Qui étaient les Arvernes ?





télécharger 61.36 Kb.
titreQui étaient les Arvernes ?
page1/3
date de publication19.10.2016
taille61.36 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > documents > Documentos
  1   2   3
Qui étaient les Arvernes ?

Les Arvernes apparaissent dans l’histoire à la fin du IIIème siècle av. J.-C., dans le récit de la seconde guerre punique.


http://www.arafa.fr/spip/local/cache-vignettes/l398xh320/cartefrance-2-40ef5.jpg


Selon l’historien latin Tite-Live, qui écrit deux siècles après les événements, les troupes d’Hasdrubal auraient en effet reçu le concours des Arverni lors de leur traversée du Languedoc, en 207, ce qui situe ce peuple non loin de la Méditerranée. Les sources ne deviennent nombreuses qu’un siècle plus tard, à la suite de la confrontation militaire des Arvernes avec les armées romaines dans la vallée du Rhône.

Au IIème siècle av. J.-C., les Arvernes disposaient donc, si l’on en croit les auteurs classiques - notamment Strabon -, d’une grande puissance militaire et d’un pouvoir qui s’étendait à l’échelle de la Gaule. Comme cette réputation rehaussait le prestige des troupes romaines qui avaient anéanti l’armée arverne de Bituit dans la vallée du Rhône en 121, on peut soupçonner nos sources, toutes du parti des vainqueurs, d’avoir quelque peu exagéré la réalité.

La brève mais brillante apparition de Vercingétorix sur le devant de la scène militaire au cours de la dernière année de la guerre des Gaules est l’occasion pour le conquérant romain de réanimer les vieux clichés de propagande : selon César, les Arvernes jouissaient un siècle auparavant du contrôle (en latin : imperium) de la totalité de la Gaule.

Bien longtemps après, au début du XXème siècle, l’historiographie française a repris à son compte le même discours, pour servir des desseins tout différents. On parle désormais, à la suite de Camille Jullian, d’un « empire arverne », première réalisation d’une nation gauloise appelée à défier les siècles et les barbares germaniques, d’Arioviste à... Guillaume II. Même en se gardant de ces excès, explicables par le contexte politique dans lequel ils ont été forgés, il n’en demeure pas moins que les Arvernes sont parmi les populations de la Gaule chevelue les plus souvent et les plus anciennement citées par les auteurs antiques ; c’est donc une de celles qui jouissaient des rapports les plus réguliers avec le monde méditerranéen.

De là l’intérêt particulier de l’étude des vestiges archéologiques du second âge du Fer en Auvergne, intérêt rehaussé par la qualité et la densité de ces vestiges, unique à l’échelle de l’Europe moyenne. On n’insistera sur les problèmes de chronologie, pourtant cruciaux pour cette période où la France centrale entre dans l’Histoire et où l’on doit donc s’efforcer de replacer les observations archéologiques par rapports à des événements datés, comme la création de la province romaine de Gaule transalpine à la fin du IIème siècle av. J.-C., ou encore la conquête césarienne. On mesurera seulement à partir d’un exemple les progrès effectués dans ce domaine depuis quinze ans.

Au début des années 1980, il semblait en effet encore plausible de dater l’abandon du site de La Grande Borne, des années qui suivirent la conquête romaine. On pense maintenant que cela s’est produit un demi-siècle plus tôt, ce qui oblige à revoir complètement l’interprétation historique du phénomène.

Selon les sources antiques, on peut donc supposer qu’une population qui se désignait elle-même sous le nom d’Arvernes habitait dans le nord du Massif Central au moins depuis la fin du IIIème siècle avant J.-C. On ne peut pas espérer retracer les limites de son territoire à une période antérieure à la conquête. La délimitation de ce dernier est en revanche possible si on l’assimile à celui de la cité gallo-romaine qui lui fait suite. Celle-ci englobe la plus grande partie du diocèse de Clermont. A l’est, la limite avec les Ségusiaves est bien marquée par la ligne de crête élevée des monts du Forez. Au nord, elle s’enfonce en coin dans le département de l’Allier, au contact des Eduens et des Bituriges. A l’ouest, la limite de diocèse semble prolonger fidèlement le tracé des confins avec les Lémovices, comme l’indique la désignation comme fines sur la Table de Peutinger d’une étape de la voie de Clermont à Limoges localisée à Voingt, à la limite de département.

