Chapitre 5 : La Seconde Guerre Mondiale





télécharger 29.77 Kb.
titreChapitre 5 : La Seconde Guerre Mondiale
date de publication23.10.2016
taille29.77 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > documents > Documentos
Chapitre 5 : La Seconde Guerre Mondiale
La WW2 est surtout raciale chez Hitler mais aussi chez les Japonais (massacres de Nankin)

Du coup, Dresde, Tokyo, Coventry rayée de la carte (« to conventry » = rayer de la carte).

Les recherches historiques récentes tendent de plus en plus à dater le début de 1937 avec l’invasion japonaise de la Chine.

I / Hitler, chef de guerre
On distingue 2 phases dans l’attitude d’Hitler (dont la meilleure biographie est Werner Maser, Hitler : une carrière :

  • phase purement offensive commençant par le partage de la Pologne avec Staline puis se donner du souffle en prenant la Scandinavie (et éviter que la flotte soit bloquée dans ses ports comme pendant WW1).

Le Danemark est vite envahi puis en Norvège, les français et alliés ont envoyé un corps expéditionnaire à Narvik pour protéger la Suède encore neutre dont le fer transite par le port de Narvik.

La Finlande est battu par l’armée rouge en tenant jusqu’à l’automne 1940 à 1 contre 40 dans des combats héroïques.
En 1940, Hitler passe vite à sa grande idée : écarter France et GB pour pouvoir s’attaquer finalement à l’URSS mais il attend d’abord avant d’attaquer à l’Ouest, c’est a drôle de guerre.

Fin 1939, un avion allemand s’écrase en Belgique avec un début de plan d’invasion par la Belgique. Hitler charge donc le général Guderian de faire un nouveau plan de guerre.

L’Etat-major partait sur un postulat faux : la guerre sera longue et elle pourra utiliser son Empire.
Le 10 mai 1940, les Pays-Bas sont envahi par des divisions de Panzer qui pénètrent vite en Belgique immédiatement soutenu par France et GB avec la « manœuvre Dyle ».

Au bout du 3ème jour, les franco-anglais sont engagés en Belgique face à des allemands qui reculent car leur seul rôle est de fixer le gros de l’armée alliée.

Le 13 mai, en moins de 12 h, les Panzer de Rommel attaque par Sedan et les Ardennes où il n’y a que peu de soldats, l’unique division blindée française du Colonel De Gaulle tiendra quelques heures face aux allemands.

Guderian fonce vers les ports de Manche et prends par un mouvement de faux la ville de Dunkerque. Le Blitzkrieg par la liaison air-sol (chars et aviation) écrase la France et l’aviation Spitfire permet de retarder la Luftwaffe de Goering et de rapatrier l’armée anglaise depuis Dunkerque.

La bataille s’achève le 4 juin par une victoire allemande sans appel.
Le 8 juin, le front est percé et le 10 juin, Paris est déclaré ville ouverte. Fin juin 1940, Pétain secondé par Weygand demande l’armistice et la France est divisé en zone occupée et zone libre.
Hitler hésite pendant un moment à traiter avec GB mais se convainc que l’Angleterre n’existe plus militairement : une simple action de la Luftwaffe suffira : c’est le début de la Bataille d’Angleterre.

Churchill dira que « jamais dans l’Histoire, autant d’hommes n’ont été redevables à si peu », les pilotes de la RAF utilise surtout sa nouvelle arme : le radar qui lui permet de savoir où sont les bombardiers allemands.

Dans un coup stratégique, Churchill laisse bombarder sans résistance la ville de Coventry sans résistance (causant 20 000 morts) pour que les allemands pensent que le radar est inutile et perdent finalement la Bataille d’Angleterre.
La Hongrie et la Roumanie s’allient à Hitler mais les Italiens ont attaqué la Grèce forçant Hitler à attaquer la Yougoslavie puis la Grèce pour soutenir Mussolini.

