D françoise court perez responsable pédagogique Université de Rouen





télécharger 490.83 Kb.
titreD françoise court perez responsable pédagogique Université de Rouen
page6/9
date de publication07.11.2017
taille490.83 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > documents > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9

Conditions d’accès


En master 1-maîtrise : de plein droit à partir de la licence ; validation des acquis.

En master 2 : de plein droit à partir du master 1 (par dérogation, accès possible à partir de 75% des ECTS et de l’existence d’un projet de recherche viable) ; validation des acquis.

Inscription


L’étudiant remplit une fiche d’inscription pédagogique. Cette fiche lui permet de faire ses choix, qui sont validés par son directeur de recherche puis par le responsable de la spécialité.

L’étudiant peut ensuite procéder à son inscription pédagogique au secrétariat du département de Lettres modernes et à son inscription administrative au service de la scolarité, puis à son inscription au service du télé-enseignement.

Dispenses obtenues grâce aux concours

Les étudiants inscrits en master 1 et à la préparation au CAPES obtiennent en cas d’admissibilité la dispense des unités autres que le dossier de recherche et leur module de spécialité (MS 1 ou MS 2), qu’ils doivent donc valider normalement. L’admission au CAPES donne l’équivalence du master 1ère année.

Les étudiants inscrits en master 2 et à la préparation à l’agrégation obtiennent, sur examen des résultats obtenus à l’Université au cours de l’année de préparation, la dispense des unités autres que le mémoire de recherche. L’admissibilité à l’agrégation donne l’équivalence du master 2ème année à l’exception du mémoire de recherche. L’admission à l’agrégation donne l’équivalence du master 2ème année ; nous recommandons cependant aux agrégés de suivre le master 2 afin de ne pas consacrer une année de thèse aux préparations et adaptations nécessaires.
Université de Rouen
UFR de Lettres et sciences humaines
76821 Mont-Saint-Aignan CEDEX
MASTER Mention « Textes et langues »

1ère année : master 1-maîtrise

Enseignements de tronc commun par télé-enseignement



Année universitaire 2005-2006


Si ce document ne répond pas à toutes vos questions, adressez-vous au responsable de la formation Jean-Claude Arnould (jeanclaude.arnould@voila.fr)

Master 1-maîtrise



Semestre / UE


Intitulé



Volume

horaire


Contenu



Code


Coeff.


ECTS

1er semestre




















Tronc commun




Poétique, esthétique et civilisation : « Le genre »



72

Litt. fr. et comparée
L.classiques

Philosophie

Anglais

Allemand

Espagnol

LMO5110

LCL5110

LPH5110

LGB5110

LDA5110

LSP5110


2


15


Tronc commun

Nouvelles technologies appliquées à la recherche

24



LMO5101

0,5

5


Tronc commun




LV pour la recherche



12

Anglais

ou
Allemand

ou

Espagnol

ou

Italien


LMO510A

ou LGB516 A
LDA511A
LSP511A
LMO511A


0,5


5



Enseignements et évaluation
Poétique, esthétique et civilisation, « Le genre »

Cours livré à partir du 15 octobre

Daniel Mortier LMO5110 : Dans cette intervention, on abordera les questions de la définition et de la délimitation des genres. On verra d'abord les principales théories des genres proposées au cours des siècles (entre autres celles de Platon, Aristote, Hegel, Jolles, Hamburger, Frye et Schaeffer). Ensuite, on tentera de faire le point sur l'approche actuelle des genres. Enfin, on relèvera les problèmes que posent certains genres ou sous-genres particuliers : le conte, le drame et le roman d'éducation.

Chantal Foucrier LMO5110 : Retour aux sources du roman : l'Utopie et l'Histoire. Réflexion théorique sur les aspects polymorphes et l'identité problématique du roman, « genre indéfini » voire « indéfinissable » selon Marthe Robert (Roman des origines et origines du roman, 1972). En témoigne, par exemple, la double dénomination anglaise : romance vs novel. Le désir de vraisemblance, dans la fiction romanesque, est-il plus légitime que le choix de l'irréalité et de l'incroyable ? Pour interroger cette tension fondatrice, on reviendra aux sources du genre et, notamment, aux deux types de discours souvent allégués par la critique, illustrant l'un l'illusion réaliste (l'Histoire), l'autre la création de mondes imaginaires (l'Utopie). Les littératures occidentales offrent de nombreux exemples littéraires qui permettront d'examiner comment le roman a su intégrer ces deux formes d'expression, s'en démarquer et les remodeler à son usage, sans véritablement pouvoir s'en affranchir.

