Répertoire numérique détaillé réalisé par Fanny Coirard, assistant de conservation du patrimoine, et Marc Sagayaradje, agent du patrimoine





télécharger 345.21 Kb.
titreRépertoire numérique détaillé réalisé par Fanny Coirard, assistant de conservation du patrimoine, et Marc Sagayaradje, agent du patrimoine
page1/11
date de publication20.10.2016
taille345.21 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > documents > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11


ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE LA SARTHE

102 J


Collection Jean Levantal –

Archives Maurice Loutreuil


Répertoire numérique détaillé réalisé par Fanny Coirard, assistant de conservation du patrimoine, et Marc Sagayaradje, agent du patrimoine,
sous la direction de Benoît-J. Pedretti, conservateur en chef du patrimoine, directeur des Archives départementales de la Sarthe.

2010
Introduction

Maurice Loutreuil (1885-1925)
Maurice Albert Loutreuil naît le 16 mars 1885 à Montmirail (Sarthe) où son père est principal clerc de notaire. Il fait ses études secondaires au lycée Montesquieu du Mans où il se découvre une passion pour l’art. Clerc de notaire au Mans, il fréquente de 1906 à 1909 les cours du soir de l’Ecole de dessin et de peinture dirigée par le peintre Jules-Alfred Hervé-Mathé.
Maurice Loutreuil quitte la Sarthe pour Paris le 31 août 1909. Mais alors que la vie le conduit en Belgique, en Italie, en Sardaigne, en Tunisie, à Céret et en Espagne, en Allemagne, en Afrique noire et, le plus souvent, à Paris, son port d’attache reste la Sarthe. Il y conserve d’ailleurs la maison de sa mère à Chérancé.
Loutreuil poursuit sa formation aux ateliers des Beaux-Arts de Paris en tant qu’élève de Gabriel Ferrier (peinture) puis de Paul Beaudoin (fresque). Il s’initie également aux techniques de l’eau-forte et de l’estampe. Entre 1910 et 1913, Maurice Loutreuil présente quatre fois sans résultat le concours d’admission à l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts. Au début des années 1920, il fréquente Montparnasse et devient un membre important de la scène artistique parisienne.
Maurice Loutreuil meurt à Paris le 21 janvier 1925.
La collection Jean Levantal
617 documents, allant de 1885 à 1988, originaux ou copies, réunis et collationnés successivement par Denyse Lantiez puis par Jean Levantal, provenant de dons ou de communications.

Il s’agit de la correspondance envoyée et reçue par Maurice Loutreuil, et de quelques pièces annexes, dont plusieurs lettres concernant Maurice Loutreuil échangées par ses proches après son décès.
La donation aux Archives départementales de la Sarthe
Il est fait donation de cet ensemble de documents au Département de la Sarthe le 3 novembre 2006 par Vincent Caillard, Chantal Caillard née de Marans, Hugues Caillard, Elisabeth Caillard et Jean Levantal.
La consultation des documents
La consultation des reproductions numériques est libre en salle de lecture des Archives départementales de la Sarthe ou via le site internet.
La reproduction et la diffusion des documents
Toute reproduction, avec ou sans diffusion, des documents par une personne physique ou morale agissant à titre non lucratif ne donnera lieu à la perception d’aucun droit.

Toute reproduction demandée par une personne physique ou morale agissant à titre commercial sera soumise à l’autorisation écrite des donateurs, communément représentés par M. Jean Levantal, et à son décès, au directeur des Archives départementales de la Sarthe, sans préjudice de tous droits prévus par la loi 92-597 du 1er juillet 1992 (code la propriété intellectuelle).


102 J 1 /1 Année 1885
102 J 2 /1 Année 1889
102 J 3 /1 Année 1895
102 J 4 /1 Année 1900
102 J 5 /1 Année 1904
102 J 6 /1-12 Année 1910
102 J 7 /1-13 Année 1911
102 J 8 /1-32 Année 1912
102 J 9/1-54 Année 1913
102 J 10/1-44 Année 1914
102 J 11/1-35 Année 1915
102 J 12/1-60 Année 1916
102 J 13/1-42 Année 1917
102 J 14/1-41 Année 1918
102 J 15/1-50 Année 1919
102 J 16/1-32 Année 1920
102 J 17/1-23 Année 1921
102 J 18/1-29 Année 1922
102 J 19/1-37 Année 1923
102 J 20/1-52 Année 1924
102 J 21/1-21 Année 1925
102 J 22/1-13 Année 1926
102 J 23/1 Année 1927
102 J 24/1 Année 1930
102 J 25/1-2 Année 1949
102 J 26/1-4 Année 1950
102 J 27/1 Année 1956
102 J 28/1-8 Année 1960
102 J 29/1 Année 1976
102 J 30/1 Année 1988
102 J 31/1-4 Sans dates.