En Croatie, sont crées les premiers régiments Waffen SS composés d’étrangers qui devront affronter la résistance serbe menée par le croate Tito.
Les Italiens ont également attaqué les Anglais en Egypte forçant une fois de plus Hitler à envoyer Rommel son meilleur général à la tête de l’Afrikakorps.
Hitler considère que tous ses fronts et celui d’Angleterre toujours en cours ne sont que secondaires : il décide donc d’attaquer l’URSS la nuit du 22 juin 1941 avec 3 M d’hommes, c’est l’opération Barbarossa.

Hitler commet l’erreur de diviser ses forces en 3 : une armée vers Leningrad, une vers Moscou et l’autre vers Ukraine. Les allemands sont bloqués par la raspoutiza (boue d’automne) puis le gel et bloqués en décembre 1941 à 5 km du centre-ville de Moscou par les fortifications russes et les blindés du Général Joukov.
Après l’attaque japonaise de Pearl Harbor, Hitler commet une autre folie en déclarant la guerre aux USA.
Les Russes sont ravitaillés par les routes logistiques du Transsibérien et surtout par la Perse d’où proviennent le matériel et le pétrole américain débarqué dans le Golfe Persique.

Hitler décide donc de foncer sur Bakou pour prendre les champs pétroliers et couper cette ligne de convoi sur la Volga au niveau de Stalingrad.

Le 4 septembre 1942, le Général Litz n’a pas pu prendre Bakou et doit retraiter : Hitler ne supporte plus d’être contredit car ils ait qu’il est en train de perdre la guerre.

A Stalingrad, la 3ème armée allemande de Von Paulus est encerclée par les Soviétiques pendant que Rommel échoue en Egypte devant Alexandrie.
Le Plan Raeder prévoyait la prise du Canal de Suez par Rommel puis la prise de l’Irak où Rommel venu d’Egypte et Litz venu de Bakou feraient jonction vers octobre 1942 et rejoindraient l’armée japonaise à New Delhi avant Noël.

Mais List est vaincu à Bakou, les japonais en Birmanie par GB et Rommel à El-Alamein (octobre 1942).
Après 1942, il rentre dans la logique défensive de la Festung Europa qui sera vite abandonné après les défaites de Koursk face aux 11 M de soldats soviétiques.
En mai 1943, Rommel doit se retirer d’Afrique du Nord et l’idée d’Hitler de gagner la guerre industrielle grâce aux V-1, V-2, la bombe atomique,… mais les USA première puissance industrielle mondiale viendront à bout de sa résistance.

Après la prise de l’Italie puis les débarquements de Normandie et de Provence
II / Churchill : stratégie
Déjà plusieurs fois ministres, il devient Premier Ministre de George III au tout début de la guerre mais devra se battre sur plusieurs fronts.
1) Face aux japonais, les anglais cèdent à Hong Kong et surtout à Singapour où les soldats du général Percival seront condamnés à balayer les rues.

A la fin 1942, Churchill est obligé de promettre l’indépendance aux Indes après la guerre ce qui de mener la contre-guerilla avec le Colonel Wingate dit « le Napoléon de la Jungle ».
2) En Afrique, l’armée du général Montgomery (dit « Monty ») protégé par l’aviation stationné à Malte.

En Méditerranée, il ouvre un front en Italie en prenant la Sicile en mai 1943 puis aidé par les français à Monte Cassino et sur le fleuve Garigliano prenant Rome le 4 juin 1943.
Les Anglais réussissent aussi à ravitailler l’URSS par la route de l’Arctique et le Port de Mourmansk dans l’idée d’aider toutes les force luttant contre l’Allemagne.

III / Staline, « le petit père des peuples »
En 1941, il n’a pas cru ses espions dont Sorge qui lui prédisait une trahison d’Hitler. Il continua ainsi à fournir l’armée allemande jusqu’au 22 juin 1941 en blé et en essence et sera complètement surpris par l’opération Barbarossa, il ne parlera pas pendant 15 jours assistant à la percée allemande et aux 3 M de prisonniers fait par les Allemands.

