présente la r nineT custom "L'Echappée Belle" réalisée par ose
«R ninet custom Contest» : un concours ouvert à tous les préparateurs indépendants de France. A l’issue d’une sélection des meilleurs...

Un ouvrier venu du passé observe les transformations des anciens terrains Renault (photomontage) (photographie réalisée par un élève de 1ère es en 2011 et qui a remporté le concours photo organisé par le lycée en 2011) Doc 2 iconDans le cadre du Projet Pédagogique 2011-2012 : «Vision d’avenir»
«baisses» qui allaient fournir une partie des oseraies travaillées par les vanniers de L ‘époque

Un ouvrier venu du passé observe les transformations des anciens terrains Renault (photomontage) (photographie réalisée par un élève de 1ère es en 2011 et qui a remporté le concours photo organisé par le lycée en 2011) Doc 2 iconReglement du jeu-concours «Noël 2009»
«ubisoft», et est représentée en sa qualité de Directeur Général par Geoffroy Sardin, organise un Jeu-Concours gratuit et à l’occasion...

Un ouvrier venu du passé observe les transformations des anciens terrains Renault (photomontage) (photographie réalisée par un élève de 1ère es en 2011 et qui a remporté le concours photo organisé par le lycée en 2011) Doc 2 iconCdi du lycée René Cassin
«Grand Empire de Napoléon». Urbanisation, grands monuments, on découvre les grandes transformations opérées par Napoléon !

Un ouvrier venu du passé observe les transformations des anciens terrains Renault (photomontage) (photographie réalisée par un élève de 1ère es en 2011 et qui a remporté le concours photo organisé par le lycée en 2011) Doc 2 iconProgramme n° 7 parution juillet/aout 2011 et abonnements saison 2011/2012

Un ouvrier venu du passé observe les transformations des anciens terrains Renault (photomontage) (photographie réalisée par un élève de 1ère es en 2011 et qui a remporté le concours photo organisé par le lycée en 2011) Doc 2 iconConcours national de plaidoiries contre la peine de mort
«Concours de plaidoiries contre la peine de mort». IL est organisé par le ministère des affaires étrangères et le ministère de l’éducation...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com