De la Sarthe à Céret et Montparnasse…

Quand Paris faisait Ecole…

LOUTREUIL L’INSOUMIS

SYNTHESE BIOGRAPHIQUE ETABLIE PAR J. LEVANTAL


JEAN LEVANTAL – 5, rue Coq Héron. 75001 Paris – Tél / Fax 01.42.36.96.89

- Tous droits de l’auteur réservés -

===========================================================================
Pour compléter votre lecture :
Tous les passages en italiques sans guillemets, sont extraits de la correspondance de Loutreuil.
Il est aisé de retrouver les lettres dont ces passages sont extraits en utilisant le C.D. où a été retranscrit l’ensemble de cette correspondance.
Pour effectuer la recherche sur PC : 1/ Ouvrir le fichier de la correspondance
2/ Taper ensemble ctrl avec F ou ctrl avec B pour ouvrir la fenêtre de recherche.
3/ Sélectionner “ Rechercher ”
4/ Puis taper un mot caractéristique ou un groupe de mots du passage concerné et pointez sur “ suivant ”.

N.B. : (la recherche doit tenir compte du fait que certains mots frappés en majuscules peuvent être à rechercher sans les accents qu’ils auraient en minuscules. Exemple répertoire ou REPERTOIRE)
===========================================================================
“ La destination de l'art dans notre temps est de transporter du domaine de la raison dans celui du sentiment cette vérité que le bonheur des hommes consiste dans leur union. C'est l'art qui seul pourra fonder sur les ruines de notre régime présent de violence et de contrainte ce royaume de Dieu qui nous apparaît à tous comme l'objet le plus haut de la vie humaine. ”

TOLSTOÏ

- propos relevés par Maurice Loutreuil -

MAURICE LOUTREUIL

(1885 – 1925)

Synthèse biographique_______



  • QUAND PARIS FAISAIT ECOLE




  • Dire l’homme que connurent ses compagnons de l’Ecole de Paris, s’impose, avant de résumer sa vie.

  • A Montparnasse on l’appelait “ Le Russe ” ; peut-être parce qu’il avait l’œil bleu et qu’il était fataliste…

  • Tel qu’il lui apparut en 1923, Irène Champigny, qui le soutint dans ses derniers jours, le décrit en ces termes :

“ – Il était avant tout dénué de charmes. Fort grand, large d'épaules, très maigre, avec une tête massive, comme disproportionnée. Des cheveux blonds coupés ras au-dessus d'un front immense, un front magnifique; des pommettes saillantes, un bon nez (oui vraiment, un bon nez) comme en ont parfois certains de ces paysans auxquels il ressemblait.

On ne pouvait faire attention à sa bouche, cachée qu'elle était par une moustache. Des sourcils touffus d'un beau dessin, et, sous l'arcade sourcilière un regard bleu, mouillé, naïf, un regard à la fois d'enfance et de gravité qui surprenait par l'inattendu de sa profondeur. On le trouvait laid. Pour rectifier cette erreur, il n'était que de le voir sourire... son sourire contenait sans doute tout l'amour qu'il n'avait pu donner. Il était de ces êtres dont une seule expression révèle l'intense lumière intérieure et devant ce sourire, l'on comprenait que moins ravagé de souffrance il eut offert aux autres, avec la bonté de son accueil, un aspect tout différent. Quand nous l'avons connu, il faisait assez penser à un jardin après la tempête, alors, n'est-ce pas, on ne peut pas juger. Devant ce qui a résisté, l'on présume de ce que devait être l'ensemble “avant”. Je crois bien qu'il aurait pu être beau. Il en douta, il s'exposa à trop de douleurs; son visage devint l'image même du tourment.

