Culture : nouvelles générations





télécharger 340.14 Kb.
titreCulture : nouvelles générations
page1/10
date de publication06.11.2017
taille340.14 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > documents > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10
Couverture

Culture : nouvelles générations

Ah !,

ma

Saône…

page 8
18 ans,

et maintenant ?

page 9

L’ONG

qui ne lâche rien

page 14
L’eau

en grande pompe

page 42

Nord-sud :

coopérer utile

page 46

Instants volés

Chapeau !

Sa haute taille est

à la mesure de son humilité, de sa sincérité, de son respect pour le cinéma et ceux qui l’ont fait avant lui. «Je remercie Gérard Collomb de soutenir ce festival qui est magnifique car

il n’y a ni perdant, ni gagnant…, sauf moi». Sur le visage de Clint Eastwood, l’émotion est palpable lorsque le Maire de Lyon lui remet le prix Lumière pour l’ensemble de son œuvre.
Palme d’or à “Lumière 2009”

Que des stars se soient bousculées, dans la bonne humeur, non pour promouvoir leur dernier film mais pour partager avec le public lyonnais le plaisir de voir la programmation de Thierry Frémaux, quel gage de réussite ! Pertinence du concept, “le patrimoine cinématographique”, légitimité (depuis 1895 !) de la ville d’accueil, la première édition du “Grand Lyon film festival Lumière 2009” récompense… une si longue attente. Du 13 au 18 octobre, le festival a attiré 40 000 spectateurs dans les salles de l’agglomération.
Fauve qui peut…

Pour une fois, les hommes étaient privés de course ! Place à la première édition de la course des Lyonnes. 800 participantes crinière au vent ! Un succès fou dans un parc de la Tête d’or tombé sous le charme des performances comme de l’élégance d’une compétition qui offre, une fois n’est pas coutume, un joli dimanche matin à ses dames pour faire leur course. Belle initiative du club de Lyon athlétisme.
Fierté potagère

On s’est bien humussé. Après la signature d’une convention avec la Mairie du 1er pour cultiver le site de la Muette, on a pique-niqué au jardin… des plantes. Puis ce fut la “Garden pride” sur les berges du Rhône. Une fierté relayée à Lyon par l’association Passe-jardins, Lyon qui doit maintenant friser la trentaine de jardins partagés, ces petits morceaux de ville où des citadins font pousser la campagne (voir notre édition d’octobre 2009 page 47).
La traversée des maires du Sud

Pour faire le point de la coopération décentralisée, des maires du Sud, dont une majorité d’élus de l’Afrique

sub-saharienne, sont venus jusqu’à Lyon. Reçus à l’Hôtel de Ville par Hubert

Julien-Laferrière, ils ont montré les

réelles avancées qu’apporte désormais “le transfert de maîtrises d’ouvrage”. Preuve, une fois de plus, qu’entre communes, développées ou en développement, on se comprend

(lire page 46).
Savoureux bleu

Pas une minute de répit pour les personnes âgées lors de leur Semaine bleue ! Après une séance de tai chi sur les berges du Rhône en guise d’amuse-bouche puis une marche nordique, les aînés ont pu savourer, à la carte, la farandole d’animations servies à leur intention dans tous les arrondissements. Pour finir par déguster, à l’heure du thé, un après-midi dansant dans les salons de l’Hôtel de Ville. Fait bon être âgé…
Double foyer

pour les canuts

De 120 à 250 m2. Pour mieux accueillir les touristes et les Lyonnais - 30 000 visiteurs en 2008 -, la Maison des canuts a doublé sa surface et rénové ses locaux. Désormais l’histoire de la soie

se présente sous toutes ses coutures. L’agrandissement de cet élément fort du patrimoine lyonnais, qui s’inscrit dans le cadre plus large du projet “Pôle soie et canut”, a été inauguré comme il se doit par le premier des gones, Gérard Collomb.
L’amour au tournant

Rapprochement de raison et finalement mariage d’amour, à Bellecour, entre le village de

l’Eco-mobilité et celui de la sécurité des déplacements. Et le bébé s’appelle Fête des transports. Le sacre du “bouger en ville” façon développement durable et du respect des règles élémentaires de sécurité routière. L’amorce d’un salutaire virage dans les comportements urbains.
Vous arrivez ?