C’est au sud que la restitution des limites est la plus incertaine, dans des zones peu peuplées au contact de régions qui subissaient la main-mise arverne (d’ouest en est : Rutènes, Gabales et Vellaves). Le petit diocèse du Puy, qui correspond assez précisément au bassin versant de la haute vallée de la Loire en amont des gorges qui marquent son entrée dans le Forez, perpétue sans doute les limites de la cité vellave. Ainsi circonscrite, la cité arverne s’identifie à un domaine géographique centré sur la dépression des Limagnes et environnée quasiment de toutes parts de larges zones de confins bien moins hospitalières, pour lesquelles on dispose d’une documentation archéologique assez indigente sur la période. Cette indigence s’explique sans doute par une faible densité d’occupation ancienne, amplifiée par une faible activité moderne génératrice de travaux et de découvertes archéologiques.

La dépression des Limagnes bénéficie de deux avantages. C’est à la fois le point d’aboutissement de tous les itinéraires issus des massifs périphériques et une région extraordinairement propice à l’agriculture à cause de sols très fertiles et faciles à travailler, les « terres noires ». Ces qualités s’accompagnent néanmoins d’une réserve : le caractère naturellement palustre de cet environnement, qui ne peut être maîtrisé qu’au prix d’importants travaux de drainage. Le développement de l’emprise humaine sur les Limagnes exige et reflète à la fois l’émergence d’une population nombreuse et d’une organisation sociale capable de coordonner ces travaux.

On a longtemps cru que la documentation disponible sur l’occupation protohistorique des plaines de la Limagne présentait, sous son apparente richesse, des lacunes qui correspondaient à des périodes d’abandon total, en particulier pour la période moyenne de l’âge du Fer. C’est en particulier le modèle défendu par Daugas et Tixier, qui corrèlent ces supposées lacunes du peuplement avec des périodes de péjoration climatique. En réalité, l’affinement de la connaissance des mobiliers et la multiplication des prospections et des fouilles de sauvetage conduisent à une tout autre vision, du moins pour l’âge du fer.

On sait désormais que la période des VIIème-IVème siècle - qui correspond pourtant au maximum de la péjoration climatique de l’âge du Fer - est bien représentée, mais surtout par des sites modestes, très difficiles à repérer. Un certain nombre de ces sites a été identifié grâce au suivi systématique de travaux de drainage et de remembrement, dans le nord de la Limagne, ou encore à l’occasion de fouilles de sauvetage. Les fouilles récentes liées à la construction de la bretelle autoroutière A 71, au nord-est de l’agglomération clermontoise, ont ainsi conduit au repérage de deux sites du VIème siècle (dont un associé à un cimetière) et de deux sites du IVème siècle.

L’avancée la plus spectaculaire des connaissances concerne toutefois la période suivante, les IIIème et IIème siècle av. J.-C. Des prospections systématiques développés depuis une trentaine d’années et de la multiplication des fouilles de sauvetage, il résulte en effet une liste pléthorique de sites de tailles très diverses se rapportant à cette époque. Pour bien mesurer à quel point notre perception du peuplement régional à la fin de l’âge du Fer a été bouleversée au cours de la dernière décennie, il faut se rappeler que, jusqu’à la fin des années 1970, on ne connaissait qu’un seul site clairement identifié de cette période, celui de La Grande Borne. La densité de peuplement la plus forte est enregistrée dans la région de Clermont-Ferrand, qui est aussi la plus intensément prospectée.


(Extrait d’un article de John Collis, Jon Dunkley, Vincent Guichard, Christine Jouannet publié dans les chroniques historiques du Livradois-Forez..

Les Arvernes, peuple celtique d’Auvergne

Vincent Guichard

Parce que les Romains eurent à pâtir à plusieurs reprises de leur puissance militaire, une première fois en 121 av. J.-C., une seconde en 52 av. J.-C., les Arvernes tiennent une place particulière parmi les peuples de la Gaule. Quelques décennies après la bataille de Gergovie, le géographe grec Strabon n’hésite pas à affirmer que leur pouvoir s’étendait autrefois « sur toute la Gaule, jusqu’à Narbonne et aux confins du territoire de Marseille, des monts Pyrénées jusqu’à l’Océan et au Rhin ». C’est une formule à l’évidence excessive pour indiquer que les Arvernes furent un peuple influent à l’échelle du territoire récemment conquis par César. Elle eut pourtant une belle postérité, puisqu’elle permit aux historiens modernes, Camille Jullian en tête, de forger le concept d’un « empire arverne » qui avait défié l’envahisseur romain… comme la France de la 3ème République préparait la revanche contre l’ennemi allemand. La notion d’empire arverne a fait long feu, même si le concept a longtemps été invoqué par les numismates à l’appui de la thèse selon laquelle les Arvernes auraient longtemps eu le monopole de l’émission de la monnaie d’or en Gaule, aux IIIème et IIème siècles av. J.-C., thèse qu’il est en fait bien difficile d’étayer par les données archéologiques.

