French 4H/ap (Odd Year) Scope and Sequence





télécharger 447.89 Kb.
titreFrench 4H/ap (Odd Year) Scope and Sequence
page10/10
date de publication22.10.2016
taille447.89 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > documents > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

Pays historique du multiculturalisme, le Canada revoit sa politique d’accueil


LE MONDE | 13.10.2015 à 06h43 | Par Marc-Olivier Bherer

fermer

Classer

Pas le temps de
lire cet article ?

Conservez-le pour le consulter plus tard. Abonnez-vous au Monde.fr
à partir de 1 €

Abonnez-vous

Déjà abonné ?

S'identifier

stephen harper en campagne à waterloo au canada le 12 octobre 2015.

Au Canada, une personne sur cinq est née à l’étranger, une proportion plus élevée que dans n’importe quel autre pays du G8. Grâce à ces chiffres, ce pays s’est bâti l’image d’une terre d’accueil et de tolérance. Le multiculturalisme, dont Ottawa a fait une politique officielle en 1971, continuait, il y a encore peu, de définir le rêve canadien. Une société apaisée devait s’épanouir grâce à un droit à la différence. La seule exigence faite aux nouveaux arrivants était d’ordre économique, ils devaient participer à la prospérité nationale par leur travail. Mais la campagne électorales générales de 2014 semblent acter la transformation du Canada, qui se campait hier en chantre de la diversité et qui est plus enclin aujourd’hui à considérer l’étranger avec méfiance.

Le vote se prépare dans une atmosphère tendue. Le premier ministre sortant, le conservateur Stephen Harper, a fait adopter au printemps une loi antiterrorisme des plus dures, bien plus ferme et floue que celle ratifiée en France à la même époque.

Débats autour du port du voile intégral


Les enjeux symboliques soulèvent des échanges plus soutenus, notamment lorsqu’il est question du niqab. Le 15 septembre, la justice invalidait une directive gouvernementale interdisant le port du voile lors de la cérémonie du serment de citoyenneté à laquelle prend part tout nouveau Canadien.

La question s’est invitée dans la campagne et a causé des dissensions au sein de certaines formations politiques. Des sondages d’opinion ont ensuite démontré que l’immense majorité des Canadiens souhaitent l’interdiction du port du voile intégral lors de cette cérémonie. Stephen Harper envisage même maintenant de la faire adopter pour obliger les fonctionnaires de l’Etat fédéral à travailler à visage découvert. Le Canada anglais, qui avait coutume de considérer avec dédain ce type de débats en France ou au Québec, semble prêt à fixer des limites à la tolérance religieuse.

Ce changement de doctrine passe aussi par le renforcement de l’inflexion économique de la politique migratoire canadienne. Ottawa accorde de manière de plus en plus parcimonieuse le statut de résident permanent. Le pays accueille maintenant davantage de travailleurs invités, en accord avec des sociétés privées, sans possibilité d’un séjour dépassant les quatre ans. Le Canada referme ainsi une porte que l’on croyait grande ouverte.

Source numéro 2: *Teacher should play until 1:10 for this exercise.

Il s’agit des expériences des immigrants étrangers qui sont venus au Québec. Le passage a été tiré du siteweb, https://www.youtube.com/watch?v=L0vjJbdnijc
QUESTIONS:

  1. Qu’est-ce qui caractérisait le Canada?

  1. La population d’immigrants est peu nombreuse.

  2. Les pays du G8 ont plus d’immigrants que le Canada.

  3. On considérait le Canada un pays plutôt tolérant.

  4. Le rêve canadien était de réduire le nombre d’immigrants.




  1. Qu’est-ce qu’on voulait que les immigrants fassent?

  1. Participer au gouvernement.

  2. Mieux tolérer les Canadiens.

  3. Quitter les pays du G8.

  4. S’intégrer par leur emploi.




  1. Comment cette atmosphère a-t-elle changé?

  1. La tolérance religieuse est devenue moins populaire.

  2. On a demandé l’élection d’un nouveau premier minister.

  3. On a encouragé un plus grand nombre d’immigrants.

  4. On a accepté le port du voile par toutes les femmes.




  1. Dans le passage audio, quelle sorte de problème les immigrants ont-ils eu?

  1. Ils avaient du mal à trouver un emploi, malgré leur langue maternelle.

  2. Ils ne réussissaient pas à trouver un logement à un prix raisonnable.

  3. Ils n’avaient pas de problèmes, car ils parlaient couramment français.

  4. Leur formation professionnelle était à un niveau trop avancé.




  1. Selon les deux sources, qu’est-ce qui est vrai?

  1. Si vous parlez la langue du pays d’accueil, vous réussirez certainement.

  2. La réalité du pays d’accueil peut différer ou changer dans le temps.

  3. Toutes les portes resteront grandes ouvertes pour les nouveaux arrivants.

  4. On favorise et encourage le multiculturalisme partout dans le monde actuel.


Français 4H/ 5 AP Nom ________________________
Thème 6; Contexte 4 Date ________________________


Courriel

Vous allez écrire une réponse à un message

électronique. Vous aurez 15 mnutes pour lire

le message et écrire votre réponse.
Votre réponse devrait débuter par une salutation

et terminer par une formule de politesse. Vous

devriez répondre à toutes les questions et

demandes du message. Dans votre réponse, vous devriez demander des détails à propos de quelque chose mentionné dans le texte. Vous devriez également utiliser un registre de langue soutenu.

