Examiner les documents





télécharger 49.04 Kb.
titreExaminer les documents
date de publication06.03.2017
taille49.04 Kb.
typeExam
h.20-bal.com > documents > Exam



Leon Leyson, L’Enfant de Schindler



Nom :

Prénom :

Classe :





Choisissez un des quatre documents proposés et répondez aux questions suivantes.


  1. Quelle est la nature du texte choisi ?


  1. À votre avis, que faut-il en retenir ?


  1. Quel effet cette lecture a-t-elle produit sur vous ? Quelles ont été vos réactions ?




Situer le contexte géographique et historique.


  1. Situez, sur une carte de France, la commune de Fontvannes. Indiquez le département et la région auxquels elle appartient.




  1. À partir des textes et en vous aidant des ressources d'Internet ou de votre manuel d'histoire, retrouvez les étapes de la libération de la commune.



  1. Quels éléments nous renseignent sur les conditions de vie et de combat des libérateurs ?




  1. Comment ont-ils été reçus par la population civile ? Vous citerez au moins un exemple.




  1. Combien de soldats et résistants, ont trouvé la mort dans cet affrontement ?




  1. Dans quel lieu précis l'affrontement a-t-il été le plus intense ? Quel terme est employé, à la fin de l'extrait de presse, pour le désigner ?




  1. Que signifie le mot "stèle" ? Combien de stèles ont été érigées dans la commune ? Pour quelles raisons ?



Examiner les documents

  1. À quels types de textes appartiennent les différents documents proposés ? Quelle est leur visée ?




Documents


texte narratif

texte descriptif

texte explicatif

texte injonctif

texte argumentatif

Document 1

















Document 2

















Document 3

















Document 4

















Document 5



















  1. Parmi ces textes, identifiez le ou les discours. Relevez au moins deux éléments appartenant au style oratoire.




  1. Quel(s) texte(s) sont des témoignages ? Quelles sont leurs principales différences ? Quelle est leur importance, à votre avis ?




  1. Dans les documents 2 et 4, relevez les différents éléments qui vont vous permettre de définir l'expression « devoir de mémoire ».




  1. Quels principaux champs lexicaux communs reconnaissez-vous d'un texte à l'autre ? Relevez, pour chacun, quelques exemples.


Questions de débat

Choisissez parmi les sujets ci-dessous celui qui vous intéresse le plus.

Vous pouvez examiner le sujet en groupes ou binômes, vous choisirez alors un « orateur » qui exposera les questions et gèrera le débat en classe entière.

Préparer le débat

Afin d'enrichir le débat, vous pouvez, selon la question que vous avez choisi d'examiner :

*rechercher des documents, des définitions, des illustrations... ;

*faire la liste de vos arguments qui vous viennent à l'esprit et les organiser en plan ; *demander leur avis à vos différents professeurs, à la documentaliste, aux responsables du collège... ;

*collecter des témoignages, dans votre famille ou parmi vos proches, que vous résumerez ;

*organiser un « micro-trottoir » en posant la question aux personnes que vous croiserez et dont vous enregistrerez ou résumerez les réponses.
Vous veillerez à ce que la discussion soit menée dans le plus grand respect de l'autre et de son opinion.
Des idées de sujets à explorer


  • Des témoins de l'histoire.

Marc Archambault est venu témoigner le 25 août 2014, devant la cabane du cantonnier.

Pour quelles raisons, à votre avis, s'est-il exprimé en public, 70 ans après les faits ?

Avez-vous connu un témoin d'événements historiques (pas forcément de la période 1939-45) ? Que vous en a-t-il raconté ?


  • Une définition essentielle

Reprenez vos éléments de définition du devoir de mémoire (II, question d.).

a. Complétez votre définition en consultant dictionnaires, encyclopédies, manuels d'histoire, sites historiques...

b. Qu'implique le "devoir de mémoire" pour le citoyen ?

c. Que représente cette expression, pour vous ?



  • Le devoir de mémoire en action

a. Quelles principales commémorations concernant la Seconde Guerre mondiale, sont célébrées au cours de l'année ?

b. Vous sentez-vous concerné(e) par l'une ou l'autre de ces dates (de par votre histoire familiale, des lectures qui vous ont marqué, vos études, etc.) ?

c. Avez-vous déjà participé à des commémorations ? Pour quelles raisons ?
d. La lecture de ces documents vous a-t-elle amené à réfléchir sur ce sujet ?

e. Lorsque vous serez adulte, pensez-vous vous rendre aux différentes commémorations ? À certaines seulement ? Vous expliquerez vos raisons.


  • Autre sujet : ..............................