Nous arrivons…

L’Hôtel de Ville dans le rôle d’hôtesse d’accueil pour néo-Lyonnais, la journée des nouveaux arrivants s’installe ici comme une belle tradition. Visite des salons, stands de présentation pour plus de 40 institutions culturelles, projections vidéo et un petit coucou du Maire en prime…, séquence séduction pour les 4 400 visiteurs d’une édition aussi intergénérationnelle qu’internationale.

Sommaire

Editorial

de Gérard Collomb

page 7

Actions

Aménagement :

ah !, ma Saône…

page 8

Jeunes : 18 ans, et maintenant ?

page 9

8 décembre : étreindre la lumière

page 10

Tour de chantiers

page 11

A l’eau dès l’aube

Page 12

Entretiens Jacques Cartier : pour durer

page 13

Acteurs

Amnesty international : l’ONG qui

ne lâche rien

page 14

dossier

Culture : nouvelles générations

Pages 16 à 19

Quartiers

L’actualité

près de chez vous

page 20

Arrondis­­sements

Infos des mairies

page 31

Libre expression

page 40

Envers

L’eau

en grande pompe

page 42

Sortir

En novembre

page 43

vu d’ailleurs

Nord-sud : coopérer utile

Page 46
Dialogues

“Lumière 2009”, Lyon décroche le premier rôle

Claudia Cardinale, Clint (et Kyle) Eastwood et aussi : Asia Argento, Samuel Benchetrit, Clotilde Courau, Alfonso Cuaron, Jean-Pierre et Luc Dardenne, Raymond Depardon, Cécile de France, Laurent Gerra, Xavier Giannoli, Irène Jacob, Benoît Jacquot, Jean-Michel Jarre, Marthe Keller, Emir Kusturica, Claude Lelouch, Thierry Lhermitte, Gaspar Noé, Melvil Poupaud, Marjane Satrapi, Paolo Sorrentino, Agnès Varda, Régis Wargnier… ce sont quelques-unes des stars qui se sont jointes aux 40 000 Lyonnais et Grands Lyonnais pour la première édition du “Grand Lyon film festival Lumière 2009”. Un festival dont le public et les stars - ensemble - honorent Lyon.
Editorial de Gérard Collomb

Aux nouvelles générations

Le 21 novembre, je recevrai à l’Hôtel de Ville les jeunes Lyonnais atteignant l’âge de la ­majorité en 2009. Par cette journée, pilotée par mon adjointe Najat Vallaud-Belkacem, la Ville de Lyon prend l’initiative de marquer d’un temps fort une étape essentielle de la vie citoyenne. Il s’agit à la fois : de faire prendre conscience à nos jeunes compatriotes que l’accession à la majorité les engage vis-à-vis du corps social tout entier, des lois de la République, des droits et devoirs de chacun ; et de les inviter à devenir acteurs de la vie citoyenne, à s’impliquer dans l’action collective et y prendre leur part de responsabilité.
En recevant les jeunes Lyonnais dans la maison commune, nous leur offrons un espace de ­rencontre avec les forces vives de notre Cité et un ­espace d’expression qui leur permettra de nous faire part de leurs aspirations, de leurs interrogations. Je pense que c’est par l’échange et le dialogue que nous pouvons intéresser la jeune génération à la chose publique. Et, de la part de leurs aînés, par l’humilité. Celle que doit inspirer la conscience du temps qui passe. Ce 21 novembre, mes collègues et moi-même redirons à nos jeunes hôtes qu’ils seront ­bientôt nos ­successeurs, qu’ils doivent s’en convaincre et s’y préparer. Car c’est à nous de les ­inciter et de les aider à prendre notre place.
La conscience du temps qui passe doit ­inspirer aussi notre rapport avec la culture. Lecteur, ­visiteur, auditeur, spectateur ou pratiquant en puissance, il n’est jamais trop tard ni trop tôt pour franchir ce pas vers la ­culture que la collectivité s’efforce de rendre toujours