Philippe Brunet LCL 5110 : La naissance des genres dans la littérature grecque. On s'interrogera sur la pertinence de la notion de genre dans le cas des littératures anciennes. La parole des poètes et des premiers prosateurs de la Grèce archaïque (invention, forme, énonciation, agôn, performance) peut-elle se réduire aux définitions du genre dans la tradition esthétique et littéraire (d'Aristote à Hegel) ? Ce qui se constitue lorsque l'espace de la mimésis donne lieu à une reprise, à une greffe, à un transfert, dont le cas de la bucolique, de Théocrite à Virgile, relève-t-il du « genre » ?

Emmanuel Dupraz LCL 5110 : Les genres littéraires à Rome : entre la littérature grecque et la littérature européenne. On tentera d’examiner l’évolution des principaux genres littéraires dans la littérature antique. A Rome, la littérature est une institution d’origine grecque. Plus précisément, la littérature romaine hérite des genres littéraires tels qu’ils sont perçus et pratiqués à l’époque hellénistique. A la suite des écrivains hellénistiques, les écrivains romains font subir aux genres littéraires grecs une inflexion nette, en les détachants de la pratique sociale à laquelle ils s’intégraient originellement dans la cité grecque classique. Les genres littéraires tendent à être cultivés pour eux-mêmes, indépendamment de toute circonstance ritualisée et de toute cérémonie collective. C’est cette conception des genres littéraires qui fut reprise par les différentes littératures de l’Europe moderne.
Anne-Marie Paquet-Deyris LGB5110 : Esthétique de la narration dans la nouvelle américaine. Définir la forme de la nouvelle, et donc la définir aussi comme genre a toujours été problématique. Depuis sa naissance au début du XIXe siècle sous la plume d'écrivains américains comme Edgar A. Poe, Herman Melville, Washington Irving ou Nathaniel Hawthorne, ce nouveau genre s'est vu définir avant tout comme la structure élémentaire, matricielle en quelque sorte, de toute fiction issue du conte de fée et du mythe. Mais si elle a toujours été considérée comme une forme restée très proche du récit mythique primaire, ses principales caractéristiques ont-elles aussi toujours été fondamentalement différentes de celles du roman ou de la "romance" (au sens médiéval de récit courtois ou de roman à haute teneur symbolique et allégorique dont La Maison aux Sept Pignons de Hawthorne serait un peu l'archétype).
S'il faut définir le processus à l'oeuvre dans la nouvelle, on dira qu'il y a compression du temps et de l'histoire plutôt qu'expansion, et concentration plutôt que redistribution des éléments.
Recueil à se procurer :

- Welty, Eudora. L’Homme pétrifié. Nouvelles. Paris : Flammarion, 1986.

1- Introduction au genre de la nouvelle

Textes d'analyse :

2- Analyse de la première nouvelle : Eudora Welty, USA, 1941 : « Le Sifflet », pp. 132-40

3- Analyse de la deuxième nouvelle : Eudora Welty, USA, 1939 : « La Clef », pp. 82-98

Bibliographie sélective :

- Bonheim, Helmut. Techniques of the Short Story. Cambridge: D. S. Brewer Publisher, 1982. - Carmignani, Paul. Aspects de la Nouvelle (II). Cahiers de l'Université de Perpignan N° 18. 1er semestre 1995.

- Goyet, Florence. La nouvelle 1870-1925, Description d’un genre à son apogée. Paris : PUF, 1993.

-Grojnowski, Daniel. Lire la nouvelle. Paris : Nathan Supérieur, 2000.

- Hanson, Clare, ed. Re-reading the Short Story. Basing Stoke, Hampshire: MacMillan, 1989.
- Lofhafer, Susan, ed. Short Story Theory at a Crossroads. Baton Rouge: Louisiana State University, 1989.

- O'Connor, Frank. The Lonely Voice. A Study of the Short Story. London: MacMillan, 1963.

Nicole Terrien LGB5110 : Le genre du roman. Il y a nécessité pour le roman du XVIIIe siècle d'inclure dans son intrigue une réflexion sur lui-même afin de se définir comme nouveau genre, ce que signifie littéralement le mot « novel » en anglais. Partant des deux exemples les plus connus, The Life and Opinions of Tristram Shandy de Sterne (1759-67) et Tom Jones de Fielding (1749), nous verrons quelques unes des grandes lignes de cette déclaration identitaire. Bien implanté au XIXe siècle, le roman continue néanmoins cette entreprise et souligne le déroulement de son intrigue par un discours théorique, comme s'il y avait besoin de guider le lecteur. Vanity Fair de Thackeray (1847-48) et Oliver Twist de Dickens (1837-8) mettent en relief le double enjeu de la littérature, déjà posé par Aristote : plaire et instruire. Le roman contemporain renouvelle ce plaisir du texte à se dire lui-même, perpétuant la tradition tout en mettant le lecteur au centre de cette démarche, comme le montrent The French Lieutenant's Woman de Fowles (1966) et The Biographer's Tale de Byatt (2000).