Questions posées :
Les commémorations du 25 août 2014
Fontvannes, commune de l'Aube située à quinze kilomètres de Troyes, a été libérée de l'occupation Allemande le 25 août 1944. Chaque année, lors de l'anniversaire de la libération de la commune, les élus, les représentants des associations d'Anciens Combattants et les citoyens, toutes générations confondues, effectuent un « pèlerinage de la mémoire ». Des gerbes sont déposées devant le monument aux morts, devant la cabane du cantonnier, ainsi que sur les stèles des Lieutenants Dulou et Dangoumeau.
Document 1 - Un soldat français raconte la libération du village

Le 23 août, nous avons monté une opération pour aller chercher de l'essence à la ferme du Soulot où nous avons eu un accrochage avec deux soldats allemands qui gardaient un avion. Toujours à pied, nous sommes arrivés à Assenay où un habitant nous a fait traverser la ligne de chemin de fer gardée par des miliciens. Il faisait nuit et, à travers champs nous avons gagné Villery où nous avons dormi, ensuite départ pour Bouilly, puis Sommeval où nous avons été accueillis et ravitaillés avec chaleur, nous avons même pu faire un peu de toilette.

À bord d'un camion venant chercher du bois, nous avons gagné la lisière de la forêt d'Othe, et ensuite la ferme des Mignots où la patronne nous a donné un veau que j'ai tué pour la compagnie. Étant encore nombreux, nous nous sommes éparpillés pour être nourris dans les fermes avoisinantes. [...]

Le lendemain, 25 août, ce fut la libération d'Aix-en-Othe, Neuville sur Vanne et Estissac. Nous avons été ravitaillés par la population puis nous nous sommes mis en route pour Troyes, par la RD 660, le convoi était composé d'une moto, d'une traction avant et plusieurs camions.

Dans le camion, derrière le chauffeur se tenaient debout trois fusils mitrailleurs, dont je faisais partie. J'étais assis sur un coffre à bois gazogène, à côté de mes deux compagnons.

Du côté du chauffeur, sur le garde-boue du camion, se tenait Marcel Lambert, armé d'une mitraillette. Au-dessus de sa tête, il y avait un drapeau tricolore qui porte les traces de l'impact de dix-sept balles et que conserve toujours mon ami Lambert.

Dans les camions, ce n'était pas le confort, nous étions serrés comme des harengs.

Arrivés aux abords de Fontvannes, à la hauteur de la cabane du Cantonnier, le lieutenant Dangoumeau a été tué en voulant nous protéger. Nous ne savions pas que la manœuvre du lieutenant Nicolas nous avait évité l'anéantissement. Nous tous, Nevot, Chambon, Machavoine, Berger, Danioux... devons notre salut à nos chefs.

À l'issue du combat, nous sommes allés jusqu'à La Grange au Rez où le convoi a reçu l'ordre de stopper.
Témoignage oral de Marcel Danioux, titulaire de la croix de guerre, cité à l'ordre du régiment pour sa brillante conduite lors des combats du 25 août 1944.

Document 2 - Discours de Didier Leprince, maire de Fontvannes et Conseiller Général (extraits)

Chers amis,

Notre territoire national en cette fin août se recueille dans de nombreux villages et villes de France qui invitent la population à la commémoration de la Libération.

En entretenant, aujourd’hui encore, le souvenir du 25 août 1944, nous honorons la mémoire de celles et ceux, épris d’idéal, qui au péril de leur vie eurent le courage de relever la tête.

En signant l’acte solennel de la capitulation de l’Allemagne en mai 1945, le général de Lattre de Tassigny tenait ces propos « Gardons pieusement la mémoire de nos morts. Généreux compagnons tombés au champ d’honneur, ils ont rejoint dans le sacrifice et la gloire, pour la Rédemption de la France, nos fusillés et nos martyrs. Célébrons la victoire de mai, victoire radieuse de printemps qui redonne à la France La Jeunesse, la Force et l’Espoir. Soldats vainqueurs, vos enfants apprendront la nouvelle épopée que vous doit la Patrie ».
Nous sommes réunis aujourd’hui pour accomplir notre devoir de mémoire, d’histoire et de reconnaissance envers celles et ceux qui se sont révoltés jusqu’à donner leur vie pour la liberté de leur pays. Certains sortaient à peine de l’adolescence, mais ils avaient compris que sans liberté, un pays ne peut rien attendre de son avenir. Les années passent, le souvenir doit rester intact, de génération en génération : c’est le devoir de mémoire. Il ne fallut en effet que peu de temps à l’occupant pour apporter son cortège de malheurs : liberté supprimée, souffrances, privations matérielles et de proche en proche, tortures, atrocités et génocides.

Commencèrent alors à se regrouper des hommes et des femmes de tous âges, de toutes origines, de toutes confessions sans autre moyen à l’origine que leur conviction et leur courage. Morts, tortures, déportations, l’enchaînement devenait inéluctable.

C’est vers tous ces combattants, à commencer par les lieutenants Dangoumeau et Dulou, mais aussi Hubert Neron, Roland Barbeaux, Jacques Germain, Roger Venelle, Jean Paquet, Marcel Mansuy, Edmont Duffaut, qui tombèrent pour la Libération que vont aujourd’hui notre recueillement et notre reconnaissance.

[...]