Ce tourment qu'il portait, était d'arriver à concilier les différents besoins de la vie avec ses aspirations personnelles. On peut les résumer toutes en disant qu'il voulut avant tout bien vivre et peindre bien. Entendez que ce qu'il comprenait par bien vivre était fort en dehors des règles sociales, des coutumes établies. “Je ne crois pas, écrivait-il, que l'on puisse vivre mal et peindre bien ”. Il disait aussi : – “ La vie a plus d'importance qu'on ne croit à première vue sur la qualité de l'œuvre d'art ”, et encore: “ Je serai heureux seulement quand j'aurai peint un tableau qui me donnera une certitude et me créera moralement ma place au milieu des hommes, par les qualités que j'aurai concrétées en lui et qui ne seront dues qu'à moi seul. ” –


  • LA SARTHE



  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

similaire:

Répertoire numérique détaillé réalisé par Fanny Coirard, assistant de conservation du patrimoine, et Marc Sagayaradje, agent du patrimoine iconCours privés en Restauration de cadres et redorure- sacha-Marie Levay,...
«Le Patrimoine religieux du Québec», Conférence internationale Musée National des b-arts, Québec, 2004

Répertoire numérique détaillé réalisé par Fanny Coirard, assistant de conservation du patrimoine, et Marc Sagayaradje, agent du patrimoine iconLa protection du patrimoine culturel et naturel
«père». le patrimoine est donc d’abords un héritage, un dépôt que l’on a reçu de ses ancêtres et que l’on doit conserver et enrichir...

Répertoire numérique détaillé réalisé par Fanny Coirard, assistant de conservation du patrimoine, et Marc Sagayaradje, agent du patrimoine icon«Le Canal du midi, Site du Patrimoine Mondial en péril ?»
«Environnement et Patrimoine» au sein de la Direction Régionale de vnf de Toulouse où elle a pu apporter une contribution paysagère...

Répertoire numérique détaillé réalisé par Fanny Coirard, assistant de conservation du patrimoine, et Marc Sagayaradje, agent du patrimoine iconProgramme général pour les classes «patrimoine écrit»
«patrimoine écrit» de durée de 1 à 2 heures. Ces propositions peuvent être adaptées sur mesure

Répertoire numérique détaillé réalisé par Fanny Coirard, assistant de conservation du patrimoine, et Marc Sagayaradje, agent du patrimoine iconRapport de cette société à son passé
«ce que l’on reçoit de ses pères» Notion à dépoussiérer, le patrimoine ne se limite pas aux monuments… Le patrimoine est en évolution....

Répertoire numérique détaillé réalisé par Fanny Coirard, assistant de conservation du patrimoine, et Marc Sagayaradje, agent du patrimoine iconHistoire de l’art et du patrimoine
Jacques Androuet du Cerceau : "Un des plus grands architectes qui se soient jamais trouvés en France", Paris : Cité de l'architecture...

Répertoire numérique détaillé réalisé par Fanny Coirard, assistant de conservation du patrimoine, et Marc Sagayaradje, agent du patrimoine iconEssentiellement le cas de la France. Notion de vandalisme. Notion...
«la notion de patrimoine» revue de l’art n°49, 1980. Réédité 1995. Présent dans la biblio virtuelle

Répertoire numérique détaillé réalisé par Fanny Coirard, assistant de conservation du patrimoine, et Marc Sagayaradje, agent du patrimoine iconBeing, sncf transilien et le stif vous font découvrir les Histoires...
«Pas besoin de partir loin pour voyager» (affiches et guides) développée par being, sncf transilien et le stif pour valoriser le...

Répertoire numérique détaillé réalisé par Fanny Coirard, assistant de conservation du patrimoine, et Marc Sagayaradje, agent du patrimoine iconLe patrimoine : un objet pour l’histoire culturelle du contemporain ?
«cave au grenier» (Michel Vovelle), s’est réalisé dans le même temps où le volontarisme économique n’avait plus valeur de credo et...

Répertoire numérique détaillé réalisé par Fanny Coirard, assistant de conservation du patrimoine, et Marc Sagayaradje, agent du patrimoine iconL’appel à l’Histoire et aux valeurs traditionnelles
«Patrimoine accumulé par des siècles de travail et sacrifices par les générations qui nous ont précédées»






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com