Anne-Marie Vanderlynden LSP5110 : Un sous-genre littéraire à l’aune de la narratologie : le récit prosaïque bref de fiction. Si pour Michel Butor (1960), « le récit est un des constituants essentiels de notre appréhension de la réalité », pour Paul Ricoeur (1986) par ailleurs, « …la compréhension de soi est médiatisée par la réception conjointe – dans la lecture en particulier – des récits historiques et des récits de fiction ».

Le récit prosaïque de fiction, qui trouve sa place dans un grand nombre de genres et de sous-genres littéraires, informe majoritairement les œuvres s’inscrivant dans le champ du genre romanesque. J’étudierai quelques-unes des structures narratives que permettent d’illustrer certaines nouvelles (« cuentos ») du recueil de Juan Marsé Lieutenant Bravo (Christian Bourgois, Paris, 2004). Cela devrait permettre de contribuer à établir la poétique de cet auteur et, au-delà, à retravailler de manière infime, un sous-genre prisé par les hispanophones.

La voie du genre littéraire sera donc volontairement empruntée à contre-sens.
Françoise Rétif LDA5110 : Les genres romantiques. On étudiera essentiellement le roman et le conte, les deux genres emblématiques du romantisme. Le nom de romantisme, on le sait, renvoie non seulement à la langue romane, mais aussi au genre du roman. Analyser le roman romantique, c’est donc s’interroger en premier lieu sur la conception romantique de la littérature, ou plutôt sur ce que les “ premiers romantiques ” appelaient la “ poésie universelle progressive ”, c’est-à-dire, en d’autres termes, sur la conception de l’œuvre à l’origine de la modernité littéraire. C’est aussi étudier la tâche clairement synthétique et transgénérique assignée au roman, en prenant l’exemple du Lucinde de Friedrich Schlegel. C’est en outre, en s’aidant de la lecture post-moderne développée par Maurice Blanchot et, dans son sillage, Philippe Lacoue-Labarthe et Jean-Luc Nancy [L’absolu littéraire, 1978] s’intéresser à la tension entre visées synthétique et fragmentaire qui parcourt le premier romantisme. C’est enfin se demander si les premiers romantiques n’ont pas amorcé un mouvement qui tend à “ annuler la différence du genre et du gender ” [Derrida, Genèses, généalogies, genres et le génie, Galilée, 2003].

Ouvrages de référence : Friedrich Schlegel, Lucinde, édition bilingue Aubier ; J. W. Gœthe, Trois contes et une nouvelle, Corti, coll. Romantique n°54, 1995 ; Tieck, Amour et magie, Corti, coll. Romantique, 1993 ; Achim von Arnim, Mélusine, Corti, coll. Romantique n° 59, 1996.

Bibliographie sélective :

- J.-L. Nancy, Philippe Lacoue-Labarthe, L'Absolu littéraire, Le Seuil, 1978 (abrégé JLN).

- Walter Benjamin, Le concept de critique esthétique dans le romantisme allemand, Flammarion, 1986 (abrégé WB)

- Maurice Blanchot, L’entretien infini, Gallimard, 1969

- Roger Ayrault, La genèse du romantisme allemand, Aubier, 1961, 4 tomes

- Ernst Behler, Le premier Romantisme allemand, PUF, 1996 (abrégé EB).

- Les romantiques allemands, Gallimard, Bibliothèque de la La Pléiade, 2 tomes

  • Charles Le Blanc, Laurent Margantin, Olivier Schefer, La forme poétique du monde. Anthologie du romantisme allemand, Corti, 2003.


René Lefebvre LPH5110 : Le moment aristotélicien de l’histoire de la notion de genre. La notion de genre n’est pas d’abord destinée à la littérature ou aux arts, domaines dans lesquels son usage participe d’un projet classificatoire, qui se heurte au problème des frontières et de leur évolution ; ni à la rhétorique. Si l’on évite de remonter jusqu’au premier usage grec de genos, qui évoque le lignage, la notion de genre effectue une bonne partie de sa première carrière dans le contexte de la dialectique platonicienne, puis chez Aristote. Associée à celle d’espèce ou de forme (eidos), à d’autres telles que celles d’individu ou d’analogie, la notion de genre se révèle importante en « métaphysique », en deçà d’un transcendantal homonyme tel que l’être. Les genres suprêmes sont les catégories, auxquelles Aristote consacre un traité. Si la zoologie constitue pour le genre un domaine opératoire privilégié, Aristote est aussi toutefois l’auteur d’une Rhétorique, qui distingue entre trois espèces de la performance oratoire : le délibératif, le judiciaire et l’épidictique. Quoiqu’il se concentre sur la tragédie et l’épopée, il se trouve également aux origines de l’étude des genres que nous qualifions aujourd’hui de « littéraires ». Dans la Poétique, le concept de genre l’aide encore à penser un procédé tel que la métaphore. Nous nous intéresserons à ce moment aristotélicien de l’histoire de la notion de genre.