You will write a reply to an e-mail message. You

have 15 minutes to read the message and write your reply.

Your reply should include a greeting and a closing and should respond to all the questions and requests in the message. In your reply, you should also ask for more details about something mentioned in the message. Also, you should use a formal form of address.



Thème du cours : La quête de soi : Le pluriculturalisme

Introduction: C’est un message électronique de Mme Catrine DeNeuf, directrice du restaurant Délice Fusion Asiatique de Montréal. Vous recevez ce message parce que vous avez contacté Mme DeNeuf pour planifier une visite au restaurant lors de votre séjour à Montréal avec votre classe de français, fin-novembre.


Catrine DeNeuf

Futur (e) client (e)
Future visite

Cher/Chère -----,

Merci de nous avoir contacté au sujet de notre restaurant Délice Fusion Asiatique. Nous

sommes ravis que vous ayez l’intention de manger dans notre restaurant. Malgré le fait que nous avons une clientèle loyale et nombreuse, on pourrait vous accueillir lors de votre visite à Montréal. Avant de vous voir, cependant, il nous faudrait quelques renseignements. Veuillez répondre aux questions de façon détaillée.
Vos réponses aux questions suivantes nous aideront à mieux vous servir:

--Décrivez-nous les élèves du groupe et leurs besoins alimentaires spéciaux.

--Comment pourriez-vous partager votre expérience après votre retour aux Etats-Unis?
Dans l’attente de vous lire, nous vous prions d’agréer l’expression de nos salutations distinguées.
Catrine DeNeuf

Directrice

Délice Fusion Asiatique

http://www.altospam.com/actualite/wp-content/img/2008/09/email1.bmp

SUPPLEMENTARY READING:

L’article suivant a paru sur le site, http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2014/04/04/31002-20140404ARTFIG00101-le-quebec-veut-en-finir-avec-le-multiculturalisme.php. Il s’agit du pluriculturalisme au Canada.
Pourquoi le Québec veut en finir avec le multiculturalisme

  • Par Mathieu Bock-Côté

  • Mis à jour le 04/04/2014 à 11:37

  • Publié le 04/04/2014 à 11:32

http://i.f1g.fr/media/ext/805x453_crop/www.lefigaro.fr/medias/2014/04/04/pho943281d8-bbd9-11e3-a268-397148e29a2c-805x453.jpg

  • Remonter au début de l'article

FIGAROVOX/MONDE - Figarovox accueille désormais aussi des personnalités des pays francophones. Un intellectuel québecois reconnu, Mathieu Bock-Côté, explique le débat animé que connaît le Québec sur le multiculturalisme et les « accommodements raisonnables ».

Mathieu Bock-Côté est docteur en sociologue et chargé de cours à l'Université du Québec à Montréal. Ses travaux portent principalement sur le multiculturalisme, les mutations de la démocratie contemporaine et la question nationale québécoise. Cet essayiste est en particulier l'auteur d'«Exercices politiques» (VLB éditeur, 2013), de «Fin de cycle: aux origines du malaise politique québécois» (Boréal, 2012) et de «La dénationalisation tranquille: mémoire, identité et multiculturalisme dans le Québec post-référendaire» (Boréal, 2007). Mathieu Bock-Côté est aussi chroniqueur au Journal de Montréal et à Radio-Canada.

Le Québec a connu un immense débat ces derniers mois. Le gouvernement de la province veut désormais rompre avec le multiculturalisme. À l'automne 2013, il a présenté un projet de Charte des valeurs, qui proposait un meilleur encadrement des «accommodements raisonnables», l'inscription de l'égalité hommes/femmes dans la Charte québécoise des droits de la personne et qui proscrivait, au nom de la laïcité, les signes religieux ostentatoires chez les employés de l'État.

Il n'y a pas qu'au Québec que le multiculturalisme est en crise. C'est le cas dans toutes les sociétés occidentales.

« Le multiculturalisme repose sur l'inversion du devoir d'intégration : ce n'est plus à l'immigrant de prendre le pli de la société d'accueil, mais à celle-ci de transformer ses institutions. »

Le multiculturalisme repose sur l'inversion du devoir d'intégration: ce n'est plus à l'immigrant de prendre le pli de la société d'accueil, mais à celle-ci de transformer ses institutions pour les accorder aux exigences de la «diversité». C'est ce qu'on appelle l'idéologie de «l'accommodement raisonnable», qui se présente comme un simple ajustement pragmatique respectueux du nouvel arrivant pour faciliter son insertion. Terrible illusion.

Car à l'exigence traditionnelle d'hospitalité à l'endroit des immigrants, à laquelle répondait leur inévitable intégration nationale à leur pays d'accueil, s'est substitué un projet très radical, fondé sur la déconstruction de ce dernier. Le multiculturalisme repose sur un procès systématique de la nation. Il considère qu'il n'y aura pas de justice sociale tant que les identités liées à l'immigration ne seront pas sur le même pied que l'identité de la société d'accueil, qui ne sera plus qu'une composante de la diversité.