Staline devient un véritable chef de guerre lorsqu’il comprend l’erreur de la divisions des armées allemandes en 3 : il fait démonter les usines d’Ukraine (que les allemands pensaient prendre clés en main) pour les remonter dans l’Oural, il abandonne toute idéologie (il ne dit plus « Camarade » mais « Citoyens »).
A Stalingrad, le 3 février 1943, le maréchal Van Paulus se rend à Joukov et commence alors le rouleau compresseur russe avec ses 11 M d’hommes et des milliers de chars T-34.
Staline se lance dans la réalisation du rêve des tsars. Au mois de mai 1944, Joukov est à 100 km de Varsovie et estime qu’il sera à Berlin vers la mi-novembre 1944 mais Staline l’arrête. Il lui ordonne de faire un virage plein Sud pour créer le glacis protecteur rêvé par les tsars avec l’opération Bagration fonçant vers la Hongrie, la Roumanie,…

Staline laissera Hitler détruire Varsovie à 92 % à la fin octobre car la rébellion polonaise inspirée des FFI françaises n’est pas communiste.

L’armée rouge prend Bucarest, Sofia (laissant la Grèce aux anglais) puis Budapest et prendra Vienne après négociation avec les occidentaux.

Les russes prennent finalement Berlin en mai 1945 alors qu’arrivent les Occidentaux.
L’idée d’un partage du monde à Yalta est fausse car il était, en pratique, déjà fait : Yalta n’est qu’une confirmation

IV / Roosevelt, « Dr gagne la guerre »
Isolé depuis les années 1920, Roosevelt et son Chef d’Etat Major Marshall lance en janvier 1941 la réunion dite « Germany First » (Conférence Arcadia) pour concentrer toutes les forces contre l’Allemagne qui pourrait obtenir la bombe atomique.

Après Pearl Harbor, Roosevelt lance le « Victory Program » (300 000 avions, 86 000 chars) ne se contentant plus de la loi prêt-bail.

Le 14 août 1941, Roosevelt et Churchill signent la Charte de l’Atlantique avec l’idée d’une « sécurité collective » forçant Churchill à accepté l’article 3 : « la liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes »

Roosevelt est le premier à affirmer que la guerre ne s’arrêtera qu’après une « reddition sans condition » et les mots de « Nations Unies » auxquelles ne pourront participer que les pays qui auront déclarer la guerre à l’Allemagne et au Japon.
Marshall lance également la doctrine du « 3 contre 1 » ne lançant la bataille que si on est 3 fois plus fort que l’ennemi.
Le 8 novembre 1942, USA débarque au Maroc puis en 1943 en Italie et enfin l’Opération Overlord le 6 juin 1944 ouvrant le second front réclamé par Staline.
Roosevelt se conciliera les Russes en leur laissant le privilège d’entrer à Berlin malgré les oppositions d’Eisenhower (dit « Ike »)

V / La guerre du Pacifique

En 1941, le Japon voulait partager le Pacifique en 2 ne comprenant la notion de guerre totale.
USA se contentent dans un premier temps de résister mais Mac Arthur résiste héroïquement aux Philippines. Alors qu’il s’était décider à mourir avec ses hommes devant l’îlot de Corregidor qui tient le port de Manille mais il recevra l’ordre expresse d’évacuer pour se battre en Orient (« Je reviendrai » !).
USA savent que les Japonais ont l’Australie pour objectif, ils concentreront donc leurs forces en Nouvelle-Guinée et dans les îles Salomon où a lieu, le 4 mai 1942, la Bataille de la Mer de Corail. USA tiennent les japonais en respect et finissent par vaincre les japonais (coulant 2 porte-avions).