Bibliographie

Les étudiants devraient surtout mettre l’occasion à profit pour lire Aristote. Impérativement la Poétique (tr. avec texte grec aux Belles Lettres, ou annotée au Seuil), et avec elle la Rhétorique (trois volumes aux Belles Lettres), de même que les Catégories (privilégier la tr. avec texte grec en Seuil « Points ») et le livre I des Topiques (Vrin ou Belles Lettres). Pourquoi pas le livre I de Parties des animaux, aux Belles Lettres ou en tr. séparée, avec texte grec, chez Aubier ? Pour les courageux, mais l’effort se justifie, quelques livres de la Métaphysique, dont il n’existe à peu près pas d’autre traduction que celle de Tricot chez Vrin (deux volumes) : Delta (le livre des définitions) Gamma et pour les plus courageux Dzêta et même Iota (le livre sur l'unité).

Littérature secondaire : les philosophes se seront d’eux-mêmes jetés sur P Aubenque, Le problème de l’être chez Aristote, PUF « Quadrige », 1962. Pour un premier contact : R. Bodéüs, Aristote, Vrin, 2002. Sur la poétique et la rhétorique, les étudiants pourront trouver leur bonheur dans des collectifs en anglais : A. Rorty ed., Aristotle’s Poetics, Princeton, 1992 et Aristotle’s Rhetoric, Berkeley, 1996.

Evaluation globale pour tout cet ensemble : essai ou dissertation à partir d’un dossier ; choix entre des sujets recouvrant plusieurs des enseignements ; ce travail doit être envoyé pour le 2 janvier à jeanclaude.arnould@voila.fr
1   2   3   4   5   6   7   8   9

similaire:

D françoise court perez responsable pédagogique Université de Rouen iconGabriel Lemonnier, salon de Madame Geoffrin en 1755,1812, Rouen, Musée des Beaux-Arts
Qu'est-ce que les Lumières ? La sortie de l'homme de sa Minorité, dont IL est lui-même responsable. [ ]

D françoise court perez responsable pédagogique Université de Rouen iconFrançoise Bollengier, Maryse Lopez L’argumentation n’est pas soluble dans la séquence… 23
«argumenter», c’est pouvoir exprimer une opinion, la défendre, c’est devenir un citoyen responsable et libre de penser, de développer...

D françoise court perez responsable pédagogique Université de Rouen iconProjet pédagogique Classe de neige 4 classes de Cours Moyen janvier/fevrier...
«gens de la montagne» (responsable station, moniteurs esf, pisteurs-secouristes …)

D françoise court perez responsable pédagogique Université de Rouen iconVincent Broqua, upec et Christophe Lamiot-Enos, Université de Rouen
«Chant des Chants» bien sûr, plus traditionnellement considéré comme appartenant directement à la poésie

D françoise court perez responsable pédagogique Université de Rouen icon1 Deux vol. «Histoire de l’Espagne» J. Perez 1996 – «Guadalquivir»...
«Histoire de l’Espagne» J. Perez 1996 – «Guadalquivir» J. Durand et J. Maigne, 1990

D françoise court perez responsable pédagogique Université de Rouen iconResponsable : François potdevin, mcf université de Lille 2
«eps» propose des parcours de formation diversifiés correspondant au projet personnel de l’étudiant selon les échéances du nouveau...

D françoise court perez responsable pédagogique Université de Rouen iconUniversité de Rouen mercredi 11 avril 2012 Bâtiment Freinet – Salle 003 (13h30-17h30)
«Les cemea depuis leur création en 1937 et leur action internationale en Europe et en Afrique jusqu’à la fin du xxe siècle : une...

D françoise court perez responsable pédagogique Université de Rouen iconThèse de Sciences de l’éducation Université de Rouen Année 2002-2003...
«bibliographie étendue» est de regrouper les références qui ont alimenté, de manière directe ou indirecte, le travail de recherche...

D françoise court perez responsable pédagogique Université de Rouen iconProgramme Journée du jeudi 21 novembre 2013, Université de Paris-Est, Créteil
«Omar Bongo», Gabon; Faculté des lettres de l’Université de Craïova, Roumanie; Institut de Recherches Interculturelles et Philologiques...

D françoise court perez responsable pédagogique Université de Rouen iconLe drame hugolien sur les theatres de rouen






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com