Nous avons la chance de vivre dans un pays libre mais nous ne pouvons oublier ceux, qui, au nom de l’amour de la patrie ont donné leur vie. Nous ne pouvons oublier les femmes et les hommes courageux qui entrèrent en résistance. Nous ne pouvons oublier la jeunesse brisée, les familles déchirées, la désolation pour tous. Nous ne pouvons oublier qu’il y a 72 ans les 16 et 17 juillet 42 avaient lieu les premières rafles de Juifs, hommes, femmes, vieillards et enfants entassés au Vélodrome d’Hiver pour être conduits, ensuite, vers une destination lointaine, Auschwitz.

Nous savons ce qui s’est passé, l’horreur de la guerre, des camps, la torture, l’avilissement de l’être humain, la fraction entre français : ceux qui collaboraient et ceux qui refusaient et restaient debout.

Tous les livres d’histoire en témoignent, les rescapés des camps, les soldats, les résistants, tous ceux – acteurs de notre Histoire, ceux qui croyaient dans les valeurs de notre pays de : Liberté, d’Égalité et de Fraternité.

Aujourd’hui cette peur de l’occupation, de la mort, de la vengeance, semble éloignée, mais partout dans le monde des soulèvements et toujours les mêmes images de drame, de haine, de tuerie touchent des hommes, des femmes et des enfants. Il est aussi de notre devoir de rester vigilants.

Le général de Gaulle disait « la flamme de la résistance ne s’éteindra jamais ». Aujourd’hui, nous sommes les gardiens du phare et gardons vive la flamme de ceux qui ont donné leur vie, pour un avenir meilleur – notre avenir – celui de nos enfants.

La lumière des personnes aimées ou celle d’inconnus brille toujours, leurs noms sont inscrits sur nos monuments, « Morts pour la France ».

À ces femmes et hommes nous exprimons notre profonde reconnaissance.

[...]
Je vous remercie de votre présence nombreuse, elle témoigne notre attachement au devoir collectif et nécessaire de transmettre à nos jeunes générations. Nous sommes tous garants de la mémoire et de l'Histoire.

Document 3 - Un article paru dans l'Est-Éclair, le 2 septembre 2014




Document 4 - Extrait de l'allocution de M. Paul Bitouzet
« Déjà 70 ans que notre village a été libéré, ainsi qu'une bonne partie de la France, grâce aux armées alliées et au concours efficace de la Résistance.

Qui était résistant, maquisard, réfractaire au STO, prisonnier de guerre évadé ? Des hommes, des femmes, de toutes conditions, de toutes croyances, jeunes ou plus âgés, n'acceptant pas la défaite de 1940 et ne supportant pas l'occupation d'un ennemi arrogant, imposant sa loi, nous privant de liberté, pillant nos richesses, arrêtant, torturant, fusillant, déportant et exterminant femmes, hommes et enfants parce qu'ils étaient Juifs. Sommes-nous responsables de notre naissance et de notre origine ?

Le lieutenant Dangoumeau, tué en ce lieu en voulant protéger ses compagnons de résistance en difficulté face à des éléments en retraite de la division Das Reich de sinistre réputation pour sa barbarie, était un de ces hommes qui se dressaient contre l'occupant pour le chasser.

Il importe donc qu'en ce jour particulier et en ce lieu, nous honorions sa mémoire et celle de tous ceux qui, spontanément, sans contrainte, avaient grossi les rangs de la Résistance et, pour beaucoup, y ont laissé leur vie.

Le temps qui s'écoule estompe bien des souvenirs, mais il importe que des événements exceptionnels ne soient pas occultés et que nous pérennisions ce moment de l'histoire où nous avons retrouvé la liberté et la France sa place dans le monde.

Il serait bon que les dirigeants des nations mesurent toutes les horreurs des guerres de plus en plus dévastatrices et résolvent les problèmes par la négociation ou le compromis.

Ce serait ainsi rendre hommage à tous ceux qui ont lutté pour la paix, la liberté et la fraternité. »





Supplément NRP Collège – mars 2015


similaire:

Examiner les documents iconExaminer des documents

Examiner les documents iconGestion électronique des documents … Acquisition de documents papier...
«papier» pour les intégrer dans le système de gestion électronique des documents produits et exploités au sein de l’organisation

Examiner les documents iconDe la «nouvelle histoire» au post-sionisme
«La guerre de 1948 n’a jamais été un sujet de controverses […] Mais la boite de Pandore s’est ouverte, et les historiens israéliens,...

Examiner les documents iconRéunion de bassin 2009-10 Jeudi 29 avril
«des clics et des classes»). Autre thème abordé, celui des porte-documents numériques en vue de conserver les documents liés à l'option...

Examiner les documents iconRésumé Le cinquième centenaire de la ‘découverte’ de l'Amérique est...

Examiner les documents iconLes temps modernes documents enseignant

Examiner les documents iconConsignes: Découpez les documents des dernières pages et collez-...

Examiner les documents icon4 Rechercher les documents = Interroger les ressources

Examiner les documents iconDocuments en prêt dans les médiathèques cr-cd-cldp académie de Grenoble

Examiner les documents iconSociété d’Ancien Régime Documents pour les élèves Consigne






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com