Néanmoins, la prééminence des Arvernes dans la Gaule de la fin de l’âge du Fer ne peut être niée. Au contraire, l’intense activité de recherche archéologique menée en Auvergne ces dernières années dont ce dossier se veut le reflet dévoile une population singulièrement nombreuse, au moins dans les bassins très fertiles des Limagnes, fondée sur une agriculture prospère, douée d’un sens artistique armé avec une étonnante production de céramique peinte, sans comparaison dans le monde celtique et précocement ouverte aux contacts avec le monde méditerranéen.

Ce dossier ne prétend pas couvrir systématiquement les acquis récents de la recherche que l’on trouvera plus précisément exposés dans les actes d’un colloque récemment tenu à Clermont-Ferrand. Il propose plutôt des coups de projecteur sur quelques facettes de ces acquis. La part belle est faite aux sites majeurs que sont les trois oppida du bassin de Clermont (Corent, Gondole et Gergovie), qui font en ce moment l’objet d’importantes fouilles animées par l’Association pour la recherche sur l’âge du Fer en Auvergne, puisque c’est une originalité de l’Auvergne que de connaître encore une activité de fouilles programmées suffisamment soutenue pour structurer la recherche archéologique régionale. L’archéologie de sauvetage est également très active, notamment dans la région clermontoise.

jpeg - 67.5 ko
Les Arvernes et leurs voisins (sur fond de carte administrative de l’Auvergne ; d’après Trément 2007).

Le territoire que l’on peut restituer aux Arvernes est entièrement intégré dans les limites de la région Auvergne. Le département de l’Allier, au nord, est situé pour partie sur le territoire des Eduens et pour partie sur celui des Bituriges. La situation est plus confuse dans le sud de la région. Le département de Haute-Loire se superpose grosso modo au territoire des Vellaves, peuple client des Arvernes selon César. Leur principal oppidum semble être le plateau de Marcilhac, à quelques kilomètres de leur chef-lieu gallo-romain, Ruessio (Saint-Paulien). L’influence arverne se déployait au-delà des limites de l’Auvergne administrative, vers le sud, chez les Cadurques et les Gabales, également rangés par César parmi leurs clients.

Les marges du territoire arverne sont peu évoquées dans ces pages, parce que l’activité de recherche y est moins intense aujourd’hui, notamment en Haute-Auvergne et dans le Velay. Le nord de la région est mieux servi, avec des résultats importants en Bourbonnais, aux confins des territoires arverne, éduen et biturige (découverte d’un nouvel oppidum à Cusset, fouille du rempart de l’oppidum de Châteloy à Hérisson...) et les nombreuses fouilles de sauvetage qui se succèdent de façon régulière dans le département de l’Allier. On attend beaucoup dans ce domaine du programme collectif de recherche sur l’habitat protohistorique fortifié en Auvergne.

Les périodes antérieures à l’entrée des Arvernes sur la scène historique, aux IIIème - IIème siècles av. J.-C., sont également difficiles à aborder, surtout par manque de sites qui focalisent l’attention tels que les oppida et grandes agglomérations de la période finale de l’âge du Fer. On constate néanmoins que les oppida ont été précédés par des phases de perchement de l’habitat qui s’accompagnent de concentrations importantes de population dès la fin de l’âge du Bronze. Dans un autre domaine, les traces souvent ténues mais nombreuses des installations agricoles qui ont précédé l’essor démographique du IIème siècle av. J.-C. comblent progressivement un vide archéologique correspondant aux premiers siècles du second âge du Fer. Les nécropoles tumulaires du haut-plateau cantalien forment un autre beau dossier à peine valorisé aujourd’hui.

Au total, la très grande majorité de la documentation nous ramène à la période finale de l’âge du Fer et au bassin de Clermont-Ferrand. Il faut y voir le résultat de deux phénomènes superposés. Le plus évident est la forte concentration actuelle de la population et de l’activité économique dans ce secteur, ce qui engendre de très nombreuses opportunités d’explorer le sous-sol. Le second est bien le constat que cette polarisation du territoire arverne sur le bassin de Clermont-Ferrand est une affaire qui dure depuis le IIIème siècle av. J.-C., époque à laquelle commence à se constituer l’agglomération d’Aulnat-Gandaillat-La Grande Borne.