plus aisé à tous. Créateur, acteur culturel confirmé ou émergent, rien en la matière n’est jamais acquis, ni dû (NDLR : lire pages 16 à 19). Le renouvellement, ­l’humilité devant l’éphémère, entre ceux qui nous ont précédés et ceux qui nous succèderont sont indissociables de la ­création ­artistique. Là encore, pensons aux générations à venir. Ils sont en droit d’attendre qu’à leur tour ils ­puissent donner libre cours à leur créativité et se voir léguer un patri­moine ­préservé. La réussite de notre premier festival de ­cinéma “Lumière 2009” est à cet égard une véritable ­révélation.

Le Maire de Lyon
“Préparons les

jeunes à prendre

toute leur place ”
Projets et actions pour la ville
Ah !, ma Saône…

Dans les 4 ans qui viennent, on pourra cheminer au bord de la Saône de la Confluence à l’Île-Barbe. Dix kilomètres (pour commencer) de balade en amoureux. Comme en général ils sont pressés, plusieurs aménagements transitoires vont permettre de boucler le parcours sans attendre l’achèvement final des gros chantiers.

Le long de la rivière qui coule en son milieu, Lyon aligne les plus beaux fleurons de son patrimoine. Pour les mettre en valeur, l’homme a coloré les façades qui

les encadrent et la nature garni de vert tendre tous les intervalles. Ce paysage, il n’y a qu’en bateau qu’on peut vraiment l’apprécier… Pour l’instant. Car dans les 4 ans qui viennent, chacun pourra en profiter tout au bord et comme au fil de l’eau, de la Confluence à l’Ile-Barbe, rive gauche sans discontinuer. «Dédiées à la flânerie, plus intimes, respectueuses de la nature même de la rivière, les rives de Saône affirmeront ainsi leur caractère, différent de celui des berges du Rhône largement ouvertes à la déambulation», annonce le président du Grand Lyon, Gérard Collomb. Dès le printemps 2010, tous les sites accessibles vont être toilettés pour rendre le cheminement confortable, dotés d’une signalétique et du mobilier urbain adapté. Pour relier ces sites entre eux et assurer la

continuité du parcours ­piéton, des estacades ­(similaires à celle qui

longe la piscine du Rhône) vont être mises en place sur 1,7 km là où le bas-port s’interrompt (ce qui contraint le promeneur à monter sur le quai haut puis à redescendre).
Points de vue

Préfiguration de la future esplanade St-Antoine, longue de 450 m, l’estacade la plus étonnante va être installée en encorbellement de l’actuel parking, le temps de mener à bien le chantier de son successeur. Celui-ci sera creusé en amont du pont Maréchal-Juin, sans impact pour le marché, et offrira le même nombre de places (800). L’ancien parking ne fermera qu’une fois le nouveau achevé. Entretemps, grâce à l’estacade, les Lyonnais auront déjà profité du ­panorama sur la rivière

et du point de vue sur la rive d’en face ; là aussi, avant que ne soient entrepris la reconstruction du parking et l’aménagement de l’esplanade, un vaste seuil transitoire assurera une jonction harmonieuse entre le débouché de la passerelle et le parvis du Palais de justice.

Dans le même temps

seront engagés la jonc­tion Kitchener - Marchand, la requalification du

bas-port Gillet, le “chemin nature” 4e - Caluire et, à hauteur de l’Île-Barbe, l’amé­nagement de l’ancienne écluse. A suivre…


Et en amont ?