En août 1942, est crée l’aérodrome de Guadalcanal comme point d’appui majeur dans le Pacifique.
Yamamoto pensent finir de couler les porte-avions US à Hawaii mais les USA ont percer le code de l’armée japonaise et comprend que les japonais veulent bombarder Midway (« moustique » en code japonais).

Le 5 juin 1942, l’aviation US coule presque tous les porte-avions japonais : c’est le tournant de la guerre dans le Pacifique.
La tactique du « saut de grenouille » de Mac Arthur qui consiste à contourner les résistances pour ne pas arrêter l’avance.

Les combats dans les îles Marshall puis Mariannes sont prises par Nimitz pendant que Mac Arthur reprend les Philippines.
Enfin, sont attaqués les îles japonaises de Saipan et Iwo Jima puis Okinawa où les civils préfèrent se jeter des falaises plutôt que d’être fait prisonnier.
A Iwo Jima et Okinawa, les pertes US ont été sans précédent et USA savent qu’un débarquement au Japon pourrait couter plus de 500 000 hommes US. Depuis les essais de Los Alamos, Truman disposent de 2 bombes dont il veut se servir pour préserver les soldats US et montrer aux Soviétiques qu’il dispose d’une arme absolue.
Le 6 août 1945, la bombe Little Boy explose au-dessus d’Hiroshima (objectif choisi par Truman) causant 140 000 morts. 3 jours pus tard, Nagasaki est bombardée à son tour.

Hirohito décide d’arrêter la guerre et la reddition japonaise du 2 septembre 1945 sur le cuirassé Missouri dont le pont est couvert d’acajou pour l’occasion.

Mac Arthur, Leclerc et Percival fait signer au maréchal japonais la reddition sans condition avec le même stylo que pour la reddition anglaise à Singapour.
Le Japon a déjà semé la bombe de la décolonisation car ce même jour de septembre 1945, Hô Chi Minh proclame l’indépendance du Viet Nam depuis le balcon de l’Hôtel de Ville d’Hanoi.
Einstein le 6 août 1945 «  Seul 2 choses sont infinies : l’univers et la bêtise humaine. Pour l’univers, je ne suis pas catégorique. »

similaire:

Chapitre 5 : La Seconde Guerre Mondiale iconCours La Fontaine, 2009 2010 «Le bilan de la Seconde Guerre mondiale (1945 1947)»
«Grande alliance» de 1941. La Seconde Guerre mondiale est bien finie : la «Guerre froide» commence

Chapitre 5 : La Seconde Guerre Mondiale iconRapport des sociétés à leur passé Etude de cas – L’historien et les...
«Paris»; 3 fois «libéré»; 6 fois «France». Toute la France a été résistante et unie dans la Seconde Guerre Mondiale, à l’entendre...

Chapitre 5 : La Seconde Guerre Mondiale iconBilan et memoires de la seconde guerre mondiale en france
«devoir de mémoire» cristallisé dans des revendications catégorielles ou communautaristes, mais bien un devoir d'histoire, un devoir...

Chapitre 5 : La Seconde Guerre Mondiale iconCalendrier des séances de cinémas p9 Les tsiganes pendant la seconde...
«Une mémoire française : les tsiganes pendant la seconde guerre mondiale, 1939-1946»

Chapitre 5 : La Seconde Guerre Mondiale iconLes grandes phases d’une guerre totale : la seconde guerre mondiale

Chapitre 5 : La Seconde Guerre Mondiale iconSeconde Guerre mondiale
«Guerre éclaire», utilisation combinée de l'aviation et des blindés qui doit permettre de rompre rapidement le front ennemi

Chapitre 5 : La Seconde Guerre Mondiale iconLa seconde guerre mondiale

Chapitre 5 : La Seconde Guerre Mondiale iconLa seconde guerre mondiale

Chapitre 5 : La Seconde Guerre Mondiale iconLa Seconde Guerre mondiale

Chapitre 5 : La Seconde Guerre Mondiale iconLa seconde guerre mondiale






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com