La souveraineté populaire serait à congédier. Elle masquerait la simple tyrannie de la majorité. La figure du gouvernement des juges s'impose, et s'accompagne d'une traduction des revendications minoritaires dans le langage des «droits fondamentaux». Le multiculturalisme entraine ainsi un changement de régime politique qui relève de la logique du «despotisme éclairé».

Il pousse aussi à la rééducation de la nation d'accueil, comme en témoignent les nombreux programmes scolaires qui cherchent à lui inculquer ses préceptes idéologiques.

« La question du multiculturalisme se pose encore plus radicalement au Canada. »

Évidemment, cette question se pose encore plus radicalement au Canada. Dans les années 70, le multiculturalisme a d'abord eu pour vocation de neutraliser le peuple québécois, en le transformant en minorité ethnique parmi d'autres dans la diversité pancanadienne, alors qu'il se concevait traditionnellement comme un des deux peuples fondateurs de la fédération. Faut-il rappeler d'ailleurs que le peuple québécois n'est pas reconnu dans la Constitution de 1982? Il ne faut pas être surpris que le Québec ne l'ait toujours pas signée.

Le Québec peut-il définir son propre modèle d'intégration des immigrants, pour les acculturer à sa propre réalité nationale, ou doit-il être considéré comme une simple subdivision provinciale de la fédération canadienne? Le Québec peut-il rappeler qu'il est une «société distincte» en droit de définir sa propre culture de convergence, à partir de son expérience historique singulière? C'est la question nationale qui révèle encore une fois son caractère irrépressible. Entre le multiculturalisme canadien et l'identité québécoise, la contradiction demeure fondamentale et pourrait un jour conduire à la rupture du lien fédéral.

Le multiculturalisme canadien, au-delà de la question du Québec, pratique une forme de «fondamentalisme dans le relativisme». Le critère utilisé pour justifier un «accommodement raisonnable» est celui de la sincérité de la croyance de celui qui l'exige. L'ordre politique est appelé à se dissoudre dans la subjectivité de chacun. De ce point de vue, les symboles religieux ostentatoires sont déculturés et présentés comme la simple expression de préférences personnelles. Le multiculturalisme canadien s'aveugle ainsi devant l'empiètement des communautarismes dans le domaine public.

« Le projet de Charte des valeurs du gouvernement québecois entendait rappeler que la citoyenneté ne saurait se réduire à une définition purement procédurale. »

Le projet de Charte des valeurs du gouvernement québecois entendait rappeler que la citoyenneté ne saurait se réduire à une définition purement procédurale, comme si elle pouvait s'évider de son substrat historique et se dénationaliser. Il entendait, en somme, réhabiliter une figure du «commun» historiquement fondée et s'inscrivant dans la durée. À travers elle, on retrouvait tout simplement la possibilité de nommer l'existence du corps politique dans son ensemble et d'assumer l'héritage historique sur lequel il repose. Mais si la laïcité peut y contribuer, elle ne saurait suffire: le projet gouvernemental assumait d'ailleurs le patrimoine historique québécois, qui la dépasse largement.

Comment assurer l'existence d'un corps politique si on lui dénie la possibilité d'assumer son histoire? De quelle manière lier les individus en profondeur et éviter l'assèchement du politique dans la seule logique des «droits»? De quelle manière recomposer la souveraineté populaire alors qu'on conteste de plus en plus l'existence même de la nation? La Charte des valeurs ne survivra peut-être pas aux élections provinciales qui se dérouleront le 7 avril au Québec. Mais la question «identitaire», au Québec comme ailleurs, modifie en profondeur la vie politique. Elle révèle «l'impensé» de la démocratie: c'est-à-dire le caractère indispensable de la nation.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

similaire:

French 4H/ap (Odd Year) Scope and Sequence iconFrench 4900: seminar in french & francophone studies

French 4H/ap (Odd Year) Scope and Sequence iconX Autre champ disciplinaire / other disciplinary scope

French 4H/ap (Odd Year) Scope and Sequence iconFiche de présentation de la séquence : L’évolution politique en France 1815 1914
«raconter» et «expliquer» ont déjà été travaillées en amont de cette séquence

French 4H/ap (Odd Year) Scope and Sequence iconLa Lecture: French magazines and newspapers

French 4H/ap (Odd Year) Scope and Sequence iconFrench II chapitre 4 – liste de vocabulaire

French 4H/ap (Odd Year) Scope and Sequence iconTowards an americanization of french metropolitan areas ?

French 4H/ap (Odd Year) Scope and Sequence iconAp french Summer Reading Assignment

French 4H/ap (Odd Year) Scope and Sequence iconFilm Title Translation into French, a few Methods and Strategies

French 4H/ap (Odd Year) Scope and Sequence iconA. Listen to this video and match the French and English fruit words

French 4H/ap (Odd Year) Scope and Sequence iconCon alcohol): plusieurs types (French coffee etc) café filtre






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com