Ce territoire restreint du bassin de Clermont, qui mesure au plus 20 x 10 km, pose des interrogations qui transparaissent bien dans les pages qui suivent. A un premier regroupement d’activité en plaine sur le site d’Aulnat-Gandaillat, probablement étendu de quelque 200 ha, succède au Ier siècle avant notre ère une triade de grands oppida regroupés dans un mouchoir de poche : Corent, Gondole et Gergovie forment un triangle équilatéral de 6 km de côté, tandis que le territoire environnant ces sites semble largement déserté à la même époque. La grande question du moment est bien sûr de comprendre les raisons d’être d’un scénario aussi inhabituel dans le monde celtique. On constate que les périodes d’occupation des trois oppida ne coïncident que partiellement, avec une antériorité de Corent sur les deux autres, Gergovie étant le site qui livre les vestiges les plus récents. Les contributions qui suivent proposent différentes hypothèses : considérer pour le milieu du Ier siècle av. J.-C. ces différents pôles d’activité proches comme les éléments d’une seule métropole au tissu très lâche, qui pourrait être la Nemossos de Strabon ; réduire Gergovie au statut de première capitale romaine du peuple arverne, dans les décennies qui suivent la guerre des Gaules... Reste que les dégagements sont encore très limités sur chacun des gisements en termes de surface explorée et portent sur des vestiges de nature différente le cœur de l’oppidum à Corent, les fortifications à Gergovie, une périphérie de l’oppidum à Gondole. Il est donc prématuré de conclure et il faut se réjouir de la possibilité qui nous est donnée de poursuivre l’enquête par des chantiers ouverts simultanément sur chacun des sites clés du problème.

En dernier lieu, soulignons ce qui motive l’édition de ce dossier : rendre compte des résultats de recherches qui restent jusqu’à présent peu divulguées en dehors d’un cercle réduit de spécialistes, parce que les moyens ne sont pas disponibles régionalement pour restituer les travaux des archéologues au grand public. En l’absence de musée disposant de la mission de valoriser l’archéologie et pourvu des moyens ad hoc à Clermont-Ferrand, les résultats évoqués ici dorment dans des cartons. En l’absence de perspectives d’exposition, les objets sont très rarement restaurés et il est paradoxalement difficile de regrouper au pied levé suffisamment d’images de qualité pour illustrer un tel dossier. Concluons donc par un vœu : que les pouvoirs publics réunissent leurs moyens pour construire une vitrine de l’archéologie auvergnate digne d’un patrimoine que nous envie l’ensemble de la communauté scientifique européenne.

Article publié dans "L’Archéologue Archéologie Nouvelle n° 95 avril - mai 2008" qui nous a aimablement autorisé à le reproduire.
  1   2   3

similaire:

Qui étaient les Arvernes ? iconRemise à titre posthume du diplôme et de la médaille
«par de petits gestes qui étaient des bravoures, par de petites choses qui étaient des prouesses, […] étaient du côté de l’honneur...

Qui étaient les Arvernes ? iconComme disait Charles Baudelaire
«sainctiers», mot issu du latin signum qui veut dire signal, devenu avec l’usage seing, et les seingtiers étaient les fabricants...

Qui étaient les Arvernes ? iconLes Girondins étaient nommés ainsi car leurs plus célèbres porte-parole...

Qui étaient les Arvernes ? iconAu Moyen Age, très peu de gens savaient lire. Les livres étaient...

Qui étaient les Arvernes ? iconListe des livres  80% au bac et après ? Les enfants de la démocratisation scolaire
«moyens» qui ont le plus apprécié cet exercice. Ils étaient particulièrement satisfaits de pouvoir donner leur avis et ce sont les...

Qui étaient les Arvernes ? iconEn ce temps-là, les poitevins étaient réputés fourbes, sans parole et sans honneur. Les
«lire» ce qui se cache sous le sol : et l’on verra se dessiner, à peu près intacte, la fameuse double enceinte

Qui étaient les Arvernes ? iconBernard Regnauld-Fabre, sous-directeur, Amérique du Nord, Ministère...
...

Qui étaient les Arvernes ? iconBilan
«Dire l’indicible», qui regroupait des textes évoquant la guerre (témoignages, lettres, extraits de romans, poèmes, planches de bandes...

Qui étaient les Arvernes ? iconCours de semestre. Introduction
...

Qui étaient les Arvernes ? iconSolutions d’urgence, habitations provisoires pendant la seconde guerre mondiale en France
«maisonnette 74». Ces structures démontables avaient un confort qui étaient même supérieur à leur espérance






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com