Naturellement, en amont de la limite communale, la recon­quête des rives de Saône est programmée en cohérence avec celles de Lyon : valorisation de la promenade de Fontaines-sur-Saône, de celle des guinguettes puis de la “loupe” d’Albigny, vaste territoire dédié aux activités nature et nautiques, refonte des marches de Neuville…

Garibaldi :

feu vert

C’est ce mois que sont lancés par le Grand Lyon la concertation et l’appel d’offre maîtrise d’œuvre pour la requalification de la rue Garibaldi entre la rue Vauban et l’avenue Berthelot. Il s’agit de transformer “l’autoroute urbaine” en un axe apaisé, avec pistes cyclables et couloirs de bus, ponctué d’espaces publics requalifiés (parvis des halles, espla­nade de l’auditorium, place des Martyrs-de-la-Résistance). Premier coup de pioche : 2012.

La chapelle

aussi

Tandis que vient d’être approuvé le projet de reconversion et de restauration de l’Hôtel-Dieu (voir notre édition d’octobre 2009 pages 8 et 21), les Hospices civils de Lyon se préoccupent aussi de la chapelle qui fait, quant à elle, l’objet d’un projet de restauration spécifique. Pour contribuer à le financer, les HCL proposent désormais une visite commentée de ce joyau du baroque tous les mardis de 14h à 15h. La participation demandée (10€) sera entièrement attribuée aux travaux. Rendez-vous à 13h45 au musée des Hospices civils, 1 place de l’Hôpital.

Informations, réservations :

04 72 41 34 98
18 ans, et maintenant ?

Avoir 18 ans, c’est atteindre la majorité et accéder à la citoyenneté. Pour marquer cette étape essentielle de la vie, la Ville de Lyon prend l’initiative d’une “Journée d’accès à la citoyenneté”. Tous celles et ceux qui ont eu ou vont avoir 18 ans en 2009 sont invités.

Hormis l’inscription sur les listes électorales et la Journée d’appel et de préparation à la Défense nationale, qu’est-ce qui marque réellement le passage à la majorité ? C’est pour combler un vide manifeste et répondre à une légitime attente de repères et

de reconnaissance des jeunes que Najat Vallaud-Belkacem, Adjointe au maire déléguée à la Jeu­nesse, met en place une journée annuelle. Pour la première, elle les invite le 21 novembre à l’Hôtel de Ville : afin de «faire de ­l’accès à la majorité et à la citoyenneté un temps fort dans la vie de chacun à ­travers un moment officiel et républicain».
Interactif

Officiel mais pas ennuyeux. Les maîtres-mots seront échanges, ­dialogue, dé­bats. Avec des élus, dont

le Maire de Lyon qui les accueille, et de multiples acteurs ­représentatifs de la vie de la Cité. Espaces ­initiation et ­d’approfon­dis­sement de la citoyenneté (droits, devoirs), ­engagement ­associatif,

prise de ­responsabilité

et aussi ­information sur

la vie ­culturelle, sociale, ­événementielle…

Ni stands, ni conférences magistrales mais bien ­

plutôt interactivité, speed-datings, ­participation.

Le tout ­ponctué d’animations et de quelques surprises qui démontreront que l’on peut devenir et se sentir responsable tout en passant un moment disons : agréable (et non pas “fun”) pour n’être pas taxé de ­jeunisme.

Toutes les Lyonnaises et tous les Lyonnais âgés

de 18 ans en 2009, qu’ils soient ou non de natio­nalité française, ont été invités par courrier.

Mais sur plus de 4 500 jeunes concernés, certains ont pu “passer à travers”.

Qu’ils n’hésitent donc

pas à se manifester au

04 72 10 30 30 ou à

18ansalyon@mairie-lyon.fr.

Le 21 novembre de 14h à 18h à l’Hôtel de Ville (entrée place de la Comédie)
Meilleur ouvrier de France,

pourquoi pas moi ?

Vitrine de l’excellence professionnelle, le concours de Meilleur ouvrier de France est un véritable label de la qualité française. Mais qui peut concourir ? Beaucoup plus de monde qu’on ne pense. Femme ou homme âgé de 23 ans minimum et de nationalité française ou résidant en France depuis plus de 3 ans, le candidat peut être artisan, salarié, patron enseignant ou même retraité, dans 138 métiers y compris berger, conseil en domotique, barman ou constructeur de voies urbaines… Le tout est d’être très bon. Particulièrement fertile en MOF, la région lyonnaise rayonne dans le monde grâce à de nombreux professionnels qui sont tout simplement les meilleurs dans leur discipline. Pour les inscriptions, c’est maintenant et jusqu’au 31 décembre. Modalités en ligne.

www.meilleursouvriersdefrance.org et www.mof69.fr

Ko debout !

C’est la promesse de la Nuit du zapping qui revient avec 6 heures d’images cultes, déra­pages télévisuels, fous rires en rafales. Au profit de Solidarité sida, pour faire reculer le VIH et pour la prévention. Le 20 novembre à l’Amphi 3 000. Points de vente habituels.

www.lanuitduzapping.com

Sida :

on ne lâche pas

En France, 7 000 nouvelles conta­minations par an alors que 150 000 personnes vivent déjà avec le VIH. La mobilisation reste indispensable.

Le 1er décembre, tous les acteurs seront sur le pont pour continuer d’informer le public et manifester leur solidarité, toujours sur le mode ludique : jonglerie alternant avec des messages, photophore, chaîne de solidarité en forme de ruban rouge… De 18h à 20h place des Terreaux.

06 11 71 54 00 et www.sidaction.org

Archi-jeunes

Tous les 2 ans, le prix des “Nouveaux albums” est décerné à de jeunes professionnels ayant fait preuve d’innovation architec­turale. Cette année, 15 équipes d’architectes et 5 de paysagistes ont été distinguées. C’est leur travail qui est exposé au CAUE par la Cité de l’architecture sous la forme d’un gigantesque jeu de mikado éclairé par un puits de lumière. A découvrir pour anticiper notre façon d’habiter demain. Jusqu’au 21 novembre au Conseil d’architec­ture, d’urbanisme et de l’environnement, 6 bis quai St-Vincent (1er). Du mardi au vendredi de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h, samedis de 14h à 18h.

  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

similaire:

Culture : nouvelles générations icon2°pro – Géographie
«répondre aux besoins des générations actuels sans compromettre la possibilité de répondre à ceux des générations à venir» Commission...

Culture : nouvelles générations iconNouveaux musees, nouvelles eres urbaines, nouvelles mobilites touristiques

Culture : nouvelles générations iconUne définition de la culture
«culture savante» ou «légitime» pour désigner les savoirs et les dispositions esthétiques des personnes à haut niveau d’instruction....

Culture : nouvelles générations iconA. La culture comme éducation de l’homme par la société 7
«la culture, c’est ce qui reste quand on a tout oublié»1, et que l’on peut insister, comme le fait Nietzsche, sur le lien étroit...

Culture : nouvelles générations iconA. La culture comme éducation de l’homme par la société 7
«la culture, c’est ce qui reste quand on a tout oublié»1, et que l’on peut insister, comme le fait Nietzsche, sur le lien étroit...

Culture : nouvelles générations iconLe problème des générations

Culture : nouvelles générations iconLe jeu technocratique de la construction des nouvelles régions sur...

Culture : nouvelles générations iconSa présidence de la Maison de la culture du Havre de 1983 à 1985...
«Culture et monde du travail» qui eurent lieu au Havre, sous l’égide du ministère de la Culture. IL démissionna de ses fonctions...

Culture : nouvelles générations iconL'atelier philo inter-générations : un exemple sur le bonheur

Culture : nouvelles générations iconOgm : une responsabilité envers les générations futures






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com